Fagacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Juglandacées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Urticacées


[71]

081. Castanea sativa Mill.

[II/10; p:11] FAGACÉES

Ce taxon est aussi connu par une autre combinaison synonyme C. vulgaris Lam.

D.A. - L'écorce, riche en tannin gallique, est utilisée dans l'industrie du tanna-


[72]

ge, alors que les fruits servent d'aliment (PARIS et MOYSE, 1967 ; LEMORDANT et al., 1977).


082. Quercus suber L.

[II/12; p:14] FAGACÉES

M. - Les " noix de galle ", qui se développent sur les feuilles de ce chêne, servent en Algérie (DORVAULT et WEITZ, 1945) à com­poser un liniment pour frictionner les boutons survenant souvent à la tête des enfants. C'est également, selon ces mêmes auteurs, la pou­dre de ces « noix » que les chirurgiens arabes utilisent pour accélérer la cicatrisation des plaies d'armes à feu.

D. - Bien entendu, cette espèce (ar. = fersi, fernan ; fr. = Chêne liège) est surtout appréciée pour son liège (LEMORDANT et al, 1977).


083. Quercus ilex L.

[II/14; p:15]

A. - Les glands, comestibles, sont largement utilisés en Kabylie, signale TROTTER (1915).

D. - Le « Chêne vert », comme le chêne kermès (cf. Quercus coc­cifera n° 084), est susceptible de porter l'insecte nommé Coccus illicis. Nous n'avons cependant pas confirmation de cette présence sur Quer­cus ilex en Tunisie.

084. Quercus coccifera L.

[II/l5;p:15]

Longtemps eonsidéré comme étant une graine, le « kermès » est de fait le corps desséché de la femelle de diverses espèces de Coccus, insecte de la famille de Coccidées, dont les principales espèces sont Coccus illicis et Coccus vermilio. Ces insectes (ar. = quermez habb, fr. = kermès) vivent sur le Quercus coccifera L. et le Quercus ilex L. Leur présence est attestée en Tunisie, par POTTIER-ALAPETITE, sur le Quercus coccifera L.

M. - Dans le droguier égyptien (DUCROS, 1930), le « kermès » est employé comme astringent, dessicatif et sert à la préparation de certains éluctuaires stimulants et aphrodisiaques. Cette vertu astrin­gente est également rapportée par LEMORDANT et al. (1977).

[73]

D. - Les « kermès », qui se récoltent en juin, après la mort des femelles consécutive à la ponte, servaient pour la teinture des étoffes et des fils en « écarlate » (JATTEAU, 1977).