Rumex (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Salsola-Suaeda
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Polygonum


[Tome IX, 167]

POLYGONACÉES


Rumex maximus + hydrolapathum + acutus + obtusifolius

Rumex maximus (L.), Rumex hydrolapathum (L.), Rumex acutus (L.), Rumex obtusifolius (L.) — LA PATIENCE.


  • βρετταννική, grec de Dioscoride, Bonnet, Plantes médic. de Dioscoride, 1903, p. 15. (Voir Holder, Alt. celt. Sprachsch, 594, E. E.)
  • lapathium, lat. de Varron. — rumex, lat. de Pline. — lapatum, lapalum, laparum, rumix rustica, rumex acutus, rumex cantherinus, rumicula, rumigastrum, l. de Dioscoride, éd. Stadler. — lapisthus, l. du VIe s., Isid. De Séville, cité par Meyer, Gesch. de Bot. — lapacium, lapacissum, parada, rudember, rodenape, atitus, ætitus, cantaritis, canterinon, l. du m. â., Goetz. — dilla, paradilla, acrocorium, l. du m. â., Wright. — lapatica, lapistrus, l. du m. â., Du C. — lapicium, labacium, paratella, paradella, paracella, radinape, rodinaps, l. du m. â., Dief. — lapadium, l. du m. â., Mone, Quellen d. teutsch. Liter., 1830, p. 322. — lapatia acuta, buglossa, l. du XVe s., Archiv f. path. Anatomie, 1865, p. 400. — pratella, l. du XIIIe s., Matth. Silvat. — paritella, herba lapaci, l. du XVe s. De Bosco, 1492. — lappacium major, anc. nomencl., Jardin de santé, 1539. — lapathum sylvestre, lapathus, agrestis, lapathium, lapathum magnum, oxylapathum, hippolapathum, hydrolapathum, rumex palustris, anciennes nomenclatures.
  • rouanble, f., rouanbe, f., ruanbe, f., Berry, Anjou, Yonne.
  • rouandre, f., rouindre, f., rouande, f., ruande, f., rouinte, f., rouinde, f., Berry, Bourgogne. — rouan, m., Berry. — ryante, f., rouènne, f., Nièvre. — rône, f., H.-Marne, rénébré, f., Gard, Hér., H.-Loire. — rovre, f., Vendée. — rangô, m., Rhône, Isère. — rongë, f, Cantal. — rouance, f., Donzy (Nièvre), r. p. rigaoudo, f., ri~aoudo, f., Lot. — règhèta, f., Hérault. —


[168]

rëghètte, f., Maine-et-Loire. — ribie, f., Isserteaux (P.-de-D.), Bravard, Issert., 1888, p. 41.
  • rosembre, f., languedoc., P. J. Fabre, Traité de peste, 1629, p. 107. — razounabré, f., rouzèmbré, f., rouzèrbé, f., rouzirbé, f., rouzèrghé, f., rouèrghé, f., Languedoc. — roerbe, f., anc. fr., doc. de 1568, Romania, 1905, p. 615. — rouèrbe, f., Ile de Ré.
  • arrumiéch, m., Larboust (H.-Garonne), Sac. — iermoise, f., fr. du XIIIe s., Etudes rom. déd. à G. Paris, 1891, p. 263. — hernois, m., fr. du XIIe s., Bibl. de l'Éc. des Ch., 1869, p. 331. — rouzémë, f., H.-Loire. — rouzoumé, m., rouzoumèto, f., H.-Gar. — rouzémë, f., rèdjëmbé, f., H.-Loire.
  • arrëziac, m., Landes. — arraziètt, m., arrabiks, m. pl., sarrazis, m. pl., B.-Pyr., Lespy. — rabiétts, m. pl., arriétts, m. pl., Argelès (H.-P.), c. p. M. P. Tarissan.
  • lapaci, m., anc. prov. — lapace, m., lappace grant, m., anc. franç. — lapais, m., franç. et dauphin., Solerius, 1549. — lapas, m., prov., Solerius, 1549. — lapà, m., niçois, provençal, dauphin. — èrbo dé lapà, B.-du-Rh. — lapà, m., lapa, f., cô-lapa, f., lape, f., Savoie. — lapé, m., lapè, m., Suisse rom. — lapouè, m., Charpey (Drôme), Bellon. — lavàyò, m., Ruffey-les-Beaune (Côte-d'Or), Joign. — lëvajò, m., rëvajò, m., rëvajë, m., revazë, m., H.-Marne, c. p. M. A. Daguin. — ovazou, m., Montaigut-le-BI. (All.), c. p. M. J. Duchon De La Jarousse.
  • lampe, f., franç., Grand Herbier en franç., s. d. (vers 1520) ; Bretonnayau, 1583 ; Savoie, Gesner, 1542 ; vaudois, Catal. — lampade, f., Savoie, Gesner, 1542. — lémpatt, m., Tarn, Gary.
  • paciasse, f., Roye (Somme), r. p. — lapatience, f., franç., Fuchsius, 1546 ; G. Duval, Phytologia, 1647, p. 442 (corruption du latin lapatium). — patience, f., franç., Duchesne, 1544 ; etc. — passéncio, f., possincio, f., Tarn, Aveyr. — pachiéns fols, m. pl., Tarn-et-G., Lagr. — passe-science, f., Avesnes (Nord), r. p. — caou dè paciènço, m., Lot. — lapparence, f., anc. franç., A. Mizaud, Secrets contre la peste, 1562.
  • docque, f., doque, f., doke, f., dogue, f., anç. français du Nord. — Normandie, Pas-de-Calais, Oise. — doge, f., Calv. — doche, f., anc. fr., Brohon, 1541 (Brohon était normand) ; normand actuel. — dorte, f., Coulombs (S.-et-M.), r. p. — droche, f., droutche, f., droutze, f., Suisse rom., Jaccard. — droutchi, f., vaudois, Brid.


[169]

  • paradèlo, f., Limousin, Lot. — paradèle, f., paradère, f., padërèle, f., Gironde. — porodèlo, f., polodèlo, f., Dordogne, Lot, Aveyr. — panadèlo. f., H.-Gar., Tarn-et-G. — binogrèlo, f., Aveyr., Vayss. — pornodèlo, f., pornojèlo, f., pornozèlo, f., Lot. — pradèlo, prodèlo, Aveyr., Lot, Dord. — podorèlo, f., Corrèze. — përdëline, f., padëline, f., Meuse. — pëdine, f., pëdy'ine, f., pëdrine, f., pët'line, f., popline, f., pépline d'épâre, f., herbe de porpéline, f., pëdrane, f., Vosges, Haill. — padrone, f., pôdrone, f., pandrône, f., Belg. Wall. — popin-ne, f., poupin-ne, f., env. de Belfort.
  • parèla, f., Vaudois, Durheim.
  • parèlo, f., toulousain, Visnier.
  • parelle, f., parrelle, f., anc. franç. — Maine, Anjou, Berry, Champagne, Lorraine, Oise, Gironde.
  • parële, f., parère, f., Mayenne, Dottin.
  • pérèl’, f., Meuse, Lab. — H.-M., r. p.
  • pèrale, f., Clairvaux (Aube), Baud.
  • porêle, f., namurois, Grandg.
  • porâle, f., wallon, Grandg.
  • pareille, f., franç., Christ. De Gamon, Pescheries, 1599, fet75, v°.
  • grande parelle, f., parelle de marez, f., fr., Dodoens-Lescluse, 1557.
  • grande pareille, f., porrée de Saint-Martin, f., franç. Lemery, Nouv. Rec. des plus beaux secrets, 1737, II, 274.
  • pariéle, f., pariéle de vaque, f., Valenciennes, Héc.
  • parielle, f., parièl’, f., anc. franç., God., s. v° milfoil. — Char.-Inf., Vendée. — Deux-S. — Belâbre (Indre), r. p. — Bossée (I.-et-L.), r. p.
  • përére, f., pèrère, f., Vosges, Haill.
  • parèn’, f., M.-et-L., Desv.— L.-et-Ch., Mart. — Pléchatel (I.-et-V.), Dott. et Lang.
  • parëne, f., parëze, f., Livré (May.), Dott.
  • pazène, f., Gaye (Marne), Heuill.
  • palèze, f., Orne, Jor.
  • apalèze, f., Montargis (Loiret), Royer, 1839.
  • pareille, f., anc. fr., Brohon, 1541 ; etc.
  • parèy’, f., Baguer-Morv. (I.-et-V.), Soc. d'archéol. d'Avranches, 1883, p. 259. — Alençon, Let. — Attigny (Ardennes), r. p.
  • porày’, f., Haumont-l.-Ia-Ch. (Meuse), r. p.
  • paré, f., Bessin (Calv.), Jor.
  • patôle, f., Troyes, Grosley, 1811.
  • pataouno, f., Tulle, Ussel (Corr.). Lep.


[170]

  • anpàyaou, m., H.-Loire, Der. De Ch.
  • langue de boeuf, Aube, Monch.
  • langue de vache, f., Marne, Guénard.
  • lhénga dé boou, f., Laroque des Alb. (P.-Orient.), Carrère.
  • lèngo dé bioou, f., languedocien.
  • lingue à bœu, f., Aube, Des Et.
  • herbe à la vache malade, Aube, Des Et.
  • chou gras, m., franç., comtois. L'abbé Besançon, 1786. — Petit Noir (Jura), Rich. — Chaussin (Jura), c. p. M. A. Briot. — C.-d'Or, Roy.
  • tsaou gra, m., H.-Loire, Arn.
  • caou d'iol, m., Mur de Barrez (Aveyr), Carb.
  • caou rigal, m., Lot, Soc. d'études du Lot, 1891.
  • chou de Paris, Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • caou morin, m., Aveyr., Vayss.
  • caoulétt d'Espagno, m., Pays d'Albret, Duc.
  • caoulassié, m., Lalbenque (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • , m., env. de Bonneville (H.-Sav.), Const.
  • , m., Bonneville (H.-Sav.) et Moutiers de Tar. (Sav.), Const. — Aime (Sav.), r. p.
  • bétèy’, f., Montargis, Chevillon (Loiret), r. p.
  • droulho, f., fuélho grasso, f., Briançonnais, Chabrant.
  • vinette sauvage, f., franç., P. J. Fabre, Traité de la peste, 1629, p. 103. — vinette de crapaud, A. Bretagne, Sébillot.
  • oouzélyo bostardo, f., La Malène (Loz.), r. p.
  • oseille sauvage, Loiret, r. p.
  • oseille de crapaud, Loiret, Ardennes.
  • ouzilho dé grapaou, f., Eymoutiers (H.-Vienne), r. p.
  • ëzrèl' dè' bò (= o. de crapaud), f., Meuse, Lab.
  • al'hotte de bò, f., oj'lotte de bò, f., Vosges, Haill.
  • ouh'latte de pouô (= o. de porc), Vosges, Haill.
  • oseille des bœufs, normand, Joret.
  • maoume, auvergnat, De Candolle (dans Mém. publ. par la Soc. d'agric., t. XV, 1812, p. 213.
  • herbe aux teigneux, franç., Gesner, 1542.
  • crinoke, f., Pierrefonds (Oise), r. p.
  • teol, teal, tæl, breton, P. Grég, etc., kôl, téal. breton du haut Tréguier, voir Ernault, Gloss. moy. bret., 683, 684 [E. E.].
  • lousaouënn an tign (= herbe de la teigne), breton, P. Grég., etc. [E. E.].
  • colmoc'h, breton de Quimperlé, c. p. M. H. De Charencey.


[171]

  • ar bacyantès (= la patiente), breton, P. Grég. [E. E.].
  • caul moc'h (= choux de porcs), ibid. [E. E.].
  • dialvoed, breton de l'Ile de Sein, c. p. M. H. Le Carguet.
  • romsa, romagnol, Morri. — alabàttu, sarde, Spano. — lavaz, slavaz, Côme, Monti.
  • ampfer, Souabe, Fisch. — dockan, docken, cushy cows. Northmuberl., Hesl. — batter-dock, Shropsh., Jacks.
  • patich, peerdick, anc. flam., Fuchs, Dodoens.


Toponomastique. — Au Drochet, Le Druchet, Au Drotzé, Le Drotzu, Le Drotzi, Lappé, local. de la Suisse rom., Jacc. (La droche se trouve fréquemment auprès des chalets.)


Onomastique. — Rozandre, auteur de La Louange des bottes, 1622.


« De patience la racine est contre tous maux médecine » P. De La Noue, Synonyma, 1618. — « La patience est une bonne herbe, mais il n'en vient pas dans tous les jardins. » — Nice, Toselli. — « Prenez garde! je n'ai pas été nourri avec de la racine de Patience ! » Delaporte, La Fille de madame Grégoire, comédie, 1853. — « Jamais les Français n'ont tant liché de jus de patience. » Lyon, Chignol et Gnafron, Journal, 8 juin 1878. « J'enrage de servir ainsi de borne dans une rue ! — Ma foy ! vous estes bien delicat en herbes, vous n'aimez ni la rue ni la patience. » XVIIe s., Cyrano De Bergerac, éd. Jac., p. 325. « Nous leur ferons prendre de la ptisanne où il y aura plus de patience que de réglisse = se dit au figuré. » Mercure de la Cour, 1652, 1re partie, p. 8. — Jeux de mots.

Le Suppl. aux dict. bret., Landerneau, 1872. cite, p. 92, d'après « les chanteurs de nos foires et marchés » : Ar re iaouanc pa zemeiont, na prena ur jardin a dleiont; nag enni planta a zo red louzaouenn ar bassianted. Il y a là 4 vers qui signifient : Les jeunes gens, quand ils se marient, ils doivent acheter un jardin, et il faut y planter l'herbe de la patience. P. 74, on lit un quatrain analogue, d'après Milin, Furnez ar geiz; cela veut dire : « Il y a une plante dans le pré, on l'appelle soupir ; mariez-vous et vous l'aurez, s'il n'y a de la sagesse plein la maison. Cela a pu être inspiré par le français souci. Un conte de Schmid (le 17e des Hundert Kurze Erzæhlungen) fait aussi de la patience une plante : « Das kostbare Kræutlein, das alle Beschwerden leichter macht, heisst — Geduld ». — E. E.


[172]

« Pour cognoistre si une fille est pucelle, mettez sur la braise des feuilles de lapas brisées et que la fille en sente la fumée. Si ne se compisse, elle n'est pas vierge, comme aussi si elle ne devient pasle de la fumée dudit lapas. » Rapport fait des pucellages estropiez, 1617, p. 7.


Rumex patientia

Rumex patientia (Linné). — LA PATIENCE DES JARDINS.


  • rumex sativus, lat. de Pline.
  • lappacium ortolanum, paciencia, l. du m. â., Mowat.
  • lapathum hortense, lapathum sativum, anc. nomencl., Duchesne, 1544.
  • lapacium domesticum, nomencl. du XVe s., J. Camus, op. sal.
  • patience des jardins, f., français.
  • épinards immortels, m. pl., franç., Lam. et Cand., 1815.
  • épinard vivace, m., M.-et-L., Batard, 1809.
  • oseille-épinard, f., franç., Tollard, 1838.
  • oseille-patience, f., franç., C. E. Royer, Catéchisme d. cultivat., 1839.
  • fuéya ày'gra, f. pl., provenç., Haute-Provence, Honer.


Rumex alpinus

Rumex alpinus (Linné).


  • rhaponticum, anc. nomencl., Cordus, 1561.
  • celsus barbaris, anc. nomencl., Solerius, 1549.
  • rhabarbarum, rhabarbaricum, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • rhabarbarum carthusianorum, anc. nomencl., Fuchsius, 1546.
  • rhabarbarum monacorum, pseudorhabarbanrum, anc. nomencl., Rosenthal.
  • rhabarbe des moines, franç., De Planis Campy, Hydre morbifique, 1620, p. 176.
  • rheubarde des moines, f., anc. franç., Fousch, 1549.
  • rubarba, f., Laboust (H. -Gar. ), Sac. — rhubarbe des Alpes, rhubarbe, faux rhapontic, rhapontic, franç. — raponti, m., Vaudois. — rapontin, m., Auvergne, De Candolle (dans Mém. publ. par la Soc. d'agric., t. XV, 1812, p. 213).
  • chapoli, m., provençal, Garcin.
  • mounaco, f., gascon, Guide des Gascons.
  • blakta, m., Davos (Grisons), Buhl. — blackte, schweinblagde, Suisse all., Stald.


[173]

Rumex pulcher

Rumex pulcher (Linné)


  • patience-violon, m., franç., Nemnich, 1793.
  • patience à violon, Orléanais, Dubois. — Centre, Jaub. (Les feuilles de cette plante sont en forme de violon.)
  • camuze, f., Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • palèzon, m., Dorceau (Orne), Joret.
  • léngo-buoou, f., pays d'Albret, Duc.
  • têle, breton de Lannion (C.-d.-N.), c. p. M. Y. Kerleau.


Rumex sanguineus

Rumex sanguineus (Linné). — LE SANG-DRAGON


  • lappa draconis, l. d. m. â., Goetz.
  • lapathum rubrum, lapathum nigrum, lapathum sanguineum, herba sanguis draconis, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • sang de dragon, m., sang-dragon, m., français.
  • herbe de dragon, Valenciennes, Hécart.
  • dragon rouge, Le Lorey (Manche), Joret.
  • herbe de sang, Belg. wall., Pas-de-Cal., Nièvre.
  • décalhe-sang, m., vaudois, Bridel. (Cette herbe, rouge comme le sang, a, par suite, la propriété de rendre le sang moins épais, de faire disparaître le sang extravasé, le sang caillé.)
  • herbe au charpentier, S.-et-L., Gillot, Flore phanérog. d'Autun, 1877.
  • herbe aux coupures, normand, Joret. (On la met en effet sur les coupures, à Saint-Brieuc. E. E.)
  • parelle rouge, f., franç., Brasavolus, 1556.
  • patience rouge, f., franç., Dict. de Trév., 1752.
  • tsé louzde, m., Beaufort (Savoie), Chabert.
  • draeckenbloedt, rood patich, Dodoens.
  • draeckenvortel, Kilianus, rooje Jan, dial. holl.
  • ruvoad (= rouge de sang), breton, P. Grégoire [E. E.].
  • lousaouenn ar baczion (= herbe de la Passion), ibid. [E. E.].
  • lousaouenn an itroun varia (= herbe de Notre-Dame), ibid. [E. E.].


Rumex acetosa

Rumex acetosa. (Linné). — L'OSEILLE


  • rumex acidus, lat. de Dioscoride, publié par Stadler.
  • acedonicum, lat. du VIe s., Alexandre De Tralle.


[174]

  • acitula, accitulium, l. du m. â., Goetz.
  • oxys, oxigalla [1], occigalla, oxigilla, acidula, accedula, accidula, accidela, accetosa, acetosa, acetora, acitura, acituca, l. du m. â., Dief.
  • acetula, l. du m. â., Germania, 1881, p. 401.
  • herba acetosa, acedula, ascedula, ribes, l. du m. â., Mowat.
  • acitus, l. du m. â., Synon., 1623.
  • acida, l. du m. â, Bibl. de I'Éc. des Chartes, 1869, p. 331.
  • acetodula, lat. du XVe s., J. Camus, Op. sal., p. 30.
  • lapathiolum, anc. nomencl., Cordus, Guidon des apotic., 1572, p. 416.
  • oss, m. singul., béarnais, Lespy.
  • oxaile, f., oxaille, f., oxeille, f., osseille, oseille, ozeille, osile, oizelle, osillette, oisillette, aigrette, vinette, vignette, surelle, sorele, sureille, anc. franç.
  • ozèl’, f., ôzèl’, f., ourzèl, f, ouzale, f., izole, f., ôzlé, m., ouzilha, f., oouzilho, ozilhe, f., ozèlha, f., oouzèlho, f., eûzëlho, f., ouzèlhe, f., ouzilhe, f., ouziyo, f., ouziy’ f., uziy’, f., êziy’, f., âzèy’, f., ouzouèy’, f., ouazèy’, f., ouzi, m., ôziô, m., ojale, f., ujilo, f., lijile, f., nëjole, f., nëhhôle, f , ooujilh, m , oujilho, f., eûjilho, f., ojèy’, f., oujî, f , ouhiy’, f., ouiy’, f., ouèy, f., ayôle, f., djadjooule, f., ouzlotte, az'latte, ozziyotte, nëzëyotte, neûziotte, mëziyotte, m'ziotte, oj'lette, oûj'lotte, lijotte, éjiotte, ähh'latte, ouhh'latte, nëhh'latte, hh'lalté, aljatte, ârjotte, al'hhotte, nëhhatte, ar'hholatte, en divers patois, — ozèlhass, m., Veauchette (Loire), r. p. — oreille, f., parisien, Bovillus, De diff. ling., 1533, p. 71. — ouriy, f., Loiret. — èz'rèl’, f., — Meuse, Lah.
  • malotte, f., molotte, f., môlotte, f., fr. comtois.
  • perdeline, f., Meuse, Labourrasse. — pédvine, f., Moussey (Vosges), Haill.
  • jove, f., Fontenay (Vosges), Haill.
  • acetose, acetouse, aceteuse, anc. fr., acétoua, f., acétouo, f., provenç. citoura, f., citouro, f., citoula, f., Dauphiné.
  • égle, f., ougle, f., Savoie, ëgole, f., ègòy, f., Vosges.
  • agrèta, f., agrèto, f., égrëta, f., ay'grèto, f., igrèto, f., en div. pat. de Provence, Languedoc, Dauphiné. — agrèla, f., Pyr.-Or. —agrèlo, f., Ariège. — agradèlo, f., Languedoc, — gradiy’, f., Saint-Lô (Manche).


____________________

  1. Avant de signifier oseille, ce mot a d'abord signifié sel d'oseille, mordant pour la teinture de galle. Voy. Dief, s. v°, oxigalla.


[175]

  • vinaigre, f., Lamballe (C.-du-N.) — herbe à la vinaigrette, M.-et-L.— binogrèto, f., Aveyr. — vinette, f., Nord de la France. — Vinèto, binèto, binète, Midi de la France. — vignéto, Charente, Dord., Limousin. — vignette, f., Haute-Bretagne, Guernesey. — minèto, f., ninèto, f., Aveyr. — pinëte, f., May., Dott. — vinasse, f., Jazeneuil (Vienne), r. p. — chuke-bin, m., Tursan (Landes), c. p. M. V. Foix.
  • surale, f., sérèl, f., suriéle, f., suriale, f., en div. pat. de la Belg. wall., du Nord, du P.-de-Cal. — surèl’, f., Artois, Picardie, Normandie, H.-Bretagne. — sorouèl’, f., Nièvre. — churèlo, f, Dordogne. — suzèl’, f., Pissy-Pov. (S.-Inf.). — surèy’, f., Manche. — surètte, f., Nord, Eure, C.-d'Or. — surion, m., Nord de la France, dans un docum. de 1542, Bull. de la Soc. botan., V, 744.
  • salette, f , sallette, f., lyonnais, Solerius, 1549. (Divers dictionnaires ont répété ce nom sans dire qu'il était lyonnais.) — saliéta, f., Savoie. saliètte, f., franç., Pinaeus, 1561 ; Suisse rom. — saléta, f., Suisse rom., H.-Savoie, Ain, Rhône. — chaléta, f., fribourgeois. — salita, f., Savoie, Rhône, Loire. —salata, f., Perloz (Val d'Aoste). — salhëta, Chambéry. — salhita, f., Rhône. — salada, f., erba sala, f., Lons-le-Saulnier, Dart. — èrbo salado, èrbo soouado, Aveyr. herbe sarade, èrba sagada, Cantal. — èrba salå, Lathuile (H.-Sav.). — sooudèlo, f., Saint-Amans (Aveyr.), yèrbe-saou, f., salatère, f., B.-Pyr. — saladèro, f., H.-Gar., H.-Pyr. — sanadèlo, f., T.-et-G. — soâtt, m., Nord-Est de I'Aveyr.
  • trinchon, m., franç. de Bretagne, Languedoc, 1499. — anc. f., Traité des couleurs.
  • tringn'chon, m., Pléchatel (I.-et-V.), 1647, p. 85, Dot. et Lang.
  • brëst'yètt, m., Bourg-Saint-Maurice (Sav.), r. p.
  • thanta-polë, m. (av. th angl.), env. d'Annecy, Const.
  • bèlita, f., jargon de Razey près Xertigny (Vosges), r. p.
  • forfò, m., Martigny (Valais), r. p. (de l'arabe failfoul = poivre).
  • oseille surette, franç., Buisson, 1779.
  • oseille longue, f., franç., Cachet, Préservatif de la petite vérole, 1617, p. 554.
  • trinchonenn, trinchenenn, moyen breton ; voir Ernault, Gloss. moy. bret., 720, 721; Revue celtique, XXV, 416, 417 [E. E.].
  • trichinn, bret. de Lannion, c. p. M. Kerleau.
  • trichon, bret. de Pleubian (C.-du-N.), c. p. M. Y. Kerleau.
  • asiola, Saluces, Eandi. — erba brusca, erba salin-na, erba sansa,


[176]

sansara, erba cucca, pan cuch, milan., Baufi. — rampfe, Styrie, Unger.
  • dokke (blaren), dokkervortel, moyen néerl.
  • sulker, surkel, zurnick, anc. flam., Dod.
  • sulker, zurkel, wilde zuring, zuurling, dial. flam. (A. De C.).
  • sourock, écoss., Jam.

Toponomastique : Loisillière, loc. de la Mayenne, Duchemin, Arch. de la Mayenne, 1882, p. 169.

« L'oseille suit le couteau, c.-à-d. qu'elle croît rapidement après qu'on l'a coupée. » Belgique, Dict. des spots.

« L'oseille au jus, les épinards à la crème. » Proverbe culinaire, Tendret, La Table, 1892, p. 252.

« Hacher quelqu'un plus menu que ma belle ozeille, mes beaux épinards. » Allard, 1805, fet 76.

« La sauce verte est celle qu'on fait à Pâques d'herbes pilées et surtout avec de l'oseille ou du blé vert. » Fur, 1708. — « La sauce verte est faite avec du jus d'oseille. A Pâques on fait des oeufs à l'oseille, de la farce à l'oseille. » Dict. de Trév. « Aigre comme vinette. » Poitou, r. p.

« Fuélho d'aouzilho = langue des femmes médisantes. » Souillac (Lot), Lemouzi, 1898, p. 71. — « Surale = femme acariâtre. » Namur, Pirsoul. — « Vous en êtes sûr ? — Comme de l'oseille, madame. » Commerson, Un mari à l'étouffée, vaudeville, 1854, p. 4. « Ce n'est pas si sûr que de l'oseille = ce n'est pas sûr du tout. » Ricard, Le Tapageur, 1841, I, 302. —Jeux de mots.

« Avoir mangé de l'oseille = être de mauvaise humeur. — Tu passes bien fier, tu as donc mangé la soupe à l'oseille ? » Loiret, r. p.

« Envoyer quelqu'un à la surelle = l'envoyer promener. » Calvad., Rev. d. parl. pop., 1902, p. 82. — « De l'oseille! = terme de refus. » Berton, Conversion d'Angèle, 1897, p. 154.

« J'étais bien soigné, choyé, mais là, à l'oseille. » Varin, Un hercule, comédie, 1861.

La faire à l'oseille = tromper grossièrement. — « Tu nous la fais à l'oseille. » Revue pour tous du 31 mars 1867. — « Je connais ça, il ne faut pas me la faire à l'oseille. » T. Chasles, Avent. du capit. Pétaillon, 1891, p. 66. « Oui, oui, nous la connaissons, faut pas nous la faire à l'oseille. » L. Dottin, Duriflart, comédie, 1899.


[177]

« Avoir la franchise de l'oseille = dire crûment ce que l'on pense. » Cogniard, La Dame aux cobéas, vaudeville, 1852.

« Goûtez-moi ce petit jus d'oseille = ce vin aigrelet. » Beaujoint, Nuits, s. d. (vers 1855.)

« Et tumbe a terre comme une verte ozeille. » J. Bouchet, L'Amoureux transy, 1507, fet 6, v°.

« C'estoit autant de vinette cueillie = c'était toujours autant de fait. » XVIe s., Béroalde De Verville, édit. Royer, Il, 47.

« Oseille = argent. » Gazette grivoise, 18 mars 1882. — « Aboulez votre oseille. » E. Blain, Flétrie, roman, 1888, p. 27. — « Justement j'ai de l'oseille.» O. Méténier, Le Loupiot, 1897. — « Richards, faut vous y attendre, un jour vous partirez sans votre oseille. » Paillette, Tablettes d'un lézard, s. d. (vers 1895).

« Vulgatum apud Arvernos proverbium : haedinas et vitulinas non sapere, quae oxalidis succo non maduerint. » Bruyerinus, De re cibaria, 1560, p. 478.

« De l'oseille ! = formule ironique de refus. » Ch. Berton, Conversion d'Angèle, 1897, p. 154.

« Soupe à l'oseille ! = juron. » E. Monteil, Cornebois, 1881, p. 235. — « Tripes à l'oseille = juron. » Frison, Avent. de Ronchonot.

« La semence de l'oseille cueillie par une main virginale assopit, prise en breuvage, l'ardeur des reins. » Fusi, Mastigophore, 1609, p. 90.


Symbolique. — « L'oseille grosse appelée aussi vinette grosse ou trinchon signifie: réparation. L'oseille menue ou vinette menue signifie : songez ou survenez à mon ardent désir. » Récréat. gal., 1671, p. 191 et p. 197.

« L'oseille grosse ou trinchon signifie : réparation ... L'oseille menue ou vinette menue = songez ou survenez à mon ardent désir ... La feuille de vinette = fermeté d'amour ... La vinelle [1] ou vigne au crapaut = pourquoy ne vous mariez-vous pas ? ... La parelle = briefve expédition. » Traité curieux des couleurs, 1647, pages 79, 83, 85.


____________________

  1. Je suppose, sans en être sûr, que c'est une espèce d'oseille.


[178]

Rumex acetosa (variété). - L'OSEILLE DE HOLLANDE


  • oseille de Hollande, franç., Rozier, 1793.
  • grande oseille, oseille à la mequenne, oseille à la paresseuse, franç., Le Jardinier françois, 1654, p. 204. (Une feuille suffit pour faire un potage, ce qui fait l'affaire de la mequenne, nom de la servante dans les Pays-Bas.)


Rumex acetosella

Rumex acetosella (Linné). LA PETITE OSEILLE.


  • acetosa arvensis lanceolata, acetosa minor, acetosella, oxalis minor, oxalis ovina, lapatiolum, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • menue oseille, petite oseille, enmue surelle, anc. franç.
  • oseille à ma brebis, Aube, Guénin.
  • oseille de brebis, oseille de mouton, oseille de berger, oseille de chien, oseille de lièvre, oseille de crapaud, oseille bâtarde, oseille sauvage, en div. endroits. — nëzëy’ de poû (= o. de porc), Doubs. — ozilhou, m., oojilhou, m., Corrèze. — surelle boquette (= oseille sauvage), Calvad. — surale de vache, surale de brebis, surale de cheval, Belg. wall. — ày'grèto d'azé, f., Vaucluse. — saléta chanina, f., lyonnais, Puitsp.
  • petite vinette, franç. — binèto dé serp, Pays d'Albret, Ducom. — vigne au crapaud, f., franç., Traité cur. des couleurs, 1647, p. 83 ; Nièvre, r. p. — vinelle, franç., Traité cur. des couleurs, 1647, p. 83.
  • rouyole, f., Centre, Jaub.
  • ruid'mé, m., Champoly (Loire), c. p. feu Dumas-Damon.
  • bëralo, f , Moustier-Ventadour (Corr.), r. p. (?).
  • bëdène, f., Rémilly (Pays messin), r. p. (?).
  • pascalo f., pàn dé couvén, m., Provence, Mistr.
  • trichon moc'h (oseille de porc), bret. de Pleubian, c. p. M. Y. Kerleau,
  • trichon logod (= o. de souris), bret. de Lannion, c. p. M. Y. Kerleau.
  • scorlogg, Brescia, Melch. — alleluja blümel, Styrix, Unger.
  • schaepssurckel, anc. flam., Dodoens (A. De C.).


« De la sueur du diable est née une oseille que les moutons ne broutent jamais ; on l'appelle l'oseille du curé [1] ; on n'a


____________________

  1. Je suppose que cette plante est le Rumex acetosella.


[179]

jamais pu la détruire. » Esset (Char.-Inf.), G. Musset, La Charente-Inf. avant l'hist., 1885, p. 119.


Rumex scutatus

Rumex scutatus (LINNÉ). - L'OSEILLE RONDE.


  • oxalis romana, acetosa romana, anc. nomencl., Dodoens, 1557. — lapathum rotundifolium, lapathum rotundum, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • lappace rond, f., Jardin de santé, 1539. — oseille ronde, franç. anc. et mod. — oseille romaine, fr. Dodoens.- L'Escl., 1577. — oseille de Tours, fr., Duchesne, 1544. — oseille de France, fr., Fillass., 1791. — binèto rédoundo, Lot. — malotte rondotte, f., Montbéliard. — surale de dam'selle, Verviers, Lej.
  • saulce, f., sallemonde, f , franç., Régime de vivre, 1561, fet 21 v° — èrbe saouce, f., Landes. — chaouchère, f., Gironde. — sarciy’, f., sèrciyètte, f., Maine-et-L. — saoucilhou, m., Corrèze.
  • vèr juyò, m., vèr jijò, m., vèr jijë, m., vièr jijò, m., vèr jizò, m., vièr jò, m., vièr jë, m., vèr joulò, m., vièr jëlò, m., en div. pat. du Doubs, de la Côte-d'Or, de la H.-Marne et de l'Aube.
  • green sauce, angl. dialect.


Rumex arifolius

Rumex arifolius (Allioni).


  • oseille vierge, oseille stérile, franç., Fillass., 1791. (On la nomme ainsi parce qu'à l'état cultivé elle ne donne pas de semences ; les jardiniers ne cultivant que des individus mâles.)