Solanum (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Lycium
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Physalis


[Tome VIII, 98]

Solanum dulcamara

SOLANUM DULCAMARA. (Linné). — LA DOUCE-AMÈRE.


  • amarum dulce, edera lulea, edera palustris, sobriga, solmago, soluraga, l. du m. â., Rostaf.
  • solanum lignosum, nomencl. du XVIe s., L'Escluse, 1557. — solanum scandens, salicastrum Plinii, circaea Monspeliensium, amara dulcis, dulcis amara, dulcamara, vitis sylvestris, anc. nomencl., Bauh., 1671.


[99]

  • soulané, soulanoun, Pyr.-Or. — douce-amère, f., franç., Furetière, 1708 ; etc., etc. [Quand on mâche les feuilles de cette plante, elles ont d'abord une saveur sucrée, ensuite amère.] — douçoamaro, douçamaro, douçamèro, douçomèro, douçamày'rë, doucho-amèro, douchamélo, douche-amère, douce-amèrte, amère-douce, maro-douço, méara-douça, en divers patois. — douchitt' omèro, f., Pierrefort (Cantal), r. p. — douço amargànto, f., env. de Narbonne, c. p. M. P. Calmet. — merde d'ours, f., env. de Paris, r. p. (Par fausse étym. pop.) — doux-amer, m., Loiret, r. p. — grande douce-amère, mère-douce, Aube. — bois de douce-amère, Le Châtelet (Cher), r. p. — doça-nère (= douce noire), f., Villette (Sav.), r. p. — érbo dé la bouano mèro, provenç., Garcin. [Par fausse étym. pop.] — douce, f., Ardennes, Côte-d'Or. — doucètte, f., Nièvre, Seine-et-O., Mayenne. — dochètte, f., docèta, f., doucëta, f., Ain, Isère. — boussée, f., Tavaux (Jura), r. p. — amèra, f., Archiac (Char.-Inf.), r. p. — amère, f., Palaiseau (S.-et-O.), r. p. ; Pont-sur-Y. (Yonne), r. p. ; Saint-Martin-du P. (Nièvre), r. p. ; Attigny (Ardennes), r. p. — amèriass, m., Veauchette (Loire), r. p. — coumère, f., Ponts-de-Cé (M.-et-L.), r. p. — amèrabé, jargon de Razey près Xertigny (Vosges), r. p. — réglisse sauvage, en divers endroits. — réglisse de rivière, réglisse de saule, Aube.
  • rigolisse de bois, f., Ardennes. — brigôlisse de ru, f., brigôlisse sauvage, argolisse sauvage, récôlique, f., bô mâchan (les enfants mâchent la tige), Vosges, Haill. — èrgalisse, f., (Indre), — bois doux, m., Orne. — bou dà des montagnes (= bois doux des mont.), fribourgeois, Sav. — bouò dë suce (Creuse), r. p. — suçamo, f., Drôme.
  • bonbon de crapaud, Vosges.
  • vigno dei judioou, f., vigno di jusioou, f., provenç.
  • vigne grimpante, folle vigne, vigne au diable, verjus au diable, verjus, raisin au diable, diable en haie, Calvados, Joret.
  • faou éntravadiss (= fausse clématite des haies), m., provenç., Rev. hortic. des B.-du-Rh., 1855, p. 83.
  • liane, f., Indre, c. p. M. Ed. Edmont.
  • érbo dé pouijoun f., Digne (B.-Alpes), Honn. [La tige sert à faire la tisane, mais le fruit est un poison.] — pouéy'zou, m., Moyen Dauphiné, Moutier. — mouréléto-pouy'zoun, f., env. d'Avignon, Palun.
  • yèbe po fé duèrmi (= herbe pour faire dormir), wallon, c. p. M. J. Feller.


[100]

  • morelle rouge, f., vigne sauvage, f., franç., Saint-Germain, 1784.
  • mourélo grìmpày'ro, f., toulousain, Tournon. — morelle grimpante, vigne de Judée, franç., Duhamel Du Monc., Traité des arbres qui se cultivent, 1755, Il, 269. — mourèlha d'amargàn, f., Pyr.-Or., c. p . M. Ed. Edmont.
  • èrbo dé la loco, f., languedoc. — loque, f., Aisne, M.-et-L.
  • herbe di décrâ, bô di décrâ, Meroux (env. de Belfort), Vauth.
  • bô d'ru (= bois de ruisseau), m., Velorcey (Haute-Saône), r. p.
  • rèy'dou, f., Val d'Aoste, c. p. M. Ed. Edmont.
  • meurson, f., jouzè, f., Ruffey près Dijon, r. p.
  • bois de rime, perce-pierre, M.-et-L. — rimounë, f., Chomérac (Ardèche), r. p.
  • érba aou violè, f., fribourgois, vaudois, Sav.
  • cagaréléto, f., Var, Hanry.
  • herbe à la cangrène, Pamproux (D.-S.)
  • bélpériè, m., Saint-Pons (Hér.), Barthès ; Castres, Azaïs.
  • cocquerée, f., fr. du XVIe s., J. Camus, Livre d'heures.
  • erba dé Nosta-Dama, Montpellier, Armanac mountpéliéirenc, 1896, p. 119.
  • erbo dé Nouesto-Damo, provençal, Avril.
  • herbe à la carte, herbe de la bourge, herbe à la fièvre, courge, bronde, perce-pierre, M.-et-L., Desv.
  • mécon, m., env. de Valence (Drôme), r. p.
  • crèyapouè, m., Châble (Valais), c. p. M. Ed. Edmont.
  • bois de coucou, m., env. de Courtisols (Marne), Guénard.
  • boulou erreut (= boules de serpent), boudig glaz (= rameau vert), breton.
  • dulcamara, amaradolce, morella legnosa, salatro legnoso, vite salvatica, vite di Giudea, stalloggi, pastamola, argalizia di mort, tomata burda, corallini, cagadus, tal, dial. ital. — solano trepador, dulceamarga, espagn. — doceamarga, uva de cão, portug.
  • bittersüss, je länger je lieber, hinschkraut (sert à guérir une maladie du bétail appelée hinsche), nachtschatten, tagundnachtschattel, mausholz, natterholz, alfranken, alpranken, scheissbeere, hühnerbeere, dial. all. — zuckergrås, Altkirch (Alsace). — houebei-stâllen, frison. — elfsrank, alfrank, bitterzoet, kwalsterhout, dial. flam. et holl. — œlfthone, heortberige, anglo-saxon. — puzzen barry, fellin-wood, fellon-wood, dial. angl. — troldbär, danois. — trullbär, suéd. [La douce amère était autrefois en usage, dans les pays germaniques, contre le


[101]

cauchemar et la possession causés par les Alpes, les Elfes, les Trolds.]
  • dremire gorm, slat gorm, migbuih, ius na horòche, irland. — miotag buidh, fuath gorm (= diable bleu), gaélique écossais.
  • azari-matsa, basque, Lac. — ebzölö, iszalag, juhszalag, magyar.


« La fille ou femme qui aime et manie la douce-amère sera mère bien des fois dans sa vie. » Naintré (Vienne), r. p.


Langage des fleurs. — « La douce-amère symbolise la Vérité. » Marie***. — « Un bouquet mis extérieurement à la fenêtre d'une fille indique symboliquement que son prétendu est un douçâtre, un imbécile. » Ruffey près Dijon, r. p.


Solanum nigrum

SOLANUM NIGRUM (Linné). — LA MORELLE.


  • solastrum, strumum, lat. de Dioscoride publié par Stadler. — uva lupina, l. du IVe s . apr. J.-C., Oder.
  • strignus, istrignus, estringus, istringus salutaris, struinus, stromum, scumaria glandolaria, solata, dorignius, duriginus, uva canina, uva corvina ?, maurella, morella, millemorbia, milleborbia, milmoria, catabaxia, lomentum, herba ficaria, anarita, frumentaria ? herba campana ?, l. du m. â., Goetz. — marella, maurella, calcamentum, salatrum, solanus, solabium, lat. du m. â., Rostaf. — strumus, strigillum, l. du m. â., Wright. — scelerata, l. du m. â., Benecke. — solatrum, solaticum, solacrum, solanum, solatrum mortale, solago, strychnum, strignum, stringnum, stringium, uva vulpis, lupinum, herba salutaris, maura, nocturilla, nucturilla, nocticulla, blaxola, l. du m. â., Dief. — solatrurn ortolanum, l. du m. â., Mowat. — millemorbida, l. du m. â., Germania, 1881, p. 402. — morella minor, l. du XIVe s., W. Stokes, Welsh. plantn. — cuculus, l. du XIe s., Meyer, Gesch. d. Bot., Ill, 493 ; anc. nomencl., Fuchsius, 1546. (D'après Pline, voy. Dorveaux, Lespl., p. 138.) — uva canina, maurella, morella, solaria, l. du m. â., Simon Januensis, 1486. — herba mora, anc, nomencl., De Bosco, 1496. — ??????????? , gaulois, Dioscoride, IV, 71.
  • solatri, m., maurela, f., morella, f., anc. prov., Rayn. — maourèlo, f., mourèlo, f., murèl’, f., mérèl, f., marèl’, f., mourole, f., mourola nigrë, f., morale, f., morièlo, f., mourilha, f., mourîre,


[102]

f., mourêne, f., morèn’, f., mourègn’, f., morày’, f., morô, m., mouélon, m., mourélou, m., mourrélou négré, m., mourëta, f., morotte, f., mouratte, f., morètte, f., maourélèto, f., moouroulèto nègro, f., en divers pat. — moraille, f., solatre, anc. fr., Duchesne, 1544. — morelle, f., franç. ancien et moderne.
  • maurelle, f., anc. fr., C. Stephanus, Vinetum, 1537, p. 47. — moriele, f., Cambrai, au XIIIe s. — mërunche, f., Germigney (HauteSaône), r. p. — petite morelle, morelle à fruits noirs, franç.
  • mourèlo grìmpày'ro, f., Provence. — morelle à fruits noirs, franç., Buisson, 1779. — nére morelle, f., Vosges, Haill. — èrbo nèro, f., H.-Gar.
  • mémoriale, f., Beaulon (Allier), c. p. M. Ed. Edmont.
  • moghérèle, f., Pessac (Gironde), c. p. M. Ed. Edmont.
  • crève-chien, Normand., H.-Bret., Orléan., Anj., Saint. — crèbo-cò, m., négréputt, m., èrbo dèl tal, Aveyr. — tya-tsin (= tue-chien), fribourg., Sav. — rage de tchin, f., Calvad.
  • poison, m. ou f., franç. très répandu. (Je néglige les formes dialect.) — empoison, Villefranche (Rhône). — cochon-barbari-poison, Saint-Georges des Gros. (Orne), r. p.
  • èrbo do dangi, f., Millac (Vienne), c. p. M. Ed. Edmont. — piànta dé poujàn, f., Menton (Alpes-Mar.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • érbo bouiménco (= herbe bohémienne, herbe des bohémiens), f., Var, Hanry.
  • abon, m., peû d'macrale (= pois de sorcière), m., liégeois, Forir.
  • herbe à la mort, Savoie, Colla. — mort, f., Marcigny (Nièvre), c. p. M. Ed. Edmont.
  • arrête-taupe, m., Achères (Berry), Le Grand, 1898.
  • mort aux couleuvres, Charente. — herbe à crapaud, Manche.
  • herbe à la pourrie, pourrie, përie, Berry, S.-et-L., C.-d'Or. — mousie, f., Aube. — èrba dé la gala, f., Montpellier. — herbe d'épurge, M.-et-L. — pisso-càn, m., Gard. — petite douce-amère, Aube. — bouò amér, m., Creuse.
  • brède, f., Saint-Gatien (Calv.), Jor. [« A l'Ile Maurice on appelle brèdes diverses espèces de plantes voisines du Solanum nigrum. » Bréon, 1820.]
  • coron, m., Ruffey près Dijon, r. p.
  • bonbon noir, Centre, Jaub. — Alller, Olivier.
  • coutérlo, f., Apt (Vaucl.), Col.
  • faoutèrlo, f., faoutèrno, f., Hérault c. p. M. Ed. Edmont.
  • couperôse, f., Guiscard (Oise), r. p.
  • cuyé, Landes, J. Léon.


[103]

  • féghü, m., Chauffailles (S.-et-L.), r. p.
  • tinturè sôvège, m., Champlitte (Haute-Saône), r. p. (Le teinturier est une variété de vigne qui sert à donner de la couleur au vin.)
  • paèvro batar, m , La Biolle (Savoie), c. p. M. Ed. Edmont.
  • verjus au diable, Normandie. — vigne sauvage, vigne vierge, en divers endroits.
  • raisin de regnard, raisin renversé, franç., Cotgr., 1650. — raisin de loup, en divers endroits.
  • èrba d'la priò, f., Replonges (Ain), c. p. M. Ed. Edmont.
  • fèraté, m., jargon de Razey prés Xertigny (Vosges), r. p.
  • teaulenn, breton, Lagadeuc, Cathol. — frount, breton. — sanab, bret., Ernault, Gloss. moy. bret., § 596.
  • solatro nigro, sodra, solano nero, soldano, mora, morella, tossico, teusgu, puvrun sarvaj, scarabascio, cacabàsciu, vite silvatica, ceraselle servagge, struga, uga-strigio, uga ballerina, ballerina, erba dij balun, erba balunera, fascolara, caresta, marôca, margaridarza, tomata agreste, erba puzza, dial. ital.
  • strugiu, struhiu, strijia, ital. de Calabre d'origine grecque.
  • morella roguera, catal. — algalava, espagn., Fragoso, 1621. — tomate del diablo, espagn. — erva moira, portug.
  • nahtscato, nachtscade, nachtschate, nachtschatten, schatwurz, sunnenwerbil, druswurz, cattenbere, rasenber, stockwurz, stapwort, rames adra (= veine de bélier), anc. h. all. — mäuseholz (= bois de souris ; cette plante a tellement l'odeur de la souris, qu'on s'en sert pour attirer les renards dans les pièges), Prusse. — saukraut, morche, berstebeer, alpkraut, dial. all. — ale, asschale, flamand.
  • natskygge, danois. — hansletsgräs, suédois.
  • nihtscada, mixenplant, anglo-saxon. — houndesberie, anc. angl., Mowat. — atterlothe, anc. angl., Halliwell, I, 108.
  • athabae, anc. irland., W. Stokes, Cormac's glossary, p. 10. — domnidhi, moy. irland., W. Stokes (dans Rev. Celt., IX, p. 242.) — y droetrudd, gallois du XIVe, W. Stokes, Welsh plantn.

« Serpens que menja mauréla Tot mantenen renovela = serpent qui mange morelle Tout aussitôt se renouvelle, c.-à-d. change de peau. » anc. prov., Rayn.


Langage des fleurs. «  La morelle signifie : je n'y pense que du bien. » Traité curieux des couleurs, 1647, p. 77. — « Cette plante a ce


[104]

sens symbolique : Tu es cruelle Comme la morelle. » Avon (S.-et-M.), r. p. — « Cette herbe est appelée moellon. Un bouquet mis extérieurement à la fenêtre d'une fille indique symboliquement qu'elle court trop, qu'elle n'a pas peur des moellons. C'est un jeu de mots. » Poncin (Ain), r. p. - « Cette herbe est appelée coron. Un bouquet mis extérieurement à la fenêtre d'une jeune fille nouvellement fiancée indique symboliquement que son fiancé a été jusqu'alors un coureur et qu'il le sera encore après son mariage. » Ruffey (près Dijon), r. p.

Solanum sodomeum

SOLANUM SODOMEUM (Linné).


Sur cette plante voyez Licetus, De pomis terræ Sodomorum temporis maturitatis favillam et fumum intra corticem continentibus loco pulpæ comestibilis (dans son livre intitulé : De Providentiâ et aliis quæsitis, Utini, 1648, pp. 297-304).

Solanum tuberosum

SOLANUM TUBEROSUM (Linné). — LA POMME DE TERRE.


Cette plante a été introduite en Europe à la fin du XVIe siècle. Voici ses noms :

  • papas Peruanorum, papas peruvianum, solanum tuberosum esculentum, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • tuféra, tuféro, tifëra, tifra, tufëla, toufla, tuflë, en divers patois de la Suisse rom., de la Savoie, du Gard et du Puy-de-D. — tuféno, f., Gard, c. p. M. P. Fesquet. — tëfe, f., blaisois, Thibault. — trufa, f., trufo, f., en div. patois du Val-d'Aoste, du Dauphiné, de la Provence, du Languedoc, de Gascogne, du Limousin, de la Marche, de l'Auvergne. — trufe, f., truffe, f., français, Le Prévoyant Jardinier, 1781 ; Normandie, Maine, Ile de France, Beauce, Orléanais, Berry, Champagne, Bourgogne, Bourbonnais, Lyonnais, Dauphiné, Auvergne. — trëfe, f., tréfe, f., trèfe, f., Oise, Lorraine, Bourgogne, Fr.-Comté. — troufe, f., Ardennes, Pays messin, Allier. - trifa, f., trife, f., Valais (Suisse), Isère, Rhône. — trufétt, m., trèfètt, m., trèfé, m., trufé, m., trufou, m., tréfou, m., Aveyron. — truflha, f., vaudois, Bridel. — truflé, m., Die (Drôme), Boiss. — truffle, trufle, m., franç. L. B***, Traité des jard., l775 ; L.-et-Ch. — troufle, f., Vendée. — trouflo, f., trëflo, f., trèflo, f., tourflo, f., en divers patois du


[105]

P.-de-D., du Cantal et de la Creuse. — trèfle, f., Gannat (Allier). — trifol, m., trifola, f., trifolo, f., H.-Loire et Ardèche. — trifola, f., Savoie. — trafole, f., env. de Saint-Jean-de-Maur., Const. — troufý, f., trufý, f., Mayenne, Sarthe, Deux-S. — truche, f., Normandie, Oise, Nord, Meuse, Cher. — strufo, f., Ussel (Corr.) Lép. — truho, f., Ariège. — tartîfla, f., tartiflë, f., tartuflë, f., tartiflha, f., tartéfla, f., tartiflo, f., tartiflé, m., tortiflé, m., tartiflou, m., tartèfle, f., en divers patois de l'Ain, du Dauphiné, de la Savoie, du Lyonnais, de la Provence, du Gard, de l'Ardèche. — tartoufle, f., tartëfle, f., tartëfe, f., Allier, Saône-et-L. — tartoufe, f., franç., Le Prévoyant Jardinier, 1781 ; Cher, C.-d'Or, Allier — tartouy’, f., Doubs, Jura.
  • cartoufle, f., franç., Olivier de Serres, 1600. « CEST arbuste (sic), dit cartoufle, porte fruict de mesme nom, semblable à truffes, et par d'aucuns ainsi appellé. Il est venu de Suisse en Dauphiné, despuis peu de temps en çà. La plante n'en dure qu'une annee, dont en faut venir au refaire chacune saison. Par semence l'on s'en engence, c'est-à-dire par le fruict mesme, le mettant en terre au commencement du printemps, après les grandes froidures, la lune estant en decours, quatre doigts profond, desire bonne terre, bien fumee, plus legere que pesante ; l'aer moderé. Veut estre semé au large, comme de trois en trois, ou de quatre en quatre pieds de distance l'un de l'autre, pour donner place à ses branches de s'accroistre et de les provigner. De chacun cartoufle sort une tige, faisant plusieurs branches, s'esleuans jusques à cinq ou six pieds, si elles n'en sont retenus par provigner. Mais pour le bien du fruit, l'on provigne la tige avec toutes les branches, dès qu'elles ont attaint la hauteur d'un couple de pieds ; d'icelles en laissant ressortir à l'aer quelques doigts, pour là continuer leur ject : et icelui reprovigner, à toutes les fois qu'il s'en rend capable, continuant cela jusques au mois d'aoust, auquel temps les jettons cessent de croistre en fleurissans, faisans des fleurs blanches, toutesfois, de nulle valeur. Le fruit naist quand et les jettons, à la fourcheure des nœufs, ainsi que glands de chesne. Il s'engrossit et meurit dans terre, d'où l'on le retire en ressortant les branches provignees, sur la fin du mois de septembre, lors estant parvenu en parfaite maturité. L'on le conserve tout l'hiver parmi du sablon délié en cave temperée ; moiennant que ce soit hors du pouvoir des rats, car ils sont si friands de telle viande qu'y pouvans attaindre, la mangent toute


[106]

dans peu de temps. Aucuns ne prennent la peine de provigner ceste plante, ains la laissent croistre et fructifier à volonté, cueillans le fruit en sa saison ; mais le fruit ne se prépare si bien à l'aer, que dans terre, en cela se conformant aux vraies truffes, auxquelles les cartoufles ressemblent en figure ; non si bien en couleur, qu'elles ont plus claire que les truffes ; l'escorce non rabouteuse, ains lisse et deliee. Voila en quoi tels fruits different l'un de l'autre. Quand au goust, le cuisinler les appareille de telle sorte, que peu de diversité y recognoit-on de l'un à l'autre. » Olivier de Serres, 1600, p. 513-514.
  • tartoufe, f., Le Chesne (Ardennes), c. p. M. A. Guillaume. — cartouche, f., Gedinne (province de Namur), c. p . M. J. Feller. — cartoufle, f., Jura. — cartofle, f., Meuse. — catrofle, f., S.-et-L. — cartofe, f., Marne, Meuse, Belg. wall. — cartoufe, f., M.-et-L. — catoufle, f., catyoufle, f., fr.-comt. — catifla, f., Ain. — catofle, f., catroch'lhe, f., Rhône. — catroulhe, f., catrouy’, f., Jura, Ain, S.-et-L.
  • trufe rouge, franç., Corps d'observat. de la soc. d'agricult. établie par les États de Bretagne, 1759-1760. — truffe blanche, franç., Le Prévoyant Jardinier, 1781. — trufo blantso, Corrèze. — trufe de goré, f., H.-Marne. — trufe à fleurs, nom facétieux, H. de Kock, Petits chiens de ces dames, 1856.
  • patate de Canada, f., franç., Guy de la Brosse, Nat. d. plantes, 1628, p. 175. — patate d'Allemagne, docum. de 1763, Archives éditées par Charavay, 1890-1891, p. 489. — patate, f., franç., Coppier, Voyage, 1645, p. 92 ; Biet, Voy. de la France équinox., 1664, p. 334 ; Guernesey, Orne, Côtes-du-N., Ille-et-V., Vendée, M.-et-L., Charente-Inf., Gironde, Landes, Cher, Eure-et-L., S.-et-O. (Oise, Aisne, Hesbaye (Belg.) [Le mot s'emploie souvent à Paris par plaisanterie.] — canada, m., Aisne, c. p. M. L. B. Riomet.
  • patata blànca, f., Pyrénées orient., docum. de 1733, Anuari de la assoc. d'exc. catal., 1883, p. 446. — patato, f., provenç., languedoc., gascon. — pëtate, f., Poitou. — pëtote, f., pètote, f., Nord, Aisne, Belg. wall. — patake, f., pëtrake, f., Deux-S., Vendée. — patacon, m., Douai. — potaton, m., Meurthe, Pays messin. — patâde, f., Calvad. — patade, f., Vend., M.-et-L. — patarde, f., pëtarde, f., Vend., May., Sarthe. — patar, m., I-et-V. — patare, f., D.-S. — patano, f., Languedoc, Ariège. — patènne, f., Mayenne, Meurthe. — patin, m., Cantal, Yonne. — tapine, f., S.-et-L. — catine, f., Jura. — toupî, f., Vosges. — patanou,


[107]

m., Aveyr., T.-et-G. — potonil, m., Aveyr. — patafý, f., May. — patache, f., Normand., H.-Bret., Anjou, Poit., Berry.
  • artichaut de terre, fr., Villault, Relat. des Côtes d'Afrique, 1669, p. 381.
  • canada, m., Ardennes, Belg. wall.
  • poumo, f., L.-et-G. — pomme, f., cant. de l'Ile-Jourdain (Vienne), L'Intermédiaire, XXVI, 70. [La vraie pomme y est appelée pomme de bois.] — pomme de terre, franç., La Henriade travestie, Berlin, 1765, p. 12. « Ne blâmez rien en Angleterre ; Louez jusqu'aux pommes de terre Que l'on y mange par ragoût. » — pëmétère, pëm'tière, pëmotière, pin-métère, pom'nétère, pën' de terre, ponètère, pën'tère, en divers pat. du Nord-Est. — pëmotte de tarre, këmotte de tarre, kmodétarre, kmatière, këmartyère, Vosges.
  • prë dé terra (= poire de terre), m., fribourg., Sav. — pèrtère, f., Manche. — périlho, f., Castres. — pouérotte, f., Vosges, Doubs. — grondebire, f., Metz, doc. de 1776, Quépat, Rech. hist. sur la Grande Thury, 1880, p. 185. — crompire, f., franç., La Pomme et la Citrouille, drame lyrique, Mannheim, 1773, p. 5. — gromebîre, gronbîre, cronbîre, cronpîre, glonbîre, cranpîre, cronpîle, conpîre, gonbîre, canpîre, en div. pat. du Nord-Est et de l'Est. — conpîre, f., Allier. — glondebirte, Meuse, Lab.
  • pois de terre, pò de terre, pa de terre, pé de terre, pé-terre, en div. pat. de Normand., H.-Bret., Maine, Anjou, Poitou.
  • màndorro, f., H.-Pyr., H.-Gar., L.-et-G. — mannore, f., Laluque (Landes).
  • toumato, f., toumatë, f., Hautes-Pyrénées.
  • turo, f., ture, f., L.-et-G., Landes.
  • caribola, f., Jura. — kèrboule, f., Doubs. — chirouy’, f., chirouiy’, f., churouiy’, f., Meuse.
  • coriche, f., env. de Belfort. — kéniche, f., Doubs. — pénifle, f., L.-et-Ch. — kinkin, m., Orne. — couco, f., coukë, f., Cantal.
  • cu de poulò, m., Jura,
  • colombière, f., Meuse, Ardennes.
  • viso, Châlonvillars (env. de Belfort), Vauth.
  • fleur de lys, M.-et-L., Annales de la Soc. linn. de M.-et-L., 1853, I, 116. — « Le peuple angevin ayant appris l'intérêt que le roi avait attaché aux expériences de Parmentier et surtout ayant vu avec joie Louis XVI mettre à sa boutonnière le bouquet de fleurs de pommes de terre présenté par le persévérant agronome, voulut que désormais cette plante fût une fleur royale,


[108]

et lui donna le nom de Fleur de Lys. L'habitude d'appeler la pomme de terre Fleur de Lys n'est point complètement, en Anjou, tombée en désuétude, et encore aujourd'hui bon nombre de communes ne lui donnent pas d'autre dénomination. »
  • molante, f., Lille, Debuire du Buc.
  • galérien, m., Sarthe, Montesson.
  • catchoto, f., terme plaisant, Juzet-de-Luchon (H.-G.), c. p. M. B. Sarrieu.
  • pigeon de Terre-Neuve, nom facétieux, Villeneuve S.-F. (Aisne), c. p. M. L.-B. Riomet.
  • orange à cochon, orange à Limousin, orange de ligorgnot (orange de maçon limousin à Paris), orange, termes plaisants.
  • terrude, f., argot des peigneurs de chanvre (Jura), Toubin.
  • terrou, m., argot de Montmorin (Hautes-Alpes), Jouglard (dans Soc. d'études des Hautes-A., 1883, p. 233).
  • dzan, m., dzan tartelin, m., argot des peigneurs de chanvre du Haut-Bugey, Ph. Le Duc, Chans. bress., 1881, p. 307.
  • mothe (av. th angl.), f., argot des maçons de Samoëns (Savoie), Buffet.
  • tétère, f., terme enfantin, Normand., Orléan., Aisne, Pas-de-C., Champagne. — nétère, f., terme enfantin, Marne. — pipîre, f., terme enfant., Liège. — tätä, f., terme en f., Doubs. — toto, m., tutu, m., totola, termes enf., Savoie.
  • patata inglesa, papa, espagnol.
  • sansono, m. (= saxon), ladin.
  • aval douar (= littéral. pomme de terre), breton. — koralou, kou, pl., termes facétieux, breton. [E. E.]
  • grundbirn, grundbire, grumpiren, krumpiren, dial. all.
  • erdpommerlinge, en 1750, schumpumer, en 1807, argot all., Kluge. — feldhönger (= poulet des champs), argot de Luxembourg. — irish apricot, bog-orange (= orange d'Irlandais), murphy (= irlandais), munster-plum, argot anglais.


On trouvera d'autres noms gallo-romans de la pomme de terre dans Gilliéron et Edmont, Atlas ling. de la Fr., carte 1057.


Le fruit de la pomme de terre est appelé :
  • ghèrlò, m., Loiret, r. p. ; Aisne, c. p. M. L. B. Riomet. — bourlètte, f., Quarouble (Nord), c. p. M. L. B. Riomet. — gobiy’, f., Aisne, c. p. M. L. B. Riomet. — canada d'cronpîre, mâyes di


[109]

crompîre (= billes de p. de t.), f. pl., wallon, c. p. M. J. Feller.
  • bitchò, m., Prusse wallonne.
  • bizèlair, wallon, Semertier. (Les enfants s'amusent à le lancer en l'air, au moyen d'un bâton pointu.) — Sur ce jeu et les noms du dit fruit en Pays flamand, voy. A. de Cock et Teirlingk, Kinderspel, III, pp. 83-86.


La longue tige de pomme de terre que l'on brûle ordinairement après la récolte est appelée :

  • fane, f., franç. — fanasse, f., Marne., c. p. M. A. Guillaume. — foûne, f., Pays messin. — flône, f., Eure. — fange, f., S.-Inf. — fiale, f., Deux-S. — fouage, f., C.-d'Or. — age, f., Meurthe. — range, f., Namur. — rinciô, m., Aisne. — brando, f., ran-mo, f., broto, f., ramis, m., Provence. — raouzo, f., Lot, Dord. — rouchar, m., Vendée. — ravache, f., Jura. — jëbiche, f., Berry. — bordon, m., caou, f., caouisse, f., wallon. — balò, m., liégeois. — trè, m. , Hesbaye (Belg.). — mâre, f., Savoie. — chalà, m., Jura. — cholon, m., cholày’, f., chavòy’, f., chaouè, m., fày’, f., feuillée, f., fonce, f., fourne, f., M.-et-L. — trufères, f. pl., Luchon (H.-G.), c. p. M. B. Sarrieu. — trufasso, f., tartiflasso, f., Provence. — pija, m., Nièvre. — bëza, m., frèle, f., May. — fuyëri, m., Belfort. — éclôsson, m., atyochon, m., Meuse. — vert de pomme de terre, E.-et-L., Loiret, Pas-de-C. — fëvâs, m. pl., Ille-et-V., c. p. M. Ch. Lecomte. — favas, m. pl., fénes, f. pl., hatis, m. pl., Ardennes, c. p. M. A. Guillaume. — coton, m., queues, f. pl., Aisne, c. p. M. L. B. Riomet. — cawes, f. pl., rantches, f. pl., rontches, f. pl., bôduron, m., wallon, c. p. M. J. Feller.


Pour l'historique de la pomme de terre, voyez : De Candolle, Origine des plantes cultivées, 1883, p. 36-42 ; Clos, Docum. pour l'hist. de la pomme de terre (dans le Monde végétal, Limoges, 1891).


« Qui fà las pûmos de terro séns fém (sans engrais), Las minjo séns dents. » Corrèze, Gorse.

« A punh sarrat Diou nou da né truhos né blat. » Ariège, Castet, Suppl., 1902.

« Plante moi tôt, plante moi tard, avant mai je ne me leverai. » Pays messin, r. p. ; Franche-Comté, Perron, Prov., p. 44.


[110]

« Se semenos trufos en luno cournudo, trufos cornudos orroncoras = Si tu sèmes des p. de t. en lune cornue, cornues tu les arracheras. » Aveyr., Duval. — « Il ne faut pas semer les p. de t. en croissant, elles seraient de forme irrégulière, mais bien au contraire en décours ou en pleine lune. » M.-et-L., Rev. d. tr. p., 1905, p. 357.

« Val pas uno patano boulido = cela ne vaut pas une pomme de terre cuite dans l'eau, se dit de quelque chose sans valeur. » Aude, c. p. M. P. Calmet.

« On appelle jours sans tortiflés, les jours de fête, pendant lesquels on mange autre chose que des p. de t. » Ardèche. — « Dans ma vie j'ai mangé plus de troufles que de truffes. » Vendée.

« Te dounaraï dé tartiflés = tu n'auras rien ; des nèfles ! » Languedoc, Sauvages, 1785. — « Des patates ! = zut ! » La Gaudriole du 28 février 1892. — « A quelqu'un qui demande ce qu'il y aura à un grand dîner, on répond facétieusement : des pommes de terre à la croque au sel. » Loiret, c. p. M. J. Poquet.

La pomme de terre que l'on fait cuire à l'eau sans enlever la pelure est dite : en robe de chambre, franç. — en grande tenue, Mons (Belgique). — en chemise, Anjou, Artois. — parbolè, m., Namur.

« On appelle crompires pétèyes, f. pl. ou pétés, m. pl., des pommes de terre cuites sous la cendre. » Belg., Body.

« Brôdler des crôpîres = cuire des pommes de terre sous la cendre. », Prusse wallonne, Bastin.

« Trufado, f., = indigeste mélange de fromage et de pommes de terre. » Carlat (Cantal), La Salle, Récits, 1906, p. 138.

« Matchado, f., = mélange de pommes de terre écrasées et de lait chaud. » Massat (Ariège), c. p. M. B. Sarrieu.

« Avec ton nez en pomme de terre bourgeonnée. » Ladimir, Physiolog. du pochard, 1842, p. 49.

« Tu dors, Brutus, et les pommes de terre brûlent — se dit plaisamment à quelqu'un qui s'endort. » Belg. wall.

« Vive la joie et les pommes de terre frites ! » Locut. facét. assez répandue.

« Je va lui crever le buffet aux pommes de terre = le ventre. » Prévost, La Marchande d'amadou, folie-parade, 1803, p. 9.

« Mettre une p. de t. pelée dans la poche correspondante à la dent malade et l'y laisser jusqu'à ce qu'elle soit réduite en miettes. La dent sera guérie. » Hamoir (Belg.), Rev. d. tr. p., 1902, p. 378.

« Pour guérir les rhumatismes, il faut porter dans une poche, jour et nuit, du côté de la jambe affectée, deux pommes de terre,


[111]

une plate et une longue, obtenues par charité à l'honneur de Dieu. » Hainaut belge, c. p. M. J. Feller.

« Si une femme enceinte veut que son enfant ait une petite tête, elle ne doit pas manger de pommes de terre, surtout au repas du soir. » — E. Monseur, Folkl. wallon, p. 36.


Devinette. — « Elle croît aux champs, elle fleurit aux champs et vient dans la maison ôter sa peau. » Trad. du flamand. [A. de C.]


Symbolique. — « Des pelures de pomme de terre, placées le 1er mai, devant la porte d'une fille, symbolisent le mépris qu'on a pour elle. » Malmédy (Prusse wallonne), Wallonia, 1899, p. 83.

« Rêver pommes de terre est un présage de pauvreté. » Wallonia, 1908.


SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • vitelotte, f., cornichon, m., fr., Tatin, 1811. — corne de chèvre, en div. endr. — chômètte, f., Allier. — couillotte, f., Berry. — souris, f., Valenciennes.
  • pomme de terre rouge oblongue, rognon, franç.
  • marjolin, m., marjolène, f., marijolène, f., fougneûse, f., fouyeûse, f., Aisne, c. p. M. L. B. Riomet.

« Un gros nez rouge est comparé à une vitelotte. » Le Tintamarre du 16 mars 1873. — « Elle a le nez fait comme une vitelotte. » Assollant, Amours de Quaterquem, 1860, p. 231.

« La vitelotte est ainsi appelée à cause de sa forme phallique ; on en fait présent avec d'autres légumes, à la mariée, le jour de ses noces. » Somme, r. p.


SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • grosse jaune, saint-jean, six-semaines, patraque de New-York, franç.


SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • hollande, hollande jaune, fr., Tatin, 1811.


[112]

SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • pomme de terre blanche, pomme de terre (blanche) à vaches, patraque blanche, franç.


SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • violette, châtaigne, franç. (Elle a la même pâte que la châtaigne.)


SOLANUM TUBEROSUM (Variété).


  • chardon, f., franç. (Elle a été créée par un nommé Chardon.) — chardone, f., Aisne, c. p. M. L.-B. Riomet. — cardon, f., P.-de-C., c. p. M. Ed. Edmont.


Pour les noms des variétés de pommes de terre, voy. Parmentier, Cult. des p. de t., 1789 p. 38-57 ; Vauquelin (dans Mém. du Museum, 1817) ; L. Dubois, Cours d'agric., 1825, p. 39-42 ; Annales de la Société d'hortic. du dép. du Nord, vol. III (1831), p. 102-118 ; Tollard, Traité des végétaux cult., 1838, p. 95-103 ; Vilmorin, Catal. des variétés de pommes de terre, 1886 ; Body, Vocab. des agricult., p. 55 (pour les noms wallons) ; Haillant, Flore pop. des Vosges, 1886 (pour les noms vosgiens).

Solanum melongena

SOLANUM MELONGENA (Linné). — L'AUBERGINE.


Cette plante, originaire de l'Inde, n'a pas été connue des anciens.

On la nomme :

  • melongena, melongenia, melongiana, malum insanum, lat. du moy. âge. [Cette plante n'est pas nuisible ; si on l'a appelée malum insanum c'est que les botanistes du moyen âge l'ont confondue avec la mandragore. Voy. Grimm, sub verbo dollapfel. Selon D'Herbelot, Biblioth. orient, 1776, mala insana a été fait sur l'italien malanzana.] — melanzana, melongia, l. du m. â. — mellongiano, petrograno, lat. ou ital. du XVe s., J. Camus, Op. sal., p. 90. — solanum hortense esculentumque, anc. nomencl., Guinter, 1532, VII, 63. — amoris poma, nomencl. de Fuchsius, 1546. — mala insana, verengena Toletanorum, anc. nomencl., Bauh., 1671. — melangiane, melangienne, anc. fr. — mélonge, m., franç. du XVe s., J. Camus, L'Op. sal., p. 90 ; L'Arbolayre, s. d.(vers 1490.)


[113]

verangène, f., fr., L'Escluse, 1557. — bérangène, fr., Cotgr., 1650. — béringelle, f., franç., Labat, Nouv. relat. de l'Afrique occident., 1728, V, 390. — bringèle, f., Ile-de-France, Milbert, Voy. à l'Ile-de-France, 1812, Il, 108. — mélongène, f., franç., Furet., 1708. — mélanzène, f., franç., P. Morin, Cult. des fleurs, 1694. — mélantzène, f., fr., Liger, Le Jardinier fleuriste, 1718, I,162. — mèrèndjày'na, f., niçois. — méloundjày'na, f., Grasse. — mérinjana, f., Bas-Dauphiné. — mérìnjano, f., mérénjano, f., méléndyày'no, f., Provence. — mérìngoulo, f., Arles. — mérìndolo, f., provenç., Pellas, 1723. — méoudzano, f., Courthezon (Vaucluse), c. p. M. Ed. Edmont. — mayenne, f., franç., Liger, Le Jardinier fleuriste, 1718, l, 162 ; Labat, Nouv. relat. de l'Afrique Occid., 1728, V, 290.
  • albargina, Pyr.-Or., Comp. — albergame, f., fr., Cotg., 1650. — aoubergino, aoubèrtsino, aoubardzino, languedoc. — aubergine, f., franç., L'Année champêtre, 1769. Il,170 ; etc., etc.
  • obèrcure, f., Saint-Georges-des-Gros. (Orne), r. p.
  • aoubin, m., cévenol, Sauvages, 1785.
  • pomme d'amour, f., anc. franç., C. Stephanus, Seminarium, 1536, p. 55 ; Fuchsius, 1546 ; Pinaeus, 1561 ; etc. etc. [Ce nom a été donné à l'aubergine quand on a commencé à la connaître ; on y a vu une espèce de tomate, laquelle on appelait de ce nom. Avec sa couleur indifférente et sa saveur fadasse, elle n'avait aucun droit à ce nom.]
  • cap d’azé, m., Promilhanes (Lot), c. p. M. Ed. Edmont.
  • bitt d'azou (= vit d’âne). biétt d'azou, biétt-azé, biò d'azé, biotazé, biatazé, viè d'azé, via d'azé, langued., gascon, provenç. — jolibé, m., jargon de Razey près Xertigny , r. p.
  • IJ.z).vtcr:b.'X , 7t HLôÇt"X'J'X , dial. grecs mod.
  • petronciano, petronciana, malanzana, melensena, marisana, milinciano, melangiana, molignano, marignano, cazz maren, dial. ital. — pomi disdegnosi, lombard, Alexis Piémontois, Secrets, 1573, p. 188.
  • verenjena, mançana de amor, espagn., Fuchsius, 1557. — alberginia, esp., Palmireno, 1575. — beringela, portug. — esbarginia, aubarginiera, catalan.
  • melanzan, allem., Plantarum effigies, 1562. — toll-äpfel, lieb-äpfel, allem.
  • pallingenie en 1611, berenjaw en 1673, anglais, Murray.
  • bâdindjân, avec l'article al-bâdindjân, arabe d'Espagne, au XIIIe s., Ibn El-Beïthar. (Ibn El-Beïthar dit que du temps de Rhazès
[114]
(IXe s.), on en faisait un mets appelé bôrâni. C'est l'ancien espagnol alboronia. Voyez Dozy, Gloss. — C'est de l'arabe bâdindjân qui a dû se prononcer *bârindjân à une certaine époque, comme le prouve bôrânî, que viennent les mots bérangène, melangène, merindjana, l'italien melanzana et avec l'addition de l'article arabe al, aubergine.)
  • paterchan, persan. — bédindjân, bédindjâl, arabe.


« Il a le nez violet comme une aubergine. » Le Figaro du 6 oct. 1861. — « Son visage prenait des tons violets d'aubergine mûre. » Germain, La Belle Hélène, s. d. (vers 1900). — « Aubergine = bouteille de vin rouge, allusion à la forme et à la couleur. » argot, Bruant, 1901. — « Elle avait un grand manteau aubergine foncée. » La Vie parisienne, 1890, p. 536. — « Une robe aubergine. » Supplém. illustré du Petit Parisien, 1893, p. 142.

« Andare a ingrassare i petronciani = mourir. » italien.


Devinette. - « Una senyora s'està al terrat, Ab cua verda y. vestit morat = Une dame se tient sur la terrasse avec la queue verte et le vêtement violet foncé. » Catalogne.


SOLANUM MELONGENA OVIGERA (Miller). — LA PONDEUSE.


  • œuf de poule, poule qui pond, franç., Le Prévoyant Jardinier, 1781.
  • plante aux œufs, poulette, franç., Fillassier, 1791.
  • aubergine blanche, franç., Saint-Germain, 1784.
  • herbe aux œufs, Orléans, r. p. — Marne, r. p. M. E. Maussenet.
  • ioou dé poulo, m., Ribaute (Aude), c. p. M. P. Calmet.
  • pondeuse, f., français.
  • eyerpflanze, spanische eier, allemand.


Solanum quitoense

SOLANUM QUITOENSE (Lamarck).


  • orange de Quito, f., franç., Buisson, 1779.


Solanum mammosum

SOLANUM MAMMOSUM.


  • pomme de téton, pomme à chauve-souris, pomme-poison, croc de chien de Cayenne, franç., Saint-Germain, 1784.


[115]

Solanum lycopersicum

SOLANUM LYCOPERSICUM (Linné). — LA TOMATE.


Cette plante, d'origine américaine, est appelée :

  • pomum aureum, pomum amoris, anc. nomencl., L'Escluse, 1557. — pomidoria, nomencl. du XVIe s., Ratz. — tomatl, planta acinosa, anc. nomencl., Nierembergius, Historia naturæ, 1635. — solanum pomiferum, lycopersicon Galeni (on a cru autrefois que les anciens avaient connu la tomate, et on y a vu le lycopersicon de Galien), malum aureum, mala insana, tumatle Americanorum, mala peruviana, anc. nomencl., Bauh., 1671. — lycopersicum esculentum, nomencl. de Miller.
  • pomme d'amour, franç., L'Escluse, 1557 ; etc., etc. — poumo d'amour, toulousain du XVIIe s., Goudelin. — pomme d'or, fr., Molinaeus, 1587. — pomme dorée, fr., Lobelius, 1591.
  • tomate, f., franç., Le Jardinier prévoyant, 1781, p. 18 ; Saint-Germain, 1784 ; etc., etc. — toumata, f., toumato, f., midi de la France. — toumati, masc., Grasse, Honn. ; niçois, Sütt. — toumatiè (la plante), m., Nice. — toumaco, f., Gard. — tomake, f., Loiret. — tomiake, f., Orne. — toumato arrouyo, f., H.-Pyr., c. p. M. P. Tarissan. (Ainsi appelée pour la distinguer de la toumato, qui est la pomme de terre.) — tohotte, f., jargon de Razey près Xertigny (Vosges), r. p. — éstoumagou, m., Montauban, Gatereau. — éstoumaghétt, m., toulousain, Tournon.
  • pomme de loup, f., franç., Saint-Germain, 1784.
  • ugnon rodzou, m., ugnon dé lâ (= ognon de loup), m., tomata, f., fribourg., Sav.
  • pomodoro, pomidoro, pomo d'amore, tomatica, tômàtas, tomatesa, tamatiga, tomata, tamata, pumata , dial. ital. (Nemnich donne albergamo comme nom italien de la tomate. Je n'ai retrouvé nulle part ce mot avec ce sens.)
  • tomates, esp. — tomateiro, tomate, portug.
  • patlagé reshie, roumain, Cihac.
  • liebesapfel, paradiesapfel, tomaten, dial. all.
  • tomâttech, tômatich, tômatoun, arabe.

Sur la tomate, au point de vue historique, voyez : Annales de la Soc. d’Agric. de Gand, t. Il (1846), 451- 452.

« A force de coups de poings il lui réduisit la tête à l'état de tomate blette. » Goron, Coco, 1906.


[116]

« Ce gros homme aux joues couleur tomate passée. » P. De Sémant, Le Sergent Blache, s. d. (vers 1895), p. 33. — « Arroser les tomates = bénir avec le goupillon. » argot, Bruant. — « Les tomates = les menstrues. » argot, Bruant, 1901.

« J'en suis comme une tomate = j'en suis ahuri. » argot, Bruant, 1901. — « Je le regarde comme une tomate = je le crois faible de caractère. » Dumersan, Belles Femmes de Paris, comédie, 1839.

« Monsieur, j'ai un sabre !... ce n'est pas pour enfiler des tomates ! = prenez garde à vous, faites attention à qui vous parlez ! » Dubois De Gennes, Le Troupier à cheval, 1862, p. 35.

« Fraîche comme une tomate en fleurs. » R. Lebreton, La Frangine, tableau popul., 1899.

« Que siés bello ! as de gaouto coumo dé poumo d'amour. » Armana marsihés, 1892, p. 79. — « Ah ! quelle tomate ! se dit de quelqu'un qui a le visage cramoisi. » Commerson, Un mari à l'étouffée, comédie, 1854. — « Ah ! quel pif ! on dirait une tomate ! » H. Moreau, Villa des gaffes, vaud., 1901. — « Sa figure était réduite à l'état de tomate trop mûre. » S. Boubée, Mlle Rébus, 1886, p. 110.


Solanum pseudo-capsicum

SOLANUM PSEUDO-CAPSICUM (Linné). — LE FAUX PIMENT.
  • siliquastrum indicum, nomencl. du XVIe s., Ratzenb.
  • faux piment, faux poivre de Guinée, solanon, amomum, amomon, amome, tomate en cerise, tomate-cerise, cerisette, cerise d'amour, piment-cerise, pomme d'amour, cerise d'hiver, orange de savetier, franç. — agamémon, m., Valenciennes. — géntilé, provenç., Lions. — cëlîhi d'Espagne, m., Liège, c. p. M. Semertier.
  • ceresa d'Spagna, Piémont. — pimentão doce, gingeira do Brazil, portug.