Plantaginacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Acanthacées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Rubiacées


[234]

397. Plantago major L.

[III/1290; p:879] PLANTAGINACÉES

M. - La graine de cette espèce (ar. = lissan el hhamal) est, en Egypte DUCROS, 1930), employée comme adoucissant et rafraîchis­sant. En lavages et en fomentations on l'utilise dana les affections in­flammatoires. Elle est aussi prescrite comme astringent et tonique dans les cas de diarrhées.

Plantago lanceolata (ar. = ziwal ; fr. = plantain lancéolé) et Plantago major (ar. = sel el ma ; fr. = plantain majeur) sont signa­lés comme ayant des propriétés antiprurigineuses et anti-inflammatoi­res (LEMORDANT et al., 1977).


398. Plantago amplexicaulis Cav.

[III/1291; p:879]

M. - Comme la poudre des feuilles et des tiges, les graines des plantains (P. amplexicaulis ; P . ovata ; P. albicans et surtout P. psyl­lium) sont émollientes mais peu employées (GATTEFOSSÉ, 1921).


399. Plantago lanceolata L.

[III/1292; p:880]

M. - LEMORDANT et al. (1977) signalent les propriétés de cette espèce (cf. à Plantago major n° 397).


400. Plantago ciliata Desf.

[III/1294; p:882]

A. - LARRIBAUD (1952) a signalé l'usage des graines de « hilma » pour la fabrication des galettes (cf. à Aristida pungens var. genuina n° 027).


401. Plantago ovata Forsk.

[III/1295; p:882]

M. - La poudre des feuilles et hampes florales de ce Plantago, ainsi que de P. psyllium, P. albicans, est très réputée comme astringente pour favoriser la cicatrisation des blessures (BOUQUET, 1921).

Les expériences cliniques faites par CHOPRA (in CHOPRA et al., 1960) mon­trent que la graine de plantain donne d'excellents résultats dans les cas de dysente­rie amibienne ou bacillaire et de diarrhée chronique provoquée par l'irritation de l'appareil gastro-intestinal. Cependant étant indigestes, ces graines peuvent entraîner une obstruction mécanique des intestins et il convient, si possible, afin d'éviter ce risque, de les tremper durant plusieurs heures dans l'eau avant leur ingestion. Il est


[235]

recommandé aussi de ne pas broyer ni de mastiquer ces graines. Les auteurs rap­portent également les nombreux principes actifs contenus dans ces graines.

PARIS et MOYSE (1971) rapportent que les graines de cette plante, plus ri­ches en mucilage que celle de Plantago psyllium, sont très utilisées comme laxatif mécanique. Leur propriété anti-inflammatoire est à l'origine de leur emploi dans les soins contre les ulcères gastriques, les colites, les infections des reins et de la vessie.

A propos de cette eepèce (ar. = aloura, lakmet ennadj ; fr. = ispaghul) LEMORDANT et al., (1977) rapportent également ces deux emplois comme laxatif et anti-inflammatoire.


402. Plantago albicans L.

[III/1298; p:883] PLANTAGINA­CÉES

M. - L'espèce est astringente selon BOUQUET (1921) et GATTEFOSSÉ (1921) (cf. à P. ovata n° 401 et à P. amplexicaulis n° 398).

Nous avons relevé en Tunisie, dans la région d'El Hamma de Gabès, l'emploi de la tisane de ce « plantain » contre les gonflements de ventre, recette en usage autant pour les humains que pour les animaux domestiques.

Les graines riches en mucilage pourraient (PARIS et MOYSE, 1971) avoir des propriétés émollientes et laxatives semblables à celles de Plantago psyllium (n° 404). Ceci était déjà signalé par AHMED et al. (1965) qui considéraient qu'il s'agissait de l'espèce égyptienne la plus riche en mucilage.


403. Plantago coronopus L.

[III/1300; p:886]

A. - Les graines de cette espèce (« degaa ») fournissent un lé­ger appoint d'alimentation ; elles sont moulues, comme le blé et l'or­ge, ou écrasées puis préparées en bouillies (JOLY, 1910).


404. Plantago psyllium L.

[III/1303; p:888]

P. afra L., combinaison retenue pour Flora europaea, nous sem­ble la plus correcte dans la nomenclature actuelle.

M.D. - Les propriétés astringentes de la poudre de cette plante la rendent très appréciée dans les soins de blessures (TROTTER, 1915 ; BOUQUET, 1921).

La graine est également émolliente note GATTEFOSSÉ (1921) (cf. P. amplexicaulis n° 398).


[236]

DUCROS (1930) souligne qu'en Egypte la graine du « psyllium » comme celle du lin, est utilisée en macérat ou en décocté comme adoucissant et rafraîchissant dans les cas d' affections des reins, de l' appareil urinaire et dans les cas d' hémorroïdes internes.

Les expériences cliniques ont été rapportées par CHOPRA et al. (1960) (cf. à Plantago ovata n° 401).

Il est par ailleurs reconnu (PARIS et MOYSE, 1971) à ces graines, riches en mucilage, des propriétés émollientes et laxatives. Les mêmes auteurs indiquent que les capsules, également riches en mucilage, sont utilisées dans l' industrie des ap­prêts.

La propriété laxative de cette espèce (a.r. = lissane asfour ; fr. = psyllium) est également soulignée par LEMORDANT et al., (1977).