Quercus (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Castanea
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Carpinus


[Tome X, 129]

Quercus (genre)

Quercus (genre) Linné. — LE CHÊNE.


  • quercus, quercora (plur.), quercia, casnus, chesnus, l. du m. â.

[Les romanistes restituent un gaulois *cassano ou *cassino pour expliquer les formes françaises qui vont suivre. Voir aussi les noms de lieu gallo-romans dérivés de ce mot dans Holder, Alt-Celtische, Sprachschatz, col. 823-4, H. G.]

  • cerne [1] , m., caisne, m., cesne, m., quesne, m., chesne, m., chasne, m., chesgne, m., chiesme, m., chisne, m., chaienne, m., channe, anc. franç.
  • casser, m., cassé, m., cassu, m., casso, m., cassou, m., chassain, m., chassaing, m., Glandier, m., anc. dial. méridion.
  • cassou, Béarn, L. Batcave.
  • charne, m., Lemmecourt (Vosges), Haill.
  • kêne, kèn', kày'ne, týènô, m., týày'né, tyène, tyèn', tchâne, tchane, tchêne, tchin-ne, tsénou, tsanou, tsâgnò, m., tsày'né, tsan-na, f., tséne, tsagne, tsine, tsône, thane (avec th angl.), chin-ne, chày'né, chîne, chêne, m., chêne, f., chanô, chane, chiné, châgne, changne, chè, çagne, en divers patois.
  • chèm’, m., Pierrefonds (Oise), r. p.
  • cassé, m., caché, m., cassi, m , cassou, m., en divers pat. du Languedoc, de la Gascogne et de la Guyenne.
  • tsachon, m., tsassou, m., H.-Loire et Cantal.
  • chassàn, m., tsachàn, m., tsossàn, m., çachan, m., Corrèze.
  • chôssi, m., Loire, chôssë, m., chaoussë, m., chassë, m., Rhône.
  • garois, m., jarris, m., jaurris, m., anc. franç., God.
  • garies, anc. franç., Lacombe, Dict. du Vieux Lang. [Ed. Edm.]
  • garric, garritt, gorric, gorritt, gorri, tsarri, zarri, jarritt, en divers patois anc. et actuels du Languedoc, de Gascogne, du Limousin et de l'Auvergne. [Le sens de ces mots est variable selon les localités ; tantôt il signifie jeune chêne, tantôt chêne en général, tantôt chêne-kermès, tantôt chêne blanc, tantôt chêne rabougri qui pousse dans les garrigues ou lieux incultes.] — Et voir plus loin, p. 135 et 145.
  • galié, m., provençal, Mistr.

____________________

  1. [J'ignore où Rolland a pu prendre cette forme querne (avec r), elle me paraît une erreur de copie ou avoir été inspirée à un scribe par le souvenir du latin quercus. Pourtant quelques lignes plus bas Rolland donne charne. - H. G.]


[130]

  • rouré, raouré, rouvé, roué, roulé, rouiré, roubé, révou, m., en divers patois du Languedoc, du Roussillon et de la Provence. [Ed. Edm.]
  • blaccasius, blacha, blachia, l. du m. â., en Provence, Du C.
  • blacas, m., blacà, m., blaco, f., blachà, m., blacassou, m., Provence, Dauphiné, Gard. (Comme le mot garric, le mot blacas n'a pas toujours un sens bien déterminé ; il signifie selon les endroits un chêne, un jeune chêne, un chêne blanc, un chêne rabougri, une trochée de petits chênes.)
  • glande, f., anc. f., God., IV, 287.
  • aglanier, m., anc. prov., P. Meyer, Chans. de la crois. d. Albig., 1875, I, 400.
  • glandier, m., anc. fr., Duez, 1664.
  • glantiè, m., Clinchamps (Calv.), Jor.
  • aglané, m., Landes, Métiv., p. 709.
  • glinô (accent sur la première syll.), m., Uzès (Gard), r. p.
  • gomas, m., Promilhanes (Lot), c. p. M. Ed. Edmont.
  • arbré, m., Eymoutiers (H.-Vienne), r. p. (Le chêne est l'arbre par excellence.)
  • arbre, m., Vallières (Creuse), r. p.
  • aoubré, m., Saint-Hilaire-les-Courbes (Corr.), r. p.
  • aoubri, m., Pleaux (Cantal), r. p.
  • tsano tardu, m., fribourg., Savoy.
  • màyéri, f., Loire, Gras.
  • mayir, m., Saint-Symphorien-sur-Coise (Rhône), c. p. M. Ed. Edm.
  • deruenn, pl. deru, bret. moyen; dervenn, pl. on, ed, van.; derveen, pl. derv, bret. mod., P. Grégoire ; derwen, derven, Dr Le Pelletier; dero (Léon), derv, der (Tréguier), derù (Van.). [E. E.]
  • tann, guëzen, dann, bret. de Léon, P. Grég., tannen, Le Gonidec, cf. Gloss. moy. bret., 676. [E. E.]
  • cuercia, chèrcu, cercola, cersa, en div. dial. ital. — ruulu, sicil., Cupani, 1696. — rol, casna, Saluces, Eandi. — ròul, ròri, frioulan, Pirond.


Voir d'autres noms gallo-romans du chêne dans Gilliéron et Edmont, Atl. ling. de la Fr., fasc. 6, carte 265.


Le jeune chêne est appelé :

  • jarro, jarronus, l. du m. â., Du C. — « Jarronem pro roortis faciendis. » Du C., V, 798.
  • quesneau, chesneau, quennotel, chesnotel, chennoteau, anc. fr.
  • kéniô, chagnò, tsin-niâ, cassénatt, cassou-att, cassarouatt, cassière, cassiole, garroulho, garroulhatt, garrissol, en divers patois.


[131]

Le fruit est appelé :

  • balanus, fructus quercarius, glans, glando, glandinis au génit., glandix, l. du m. â.
  • glandas, m., glandras, m., glandus, m., glant, f., glande, f., glane, m., gland, m., gluis, f., anc. fr.
  • glant, m., glan, f., aglan, m., glandutz, m., anc. provençal.
  • glànda, f., glande, f., èglande, f., glangn, m., glàn, f., glàn, m., aglàn, m., aglan, m., glòn, m , glon, m., oglàn, m., aglon, m., oglon, m., oouglon, m., onglan, m., inglan, m., glin, m., gline, m., glane, f., glanô, m., glaouë, m., glaou, m., gla, m., glè, f., aglô, m., glhan, m., aglhan, m., éghyon, m., adlan, m., dyan, m., adyan, m., djan, m., jan, m., lhan, m., alhan, m., alhon, m., dlàyan, m., àyan, m., èyan, m., yon, m., yin, m., gan, m., agan, m., glhandu, m., glandou, m., glantyô, m., glanyô, m., Ihondon, m., glandra, m., lyandra, m., yandra, m., glanda, m., ghyanda, m., ghyànda, f., yanda, m., glantyè, m., ghyagna, f., en divers patois.
  • glabya, m., jargon de Razey, près Xertigny (Vosges), r. p.
  • gland à cochons, m., Pontoise (S.-et-O.), r. p. (Pour le distinguer d'autres fruits appelés glands par ex. ceux de l'églantier.)


Voir d'autres noms du gland dans Gilliéron et Edmont, Atl. ling., fasc. 14, carte 648.

  • piss-moc'h [= pois de cochon, E. E.], breton de Guingamp, r. p.
  • mesenn, pl. mes, dim. mesennic, bret. moyen (mod. id.); mesec, abondant en glands, bret. moy. [E. E.]
  • eik, eek, eeke, eikenboom, ekkelboom, eekeleer, iekenboom, eikel, eekel, eekeling, eekelnoot, ekkel, aker, dial. flam. et holl. (A. De C.)


La cupule dans laquelle le gland est enchâssé est appelée :

  • cupula, calyx, calyculus, calicula, lat. du m. â.
  • cop d'aglan, anc. langued.
  • coupe f., cupule, f., coupelle, f., cuvelle, f., cupette, f., coquille, f., gobelet, m., gobelot, m., bassinet, m., anc. fr.
  • pétito coupo, f., copélou, m., couporèlo, f., aveyron, lat.
  • couperole, f., Eure, r. p.
  • coupétt, m., B.-Pyr., Landes, Gironde.
  • coufèlo, f., coufèl, m., couféou, m., gouféou, m., Provence, Aveyron.
  • coque, f., coquille, f., coukilho, f., cokyè, m., en divers endroits en Poitou, Limousin, Auvergne, Orléanais, Ile-de-France, Champagne.
  • cacaoulo, f., Corrèze, près Tulle (Corr.), r. p.


[132]

  • cocorolo, f., Salignac (Dord.), r. p.
  • cocoroto, f., Saint-Georges, Lap. (Creuse), r. p.
  • goblètte, f., Indre-et-L., r. p.
  • goublé, m., véy'ré, m., Portes (Gard), r. p.
  • goubiyë, f., Lavante-Chilhac (H.-Loire), r. p.
  • godet, m., liégeois, Forir.
  • petit godet, m., Calvados, r. p.
  • gidèl’, f. (= petit gobelet en bois avec manche), Croselles (Indre-et-L.), r. p.
  • bassinet, m., anc. fr., Oudin, 1681.
  • calotte, f., franç., Furetière, 1708. - Cantal, Charente-Inf., M.-et-L., Cher, Vosges, S.-et-O.
  • caloto, f., Tarn, Corrèze.
  • cooulou, m., Davignac (Corr.), r. p.
  • calotte de curé, f., Meuse, S.-et-O.
  • calotte à monsieur le curé, bonnet d'évêque, Pissy-Poville (Seine-Inf.), r. p.
  • bonnet, m., Aubenton (Aisne), r. p.
  • capè, m., Montereau-Fault-Yonne (S.-et-M.), r. p.
  • chapé, m., Saint-Antoine (Isère), r. p.
  • tchèpé, m., Cubry (Doubs), r. p.
  • chapiô, m., Guilly (Indre), r. p.
  • capotte, f., Saint-Martin-du-P. (Nièvre), r. p.
  • cabuchon, m., képuchon, m., Jura.
  • capuchéto, f., Arles, Rev. de la rom., 1872, p. 406.
  • écuelle, f., petite écuelle, f., Nièvre, Ille-et-Vil.
  • éscudèlo, f., Brétenpux (Lot), r. p. — Provence, Mistr.
  • éscudélou, m., Aveyr., Vayss.
  • scudèlo, f., Bergonne (P.-de-D.), r. p.
  • éscuélo, f., Corr., Bér.
  • itchëdèlo, f., Orcet (P.-de-D.), r. p.
  • ahh'kyeûla, f., Perloz (Val d'Aoste), r. p.
  • écouèla, f., Samoëns (H.-Sav.), r. p.
  • ékële, f., La Chapelle (Sav.), r. p.
  • ékèle, f., Charquemont (Doubs), r. p.
  • écuélatte, f., Yonne, Joss.
  • toupi m. (= marmite), Autoire (Lot), r. p.
  • morèta (= marmite), f., Montluel (Ain), r. p.
  • poste (= poche, c.-à-d. louche à soupe), f., Flumet (Sav.), r. p.
  • kilhè, m., Juillac (Corr.), r. p.
  • assiette, f., S.-et-M., Cher.


[133]

  • petite assiette, f., Aisne.
  • assiétô (accent sur sié), m., Veauchette (Loire), r. p.
  • timbale, f., La Motte-Beuvr. (L.-et-Ch.), r. p.
  • tasse, f., Saint-Georges-d.-Gros. (Orne), r. p.
  • mesure, f., Mauzé-s.-le-M. (D.-S.), r. p.
  • palha (= panier à pain), m., La Motte-Servolex (Sav.), r. p.
  • palhasso (= corbeille à mettre la pâte chez les boulangers), f., Dourgne (Tarn), r. p.
  • palhassoun, m., Les Vans (Ardèche), r. p.
  • palhassou, m., Cantal, Lozère, Lot, Tarn, Tarn-et-Gar., H.-Gar.
  • palhachou, m., Orgnac (Corr.), r. p.
  • polhassou, m., Laguiole (Aveyr.), r. p.
  • polhossou, m., Lozère, Lot.
  • pèlou, m., La Malène (Loz.), r. p.
  • panier (= corbeille pour le pain), m., Chambon (Loiret), r, p.
  • petit panier, m., Dives (Calv.), r. p.
  • corbeille, f., Yonne, Vosges.
  • corbeillon, m., Meurthe.
  • petit corbillon, m., Yonne.
  • corbéyotte, f., Aube, Baud.
  • jède (= panier où l'on met le pain), f., Châteauneuf-s.-Char. (Char.), r. p.
  • jade, f., jadô, m., Deux-Sèvres, Lal.
  • van-notte (= petit panier où l'on met le pain; littéral. petit van), Villiers-le-Sec (H.-Saône), r. p.
  • van'to, f., Cousance (Jura), r. p.
  • petit bruchon (= petit panier à pain), m., Colonges (C.-d'Or), r. p.
  • kèbè (= panier à pain), m., Champlitte (H.-Saône), r. p.
  • petit cabas, m., Ravières (Yonne), r. p.
  • dé à coudre, m., Aube, Rev. d. trad. pop., 1898, p. 211.
  • , m., Oise, Allier, Cher, Ain, Nièvre.
  • petit dé, m., Seine-et-Oise.
  • dédal, m., Arfons (Tarn), r. p. — Le Buisson (Dord.), r. p. — Turenne (Corr.), r. p.
  • didal, m., env. de Foix (Ariège), c. p. M. P. Sicre.
  • dédaou, m., B.-du-Rh., Var, Ardèche, Creuse, H.-Vienne.
  • dëdaou, m., Cantal.
  • didaou, m., Monléon-Magn. (H.-P.), r. p.
  • dodaou, m., Eygurande (Corr.), r. p.
  • doou, m., Chomérac (Ardèche), r. p.
  • pipe, f., Bretagne fr., Normandie, Ile-de-France, Artois, Champagne,


[134]

Lorraine, Bourg., Fr.-Comté. (Les enfants en font une pipe en y perçant un trou et en y adaptant un chalumeau de paille. Dans certains endroits les enfants fument réellement, remplaçant le tabac par des feuilles de fougère desséchées.)

  • pipo, f., Isère, Aveyr.
  • pape, f., Roye (Somme), r. p.
  • petite pipe, f., Somme.
  • queue de pipe, f., Magnicourt-s-C. (P.-de-C.), r. p.
  • sifflet, m., Sougé (Indre), r. p. (Les enfants en font un sifflet en plaçant la cupule entre le pouce et l'index et en sifflant dedans comme dans une clef forée.)
  • boucles d'oreilles, Montfort (I.-et-V.) [Les enfants s'en font des boucles d'oreille.]
  • bague, Rhétiers (I.-et-V.), r. p. [Les enfants s'en font des bagues en coupant le milieu.]
  • pupa, f., fribourg., Sav.
  • pupe, f., namurois, Pirsoul.
  • cu, m., Nesle (Somme), r. p.
  • culô, m., Romorantin (L.-et-Ch.), r. p.
  • queue de loup, f., Stenay (Meuse), r. p.
  • creûzaou, m., Germigney (H.-Saône), r. p.
  • gruyou, m., Cévenol, Sauv., 1785.
  • gré, m., Bournois (Doubs), Roussey.
  • tounëy're, f., Meuse, Lab.
  • parkétou, m., env. d'Agen, r. p.
  • nui, m., Villette (Sav.), r. p.
  • téy'sto, f., Uzès (Gard), r. p.
  • écalofre, f., Le Havre, Maze.
  • cassoulho, f., gascon, Guide des Gascons.
  • méss, bret. de Grand-Champ (Morbihan), r. p.
  • pot, mesen, Dr Le Pelletier; pôd-mezen, Le Gonidec, breton. [E. E.]
  • eikeldop, néerl, pÿpken, schnitje, dial. flam. (A. De C.)


Un lieu planté de chênes est appelé :

  • querquetum, quercitum, quesnetum, casnetum, quesneum, chesneia, aclea, lat. du m. â., Du C.
  • kaisnois, quesnois, kesneel, chesnotier, chesnotière, anc. fr.
  • chanée, f., chagnée, f., chènokyère, f., tsénola, f., etc., etc., en divers patois.
  • cassaria, f., anc. gascon, Luchaire, Rec. de textes gasc., 1881, p. 146.


[135]

  • cassoula, m., cassoulet, m., Hautes-Pyrénées, r. p. M. Tarissan.
  • cassiaa, m., anc. béarn., Lespy.
  • cassagne, f., cassourra, m., cassourre, f., B.-Pyr., Lespy.
  • cassiatje, m., La Teste (Gir.), Mour.
  • tsossagnado, f., Corrèze, Béronie.
  • dervée, f., anc. fr., Du C., VII, 123.
  • dorasse, f., env. de Bonneville (H.-Sav.), Const.
  • forcada, f., anc. béarnais, Levy. [dérivé de forc. L. Batcave.]
  • cassourot, Béarn, lieu où il y a beaucoup de chênes, L. Batcave [1].
  • dervennecq, dervennocq, van. derhüecq, bret. mod. P. Grégoire ; dervek, dervennek, Le Gonidec ; id., cf. l'adj. dervek, dervennek, qui tient du chêne, abondant en chênes, Le Gon. ; douar, dervek, terre de chênes, Brizeux. [E. E.]


Un lieu généralement inculte où végètent des chênes rabougris et clairsemés est appelé :

  • garica, garricus, garrica, garriga, garricia, garrica, garrigia, jarrigia, garacia, garrosca, garuca, blaquerium, blachia, blacha, lat. du m. â., Du C.
  • gariga, f., guarriga, f., garriga, f., anc. prov., Rayn.; Levy.
  • garrigasso, f., garrigo, f., gorrigo, f., gouarrigo, f., gorrio, f., gorriado, f., gorréno, f., gorrigal, m., gorrissal, m., gorrissado, f., jarrissado, f., jarrijo, f., jarrige, f., en divers patois du Languedoc, du Limousin, de la Guyenne, de la Gascogne.


[En Béarn, en Gascogne et dans beaucoup de lieux du Sud-Ouest, garrigue = terre inculte, pâturage, L. Batcave. Inversement d'après une fiche de Rolland, le mot artiga qui signifie proprement « lieu défriché » (voir plus haut, p. 11) aurait pris localement, en Gascogne, le sens du lieu planté de chênes : artiaga, gasconica lingua locus multorum roburum, Minsh., 1617. [H. G.]

  • garraboustà, m., garrigatà, m., gascon, Thomas (dans Mélanges Couture, p. 265).
  • blac, m., blaca, f., anc. provenç., Levy.
  • blacha, f., Dauphiné.
  • blaquiéy'ro, f., blachéyro, f., blacarèdo, f., Cévenol, Sauv., D'Hombres.


« revola, f. = lieu complanté de jeunes chênes. » Lyonnais, Puitsp.

____________________

[Le complément qui suit vient de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[211]

Je trouve que ce nom ARTIGALA est assez répandu dans le dépt des Hautes-Pyrénées. (H. G.)


[218]

M. L. Batcave remarque :

Dans le Gers Garric, Garrigat = petit chêne.

  • Garrigata = lieu planté de petits chênes.

En Béarn Garrigue = terre inculte, pâturage, d 'après Lespy. Mais ce sens ne rend pas compte du mot garric, et Lespy a pu être induit en erreur.

  • Casse, fief, cne d'Orthez, mentionné dès 1476.

On trouve en Béarn plusieurs fiefs, fermes, écarts portant les noms de Cassou, Cassie, Cassiet, Casso, Cassou. Un village du con de Saliés s'appelle Cassaier, mentionné dès le XIIe siècle Cassave.

  • Cassiau, nom d'un ruisseau, à Ogeu (B.-P.).

Le mot garrigue est d'origine celtique, d'après H. Pedersen, dans sa récente Vergl. gramm. d. Keltischen Sprachen, t. I., p. 83.

C'est le même mot que l'irlandais carric, le gallois careg, le breton karrek « rocher ». La filière des sens serait donc rocher, terrain rocheux, stérile, inculte.- H. G.

(fin des compléments)

____________________

  1. [Lespy, dans son Dict. Béarnais, a les articles : forc, lieu planté d'arbres et particulièrement de chênes ; forcade, bois de chênes (et nom d'une localité). — H. G.]


[136]

(Sur ce mot, voy. A. Thomas, Mélanges d'étymol., 1902, p. 130.)

Toponomastique : Le Quêne, Le Chêne, La Chagne, Le Grand Chêne, Le Haut Chêne, Le Chêne Long, Le Long Chêne, Le Chêne Rond, Le Rond Chêne, Le Beau Chêne, Le Bas Chêne, Le Petit Chêne, Le Chêne Court, Les deux (ou trois ou quatre, etc.) Chênes, La Mare au Chêne, La Vente aux Chênes, Le Chêne sec, Le Chêne brûlé (c.-à-d. brûlé par la foudre), Le Chêne brisé, Le Chêne tort, Tortequenne, Le Chêne tortu, Le Chêne tordu, Le Chêne percé, Le Chêne creux, Le Chêne fourchu, Le Chêne blanc, Le Chêne vert, Le Chêne rouge, Le Chêne à la Croix, Le Chêne aux Croix, La Chênée, La Chânée, Le Châné, Le Cheny, Les Chenies, Le Quesnel, La Chanelle, La Quesnallière, La Quesnallée, La Chaignelière, Le Chêneau, Le Chanet, Le Chanot, Le Chanat, Le Chênet, Le Chagnot, Les Chenettes, Le Quenneton, La Quenotoie, La Chênotée, La Chanetière. [Chenia, Chenoit, Cheneux, Chenu, Quesnoy. — J. Feller.] Les Chênotis, Le Quesnois, Le Chênois, Le Chênay, La Chanois, La Chanoise, Le Chagnais, La Chagnasse, La Chaignoie, Le Cheneux, Le Chégnieux, La Quaisnière, Le Chânier, La Chenardière, La Chenarderie, La Chénardais, Le Chéneloy, Le Chenuly, La Chenulière, Le Rouvre, Les Rouvres, Le gros Rouvre, Le Rouve, La Rouve, Le Roure, Le bel Roure, Le bel Rouyre, Le Rouaire, Le Rouret, Le Rouvet, La Rouvine, Le Rouvier, La Rouvière, La belle Rouvière, La Rouguière. La Rouvièrette, La Roirette, La Rouverade, Le Rouvrey, Le Rouvray, Le Rouavre, Le Rouvrel, La Rovelière, Le Rouveral, La Rouveirole, Le Rouverol, Le Rouverou, La Rourède, La Royrie, La Royre, La Roueyre, La Rourie, La Rouyère, Roueyroles, Le Casson, Le Cassou, Le Casse, La Casse, Les Casses, Le Casset, Le Cassot, Le Cassé, Le bel Cassé, La Cassière, Casseil, Casseuil, La Cassenade, La Cassenade, La Cassabère, Le Cassanh, Le Cassan, La Cassagne, Les Cassaniers, Cassagnac, Le Cassagnol, La Cassagnette, Le Chassang, Le Cassignas, Le Chassaing, Le Chassin, Le Chassanel, La Chassagnade, Le Chassagnon, La Chassonnerie, La Chassignole, La Chassenaie, La Chasserie, Le Chassol, La Garrigue, La belle Garrigue, Le Garric, La Garriguette, Le Garri, Le Garrigal, Le Garrigol, Le Garrissal, La Garissade, La Garousse, Le Garrieux, Le Garros, Le Jarric, Le Jarriguier, Le Jarrigal, La Jarricie, La


[137]

Jarrisse, La Jarrige, La Jarrissade, Les Jarrasses, La Jarrousse, Le Jarrosson, La Jarossière, La Jarosserie, La Jarossaie, Le Jarousset, Les Jarrioux, La Jariole, La Jarrie, Le Jarrier, La Jarrière, Le Blac, La Blaque, La Blaquette, Le Blaquier, La Blaquière, La Blachière, La Blachère, La Blacheyrole, La Blachole, Le Blachat, Le Blacassin, Le Blaquis, La Blacarède, La Blanchonne, Les Blacons, Les Blachons, Le Blacoux, Le Gland, Les Glands, La Glandée, Le Glandage, La Glandière, Le Glandier, noms de nombreuses localités.

[Rouvray était l'ancien nom du bois de Boulogne, L. Batcave.] — M. J. Feller ajoute Rouveroy et Rouvroy.

Les suffixes ois, ais, ey, eux, eu, et et u représentent le suffixe -êtum, c.-à-d. ici *caxinetum. — J. Feller.

Le Chêne Notre-Dame, Le Chêne de la Vierge, Notre-Dame du Chêne, La Bonne Dame du Chêne, La Chapelle au Chêne, noms de diverses localités où se trouve, ou bien où se trouvait autrefois une chapelle dédiée à la Vierge, à côté d'un vieux chêne, souvent même dans le creux de cet arbre [1].

[Il y avait une Notre-Dame du Chêne à l'entrée d'Auteuil, près du bois, L.Batcave.]

  • Le Chêne des Fées, Le Chêne des Dames, noms de divers gros chênes que fréquentaient les fées.
  • Peyrourède, loc. du Var, Mireur, Arch. de Vidaubon, 1890.
  • Le Cassoyer, doc. du XVIIe s., Achard, Arch. de Vaucluse, 1878, p. 116.
  • Rovignacus, l. de 1430, Rouvignac, Rouveirac, Rovayrargues, Les Garrigues planes, Garrut, Garuse, La Blaqueria, doc. de 1170, La Blanqueria, doc. de 1345, Mansus del Blanquié, doc. de 1470, loc. du Gard, Germer-Dur.
  • Calsanum, doc. de 990, Caissanas, doc. de 1116, Cassanoiolum, doc. de 1182, Garrica, doc. de 1097, loc. de l'Hérault, Thomas.
  • Le Garriguenc, montagne de l'Aveyron.
  • Albe Cassagne, anc. loc. du Quercy, Gallia Christ., I, 187.
  • Lo Jarric-Cunnum, en 1284, Jarry-Borne, loc. de la Dordogne, De Gourgues.
  • Lou Chassan de las Bargièïros, loc. de la Corrèze, Gorse, p. 135.

____________________

  1. Une statue de la Vierge fut trouvée dans le creux d'un vieux chêne et transportée à l'église du village, mais le lendemain on la retrouva dans le chêne qu'elle ne voulait pas quitter. Voyez Marquiset, Stat. de l'arr. de Dôle, II, 144.


[138]

  • Cassielh, doc. de 1322, Casseures, doc. de 1555, Guarreit, Le Garric du Pauvre, Lou Garric pialat, loc. du Cantal, Amé.
  • Le Roure bossu, en 1347, La Blacha, doc. de 1163, Capella de Blancone, doc. du XIVe s., Blaconum en 1516, Blanchia, en 1526, Ecclesia de Blacassio, en 1449, Glandogium, en 1224, Glandasse, loc. de la Drôme, Brun-Durand.
  • Ruylier, Rueler, Rulier, anc. loc. du Dauphiné, Bull. de l'Acad. delphin., 1896, p. 132.
  • Campus de Quercore, lat. de 1390, Les Quergles, Querlie, Champ-Roure, Roure-Chasal (= cabane du chêne) en 1375, Rochasal, aujourd'hui Roranches, La Blache des Roures, La Blache-Rouvaire, La Gandière, loc. des H.-Alpes, Roman.
  • Roveriaz, La Rue Rovorée, loc. du Chablais, Jacquot.
  • Maison-Chêne, Les Glands, loc. de l'Ain, Guigne.
  • Confranchêne, loc. de l'Ain, Sirand, p. 26, 27, 46.
  • Le Roi Chaigne ou Les Rois Chaignes au XIIe s., Chassaignes, loc. de Saône-et-L, Michon, Arch. de S.-et-L., 1877-1891.
  • Les Chênes Cornus, Le Chêne-Bordet, Le Chêne Bornu (= ch. creux), Le Chêne Larron (on y pendait autrefois), Jean Chêne, loc. de S.-et-L., Guillemin.
  • Lagland, Le Chêne courbé, Saône-et-L., Niepce, Hist. de Sennecey, 1876, I, 36, 40.
  • Le Chêne dormant, à Cours-les-Barres (Cher). (Tout chasseur qui passe par là tire sur ce chêne un coup de fusil. L'arbre est criblé de plomb et de chevrotines.) Jaubert, Gloss. du C.
  • Le Chêne du Mayeur, ancien lieu-dit dans les bois de Saint-Pol (P.-de-C.), [Ed. Edm.]
  • La Cave du Chêne, La Mée du Chêne, Le Chêne-Courtin, Le Chêne-Eclat, La Glanetière, loc. de l'Indre, Hubert.
  • Perforata Quercus, au XIIe s., Le Chêne percé, Le Roi des Chênes, Le Chêne du Paradis ou Chêne du Moine, Le Chêne des Croix, Le Chêne des Danses, Le Chêne à Guy, Le Chêne du Gué, Chêne du Loup pendu, Le Chêne pendu, Le Chêne ferré, Le Chêne bossé, Le Chêne bourru, Le Chêne breton, Le Chêne-Coq, Le Chêne de l'Alouette, Le Chêne-Cheveaux, Le Chêne confessé, Le Chêne de la Grand-Mère, Le Chêne de l'Evangile, Le Chesne crespe, en 1296, Le Chêne menuet, Le Chêne borgne, Le Chêne foireux ou Chêne à la Barrée, Le Chêne-Feuillet, Le Chêne fort ou Le Petit Belliveau, Le Chêne-Sabotier, Le Chêne singé, Le Chêne rouge, La Jarnelle, La Jarnière, loc. d'Indre-et-L., Carré.
  • Le Chesne percé, triage de la forêt de Chinon, Chauffourt, 1618, p. 32.


[139]

  • Les Sept Frères, ancien lieu-dit où il y avait sept gros chênes, près Ligé (Indre-et-L.), Journ. des chasseurs, 1846, p. 109.
  • Chêne-Prieur, loc. de la Vienne, Rédet.
  • Le Chêne du Débat, prés La Chapelle-Saint-Laurent (Deux-S.), Ledain, Gâtine hist., 1876, p. 19.
  • Le Chêne besson, Les Glandes, loc. des Deux-S., Ledain.
  • La Cope-Chagnière, loc. de la Vendée, Barbaud, Arch. civ. de la V., 1898.
  • Le Chêne-Lapalud, près Angers. [Tout ouvrier d'état qui passe par là y fiche un clou. Jaubert, Gloss. du Centre, p. 154.]
  • Le Chêne fourché, Le Chêne pelé, Le Chêne belot, Le Chêne aux Bœufs, Le Chêne à l'Anglais, La Chênehutte, Duchesne, loc. de l'Anjou, C. Port, Arch. civ. et arch. eccl. de M.-et-L., 1880 et 1898.
  • L'Abbaye de Glanfeuil, anc. abbaye en Anjou.
  • Quercus Cordis, lat. du XIIIe s., loc. du Maine, Bellée, Arch. de la Sarthe, 1881, III, 45.
  • Le Chêne aux Prêtres, Le Chêne seul, Le Chêne Artuis, Le Jarrié, Rouperroux (= robur petrosus?) Sarthe, Pesche.
  • Le Chênedé, Le Pleinchêne, Le Chêne planté, Le Chêne-Poteau, Le Chêne raigneux, Le Chêne coupé, Le Chêne percé, Le Chêne ongleux, Le Chêne-cocu, Le Chêne coudé, Le Chêne bossé, Le Chêne doux, Le Chêne-Jurry, Le Chêne large, Le Chêne du Roi, Le Chêne léger, Le Chêne-Marie, Le Chêne des Loges, Le Chêne-Catte, Le Chêne de Guette, La Guette-Chêne, La Guette-Chêne-vert, loc. de la Mayenne, Maitre.
  • Le Chênedouït, Secherouvre, Tourouvre, Rouvrou, Rou-Feugeray, Rou-Perroux, loc. de l'Orne, La Sicotière, Hist. des jardins dans l'Orne, 1867, p. 83.
  • Le Chêne, ruisseau du P.-de-C., canton de Desvres. [Ed. Edm.]
  • Le Ruisseau de Chênedouet, ruisseau de l'Orne, Hommey, Canton de Sées, 1901.
  • Le Chêne, Le Chêne-Gaudier, Le Gros Chêne, Notre-Dame du Chêne, N.-D. du Chesne, N.-D. du Quesne, Beauquesne, Le Quesne, Le Quesnel, Le Quesnoy, La Quesnoye, Les Quénelets, Rouvroy, Rouverel, loc. et lieux-dits du Pas-de-Calais. [Ed. Edm.]
  • Le Chêne du rendez-vous (des chasseurs), commune de Membach, prov. de Liège, en amont du lac de la Gileppe. — J. Feller.
  • Chêne précédé d'un nom propre de personne : Piron-chêneux, à Jalhay, prov. de Liège (= Pierron-chêneux). — J. Feller.
  • Le Chêne de la Clé, Orne, Ann. des cinq dép. de Norm., 1900, p. 204.


[140]

  • Le Carrefour du Chêne-Robert, Bocage normand.
  • Le Chêne-Chandelier, forêt de Conches (Orne).
  • Le Chêne au Muet, à Athis (Orne).
  • Le Père Eternel, vieux chêne à Haleine (Orne).
  • Chênebrun, Orne.
  • Le Chêne abattu, Le Chesne-Courcol, doc. de 1569, Le Chesne-Crecol, doc. de 1587, Le Chesne-Courcou, doc. de 1610, Le Chesne-Mariette, doc. de 1566, Le Chêne-Pivert, Le Chêne aux Guillouz, doc. de 1644, Le Chiesne Doré, doc. de 1548, Le Chêne-Fromentin, Le Chêne du Trésor, Le Chesne Gué, doc. de 1638, Le Bois du Chêne Clair, Le Chêne Chenu.
  • Le Gland, Le Bois des Glands, Le Glandain, doc. de 1525, La Glanerie, La Pierre des Glaniers, loc. d'Eure-et-L., Merlet.
  • Les Trois Frères, lieu-dit où il y a trois gros chênes ensemble, à Senonches (Eure-et-L.)
  • Quercus Bruna, lat. de 1265, Quercus fusca, lat. de 1471, Chesnebrut, doc. de 1168, Chesnebrun, doc.de 1193, Les Quesnées, doc. de 1398, La Chenotière, Chênecourt, Chêne-Hart, Chêne Branchu, Vert Chêne, Chêne aux Croix, Chêne Sacré, Chesne aux Morts, Chêne Perdu, Chêne-Riqueult, doc. du XIVe s., Chêne-Milliard, Chêne-Maillet, loc. de l'Eure, Blosseville.
  • La Cuve, nom d'un chêne extraordinairement gros, dans l'Eure, C. A. Deshayes, Notice sur le chêne appelé La Cuve dans la forêt de Brothonne, 1826.
  • Les Trois Frères, lieu-dit près Vernon, où il y avait ensemble trois gros chênes, Chauffourt, 1618, p. 49.
  • Le Chêne de l'Homme mort, à Lyons (Eure), Soc. d. amis d. sc. nat. de Rouen, 1904, p. 186.
  • Le Chesne-Poussin, triage de la forêt de Neufbourg, Chauffourt, 1618, p. 50.
  • Les Deux Frères Jumeaux, lieu-dit où il y a deux gros chênes ensemble, à Lisors (Eure).
  • Le Chesne du Merc, triage de la forêt de Conches, Chauffourt, 1618, p. 51.
  • Le Chesne à l'Ogre, triage de la forêt de Vernon, Chauffourt, 1618, p. 37.
  • Quercus dolata, au XIVe s., Chesnedolé, au XIVe s., Chênedollé, Les Bas Chênes, Les Premiers Chênes, Le Plein Chêne, loc. du Calvados, Hippeau.
  • Le Chêne au Roi, Calvados, Faucon, Topogr. de Saint-Georges d'Aunay, 1844, p. 11.


[141]

  • La Quesnallée, doc. de 1427, Le Chêne Parfait, loc. de la Manche, Dubosc, Arch. civ. de la Manche, 1875-1876.
  • Le Chêne Lainé, Le Chêne aux Louveteaux, La Ville aux Chênes, Sous le Chêne, Fourchêne, Le Pâtis du Gland, Le Gland, La Glanerie, Morbihan, Rosenzweig.
  • Les Chesnes-Joneaux, doc. du XVIIe s., loc. du Morbihan, Rosenzweig, Arch. civ. du Morbihan, 1881, IV, 247.
  • Le Chêne de la Liberté, chêne planté pendant la Révolution à Saint-Aubin du Cormier (Ille-et-V.) et existant encore.
  • Le Chêne au Duc, dans la forêt du Gâvre (Loire-Inf.), ainsi appelé parce qu'autrefois c'était un rendez-vous de chasse des ducs de Bretagne.
  • Le Chêne Ferré, Le Chêne Pointu, Le Chêne Plat, Le Chêne Planté, Le Chêne Lassé, Le Chêne-Pineau, Le Chêne-Oisel, Le Chêne-Anglais, Le Chêne aux Chèvres, Le Chêne aux Oies, Le Chêne à la Pie, Le Chêne au Borgne, La Chapelle du Rouvre, La Chenaison, La Jarrie, La Jarriaie, Le Camp des Jarriers, Le Jarry, Les Jarriettes, La Jarossais, La Jarterie, La Jarretière, La Glandais, La Glandre, loc. de la Loire-Inf., Quilg.
  • Le Chesne Carré, anc. fief à Saint-Firmin-des-Prés (Vendômois), Métais, Cartul. de la Trin. de Vend., 1897, IV, 276.
  • Le Chêne de Mi-Brelan, près Salbris (Loir-et-Ch.), La Saussaye, Antiqu. de Sologne, 1844, p. 17.
  • Le Chesne-Corbin, triage de la forêt d'Amboise, Salnove, p. 217.
  • Le Climat du Chêne-Fangot, triage de la Forêt d'Orléans, Peiffer, Promen. top. dans le Loiret, 1877, p. 70.
  • Le Chesne au Chappon, Le Chesne à la Plume, triages de la forêt d'Orléans, Chauffourt, 1618, p. 17 et 18.
  • Le Chêne Charmé, Le Chêne des Fées, Le Chêne du Christ (ayant la forme d'une croix), La Chaise à Christine de Suède (formée par un chêne dont le tronc divisé forme une espèce de siège, triages de la forêt de Fontainebleau.
  • Chenoise, La Croix de Chenoise, loc. de S.-et-M., Lemaire, Arch. civ.de S.-et-M., 1863.
  • Chesnetrunc, Chennetron, loc. de S.-et-M., Lalore, Cartul. de Troyes, 1875, II, 331.
  • Le Chêne de la Garde, lieu-dit près Chormes et Villeneuve, Chauffourt, 1618, p. 16.
  • Le Chêne du Relais, Le Chêne de Saint-Eustache, triages de la forêt de Rommare, Chauffourt, 1618, p. 43.


[142]

  • Le Chesne ferré, lieu-dit dans la forêt des Alluets (S.-et-O.), Chauffourt, 1618, p. 8.
  • Le Chêne-Bécard, Le Chêne Coupé, Le Chêne-Godon, Le Chêne Rogneux, Le Chêne du Roi, Seine-et-O.
  • Le Chesne-Sainte-Barbe, Le Chesne du Mulet, lieux-dits à Montpipeau ([espace vide sur le livre]), Chauffourt, 1618, p. 20.
  • Le Chêne de l'Image, triage de la forêt d'Elbeuf, J. Huissier, Avent. de Jean Michel, 1898.
  • Le Chêne à la Bosse, vieux chêne à La Couronne (Seine-Inf.) (Cet arbre a sur le tronc de grosses bosses.)
  • Le Chêne-Cuve, vieux chêne à Guerbaville (S.-Inf.), qui a un creux où l'eau s'amasse.
  • Le Chesne du Contends, triage de la forêt de la Gastine (Normandie), Chauffourt, 1618, p. 53.
  • Le Chêne-Alleu, loc. près Le Grand Quevilly (S.-Inf.).
  • Quennedieu, lieu-dit près Tracy-le-Mont (Oise), Peigné-Delacourt.
  • Le Quesne de l'Attache, loc. près de Compiègne, en 1582, La Fons-Melicocq, Une cité picarde, 1841, p. 279.
  • Le Quernoy, triage de la forêt de Compiègne, Chauffourt, 1618, p. 11.
  • Le Chêne Pouilleux, triage de la forêt de Chantilly, Etat des forêts de Chantilly, 1733.
  • Le Chêne à l'Image, La Barre-Rouvroy, triages de la forêt d'Halatte, Comité archéol. de Senlis, 1877, p. 9 et 11.
  • Le Chêne Aigu, Le Chêne-Couard, Le Chêne des Corbeaux, Le Chêne-Dieu, Le Chêne-Fée, Le Chêne à Fromages, Le Chêne Galant, Le Chêne-Gaye, Le Chêne Houpette, Le Chêne Mauvais, Le Chêne du Mauvais Pas, Le Chêne Pouilleux, Le Chêne de six Voies, Oise, Graves, Not. arch, sur l'Oise, 1856, p. 66-72.
  • Le Chêne, Le Chêne-au-Chat, Le Chêne brûlé, Le Chêne Dez, Le Chêne Gauguez, Le Chêne du Mayeur, Le Chêne Thorel, Le Gros Chêne, La Quénée, Le Quénet, Le Quesnoy, Le Quénois, Le Quesnel, Le Quesne, La Quesnoye, Le Bois du Quesnel, Le Bois du Quesnoy, Les Quénelets, Le Quenneval, La Quennevacherie, loc. et lieux-dits du Pas de-Calais, c. p. M. Ed. Edm.
  • Le Chêne-Madame, lieu-dit de la Somme, De Cagny, Péronne, 1869, III, 115.
  • Le Chêne-Raoul, loc. du dép. du Nord.
  • Le Chesne-Hiard, anc. fief près de Douai.
  • La Plante au Chesne, Le Chêne Benoist, Molendinum de Glandis, lat. de 1218, Glans, doc. de 1573, Les Glandons, loc. de l'Aisne, Matton.


[143]

  • Le Chêne l'Officier, triage de la forêt de Villers-Cotterets.
  • Le Chêne au Roi, Le Chêne-Fort, Le Chêne des Quatre Justices, Les Rechênes, La Rechênerie, loc. de l'Yonne, Quantin.
  • Canales, lat. du XIIIe s., Chenex, doc. du XIIIe s., Chanons, doc. de 1220, Chasneaux, Cannacum, doc. du VIIe siècle, Chenay, aujourd'hui, Le Chesnoy, La Cheneuse, La Chênarderie, Le Chêne Fondu, Rovroi, doc. de 1217, La Rouvrelle, doc. de 1529, loc. de la Marne, Longnon.
  • Le Chesne Populeux, doc. de 1671, loc. de la Marne, Demaison, Arch. eccl. de la M., 1900, I, 118.
  • Le Chêne la Reine, loc. de la Marne.
  • Le Chêne Pâquis, loc. de H.-Marne, Roserot.
  • Le Chêne Fourchu, Vicus de Rufro, lat. de 1101, Rouvre, doc. de 1135, loc. de l'Aube, Boutiot.
  • Plain-Chasnoy, anc. loc. dans l'Aube, Lalorre, Cartul. de Troyes, 1875, IV, 359.
  • Le Chênepetot, vignoble près Les Riceys (Aube).
  • Le Chêne-Capitaine, Le Chêne brisé, La Bauche Quernée, Le Chêne des Mouches, Le Bois de Goïchêne, L'Arbre de la Justice (vieux chêne), Le Chêne des Malades (le terrain avoisinant avait été affecté au XVIe s. à un hôpital), Les Quatre Fils d'Aymon (quatre gros chênes ensemble), local. de la forêt des Ardennes, Meyrac, For. des Ard., 1896, p. 79, 80, 81, 100, 185, 211, 235.
  • Chênequeux, anc. château à Cheveuges (Ardennes).
  • Le Chêne des Gueuses, lieu-dit à Saint-Léger (Luxemb.), Kurth, Gloss. toponym. de Saint-Lég., 1887.
  • Le Chêne Saint-Mathieu, lieu-dit du cant. de Nivelles, Tarlier, 1856, p. 82
  • Le Chêne à Fourchette, Le Chêne à Mignon, lieux-dits du cant. de Genappes, Tarlier, 1856, p. 60.
  • Le Chêne Copette, Le Chêne aux Corbeaux, lieux-dits du cant. de Wavre, Tarlier, 1864, p. 101 et 272.
  • Le Blanc-Chêne, Le Chêne-Rouge, Le Chêne Poilleu, Le Chêne de l'Attaque, Richêne, Chenu, Cul de Chânot, loc. de la Meuse, Liénard.
  • Le Chanois, loc. de la Meuse, Marchal, Arch. civ. de la M., 1875, I, 87.
  • Le Chêne de la Fée, Meuse, Bull. de la Soc. de géographie de l'Est, 1887, p. 299.
  • Grossum Rubrum, lat. de 1049, Grorouvre, doc. de 1283, Grosrouve,


[144]

doc. de 1441, Chasnoy, doc. de 1309, Le Grand Chéneau, Fontaine au Chêne [1], loc. de la Meurthe, Lepage.
  • Le Chêne des Menteurs, anc. chêne dans le Pays Messin; les chasseurs s'y donnaient des rendez-vous pour déjeuner; après boire, on faisait jurer solennellement aux jeunes gens, chassant pour la première fois, de ne jamais dire la vérité en fait de chasse [2].
  • Le Chêne des Partisans, vieux chêne dans les Vosges.
  • Rain des Chênes, En rays Chaînes, doc. de 1580, Au Reychêne, Raichênes, forêt dans le Haut-Rhin, Stoffel, Dict. top. du H.-Rh., 1868.
  • Les Clairs-Chênes, nom de div. localités boisées, Lorraine, Champagne.
  • Sasseneyum, lat. de 1287, La Male Chasseigne, doc. de 1317, Les Chessaignes, doc. de 1555, La Chechaigne, doc. de 1495, Chenizot, Chennechot, Le Chêne au Roi, Le Chêne au Franc, Le Chêne Bénit, loc. de la Nièvre, Soultrait.
  • La Forêt des Glenons, forêt de la Nièvre, Boulanger, Bassin houiller de Decize, 1849, p. 14.
  • L'Aglan, loc. de la Nièvre, Le Blanc-Bellaux, arch. de Nevers, 1876.
  • Le Chêne Couché, loc. de la Nièvre, Ed. Blanc, Chasses à l'impossible, 1889, p. 111.
  • Le Chêne égraffiné, lieu-dit en Bourgogne, De Foudras, Gentilsh. chass., 1856, p. 44.
  • Centena Roringorum ou Rovra, latin du Xe s., Robur, lat. du XIIe s.. Rouvres, Rovredum, lat. du XIIe s., Chassagne, loc. de la Côte-d'Or, Garnier, Etym. des noms de l. de la Côte-d'Or, 1896.
  • Le Chêne aux Mères, loc. de la Côte-d'Or, J.-B. Leclerc, Archéol. de Châtillon, 1839, p. 35.
  • Les Jarrons, loc. du Doubs.
  • Le Chêne des Morts, lieu-dit à Lavoncourt (H.-Saône), Gousset, Ess. sur Lav., 1857, p. 8.
  • Le Chant des chênes (= le canton des ch.), Tréchêne ou Tré le Chêne (= au delà du ch.), Les Raichênes (= le bois de chênes soumis autrefois au droit de rey ou réage, c.-à-d. d'affouage), Querquevi (= quercuum via ?), Ropraz, Rovéréaz, Reuvroz, Blachère, Blécherette, Blachoz, Blacon, La Gland (pour L'Agland),

____________________

  1. Une fontaine sortait autrefois du creux d'un chêne.
  2. Je tiens cette tradition de mon père, mais je ne sais pas au juste où était ce chêne, n'y ayant jamais été moi-même.


[145]

sommet dans le Valais, ainsi appelé à cause de sa forme, loc. de la Suisse rom., Jaccard.
  • Le Chesne de la Sorcière, doc. de 1168, anc. loc., Bull. de Géogr. histor., 1896, p. 300.
  • Hôtel du Chêne Vert, Maison du Chêne vert, anc. maisons à Orléans et à Compiègne.
  • Rue du Chêne Vert, anc. rue au Mans, Pesche, III, 275.
  • Galgen-Eich, Taefeli-Eich (= ch. du diable), Donner-Eich, Suisse all., Staub.

M. J. Feller nous communique les exemples suivants pour la Belgique :

  • Chenay, dépend. de Pondrôme (Namur).
  • Chêne, dépend. de Bornival (Brabant), de Jusseret (Luxembourg), de Maintvault (Hainault), de Montignies-lez-Lens (Hainaut), de Wervicq (Flandre occident.).
  • Le Chêne, dépend. de Herquegies (Hainaut), de Thain (Hainaut).
  • Au Chêne, dépend. de Liège (Liège).
  • Chaineux, commune (prov. de Liège).
  • Chêne-à-Han, dép. de Grand-Han (Luxembourg).
  • Chêne-al-pierre, en wall. tchinne al pîre, dépend. de Grandmenil (Luxembourg).
  • Chêne-du-Loup, dép. de Battice (Liège).
  • La ferme du Rond-Chêne, les Anseremme-Dinant (Namur).
  • Chênée, en wallon tchènèye (prov. de Liège), ne vient peut-être pas de chêne.
  • Chêneux, nom de nombreux bois et localités.
  • Il y a un Pont-du-Chêne à Verviers. Une légende donne comme étymologie à Verviers (en wall. Vérvî), les adjectifs vert et vieux (wall. vêrt et ), d'un chêne ancien croissant en cet endroit.

M. Perbosc ajoute :

  • Pèlegarric, nom de lieu du canton de Molières, dép. de Tarn-et-Garonne.
  • Lahourcade (cant. de Monein). B.-P., lieu planté de chênes (il y en a encore, 1912). — L. Batcave.

M. L. Batcave remarque :

Dans le Gers, Garric, Garriga = petit chêne ; Garrigat = lieu planté de petits chênes.

En Béarn, Garrigue = terre inculte, pâturage, d'après Lespy. Mais


[146]

ce sens ne rend pas compte du mot garric, et Lespy a pu être induit en erreur.

  • Casse, fief, commune d'Orthez, mentionné dès 1476. On trouve en Béarn plusieurs fiefs, fermes, écarts, portant les noms de Cassou, Cassiè, Cassiel, Casso, Cassou. Un village du canton de Salies s'appelle Cassaber, mentionné dès le XIIe siècle Cassave.
  • Cassiau, nom d'un ruisseau, à Ogeu (B.-P.).


Enseignes : Au Vieux Chêne, enseigne d'un ancien bal public de Paris, rue Mouffetard.

  • Au Chêne Vert, anc. ens. à Compiègne, au Mans, à Etampes, etc.; anc. ens. d'auberge dans le Limousin. — L'éditeur Chesneau, à Paris, au XVIe s., avait pris pour enseigne de sa maison : Au Chêne vert. — Le Chesne Vert était autrefois un cabaret à la sortie du Préau du Temple, à Paris.
  • A la Brise-Quesne, anc. ens. à Amiens, Goze, Rues d'Amiens, 1854, III, 134.
  • Au Chêne-Pinier, enseigne actuelle à Javerdat (H.-Vienne).
  • Au Gros-Chêne, enseigne actuelle à Saint-Pol (P.-d.-C.) [Ed. Edm.].


Onomastique : Duquesne, Desquesnes, Lequesne, Quesnes, Auchêne, Duchêne, Deschênes, Drechesne, Lechêne, Chêne, Quesnel, Quesneau, Duquesnel, Quesnet, Quesnoy, Chesnart, Chesneau, Chaigneau, Chaigné, Chagnon, Chênon, Chenevert, Beauquesne, Cœurdechêne, Arrachequesne, De Pinchesne, Abaquesne, De la Quênerie, Delaquenière, De Fontquernie (Ariège), Chênebenoît, Chesnevarin (Eure), Maroquesne (Eure), Chennebault (Eure-et-Loire), Plainchesne, Quennefranc (Aube), Quergoale (Tarn), Querquelin (Poitou), Delcassé, Ducassé, Belcassé, Ducasse, Casse, Casset [1], Ducasson, Ducassou, Cassou, Cassal, Cassy, Chasseuil (Char.-Inf.), La Cassaigne, De la Chassaigne, Cassaigne, Chassaigne, Cassany, Chassanis, Chassangue (Auvergne), De Cassagnac, Cassagnade, Cassagnet, De Cassagnoles (Gers), Cassignol (Ariège), Cassarède, Cassagnard (Gers),

____________________

  1. Ce nom suggère celui de la rue Cassette, à Paris, nom que l'on pourrait, à priori, croire être celui d'un nom d'homme. Mais j'apprends, par le Dict. topogr. et hist. de l'ancien Paris, de Fr. Lock, que « cette rue s'appelait autrefois Cassel, à cause de l'hôtel de Cassel qui en occupait une grande partie ». Cassette est une déformation populaire, par l'influence inconsciente d'un mot courant de la langue. — H. G.


[147]

Chassagnard (Corrèze), La Cassagnère (Languedoc), Cassagneau (Gers), De Chassinat, Chassaignon.
  • Du Roure, Roure, Reure, De Reure, Duroueix (Charente), Deruère (Poitou), De la Rovère, De la Rovière, De la Royère, Royère, De la Rouvrière, De Rouvron, De Rouvrelle, Rouvrel, Rouvreau, Rouvier, Rouvières, Rouvrais, Rouveyrol, Rouvelet, Roblot, Rouveure, Rouvoire (anc. dauphinois), Rivoire, Sainroyre (Corrèze), De Roulède (Char.-Inf.), Rouède, Royer, Rouher, noms de famille.
  • La Blache, Blache, Blachet, Blacas, Blachas, Blaquière, Blachère, Blachier, Blachon, noms de famille dans le Sud-Ouest.
  • La Garrigue, Garrigue, Bellegarrigue, Garric, Belgarric, Garriguet, La Garriguette, Garrigat, Garrigou, Jarric, La Jarrige, Du Jarri, Jarri, Garrisson, Lajariette, Lagarrosse (Gers), Jarasse (Corrèze), Jarrossay (Sarthe), Jarousseau (Charente), Jarretou (Dord.), Jarreau (Poitou), Jarrot (H.-Saône), Jerrain (H.-Saône), Jarrion (Vendée), noms de famille, principal. du Midi.
  • Forcade, nom fort répandu en Béarn. — L. Batcave.
  • Degland (Nord), Glanne (Gers), Glandaz, Des Glannières, noms de famille.
  • Du Querquois, nom d'h. au XIIe s., Dongnon, Loc. rel. au comté de Champagne, 1901, I, 50.
  • De Chenetartre, nom de famille en 1542, Campardon, Registres du Châtelet, 1906, p. 26.
  • De Chênenoireau, nom d'un écrivain du Lot.
  • Abaquesne, nom de famille en Normandie, Le Breton, Musée céram. de Rouen, 1883, p. 9.
  • Chenepître, nom de famille, anc. champen., Varin, Arch. de Reims, 1853, p. 192.
  • De la Vertechenais, nom de famille, La Martinière, Pronosticateur char., 1666, p. 120.
  • Garrus, anc. nom de famille dans le Var, Ricaud, Arch. du Var, 1866, Suppl. à la série E, p. 126. [garrus peut aussi signifier houx ; voir à l'article houx, plus haut.]
  • On appelle Tord-Chêne, dans les contes populaires, une sorte de géant auquel rien ne résiste. — Sur l'homme fort qui déracine de gros chênes, voy. Lavenot, Contes de Vannes, 1895, p. 49.

[Les noms patronymiques Arrachequesne et Abaquesne, cités plus haut, s'expliquent aussi par la popularité du conte où le héros montre sa force en arrachant un chêne dont il se fait une arme. — H. G.]


[148]

M. Ed. Edmont ajoute :

Duquesnoy, Chenard, Duchesnais, Duchesnois, Lachenée, Lachesnaye.

M. Perbosc ajoute :

Cassognon, Plainecassagne et Longuecassagne.

M. L. Batcave ajoute :

  • Cassaet, Cassiau, Cassoulet, Cassouret, Cassagnabère, Cassagne, Chesnelong, Cassaigne, Cassaigneau, Blacher, Blachette, Blachez.
  • Lioult de Chênedollé, poète normand. [E. E.] — Ce poète (1760-1833), gloire de la ville de Vire, qui lui a élevé un buste, est généralement connu sous le nom de Chênedollé tout court. Ce nom est topographique comme beaucoup d'autres ; c'est celui d'une bourgade du département du Calvados, à 10 kilomètres de Vire. Ce nom était traduit quercus dolata dans les textes des XIVe et XVe siècles : voir Hippeau, Dict. top. du dép. du Calvados, Paris, 1883, s. v. Cela donne donc le sens de « chêne taillé, c'est-à-dire étêté ». Le nom devrait s'écrire avec une seule l, Chêne dolé. — H. G. — P.-S. Je retrouve ce nom plus haut, p. 140. — H. G.


Après la rédaction de son manuscrit, Rolland avait continué de prendre des notes au cours de ses lectures. Je retire de ses fiches les noms suivants qui ne figurent pas dans la liste précédente, mais en lui laissant ici, comme ailleurs, toute la responsabilité de ses étymologies. Mon rôle est celui d'un éditeur exact et scrupuleux. — H. G.

  • Cassal, Cassan, Cassagnol, Cassaignede, Cassadou, Cassignard, De Cassaignole, Cassaigneau, Cassagneau, Chagnon, Chagniel, Chagnard, Chanier, Chagnaud, Chagneau, Chasal, Chaignebrun, Chassangue, Chassangle, Chassagnard, Chasseuil, Chassaigne, Chesnevarin, Chênenère, Chenedières, Chesnelong, Chenechau, Chenedieras, (Char.). — [Chassan, Chassant, Chassang. — H. G.]
  • Auchaisne, Dechêne, Lechennelier, Delachenal, Desquesnes, Vercasson, Duquesnel, De la Quesnelle, Delaquesnière, Delaquesneu, Delavertechenais, Longchêne, Lacassagnère, Pleinchesne, Belcassé (qui est aussi nom de lieu).
  • Quenel, Queniau, Queneau.
  • Le Sueur, sieur des Chesnes secqs (XVIIe siècle).
  • Chenerard (au XVIe siècle, Duval, Arch. civ. de l'Orne, 1891, t.I, p. 247.


[149]

  • Roveraz, Roveréaz, Roverez, Ropraz, Rovray, Renvroz. — Jaccard, de Larouverade (Corrèze).
  • Lerouvre, Rouvrel, Rouire, Rouverol, Rovereux, Rouveirolles, Rouveyrolles, Rivoirard, Rivoiret, Deroyre, Beauroire, Beauroyre, Rouière, Rullière (Haute-Loire) [et ce nom me suggère celui de l'historien Rulhière. — H. G.]

Rolland classait également sous cette rubrique les noms :

  • Roubel, Revol, Révoil, Reboux, Riboulet, Reyboulet, Laroulle, Roulleau, Rebour, Lereboulet, Reul, De Reulle, Deroulède. — [Rouille existe aussi. — H. G.]
  • Blacet, Blachas, Blachal, Blachol, Blacher, Blachoz, Blécherelle, Blacon.
  • Garriguene, Garrel, Garrousle, Garric, Jarry, Jarron, Jarrin, Jarossen, Jarot, Jarrige, Jarry, Du Jarry, Jarrosson, Le Jarriet, Dujarrier, Jarrin, Jarre, Jardy, Jardet, Jarlan, Glannes, Deglanne, Deglave, Glandain, Giandière, Glandy, Glandon, Glandat, Legland.

[Chêne d'émonde, Bretagne, c. p. M. Marcel Guicysse.]

[J'ajoute les noms : Delcasso (Pyrénées-Orientales), Cassat, Chaignet, — et peut-être Chanoit et Chanot, que je trouve dans le Bottin de Paris (édition de 1909) — Le nom complet du présent évêque de Montpellier, le cardinal de Cabrières, est « Rovière de Cabrières », et dans ses armoiries figure un chêne avec cette devise : Non humore terrœ vigebit. L'Univers du 23 décembre 1908, auquel j'emprunte cette citation, ne dit pas si ce sont ses armoiries de famille ou ses armoiries épiscopales. — H. G.]

M. K. Ernault ajoute ces noms bretons :

  • Le Botderu, Boderu (= touffe de chênes), breton du XVIe siècle, Ernault, Glossaire moy. bret., 152. [E. E.]

Un chêne étêté est appelé :

  • éscoup, m., Landes, Métivier, p. 724, têtard, m., trognard m., Sologne, Joubert, Agricult. en Sologne, 1845.
  • trogne, f., chêne en trogne, Orléanais, Beauce.
  • trognon de chêne = chêne taillé de la tête (Loir-et-Cher). — Leguay, Usages loc. de L.-et-Ch., 1888, p. 225.
  • chesne estrogné, m., anc. fr. God., III, 657, chêne-boule, m., Berry, Lapaire, Le Courandier, 1904, p. 58.


[150]

  • tête ed quêne, f., Pas-de-Cal., c. p. M. Ed. Edmont.
  • corniô, m., Centre, Jaubert. — Nièvre, Chamb.
  • écornée, f., Saône-et-Loire.

« Caisinus = qui est fait en bois de chêne. » l. du m. â., Du C. — « Fust Chesnin = bois de chêne », anc. fr., Du C., II, 326.

« Jarion = bâton de chêne. » anc. fr., Du C , III, 758 ; VII, 206.

« Alutum = écorce de chêne pour préparer le cuir. » Du C., I, 214.

« Tineum = écorce de chêne, tan. » Du C.

« On appelle stalon, staple ou estaple un baliveau ou jeune chêne ou hêtre réservé pour faire de la haute futaie. » Anc. wallon, Bormans, Cartulaire de Couvin, 1875, p. 81. — « Faire retenue de bavieaulx ou d'estallons pour repeupler la forest. » Ordonnances des rois, VII, 774.

« Les forestiers nomment baliveau [1]un jeune chêne au-dessous de trois pieds de tour. » Massé, 1766. — Les forestiers appellent chesne pèrot [2] (c.-à-d. petit père) un ch. qui a les deux aages de la couppe du bois et chesne tayon (c.-à-d. aïeul) le ch. qui a les trois aages de la couppe. » Picardie, au XVIIe s.. Bourdot De Richebourg, Nouveau Coutumier, 1724, I, 194. « On appelle un chêne très âgé. » Cher, Condereau ; Sologne. Joubert, Agric. en Sol., 1845. [Le sens de baliveau est cependant plus général. Voir Trévoux. — L. Batcave.]

« Le chêne est sujet en croissant à deux accidens, ou maladies, qui en diminuent de beaucoup la bonté, quand on le débite, soit pour la charpente, soit pour les autres usages auxquels il est propre. L'une de ces maladies, ou accidens est d'être roulé : l'autre d'être frauché. On appelle chêne roulé, celui dont les crues de chaque année n'ont point fait de corps ensemble, et sont demeurées seulement appliquées les unes sur les autres. Le chêne frauché est celui dont le fil du bois est traversé d'un côté de l'écorce à l'autre. » Savary, 1741.

« Glandier = ancien chêne de réserve en quelques provinces. » Magné De Marolles. 1788, p. 408.

Le droit de mener les pourceaux dans une forêt pour leur faire paître le gland et la faîne moyennant une redevance, était appelé :

____________________

  1. Bailliveau en anc. fr., selon Oudin, 1681. - Et aussi bayveau, selon Lacurne.
  2. Au moyen âge paronus selon Du Cange.


[151]

  • glanda, glandis, glandium, glandacium, glandaticum, glandagium, glandaria, glandatorium, pastinagium, pasnadium, pasnachium, pasnagium, parnagium, pannagium, pascalium, pastio, pasticio, pastinatio, pastionaticum, pastoratus, pastenchum, passo, passonagium, passagium, l. du m. â., Du C.
  • agtantogium, l. du m. â., Bligny-Bondurand, Arch. du Gard, 1904, III, 459. — Pastio, pastionarium. V. Fustel De Coulanges, p. 428, un passage intéressant.
  • glandage, m., glandée, f., pasnage, m., parnage, m., panage, m., pennaige, m., paisson, f., anc. fr., Du C.
  • Glandage ou farine sont des termes équivalents dans beaucoup de coutumes du sud-ouest, la farine = l'espace de temps entre le 8 septembre généralement et le 25 décembre, où glands, châtaignes, faînes, etc., viennent à maturité. — V. Déclaration des habitants de Pau du 27 août 1680, art. 51. — L. Batcave.
  • paxhon de gland, f., anc. wallon, Body. — Moderne pahon. J. Feller.
  • payson, f., anc. Languedoc., Bligny-Bondurand, Arch. civ. du Gard, 1904, III, 37.
  • posson, f., anc. f., Grosse-Duperron, Usages de la forêt de Mayenne, 1903, p. 21.
  • pernage, m., anc. pic., Bouthors, Cout. du baill. d'Amiens, 1853.
  • glantée, f., glhantée, f., Centre, Jaubert.
  • ghýandé, f., May., Dott. (ghýandë signifie récolter les glands).
  • glandadge, m., anc. béarn., Lespy [1].
  • aglanagi, m., prov., Achard, 1785.
  • aglanado, f., gascon, Guide des gascons.

Mener les porcs à la glandée se disait :

  • inglandare, pastionare, l. du m.â., Du C.
  • impassionare, lat. de 1502, Bligny-Bondurand, Arch. civ. du Gard, 1904, III, 459.
  • empeyssonar, impaysonà, anc. languedoc., Bligny-Bondurand, Arch. civ. du G., III, 37, 173.
  • empoyssonner, français du Languedoc au moyen âge, Bligny-Bondurand, Arch. civ. du G., p. 173.

____________________

  1. M. L. Batcave remarque là-dessus : Réglé par les coutumes. Voir un passage intéressant cité par Xavier Marmier, Au Sud et au Nord (Hachette, 1890), p. 27 sur le glandage en Béarn. Les habitants de Pau (même déclaration) déclarent « le droit de paisson en temps de farine, dans le bois de l'Ousse » (art. 52). — Remarquez qu'en Béarnais on appelle glané l'estomac du porc.


[152]

  • pastiner, apasnagier, pasnaiger, apparnaigier, appanager, anc. f., Du C. ; God.
  • grainer, franç., Massé, 1766.

« glandejar = faire la récolte des glands. » anc prov., Levy.

« aglanà = même sens. » Pays d'Albret, Duc. — glandeya, en Béarn, L. Batcave.

« Année glandeuse, Année chancreuse. » G. Meurier, 1582. — « Année de glands, Année de cher temps. » H.-Marne, Statist. — « An qui produit par trop de glands, Pour la santé n'est pas bon an. » Nièvre, Stat. — « Anado d'aglan, Malaoutiès pér champ. » Provence, Mistr. — « Anado d'aglan, Anado dé fam. » Languedoc. — « Anade de glandère, Anade de misère. » Chalosse (Landes), Rev. d. pat. gallo-r., I, 110. — « Amado d'Aglan, Mày'ssant an. » Lot, r. p. — Annâ de ghyan, Annâ de ran. » Fr.-Comté, Perr. — « Année neigeuse, Année fromenteuse ; Année venteuse, Année glanteuse. » Envir. de Paris, Broussonnet, La Vie rurale, 1788, p. 168. — « Quand d'aglans y a anado, Fay boun soménà touto l'anado = l'année suivante sera fertile.» Bas-Limousin, Clément-Simon. —« Année de glands, Année de pommes ensuivant. » H. Bret., Sébillot. — « L'an de la glandère, L'an de la hartère = année de gl., année d'abondance. » Béarn, Lespy. — « Année de glands, année de châtaignes. » C.-d'Or, r. p. — an de glandère, an de paloumère = année où il y aura beaucoup de palombes. » Béarn, Lespy (parce que la palombe s'en nourrit). — « Anàda d'alhans, Anada d'ôfans. » Brioude, c. p. M. P. Le Blanc. — [« On croit que l'année où cet arbre produit une récolte abondante de son fruit, on aura force neige avant Noël, laquelle sera suivie d'un froid très vif. » A. De Chesnel, Dict. des Sup., col. 198, Ed. Edm.]

« Caléno à l'oubscur, Aglan pér lou ségur = temps obscur à Noël, récolte assurée de glands. » B.-du-Rh., Villeneuve, IV, 348. — « Quand le soleil brille le jour de l'an, c'est signe de glands. » Char.-Inf., Stat. « Sé bénte à carnaban Qu'aouram glan. » Aire (Landes), Foix, 1902, p. 42.

« S'il pleut le jour Sainct Gengoul, Les porcs n'auront du gland leur saoul. » Magimus, Prognosticat. des laboureurs, 1588. — « De glans sera votre porc dépouillé, Si la Saint Jacques votre toit est mouillé. » Annuaire de la Soc. de l'hist. de France, 1858. — « Si Jacques l'apôtre pleure, Bien peu de glands il meure (= demeure).» Leroux De Lincy, Prov. — « Saint-Jacques plu-


[153]

vieux, Les glands malheureux. » Fr.-Comté, Perron. — Pluéjo dé Sént-Gise (Saint-Gilles, 1er sept.), ruino lous aglans. » Limousin, Annada limousina, 1895.

« Quand pléou per Pachas l'aglan sé cussouno (= devient véreux). Limousin, Echo de la Corr., 1893, n° 12, p. 5. — Quand il pleut le jour de l'Ascension, les glands sont véreux. » Loiret, r. p.

« Sé plaou aou prumé dé may, lou buou qué gagno è lou porc qué perd (= s'il pleut le 1er mai, le bœuf gagne et le porc perd, c.-à-d. que les prairies seront belles et que les chênes ne donneront pas de glands. » Gers, Stat. — « S'il pleut le 1er mai, le cheval gagne son procès et la truie le perd. » Trad. du gascon, Gers, Stat. — « Quond ploou lou premier béndrés (Vendredi) d'ouost (août), lou pouorcs perdou lour proucès. » Aveyr., Duv.

  • Gént dé rouré, pan d'aglan = les gens des pays de chênes mangent du pain de glan, c.-à-d. ce sont des pays où les céréales ne viennent pas. » Provence, Mistr.

« Au premerain cop ne chiet pas li chaisnes. » XIIIe s., Ulrich, 1902. — « On n'abat pas un chesne au premier coup. » XVIe s., G. Meurier. (Voir sur ce prov. A. Tobler, Li proverbe au vilain, 1895, p. 118.)

« Le dareyne (dernier) coup abat le chesne. » anc. prov., Ler. De L., Prov., app. III. — « La troisième fois le chêne chet. » Vendée, Rev. du Traditionn., 1906, p. 240. « Petit hom abat grant chaisne. » XIIIe s., Ulrich [1]. — « Petit homme abbat bien grand chesne et douce parole grande ire. » Gruter, 1610, p. 233. — « Il n'est si petit homme qui ne puisse abattre un grand chesne. » Allard, 1605, fet 64. — « On desracineroit plustost un fort chesne avec les ongles. » Allard, 1605, fet 287.

« Chacun busche au chesne abattu. » J.-A. De Baïf, Mimes, III, f°24, v°, cité par God. — « Aou cassou cadut tout lou mounde qu'y hè lègne = au chêne tombé tout le monde fait copeau. » B.-Pyr., Coundés biarn., 1890, p. 53.

« Les unes refusent tout plat, Et bien c'est en vain debattu ; Les autres respondent fiat, Et bien c'est un chesne abattu. » anc. fr., Rec. de poés. franç., III, 1856, p. 242.

« Abattre un chesne = tuer un homme. » argot du XVIe s., G. Bouchet, Serées, édit. Roybet, III, 130; Illustres proverbes his-

____________________

  1. Cf. angl. Little strokes fell great oaks [E. E.].


[154]

tor., 1655, p. 118. — « Faire suer [1] un chêne — tuer un homme. » argot, Signol, Le Chiffonnier, 1831, V, 149.

« Abattre un chêne pour faire une cuiller = être prodigue. » H. Bret., Sébillot.

« Les femmes avant de se marier arracheraient un chêne [2] ; une fois mariées c'est à peine si elles arracheraient une rave. » Savoie, Const.

« Rien n'est si fort que le chêne placé debout [3] et les femmes couchées. » Doubs, Roussey. — « La femme sur son dos est aussi forte qu'un chesne debout. » Le Bon, 1557. — » Sépi-en long, tchæne debout = le sapin résiste mieux étant disposé horizontalement et le chêne verticalement. » Bournois, Doubs, Roussey.

« Droit comme un chêne. » « Fort comme un chêne. » « Se porter comme un chêne. » Locutions connues. — « Un homme planté comme un chêne = un homme bien bâti. » Le Régiment illustré du 23 janvier 1897, p. 7. — « Ses membres étaient noués comme le tronc d'un chêne. » Montagne, Jeanne de Soyans, 1892, p. 7. — « Il était de taille moyenne et trapu comme un jeune chêne. » Lapaire, Courandier, 1906, p. 198.

« Du quêne = une personne riche décédée (que l'on ensevelit dans un cercueil de chêne). En voyant passer le convoi funèbre d'un gros mort, les loustics fredonnent, sur le ton du De profundis, le couplet suivant : Du quêne, du quesne, ch'est du bon bos ; — Du blanc-bos, ch'est du mécant bos ! Saint-Pol (P.-de-C.), c. p. M. Ed. Edmont.

« II ressemble à un cassoulot (chêne rabougri) = se dit d'un petit homme contrefait. » Vallée du Lavedan, E. Cordier, Dial. du Lav., 1878.

« Attendre le gland qui tombe, = attendre pour vivre un petit gain. » Cotgr., 1650.

« Qui sé léouo matin trovo dè higos sous cassous = qui se lève matin trouve des figues sur les chênes. » Pays d'Albret, Dardy, I, 186.

____________________

  1. Pour faire suer comparez : « Faire suer le bonhomme = piller le paysan ». Harangue du capitaine, La Carbonade, 1615, p. 6. [Voir Revue Celtique, XXV, 52-54]. — [E. E.]
  2. Le père du Géant de V. Hugo pratiquait couramment la chose, surtout dans son bon temps :
    Il est faible, il est vieux. Sa fin est si prochaine
    Qu'il peut à peine encor déraciner un chêne
    Pour soutenir ses pas tremblants. — [E. E.]
  3. Il s'agit du bois de construction.


[155]

« Dire que tout est à soy jusqu'au gros chesne et le gros chesne et tout. » Harangue en proverbes, 1651, p. 6.

« Voudriéy éstré un aglan, qu'un porc mé mangèssé = tellement je suis malheureux. » Alais, Haon.

« A toustemps dà lous cassous qué-s séquén = à toujours donner (des glands), les ch. se dessèchent; se dit aux personnes qui demandent encore, après avoir beaucoup reçu. » Béarn, Lespy. — « Lou cassé lou méy hort (fort) qué-s sèque. » Béarn, Lespy.

« D'un petit gland sourd un grand chêne. » Baïf, édit., Blanch., 1880, I, 13. — « Le plus beau chêne n'est qu'un petit rameau quand il commence. » Lettre d'un paysan à son curé, 1789, p. 11.

« En tout chin lou soenhant Lou cassou qué bad gran = en le soignant quand il est tout petit, le chêne devient grand. » Béarn, Lespy.

« Cent ans à venir, cent ans sur pied, cent ans à s'en retourner. » H. Bret., Sébillot.

« Per tres cornices corvus vivere habet, Et per tres corvos vivere quercus habet Et per tres quercus elephantem vivere dicas. » Carminum proverb. loci comm., 1670, p. 9.

« Très chis pér la vido d'un chaval, Tres chavals pér la vido d'un omé, Trés omés pér la vido d'un courbatas, Très courbatassés per la vido d'un rouvé. » Gard, c. p. M. P. Fesquet.

« Jamais riche n'eut bel orme, Ni pauvre beau chêne. » Calvados, Stat.

« Vous êtes plus dur que le plus vieux chêne de forêt = vous êtes insensible, sans pitié. » Mlle Duhamel, L'Agnès, divertissem., 1763, p. 31.

« Le bien est difficile à s'opérer, surtout quand le mal tient comme des racines de chêne. » 32e lettre bougrement patriote du père Duchêne. — « Il poussait des soupirs à déraciner des chênes.» L. Reybaud, Edouard Mongeron, roman, 1846, V, 10. — Cela rappelle le vers de Malherbe dans La Conversion de saint Pierre : « Ses soupirs se font vents qui les chênes combattent. »

« Il faut couper le chêne au décours de la lune. » Eure, Robin.

« Culler de quesne = cuillère de chêne, instrument dont on se servait pour fustiger les écoliers. » Normandie, XVIIIe s., Héron, Muse norm., 1895, V, 56.

« Grày'ss dè garric = coups de bâton. » Languedoc, Mistr.

« Le boiteux je fais aller droict avec un peu d'huille de chesne = c.-à-d. en le battant avec un bâton de chêne. » Christophe De Bordeaux, Valet à tout faire, s. d. (vers l'an 1600). — « Avec


[156]

un peu d'huille de chesne je fais des fromages de cresme y mettant jus de limaçons. » Le Mathois ou Marchand meslé, 1614, p. 14.

« On appelle les nuages les chênes de Beauce, parce que les arbres qui devraient donner de l'ombre sont rares en Beauce. » E. Gaugiran, Vues de Sologne, 1856, p. 17.

« Vent de glandée = grand vent d'automne. » Guyenne, Sclafer, Paysan riche, 1873, p. 60.

Bent de gland, vent d'automne qui fait tomber le gland, Béarn, L. Batcave.

« Péyro garigouso = roche d'agrégation, endroit favorable aux chênes à kermès. » Provence, Mistr.

« Qué piougué, qué névé, qué també d'aglan Li fenio sam bono jusqu'à quarante ans = qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il tombe des glands, les femmes sont bonnes jusqu'à quarante ans. » Prov. Mistr.

« Voudriéy' estré un aglan qu'un porc mé mangésse = je voudrais être à cent pieds sous terre. » Cévenol, Sauv., 1785.

« Voues mourir vestit coumo un aglan. » Provence, XVIIe s., Bugado provenç.

« Cette fille est ferme (de chair) comme un gland. » Dordogne.

« Lou goric fo pas un piboul = le ch. ne fait pas un peuplier. » Aveyr. Duval. — « Un pin fa un pin, un rouvé fà un aglan. » Toulon, La Sinse, Vie provenç., 1874, p. 6.

« Qui au bosc deu senhou pren u aglan Qu'en deu u cassou au bout de cent ans = qui prend un gland au bois du seigneur doit un chêne au bout de cent ans. » Béarn, Lespy. [Mais il ajoute, on disait au XVe s. : « Qui mange de l'oye du roi, cent ans après en rend la plume. » L. Batcave.]

« Si le bien grand ne fait pas cas du grand Que pense le valet qui a mangé du gland. » Le Bon, 1557.

« Les plus hauts chesnes n'ont pas les prys. » Le Bon, 1557.

« Glan san vremol (non vermoulu) et peu d'hyver Met au porc le mal Saint-Hubert. » Le Bon, 1557.

« Je veux me tenir au gros du chesne. » (On dit maintenant se tenir au gros de l'arbre, c.-à-d. se tenir en sûreté.) Béroalde De Verville, Moy. de parv., éd. Royer, I, 97.

« Il a la peau ridée comme un chesne de plusieurs siècles. » L. De Rouvray, Abominat. du Calvinisme, 1650, p. 103.

« Miracle d'Aglan ! c.-à-d. c'est une merveille qui n'en est pas une : si les chênes produisent une année quantité de glands, ce n'est


[157]

pas une raison pour s'extasier, car ce n'est pas d'une grande importance. Se dit à qui fait une grosse nouvelle de peu de chose. » Bas-Limousin, Champeval. — « Oquei un secret d'oglan. » Corr., Bér.

« C'est un gland = c'est un imbécile. » argot, Bruant, 1901.

« Chercher à faire entrer une idée sérieuse dans la tête d'une femme, c'est comme si vous cherchiez à planter un chêne dans une coquille d'œuf. » Nièvre, Tillier, Œuvres, 1846, II, 107.

« Qui aou bosc déou ségnou (seigneur) prénd un aglan, Déou un cassou au bout de cént ans = le bien des seigneurs ou de l'Etat ne se prescrit pas. » Gascogne, Mistr., II, 867. — [Erreur : le bien des seigneurs se prescrivait, non le domaine public, L. Batcave.]

« Qu'il soit petit ou grand, le chêne attire toujours la foudre. » Basse-Bret., c. p. feu L.-F. Sauvé.

« Une personne pauvre qui a reçu des bienfaits d'un cultivateur à l'aise, lui envoie, tous les ans, par reconnaissance, une charge de glands pour ses cochons. » Ruffey près Dijon, r. p.

« Tu serois propre à juger en hyver qui sont les chasnes masles et fumelles... Quand il gellera le plus fort mettez vous tout nud contre cet arbre et si vous arsez contre ce sera une femelle. » Béroalde De Verv., Moy. de parv., I, 88. — J'ai vu en Lorraine persuader cela à un niais qui fit réellement l'expérience.

« Si un fiévreux est mis en présence d'un chêne par un sorcier, le chêne se met à trembler et dépérit, mais le malade est guéri. » Corrèze, Tour du Monde, 1899, p. 520.

« L'eau de glan oste la pierre du glan = L'infusion de gland est bonne pour guérir la maladie de la pierre. Le Bon, 1557. »

«Pour préserver les vaches de la cocotte (fièvre aphteuse) on leur met au cou des colliers de chêne. » Beauce, Chapiteau, Folkl. de la Beauce; Bret., franç., Sébillot.

« Pour se débarrasser d'un sort qu'une sorcière vous a jeté, il faut pisser dans une bouteille, y mettre des feuilles de chêne et cacher la bouteille sous le lit. La sorcière viendra sûrement implorer son pardon. » Lonzée (Belg.), Wallonia, 1893, p. 107.

« Une jeune fille qui aime à manier des glands aura un mari monorchide. » Xaintré (Vienne), r. p.

« Au XVIIIe s., la loi ordonnait au nouveau marié de planter trois chênes la première année de son mariage et de les entretenir. » Jura suisse, Archives suisses d. trad. pop., 1903, p. 184.

« L'argent donné par une sorcière se trouva un jour n'être que des


[158]

feuilles de chêne. » XVIIe s., Rev. des Docum. hist., 1875, p. 88. — « La monnoye du sabat ce sont des feuilles de chêne qui n'ont que l'apparence de l'or. » Furetière, 1708. — « Feuille de chesne = chose de nulle valeur. » Oudin, 1681. — Compter les plaisirs éloignez de l'objet aimé par feuilles de chesne. » Recueil de pièces sérieuses, comiques, etc., 1721. — « Une femme reçoit du diable un écu pour avoir ses faveurs, mais elle voit après que cet écu n'est qu'une feuille de chêne. » Pays messin, Quépat, Hist. de Woippy, 1878, p. 122. — « Un diable donna un jour de l'or à un de ses adorateurs ; il se trouva que ce n'étaient que des feuilles de chêne; cette histoire est vraie puisque l'auberge où se produisit le fait s'appelle l’Auberge du diable; elle a pour enseigne un démon emportant un homme laissant tomber une bourse pleine de feuilles de chêne. » Mille et une folies, 1771, I, 462. — « Un jour un berger-sorcier fut condamné à un louis d'amende; le juge qui reçut ce louis s'aperçut bientôt après qu'il n'était qu'une feuille de ch. » Lecoq, Sorc. de Beauce, 1861, p. 27. — « Les pièces d'or qu'on vous donne au Sabbat se transforment le lendemain en feuilles de chêne. » Archives suisses d. tr. p., 1908, p. 6. — « Donner des feuilles de chêne pour des pistoles. Mercure de la Cour, 1652, 3e partie, p. 12. — « Payer en feuilles de chêne = payer en effets sans valeur. » Littré.

« Certaines âmes sont condamnées à faire pénitence jusqu'à ce qu'un gland, ramassé le jour de leur mort, soit devenu un plant de chêne propre à quelque usage. » Basse-Bret., Le Braz, Lég. d. la mort, 1893, p. 271.

« Pour guérir un enfant de la hernie, il [f]aut fendre un chesne et faire passer l'enfant trois fois par dedans. Le père et la mère doivent être chacun à côté du chesne. » Thiers, Traité d. superst., 1697, I, 383. — Voir H. Gaidoz, Un Vieux Rite médical, Paris, 1892.

« Une branchette de chêne, portée constamment sur soi, rend fort. » H.-Bret., Rev. d. tr. p., 1905, p. 160.

« Un bûcheron ayant donné un coup de cognée à un des chênes qui entourent la Fontaine de N.-D., à Montvallet, il en sortit du sang. Depuis ce temps on n'oserait toucher à ces chênes. » S.-et-L., Lex, Culte des eaux en S.-et-L., 1898, p. 17.

« Le premier gland trouvé dans le bois doit être examiné : si l'on y trouve un ver, c'est signe d'abondance ; si l'on y trouve une mouche, c'est signe de pauvreté ; si l'on n'y trouve ni mouche


[159]

ni ver, il faut en chercher d'autres jusqu'à ce qu'on trouve un gland qui contienne mouche ou ver. » Belg. wall., Wallonia, 1908, p. 59.

« Une tradition prétend qu'un spectre effroyable, ayant la tête tranchée et les vêtements couverts de sang, vient errer chaque nuit autour d'un arbre appelé le Chêne du Val-à-l'Homme, situé dans un vallon près d'Elbeuf. » A. De Chesnel, Dict. des Sup., col. 198 [Ed. Edm.].


Symbolique : « Ut quercus fides = foi forte comme le chêne; devise des De Lavau. » Bessas, p. 311. — Flores mei fructus = les fleurs sont mes fruits, devise des De Maissat ; un chêne est dans leurs armes. » Bessas, p. 117. — « Une image représentant un chêne émondé et taillé signifie : je repousse après avoir été blessé. » La Feuille, Devises, 1693. — « Le chêne signifie : soyez en seureté, ne craignez rien. » Traité curieux des couleurs, 1647, p. 69. — « Au 1er mai, une branche de chêne symbolise une vertu solide. » Noroy-le-B. (H.-Saône), Pizard, Doc. sur Noroy, 1888, p. 514. — (Au 1er mai = Chême (sic), Je t'aime. » Pierrefonds (Oise), r. p. — Au 1er mai = je t'aime. » Hérault, Langlade, Las d'amour, 1879, p. 48. — « Au 1er mai : Lou chaïné, T'aymé. » Provence, Mistr. — « Au 1er mai = Maie dé tchène Dji A' arêne (= je t'adresse la parole). » Pays wallon, Wallonia, 1893, p. 78. — « Au 1er mai une branche de ch. placée devant la maison d'une jeune fille symbolise la mauvaise conduite. » Gras (Ardèche), r. p. — « Le chêne est employé au 1er mai pour faire une déclaration à une veuve. » Luzy (Nièvre), r. p.

« Le chêne symbolise l'hospitalité. » Leneveux, 1837.


Héraldique : « En terme de blason le gland s'appelle noix de chêne et il se représente toujours avec son gobelet et sa queue qui tient sa noix attachée à l'arbre. » Furetière, 1768.

« On appelle écu englanté un écu chargé d'un chêne dont le gland est d'un autre émail que l'arbre. » Dict. des Arts, 1732. — « En héraldique, le chêne englanté symbolise la vertu, la force, la fermeté, la longue vie. » J. Boisseau, Promptuaire armorial, 1658, 1re partie, p. 15. — « Chêne fruité en héraldique, chêne muni de ses glands. » Dumont, Hist. de Commercy, 1843, III,


[160]

326. — Pour le chêne dans l'héraldique voir encore Geliot, 1660, II, 357.

Pour le chêne dans l'héraldique, voir surtout Renesse, IV, p. 88-93 et 135-137, et pour le gland, III, 679-688.


Jeux : « Faire le chêne droit, faire le chêne fourchu [1], jeu d'enfants qui consiste à se tenir debout sur les mains, les pieds en l'air. » En beaucoup d'endroits. — « Fàyré lou rouré = même sens. » Provence. — « Faire le chêne fourché = m. sens. » Bourgogne, Bretagne fr. — « Faire le pique-chêne, faire le chêne piqué = m. sens. » Anjou, H.-Bret.


Devinettes : « Rond come ine oû Qu'a l'bonnette â cou = rond comme un œuf, qui a le bonnet au derrière. Le gland. » Liège, Wallonia, 1896, p. 91. — « Qu'est-ce qui est haut monté et a un petit plateau au cul ? » Pierrefonds (Oise), r. p. — « Cinq cent fraïrés, ont tous lé bouné au quio mâ que le pày'ra = cinq cent frères ont tous le bonnet au cul, si ce n'est le père. Les glands et le chêne. » Loire. V. Smith (dans Mélusine, I, 264). — « Dans la forêt de Brandili, Dans toutes les branches il y a [sic : nn] un nid, Dans tous les nids il y a un œuf, Devine si tu peux ? un gland.» H.-Bret., Sébillot, Devin. de la H.-Bret. (C. Barzaz-Breiz, 448, 449. E. E.) — Poulit pày'ré, Poulido mày'ré, Poulido filho ? L'aglan. » Lot, c. p. M. A. Perbosc.

« Dormi dormait, Pendi pendait, Veni venait, Signon (si ce n'est que) pendrit Eveillit dormi, Veni aurait mangé dormi = Un porc était endormi sous un chêne, un loup arrivait qui allait le manger, quand un gland le réveilla. » Bréal-sous-Montfort (Ille-et-V.), Rev. d. trad. pop., 1895, p. 667.

« Venar qui venait, Dormar qui dormait, Pendar qui pendait; Si Pendar qui pendait N'était pas tombé sur Dormar qui dormait, Dormar qui dormait Aurait été mangé par Venar qui venait. » Votten (Belg.), Wallonia, 1896, p. 60. — « Dormille dormilloit, Pendille pendilloit, Ventille ventilloit; Ventille fi chère (tomber) Pendille, Çhi reveillit Dormille », Char.-Inf., Jônain.

« Pindoulin pindoulabo, Gingoulin gingoulabo, Pindoulin toumbèt, Gingoulin l'amassèt. » Lot, c. p. M. A. Perbosc. — « Pendillu

____________________

  1. Cette locution se trouve déjà dans Rabelais, l'Isle sonnante, 1562.


[161]

Pindoulet que pindouleyabo
Mouret qu'on se gaytabo
Quan Pindoulet cayou
Mouret qu'on se coélhou.
Argelès (H.-Pyr.), c, p. M. Tarissan.


pendillava, Barbillu le veillava, Pendillu toumbeit, Barbillu le masseit. Le porc et le gland. » Auvergne, H. Doniol, Pat. de la Basse-Auvergne, 1877, p. 110. — « Pindoulètt que pindoulèye, Riboulètt que riboulèye, Pindoulètt qu'es toumbatt, Riboulètt se l'a amassatt. » Arjuzaux (Landes), Foix, Poés. pop. land., 1902. p. 37. — « Péndoulétt que pendole, Ardoulètt qu'ardole, Péndoulétt qu'es toumbatt, Ardoulétt l'a amassatt. » Landes, V. Foix, Poés. pop. land., 1890, p. 25.

« Penderilhette que penderilhabe, Gnifre-gnafre [1] que lespiabe, Penderilhette que cadou, gnifre-gnafre que l'abou. » Béarn., c. p, M. J. De Laporterie. — « Pénébilhe pen, Pénébilhe cait, Péluchart qu'arribe, que minye Pénébilhe. » Landes, c. p. M..J. De Laporterie . — « Penjourli qué pénjourlao, Pélpélut lé régardao, Penjourli toumbèc, Pelpelut l'abalec. » Lauraguais (H.-Gar., P. Fagot, Folkl. du Laur.).— «Pendaulhou pendaulhava, PendauIho toumbet ; Grouun venguet E lou minguet. » Limousin, Roux, Enigmes du Lim. — « Pendaulhou pendaulhava, Roundelhon roundelhava ; Pendoulhou toumbet, Roundelhou l'amasset. » Limous., Roux.

« Pendaulhoun, pendaulhoun, Mounta bilhou, mounta bilhoum ; Bourrut dejous lou charcha. » Limous., Roux. — « Court brajat (court-vêtu), Nant (haut) mountat, Bourrut lou charcha. » Limous., Roux.

« Rond-rond qui pind, Poyu qui l'attind, quand Rond-rond tchêra, Poyu l'attrapera. — La Hestre (Hainaut), Wallonia, 1896, p. 59. — « Vert pindu, Haut mettu, Et l'poyu qu'ol wête = vert pendu, haut placé, et le poilu qui regarde. » Dinant (Belg.), Wallonia, 1896, p. 59. — « Haut pindu, vermouyou (véreux, mangé aux vers), Poyou l'awaite. » Huy (Belg.), Wallonia, 1896, p. 60.

« Pendoulin que pendoulavo, Ramounin que ramouniavo; Sé péndoulin èro toumba, Ramounin l'aouriè manja. » B.-du-Rh., Armana marsihés, 1901, p. 73.

____________________

  1. Lespy donne la même devinette pour le Béarn ; mais gnifre-gnafre est remplacé par gnicou-gnacou. — On dit aussi Penderilhabe que penderilhade.— L. Batcave.


[162]

« Où vas-tu, tordu ? — Que dis-tu, pendu ? — Si je te tombe dessus je te briserai la tête. Le gland et le serpent. » Devinette trad. du basque, J. Vinson, Folkl. d.p. basque, p. 261.


Héraldique. Sur le gland, voir Renesse, II, 679-688.


[Les compléments qui suivent viennent de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[216]

Il est toujours bon de vérifier, même après Rolland. En cherchant l'article dans Mistral, surtout pour voir s'il y est question de « l'élixir de Garus », je trouve que ce nom y est donné avec un sens différent. « Garrus, Agarrus, s. m. Houx, grand houx. Nom de famille provençal. - Garrus de la Santo-Baumo ; grand houx ; élixir de Garrus, ainsi appelé du nom de l'inventeur, natif de Callas (Var). » H. G.


Toponomastique. - M. Muret fait venir les noms de lieu Chessin, Chessenaz, Chessine (Suisse et Savoie) des noms d'homme Cassius, Cassianus.

Les noms de lieu Chassey, Chasse, Chassiecq, Chassieu, Chassy, Chessy, n'ont rien à faire avec le mot quercus. Ils viennent d'un gentilice Cassius.

  • La Rivoire, loc. de H.-Loire.
  • Casseneuil (Lot-et-Garonne) et Chasseneuil, de Cassinogilus.
  • Cassania sylva, en 980, Chassagne, Htes-Alpes, Riman.
  • Cassagnas, Lot-et-Garonne.
  • Chassanalicum, au XIIe siècle.
  • Cassanaticum, au XIVe, Sassenage, aujourd'hui. Bellet, Géogr. anc. du diocèse de Grenoble, 1883.


P. 146. - Onomastique.- Querquelin (Poitou), et Quergoule (Tarn). [Ces deux noms que Rolland faisait venir du latin Quercus sont plutôt des noms bretons transplantés hors de leur pays d'origine. - H. G.]

  • Chênetache, en 1542. Campardon, Registres du Châtelet, 1906.
  • Chênemoireau. Sainroyre, Corrèze.

[J'ajoute : Chênegros, Chenet, Chanoz (Isère), Chanoux, Cassagnous (Bagnères-de-Bigorre), Cassou et Rouyer.- H. G.]

[Godefroy donne en v. franç. diabor «chêne ? » avec cet exemple : Ils pristrent lances del dur diabor ». - E. E.


[217]

P. 147 : M. Dujarric-Descombes a pour armes parlantes un chêne (un jarri), avec la devise : Corde viresco, C'est par le coeur que je verdis. ». - Reclams de Biarn, 1909, p. 53.


LA GLANDÉE

P. 151, 1. 7 : Le passage de Fustel De Coulanges est tiré de son volume L'Alleu et le domaine rural, Paris, 1889, p. 428.

Comme le glandage se rattache à la question plus générale du glanage, je signale un récent ouvrage qui est probablement une thèse de doctorat en droit : Le Droit de Glanage, etc., par M. P. Degrulley, Paris, Giard et Brière, 1912.


LE CHÊNE
  • corallus, Du C.
  • coral, nom français du sud-ouest, Dief., p. 133.
  • coural, long ; coraou, prov.
  • cora, m. forézienne = coeur de chêne, Mistral.
  • coral, même sens, God., II, 296.
  • Coral, nom de famille en Languedoc.

Rolland avait classé les noms suivants comme appartenant à l'onomastique du chêne :

  • Liandrat (Isère).
  • Fonquerne (Hérault).
  • Fonquernie, Fonquerne (Hérault).
  • Roques-Fonquernie.

(fin des compléments)


La noix de galle

LA NOIX DE GALLE

Une espèce d'hyménoptère, le Cynips, produit sur les feuilles de diverses espèces de chêne une excroissance arrondie, appelée :

  • galla, gala, gallus, galles, lat. du m. â., Dief.
  • gallica nux, galga nux, lat. du m. â., Du C.
  • alapsa, pomum quercus, lat. du XVe s., Stokes, Médical M.
  • gala, f., anc. prov., Levy; dauphinois, Charbot.
  • noix-galle, noix de galle, galle, pomme de chesne, pommette de chesne, anc. fr.
  • galo, agalo, agaro, gougalo, rogo, royo, provençal.
  • gànlo, f., Ardèche, Rev. du Vivarais, 1893, p. 377.
  • galope, f., La Teste (Gir.), Mour.
  • galhère, f., Arthez (B.-Pyr.), Lespy.
  • gargale, f., gargaloun (la noix de galle mâle), m., Marensin (Landes), c. p. M. V. Foix.
  • councalin, m., niçois, Mistrali, au supplém.
  • coucure, f., B.-Pyr., Lespy.
  • nouë de chëne, f., Mayenne, Dott.
  • pomme de chêne, f., français.
  • pommette de chesne, f., franç., Duez, 1664.
  • cassanolo, f., toulousain, Donjat, 1637.
  • cassenolle, f., franç., Instruct. génér. p. la teinture des laines, 1671, p. 173.
  • cassano, f., cévenol, Sauv., 1785.
  • cassi, m., Aude, Mistr.
  • balle de chêne, f., franç., Binet, Consolat. aux malades, 1642, p. 92.
  • beilltote, f., franç., Cotgr., 1650.
  • boule de chêne, f., Loiret, r. p.
  • bolo dé garric, f., Tarn, Gary.
  • bolo de cassou, Bigorre, c. p. M. Tarissan.
  • cascarinèto, f., toulousain, Visnier, 1897.
  • gobiy’, f., Chaussin (Jura), Grosj. et Br.
  • boussério, f., Basses-Alpes, Avril.


[163]

  • gratèl’, f., dauphinois, Charbot.
  • vache de chêne, f., Vern (Ille-et-V.), r. p.
  • kënètte, f., Pléchatel (Ille-et-V.), Dott. et Lang.
  • bouhure, f., concutt (la noix de galle mâle), m., Landes, c. p. M. V. Foix.
  • pirolo, f., Ardèche, Mistr.
  • craouën gales, bret., gnëuen-gal, bret. de Van. (= noix de galle); craouën galecq (= gallica nux); aval-dero, plur. avalon-déro, Van. avalëu-derv. (= pomme de chêne), en Léon aval tan, id. P. Grégoire. — [E. E.]
  • galga, Parme, Malaspina; baricocla. romagn., Morri.
  • galnoot, galappel, eekappel, flam. et holl.


« Quand il y a beaucoup de noix de galle, c'est un présage de guerre ou de famine. » Belg., Reinsh-Duringsf., Trad. de la Belg., Il, 185; Côte-d'Or, r. p.

« Quand les chiens mangent la noix de galle, ils deviennent enragés. » Vern (Ille-et-V.), r. p.

« Si l'on trouve une mouche dans la noix de galle, il y aura guerre; si l'on y trouve un ver, il y aura famine, si l'on y trouve une chrysalide il y aura mortalité. » Basse-Bret., c. p. M. F. Vallée d'après un manuscrit de Milin.

« Les mêmes idées se retrouvent chez Dodonée (Cruydt-boeck, 1644, p. 1294), mais la chrysalide y est remplacée par une petite araignée (A. De C.)

« Une jeune fille qui prendrait une pomme de chêne à un certain degré de maturité et la ferait cuire dans l'eau d'une source arrosant un cimetière, deviendrait aussi savante qu'une fée. » Lamballe (C.-du-N.), Rev. d. trad. pop., 1899, p. 531.

cap de concure = tête vide, légère. Béarn, c. p. M. L. Batcave.

Quercus petraea

Quercus pedunculata (Ehrhart). - LE CHÊNE-ROUVRE.


Noms de l'arbre :

  • robur, latin. (C'est probablement un doublet du mot arbor. Voy. Mém. de la Soc. de ling., t. II, 1875.) — [Les deux mots sont à séparer, cf. Walde [E. Ernault.]
  • ruvor, rover, rova, roves, rovis, lat. du m. â.. Du C.
  • quercus robur, nomenclat. de Linné.


[164]

  • robre, m., rovybre, m., roble, m., rouvre, m., roure, m., anc. fr.
  • royre, m., anc. provenç. et langued.
  • roubé, m., rouvèy’, m., rouvë, m., rouvô, m., rëvou, m., rëvô, m., rouy'rè, m., rouré, m., ronrô, m., roure, m., raouré, m., réouré, m., roulé, m., roûl, m., rouèlh, m., rouè, m., garrik, m., garritt, m., en divers patois, principalement du Midi.
  • reboutz, f., Carcassonne, docum. de 1435, Du C., V, 609.
  • suse, anc. fr., Emblèmes d'alciat, 1549, p. 262 (?).


Un jeune rouvre est appelé :

  • rourachoun, m., rouvéraou, m., rouvéné, m., en divers patois du Midi.


Un lieu planté de rouvres est appelé :

  • roboretum, roveretum, roveritum, rovoria, rovoyria, roveria, roverina, lat. du m. â., Du C.
  • rouvroy, m., anc. franç.
  • roure, anc. franç. — Lacurne.
  • roubày'ro, f., rouvày'ré, m., rouvièy'ro, f., rouvèdo, f., rouvièy'rédo, f., rovòyri, f., rëvouày'ri, f., roughiéra, f., rouyéras, m., en divers patois du Midi.


Toponomastique. — Pour les noms de lieu dérivés de robur, voyez ci-dessus, p. 138.


Onomastique. - Voir plus haut, p. 147.


L'intérieur du rouvre est recherché pour les constructions. On l'appelle :

  • corallus, precorium, l. du m. â., Du C., V, 428.
  • caure, m., anc. fr., Du C.
  • cœur de chêne [1], m., français.
  • coral, coural, couralh, couraou, courà, m., patois anc. et mod. du Lyonnais, du Forez, du Languedoc et de la Gascogne.


« Roboreus = fort, robuste, » l. du m. â., Du C. — « Roverino = fort comme le rouvre ; au fig. opiniastre, » ital., Duez, 1678.

____________________

  1. [« Nus bariller ne puet ouvrer que de fin cuer de chaisne sans aube... » doc. de 1260, Laborde, 1853, II, 158.]


[165]

« Roborosa passio = maladie qui rend un animal domestique raide comme du bois. » l. du m. â., Du C.

« Essugo-man dé rouré = un bâton. » Lodève, Félibrige lat., 1893, p. 332.

« A dur rouvet Dur cougnet. » Provence, au XVIIe s., Bugado provenç.

« La féniantugi sembio au rouvi, Abeno mày qué lou travày. » B.-du-Rh., Armanac marsihés, 1892, p. 79.

« Lou rouré fày un fuac que fày courré. » Gap, F. Allemand (dans Soc. d'ét. d. H.-Alpes, 1884, p. 375).

Quercus robur

Quercus pedunculata (Ehrhart). - LE CHÊNE BLANC.


  • platyphyllos mas, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • quercus racemosa, nomencl. de De Candolle.
  • rouré blàn, cassé blàn, cassou blàn, chày'né blan, garric blàn, midi de la France.
  • chêne blanc, m., français.
  • chesne masle, m., anc. fr., Nicot, 1606.
  • chêne franc, m., Centre, Jaub.
  • chêne à grappes, chêne gravelin, français, Fillassier, 1791. (gravelin est peut-être une faute pour grivelin ?)
  • grivelin, m., Anjou, Desv.
  • roure vergentin, m., env. de Valence et de Romans (Drôme), Moutier.


Quercus cerris

Quercus cerris (Linné). - LE CHÊNE DE BOURGOGNE.


  • cerrus, latin de Pline, etc. (Sur ce mot voyez Arch. f., lat. Lexicogr., 1886, p. 143.)
  • modola hisclum (?), l. du m. â., Du C., III, 186.
  • ilex major, nomencl. du XVIe s., Ratzenerger.
  • driofagus, lat. du m. â., Simon Januensis, 1486.
  • herrus, hedrus, lat. du XVIe s., C. Gesnerus, 1542.
  • cerrus aegilops, aegilops minore glande, cerrus fœmina, haliphleos, quercus burgundiaca, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • quercus crinita, nomencl. de Lamarck.
  • cerre, m., anc. franç., God ; Claret, La Provence louée, 1614, p.214; etc., etc.


[166]

  • hestre, m., anc. fr., C. Stephanus, Sylva, 1538, p. 10; Du Pinet, 1625, II, 218.
  • hedre, m., anc. fr., C. Gesnerus, 1542 ; Duchesne, 1544.
  • herre, m., anc. fr., Duchesne, 1544.
  • chêne de Bourgogne, m., franç., Buisson, 1779; etc., etc.
  • chêne chevelu, m., chêne doucier, m., M.-et-L., Leclerc-Thouin, Agricult. de l'Ouest, 1843, p. 396.
  • cerru, sicil., Cupani, 1696. — ciaja, monferr., Ferr. — saradèl, Brescia, Melch. — muèdul., frioul., Pir.


Le gland de ce chêne est appelé :

  • gland-châtaigne, m., français, Saint-Germain, 1784. (Il est hérissé comme une châtaigne revêtue de son écorce.)
  • gland-chatin, m., M.-et-L., Desvaux.


Un lieu planté de chênes de Bourgogne est appelé :

  • cerretum, cerritum, lat. du m. â., Du C.


Quercus ægilops

Quercus ægilops (Linné). - LE CHÊNE VÉLANI.


  • aegilops, latin de Pline.
  • cerrus macedonica, anc. nomencl., C. Stephanus, Sylva, 1538, p. 10.
  • cerris majore glande, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • vélanida, m., franç., Dict. de Trév., 1752.


La cupule du gland de ce chêne employée pour la teinture est appelée :

  • vallania, valania, lat. du m. â., Du C.
  • velonie, f., P. Belon, Observ. de plus singul., 1555.
  • vallon, m , gallon, m., franç., Furetière, 1708.
  • valanède, f., avelanède, f., vallonée, f., franç., Savary, Dict. du commerce, 1741 et 1759.
  • vélani, m., franç., Dict. de Trévoux, 1752.


Pour l'étymologie de ces mots voy. A. Thomas (dans Romania, 1900, p. 207 et 208.)


Quercus esculus

Quercus esculus (Linné).


  • aesculus, esculus, lat. de Pline.
  • escueiul, m., anc. franç., Constantinus, 1573, s. v. glandifera.
  • escuil, m., anc. franç., Chabraeus, 1666.


[167]

Quercus fastigiata

Quercus fastigiata (Lamarck).


  • chêne des Pyrénées, chêne cyprès, chêne pyramidal, français, Lamarck et De Candolle, 1815.


Quercus suber

Quercus suber (Linné). - LE CHÊNE-LIÈGE.


  • suber, latin. (Au moyen âge suber, suberies signifiaient écorce, selon Du Cange.)
  • subrus, lena, allota, lat. du m. â., Du Cange.
  • surey, m., anc. gascon, Arch. hist. de la Gironde, t. XI, au gloss. — bordelais.
  • subrié, m., Var, Amic. — B.-du-Rh., Vill.
  • surriè, m., surrè, m., H.-Gar., Lot-et-G., Gers, Landes.
  • siouriè, m., Aude, c. p. M. P. Calmet.
  • siéouré, m., siourè, m., Gard, Hérault, Pyr.-Or.
  • sèouvé, m., Mezel (Basses-Alp.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • suvé, m., provençal.
  • suvéra, f., mentonais, Andrews.
  • suvérou, m., niçois, Risso.
  • suaru, m. (pron. souarou), Corse, c. p. M. Ed. Edmont.
  • surrù, Brède (Pyr.-Orient.) Conill.
  • arbre de liège, anc. fr., P. Belon, Remonstrances, 1558, fet 39.
  • liège, m., anc. fr., C. Stephanus, Sylva, 1538, p. 13; etc., etc.
  • lèougié, m., liougè, m., lioudzé, m., Sud-Ouest de la France.
  • corss, m., Marensin (Landes), c. p. M. V. Foix.
  • corciè, m., Landes, Thore, Coup d'œil sur les Landes, Bordeaux, 1812.
  • lech, lich, bret. ; spouë, lich, bret. vann. G. Grég., spoué, m. Dict. de l'A. [E. E.]
  • zollholz, Aix-la-Chapelle, J. Muller.


Palassou, Mémoire pour servir à l'Histoire naturelle des Pyrénées, Pau, Vignencour, 1815, a donné un Mémoire sur différents chênes du département des B.-P., p. 169-196, parle longuement de ce chêne non décrit jusqu'à lui. II le place presque exclusivement dans les Landes où M. Borda (son ami) l'avait planté. « M. Borda ne connaît pas la contrée où ce chêne croît naturellement » (p. 179); « il avait reçu des glands des environs de Saint-Sever, où quelques curieux se plaisaient à utiliser cet arbre singulier ». — L. Batcave.


[168]

Noms du liège :

  • leuye, f. (pron. leouyo), Bigorre, c. p. M. Tarissan.
  • bouchon, wallon, nom tiré de l'usage le plus vulgaire du liège, qui est de faire des bouchons de bouteille.
  • semelles de bouchon = semelles de liège. — J. Feller.
  • subari, subareus, chaussures en liège, lat. du m. â., Du C.


Toponomastique : subaritum, lieu planté de chênes-liège. — Du C.

  • surredo (id.) Lot-et-Garonne. Depère, Ma Vie agricole, 1808.
  • terra sauverierum, en 1324, suveriers, en 1347, loc. des B.-du-Rhône, Mortreuil.
  • suverieras ou suverias en 1350, suverada en 1364, Val Solverada en 1333; suveriers en 1370, Val Suverada en 1666; loc. des B.-du-Rhône. Mortreuil.


« Au bout d'une demi-heure, nous atteignons les orrhys du Pla-Subra (1,910 m.) ; on nomme orrhy en Ariège, et orri en Catalogne, les cabanes des bergers ; elles sont basses et faites de pierres entassées que recouvrent des plaques d'ardoise et des mottes de terre. — (Ariège, Ann. du Club alpin, 1887, p. 173.

M. L. Batcave nous communique ces deux exemples tirés de romans de mœurs locales :

1° Delbousquel, Miguette de Cante-cigale, roman de mœurs landaises, Paris (1908), p. 38 : « sur la crête, quelques pins géants, des surïus (chênes-liége) centenaires ». — L'auteur date son livre de Sos-en-Albret (Lot-et-Garonne), en 1906.

2° Du même, Margot, Toulouse (1903) : « à l'orée des surèdes (bois de chênes-liège en Gascogne ».


Noter que le latin suber n'a pas laissé de traces dans le français proprement dit, quoiqu'il en ait laissé dans les autres langues romanes. — Voir Kœrting, Lat.-Rom. Wtrbuch, s. v. — H. G.


Le gland du chêne-liège est appelé :

  • surré, m., toulousain, Visner.
  • surro, f., Pays d'Albret, Ducomet.
  • surre, f., Landes, Mét., p. 743.
  • coursi, m., Marensin (Landes), c. p. M. V. Foix.


L'écorce extérieure du chêne-liège est appelée :

  • liège, m., français, Pomet, 1694, etc., etc.
  • léougé, m., H.-Gar., Lot-et-Gar.


[169]

  • lech, breton, d'où lécha « liéger, garnir des filets de pêcheur, etc., de liège ». P. Grég. [E. E.]
  • spoué, bret. vann., L'A. [E. E.]


« Il y a le liège blanc ou liège de France qui nous vient de devers Bayonne et le liège d'Espagne. » Pomet, 1694.


Un lieu peuplé de chênes-lièges est appelé :

  • subaritum, l. du m. â., Du C.
  • surrèdo, f., surrède, f., Lot-et-G., Landes.


Toponomastique : Les Suveriès, loc. des Alpes-Marit., Soc. des Sciences du Var, 1865, p. 93.

  • Terra Sauverierum, lat. de 1324, Les Suveriers, doc. de 1347, Suverieras ou Suverias, doc. de 1350, Val Solverada, doc. de 1133, Val suverada, doc. de 1666, loc. des B.-du-Rh., Mortr.
  • Le Fla-Subra, Le Subra, loc. de l'Ariège.


Onomastique : Subra (H.-Gar.), Sieurac (Ariège), Soubrier (Lozère et Hérault), Surran (id.), noms de famille. [Surier, H. G.]

  • Du Liège d'Aunis, nom d'une famille noble du Ponthieu.


« Subari, subareus = chaussure en liège », l. du m. â., Du C.

« Le liège est usité pour arrêter le sang, pris en poudre et brûlé dans quelque liqueur astringente... Pendu au col, il fait perdre le lait aux nourrices. » Pomet, 1694.

« Dans le Pas-de-Calais, on met aux chattes dont on veut faire perdre le lait, un collier de fragments de bouchons de liège. » c. p. M. Ed. Edmont.


Quercus ilex

Quercus ile (Linné). - LE CHÊNE VERT


  • ilex, latin de Pline, etc.
  • licius, eussinus, l. du m. â., Du C.
  • hilicus, lat. du VIIIe s., Hessels.
  • prinus, l. du m. â., Simon Januensis, 1486.
  • ilex arborea, anc. nomencl. Bauh., 1671 (on l'a nommé ainsi pour le distinguer de l’Ilex aquifolium = houx, qui n'est ordinairement qu'un arbuste).
  • illier, m., anc. fr., God., IV, 543. (Identific. incertaine.)
  • elzer, m., euze, m., anc. prov., Lévy.


[170]

  • eulse, m., anc. prov., Solerius, 1549.
  • élzé, m., Cévenol, Sauv., 1785. — Le Vigan (Gard), Roug. — La Malène (Loz.), r. p. — Florac (Loz.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • eoule, anc. franç. (méridional), Lobelius, 1591.
  • olézyè, m., Saint-Alvère (Dord.), c. p. M. R. Fourès.
  • dýalo, f., Ampus (Var), r. p.
  • dýala, f., Gréoux (Basses-Alp.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • alsina, f., Pyr.-Or., Comp.
  • euse, m., Saint-Pons (Hér.), au moy. âge, Lévy.
  • eouse, m. franç. (médion.), P. Belon, Remonstr., 1558, 1588, fet 39. — Env. de Narbonne, Constantius, 1573.
  • yéouzo, f., oousso, f., Aveyr. Mistr.
  • éouzé, m., niçois, provenç., dauphinois, Gard, Hérault, Aude, Lozère, Ardèche, Ariège.
  • éouizè, m., dauphinois, Mistr.
  • youzé, m., Pézénas (Hér.), Mazuc.
  • iouse, m., franç. (du Midi) Molinaeus, 1587.
  • iouzé, m., Les Ollières (Ardèche), c. p. M. Ed. Edmont.
  • aouzi, m., Carcassonne, Laff. — Saint-Pons (Hér.), Barth. — Castres, Az.
  • aouzino, f., Saint-Pons (Hér.), Barth. — Carcassonne, Laff. — Lézignan (Aude), Rev. d. l. Rom., 1897, p. 176. — Escales (Aude). A. Mir, Canson de la lauseto, 1900, p. 87.
  • éouzino, f.. Saint-Remy (B.-du-Rh.), Mar. Girard, Aupiho, 1878, p. 46.
  • yeuse, f., franç, Sainctyon, Edicts des eaux et for., 1614, p. 418 ; Richelet, 1710 ; De Maroles, Bucoliques, 1662, p. 5. (Ce dernier fait le mot masculin.)
  • ooujyè, m., Gourdon (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • euve, m., anc. prov., Du C., III, 121.
  • eouvé, m., provençal. — Die (Drôme), Boiss.
  • iouvé, m., Castellane (B.-Alp.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • évé, m., provençal, Mistr.
  • chesne vert, m., anc. fr., P. Belon, Remonstr., 1558, fet 39.
  • chêne vert, m., chêne-yeuse, m. français.
  • rouré vert, m., Var, Dauphin, Bastidanes, 1878. p. 170.
  • éouré, m., Villelaure (Vaucl.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • rouvétt, m., tsachan vert, m., Brive, Lép.
  • gorri bèr, m., Gourdon (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • tousco, f., Annales provenç. d'agric., 1828, II, 292.
  • erxo, génois, Cas. — luzzin, milan., Baufialcorno.


[171]

  • glastannenn, glastennenn, moy. bret., glastennenn, bret. mod. (= « chêne vert », et non « vert d'étain », comme l'explique le P. Grégoire). [E. E.]
  • déro-spaign (= chêne d'Espagne), bret., P. Grég., dêrhueenn-spaignn, bret. de Vannes, L'A. [E. E.]
  • dérhueenn perpétt glass (= chêne toujours vert), bret. van. L'A. [E. E.]
  • taousen, pl. taous, bret. de Trég., P. Grég., taouzen, pl. taouz, Le Gonidec, tous, bret. van. Ce mot a été tiré du lat. taxus, cf. Gloss. moy. bret., 677 ; il vient bien plutôt du fr. tauzin, chêne noir. [E. E.]


Une jeune yeuse est appelée :

  • éouzéroou, m., cévenol, D'Hombres.


Le gland de ce chêne est appelé :

  • éouzino, f., cévenol, D'Hombres.
  • éouzino, f., aouzino, f., cévenol, Sauvages, 1785. (La chair de porc nourri avec ce gland est très bonne. On l'appelle car d'aouzino. Selon D'Hombres cette expression s'emploie aussi à propos des joues rondes et fermes d'un bel enfant.)
  • oouzino, f., Gras (Ardèche), r. p. — Bourg-Saint-Andéol (Ardèche), Vive Madame Vienne, Paris, 1888, p. 7.
  • roussin, m., Apt (Vaucl.), Col.


Un lieu planté de yeuses est appelé :

  • ilicetum, latin de Martial.
  • illetum, lat. du m. â., Du C.
  • euzieria, f., euziera, f., anc. prov., Rayn ; Du C.
  • elzièro, f., éouzièy'ro, f., éouzièro, f., éouvièro, f., en divers patois du midi.


Toponomastique : Elzeria, lat. de 1120, Euzeria, l. de 1190, Luzeria, l. de 1338, Lozières, doc. de 1187, Lauzières, aujourd'hui, localité de l'Hérault, Thomas, Dict. top. de l'H., 1865. [La célèbre famille De Lozières portait une yeuse dans ses armes.]

  • L'Eouzièra, L'Eouzé, L'Eouvé, localités des Alpes-Marit., Devoluy, Noms de lieux, 1903, p. 40.
  • L'Eouzière, loc. des B.-Alpes, Annales des B.-A., 1884, p. 264.
  • Bel Euze, doc. de 1546, Bel Eouzé, doc. de 1681, Bel Eouvé, aujourd'hui loc. dans le Var, Soc. des sc. du Var, 1865, p. 26.


[172]

  • Leauzière, Les Auvières, loc. du Var, Ricaud, Arch. civ. du Var, 1882 I, p. 18 et p. 95.
  • Ilice, lat. de 1022, Elze, L'Elze, L'Elzière, Elzière, L'Euzière, doc. de 1507, Puech d'Euzière, doc. de 1553, loc. du Gard, Germer-Durand.
  • Les Lauzières, loc. de l'Hérault.
  • Les Fonts d'Eourres, loc. boisée des H.-Alpes, Roman.
  • Le Quartier d'Auzières, quartier de Nîmes, Bessot, Arch. de Nîmes, 1879.
  • Les Heuvières (en pat. Lis Eouvièros), nom d'une haute mont. des H.- Alpes.
  • Ylliacus au m. â., Illiat, aujourd'hui, Ain, Guigue. (S'agit-il réellement de l’Ilex comme origine ?)


Onomastique : Delez et Délez (Dauphiné), Deleouze, Delieuze, Deleuze, Delezay (Poitou), Delauze, Deluzin, Deluzy, Belouze, Belèze, Beluze, Delzieuses, Delzeuse, Delzers, Desieuses, Dieuzède, d'Euze, Dezeuze (B.-du-Rh.), Duèze, Duez, Elzière, Euzière, Auzel, Auzière, Delcine, Alzine, noms de famille dans le Midi.


[Des notes de Rolland ajoutent : Balouzet et Belvèze (Gironde), mais ce dernier nom me paraît pouvoir s'expliquer dialectalement comme = Beauvoir. J'ajoute : Leuzet et Luzeux. — H. G.]


« Moussu de l'éouzé = monsieur de l'yeuse, martin-bâton », Provenc., Mistral.


Symbolique. « Planté au premier mai devant la maison d'une fille signifie : éouzé, viéyssé = yeuse, je vieillis. » Prov., Mistr.


____________________

[Les compléments qui suivent viennent de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[217]

  • aouzino, audina, aoudino, Bigorre, c. p. M. Tarissan.

Onomastique. - M. J. Feller remarque qu'il y a une ville Leuze dans le Hainaut, et que le nom Deleuze pourrait en venir.

(fin des compléments)


Quercus coccifera

Quercus coccifera (Linné). - LE CHÊNE KERMÈS


  • coccigera, cocciglandifera, quercus aculeata, l. du m. â., Du C.
  • ilex pumila, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • ilex minor, ilex coccigera, anc. nomencl., Ratzenb.
  • avalsės, m. pl., abalsés, m. pl., avaouss, m., avaoussés, m. pl., abaoussés, m. pl., agaouss, m., agaoussés, m. pl., Provence, Languedoc.
  • agarrus, m., garrus, m., Provence.
  • garruchia, f., Alpes-Mar., Devoluy, Noms de lieux, 1903. [Garuche, f, en français local.]
  • garrigo, f., Arles, Lang.


[173]

  • garrigatt, m., garrigol, m., garriçol, m., garriçou, m., Aveyr., Vayss.
  • garroulha, f., garroulho, f., Hérault, Aude, Pyr.-Or., H.-Gar.
  • garouille, f., franç., Instr. génér. p. la teinture, 1671.
  • iaroulh, m., Montguyon (Char.-Inf.), Revue de Saintonge, 1902, p. 245.
  • réganéou, m., Cuges (B.-du-Rh.), Honnorat. — Trets (B.-du-Rh.), Club Alpin, section de Provence, 1882, p. 101.
  • arbre de vermillon, m., franç., P. Belon, Remonstrances, 1558, fet 39.
  • petite yeuse, f., franç., Duez, 1678, s. v° acilone.


Un lieu couvert de chênes-kermès est appelé :

  • avaoussio, f., provenç., Mistr.


Toponomastique : Régagnas, chaîne de collines des Bouches-du-Rh., où le réganéou est très abondant.


« Agarrussi = rabougri. » provenç., Honnorat.

« Terre d'avaouss = terreau végétal qu'on ramasse dans les garrigues. » Provence, Mistr., I, 191.


Sur ce chêne vit un insecte hyménoptère[c'est une cochenille, un hémiptère], le kermès, dont la femelle, aptère, d'une couleur rouge-brune et couverte d'une poussière légèrement cendrée, fournit un beau rouge cramoisi à la teinture. Cette femelle se recueille sous la forme d'une vésicule ou coque appelée :

  • κόκκος βαφική, grec, Bonnet, Plantes médic. de Dioscor., 1903, p. 16.
  • coccum infectorium, latin de Pline.
  • vermiculus, l. du m. â., Capitulare de villis de Charlemagne ; lat. de 1156, C. Port, Hist. du port de Narbonne, 1854, p. 57.
  • grana cremexilis, l. du m. â., Du C., II, 655.
  • coccus infectoria, coccus baphica, granum tinctorium, scarlatum, alkermes (mot d'origine arabe), chermes, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • coccus tinctorius, l. du XVIe s., Solerius, 1549.
  • coccus ilicis, chermes ilicis, nomencl. de Linné.
  • semence d'alkermes, f., anc. franç., Ch. De Saint-Germain, Le Médecin royal, 1655, p. 96.
  • chermes, m., français de Provence, Constantinus, 1573.
  • kermès, m., franç. anc. et mod.


[174]

  • graine d'escarlate, f., franç., Constantinus, 1573.
  • escarlate, f., franç., J. Fontaine, 1612.

[Sur ce mot escarlate = drap teint en rouge avec le kermès, voyez Weckerlin, Le Drap escarlate au moyen âge, Lyon, 1905.]

  • graine, f., grainne, f., graingne, f., anc. fr., God.
  • grana vérmilho, Pyr.-Orient., Carrère.
  • vermillon, m., franç. du XVIe s., Solerius, 1549; Catelan, Discours de l'alkermes, 1614, p. 155.
  • vérméou, m., vérmiyou, m., granéto, f., provenç.
  • poussé, m., Drôme, Honnorat.
  • frey'ssé (quand il a atteint toute sa grosseur), m., provençal, Achard, 1785.
  • frày' sec, m., Drôme, Honnorat.
  • pou noir, m., Var, Annales d'agric., 2e sér., XXI, 377.
  • galinèto (l'insecte qui produit la coque), f., La Crau, L. De Laget, Agric. de la Crau, 1896, p 70.
  • caborro, f., gascon, Guide des Gascons.
  • al-quirmiz, arabe. (D'où l'adjectif arabe quirmizî qui a passé dans l'espagnol carmesi et de là dans le français cramoisi, carmin a la même origine [1], Dozy, Gloss.)
  • tane, bret. moy. et mod. [E. E.]

La véritable noix de galle tinctoriale vient sur le Quercus coccifera. (Elle est appelée galle du levant, galle de Smyrne, galle d'Alep. Savary, 1741 ; galle à l'épine, galle d'Alexandrie, Instruct. génér. p. le teint. d. laines, 1671.)

Pour l'historique du kermès voyez : Gust. Planchon, Le Kermès du chêne aux points de vue zoologique, commercial et pharmaceutique, Montpellier, 1864, in-8.


[Les compléments qui suivent viennent de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[217]

  • avaouss, m. prov., avaoussé, m. marseillais, agaouss, m., Languedoc, Mistral.
  • avaoussi, f. touffe de chêne kermès, Mistral.
  • graoubio, f. Languedoc, Mistral.
  • garrule, Sorède, Corrèze.

(fin des compléments)


Quercus pseudococcifera

Quercus pseudococcifera (Desfontaines).


  • avaoussén, m., avéoussén, m , Gard, Regimbeau, Le Chêne-Yeuse et le chêne vert dans le Gard, 1879.
  • drouy’, m., drouy'no, f , suvéré lo, f., Var, Hanry.

____________________

  1. Au moyen âge, selon Du C., II, 187 et III, 73, carmesinus, carmusinus, cramesinus, ermisinus = qui est de couleur rouge de kermès ; cramoisi s'est dit aussi armoisi : « Les plus flatteurs en armoisy = les flatteurs par excellence. » Du Saix, Touche naïve, 1545.


[175]

Quercus sessiliflora

Quercus sessiliflora (Salisbury). — LE CHÊNE DURELIN


  • quercus latifolia fœmina, platyphyllos fœmina, anc. nomencl., Bauh., 1671.
  • chêne-rouge, m., H.-Marne, c. p. M. A. Daguin. — M.-et-L., Desv.
  • drille, f., anc. fr., Nicot, 1606.
  • drylie, f., Savoie, Molinaeus, 1587.
  • druy’, m., Var, Mistr.
  • drouy’, f., Centre, Jaub. — Var, Mistr.
  • cassé droul, m., caosé bastard, m., Tarn-et-Gar., Lagr.
  • droulh, m., Landes, Métiv., p. 721.
  • droulhé, m., Pays d'Albret, Ducomet.
  • drulhèy’ , m., chêne bâtard, m., Guyenne, De Secondat, Mém. d'hist. nat., 1785, p. 8.
  • drouyar, m., M.-et-L., Desv. — May., Dott. — L.-et-Ch., Mart. (En L.-et-Ch. on appelle drouy’ une pièce de bois venant de cet arbre.)
  • drëyar, m., Centre, Jaub. — trëyar, m., Vierzon (Cher), Le Gr.
  • durlin, m., dërlin, m., drëlin, m., Loiret, Yonne, Nièvre, Cher, Indre.
  • roura moulha, Pyr.-Orient., Comp.
  • chermillat, m., Dauphiné sur les bords du Rhône, Molinaeus, 1587.
  • chesne-cohier, m., chesne femelle, m., fr., Nicot, 1606.
  • bois noir (une variété), m., Centre, Jaub.


Le gland de ce chêne est appelé :

  • droulho, f., Pays d'Albret, Ducomet.


Toponomastique. - Drulhus, lat. de 1429, Drulia, lat. de 1027, La Drulhe, La Druiye, loc. du Gard, Germer-Durand.

  • Les Droulhèdes, loc. du Gard.
  • La Droilheda, doc. de 1500, La Drouilla, Las Drouillas, La Drouille, Le Drouillac, Drouillé, Drouillassou, Drouillol, Drulet, doc. de 1110, Drolhet, doc. de 1409, Le Jarric-Droulh, doc. de 1761, loc. de la Dordogne, De Gourgues.
  • Drouillac, loc. de la Corrèze.
  • Le Dreil, Le Drellier, Le Dreillet, Le Drillier, Drels, Drils, La Drulhe, Le Bois de Drulhes, Le Drouillau, loc. du Cantal, Amé.
  • La Drouille, La Dreuille, Drouillet, loc. du Berry, Jaubert.


[176]

  • Druillat, Les Druillets, loc. de l'Ain, Guigue.
  • Drulhe, doc. du XIVe s., loc. de l'Auvergne, Guélon, Vollore et ses env., 1890, p. 132.
  • Drulha alba, lat. de 1267, Drouilhes, loc. de la H.-Vienne, Leroux, Arch. civ. de la H.-V., 1882 et 1899.
  • La Drouille, La Drovière, La Drurie, Ardouillard ou Redouillard, en 1600, Drouillard aujourd'hui, loc. des Deux-Sèvres, Ledain.
  • Le Chêne Derlin, Le Chêne Dorlin, loc. d'Indre-et-L., Carré.
  • Le Drul, La Drulie, Le Drouilly, Le Druillay, Le Bois du Drouillé, Le Drouillard, La Drouillardière, La Drouillauderie, La Drouallière, La Drouinerie, Les Douars, Le Drouaire, Les Drouets, La Drouétière, Loire-Inf , Quilg.


Onomastique. — Deladreue, De Drouilhes (dans un doc. lim. de 1409), De Drulhe, Druelle, Deladreue, Dudreuilh, De Druillet, DrouiIhat, Druilhet, Drouillet, Drouillon, Droulin (Orne), Drilloles (Gironde), [et Dréolle, H. G.], Drillon, Drilleau, Draillard, Drouillard, Droulhar, Drouart, Drouard, Drouin, Drouyn, Drouyard, Druhet, Drouineau, Drouinaud, noms de famille du Centre, de l'Ouest, du Midi. — [Dorlin, H. G.]


____________________

[Les compléments qui suivent viennent de Additions et corrections du tome 10 (Rolland, Flore populaire)]

[218]

  • Cassou négré (Bigorre) par opposition à Cassou blanc (Q. pedunculata), c. p. M. Tarissan.
  • Drouvet, lieu planté de chênes, dans le Sud-Est, d'où le nom de plusieurs localités.


Onomastique.- Rolland a oublié le nom assez fréquent de Drouet. - Dans les dernières années que vivait V. Hugo, je l'ai entendu appeler facétieusement « Monsieur Drouet » et voici l'origine de ce nom :

« Madame Drouet » était le dernier nom d'une actrice très belle qui, en 1833, joua le rôle épisodique de la « princesse Négroni » dans la Lucrèce Borgia de V. Hugo, au théâtre de la Porte Saint-Martin, et qui fut une de ses maîtresses.

Plus tard il se mit en ménage avec elle, Madame V. Hugo (du reste le divorce n'existait pas encore en France) subissant cette humiliation et V. Hugo vécut la vie de ce que G. Paris appela ailleurs la légende du « Mari aux deux femmes ». Mais à Guernesey et, plus tard, à Paris, la légende était une réalité.

Plus tard, « Madame Drouet » survivant à Madame V. Hugo, devint, officiellement, en quelque sorte, la maîtresse de la maison. Comme tout le monde connaissait cette histoire, et que l'on


[219]

passait à V. Hugo ce que l'on a passé aux rois, on l'appelait quelquefois, par plaisanterie, « Monsieur Drouet ». J'ignore si ce nom figure dans l'histoire imprimée et je le rapporte ici, ne pereat.

Cette ancienne actrice, ou plutôt figurante ! a un article dans le Dictionnaire des Pseudonymes, de G. d'Heylli, édition de 1887, p. 217, sous le nom de Juliette (Mlle), tout court. Son nom patronymique était Gauvain ; mais elle avait pris pour le théâtre celui d'un de ses oncles, le général Drouet [1]; du reste, elle n'a été appelée « Madame » que par courtoisie, et il n'y eut jamais d'autre « Monsieur Drouet » que V. Hugo.

M. d'Heylli gaze la situation de Mme Drouet dans la maison du poète, en disant « qu'elle prit, après la mort de la femme du poète, le gouvernement et la direction de la maison ». Elle mourut deux ans avant V. Hugo, et on lui fit, dit M. d'Heylli, « des funérailles quasi solennelles ». La situation de ce « ménage à trois », forme occidentale et presque avouée de la polygamie, pourrait s'appeler ici « licence poétique », c.-à-d. licence de poète adulé et traité comme un roi.

H. G.

____________________

  1. Voir Autour du centenaire de Victor Hugo, par Et.-Ch. Gaudot, bisontin, Besançon, 1902, p. 12. Voir aussi Grande Encyclopédie, t. XX, p. 358. col. 1. Cet article sur V. Hugo est de M. Ch. Le Goffic.


(fin des compléments)

Quercus toza

Quercus toza (Bosc). — LE CHÊNE TAUZIN


  • cassé négré, m., Tarn, T.-et-G., Gers, Gironde.
  • cassou négré, m., Landes, Mét.
  • rourà négré, m., Pyr.-Orient., Comp.
  • jarri négriè, m., droulh, m., De Candolle (dans Mém. publ. par la Soc. d'agric., t. XV, 1812, p. 225).
  • ametza, en basque.
  • chêne noir, m., français. Mémoire de M. Secondat sur ce chêne.
  • bois noir, m., Bordeaux, Desbiey, Mém. s. la meill. man. de tirer parti d. Landes, 1776, p. 9.
  • chêne doux, Angers, Nantes, Lam. et Cand.
  • chêne angoumois, m., chêne taussin, m., chêne à feuilles molles, m., franç., Fillassier, 1791.
  • taudin, m., taoudìn, m., taoudi~, m., anc. gascon, Arch. histor. la Gironde, XI, 2e partie, p. 111. — Guyenne, De Secondat. Mém. d'hist. nat., 1785, p. 8. — Landes, Arnaudin, Contes land., p. 173. — La Teste (Gir.), Mour.
  • taoudine, f., Landes, Métivier.


[177]

  • tsachan tsooujén (= chêne de causse, parce qu'il pousse dans les terrains calcaires appelés causses.), Brive (Corr.), Lép.
  • tausin, m., taussin, m., anc. béarn., Lespy ; Sainctyon, Edicts d'eaux et for., 1610, p. 475, 477.
  • taouzi~, m., Landes, Gers, L.-et-G.
  • taouzi, m., B.-Pyr. [Fors de Béarn, L. Batcave] et H.-P. Tarissan.
  • chêne tauzin, m., franç., Thouin, Cours de cult., 1827, p. 173.
  • chêne de la Basse-Navarre, Thouin, Mém. d'agric., 1786, p. 69.
  • brossar, m., Maine-et-L., La Perraudière, Lué, 1904.
  • chêne-brosse, m., Angers, Le Mans, De Candolle (dans Mém. publ. par la Soc. d'agric. de la Seine, 1807, p. 244). — Champchevrier (Indre-et-L.), C. Chevalier, Etudes s. la Tour., 1858, p. 293.
  • brosse, f., Sarthe, Montesson. — M.-et-L., Desv.
  • brosse blanche, f., M.-et-L., Bastard, Supplém. à la Flore d'Anjou, 1812, p. 52.
  • chêne doucier, m., Chalonnes (M.-et-L.), De Candolle (dans Mém. publ. par la Soc. d'agric. de la Seine, 1807, p. 245. Champchevrier (Indre-et-L.), C. Chevalier, Etudes s. la Tour., 1858, p. 293. (Le dessous de la feuille est cotonneux.)
  • crôp, m., croup, m., Coullons (Loiret), Le Grand.
  • hure, f., chêne tauzin dont on ne laisse que la tête, M.-et-L. Verrier.


Le gland de ce chêne est appelé :

  • taouzi-o, f., gascon, J. Noulens, La flahuto gascouno, 1897. — Landes, Métiv., p. 741. — Pays d'Albret, Ducomet.
  • taouzi, f., Chalosse (Landes), c. p. M. V. Foix.


Un lieu planté de chênes tauzins est appelé :

  • tausiaa, m., anc. béarnais, Lespy.
  • taouzièro, f., gascon, Mistr.
  • tarroas = bois de chênes et de tausins. B.-Pyr. Reclams de Biarn, 1908, p. 156.


Onomastique : Du Tauzin, Tauzin, Tauzy, Tauziet, Touzis (Landes), Tauziac (Gironde), Dutauzia (Sd.), Tauziède (L.-et-G.), noms de famille dans le Sud-Ouest.— Tauzè (Loire-Inf.), Touzinaud (Id.), Touzeau (Id.), Touzard, Letouzè (Manche) — [Touzaa, sud-ouest, et le Bottin de Paris de 1909 donne deux Tauzia, un Tauziet et quatre Tauzin ; — Letouzey. — H. G.]


M. L. Batcave me communique les notes suivantes sur le chêne tauzin. Je les donne intégralement. — H. G.


[178]

Le For de Béarn (XVIe siècle), dit art. 1er, rubrique de Boscages : qui écorchera chêne ou tauzin... paiera une amende de 6 sous morlàas, outre la réparation du préjudice.


Le For de Soule (XVIe siècle), rubrique 13, art. 7 : Item aux cordonniers est permis de prendre, dans les terres vaines, la troisième partie de l'écorce du tauzin pour faire du tan, étant tenus d'en laisser les deux parties pour conserver l'arbre en vie.


Il faut expliquer que cette région avait récemment encore beaucoup de tauzins. Elle fournissait en grande partie la tannerie d'Orthez, avant la disparition de cette industrie, de l'écorce qui lui était nécessaire.

  • Tausia, lande, commune de Mont, cant. de Lagor (B.-P.).
  • Tausias (les), écart, commune de Sedze-Maubec.
  • Tausiet (le), lande, commune de Momas.
  • Tausias-Espès, bois compris dans celui de la Seube.
  • Tauziaà ou Baridain, ruisseau qui coule à Montfort et se jette dans le gave d'Oloron.


Noms propres : Tausin, Tauzin, Tausiet, Tauziet, Dutauziet, Tauzia.


Quercus pubescens

Quercus pubescens (Willdenow.)


  • chêne fi, m., Centre, Jaubert.
  • pruille, f., Le Mans, Maulny.
  • chêne noir, envir. de Toulouse, Lam. et Cand.
  • chêne bouyar, m., Vendômois, Martelliere.
  • chày'né négré, garric négré, cassé négré, midi.
  • cervatt, frioulan, Pirond.


Quercus nigra

Quercus nigra (L.)


  • quercitron, m., français