Urtica (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Avis au lecteur du tome 10
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Cannabis


[Tome X, 1]

Urtica

Urtica (genre) (Linné.) — L'ORTIE.


  • urtica, latin (c.-à-d. celle qui brûle). — [Il est probable que le verbe uro n'a fait ici qu'influer, par étymologie populaire, sur la forme d'un mot différent; cf. WALDE, Latein, etymol. Wœrterb., 2e éd., 1910 (E. E.)].
  • ortica, agaliphes, agalis, elinici» stica, teoritica, tyortica, l. du m. â., Goetz.
  • alphe, ygia, ozminim, ozima (la semence), l. du m. â., Mowat. — acalephe, acalife, califfa, acalippe, acalipta, acalite, agaricum, hygrida, ygridia, azion, arudina (la semence), l. du m. à., Diek. — Cliden, conandrum (la fleur), l. du m. â., Du C. — ardevia (la semence), acantum (la semence), l. du m. â., Germania, 1888, p. 300. — urtica pungens, acantia, orminum, ygida, l. du. m. â., Renzi. — Voir le Thesaurus de Munich, t. I (1900), p. col. 246, s. v. acalephé.
  • agarucum, l. du m. â., Germania, 1888. p. 299.
  • oruza, l. du m. â., Simon Januensis, 1486.
  • acaneum orminum, l. du m. â., Synonyma, 1623.
  • urtique, f., normand du XVe s., Œuvres de Blondel, éd. Héron, 1891, I, 111.
  • ourtiga, f., anc. prov., Rayn. — anc. gasc, Arch. hist. de la Gironde, XI, 2e part., p. 82. — Bas-Dauph., Mout. — nis, Sn. - Gard, Roug. — Montp., Gou, 1762. — Cette (Hér.), r. p.
  • ortiga, f., anc. prov., BARTSCH, Chrestom., 1892, col. 552. — mentonais, Andr.
  • hourtiga, t., Larboust (H.-G.), Sacaze.
  • hourtigue, f., anc. gasc, Arch. hist. de la Gir., t. XI, au gloss.


[2]

  • ourtigo, f., provenç., Garid., 1716. — Var. — Vaucluse. — Gard. — Hér. — Aveyr. — Aude. — Loz. — Ariège. — H.-G. — H. P. — Gers. — Lembeye (B.-P.), r. p.
  • hourtigo, f., Cassaigne (H. G.), r. p. — Monléon. — M. (H.-P.), r. p.
  • artigo, f., Puget près Fréjus (Var), r. p.
  • ourtrigo, f., Aubin (Aveyr.), r. p.
  • ooutrigo, f., Figeac, Pu. — Gourdon (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • outrigo, f., env. de Nîmes, d'Hombres.
  • aoutrido, f., Lot, Daymard, Chants p. du Quercy, p. 344.
  • ourtigoulä, f., Rivesaltes (Pyr.-Or.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ourtigh’, f., Mimbaste, Laluque (Landes), r. p. — Béarn, Les. — Gir., Lat.
  • hourtigh’, f., La Teste (Gir.), Moureau.
  • aourtigh’, f., Libourne (Gir.), c. p. M. L. Durand-Degrange.
  • urtigh’, f., Chalosse (Landes), c. p. M. de Laporterie.
  • ortugh’, f., ortrugh’ f. (Char.-Inf.), Jôudin.
  • ountriguè, f., Mur-de-Barrez (Aveyr.), Carb.
  • ourtic, m., Villefranche-de-R., Rodez (Av.), r. p. — L.-et-G., r. p. — Toulous., Tourn. — Tarn, r. p. — Montauban, Gat. — Gondrin (Gers), c. p. M. H. Daignestous. (Le mot fait habituellement ourtits au pluriel; à Castelnau-de- Montmirail (Tarn), ourtiss.)
  • hourtic, m., Labouheyre (Landes), c. p. M. F, Arnaudin. — Pays d'Albret. Duc.
  • ountric, m., ountrits au pluriel, Lauzerte (T.-et-G.), r. p.
  • aoutric, m., Agen, Villeneuve-d'Agen (L.-et-G.), r. p., Lablenque (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • aoutritt, m., Lot, r. p.
  • ortidyo’, f., Mende (Loz.), r. p.
  • artic, m., Puy-l'Evêque (Lot), r. p.
  • étrudýo, f., env. de Guéret (Creuse), r. p. — Saint-Léonard (Corr.), r. p.
  • aoutridjyo f., Puybarraud (Cher), Rev. d. pat., III, 199.
  • éy'troudjo f., éy'troudjâ au plur., est du dép. de la Creuse, A. THOMAS (dans Arch. d. Missions, 1879, p. 439).
  • étroudjo, f., Saint-Georges-Lap. (Creuse), r. p.
  • ètrudjo, f., Saint-Alpinien, Vallières (Creuse), r. p.
  • étroudji, f., Crocq (Creuse), r. p.
  • ètroudj m., êtroudjé au plur. Pont-Charraud (Creuse), r. p.
  • itourdji, f., Orcines (P.-de-D.), c. p. feu Dumas-Damon.
  • ourkidzâ, f., Mezères (Haute-Loire), r. p.


[3]

  • ourtëdza, f., Besse (P.-de-D.), r. p.
  • ourtigc, f., Morvand, Chamb.
  • ortuge, f., Char.-Inf., r.p. — M.-et-L., Desv.
  • ortruge, f., Centre, Jaub.
  • artrujo, f., Château-Ponsac (H.-Vienne), r. p.
  • étrujo, f., Saint-SuIpice-de-L. (H.-Vienne), r. p.
  • êtruge, f., Eguzon (Indre), TISSIKR.
  • êtrouge, f., Montluçon, Ebreuil (Allier), r. p.
  • otrouge, f., Allier.
  • étrugéy’, f, Dun (Creuse), r. p.
  • oukitije, fr., anc. fr., Brandin.
  • ortive, f., anc. fr., God.
  • ourtiyo, f., Laguiole, Saint-Geniez (Aveyr.), r. p. — Dourgne (Tarn), r. p.
  • ortiyo, f., Uzès (Gard), r. p. — Meymac (Allier), r. p. — Molles (All.), r. p.
  • ortiy’, m., Fiers (Orne), r. p.
  • ortiy’,f,, Châteauroux (Indre), r. p. — Boulogne-s.-M. Haign.
  • ôrtiyë f., Bourg-Saint-Maurice (Savoie), r. p.
  • ortriy’, f., Geareniers (Aisne), r. p.
  • ërtriy’ f., Aubenton (Aisne), r p.
  • ourtilha, f, Perloz (Val d'Aoste), r. p. - Celles (Puy-de-D.), r. p.
  • ourtille, f., franc., COLLART, Bouche du Cheval, Brusselles, 1627, p. 149.
  • ortoile, f, anc. fr. du nord-ouest, GOD.
  • ortile, f, montois, Sig. — Valence, Héc. — Cateau-Cambrésis, Solesmes (Nord), r. p. — Marquion, Magnicourt-s.-C., Hesdin, Auxy-le-Ch. (P.-de-C), r. p. — Somme, r. p.
  • ourtile, f., Méharicourt (Somme, r. p.
  • ortrile, f., Bohain (Aisne), r. p.
  • ortéy’, f., Arleuf (Nièvre), r. p. — Clary (Nord), r. p. — Haumont-l.-la-Ch. (Meuse), r. p. — Champlitte (H -S.), r. p.
  • oùrtèy’, f., Belgique wallonne.
  • oûrtèye, oûrtéye, ôrtiye, f., wall.
  • piquante oûrtèye, f., par opposition aux lamiers, blanc et rouge, que le vulgaire confond avec les orties, wall.
  • neûre oùrtèye, f , par opposition au lamier blanc, wall. — J. Feller.
  • ourtëy’, f., Noroy-le-B. (H -Saône), r. p.
  • ourtiyé, masc.?, ourtiyès au plur., Laguiole. Mur-de-Barrez (Aveyr.), r. p.
  • ourtidzo, f., Estandeuil (P.-de-D.), r. p. — Vais, Gras (Àrdèche), r. p.


[4]

  • ortyidza, f., Chamalières (Hte-Loire), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ourkidzo, f., H.-Loire), Arn.
  • ourtitsê, f,, Albi (Tarn), r. p.
  • outridza, f, Cheylade (Cantal), r. p.
  • outridzo, f., Les Vans (Ardèche), r. p.
  • outrëdza, f., Condat (Cantal), r. p.
  • outridzê, f., outridza au plur., Dienne (Cantal), r. p.
  • aouiridzi, f., Pléaux (Cantal), r. p.
  • outrêy'dza, f., Haute-Loire, Derib. de Ch.
  • otrudzé, f., Salignac (Dordogne), r. p.
  • ootrudzé, f., Hrive (Corr.), LEP. — Souillac (Lot), c. p. M. R. Faurès.
  • otrudzo, f., env. de Sarlat (Dord.), r. p.
  • strnidzë, f., Paulhaguet (Hte-Loire), c. p. M. Ed. Edmont.
  • étrudza, f., Saint-Georges-de-Mons (P.-de-D.), r. p.
  • étrudzo, f., Marsac (Creuse), r. p.
  • étroudzo, f., Eygurande (Corrèze), r. p.
  • étrrudzë, f., étrudzé au plur., La Courtine (Creuse), r. p.
  • étourdzë, f., étourdzä au plur., Jumeaux (P.-de-D.), r. p.
  • itourdzë, f., Vinzelles (P.-de-D.), Dauzat, p. 88.
  • strudzé, f., Mont-Dore (Puy-de-D.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • éy'trudzé. f., Tulle, Lep.
  • éy'troudzé, f., Ussel (Corr.), Lep.
  • éy'troudzo f., Bourg-Lastic (P.-de-D.). r. p.
  • éy'trudz, m., éiftradzê au plur., Sornac (Corr.), r. p.
  • itrudzo, f., Ambert (P.-de-D.), r. p.
  • itroudze, f., Limagne (P.-de-D.), Pommerol.
  • oustrédza, f., Chaudesaigues (Cantal), c. p. M. P. Le Blanc.
  • éstruidz, m., Lavoute-Chilhac (H.-L.), r. p.
  • ëstridza, f, Besse (P.-de-D ), r. p.
  • astrigoula, t., Sorède (P.-Or.), Conill.
  • strigoulä f., Ille-sur-Têt (Pyr.-Or.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • éstrudzë, f., Davignac (Corr,), r. p.
  • éstruidz, m., Lavoute-Chilhac (Haute-Loire), r. p.
  • strudza, f, Brioude (H.-Loire), c. p. M. P. Leblanc.
  • intrudza, f., Tulle (Corr.), LEP.
  • intrudzé, f., Corrèze, près Tulle (Corr.), r. p.
  • éntrujé, f., Orgnac (Corr.), r. p.
  • étitrujé. f., Saint-Ybard (Corrèze), La Roche.
  • ourtrizo f., Pierrefort (Cantal), r. p.
  • oustrizë, f., Chcylade (Cantal), r. p.
  • ooutruzo, f., Lanouaille (Dord.), r. p.


[5]

  • étruzo f., Eymoutiers (Haute-Vienne), r, p.
  • étruzé, f., Gentioux (Creuse), r. p. — Saint-Hilaire-d.-Courhes (Corr.), r. p.
  • itruzë, f., itruzê au plur., Donzenac (Corr.), r. p.
  • itrëdz’, f., Mouton (Puy-de-D.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ourtitsé, m., Albi (Tarn), r. p.
  • otritse, f., Laveissière (Cantal), r. p.
  • ourtice, f., Ponts-de-Cé (M.-et-L.), r. p.
  • ortiçå, f., Juillac (Corr.), r. p.
  • ourtija, f., Bas-Dauph., Moutier.
  • ortijo, f., Thiers (P.-de-D.), r. p.
  • aoutrijo, f., Fournels (Lozère), r. p.
  • aoutrijé, f., Lozère, Soc. d'Agr. de la Loz., 1852, p. 80.
  • oriije. f.f Châteauneuf-sur-Ch. (Char.), r. p. — Balzac (Char.), Chapelot, Contes balzat., 1901, p. 05. — Char-Inf., r. p. — Mauzé-s.-le-M. (D.-S'), r. p. — Saint-Maixent (D.-S.), Feuille du Cultivat., 22 frim. an VII. — Pamproux (D.-S.), c. p. M. B. Souche. — Jazeneuil (Vienne), r. p. — Maillezais (Vendée), c. p. M. Ph. Telot.
  • urtyo, f., Briançonnais, Chabr. — L'Argentière (H.-Alpes), r. p.
  • ërtyo, f., Charpey (Drôme), Bellon.
  • ortier, m., anc. franc., God.
  • ortie, m., Montbéiiard, Cont. — Lyonnais, Puitsp.
  • ourtié, m., Vallorbes (Suisse), Vall. — Crémine (Suisse), Deg.
  • ourklhé, m., Fribourg, Haefelin.
  • orkýè, m., Guilhy (Indre), r. p.
  • ërkýè, m., Martigny (Valais), r. p.
  • orkýi, m., ortýi, m., Nérondes, Germigney (Cher), r. p.
  • orcüu, f., Varennes (Allier), Duchon.
  • ourtýi, m., Champs (Cantal), r. p.
  • oukýi, m., Orchamps (Jura), r. p.
  • ourtý, m., ourtýa, au plur., Annonay (Ardèche), r. p.
  • ortiy’, f., Normandie. — Picardie. — Artois. — Ile de Fr. — Cham¬pagne. — Bourgogne. — Berry. — Orléanais. - Touraine. — Bret. fr.
  • ôrtiy’, f. Crèvecœur-le-G. (Oise), r. p. — Bourg-Saint-M. (Sav.), r. p.
  • ourtiy’, f., namur., Nied. — Marchenoir (L.-et-Ch.). r. p.
  • artiy m., Villeneuve-Saint-Nie. (E.-et-L.), r. p.
  • ortriy’ f., Aisne, r. p. — Nesle (Somme), r. p. — Gaye (Marne), Heuill.
  • ërtriy’, f., Aubenton (Aisne), r. p.


[6]

  • ooutriyo, f., Antoine, Brétenoux, Bétaille, Tauriac (Lot), r. p. — Beynac (Dord ), r. p.
  • ooutriyo, f., Aurillac, r. p. — Mur-de-Barrez (Av.), r. p.
  • otriy’, f., Yonne, Joss.
  • ourti-o, f., Aude, c. p. M. Calmet. - Livron (Drôme), c. p. M. E.-H. SIBOURG. — Die (Drôme), Boiss.
  • ooutri-o, f., Le Vigan (Lot), c. p. M. R. Fourès. — Saint-Céré (Lot), r. p.
  • ortya, f-, La Chapelle (Sav.), r. p. — Saint-Genis-l.-Oll. (Rhône), Rev. de Phil. fr., 1889, p. 165. — Roisel (Somme), r. p.
  • ourtya, f., Firminy (Loire), r. p. — Saint-Antoine (Isère), r. p. — Bagnard (Valais), Cornu. - fribourgeois, Sav.
  • urtya, f., vaudois, Sav. — Haut-Dauph., Mout. — Alpes dauph., Nie.
  • uartya, f., Champsaur (H.-Alpes), Soc. d'Et. des H.-Alpes, 1883, p. 232.
  • ërtya, f., Mizoen (Isère), r. p.
  • orkýa, f., Thénésol (Sav.), r. p.
  • ourtchya, f., Hérémence (Valais), Lav.
  • oursya, f., Estavayer (Suisse rom.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ortsa, f., env. de Moûtiers de Tar. (Sav.), r. p.
  • ortse, f., env. d'Albertville (Sav.), Const.
  • ourtchë, f., env. de Moûtiers-de-Tarentaise, Const.
  • darse, f., dârse, f., Savoie et H.-Sav., Const.
  • ortie, f., franç.
  • ourtie, f., anc. franç. — Jura, Ille-et-V.
  • outsi, f., Montain (Jura), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ostrie, f., anc. fr., Monc's Anzeiger, 1836, col. 61.
  • ostriy’ f., Faux-Fresnay (Marne), Guillemot, Faux-Fr., 1897, p. 35.
  • orti, masc, Bretagne-franc. — Normandie. - Ile de France. — Champagne. — Orléanais. — Berry. — Maine. — Anjou. — Poitou. — Touraine. — Forez. — Savoie. — Bresse.
  • ôrti, m., L.-Inf. — Savoie.
  • ourti, m., oûrti, m., Isère, H.-Sav., Ain, Jura, S.-et-L., Nièvre, Allier, L.-et-Ch., Loiret, S.-et-O., Orne.
  • ourtî. f., Jura.
  • urti, m., Coligny (Ain), Clédat.
  • uërti, m., Saint-Jean de Bournay (Isère), r. p.
  • évèrtiy’, f.. Ruffey, près Dijon, r. p.
  • èrti, m.y Saint-Valérien (Yonne), r. p.
  • arti, m., Olivet (Loiret), r. p. - Env. de Valenciennes, r. p.
  • ortri, m., Le Châtelet (Cher), r. p.


[7]

  • ortri, fém., Reims, Saub.
  • arki, m., Ravières (Yonne), r. p.
  • orci, m., Provins (S.-et-M.), r. p.
  • oustri, m., Le Buisson (Dord.), r. p. — Le Bugue, Issigeac (Dord.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ousti, m., Langeac (H.-Loire), r. p.
  • orta, masc., env. de Fougères (Ille-et-V.), r. p.
  • orta, fém., Archiac (Char.-Inf.), r. p.
  • rota, f., Montluel (Ain), r. p.
  • ustri, f., Bourgnac (Dord.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • usca, f., Bulle (Suisse), r. p.
  • jusca, f., fribourgeois, Savoy.
  • ortô, m., Dainville (P.-de-C), r. p.
  • ortè, m., Fougerolles (Mayenne), r. p.
  • ortè, fém., Saint-Aubert (Nord), r. p.
  • ërti, fém., Rufley près Dijon, r. p.
  • eûrti, f., Luzy (Nièvre), r. p.
  • orti, fém., Sées(Orne), r. p.
  • outyo, f., Les Fourgs (Doubs), Tiss.
  • outýî, f., Petit-Noir (Jura), RICH. — Ghaucenne (Doubs), r. p.
  • outýî, masc., Marnay (H.-Saône), r. p.
  • otýî, f., Germigney (H. Saône), r. p.
  • ëtiy’, f., Saulxures-s.-M, (Vosges), r. p. — Bourberain (C.-d'Or), Rab.
  • outiy’, f., Arçon (C -d'Or, r. p. OUtèg% f., Vosges, HAILL . — Orchamps (Jura), r. p. *outèy’, fém., ôti, f., Autet (H.-Saô.), God. — Aube, Baud. — Vosges, Haill.
  • outi, f., oûti, f., Courcuire (H -Saône), r. p. — Mont-sous-Monnet (Jura), r. p.
  • ëti, f., Vosges, Haill. — Flavigny (Côte-d'Or), c. p. M. E. Edmont.
  • ëtu, f., Cernois près Semur (C.-d'Or), c. p. M. H. Marlot.
  • outchî, masc., Bournois (Doubs), Rouss. - Cubry (Doubs), r. p. — Vaudioux (Jura), Thév.
  • outchî, fém., Montbél., Cont. — Plancher-l-M. (H.-Saô.), Pou.— Vesoul (H.-Saô.), r. p. — Env. de Belfort, Vauth.
  • otchî, m., Velorcey (H.-Saô.), r. p.
  • ëtchî, m., Val d'Ajol (Vosges), r. p. — Servance (H.-Saô.), r. p. - Clerval (Doubs), r. p. — Damprichard (Doubs), GRAMM.
  • oughyë,f., Dompierre (Suisse), Gauchat.
  • oustri, m., Le Buisson (Dordogne), r. p.


[8]

  • astrigol, m., Pyr -Orient., Companyo.
  • éstruge, f., Brioude (H.-Loire), c. p. M. P. Le Blanc.
  • ortyon, m., Pierrefonds (Oise), r. p.
  • ortidière, f., Les Andelys (Eure), r. p.
  • éscordiy′ (= échardille, petite écharde), f., Béthune (P.-de-C), Corblet.
  • cuchôrte, f., env. d'Etalle (Luxembourg belge), r. p. — Chiny (id.). c. p. M. Ed. Edmont.
  • këcharde, f., Luxembourg wallon, Dasnoy.
  • kichotte, f., Saint-Hubert (Belg.), Marchot.
  • k'châte, f., Bastogne (Pays wallon), Zeliqzon.
  • choke, f., Rainville (Vosges), r. p. — Bouceux, Tranqueville, La Neuveville-s.-Ch. (Vosges). Haill. [En Lorraine quand on se brûle subitement les doigts on crie : chok !]
  • chake, f., Meuse, Varlet. — Maxey-s.-V. (Meuse), Soc. d. lettres de Bar-le-D., 1901, p. 83. - Fraize (Vosges), Haill.
  • hhake, f., Plainfaing (Vosges), r. p.
  • tchocò, m., Plancher-l.-M. (H.-Saône), Poulet.
  • chocotte, f., env.de Baccarat (Meurthe), r. p.
  • chogrien, m., Fresnes-au-Mont (Meuse), c. p. M. Ed. Edmont.
  • chokèsse, f.. Baccarat (Meurthe), r. p. — Bains (Vosges), r. p. — Vosges, Haill.
  • chôkèsse, f., Vosges, Haill.
  • hhokèsse, f., Gerbépal (Vosges), Haill.
  • chakèsse, f., La Poutroye (Alsace), Simon, p. 185.
  • chocan, m., Vosges, Haill.
  • chocure, f., Bomont (Vosges), Haill. — Allain (Meurthe), Ad.
  • chôdure, f., Pays messin, Jaclot. — Env. de Montmédy, r. p. — Peuvillers (Meuse), Varlet.
  • chàdure, f., Rosières-aux-Sal. (Meurthe), r. p.
  • chodeure, f., Wsippy (Pays messin), r. p.
  • échôdure, f., Attigny (Ardennes), r. p. — Bulson (Ardennes), c. p. M. N. Goffart. — Chattancourt (Meuse), Varlet. — Stenay (Meuse), r. p. — Méréville (Meurthe), r. p.
  • échodyure, f., Milly (Meuse), c. p. M. Ed. Edmont.
  • hhôdure, f., Kezonville (Pays messin), r. p.
  • hhodure, f., Vandoeuvre (Meurthe), c. p. M. B. Fourès.
  • hhâdure, f., Amelécourt (Meurthe), r. p.
  • hhadiure, f.. Serres (Meurthe), Adam.
  • hhôdyeure, f., Landremont (Meurthe), Adam.
  • chodyon, m., chadyon, m., chédyon, m., Vosges, Haill.


[9]

  • chodrule, f., Bouillon (Lux. belge), c. p. M. Ed. Edmont.
  • chàdon gri, m., Corniéville (Meuse), r. p.
  • tchonchëdi, f., Orcet (P.-de-D.), r. p.
  • toucri, f., Courtisols (Marne), Guénard.
  • thâtre (av. th angl. - écharde?), f., argot des maçons de Samoens, Buffet.
  • brûlant, m., Meuse, Labourasse.
  • ponhen (= poignant), m., albigeois, docum. de 1485, Rev. du Tarn, I,41.
  • pikètte, f., Pissy-Poville (S.-Inf.), r. p.
  • picò, m., Cambrai, r. p. — Namur, Pirsoul.
  • apikianô, m., Veauchette (Loire), r. p.
  • pinaflé, m., env. de Valence (Drôme), r. p.
  • fissou, m., env. de Béziers, J. Laurès, Lou campestre, 1878, p. 281.
  • ortie verte, f., anc. fr., Arnoul, 1517. — Pissy-Poville (S.-Inf.), r. p. (On l'appelle ainsi parce qu'elle a les fleurs vertes, par opposition au Lamium qui est appelé ortie rouge ou ortie blanche à cause de la couleur de ses fleurs. Voyez à l'article Lamium.)
  • orti vert, Marigny, Anneville-s.-M. (Manche), r. p.
  • ortile verte, f., Molliens-aux-Bois (Somme), r. p.
  • outrizë grénadë (= ortie grainée), f., Trizac (Cantal), r. p. (Par opposition à l’outrizë qui est le Lamium.)
  • ourtchi grani, f., La Chambre (Savoie), r. p.
  • orti-gravê, Sologne, LE GRAND.
  • darsa, f., darsé au plur., La Biolle (Sav.), Pringy (Hte-Sav.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • linhadenn, bret. moyen ; sur ce mot et ses variétés en bret. moderne, dans les autres langues celtiques, etc., Cf. Ernault, Gloss. moy. bret., 368, 391; L'épenthèse des liquides en bret. (Annales de Bret. XIV); Pedersen, Vergleich. gramm. I, 186, 492, E. E.].
  • linard, bret. de Pleubian (C.-du-N.), c. p. M. Y. Kerleau.
  • linent, bret. de Lannion, c. p. M. Y. Kerleau.
  • lenad, bret. de Cléden-Cap-Sizun, c. p. M. H. Le Carguet.
  • bonodjif, bret. de Grand-Champ (Morbihan), r. p.
  • ardica, ardicula, sicilien, Caglia.

Voir d'autres noms de l'ortie dans Gilliéron et Edmont, Atl. ling. de la Fr., fasc. 21, carte 951.

  • brandnetel, netel, néerl.
  • broeinetel, broeinekel, netel, nettel, nittel, tingel, dial. holl. et flam., (A. de C.).


[10]

Un lieu rempli d'orties est appelé :

  • urticeta, lat. du m. â., Goetz.
  • urticinetum, l. du m. â., Dief.
  • urtier, m., ortière, f., ortillière, f., anc. fr., God.
  • ourtighyè, m., niçois, Sutterlin.
  • ourtigà, m., ourtighèr, f.. béarn., Lespy.
  • ourtighéa, f., ourti-a, f., Alpes-Maritimes, Devoluy, Noms de lieux, 1903.


Toponomastique :

  • L'Ortigue, loc. des B.-du-Rh., Mortreuil.
  • Rec d'Ourtigue, lieu-dit près Béziers, Soucailles, Rues de Béziers, 1899, p. 78.
  • Artigae, lat. de 1117, Les Artigues, loc. de la Dordogne, De Gourguet.
  • Saint-Nicolas-des-Froides-Orties, loc. du Limousin, LEROUX, Arch. civ. de la H.-Vienne, 1882, p. 137.
  • Artigias ou Cartigias, doc. du Xe s., Artigas, doc. de 1296, Sartigas, doc. de 1470, Sertiges, doc. de 1472, Artigues, doc. de 1639, Lortigues, doc. de 1552, Artinhac, doc. de 1288, Ortigairia, doc. de 1350, Ortigier, doc. de 1310, Ortrigiers, Ortiges, doc. de 1639, Ortriges, l'Ortigou, les Ortilles, les Artilles, les Ortiles, les Ortals, les Ortrels, loc. du Cantal, Amé.
  • les Artiges, les Artiers, loc. du P.-de-D., Bouillet.
  • les Ortyes, doc. de 1535, loc. de la Drôme, Brun-Dur.
  • Urteriae, lat. de 1349, les Ultières, doc. du XVe s., les Urtières, loc. de la Savoie, Vernier.
  • Urtières, doc. de 1341, loc. du Lyonnais, Gallia christ., IV, 256.
  • les Ortioux, loc. des Deux-Sèvres, Gouget, Arch. des D.-S., 1890, série E, p. 6.
  • Urticetum, lat. du moy. â., l'Ortiguel, l'Orly, l'Ortier, l'Ortray, loc. de l'Eure, Blosseville.
  • l'isle aux Orties, île dans la rivière d'Eure, Blosseville.
  • l'Ortille, lieu dit dans l'Oise, Cartier.
  • l'Ortier, le Lortier. l'Ourtié, l'Urqui, le Plan Lurqui, le Lurquier, loc. de la Suisse rom., Jacc.
  • rue de l'Ortie, rue de Paris au XVIIe s., A. Franklin, Estat des rues de Paris, 1873, p. 105.


Onomastique : De l'Ortigue, D'Ortigue, D'Ortigues, Ortigue, D'Artigues, Ortie, Hourtie, Artige, Artigaut, De Malortie, De Malartic, Deshorties, noms de famille. Lortie, Lourtie, Ortille, Ortis, Ortisset, Oustrie (Hérault). — [Ortus — H. G.].


[11]

Toponomastique et Onomastique


Artiga


Si Rolland avait vécu, il aurait certainement — au moins sur les observations de ses correspondants du sud-ouest — supprimé une partie des noms donnés sous ces rubriques. Pour moi, éditeur, j'hésite à faire le départ de ces formes diverses, et je préfère respecter son texte, mais en faisant des réserves.

Artiga, dans différentes graphies, est une forme méridionale, surtout pyrénéenne et espagnole, pour désigner une terre nouvellement défrichée, comme essart dans le français du centre et du nord. Déjà L. Larchey, dans son Dictionnaire des Noms, Paris, 1880, le remarquait sous les noms Artige, Artigae, Lartigue. — Larchey expliquait en même temps les noms Sart, Sarteanx, Sartelet, Sartîaux, Sartines, Sarton comme contenant le français (Es)art et en dérivant. J'ignore de quelle partie de la France est originaire la famille connue de Sartiges, mais il vient certainement d'essart, en se rapprochant des dérivés d’artiga, avec cette différence que dans le sud-ouest le g reste dur, comme en espagnol.

Ce nom d’artiga a longtemps intrigué les romanistes, jusqu'à ce que M. Schuchardt l'expliquât par un bas-latin *essartum, c.-à-d. comme un doublet régional de notre français essart ; voir Zeits. f. rom., Phil. XXIII, analysé dans la Romania, XXVIII (1899), p. 458 ; et cette explication est adoptée dans la troisième édition de G. Kœrting, Lat.-Rom. Wœrt, n° 900.

Le terme artiga est bien connu dans notre région pyrénéenne. En lisant le présent article en épreuves, M. L. Batcave, d'Orthez (B.-P.), m'écrivait que le nom signifiait en Béarn., « essart, terre défrichée »; et M. Tarissan, d'Argelès (H.-P.), m'écrivait de son côté :

« Artiga, Artigues, etc., noms de lieu, me paraissent n'avoir rien de commun avec l'ortie. Peu de communes dans les Pyrénées n'ont pas leur quartier des artigues ou des artigaus (pron. artigos-artigaous), artigalets, artigalas, etc. Partout ces mots désignent des quartiers de montagne défrichés, la plupart du temps convertis en prairies. »

Il est inutile de multiplier ces exemples de la toponymie. Les exemples de noms patronymiques ne doivent pas être rares. En août dernier, je lisais dans un journal de la région le nom de M. Artiguenave dans le département des Hautes-Pyrénées, nom qui signifie


[12]

simplement « essart neuf ». Le Bottin de Paris, édition de 1909, donne les noms : Artiganave, Artige, Artiges, Artigou, Artigue, Dartiguelongue, Dartigues, Lartigue, Lartigues... Ces noms, qui viennent certainement du sud-ouest de la France, n'ont rien à voir avec l'ortie.

H. Gaidoz.




Piquer, flageller quelqu'un avec des orties se dit :

  • urticare, L du m. â., Dief.
  • ortiier, ortier, ourtier, urtier, uertier, ortoier, auc. franç. God.
  • enortier, hourtigà, Pays d'Albret, Ducomet.
  • ourtigà, béarnais, Lespy.
  • ountriyà, Aurillac, r. p,
  • artiyé, Villeneuve-Saint-Nicolas (E.-et-L.), r. p.
  • ourtî, wallon, Body.

[La forme est au contraire oûrti. — oûrti signifie aussi « piquer » en parlant de l'ortie même : lès oûrtèyes n'oûrtihèt nin l'meûs d'awous’, les orties ne piquent pas le mois d'août. — J. Feller.]

  • ortilyé, Valenciennes, Hécart.
  • ortiyé, Saint-Pol (P.-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ortigé, ostrugé, Centre, Jaubert.
  • ostriyé, Gaye (Marne), Heuill.


  • chuc d'ourtigues (jus d'orties), vin de mauvaise qualité, Arrens (H.-P.), c. p. M. Camélat.

« Les gourmets disent que le vin, pour être bon, doit ortier le palais, c'est-à-dire le piquer doucement. » Richelet, 1710. — « Les vins de Reims ortient agréablement le palais. » Texte de 1701, Soc. d'hist. de Beaune, 1890, p. 124.

« Gracieux comme une poignée d'orties », anc. franç., Gloss. de l'ancien théâtre franc., IX, 72. — « Dous coum u punh d'ourtigues. » Béarn, LESPY. — « Vous êtes de vraies poignées d'orties; qu'on vous tâte à n'importe quel bout vous piquez toujours. » J. Bujeaud, Jacquet-Jacques, roman poitevin. — « Il est aussi cru qu'une ortie. » Cladel, Crète-Bouge, roman quercinois. — « Rétru comme un pape den un alot d'ortiles » (rétru — vif, éveillé ; alot = pied, touffe), Saint-Pol (P.-de-C), c. p. M. Ed. Edmont.

« La femme est semblable à l'ortie Qui se laisse approcher et qui picque d'abord. » Chevreau, Poésies, 1656, p. 163.


[13]

« Hélas! si ung pou la poignoit l'ortive d'amours comme elle fait moy. » anc. franc., God.

« Etre ortillé d'une chose = désirer vivement une chose ; elle est ortillée de se marier = elle veut absolument se marier. » Seine-Inf., Delb.

« Maou dé l'ourtigo = éruption de la peau, urticaire. » Provence, Mistr.

« Faire sçay ce qu'on me commande Et plus encore la moitie ; Je sçay à quoy sert une ortie », XVe s., Picot et Nyrop, Nouv. Rec. de farces, 1880, p. 206.

« Mais tout chou ne leur vault une fuelle d'ortie. » Reiffenb., Cheval au cygne, III, 47. — « Ils ne doubtent le mort une fuelle d'ortie. » Idem, III, 143, — « Ils n'avoient conquis une foeille d'ortie. » Roca, Rom. de Baud., 1841, I, 262.

« Jardin aux orties = cimetière. » Berry, G. Sand, Jeanne.

« Jeter le froc aux orties - renoncer à être moine. » Damerval, 1508. (On trouve dans ce sens jeter le froc aux choux, dans Noel du fail, éd. Ass., I, 47.) — « Gecter (quelque chose) aux ortyes = en faire mépris. » Les Mal Contentes, farce, s. d. (vers 1500).

« Je m'en vay luy mettre l'ortie Et l'aiguillon dessous le flanc = je vais lui donner du fil à retordre », XVIe s., Remy Belleeau, Œuvres, éd. Gouv., III, 303.

« Etre sur des ortiyes = être sur des épines, ne pas être à son aise. » S.-Int., Delb.

« Elle marche dans sa chambre comme si elle estoit paquetée d'orties = elle marche à petits pas, pour marquer de la délicatesse. » Aventures des Champs-Elisées, comédie, 1693. — « J'ay le cul ortier = je ne puis rester en place, » Anc. franç., E. Picot, Rec. de sott., I, 82.

« Urit mature quod vult urtica manere », prov. lat. du moy. âge, Reinsberg-Duringsfeld. - « On congnoit tost l'ortie qui ortier doit », anc. franc , Langlois. — « Ortie qui doit poindre hasteement ortoie », anc. franc., God. — « Nature l'ot ja apris. Car ortie c'ortiier doit Tempre ortie ; aujourd'hui ont voit Si tempre ortiier les enfans. » Renard le nouvel, éd. Méon, cité par God.

« L'ortie est poignante, Fouis est qui la plante, Mieulz vault le persil. » Disputation de Salomon (dans Anzeig. f. Kunde d. d. Vorz., 1836, c. 60.

« Promittunt unguentum et dant stimulum ; promittunt rosas et dant urticas. » Hervieux, Fabul. lat., 1884, II, 591.


[14]

« Terra salutiferas herbas, eademque nucentes Nutrit, et urticae proxima saepe rosa est. » Ovide, Remed. Am., 45, 46. — « Fragrantes vicina rosas urtica perurit », prov. lat. du m. à.. Binder. — « J'ai veu de lez l'ortier Florir et croistre lou rousier », anc. franç. God. — « Il n'est riens qui n'ait son contraire..., Les espines sont près des roses, Aussi est l'ortie poignant Jouxte l'erbe souef joignant. » Romvart, p. 368.

« La rose est près de l'ortie. » Hervieux, Fabul. lat., 1884, I, 481.

« On cognoist tost l'ortie qui ortier doit. » (Prov. communs, XVe siècle, dans Le Roux de Lincy.)

« Le jardin est bel et noble où ourtye ne peut venir en sa saison = heureuse la maison où ne peut s'introduire la trahison. » Chronique de 1387 citée dans Revue de l'Avranchin, 1885, p. 541.

« Pour une ortie reboutée (repoussëe, revenue) Ne desprisons un jardinet ; Chacun n'a pas son molin nect. » J. BOLCHET, Faitz et dictz de Molinet, 1531, fol 52 recto.

« Mets le derrière dans les orties et dis laquelle t'a piqué = tu ne sais qui pouvoir accuser de ce qui t'arrive. (Se dit ailleurs à propos des fourmis.) Loiret, r. p.

Propre comme une feuille d'ortie. — Quelle est la feuille la plus propre autour de la maison ? C'est celle de l'ortie parce qu'on ne peut s'en servir pour se torcher le derrière.

« Je prie à Dieu que, quand vous voudrez chier, Que vous n'ayez clarté en nulle sorte Et qu'en la main une ortie bien forte Puissiez trouver pour torcher le brodier ». — XVII e s., Rec. de poés. franç., 1856, v. 255.

« On dit ironiquement d'une maison dont les abords sont mal tenus : c'est une maison très propre, la preuve est qu'on ne peut y chier autour, parce qu'il ne s'y trouve que des orties. » Sarthe, r. p.

« Corne disse il culo all'ortica : Io ti conosco, mal' erba », ital., MONOSINI, 1604. — « Mi e'1 sior N. semo nemighi come l'ortighe e'l tafanario » Generi brighelleschi, Milano, 1859.

« Et qui torca l'estre (l) d'ortiguas N'aura jamays verms ni morenas. » Languedoc au XVIIe s., Noulet, Ordenansas.

« Il faut donc presser nostre sensualité par travaux continuels, et non la chatouiller par repos perpétuels : car elle est semblable à l'hortie qui picque si elle est maniée délicatement, ce qu'elle


____________________

(1) Estre = chose, machin. C'est un euphémisme.


[15]

ne faict estant pressée rudement entre les mains. » Josse, Déroute de Babylone, 1612, p. 257.

« Sur quelles touffes d'orties (1) a-t-elle marché pour me traiter de la sorte ? » Henrion, Drelindindin, comédie, 1802, p. 15. — « He hast pist upon a nettle — il est de méchante humeur. » Anglais Chambaud, 1776.

« Pour prendre des orties sans se piquer, on dit, en faisant des signes de croix, et en chantant : Ortiga, ortiga, Si m' punxas y' l' capellà ho sap. Te llevarà 'l cap — ortie, si tu ne piques et que le prêtre le sache, il te coupera la tête. » Catalogne, Rev. d. l. rom., 1874.

« Une personne qui a l'habitude de prendre les orties sans se piquer, c'est-à-dire brusquement et par en dessous, dit à un autre, tout en saisissant les orties à pleines mains : tiens! tu vois, nous sommes dans un mois où les orties ne piquent point ; essaye plutôt. L'innocent y touche et se pique horriblement. » Env. de Paris, r. p.

« On dit à un enfant : l'ortie ne pique pas ce mois. En effet l'ortie ne pique pas le mois mais l'enfant. » Harou, Folkl. de God. (Belg.), 1893, p. 28.

« Quand on est piqué par des feuilles d'ortie, il faut prendre des feuilles de doque (Rumex patientia) et en frotter vivement la piqûre en disant : doque, doque, tu en as menti, tu ne m'as pas piqué » ; env. de Cherbourg, c. p. par feu J. Fleury. — « In dock, out nettle. » Anglais. Chambaud, 1780. « L'ortie a piqué mais la mauve a léché = le remède est à côté du mal », prov. turc, Barb. de Meyn.

« Quand quelqu'un s'est ortillé il se frotte avec la menthastre en disant : origa me ortigou, mendrasto me sarou. » Portugal, Leite de Vasc., Trad. pop.

« Pour qu'une femme enceinte ait un garçon, il faut que le mari cache, sous le matelas, à son insu, une poignée d'orties fraîches cueillies au soleil. » Zola, L'Assommoir.

Por esprover vie ou mort d'homme. Metez racine d'ortie en un uri¬nai et pisse le malade dessus et pis soit covert et soit mis la nuit hors en segret lieu, et, au matin, se l'urine est blanche si morra, et s'el est verte si garra, XIVe s., Romania, p. 368, 1908.

« Se vous voulez savoir d'un enfant, se il vivra ou non, prenez une


____________________

(1) Cf. la locution connue : sur quelle herbe avez-vous marché ?


[16]

ortie, si la metez en s'orine ; se vous la trovez vert au secont jour, il vivra, se non il morra. » J. Camus, Récept., p. 13.

« Lorsqu'on voulait s'assurer si un malade devait vivre ou mourir, des matrones prenaient une branche d'ortie, la plaçaient dans l'urine du patient qui venait de pisser, et la laissaient infuser ainsi pendant vingt-quatre heures. Si au bout de ce temps, l'ortie se trouvait racoquillée ou pourrie, c'était un signe de mort ; si elle restait verte, la guérison du malade était assurée. — Les Islandais croient que cette plante, qu'ils nomment netla, a la vertu de préserver des sortilèges, et ils conseillent d'en former des verges pour frapper les sorciers à nu. » A. de Chesnel, Dict. des Sup., 815. [Ed. Edm.]

« Pour guérir la jaunisse on doit pisser sur des orties pendant neuf jours consécutifs. » Vosges, Richard, Trad. de la Lorr., 1848, p. 150.

« He has pissed on a nettle = il est irritable, acariâtre, de mauvaise humeur. » Anglais, Chambaud, 1770. — « He his nettled at something = même sens. » Id.

[De même en haut Léon. : staotet war al linaotr, pisser sur les orties = être de mauvaise humeur, Milin ms. E. E.]

[ « En em flipa(ta) gant linaotr koz euz ar gridasa ken na glogorennfe. Se frotter d'ortie griesche est un remède contre la paralysie », Milin ms. Le breton veut dire : se fouetter de vieille ortie la plus piquante, jusqu'à ce qu'il se forme des ampoules. C'est la formule de la recette. — E. E.]

« Pour cirer les meubles les paysans se servent de jus d'orties dont ils les frottent jusqu'à ce qu'ils reluisent. » Eure-et-L., r. p.

« La graine d'ortie introduite dans l'eau empêche celle-ci de bouillir. » Somme, r. p.

« Si une fille manie la fleur d'ortie, son prétendu, au lieu de l'épouser, mettra un balai devant sa porte et elle restera sans se marier. » Env. de Valence, r. p.


Devinettes. — Elle brûle et n'est pas du poivre, elle cuit et n'est pas du feu, elle pique et n'est pas un serpent (l'ortie), serbe, Novakovitch.


Langage des fleurs. — « L'ortie signifie trahison. » Traité curieux des couleurs, 1647, p. 78. — « L'ortie symbolise la cruauté, la méchanceté. Leneveux, 1837. — Un bouquet d'orties placé le


[17]

1er mai à la fenêtre d'une fille indique qu'elle est de mœurs légères. » Malmédy (Prusse wall.), Wallonia, 1899, p. 83. — « L'ortie signifie rupture. » B.-du-Rh., Vill, III, 258 et 467. — « Un bouquet d'orties placé à la fenêtre d'une fille indique symboliquement que l'on ne sait pas par quel bout la prendre. » Ruffey, près Dijon, r. p.

« Sous une image représentant une ortie est écrit : si vous la touchez légèrement, elle vous piquera. » La Feuille, Devises, 1693.


Jeux. - « Les enfants ont un jeu qui consiste à se battre avec des paquets d'orties. » Pierrefonds (Oise), r. p.


Sur l'ortie employée comme mets le jeudi-saint voy. Rev. d. tr. p., 1893, p. 535.

La racine d'ortie mêlée à de l'eau-de-vie et du savon passe pour faire repousser les cheveux ; wall.

Les pauvres au printemps ne dédaignent pas la soupe aux jeunes orties ; ils disent que l'ortie renouvelle le sang ; wallon. — J. Feller.


Urtica urens

Urtica urens (Linné). - LA PETITE ORTIE


  • cania, latin de Pline.
  • cnide, grec ou latin, selon Fuchsius, 1546.
  • ortica cineidis, urtica masculus, ortica graecanica, ortica graganica, l. du m. â., Goetz.
  • urtica graeca, l. du m. â., Mone, Quellen d. teutsch. Liter., 1830, p. 283 ; Mowat.
  • urtica granatica, urtica grenatica, urtica grecanica, urtica ganica, urtica germanica, urtica gratuita, greganega, garganica, grenanica, gireranica, granonica, azion, l. du m. â., Dief. ; Steinm.
  • dormentilla, l. du m. â., Wright, 1884.
  • granocinita, l. du m. â., Germania, 1888, p. 305.
  • bastardus, l. du m. â., docum. de 1410, Germania, 1892, p. 187. — bostarus, boschardus, l. du m. â., Dief., 1874, col. 780.
  • urtica romana, urtica mas, anc. nomencl., Dodoens, 1557.
  • urtiga urens minor, urtica minor, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • ortie grecque, f., anc. franc., Thes. theut. ling., 1573.
  • ortie griesche, f., ortie grièche, f., franç., Reinsch, 1880 ; Arnoul, 1517 ; Duchesne, 1544 ; etc., etc.


[18]

  • ortie ghërièche, f., Le Mans, Maulny.
  • ortie griache, f., anc. franç., Palsgrave, 1530.
  • ortie graeche, f., anc. franç., Solerius, 1549.
  • ortie grieuce, ortie griauce, griuge ortie, wallon namurois du XVe s., J. Camus, Manuscr. nam.
  • ortie griant, f., Cambrai, doc. du XIIIe s., Coulon, Hist. des remèdes, 1892, p. 66. — M.-et-L., Bâtard.
  • urtyo gréy'zéy'sso, f., Briançonnais, Chabrand.
  • urtya gréssécha, f., Alpes dauphin., Moutier.
  • ourtia, f., Suisse romande, H. Savoy, Flore rom.
  • ortie griyée, f., Anneville-sur-Seine (S.-Inf.), Jor.
  • ortiy' grise, f., Linas (S.-et-O.), r. p.
  • ortie gringette, f., anc. franç., Pinaeus, 1561.
  • grindjéta, f., Vaudois, Bridel.
  • ortie de grange, f., Char.-Inf., r. p. — Chef-Bout. (D.-S.), Beauch. — Pamproux (D.-S.), c. p. M. B. Souché. — Maillezais (Vend.), c. p. M. Ph. Telot. (Cette ortie se trouve fréquemment aux abords des granges.)
  • ortie masle, f., ortie romaine, f., franç., L'Escluse, 1557.
  • aoutridzi, malë, f., Pléaux (Cantal), r. p.
  • petite ortie, f, franç, Lobelius, 1591 ; etc., etc.
  • ourtiga ménuda, f., Gard, Pouzolz.
  • ortige folle, f., env. de Pamproux (D.-S.), c. p. M. B. Souché.
  • ortie sauvage, f, Saint-Clémentin (D.-S.), r. p.
  • ortie barbarisque, f., anc. franç., Arnoul, 1517, fet 50, recto.
  • ortigo barbarano, f., provençal, Solerius, 1549.
  • urtie picquante, f., franç., Duchesne, 1544.
  • ortie piquante, f., Saint-Désir (Calv.), JOR.
  • ortrile piquante, f., Bohain (Aisne), r. p.
  • ortèy' malègne, f., Champlitte (H.-Saône), r. p.
  • ortie noire, f., anc. franç., Reinsch ; Arnoul, Révélat, de plus. remèdes, 1651, p. 6.
  • orti noir, m., Château-Renault (Indre-et-L ), r. p.
  • orti nér, m., Vimarcé (Mayenne), r. p.
  • otchi nouér, m., Velorcey (H.-Saône), r. p.

Urtica pilulifera

Urtica pilulifera (Linné).


  • urtica romana, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • ortie romaine, ortie à balles, franç., Buisson, 1779.


[19]

  • rouge urtèy’ f., anc. franç., Mowat, p. 193.
  • ortie rouge, f., Indre-et-L., Yonne, r. p.
  • orti à dinde, m., Varengeville-s-Mer (S.-Inf.), r. p. (On donne cette ortie aux dindes pour les engraisser.)
  • ortiy’ des dindes, f., H.-Marne, c. p. M. A. Daguin.
  • ortigola, f., La roque des Albères (Pyr.-Orient.), Carrère. [La grande ortie est appelée ortigoul.]
  • dindière, f., Claye (S.-et-M.), r. p.
  • ortuin, m., Montaigut-le-Blin (All.), c. p. M. .J. Duchon de la Jarousse. (On y appelle artrouge l’Urtica dioica.)


Urtica dioica

Urtica dioica (Linné). — LA GRANDE ORTIE


  • urtica herculanea, lat. de Pline. (Identif. incertaine.)
  • urtica femina, l. du m. â., Goetz.
  • urtica major, anc. nomencl., Dodoens-L'Escluse, 1557.
  • urtie grande, franç., Duchesne, 1544.
  • grande ortie, f., franç , L'Escluse, 1557 ; etc., etc.
  • ourtigasso, f., env. d'Avignon, Palun.
  • ortie fœmelle, anc. franç., Platine, 1548, p. 142.
  • aoutridzi fumélë, f., Pléaux (Cantal), r. p.
  • ortèy' fègne (= ortie fine), f., Champlitte (H.-Saône), r. p.
  • orti blanc, m., Château-Reuault, Bossée (Indre-et-L ), r. p.
  • ortie de grain, f., Namur, Pirsoul.
  • artrouge, f., Montaigut-le-Bl. (Allier), c. p. M. J. Duchon de la Jarousse. (On y appelle ortuin l’Urtica urens.)
  • granta jusca, f., fribourgeois, H. Savoy, Fl. rom.