Noms grecs de Théophraste

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Index des noms grecs de plantes de Théophraste
avec la correspondance des noms scientifiques et français


(extrait de Amigues, Suzanne, 2006. Théophraste. Recherches sur les plantes. Paris, Les Belles Lettres. Tome 5 : Livre IX. Index.), avec l'autorisation de l'auteur

Si vous cherchez le nom grec d'un taxon dont vous connaissez le nom botanique, consultez d'abord l'index des Noms scientifiques des plantes de Théophraste.

Pour ceux qui ne sont pas coutumiers du grec, quand on cherche un mot, il faut omettre le h initial des noms grecs empruntés par le latin et le français, qui correspond en grec à l'esprit rude, et n'est pas pris en compte dans l'ordre alphabétique grec. Par ailleurs, on a :

  • e = ε ou η ;
  • o = ο ou ω ;
  • th = θ ;
  • rh = ρ ;
  • y ou hy ou u = υ ;
  • ph = φ ;
  • ch = kh = χ ;
  • ps = ψ.

NB. Nous avons ajouté les noms transcrits en caractères latins en titres de sous-sections pour faciliter la lecture et permettre des liens directs aux notices.

NB. L'auteur utilise vel sim. = vel similes = "ou bien des plantes similaires".


Sommaire : Α - Β - Γ - Δ - Ε - Ζ - Η - Θ - Ι - Κ - Λ - Μ - Ν - Ξ - Ο - Π - Ρ - Σ - Τ - Υ - Φ - Χ - Ψ - Ω


Α

ἀβρότονον (τὸ), armoise arborescente, Artemisia arborescens L.

  • Feuilles persistantes I 9, 4 ;
  • plante à couronnes VI 1, 1 ;
  • une espèce de Libye (cf. Plantes anonymes, n° 26) lui ressemble VI 3, 6 ;
  • mode de propagation VI 7, 3 ;
  • description des racines VI 7, 4.

agnos

ἄγνος (ἡ, ὁ), gattilier, Vitex agnus-castus L.

  • Arbrisseau susceptible de devenir un arbre I 3, 2,
  • à fructification terminale I 14, 2.
  • Sont comparés au gattilier les cornouillers III 12, 1-2,
  • le « gattilier des marais » IV 10, 2,
  • les canneliers IX 5, 1.


ἀγριέλαιος, olivier sauvage, voir s.v. ἐλαία.

agrôstis

ἄγρωστις (ἡ), chiendent, Cynodon dactylon (L.) Pers.

  • Racine noueuse I 6, 7 ;
  • parties souterraines plus développées que les parties aériennes I 6, 10 ;
  • propagation par fragments de tige II 2, 1.
  • Plante marine (cf. Plantes anonymes, n° 14) semblable au chiendent IV 6, 6.
  • Pousse des nœuds de sa racine IV 10, 5-6.
  • Sont comparés au chiendent une espèce de roseau rampante IV 11, 13 ;
  • le roseau en général, à racine noueuse IV 11, 13 ;
  • la garance, rampante IX 13, 6 ;
  • l' « herbe au scorpion », pour l'aspect et la croissance de la racine IX 18, 2.

ankhousa

ἄγχουσα (ἡ), orcanète des teinturiers, Alkanna tinctoria (L.) Tausch.

  • Feuilles sur le sol VII 8, 3 ;
  • racine rouge VII 9, 3.

adianton

ἀδίαντον (τὸ), adiante, Adiantum L. sp., Asplenium L. sp.

  • Feuilles persistantes VII 10, 5 ;
  • deux espèces qui ont en commun propriétés et habitat VII 14, 1.


ἀδίαντον τὸ λευκόν, adiante « blanc », capillaire de Montpellier, Adiantum capillus-veneris L. ;

  • voir ci-dessus ἀδίαντον.


ἀδίαντον τὸ μέλαν, adiante « noir », capillaire aux ânes, Asplenium onopteris L.

  • Le capillaire (τὸ τριχομανές) lui ressemble pour la tige VII 14, 1.

aeizôon

ἀείζωον (τὸ), orpin, Sedum L. spp.

  • Plante herbacée à feuilles charnues I 10, 4 ;
  • description, habitat VII 15, 2.

athragenê

ἀθραγένη (ἡ), clématite, Clematis vitalba L.

  • Plante grimpante dont le bois fournit les meilleurs briquets V 9, 6-7.

aigeiros

αἴγειρος (ἡ), peuplier (noir), Populus nigra L.

  • Nature de l'écorce I 2, 7 ; I 5, 2 ;
  • mode de propagation III 1, 1.
  • Arbre susceptible de pousser en plaine III 3, 1 ;
  • fructification contestée III 3, 4 ;
  • bourgeonnement précoce III 4, 2 ;
  • croissance vigoureuse III 6, 1.
  • Le merisier est moins branchu que le peuplier noir III 13, 3.
  • Description III 14, 2 ;
  • habitat IV 1, 1.
  • Arbres des mangroves aussi hauts que les plus grands peupliers IV 7, 3.
  • Longévité médiocre IV 13, 2 ;
  • bois séveux V 9, 5.


αἴγειρος ἡ ἐν Κρήτῃ, « peuplier » de Crète, Zelkova abelicea (Lam.) Boiss.

  • Endémique de Crète, dégénérerait en Grèce II 2, 10 ;
  • ses stations dans les montagnes crétoises III 3, 4.

aigilôps

1 αἰγίλωψ (ἡ), rouvre, Quercus pedunculiflora C. Koch.

  • Une des espèces de chêne présentes sur l'Ida de Troade III 8, 2.
  • Caractères des fruits III 8, 2 ;
  • du fût et du bois III 8, 4 ;
  • de la galle que porte ce chêne III 8, 6.


2 αἰγίλωψ (ἡ), aegilops, Aegilops ovata L.

  • Particularités de germination VII 13, 5 ; VIII 11, 9 ;
  • aspect des feuilles VIII 7, 1.
  • Infeste surtout les orges VIII 8, 3 ;
  • ressemble au blé et à l'orge VIII 9, 2,
  • quoique sauvage et épuisant VIII 9, 2-3.
  • Manière de le détruire VIII 11, 9.

aigipuros

αἰγίπυρος (ὁ), « blé de chèvre », scolyme, Scolymus hispanicus L.

  • Abrite un insecte qui passe pour contribuer à la caprification II 8, 3.

haimodôron

αἰμόδωρον (τὸ), orobanche, Orobanche L. spp.

  • Pousse au pied du cumin et du fenugrec ;
  • description, habitat VIII 8, 5.

aira

αἶρα (ἡ), ivraie, Lolium temulentum L.

  • Nature de l'écorce I 5, 2.
  • Produit des céréales dégénérées II 4, 1 ; VIII 7, 1 ;
  • VIII 8, 3.
  • Le riz a l'aspect de l'ivraie IV 4, 10.
  • Certains blés ne sont pas mêlés d'ivraie, mais de « blé noir », moins nocif VIII 4, 6. *Particularités de la plante et de son développement VIII 7, 1.
  • Espèce complètement assauvagie VIII 9, 3.

akaluphê

ἀκαλύφη (ἡ), ortie, Urtica L. spp.

  • Consommable après cuisson VII 7, 2.

akantha

ἄκανθα ἡ αἰγυπτία, acacia d'Égypte, Acacia nilotica (L.) Willd.

  • Arbre propre à l'Égypte IV 2, 1 ;
  • description, usages, habitat IV 2, 8 ;
  • produit de la gomme IV 2, 8 ; IX 1, 2-3 ;
  • deux espèces (ci-après) IV 2, 8.


ἄκανθα (ἡ αἰγυπτία) ἡ λευκή, acacia (d'Égypte) « blanc », Acacia albida Delile.

  • Bois clair et tendre, vite pourri IV 2, 8.


ἄκανθα (ἡ αἰγυπτία) ἡ μέλαινα, acacia (d'Égypte) « noir », Acacia nilotica, A. seyal Delile.

  • Bois foncé et dur, imputrescible IV 2, 8.


ἄκανθα ἡ ἐν τῇ Γεδρωσίᾳ, « épine » de Gédrosie, Euphorbia neriifolia L., Euphorbia caducifolia Haines.

  • Plante épineuse à latex aveuglant IV 4, 13.


ἄκανθα ἡ διψάς, acacia « assoiffé », Acacia tortilis (Forsk.) Hayne.

  • Seul arbre du désert arabique au sud de Coptos IV 7, 1.


ἄκανθα ἡ Ἡρακλέους, « épine d'Héraclès », Euphorbia nivulia Ham.

  • « Épine » blanche à ramification ternée et suc laiteux IV 4, 12.


ἄκανθα ἡ ἰνδική, « épine de l'Inde », Commiphora wightii (Arn.) Bhandari (= C. mukul Engl., Balsamodendron mukul Hook.).

  • Arbre épineux dont la sève forme des larmes pareilles à la myrrhe IV 4, 12 ; IX 1, 2.


ἄκανθα κεάνωθος (ἡ), acanthe épineuse, Acanthus spinosus L.

  • Description de la racine IV 10, 6.


ἄκανθά τις ?

  • Plante épineuse non décrite qui fige l'eau dans laquelle on la plonge IX 18, 1.

akanos

1 ἄκανος (ὁ), picnomon, Picnomon acarna (L.) Cass.

  • Feuilles totalement épineuses I 10, 6 ; VI 1, 3 ;
  • graine unique au fond de chaque fleuron I 13, 3 ;
  • plusieurs tiges rameuses VI 4, 4 ;
  • forme une seule espèce VI 4, 5.


2 ἄκανος (ὁ), chardon, en tant que type des carduacées.

  • Définition des carduacées VI 4, 3.
  • Comparaison de la graine du rosier avec celle des chardons VI 6, 6 ;
  • du fruit de la marguerite avec celui des chardons VII 14, 2.


3 ἄκανος (ὁ), « chardon », Atractylis gummifera L.

  • Autre nom du « caméléon blanc » IX 12, 1.

akoniton

ἀκόνιτον (τὸ), akoniton, jusquiame blanche,Hyoscyamus albus L. ; (?) jusquiame dorée, H. aureus L.

  • Distribution géographique, description, toxicité IX 16, 4-5 et 7.

akorna

ἄκορνα (ἡ), chardon béni, Cnicus benedictus L.

  • Feuilles totalement épineuses I 10, 6 ;
  • fait partie des carduacées VI 4, 3 ;
  • comparé au carthame cultivé VI 4, 6.

aktê

ἀκτῆ (ἡ), ἀκτέος (ὁ), sureau, Sambucus nigra L.

  • Caractères du bois I 5, 4 ; I 6, 1 ; I 8, 1 ; V 3, 3.
  • Bourgeonnement précoce III 4, 2.
  • Habitat et description III 13, 4-6.
  • Vit moins longtemps que les espèces des lieux secs IV 13, 2.
  • Fleur de la filipendule comparée à celle du sureau VI 8, 2.

althaia

ἀλθαία (ἡ), guimauve officinale, Althaea officinalis L.

  • Présente en Arcadie IX 15, 5. Sa racine fige l'eau ;
  • description de la plante ;
  • ses usages médicaux IX 18, 1.

halimon

ἅλιμον (τὸ), pourpier de mer, Atriplex halimus L.

  • Détruit la végétation environnante IV 16, 5.


ἀλίφλοιος (ἡ), cerre, Quercus cerris L.

  • Une des espèces de chêne présentes sur l'Ida de Troade III 8, 2.
  • Caractères des fruits III 8, 2 et 3 ;
  • du fût et du bois III 8, 5.
  • Usages limités du bois III 8, 7,
  • toujours de qualité médiocre V 1, 2.

alsinê

ἀλσίνη (ἡ), chou de chien, Theligonum cynocrambe L.

  • Feuille de l'aristoloche comparée à celle du chou de chien IX 13, 3.


alopekouros

ἀλωπέκουρος (ὁ), queue-de-renard, Polypogon monspeliensis (L.) Desf.

  • Au nombre des plantes à épi ; description VII 11, 2.

amarakon

ἀμάρακον (τὸ), ἀμάρακος (ὁ), marjolaine, Origanum majorana L.

  • Feuilles persistantes I 9, 4 ;
  • plante à couronnes VI 1, 1 ;
  • mode de propagation VI 7, 4 ;
  • caractère des racines VI 7, 4 ;
  • un des aromates usuels IX 7, 3.


ἀμάρακος ὁ φρύγιος, marjolaine de Phrygie, (?) Origanum majorana, O. sipylaeum L.

  • Floraison estivale VI 8, 3.

ampelos

ἄμπελος (ἡ), vigne, Vitis vinifera L.

  • A des vrilles I 2, 1,
  • une écorce faite de sève et de fibre I 2, 7.
  • Répond à la définition d'un arbre I 3, 1.
  • Ne perd pas ses feuilles dans la région d'Éléphantine I 3, 5.
  • Caractères de l'écorce I 5, 2 ;
  • de la moelle I 6, 1 ;
  • des racines I 6, 3.
  • Peut drageonner I 6, 5.
  • Entre-nœuds courts à l'extrémité des sarments, « œil » analogue à un nœud I 8, 5.
  • Pousse en hauteur si on l'ébourgeonne I 9, 1.
  • Caractères des feuilles I 10, 4 ; I 10, 5 ; I 10, 7 ; I 10, 8.
  • Description du raisin et de ses pépins I 11, 4-6.
  • La sève a le goût du vin I 12, 1,
  • et l'aspect de l'eau I 12, 2.
  • La fleur forme un duvet I 13, 1,
  • tout autour du fruit I 13, 3.
  • Certaines variétés ne peuvent pas mener à bien leurs fruits I 13, 4.
  • Fructifie sur le bois jeune I 14, 1.
  • Espèce bien connue I 14, 4.
  • Se propage par les sarments II 1, 3 ;
  • dégénère si on la multiplie par graine II 2, 4 ;
  • sujette à des mutations II 3, 1.
  • Raisin de couleur variable II 3, 2.
  • Fructifications exceptionnelles II 3, 3.
  • Préparation des plants et marcottage II 5, 3 ;
  • plantation « au piquet » II 5, 5 ;
  • disposition des plants sens dessus dessous II 6, 12.
  • A son domaine d'élection en plaine mais dans divers terroirs suivant les cépages II 5, 7.
  • Demande de l'eau II 7, 1 ;
  • une taille modérée II 7, 2.
  • Traitement des grappes par la poussière II 7, 5 ;
  • procédé pour mettre à fruits les ceps stériles II 7, 6.
  • Les arbousiers mûrissent leurs fruits à la véraison du raisin III 4, 4.
  • Bourgeonnements tardifs III 5, 4.
  • Le fruit du térébinthe mûrit en même temps que le raisin III 15, 3.
  • Le koloitéa de l'Ida a l'écorce de la vigne III 17, 3.
  • La fleur et le fruit du sumac sont comparés à ceux de la vigne III 18, 5 ;
  • la grappe de la salsepareille avec le raisin III 18, 12.
  • Les jujubes de Libye changent de couleur comme les raisins IV 3, 1.
  • Dans l'Inde le coton est planté en rangs comme la vigne IV 4, 8 ;
  • celle-ci croît dans la zone montagneuse IV 4, 11.
  • Abonde sur le Tmolos et l'Olympe de Mysie IV 5, 4.
  • Feuille du cotonnier arborescent comparée à celle de la vigne IV 7, 7,
  • qui coexiste avec lui à Tylos IV 7, 8.
  • Certains cépages ont la vie brève IV 13, 2.
  • Débat sur la longévité de la vigne IV 13, 4 ;
  • méthode pour assurer sa pérennité IV 13, 5-6.
  • Ses diverses affections IV 14, 2 ; IV 14, 6 ; IV 14, 8 ; IV 14, 10.
  • Atteinte par le gel, elle fructifie sans délais IV 14, 13.
  • On en lève l'écorce pour faire des cordes IV 15, 1.
  • Supporte l'incision de son tronc, qui stimule la fructification IV 16, 1.
  • Se détourne des végétaux dont l'odeur la rebute IV 16, 6.
  • Caractères du bois V 3, 4 ; V 4, 1 ; V 9, 5.
  • Comparaison de l'athragénè avec la vigne V 9, 6.
  • Mèlos est moyennement riche en vignes VIII 2, 8.
  • Les larmes de la vigne se concrètent mieux après la taille de printemps IX 1, 6.
  • L'hellébore d'Élaia pousse dans les vignes IX 10, 3.
  • On récolte l'euphorbe « maritime » à la véraison du raisin IX 11, 7.
  • Feuille de la quintefeuille comparée à celle de la vigne IX 13, 5.
  • Un cépage d'Achaïe donne un vin abortif IX 18, 11.


1 ἄμπελος ἀγρία (ἡ), vigne sauvage, (?)Vitis vinifera L. subsp. sylvestris ; tamier, Tamus communis L.

  • Grappe de la salsepareille comparée au « raisin sauvage » III 18, 11.


2 ἄμπελος ἀγρία (ἡ), « vigne sauvage », bryone, Bryonia cretica L.

  • Durée de conservation de la racine IX 14, 1 ;
  • usages de la racine et du fruit IX 20, 3.


ἄμπελος ἡ ἐν τῇ θαλάττῃ, « vigne » marine, sargasse, Sargassum Ag. spp.

  • Une des plantes marines les plus remarquables et les plus localisées IV 6, 2 ;
  • habitat, description IV 6, 9.


ἄμπελος ἡ περὶ τὴν Ἴδην, « vigne » de l'Ida, myrtille,Vaccinium myrtillus L.

  • Endémique de l'Ida III 17, 4 ;
  • localisation, description III 17, 6.

amugdalê

ἀμυγδαλῆ (ἡ), amandier, Prunus dulcis (Miller) D.A. Webb (= Amygdalus communis L.).

  • Description de la racine I 6, 3 ;
  • du cycle végétatif I 9, 6 ;
  • de l'amande I 11, 1 et 3.
  • Le suc rappelle le goût de l'huile I 12, 1.
  • Fleur pétalée, parfois rose I 13, 1.
  • Fructifie sur le bois d'un an I 14, 1.
  • Se bouture facilement II 1, 3 ;
  • dégénère quand on le multiplie de graine II 2, 5 ;
  • évolue qualitativement suivant les soins reçus II 2, 9 et 11.
  • Grande distance de plantation II 5, 6.
  • Procédés pour stimuler la fructification et rendre les fruits doux II 7, 6 et 7.
  • Sujet à perdre ses fruits avant maturité II 8, 1.
  • Graine du frêne de même consistance que l'amande III 11, 4 ;
  • feuille des cornouillers semblable à celle de l'amandier III 12, 1 ;
  • fleur des « néfliers » semblable à celle de l'amandier III 12, 5.
  • Sont comparés à l'amande le fruit du pistachier de l'Inde IV 4, 7,
  • et celui d'un arbre des mangroves de Carmanie IV 7, 5.
  • Résiste bien au gel IV 14, 12.
  • Cendre et poussière du bois particulièrement caustiques V 9, 5.
  • Type de l'arbre dont les fleurs précèdent les feuilles VII 13, 7.
  • Modalités de la germination VIII 2, 2.
  • La sève s'écoule en larmes IX 1, 2,
  • inodores IX 1, 3, sans usages IX 1, 5.
  • Le « piège aux ânes » a la feuille de l'amandier IX 19, 1.

amômon

ἄμωμον (τὸ), amome, Amomum subulatum Roxb.

  • Aromate de Médie ou de l'Inde IX 7, 2.

andraphaxus

ἀνδράφαξυς / <ξις (ἡ), arroche des jardins, Atriplex hortensis L.

  • Plante potagère à fructification terminale et latérale I 14, 2 ; VII 3, 4.
  • Graine du tilleul comparée à celle de l'arroche III 10, 5.
  • Époque du semis VII 1, 2 ;
  • délai de germination VII 1, 3.
  • Description des racines VII 2, 6 ; VII 2, 7 ; VII 2, 8 ;
  • de la tige VII 2, 8 ;
  • des graines VII 3, 2.
  • Ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1.
  • Conserve mal sa faculté germinative VII 5, 5.

andrakhnê 1 ἀνδράχνη / ἀνδράχλη (ἡ), ἄνδραχλος (ὁ), arbousier d'Orient, Arbutus andrachne L.

  • Écorce détachée spontanément du tronc I 5, 2 ;
  • feuilles persistantes ou semi-persistantes I 9, 3 ; III 3, 3.
  • Exclusivement montagnard en Macédoine III 3, 1.
  • Époque du bourgeonnement III 4, 2 ;
  • de la fructification III 4, 4 ; III 4, 6.
  • Croissance très vigoureuse III 6, 1. Description et comparaison avec l'arbousier commun III 16, 5.
  • Sont comparées à la feuille de l'arbousier d'Orient celle du cédratier IV 4, 4,
  • et celle d'un arbre des mangroves de Carmanie (Plantes anonymes, n° 18) IV 7, 5.
  • Ne périt pas quand on lève son écorce IV 15, 1,
  • susceptible de se régénérer IV 15, 2.
  • Usages du bois V 7, 6.
  • Écorce de l'arbre à myrrhe comparée à celle de l'arbousier d'Orient IX 4, 3.


2 ἀνδράχνη (ἡ), pourpier, Portulaca oleracea L.

  • Époque du semis VII 1, 2 ;
  • délai de germination VII 1, 3 ;
  • racines courtes VII 2, 9.

anemônê

ἀνεμώνη (ἡ), anémone, Anemone L. spp.

  • Floraison précoce VII 7, 3 ; VII 10, 2 ;
  • feuilles sur le sol VII 8, 3.


ἀνεμώνη ἡ λειμωνία, anémone « des prairies », anémone des fleuristes, Anemone coronaria L. ; A. pavonina Lam.

  • Floraison printanière VI 8, 1.


ἀνεμώνη ἡ ὁρεία, anémone « de montagne », anémone de Grèce, Anemone blanda Schott &Kotschy.

  • Une des premières fleurs du printemps VI 8, 1.

anêthon

ἄνηθον (τὸ), aneth, Anethum graveolens L.

  • Plante potagère à graines nues I 11, 2 ; VII 3, 2 ;
  • sève aromatique I 12, 2.
  • Caractères communs à la férule et à l'aneth VI 2, 8.
  • Légume contre-planté VII 1, 2 ;
  • délai de germination VII 1, 3 ;
  • racines ligneuses VII 2, 8 ;
  • ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1.
  • Fruit du persil comparé à celui de l'aneth VII 6, 4.

anthemon

ἄνθεμον (τὸ), ἀνθέμιον (τὸ), marguerite, Anthemis L. spp., Chrysanthemum L. spp., Leucanthemum Miller spp.

  • Fleurs au-dessus des fruits I 13, 3.
  • Particularités de la floraison ;
  • plusieurs espèces VII 14, 2.


ἄνθεμον τὸ ἀφυλλανθές, marguerite à fleurs sans ligules, Anthemis rigida (Sibth. & Sm.) Boiss. & Heldr.

  • Feuilles sur le sol VII 8, 3.


ἄνθεμον τὸ φυλλῶδες, marguerite ligulée, (?) Anthemis chia L., Chrysanthemum coronarium L.

  • Feuilles sur la tige VII 8, 3.

antherikos

ἀνθέρικος (ὁ), asphodèle, Asphodelus aestivus Brot.

  • Habitat I 4, 3 ;
  • structure de la tige VI 2, 9 ;
  • se propage par des rejetons de la racine et par graine VII 13, 4.


ἀνθηδών, ἀνθηδονοειδής, voir s.v. μεσπίλη.

annêson

ἄννησον (τὸ), anis, Pimpinella anisum L.

  • Plante potagère à graines nues I 11, 2 ;
  • suc aromatique I 12, 1 ;
  • dans la liste des aromates usuels IX 7, 3 (conj.).

antirrhinon

ἀντίρρινον (τὸ), muflier, Misopates orontium (L.) Rafin.

  • Description ; usage magique IX 19, 2.

apapê

ἀπάπη (ἡ), pissenlit, Taraxacum Weber spp.

  • La fleur se change en aigrette VI 4, 8.
  • Légume sauvage VII 7, 1.
  • Entre en végétation dès le début de l'automne VII 7, 3 ; VII 11, 3 ;
  • fleurit tôt et longtemps VII 7, 4 ; VII 10, 2 ; VII 10, 3 ; VII 11, 4.
  • Feuilles sur le sol VII 8, 3.
  • Description VII 11, 4.

apargia

ἀπαργία (ἡ), ficaire, Ranunculus ficaria L.

  • Feuilles sur le sol VII 8, 3.

aparinê

1 ἀπαρίνη (ἡ), gratteron, Galium aparine L.

  • Tige accrochante mais rampante en l'absence de soutien VII 8, 1.
  • Adventice associée aux lentilles VIII 8, 4.
  • Muflier comparé au gratteron IX 19, 2.


2 ἀπαρίνη (ἡ), bardane, Arctium L. spp.

  • S'accroche aux vêtements ; particularités de floraison et de fructification VII 14, 3.

apios

1 ἄπιος (ἡ), poirier, Pyrus communis L.

  • Nature de l'écorce I 2, 7.
  • Semble avoir un tronc unique seulement en culture I 3, 3.
  • Moins noueux que le poirier sauvage (achras) I 8, 2.
  • Feuilles arrondies I 10, 5.
  • Disposition des graines I 11, 4 ;
  • description du fruit I 11, 5.
  • Sève aqueuse I 12, 2.
  • Fleur pétalée I 13, 1 ;
  • au-dessus du fruit I 13, 3.
  • Fructifie sur le bois d'un an I 14, 1.
  • Espèce domestique bien distincte du poirier sauvage ;
  • connue de tous I 14, 4.
  • Multiplié rarement par boutures II 1, 2 ;
  • dégénère quand on le multiplie de graine II 2, 4 ;
  • ses graines ne donnent qu'un poirier sauvage II 2, 5 ;
  • on ne peut faire d'un poirier sauvage un poirier domestique II 2, 12 ;
  • est marcotté sur l'arbre même II 5, 3 ;
  • distance de plantation II 5, 6 ;
  • procédé pour stimuler la fructification II 7, 7 ;
  • sujet à perdre ses fruits avant maturité II 8, 1.
  • L’achras s'en distingue par tous les caractères du végétal sauvage III 2, 1.
  • Fruits et bois meilleurs en plaine qu'en montagne III 3, 2 ; III 11, 5. L’achras bourgeonne plus tard que le poirier cultivé III 4, 2.
  • Croissance terminale et latérale III 6, 2.
  • Sont comparées à la feuille du poirier celle du hêtre III 10, 1,
  • et celle du charme III 10, 3.
  • La sorbe est mangée des vers plus que la poire III 12, 8.
  • L'inflorescence du merisier ressemble à celle du poirier III 13, 3.
  • Sont comparées à la feuille du poirier celle de l'orme III 14, 1,
  • et celle de l'aune III 14, 3.
  • Le poirier et l’achras sont des espèces différentes III 18, 7.
  • Ressemblances du perséa et du poirier IV 2, 5 ;
  • taille du jujubier voisine de celle d'un poirier IV 3, 1 ;
  • épines du cédratier comparées à celles du poirier IV 4, 2.
  • Très commun à Panticapée dans des variétés excellentes IV 5, 3.
  • Longévité de l’achras supérieure à celle du poirier IV 13, 1.
  • Des vers attaquent le bois IV 14, 2,
  • et les fruits IV 14, 10.
  • Résiste bien au gel IV 14, 12.
  • Un arbre à bois noir taché de rougeâtre (cf. Plantes anonymes, n° 23 ) ressemble au poirier V 3, 2.
  • Exsudations de la grosseur d'une poire sur du bois de sapin V 9, 8.
  • Feuille de l'encensier comparée à celle du poirier IX 4, 2.


2 ἄπιος (ἡ), euphorbe « poire », Euphorbia apios L.

  • Autre nom de l'euphorbe « figue sèche » (ischas ) ;
  • propriétés médicinales IX 9, 5 ;
  • description et habitat IX 9, 6.

arakos

ἄρακος (ὁ), vesce, Vicia L. spp.

  • Une sorte de vesce (ci-après) à fruits souterrains lui ressemble I 6, 12.
  • Mauvaise herbe mélangée aux lentilles VIII 8, 3.


ἀρακῶδες (τὸ), « sorte de vesce », vesce à deux sortes de fruits, Vicia sativa L. subsp. amphicarpa.

  • Plante semblable à la vesce, mais possédant deux sortes de fruits ;
  • description, habitat I 6, 12.

arakhidna

ἀράχιδνα (ἡ), arakhidna, Lathyrus amphicarpos L.

  • Possède un fruit souterrain I 1, 7,
  • aussi gros que le fruit aérien I 6, 12.

aria

ἀρία (ἡ), chêne vert, Quercus ilex L.

  • En Macédoine passe pour ne pas fleurir III 3, 8.
  • Bourgeonne très tard III 4, 2 ;
  • fructifie au commencement de l'hiver III 4, 4.
  • Nom dorien du phellodrys arcadien III 16, 3.
  • Gland du chêne-liège d'Étrurie semblable à celui du chêne vert III 17, 1.
  • Le « laurier » de la mer Rouge ressemble au chêne vert IV 7, 2.
  • Bois coupé en été ou en automne V 1, 2 ;
  • un des plus durs V 3, 3 ;
  • imputrescible V 4, 2 ;
  • un des plus difficiles à travailler V 5, 1,
  • et de ceux qui donnent le meilleur charbon V 9, 1.

aristolokhia

ἀριστολοχία (ἡ), aristoloche, Aristolochia rotunda L.

  • Description sommaire ;
  • usages médicaux IX 13, 3 ; IX 20, 4.
  • Durée de conservation de la racine IX 14, 1.
  • Se trouve en Arcadie IX 15, 5.

arkeuthos

1 ἄρκευθος (ἡ), genévrier, Juniperus communis L. ;J. phoenicea L.

  • Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ;
  • croissance très vigoureuse III 6, 1.


2 ἄρκευθος (ἡ), genévrier commun, Juniperus communis L. subsp. hemisphaerica.

  • En Macédoine est exclusivement montagnard III 3, 1,
  • et passe pour ne pas fleurir III 3, 8.
  • Deux types, l'un fructifère, l'autre stérile III 3, 8 ;
  • particularités de sa fructification III 4, 1 ; III 4, 5 ; III 4, 6 ; III 12, 4 ;
  • caractères du fruit III 12, 4.
  • Racines superficielles, peu fournies III 6, 5 ; III 12, 4.
  • Habitat III 12, 4 ; IV 1, 3.


3 ἄρκευθος (ἡ), genévrier de Phénicie, Juniperus phoenicea L.

Description ; ressemblances et différences par rapport au genévrier cade (kédros ) III 12, 3. Écorce comparée à celle du cyprès III 12, 4. Caractères et usages du bois III 12, 3 ; V 7, 4 et 6. Sève exsudée en larmes IX 1, 2.

arnoglôsson

ἀρνόγλωσσον (τὸ), langue d'agneau, grand plantain, Plantago major L.

  • Feuilles sur le sol VII 8, 3 ;
  • floraison échelonnée VII 10, 3.
  • Synonyme de stéléphouros VII 11, 2.

aron

1 ἄρον (τὸ), arum, Arum L. et Dracunculus Miller.

  • Une espèce d'arum est appelée « serpentaire » VII 12, 2.


2 ἄρον (τὸ), arum, Arum italicum Miller.

  • Description de la racine I 6, 6 ; I 6, 7 ; I 6, 8 ; VII 9, 4 ;
  • procédé pour la faire grossir I 6, 10 ; VII 12, 2.
  • Spadice charnu I 10, 10.
  • Se multiplie de racine VII 2, 1.
  • Racine et feuilles comestibles VII 12, 2.
  • Description de la feuille VII 13, 1.
  • N'a ni tige ni fleur VII 13, 2.

aspalathos

ἀσπάλαθος (ὁ), alhagi, Alhagi maurorum Medicus.

  • Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

asparagos

ἀσπάραγος / ἀσφάραγος (ὁ), asperge, Asparagus acutifolius L., A. aphyllus L.

  • Feuilles transformées en épines I 10, 6 ; VI 1, 3 ; VI 4, 1.
  • Description VI 4, 2.
  • Tige de l'orchis comparée à un turion d'asperge IX 18, 3 (conj.).

aspris

ἄσπρις (ἡ), chêne durelin, Quercus petraea (Mattuschka) Liebl.

  • Une des espèces de chêne présentes en Macédoine ; caractères des fruits et du bois III 8, 7.

asteriskos

ἀστερίσκος / ἀστέρισκος (ὁ), aster épineux, Pallenis spinosa (L.) Cass.

  • Graine d'un jonc comparée à celle de l'aster épineux IV 12, 2.

asphodelos

ἀσφόδελος (ὁ), asphodèle, Asphodelus aestivus Brot.

  • Racine charnue I 6, 7 ;
  • feuilles issues de la racine, tige nue I 10, 7.
  • Feuille du narcisse comparée à celle de l'asphodèle VI 6, 9.
  • Forme de la racine VII 9, 4 ;
  • sa comestibilité VII 12, 1 ; VII 13, 3.
  • Caractères de la feuille VII 13, 1 ;
  • de la tige et du fruit VII 13, 2-3.
  • Racine de l'euphorbe « poire » (apios ) comparée à celle de l'asphodèle IX 9, 6.
  • L'hellébore a la tige de l'asphodèle IX 10, 1.

askhion

ἀσχίον (τὸ), vesse-de-loup, (?) Scleroderma verrucosum Bull. vel sim.

  • Végétal hypogé qui n'est pas une racine I 6, 9.

atraktulis

ἀτρακτυλίς (ἡ), « chardon à quenouille », carthame laineux, Carthamus lanatus L.

  • Au nombre des carduacées VI 4, 3.
  • Description VI 4, 6.
  • Appelé aussi « sanguinaire » (phonos ) à cause de son suc rouge sang VI 4, 6 ; IX 1, 1.

aphakê

ἀφάκη (ἡ), gesse chiche, Lathyrus cicera L.

  • Se sème tard VIII 1, 4.
  • Gousses et graines aplaties VIII 5, 3.
  • Culture infestée par la sécurigère VIII 8, 3.
  • Semence vite pourrie VIII 11, 1.

apharkê

ἀφάρκη (ἡ), arbousier hybride, Arbutus x andrachnoides Link.

  • Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3.
  • Exclusivement montagnard en Macédoine III 3, 1.
  • Époque du bourgeonnement III 4, 2 ;
  • de la fructification III 4, 4.
  • Usages du bois V 7, 7.

aphia

ἀφία (ἡ), tussilage, Tussilago farfara L.

  • Fleurit dès le départ de la végétation VII 7, 3.

akhras

ἀχράς (ἡ), poirier sauvage, Pyrus amygdaliformis Vill., P. pyraster Burgsd.

  • Fructifie plus abondamment que les espèces cultivées I 4, 1.
  • Plus noueux que le poirier I 8, 2.
  • Perd ses feuilles avant de mûrir ses fruits I 9, 7.
  • Se rapproche et se distingue du poirier cultivé I 14, 4 ;
  • naît des graines du poirier cultivé II 2, 5,
  • mais ne peut se transformer en poirier cultivé II 2, 12 ;
  • a tous les caractères du végétal sauvage III 2, 1.
  • Susceptible de pousser en plaine III 3, 1,
  • où il a des fruits et un bois meilleurs qu'en montagne III 3, 2 ; III 11, 5.
  • Bourgeonne un peu plus tard que le poirier cultivé III 4, 2.
  • Mûrit ses fruits en automne et, dans son espèce tardive, en hiver III 4, 4.
  • Croissance très vigoureuse III 6, 1.
  • La sorbe est mangée des vers plus que la poire sauvage III 12, 8.
  • Écorce du tremble comparée à celle du poirier sauvage III 14, 2.
  • Espèce différente du poirier cultivé III 18, 7 ;
  • vit plus longtemps IV 13, 1.
  • Caractères et usages du bois V 5, 1.
  • Jeunes rameaux épineux VI 1, 3.

apsinthion

ἀψίνθιον (τὸ), absinthe, Artemisia absinthium L., A. pontica L.

  • Plante amère I 12, 1 ;
  • des régions froides IV 5, 1 ;
  • amère mais bénéfique VII 9, 4.
  • Non pâturée en Grèce, elle l'est au Pont et profite au bétail IX 17, 4.

Β

βάκανον (τὸ), guimauve-chanvre, Althaea cannabina L.

Tige charnue I 5, 3.

balanos

βάλανος (ἡ), « arbre aux glands », Moringa peregrina (Forsk.) Fiori.

Arbre propre à l'Égypte IV 2, 1. Description et usages IV 2, 6.

balsamon

βάλσαμον (τὸ), baumier, Commiphora opobalsamum (L.) Engl.

Le baume figure parmi les parfums d'Orient IV 4, 14 ; dans la liste des aromates usuels IX 7, 3. La sève du baumier s'écoule en larmes IX 1, 2. Époque et modalités de l'incision IX 1, 6-7 ; IX 6, 2 ; incision et exsudation spontanée IX 4, 1. Lieu de culture et aspect de l'arbre IX 6, 1 ; mode de culture, traitement commercial des produits IX 6, 3-4.

batos

βάτος (ὁ), ronce, Rubus L. spp.

Exemple-type d'arbrisseau I 3, 1. Tige épineuse I 5, 3 ; I 10, 7 ; feuilles persistantes I 9, 4, spinescentes I 10, 6. Genre comprenant plusieurs espèces III 18, 1 et 4. Pousse en tous terrains III 18, 3. Les grappes de la salsepareille sont disposées comme celles de la ronce III 18, 12. Parfois présente dans les lieux humides IV 8, 1, sans faire partie de la végétation aquatique IV 12, 4. Jeunes rameaux épineux VI 1, 3.


βληχώ (ἡ), pouliot, Mentha pulegium L.

Feuille du dictame comparée à celle du pouliot IX 16, 1.

bliton

βλίτον (τὸ), blète, blette, Amaranthus lividus L. (= A. blitum L.).

Fructification terminale et latérale I 14, 2 ; VII 3, 4. Époque du semis VII 1, 2 ; levée très rapide VII 1, 3. Racines nombreuses VII 2, 7, ligneuses VII 2, 8. Tige moins ligneuse que celle du basilic VII 2, 8. Graines à tégument épais VII 3, 2. Ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1.


βολβίνη (ἡ), ornithogale, Ornithogalum L. spp.

Plante bulbeuse voisine du muscari VII 13, 9.

bolbos

βολβός (ὁ), muscari à toupet, Muscari comosum (L.) Miller.

Description de la racine I 6, 7 ; I 6, 8 ; I 6, 9 ; tige profondément enfoncée I 6, 9 ; feuilles sessiles, toutes radicales I 10, 7. Époque de floraison ; « toupet » utilisé dans les couronnes VI 8, 1. Se multiplie par les rejetons de sa racine VII 2, 1 ; VII 2, 2, particulièrement nombreux VII 2, 3, auxquels sont comparés ceux de l'oignon VII 4, 12. Racine formée d'écailles VII 9, 4, comestible VII 12, 1 ; procédé pour la faire grossir VII 12, 2. A des feuilles étroites VII 13, 1, une véritable tige VII 13, 2. Vient aussi de graine VII 13, 4 ; particularités de la germination VII 13, 5. Racine du narcisse comparée à celle du muscari VII 13, 7. Plusieurs variétés VII 13, 8. Liste d'espèces voisines du muscari VII 13, 9. Graine mêlée surtout au blé VIII 8, 3.


βολβὸς ὁ ἐριοφόρος, « bulbe porteur de laine », Tulipa goulimyi Sealy & Turrill.

Description, habitat, usages VII 13, 8.


βολβὸς ὁ ἐν Ἰνδοῖς, « bulbe de l'Inde », ?

Espèce non décrite, à bulbe chevelu VII 13, 8.

boukeras

βούκερας (τὸ), fenugrec, Trigonella foenum-graecum L.

Plante de l'Inde (cf. Plantes anonymes, n° 10 ) d'aspect semblable à celui du fenugrec IV 4, 10. Parasité par une orobanche VIII 8, 5.

boumelia

βουμελία (ἡ), βουμέλιος (ἡ), grand frêne, frêne à feuilles étroites, Fraxinus angustifolia Vahl subsp. oxycarpa (= F. oxyphylla Bieb.).

Description de l'arbre et de son bois ; ses diverses appellations ; son habitat III 11, 3-4. Opposition entre bois de plaine et bois de montagne III 11, 5. Abondant au bord du Nil IV 8, 2.

bouprêstis

βούπρηστις (ἡ), « la grosse brûlante », fausse roquette, Bunias erucago L. ; cresson d'Orient, Erucaria hispanica (L.) Druce.

Commence à pousser après l'équinoxe d'automne VII 7, 3.


boutomon

βούτομον (τὸ), βούτομος (ὁ), butome, Butomus umbellatus L.

Description de la tige I 5, 3 ; des feuilles I 10, 5 ; du fruit IV 10, 4. Plante formant des fourrés IV 8, 1 ; amphibie IV 10, 6. Base de la tige comestible IV 10, 7. Feuilles caractéristiques des plantes lacustres IV 11, 12.


βούτομον τὸ θῆλυ, « butome femelle », Carex riparia Curtis.

Plante sans fruits, utilisée en vannerie IV 10, 4.

bromos

βρόμος (ὁ), avoine, Avena L. spp.

Céréale riche en glumes VIII 4, 1 ; une des espèces qui ressemblent au blé ou à l'orge VIII 9, 2 ; ses caractères VIII 9, 2.

bruon

βρύον (τὸ), « mousse », laitue de mer, Ulva lactuca L., Enteromorpha intestinalis (L.) Link, E. linza (L.) J. Agardh.

Une des algues les plus communes et les plus faciles à voir IV 6, 2 ; description IV 6, 6.

Γ

γεράνειον (τὸ), « plante au pourceau », terfez,Terfezia leonis Tul. vel sim.

Végétal dépourvu de racines I 6, 5.

gêthuon

γήθυον (τὸ), γήτειον (τὸ), ciboulette, Allium schoenoprasum L.

Tige profondément enfoncée I 6, 9 ; feuilles fistuleuses I 10, 8. Bulbe d'un jonc comparé à celui de la ciboulette IV 12, 3. Époque du semis VII 1, 2 ; délai de germination VII 1, 3 ; vient plus vite de graine fraîche VII 1, 6. Plante bisannuelle VII 1, 7, à tige unique VII 1, 8. Forme des rejetons au moyen de bulbilles VII 2, 2. Description et usage VII 4, 10. Aime l'eau VII 5, 1 ; supporte le repiquage VII 5, 3 ; ses semences ne se conservent pas VII 5, 5. Racine formée d'écailles VII 9, 4. Le glaïeul a des bulbilles comme la ciboulette VII 12, 3 ; la solanée qui provoque la folie a une capsule comme un bulbe de ciboulette IX 11, 6.

gleinos

γλεῖνος / γλῖνος, gleinos / glinos, érable champêtre, Acer campestre L.

Nom macédonien de l'érable de plaine III 3, 1 ; III 11, 2. Caractères du bois III 11, 2.

glukeia

γλυκεῖα (ῥίζα) (ἡ), « racine douce », réglisse, Glycyrrhiza glabra L., G. echinata L., vel sim.

Autre nom de la « racine de Scythie » (ἡ σκυθικὴ [ῥίζα]) IX 13, 2.


γλυκυσίδη (ἡ), « grenade douce », Paeonia L. spp.

Autre nom de la pivoine IX 8, 6.

gongulis

γογγυλίς (ἡ), rave, Brassica rapa L.

Racine charnue I 6, 6 ; VII 2, 8 ; faite d'écorce et de chair I 6, 7 ; à écorce adhérente à la chair VII 9, 4. Époque du semis VII 1, 2 ; semée par temps chaud, la plante monte en graine plus vite VII 1, 7. Racine unique, de longue conservation VII 2, 5. Graines en gousse VII 3, 2 ; fructification plutôt latérale VII 3, 4. Qualité de la semence ; mode de culture ; produit « mâle » ou « femelle » VII 4, 3, ne constituant probablement pas des variétés distinctes VII 4, 6. Supporte le repiquage VII 5, 3. Différences entre la plante sauvage et le légume cultivé VII 6, 2.

Δ

δαῦκον (τὸ), « carotte », buplèvre ligneux, Bupleurum fruticosum L.

Plante médicinale d'Arcadie qui a l'aspect du laurier et une teinte safranée IX 15, 5 ; plante médicinale d'Achaïe, échauffante, à racine noire IX 15, 8 ; IX 20, 2.

daphnê

1 δάφνη (ἡ), laurier, Laurus nobilis L. incl. var. angustifolia, lanceolata, latifolia.

Écorce mince I 5, 2 ; racines irrégulières I 6, 3, tortueuses par nature I 6, 4 ; tronc sans nœuds I 8, 1 ; feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; caractères du fruit I 11, 3, et du suc I 12, 1. Espèce connue de tous I 14, 4. Se multiplie par rejet II 1, 3, et par graine II 2, 6. Distance de plantation II 5, 6. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Produit un « corps mousseux » (fleur) III 7, 3, auquel ressemble celui du frêne III 11, 4. Sont comparées à la feuille du laurier les folioles du frêne III 11, 3 ; du sorbier III 12, 7 ; du sureau III 13, 5 ; du pistachier III 15, 4. Fruit de l'aune aussi gros que celui du laurier III 14, 3. Feuille de l'arbousier intermédiaire entre celle du chêne kermès et celle du laurier III 16, 4. Ont la feuille du laurier le koloitéa de l'Ida III 17, 3, deux plantes violemment toxiques d'Arachosie et de Gédrosie (cf. Plantes anonymes, n° 11 et n° 12 ) IV 4, 12 et 13. Abondant sur l'Olympe mais absent de Panticapée IV 5, 3 ; commun sur les bords de la Propontide IV 5, 4. Description d'un arbre de mangrove (cf. Plantes anonymes, n° 16) à feuille de laurier IV 7, 4. Vieillit vite mais produit des rejets IV 13, 3. Rebutée par l'odeur du laurier, la vigne s'en détourne IV 16, 6. Caractères et usages du bois V 3, 3 ; V 3, 4 ; V 7, 7. Une des principales essences forestières du Latium V 8, 3. Le foret des briquets se fait en laurier V 9, 7. L'encensier d'Arabie a l'écorce lisse et la feuille du laurier IX 4, 2 et 3 ; celui de Sardes a lui aussi la feuille du laurier IX 4, 9 ; de même l'hellébore noir IX 10, 1. Une « carotte » d'Arcadie a l'aspect du laurier IX 15, 5. Le poivre rond ressemble à un fruit de laurier IX 20, 1.


2 δάφνη (ἡ), « laurier », Avicennia marina (Forsk.) Vierh.

Arbre des mangroves de la mer Rouge semblable à un chêne vert IV 7, 2.


δάφνη ἡ ἀλεξάνδρεια, laurier d'Alexandrie, fragon à languette, Ruscus hypoglossum L.

Porte son fruit sur la feuille I 10, 8 ; III 17, 4. Endémique de l'Ida III 17, 4.


δαφνοειδῆ (τὰ), « faux lauriers », (?) Lithophyllum incrustans Philippi vel sim.

Végétaux pétrifiés de la mer Extérieure IV 7, 1.


1 δίκταμνον (τὸ), dictame, Origanum dictamnus L.

Description de la plante et de la drogue ; usages thérapeutiques IX 16, 1-2.


2 δίκταμνον (τὸ), « dictame », ballote, Ballota acetabulosa (L.) Bentham.

Homonyme du vrai dictame, dont il n'a ni l'aspect ni les propriétés IX 16, 3.


διόσανθος (τὸ), œillet, Dianthus diffusus Sibth. & Sm.

Plante à couronnes VI 1, 1 ; fleur inodore, seule utilisée VI 6, 2. Multiplication par semis VI 6, 11 ; floraison estivale VI 8, 3.


διοσβάλανος (ἡ), châtaignier, Castanea sativa Miller.

Espèce sauvage domestiquée III 2, 3 ; exclusivement montagnarde en Macédoine III 3, 1. Floraison contestée III 3, 8. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; fructification tardive III 4, 4. A des bourgeons d'hiver III 5, 5. La faîne est comparée à la châtaigne III 10, 1. Arbre de Grèce et des pays du nord IV 5, 1 ; abondant sur le Tmolos et sur l'Olympe de Mysie IV 5, 4.

diospuron

διόσπυρον (τὸ), fruit du micocoulier, Celtis australis L.

Le fruit du merisier est comparé à celui du micocoulier III 13, 3.

dolikhos

δόλιχος (ὁ), dolique, Vigna unguiculata (L.) Walpers (=V. sinensis (L.) Savi).

A besoin de longs tuteurs pour grimper et produire VIII 3, 2. Sa semence pourrit vite VIII 11, 1.

donax δόναξ (ὁ), donax, canne de Provence, Arundo donax L.

Roseau le plus commun, formant des fourrés au bord des cours d'eau et des lacs IV 11, 11.


δρακόντιον (τὸ), serpentaire, Dracunculus vulgaris Schott.

Origine du nom ; racine non comestible, médicinale VII 12, 2 ; usages médicaux IX 20, 3.


δρυπίς (ἡ), drypis, Drypis spinosa L.

Feuilles totalement épineuses I 10, 6.

drus

1 δρῦς (ἡ), chêne (espèces caducifoliées), Quercus L. spp.

Possède en propre des galles I 2, 1. Caractères de l'écorce I 2, 7 ; I 5, 2 ; du bois I 5, 3 ; I 5, 5 ; I 6, 1 et 2 ; des racines I 6, 3 et 4. Forme des excroissances à ramilles I 8, 5. Chêne sempervirent de Sybaris I 9, 5 ; III 3, 3. Feuilles découpées I 10, 6, parfois issues du tronc I 10, 7. Structure du gland I 11, 3 ; sa saveur I 12, 1. Modes de propagation II 2, 3 ; s'abâtardit s'il vient de graine II 2, 6. Susceptible de pousser en plaine III 3, 1. Floraison contestée III 3, 8. Époque du bourgeonnement III 4, 2, et de la fructification III 4, 4. Particularités du bourgeonnement III 5, 1 et 2. Formation des galles III 5, 2. A des bourgeons d'hiver III 5, 5. Croissance vigoureuse III 6, 1. Racines du sapin comparées à celles du chêne III 6, 5. Plusieurs sortes de galles III 7, 4 et 5 ; autres produits du chêne III 7, 6. Classification des espèces, en particulier selon les gens de l'Ida III 8, 2. Toutes portent des galles III 8, 6. Espèces présentes en Macédoine III 8, 7. Sont comparés aux chênes caducifoliés le chêne kermès III 16, 1, et le chêne-liège (phellodrys ) d'Arcadie III 16, 3. Croît même en haute Égypte IV 2, 8 ; dans la région pontique IV 5, 3. Des petites fourmis naissent sous son écorce IV 14, 10. Sa résistance à l'écorçage IV 15, 2 et 3. Époque de l'abattage V 1, 2 ; V 1, 4. Caractères du bois V 3, 1 ; V 3, 3 ; V 4, 1 ; V 4, 2 ; V 4, 3. Flottaison des troncs immergés V 4, 8. Un des bois les plus difficiles à travailler V 5, 1. Fléchit sous la charge s'il est placé de flanc V 6, 1. Usages du chêne en construction navale V 7, 2, dans le bâtiment V 7, 4, ainsi que dans les ouvrages enterrés V 7, 5. Une des principales essences forestières du Circéion V 8, 3. Nature et usages du charbon de chêne V 9, 1 et 3. Mode de germination du gland VIII 2, 2. La germandrée petit-chêne a la feuille du chêne IX 9, 5.


2 δρῦς (ἡ), « chêne », Plocamium coccineum (Huds.) Lyngb.

Une des plantes marines les plus remarquables et les plus localisées IV 6, 2. Description, habitat, usage tinctorial IV 6, 7-8.


δρῦς ἡ ἀγρία, chêne « sauvage », Quercus aegilops L.

Écorce rugueuse I 5, 2. Autre nom du vélanède (phègos ), justifié par son habitat et par la qualité de son bois III 8, 2.


δρῦς ἡ ἥμερος, ἡμερίς, chêne « domestique », chêne des teinturiers, Quercus infectoria Olivier.

Opposé au chêne « sauvage » pour l'habitat et la qualité du bois ; présent sur l'Ida III 8, 2. Caractères des fruits III 8, 2 ; description du port et du bois III 8, 4. Ses galles sont utilisées pour le tannage et la teinture III 8, 6.


δρῦς ἡ πλατύφυλλος, « chêne à larges feuilles », Quercus frainetto Ten.

Présent sur l'Ida III 8, 2. Caractères des fruits III 8, 2 ; du tronc et du bois III 8, 5. Porte une galle inutilisée III 8, 6. En Macédoine, désigne un chêne à glands amers III 8, 7.


δρῦς ἡ ποντία, « chêne » de haute mer, sargasse, Sargassum vulgare Ag.

Espèce réputée fructifère et dont le fruit serait utilisé ; atteindrait de grandes dimensions IV 6, 9.

Ε

ebenê

ἐβένη (ἡ), ébénier, Diospyros ebenum König (γένος τὸ καλόν), Dalbergia sissoo Roxb. (γ. τὸ φαῦλον).

Description des deux variétés indiennes IV 4, 6.


ἔβενος (ἡ), ébénier, Dalbergia melanoxylon Guill. & Perrott. ; Diospyros ebenum König.

Bois lourd même sec I 5, 4, du fait de sa compacité I 5, 5 ; à moelle particulièrement dure et compacte I 6, 1. L'ébène est le bois le plus compact et le plus lourd V 3, 1, auquel on compare pour la couleur ceux du cytise V 3, 1, du pistachier de Syrie V 3, 2, d'un arbre (cf. Plantes anonymes, n° 23 ) ressemblant au poirier V 3, 2. Au nombre des bois imputrescibles par nature V 4, 2 ; son aspect et son usage médical IX 20, 4.


εἰλετίας, voir s.v. κάλαμος ὁ εἰλετίας.

elaia

1 ἐλαία / ἐλάα (ἡ), olivier, Olea europaea L., O. ferruginea Royle (= O. cuspidata Wall.).

A les caractères d'un arbre I 3, 1, mais devient buissonnant s'il est taillé court I 3, 3. Bois cassant I 5, 4, parce qu'il est tortueux et dur I 5, 5 ; sans zone médullaire distincte I 6, 2. Description des racines I 6, 3 et 4. Arbre noueux I 8, 1, mais moins que l'oléastre I 8, 2 ; le tronc a des excroissances et des cavités I 8, 6. Feuilles persistantes I 9, 3, dont la face supérieure se retourne au solstice d'été I 10, 1 et 2 ; étroites I 10, 4 ; à pétiole court I 10, 7. Structure du fruit I 11, 1 et 3, disposé en groupes I 11, 4. Le suc a le goût de l'huile I 12, 1. Petite fleur pétalée I 13, 1, à corolle d'une seule pièce I, 13, 2, entourant le jeune fruit I 13, 3. Fructification sur le bois d'un an I 14, 1, à la cime de l'arbre quand la récolte est bonne I 14, 2. Olivier (cultivé) opposé à l'oléastre (sauvage) I 14, 4. Divers moyens de le multiplier II 1, 2 et 4. D'un noyau d'olive naît un olivier sauvage (ἀγριέλαιος) II 2, 5. Un oléastre ne devient pas un olivier II 2, 12, sauf cas extraordinaire II 3, 1 ; autres anomalies observées sur l'olivier II 3, 3. Se marcotte sur l'arbre même II 5, 3. Méthodes de plantation II 5, 4 et 6. Prospère surtout en plaine II 5, 7. Ses exigences culturales : un émondage sévère II 7, 2, du fumier et de l'eau II 7, 3, un recépage quand il est vieux II 7, 3. Caractères qui distinguent l'oléastre de l'olivier III 2, 1. Ressemblances du cornouiller avec l'olivier III 12, 2. Comparaison entre la fleur du térébinthe et celle de l'olivier III 15, 4 ; entre le fruit du « figuier de l'Ida » et une olive III 17, 5. L'olivier en Égypte IV 2, 8-9 ; en Cyrénaïque IV 3, 1 ; dans l'Inde (O. ferruginea ) IV 4, 11. Fruit de l'« olivier » des mangroves comparé à une olive IV 7, 2 et 4. Longévité de l'olivier inférieure à celle de l'oléastre IV 13, 1, exceptionnelle pour l'olivier d'Athènes IV 13, 2, mais très grande en général IV 13, 5. Maladies et ennemis IV 14, 3 ; IV 14, 8-10. Craint le gel IV 14, 12. Repousse vigoureusement après élagage IV 16, 1. Bois compact et cassant V 3, 3 ; pris aux racines pour les statues de culte V 3, 7 ; imputrescible par nature V 4, 2 ; non attaqué par le taret V 4, 4. Présente un fort retrait V 5, 2 ; casse sans être pourri V 6, 1. A des braises très durables V 9, 6, mais ne convient pas pour les briquets V 9, 7. Brut ou mis en œuvre, le bois d'olivier peut bourgeonner V 9, 8. La passerine blanche a la feuille de l'olivier VI 2, 2. Arbre des régions côtières VI 2, 4. Mèlos est bonne productrice d'huile VIII 2, 8. Blé de Bactriane à grain aussi gros qu'un noyau d'olive VIII 4, 5. Feuille de l'euphorbe « mâle » comparée à celle de l'olivier IX 11, 8. Fruit de la mercuriale comparé à une petite olive IX 18, 5.


2 ἐλαία (ἡ), « olivier » (des mangroves tropicales), manglier, Rhizophora mucronata Lam.

Habitat, caractères et usages IV 7, 2.

elatê

1 ἐλάτη (ἡ), sapin, Abies Miller spp. ; en général, pour la Grèce, sapin de Céphalonie, A. cephalonica Loudon.

Disposition des rameaux sur la branche I 1, 8. Dégénère en culture II 3, 6. Fût droit I 5, 1 ; écorce formée de plusieurs couches I 5, 2. Bois fibreux I 5, 3, fissile à cause de la rectitude de son fil I 5, 4 et 5, noueux I 5, 4, à moelle ligneuse I 6, 1. Racine unique I 6, 3, fibreuse I 6, 4 ; ne drageonne pas I 6, 5. Nœuds plus nombreux sur les arbres « mâles » I 8, 2, fichés droit dans le tronc I 8, 3. Croît en hauteur I 9, 1 ; de plus belle venue en Macédoine que partout ailleurs I 9, 2. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; alternant en dents de scie I 10, 5 ; piquantes à l'extrémité I 10, 6. Sève à goût d'huile I 12, 1, poisseuse I 12, 2. Fleur safranée I 13, 1 ; III 4, 5. Ne vient que de graine II 2, 2 ; III 1, 2. Strictement montagnard en Macédoine III 3, 1. Époque de floraison III 4, 5. Particularités du bourgeonnement III 5, 1 ; 2 ; 3 ; 5. Croissance vigoureuse et fructification précoce III 6, 1. Processus fixe du bourgeonnement et de la croissance III 6, 2. Profondeur de l'enracinement, selon les Arcadiens III 6, 4 ; selon les gens de l'Ida (pour A. nordmanniana Spach subsp. equi-trojani ) III 6, 5. L' « excroissance périphérique » propre au sapin III 7, 1-2 ; III 9, 8. Description des deux espèces, « mâle » (A. cephalonica ) et « femelle » (A. alba Miller) III 9, 6. Comparaison du sapin avec le pin noir pour la taille III 9, 6, et pour les caractères du bois III 9, 7-8. Tronc du hêtre comparé à celui du sapin III 10, 1. Ressemblances de l'if avec le sapin III 10, 2. Essence d'ombre IV 1, 1, le sapin préfère les vallons des montagnes à leurs cimes IV 1, 2 et 3. Le sapin (A. cilicica Carrière) n'atteint pas l'intérieur de la Syrie IV 4, 1. Commun à la Grèce et aux pays du nord IV 5, 1 ; manque à la région de Panticapée IV 5, 3. Ne supporte pas d'être écorcé quand il bourgeonne IV 15, 3 ; ni d'être étêté IV 16, 1 ; mais tolère le gemmage IV 16, 1. L'extraction totale de sa moelle le fait périr IV 16, 4. Choix de l'époque la plus propice pour couper le sapin V 1, 1 ; 2 ; 4. Caractères de son bois V 1, 5 ; 6 ; 7. Mode de croissance du sapin V 1, 8. Classement des sujets d'après leurs possibilités de débit V 1, 9-12. Bois de texture lâche V 3, 3 ; absorbe l'humidité atmosphérique V 3, 5 ; assez peu attaqué par le taret V 4, 4 ; se conserve parfois dans l'eau V 4, 6. Difficile à travailler s'il est noueux V 5, 1. Aspect et caractères de sa zone médullaire V 5, 2 et 5. Résistant à la charge s'il est placé de flanc V 6, 1 ; c'est le bois le plus solide V 6, 2 ; utilisé pour la construction des navires de guerre V 7, 1. Le chêne s'ajuste mal avec le sapin V 7, 4 et 5. Sapin (A. alba ) de très belle venue dans les montagnes du Latium et en Corse V 8, 1 et 3. Exsudations sur le bois mis en œuvre V 9, 8. Sève en larmes IX 1, 2. Extraction de la résine IX 2, 1, qui vient au second rang pour la qualité IX 2, 2.


2 ἐλάτη (ἡ), « sapin », Chylocladia verticillata (Lightf.) Bliding.

Une des plantes marines les plus remarquables et les plus localisées IV 6, 2. Description, habitat, comparaison avec le « chêne » IV 6, 7-8.


ἐλατήριον (τὸ), momordique, concombre sauvage, Ecballium elaterium (L.) A. Richard.

Plante médicinale des régions froides IV 5, 1. Nom du suc purgatif extrait de son fruit IX 9, 4 et 5 ; durée et méthode de conservation de ce produit IX 14, 1-2.


ἐλέαγνος (ὁ), salicaire, Lythrum salicaria L.

Plante du lac d'Orchomène IV 10, 1. Description et habitat IV 10, 2.


ἐλειοσέλινον, voir s.v. σέλινον τὸ ἕλειον.


ἐλελίσφακος (ὁ), « sauge à verticilles », sauge trilobée, Salvia triloba L. fil.

Au nombre des végétaux inermes VI 1, 4. Différences par rapport à la sauge sfavko" VI 2, 5.


ἐλένιον (τὸ), ivette musquée, Ajuga iva (L.) Schreber.

Se multiplie par boutures de rameaux II 1, 3. Plante à couronnes cultivée VI 1, 1 ; tout entière odorante VI 6, 2 ; ne comprenant pas différentes variétés VI 6, 3. Passe pour stérile VI 7, 2 ; a des racines superficielles VI 7, 4.


ἐλίκη (ἡ), saule, Salix L. spp.

Nom arcadien de l'arbre appelé ailleurs ἰτέα III 13, 7.

helix

ἕλιξ (ἡ), lierre grimpant, Hedera helix L. (forme de jeunesse).

Une des trois principales variétés de lierre III 18, 6. Peut se transformer en lierre commun (κιττός) d'aspect différent III 18, 7-8. Trois sortes de lierre grimpant : le vert, le blanc et le panaché (lierre de Thrace) III 18, 8. S'attache à d'autres plantes VII 8, 1.

helikhrusos

ἐλίχρυσος (ὁ), immortelle, Helichrysum orientale (L.) Gaertner, H. stoechas (L.) Moench.

Époque de floraison VI 8, 1 ; usages médicaux et magique IX 19, 3.

elleborinê

ἐλλεβορίνη (ἡ), « helléborine », (?) Herniaria L. spp.

Sa graine est incorporée dans la potion d'hellébore IX 10, 2.

elleboros

ἐλλέβορος (ἐ-) (ὁ), hellébore, Helleborus cyclophyllus Boiss., H. orientalis Lam. ; vératre, Veratrum album L.

Plante médicinale des régions froides IV 5, 1. Précautions prises pour son arrachage IX 8, 6. Deux espèces homonymes, l'hellébore noir et le blanc, dont les ressemblances sont controversées IX 10, 1 ; leur distribution géographique IX 10, 2-4 ; longue conservation de la racine IX 14, 1 ; présence des deux espèces en Arcadie IX 15, 5.


ἐλλέβορος (ἑ-) ὁ λευκός, hellébore blanc, vératre, Veratrum album L.

Tige comparable à celle de la férule VI 2, 9 ; racines choisies pour l'usage médical IX 8, 4. Simple homonyme de l'hellébore noir ; caractères distinctifs et effets IX 10, 1-2. Très localisé IX 10, 3 ; présent en Arcadie IX 15, 5. Feuille du colchique comparée à celle du vératre IX 16, 6. Ranime le scorpion tué par la plante skorpios IX 18, 2.


ἐλλέβορος (ἑ-) ὁ μέλας, hellébore noir, hellébore, Helleborus cyclophyllus Boiss.

Cérémonial d'arrachage IX 8, 8. Usage de la racine et du fruit IX 9, 2 ; IX 14, 4. Ressemblances et différences avec l'hellébore blanc ; distribution géographique ; usages et propriétés IX 10. Présent en Arcadie IX 15, 5. Effets neutralisés par l'accoutumance IX 17, 1-3.

elumos

ἔλυμος (ὁ), sétaire, millet des oiseaux, Setaria italica (L.) Beauv.

Forme une panicule IV 4, 10. En marge des céréales et des légumineuses VIII 1, 1. Germe vite et donne un grain de bonne garde VIII 11, 1.

enthruskon

ἔνθρυσκον (τὸ), cerfeuil, Anthriscus cerefolium (L.) Hoffm.

Légume sauvage VII 7, 1 (conj.).

epetinê

ἐπετίνη (ἡ), (?) vrillée, renouée liseron, Fallopia convolvulus (L.) A. Löve (= Polygonum convolvulus L.).

S'attache à d'autres plantes mais rampe en l'absence de soutien VII 8, 1.

epipetron

ἐπίπετρον (τὸ), joubarbe, Sempervivum reginae-amaliae Heldr. & Guicc.

Plante dépourvue de fleurs VII 7, 4.

erebinthos

ἐρέβινθος (ὁ), pois chiche, Cicer arietinum L.

Moyen pour avoir des pois chiches de grande taille II 4, 2. Certains palmiers ont un fruit de la grosseur du pois chiche II 6, 6 ; de même le figuier d'Inde IV 4, 4 ; une espèce de tribolos en a la feuille VI 5, 3. Fait partie des légumineuses VIII 1, 1. Se sème tôt ou tard indifféremment VIII 1, 4. Configuration du hile VIII 2, 1 ; VIII 5, 4. Plantule à plusieurs feuilles, racine particulièrement profonde VIII 2, 3. Fleurit longtemps VIII 2, 5 ; mûrit très vite VIII 2, 6. Tige ligneuse, qui tend à se déjeter VIII 3, 2. Différences à l'intérieur de l'espèce VIII 5, 1. Cosses courtes à grains peu nombreux VIII 5, 2. Souffre de la pluie, plus ou moins suivant les variétés VIII 6, 5. Caractères et exigences du pois chiche VIII 7, 2. La plus épuisante des légumineuses VIII 9, 1. Sujet au « blanc », maladie spécifique VIII 10, 1, et aux attaques des chenilles VIII 10, 5. Grain non véreux, de bonne garde VIII 11, 2 et 6.

ereikê

ἐρείκη (ἡ), bruyère, Erica L. spp., en part. bruyère en arbre, E. arborea L.

Arbrisseau à fructification terminale I 14, 2. L'« herbe à l'encens » sans fruits croît là où abonde la bruyère IX 11, 11.

ereuthedanon

ἐρευθεδανόν / -έδανον (τὸ), garance, Rubia tinctorum L., R. peregrina L.

Genre bien différencié de végétaux inermes VI 1, 4, à racine rouge VII 9, 3 ; IX 13, 4. Description, habitat, usages médicaux IX 13, 6.

erineos

ἐρινεός (ὁ), caprifiguier, Ficus carica L. var. caprificus.

Plus noueux que le figuier I 8, 2 ; arbre sauvage opposé au figuier domestique I 14, 4 ; sort de la graine du figuier II 2, 4 ; ne peut se changer en figuier II 2, 12, à moins d'un prodige II 3, 1. Sert à la caprification II 8, 1-3. Exclusivement montagnard en Macédoine III 3, 1. Époque de son bourgeonnement III 4, 2. Fruit du « figuier de Chypre » comparé aux figues sauvages IV 2, 3. Vit plus longtemps que le figuier domestique IV 13, 1 ; moins sensible à diverses affections IV 14, 4. Une forte pluie peut faire tomber ses fruits IV 14, 5. Bois excellent pour le cintrage V 6, 2 ; produit la fumée la plus âcre V 9, 5.

eriophoron

ἐριοφόρον (δένδρον τὸ), cotonnier arborescent, Gossypium arboreum L.

Distribution géographique et morphologie de la plante ; récolte et usage textile du coton IV 7, 7-8.

herpullos

ἕρπυλλος (ὁ), serpolet, Thymus L. spp., en part. T. sibthorpii Bentham.

Sous-arbrisseau à feuilles persistantes I 9, 4 ; multiplié par plant de rameau II 1, 3. Plante à couronnes VI 1, 1, tout entière odorante VI 6, 2. Espèce unique en son genre VI 6, 3 ; passe pour dépourvue de fruits VI 7, 2 ; transplantée de la nature dans les jardins, change parfois de parfum VI 7, 2. Caractères des racines VI 7, 4 ; croissance particulière des pousses VI 7, 5. Une seule espèce domestique, plusieurs espèces sauvages VI 7, 5. Exigences culturales VI 7, 6.

erusimon

ἐρύσιμον (τὸ), sisymbre à cornes, Sisymbrium polyceratium L.

Époque du semis VIII 1, 4. A des feuilles particulières VIII 3, 1 ; des tiges rappelant celle de la férule VIII 3, 2 ; des fleurs pétalées VIII 3, 3. Germination contrariée par la pluie VIII 6, 1. Ressemblances avec le sésame VIII 7, 3.

etumodrus

1 ἐτυμόδρυς (ἡ), « chêne franc », chêne des teinturiers, Quercus infectoria Olivier.

Un des noms du chêne à glands doux III 8, 2.


2 ἐτυμόδρυς (ἡ), « chêne franc », vélanède, Quercus aegilops L.

En Macédoine, nom du chêne à glands doux III 8, 7.

euzômon

εὔζωμον (τὸ), roquette, Eruca vesicaria (L.) Cav. subsp. sativa (= E. sativa Lam.).

Racines ligneuses I 6, 6 ; VII 2, 8. Légume contre-planté VII 1, 2 ; germe très vite VII 1, 3 ; ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1 ; conserve longtemps sa faculté germinative VII 5, 5. Une variété de radis a la feuille de la roquette VII 4, 2. Feuille de la solanée qui provoque la folie comparée à celle de la roquette IX 11, 6.

euthuphloios

εὐθύφλοιος (ἡ), cerre, Quercus cerris L.

Synonyme de ἀλίφλοιος III 8, 2.

euônumon dendron

εὐώνυμον δένδρον (τὸ), « arbre sinistre », rhododendron jaune, Rhododendron luteum Sweet.

Arbre de Lesbos, décrit dans toutes ses parties, vénéneux et même mortel pour le petit bétail III 18, 13.

ephêmeron

ἐφήμερον (τὸ), colchique, Colchicum autumnale L.

Description, toxicité, délais d'action du poison IX 16, 6.

Ζ

zeia

ζειά (ἡ), amidonnier, Triticum dicoccon Schrank.

Se transforme en froment II 4, 1 ; VIII 8, 3. Le riz lui ressemble IV 4, 10. Fait partie des céréales VIII 1, 1. Se sème tôt VIII 1, 3. Parmi les espèces semblables au froment et à l'orge ; la plus épuisante de ces espèces, exigeant un sol fertile VIII 9, 2.

zugia

ζυγία (ἡ), érable plane, Acer platanoides L.

Exclusivement montagnard en Macédoine III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Description de l'arbre et de son bois ; habitat et distribution géographique III 11, 1-2. Époque de l'abattage V 1, 2 ; V 1, 4. Bois compact, parmi les plus durs V 3, 3 ; ses usages V 7, 6.

zôstêr

ζωστήρ (ὁ), « ceinture », posidonie, Posidonia oceanica (L.) Delile.

Autre nom du « phykos à large feuille » IV 6, 2.

Η

ἡδύοσμον (τὸ), menthe, Mentha L. spp.

Plante alimentaire sauvage VII 7, 1.

hêliotropion

ἡλιοτρόπιον (τὸ), « héliotrope », (?) Heliotropium L. spp. ; scammonée de Montpellier, Cynanchum acutum L.

Fleurit longtemps VII 3, 1 ; VII 9, 2. Tige rampante VII 8, 1. Plante herbacée sempervirente VII 10, 5 ; commence à fleurir au solstice d'été VII 15, 1.


ἡμερίς (ἡ), chêne « domestique », chêne des teinturiers, Quercus infectoria Olivier.

Un des noms du chêne à glands doux III 8, 2. Une des cinq espèces de l'Ida de Troade III 8, 2. Description de l'arbre et de son bois III 8, 4. Les galles de ce chêne et leurs usages III 8, 6.


ἡμεροκαλλές (τὸ), belle-d'un-jour, asphodèle jaune, Asphodeline lutea (L.) Reichenb.

Espèce cultivée comme plante à couronnes VI 1, 1 ; multipliée par semis VI 6, 11.


ἡμίονος (ἡ), « herbe à la mule », doradille, Ceterach officinarum DC.

Description et usages IX 18, 7.


ἡρακλεία (ἡ), « herbe d'Héraclès », grémil officinal, Lithospermum officinale L.

Se trouve en Arcadie IX 15, 5.


ἡρακλεωτική / ἡρακλεῶτις (καρύα) (ἡ), noisetier, Corylus avellana L.

Devient buissonnant s'il n'est pas émondé I 3, 3 ; a des feuilles découpées I 10, 6. Floraison contestée III 3, 8. A des bourgeons d'hiver III 5, 5 ; des chatons III 5, 5-6 ; III 7, 3. Croissance exclusivement latérale III 6, 2-3. Enracinement très profond III 6, 5. Description de l'arbre et de ses fruits, de son bois et de son écorce ; son habitat III 15, 1-2.


ἡριγέρων (ὁ), séneçon, Senecio vulgaris L.

Plante alimentaire sauvage VII 7, 1. Fleurit longtemps VII 7, 4 ; dès l'hiver VII 10, 2.


ἡρύγγιον (τὸ), panicaut, Eryngium campestre L.

Feuilles épineuses VI 1, 3.

Θ

θαψία (ἡ), thapsie, Thapsia garganica L.

Suc de la racine plus fort que celui du fruit IX 8, 3. Précautions à prendre pour l'arrachage IX 8, 5. Racine et suc utilisés IX 9, 1. Purge différemment suivant la partie de la racine utilisée IX 9, 5. Description de la plante IX 9, 6. Propriétés médicinales ; toxicité pour le bétail IX 20, 3.

thermos

θέρμος (ὁ), lupin, Lupinus albus L.

Ne supporte pas les soins donnés aux plantes cultivées I 3, 6 ; III 2, 1 ; VIII 11, 8. Germe et enfonce sa racine même à travers une couche épaisse de détritus I 7, 3 ; VIII 11, 8. Fruit d'un arbre des mangroves (cf. Plantes anonymes, n° 17) semblable à celui du lupin IV 7, 4 ; 6 ; 7. Se sème « au sortir de l'aire », sans labour préalable VIII 1, 3 ; VIII 11, 8. Configuration du hile VIII 2, 1 ; VIII 5, 4. Gousses cloisonnées VIII 5, 2. Plante trop amère pour être consommée en vert VIII 7, 3. Graine de longue conservation VIII 11, 2 et 6. A ne pas moissonner trop sec VIII 11, 4.

thêlukraneia

1 θηλυκράνεια (ἡ), « cornouiller femelle », cornouiller sanguin, Cornus sanguinea L. ; camérisier, Lonicera xylosteum L.

Moins noueux que le « mâle » I 8, 2. En Macédoine pousse même en plaine III 3, 1. Bourgeonne tôt III 4, 2. Différences par rapport au cornouiller « mâle » III 4, 3. Fruits immangeables III 4, 3 et 6. Description des cornouillers « mâle » et « femelle » III 12, 1. En Macédoine on dit les deux espèces fructifères, mais le fruit du « cornouiller femelle » immangeable III 12, 2.


2 θηλυκράνεια (ἡ), « cornouiller femelle », camérisier, Lonicera xylosteum L.

Bois à moelle, tendre et lacuneux III 12, 1.


3 θηλυκράνεια (ἡ), « cornouiller femelle », cornouiller, Cornus mas L.

Sur l'Ida, on appelle « femelle » le cornouiller à fruits comestibles III 12, 2.

thêlupteris

θηλυπτερίς (ἡ), « fougère femelle », fougère aigle, Pteridium aquilinum (L.) Kuhn (= Pteris aquilina L.).

Description de la plante ; usages et propriétés IX 18, 8.


θηλυφόνον (τὸ), « mort aux femelles », doronic d'Orient, Doronicum orientale Hoffm. (= D. caucasicum Bieb.).

Poison mortel pour de nombreux animaux ; description de la plante IX 18, 2.


θήσειον (τὸ), « herbe à Thésée », léontice, Leontice leontopetalum L.

Racine amère et purgative VII 12, 3.


θραύπαλος (ὁ, ἡ), prunellier, Prunus spinosa L.

Arbre à racines superficielles mais nombreuses III 6, 4 ; aime l'ombre IV 1, 3.

thridakinê

1 θριδακίνη (ἡ), laitue, Lactuca serriola L.

Tige d'abord normalement feuillée, puis épineuse I 10, 7 ; sève aqueuse I 12, 2. Une algue verte ressemble aux feuilles de laitue IV 6, 6. Légume contre-planté VII 1, 2 ; germe rapidement VII 1, 3 ; a des graines aigrettées VII 3, 2 ; comprend plusieurs variétés VII 4, 1. Description de ces variétés VII 4, 5. Légume attaqué par les courtilières VII 5, 4. Différences entre la plante sauvage et le légume cultivé VII 6, 2.


2 θριδακίνη (ἡ), laitue vireuse, laitue sauvage, Lactuca virosa L.

On extrait de la tige un suc peu abondant, recueilli sur un flocon de laine IX 8, 2.


θριδακίνη ἡ πικρά, « laitue amère », laitue à feuilles de saule, Lactuca saligna L.

L'« herbe à l'encens » sans fruits a la feuille de la laitue amère IX 11, 11.

thridax

θρίδαξ (ἡ), laitue, Lactuca serriola L.

Quand sa tige est tronquée, fait de nouvelles pousses plus savoureuses VII 2, 4. Racines courtes VII 2, 9. Différences entre la plante cultivée et la plante sauvage VII 2, 9. Supporte bien le repiquage VII 5, 3.

thruallis

θρυαλλίς (ἡ), molène, Verbascum L. spp.

Au nombre des plantes à épi floral VII 11, 2.

thruon

1 θρύον (τὸ), impérata cylindrique, Imperata cylindrica (L.) Raeuschel.

Feuilles typiques des plantes lacustres IV 11, 12 (conj.).


2 θρύον (τὸ), « herbe au thyrse », Datura stramonium L.

Autre nom de la solanée qui provoque la folie IX 11, 6 (conj.).

thuia

1 θυία / θύεια (ἡ), genévrier fétide, Juniperus foetidissima Willd.

Feuilles persistantes I 9, 3 ; bourgeonnement très tardif III 4, 2. Garde ses fruits plus tard que tous les autres arbres III 4, 6. Pousse en haute montagne et y atteint une grande taille IV 1, 3.


2 θυία (ἡ), thuya de Barbarie, Tetraclinis quadrivalvis (Vahl) Masters.

Autre nom du thyon ; voir s.v. θύον.

thumbra

θύμβρα (ἡ), θύμβρον (τὸ), sarriette, Satureia (-eja) thymbra L. (sauvage), S. hortensis L. (cultivée).

Suc âcre I 12, 1 et 2. Genre de végétaux inermes VI 1, 4. Graine bien visible VI 2, 3. Pousse en Arcadie VI 2, 4. Époque du semis VII 1, 2 ; délai de germination VII 1, 3. Vient plus vite de graine vieille VII 1, 6 ; conserve longtemps sa faculté germinative VII 5, 5. Plus âcre à l'état sauvage qu'en culture VII 6, 1.

thumon

1 θύμον (τὸ), θύμος (ὁ), thym, Thymus capitatus (L.) Hoffmanns. & Link (= Satureja capitata L.)

Suc âcre I 12, 2 ; fleur sans graine visible III 1, 3 ; VI 2, 3. Abonde dans les régions arides de Libye IV 3, 5. Deux formes, la « blanche » et la « noire » VI 2, 3. Répartition géographique VI 2, 4. En certaines régions le serpolet ressemble au thym VI 7, 2.


2 θύμον (τὸ), « thym » (?) Corallinacées.

Plantes pétrifiées de la mer Extérieure IV 7, 1.


3 θύμον (τὸ), « thym », salicorne à gros épis, Arthrocnemum glaucum (Delile) Ung.-Sternb.

Plante associée aux arbres des mangroves en mer Rouge IV 7, 2.

thuon

θύον (τὸ), thuya de Barbarie, Tetraclinis quadrivalvis (Vahl) Masters.

Arbre de Libye comparé à un cyprès sauvage ; qualités et usages de son bois V 3, 7 ; bois imputrescible V 4, 2.

Ι

ἰασιώνη (ἡ), liseron, Calystegia R. Br. spp. et Convolvulus L. spp.

Corolle d'une seule pièce I 13, 2.


ἴκμη (ἡ), lentille d'eau, Lemna minor L.

Une des plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1 ; peut-être présente ailleurs sous un autre nom IV 10, 2 ; reste à examiner IV 10, 4.


ἰξία (ἡ), gui du chêne, Loranthus europaeus Jacq.

Pousse sur le chêne et sur d'autres espèces III 7, 6. Coexiste avec le gui blanc sur le chêne kermès III 16, 1.


ἰξία ἡ ἐν Κρήτῃ, « plante à glu », astragale, Astragalus L. subgen. Tragacantha Bunge.

Produit un suc en larmes ; croît en Crète, en Achaïe et en Médie IX 1, 3.


ἰξίνη (ἡ), chardon à glu, Atractylis gummifera L.

Au nombre des carduacées VI 4, 3. Pousse en été VI 4, 4. Description VI 4, 9. La sève se concrète et forme le mastic IX 1, 2.

ion

1 ἴον (τὸ), violier, giroflée, cocardeau, Cheiranthus cheiri L., Matthiola incana R. Br.

Fleur d'un arbre de Tylos comparée à celle d'une giroflée IV 7, 8. Sous-arbrisseau à fleur odorante VI 6, 2. Parfum très pur à Cyrène VI 6, 5 ; variable en fonction de divers facteurs VI 8, 5-6.


2 ἴον (τὸ), perce-neige, Galanthus L. spp.

Fleurit dès le début de l'hiver VI 8, 1.


ἴον τὸ λευκόν = 1 ἴον.

Fleur de l'« arbre sinistre » comparée à celle du violier III 18, 13. Comprend plusieurs variétés VI 6, 3. Différences entre violette et violier VI 6, 7.


ἴον τὸ μέλαν, violette, Viola odorata L.

Fleur « double » I 13, 2. Espèce d'aspect unique, à la différence du violier VI 6, 3. Différences entre violette et violier VI 6, 7. Fleurit tôt VI 8, 1, mais peut fleurir toute l'année en culture VI 8, 2.


ἴπνον (τὸ), « queue de cheval », prêle, Equisetum telmateia (-eja) Ehrh., E. palustre L.

Une des plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1 ; peut-être présente ailleurs sous un autre nom IV 10, 2 ; reste à examiner IV 10, 4.


ἰππομάραθον (τὸ), « fenouil de cheval », (?) Cachrys ferulacea (L.) Calestani.

Plante apparentée à la férule VI 1, 4.


ἰπποσέλινον (τὸ), maceron, Smyrnium olusatrum L.

Feuilles persistantes I 9, 4. Passe pour se propager par des larmes de sève II 2, 1 ; IX 1, 4. Racine de la bette comparée à celle du maceron VII 2, 6 ; racine charnue VII 2, 8. Description ; différences par rapport à l'ache des marais VII 6, 3. Le suc sort en larmes de ses racines IX 1, 3. Se trouve en Arcadie IX 15, 5.

hippopheos

ἰππόφεως (ὁ), euphorbe buisson d'épines, Euphorbia acanthothamnos Heldr. & Sart.

Possède à la fois des épines et des feuilles VI 5, 1 ; feuilles dépourvues d'épines VI 5, 2.

iris

ἶρις (ἡ), iris, Iris germanica L. var. florentina, I. pallida Lam.

Racines odorantes I 7, 2. Seule plante à parfum des régions froides, d'excellente qualité et exploitée en Illyrie IV 5, 2 ; IX 7, 4. Floraison estivale VI 8, 3. Feuille voisine de celle du roseau VII 13, 1. A une tige proprement dite, comparée à celle de l'asphodèle VII 13, 2. Au nombre des aromates usuels IX 7, 3. Le galbanum entre dans la composition du parfum d'iris IX 9, 2.


ἴσχαιμος (ἡ), « arrête-sang », chiendent à balai, Dichanthium ischaemum (L.) Roberty (= Andropogon ischaemum L.)

Utilisé en Thrace comme hémostatique IX 15, 3.


ἰσχάς (ἡ), euphorbe « figue sèche », Euphorbia apios L.

Purge différemment suivant la partie de la racine utilisée IX 9, 5. Description de la plante IX 9, 6.


ἰτέα (ἡ), saule, Salix L. spp.

Arbre du milieu humide I 4, 2 ; IV 1, 1 ; IV 8, 1 ; en quelque sorte amphibie I 4, 3 ; IV 10, 6. Tronc tortueux et court I 5, 1. Bois léger même vert I 5, 4. Peut se cultiver III 1, 1. Réputé stérile, se multiplie néanmoins III 1, 2 ; perd son fruit avant maturité III 1, 3 ; fructification contestée III 3, 4. En Macédoine pousse même en plaine III 3, 1. Bourgeonne très tôt III 4, 2. Vigueur de sa croissance contestée III 6, 1. Plusieurs espèces décrites III 13, 7. Foliole du baguenaudier comparée à la feuille d'un saule III 14, 4. Forme des peuplements étendus IV 5, 7. N'a que les racines et le pied dans l'humidité IV 8, 1. Parmi les plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1. Feuille des bambous comparée à celle du saule IV 11, 13. Vit moins longtemps que les espèces des lieux secs IV 13, 2. Reprend vie après avoir été gravement mutilé IV 16, 2-3. Bois élastique et de texture lâche V 3, 4 ; sert à faire des boucliers et de la vannerie V 7, 7 ; dégage une fumée désagréable V 9, 5.


ἰτέα ἡ λευκή, saule blanc, Salix alba L.

Écorce blanche ; jets moins recherchés que ceux du « noir » pour la vannerie ; a une variété naine ([?] le saule drapé, S. eleagnos Scop. [= S. incana Schrank]) III 13, 7.


ἰτέα ἡ μέλαινα, saule « noir », Salix fragilis L.

Écorce noire ou plutôt pourpre ; excellent pour la vannerie ; a une variété naine (le saule pourpre, S. purpurea L.) III 13, 7.


ἴφυον (τὸ), nielle, Agrostemma githago L.

Vient de semis VI 6, 11. Fleurit presque en été VI 8, 3.


ἴψος ([?] ὁ), amélanchier, Amelanchier ovalis Medicus var. cretica.

Bourgeonne très tard III 4, 2.


ἰωνία (ἡ), violier, Matthiola incana R. Br. ; violette, Viola odorata L.

Feuilles persistantes I 9, 4. Différences entre violette et violier dans la plante même VI 6, 7 ; ressemblance lointaine entre les deux plantes homonymes VII 6, 4.


ἰωνία (ἡ λευκή), violier, Matthiola incana R. Br.

Sous-arbrisseau multiplié par ses sarments II 1, 3 ; végétal ligneux à petites feuilles VI 1, 1 ; racines ligneuses également VI 6, 11. Longévité d'environ trois ans VI 8, 5.


ἰωνία ἡ μέλαινα, violette, Viola odorata L.

Caractères qui distinguent la violette des sous-arbrisseaux VI 6, 2.

Κ

κάκτος (ἡ), cardon, Cynara cardunculus L.

Distribution, description, comestibilité VI 4, 10-11.

kalamos

κάλαμος (ὁ), roseau, Arundo L., Phragmites Adanson, etc. ; en part. canne de Provence, Arundo donax L.

Écorce fibreuse I 5, 2 ; tige articulée I 5, 3 ; moelle membraneuse I 6, 2. Description de la racine I 6, 7 et 10. Articulation du roseau analogue à un nœud d'arbre I 8, 3 et 5. Défini comme arbrisseau à feuilles persistantes I 9, 4. Morphologie de la feuille I 10, 5, tout entière fibreuse I 10, 8, de même que le pédoncule I 10, 9. Multiplication du roseau (A. donax ) en culture II 2, 1. Plante marine à tige comparable au roseau IV 6, 6. Forme des fourrés IV 8, 1. Racine de la fève d'Égypte comparée à celle du roseau IV 8, 7-8. Pousse dans une assez grande hauteur d'eau (Phragmites australis Trin.) IV 9, 1 ; la châtaigne d'eau forme des rejets comme le roseau IV 9, 3. Deux espèces (A. donax et P. australis ) présentes dans le lac d'Orchomène IV 10, 1. La racine de l'acanthe épineuse n'a pas l'aspect d'un roseau IV 10, 6. Exigences écologiques des roseaux IV 10, 6 et 7. Les diverses espèces, leur morphologie et leurs usages IV 11, 1-13. Application d'un manchon de roseau sur un arbre mutilé IV 15, 2. Feuilles de la férule engainantes comme celles du roseau VI 2, 8. Feuilles de l'iris comparées à celles du roseau VII 13, 1 ; de même celles des céréales VIII 3, 1. On appelle panicule une inflorescence pareille à celle du roseau VIII 3, 4. Le dictame se conserve dans une tige de roseau (A. donax ) IX 16, 2.


κάλαμος ὁ αὐλητικός, roseau à aulos, Arundo donax L.

Distingué des autres roseaux IV 10, 1 ; IV 11, 1. Ses exigences écologiques et sa formation IV 10, 6 ; IV 11, 2-3. Son traitement pour la fabrication des anches d'aulos IV 11, 4-7. Lieux où il devient particulièrement beau IV 11, 8-9.


κάλαμος ὁ βομβυκίας, roseau à tuyaux d'aulos (cf. κ. ὁ αὐλητικός) IV 11, 3.


κάλαμος ὁ εἰλετίας, oyat, Ammophila arenaria (L.) Link subsp. arundinacea.

« Roseau à lier » dit « mâle » à cause de sa fermeté IV 11, 13.


κάλαμος ὁ ἐπίγειος, roseau terrestre, Calamagrostis epigeios (L.) Roth.

Roseau à tige couchée sur le sol IV 11, 13.


κάλαμος ὁ εὐώδης, roseau aromatique, acore odorant, Acorus calamus L.

Pousse dans un lac de Syrie IV 8, 4. Situation géographique de ce lac ; description de la plante IX 7, 1-2. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.


κάλαμος ὁ ζευγίτης, roseau à anches doubles (cf. κ. ὁ αὐλητικός) IV 11, 3.


κάλαμος ὁ ἰνδικός, « roseau de l'Inde », bambou, Bambusa arundinacea Willd. (« femelle ») ; Dendrocalamus strictus Nees (« mâle »).

Description, usage, localisation géographique IV 11, 13.


κάλαμος ὁ κρητικός, roseau de Crète, Arundo plinii Turra.

Peu noueux, se courbe à volonté quand on le chauffe IV 11, 11.


κάλαμος ὁ λακωνικός, var. d'A. donax à feuilles panachées IV 11, 12.


κάλαμος ὁ πλόκιμος, roseau des vanniers, phragmite, Phragmites australis (Cav.) Trin.

Roseau mince, peuplant les îles flottantes IV 11, 1.


κάλαμος ὁ συριγγίας, roseau à flûtes, Arundo donax L.

Roseau creux, sans bois ni chair IV 11, 10.


κάλαμος ὁ τοξικός, roseau propre à faire des arcs (= κ. ὁ κρητικός) IV 11, 11.


κάλαμος ὁ χαρακίας, roseau à palissades (ou à tuteurs ?), Arundo donax L.

Distingué des autres roseaux IV 11, 1.


καμακίας, voir s.v. πυρὸς ὁ καμακίας.

kapparis

κάππαρις (ἡ), câprier, Capparis spinosa L.

Rebelle à la culture I 3, 6 ; III 2, 1 ; VI 5, 2. Fruit de l'« arbre aux glands » égyptien comparé à une câpre IV 2, 6. Espèce à jeunes rameaux épineux VI 1, 3 ; à feuille spinescente IV 4, 1 ; VI 5, 2. Cycle végétatif et écologie VI 5, 2. Plante à tiges couchées VII 8, 1 ; totalement estivale VII 10, 1.

kardamon

κάρδαμον (τὸ), cresson (alénois), Lepidium sativum L.

Saveur âcre I 12, 1. Époque du semis VII 1, 2 ; délai de germination VII 1, 3, plus court si les graines sont vieilles VII 1, 6. Ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1. Semence de longue conservation VII 5, 5.


καρδάμωμον (τὸ), cardamome, Elettaria cardamomum White & Maton.

En provenance de la Médie ou de l'Inde IX 7, 2. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

karua

καρύα (ἡ), noyer, Juglans regia L. ; noisetier, Corylus avellana L.

Structure interne de la noix (κάρυον) I 11, 1 et 3 ; son suc huileux I 12, 1. Espèce sauvage par nature (C. avellana ) III 2, 3 ; exclusivement montagnarde en Macédoine III 3, 1. Floraison contestée pour les « arbres à noix » (noyer, noisetier, châtaignier) III 3, 8. Bourgeonne tôt (C. avellana ) III 4, 2 ; bourgeonne quand le printemps s'installe (J. regia ) III 4, 2. Fructifie en automne III 4, 4. A des bourgeons d'hiver (C. avellana ) III 5, 5. Feuille du cédratier comparée à celle du noyer IV 4, 2. Le noyer (τὸ κάρυον, la noix) abonde sur le Tmolos et l'Olympe de Mysie IV 5, 4. Processus de germination de la noix VIII 2, 2. Le fruit de l'euphorbe faux myrte est appelé « noix » IX 11, 9.


καρύα ἡ εὐβοϊκή, « noyer d'Eubée », châtaignier, Castanea sativa Miller.

Structure interne de la châtaigne I 11, 3. Le châtaignier (τὰ εὐβοϊκά, les châtaignes) abonde en Eubée et dans la région de Magnésie IV 5, 4. Bois imputrescible par nature V 4, 2, résistant au contact de l'eau V 4, 4 ; craque avant de se rompre V 6, 1 ; utilisé pour les ouvrages enterrés V 7, 7. Charbon recherché pour la sidérurgie V 9, 2.


καρύα ἡ ἡρακλεωτική, voir s.v. ἡρακλεωτική.


κάρυα ἡ κασταναϊκή (à tirer de τὸ κασταναϊκὸν κάρυον, châtaigne), châtaignier, Castanea sativa Miller.

La racine du lotus d'Égypte a l'écorce de la châtaigne IV 8, 11.


καρυά ἡ περσική, « noyer de Perse », coudrier de Byzance, Corylus colurna L.

Croissance à partir des bourgeons latéraux III 6, 2 et 3. Feuille du bouleau comparée à celle du « noyer de Perse » III 14, 4.

kasia

κασ(σ)ία (ἡ), cannelle (de Chine), Cinnamomum cassia Blume.

Parmi les plantes à parfum d'Orient IV 4, 14 ; d'Arabie IX 4, 2 ; IX 7, 2. Arbrisseau rameux et ligneux IX 5, 1. Procédé pour prélever l'écorce aromatique IX 5, 3. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

kaukalis

καυκαλίς (ἡ), tordyle d'Apulie, Tordylium apulum L. (= Condylocarpus apulus Hoffm.).

Légume sauvage VII 7, 1.


καχρυδίας, voir s.v. πυρὸς ὁ καχρυδίας.

kenkhros

κέγχρος (ὁ), millet commun, Panicum miliaceum L.

Graines dans des glumes I 11, 2. Infrutescence en forme de panicule IV 4, 10 ; VIII 3, 4. Graine du lotus d'Égypte comparée à un grain de millet IV 8, 10 ; de même celle du nénuphar blanc IV 10, 3. Plante de culture estivale VIII 1, 1. Époque du semis VIII 1, 4. Mûrit en une quarantaine de jours VIII 2, 6. La tige a l'aspect du chaume VIII 3, 2. La fleur forme un duvet autour du fruit VIII 3, 3. Productif VIII 3, 4 ; peu résistant à l'excès d'eau VIII 7, 3 ; moins épuisant que le sésame VIII 9, 3. Germe vite et donne un grain de bonne conservation VIII 11, 1 et 6. Fruit de l'« herbe aux mâles » comparé à un grain de millet IX 18, 6.


κεδρίς (ἡ), (?) formes basses du genévrier cade, Juniperus oxycedrus L.

Arbrisseau nain I 9, 4 ; III 13, 7 ; à feuilles persistantes I 9, 4, pointues I 10, 6 (conj.).

kedros

1 κέδρος (ἡ), genévrier, Juniperus L. spp., en part. genévrier cade, J. oxycedrus L.

Bois dépourvu de chair I 5, 3. Feuilles persistantes I 9, 3 ; grêles I 10, 4 ; pointues I 10, 6. Baie (ἡ κεδρίς)) aromatique I 12, 1. Racines superficielles III 6, 5 ; III 12, 4. Bois et écorce de l'if comparés à ceux du cade III 10, 2. Désaccord sur espèce unique ou genre divisé en kédros de Lycie (J. oxycedrus, [?] J. drupacea Labill.) et kédros de Phénicie (J. excelsa Bieb.) ; description du genévrier cade (kédros, oxykédros ) distingué du genévrier de Phénicie (arkeuthos ) pour la feuille et le bois III 12, 3 ; du genévrier commun (arkeuthos ) pour le fruit III 12, 4. Autres caractères du genévrier cade III 12, 4. Il en existe une variété naine III 13, 7. Fruit du « paliure » de Libye (Zizyphus lotus ) comparé à celui du cade (ἡ κεδρίς)) IV 3, 3. Le cade est présent en Thrace et en Phrygie IV 5, 2. Bois utilisé pour les statues de culte V 3, 7 ; imputrescible par nature V 4, 2 ; sujet à des exsudations V 9, 8. La sève forme des larmes IX 1, 2.


2 κέδρος (ἡ), cèdre, Cedrus libani A. Richard ; à Chypre, C. brevifolia Henry.

Essence dominante dans les montagnes de Cilicie et de Syrie III 2, 6. Bois de construction navale en Syrie IV 5, 5 ; V 7, 1. L'arbre ne supporte pas d'être étêté IV 16, 1. Bois utilisé pour le bâtiment V 7, 4. Prospérité du cèdre en Syrie et à Chypre V 8, 1.


κέδρος ἡ φοινικική, « kédros de Phénicie », genévrier élevé, Juniperus excelsa Bieb.

Distingué du kédros de Lycie III 12, 3. Bois parfois brûlé pour faire de la poix IX 2, 3.

kentaurion

κενταύριον (τὸ), κενταυρία (ἡ), κενταυρίς (ἡ), centaurée, Centaurea amplifolia Boiss. & Heldr.

Suc amer I 12, 1. En Élide prospère surtout dans la montagne III 3, 6. Recherche les régions froides IV 5, 1. Plante amère dans toutes ses parties mais bénéfique VII 9, 4. Suc rouge sang IX 1, 1. Récolte de la plante réputée dangereuse IX 8, 7. Suc ajouté à celui de la solanée qui provoque la folie, pour rendre l'égarement permanent IX 11, 6. Racine charnue et compacte, de longue conservation IX 14, 1.


κεντρομυρρίνη (ἡ), fragon, petit houx, Ruscus aculeatus L.

Le « laurier d'Alexandrie » a, comme le fragon, son fruit sur la feuille III, 17, 4.

kerais

κεράϊς (ἡ), « plante à cornes », nom médical du radis sauvage, Raphanus raphanistrum L.

IX 15, 5.

kerasos

κέρασος (ὁ), merisier, cerisier sauvage, Prunus avium L.

Description du tronc, de la feuille, de l'écorce et de son usage en vannerie, des racines, de la fleur et du fruit III 13, 1-3. Essence des lieux humides III 13, 3. Prélèvement et usage de l'écorce IV 15, 1. La sève forme des larmes IX 1, 2.

kerkis

1 κερκίς (ἡ), arbre de Judée, Cercis siliquastrum L.

Arbre à graines renfermées dans une gousse I 11, 2.


2 κερκίς (ἡ), peuplier tremble, Populus tremula L.

Description de l'arbre, de sa feuille, de son écorce ; absence de fruits III 14, 2.

kerônia

κερωνία (ἡ), caroubier, Ceratonia siliqua L.

Arbre à graines renfermées dans une gousse I 11, 2. Appelé aussi « figuier d'Égypte » parce qu'il a des fruits sur le tronc, comme le figuier sycomore I 11, 2 ; I 14, 2 ; IV 2, 4. Distribution, description, particularités de la fructification IV 2, 4.

kêlastron

κήλαστρον (τὸ), κήλαστρος (ἡ), houx, Ilex aquifolium L.

Essence des régions froides, rebelle à la culture I 3, 6. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Perd ses fruits du fait de l'hiver III 4, 5 et 6. Recherche les lieux les plus exposés aux intempéries IV 1, 3. Bois de l'alaterne aussi blanc que celui du houx V 6, 2. On fait des cannes de houx V 7, 7.


κινάμωμον (τὸ), cinnamome, Cinnamomum Blume spp., en part. C. zeylanicum Nees (ou Blume, ou Breyn).

Parmi les plantes à parfum d'Orient IV 4, 14 ; d'Arabie IX 4, 2 ; IX 7, 2. Caractères de l'arbrisseau ; mode d'exploitation de son écorce IX 5, 1. D'autres sources indiquent deux variétés IX 5, 2 ; donnent un récit fabuleux de sa récolte IX 5, 2. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

kisthos

κίσθος (ὁ), ciste, Cistus L. spp.

Végétaux inermes formant un genre bien différencié VI 1, 4. Deux espèces, l'une « mâle » à fleur violacée (C. incanus L. subsp. creticus = C. creticus L.), l'autre « femelle » (C. salviaefolius L.) VI 2, 1. Feuille de la garance comparée à celle d'un ciste (C. monspeliensis L.) IX 13, 6 (conj.).

kittos

κιττός (ὁ), lierre, Hedera helix L. ; H. nepalensis C. Koch.

Arbrisseau susceptible de devenir un arbre I 3, 2 ; III 18, 9. Feuilles persistantes I 9, 4 ; variables suivant l'âge I 10, 1 ; III 18, 7 ; lisses I 10, 2 ; à pétiole long I 10, 7. Fleurs formant un duvet I 13, 1 ; disposées particulièrement I 13, 4. Cas de « symbiose » du lierre et de l'olivier II 1, 2. Fruits tardifs III 4, 6. Tilleul comparé au lierre pour le fruit et la feuille III 10, 5 ; de même le tremble pour la feuille III 14, 2. Le lierre présente les différences internes d'un genre unique III 18, 1. Trois variétés comprenant chacune de nombreuses formes III 18, 6. Rapports entre le lierre commun et le lierre grimpant (helix) III 18, 7-8. Racines et crampons, parasitisme du lierre III 18, 9-10. Caractères du fruit III 18, 10. Salsepareille comparée au lierre pour la feuille III 18, 11, et pour les grappes de fruits pendantes III 18, 12. Le lierre manque à l'Asie en général, mais non à l'Inde (H. nepalensis ) ni à la Médie ; ne s'acclimate pas à Babylone IV 4, 1. Préjudiciable aux plantes voisines IV 16, 5. Bois chaud, recherché pour les briquets V 3, 4 ; V 9, 6.


κιττὸς ὁ κορυμβίας = κ. ὁ ἀχαρνικός, lierre à gros corymbes = lierre d'Acharnes, lierre à fruits jaunes, Hedera helix L. subsp. poetarum.

Variété à fruits clairs, gros et serrés comme des balles III 18, 6.


κιττὸς ὁ λευκός, « lierre blanc », lierre à fruits jaunes, Hedera helix L. subsp. poetarum.

Deux variétés distinguées par la grosseur et la compacité de l'infrutescence III 18, 6. Enracinement superficiel III 18, 9. Saveur du fruit variable III 18, 10. Fruit du lierre blanc administré pour rendre le sperme stérile IX 18, 5.

kikhorion

κιχόριον (τὸ), κιχόρη (ἡ), chicorée, Cichorium intybus L.

Feuilles radicales et non caulinaires I 10, 7. Légume sauvage ; constitue le type des chicoracées, dont les feuilles ressemblent aux siennes VII 7, 1. Cycle végétatif de la chicorée et des chicoracées VII 7, 3. Disposition particulière des feuilles VII 8, 3. Floraison échelonnée VII 9, 2 ; VII 10, 3. Caractères des chicoracées et en particulier de la chicorée VII 11, 3. Feuille du coquelicot comparée à celle de la chicorée sauvage IX 12, 4. L'akoniton a une feuille de chicorée IX 16, 4.

klêthra

κλήθρα (ἡ), aune, Alnus glutinosa (L.) Gaertner.

Espèce amphibie I 4, 3. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Deux variétés, l'une fructifère, l'autre stérile III 3, 6. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Racines fines et clairsemées III 6, 5. Morphologie, usage, habitat III 14, 3. Noisetier comparé à l'aune III 15, 1. Espèce du milieu humide mais non aquatique IV 8, 1.


κλινότροχος (ἡ), érable « (?) à roulettes de lit », érable de Montpellier, Acer monspessulanum L.

Espèce d'érable ainsi nommée à Stagire III 11, 1.

klumenon

κλύμενον (τὸ), chèvrefeuille, Lonicera L. spp., en part. chèvrefeuille entrelacé, L. implexa Aiton.

Doit être coupé avant que le soleil ne l'atteigne IX 8, 5. Effet stérilisant du fruit IX 18, 6. Remède pour les maladies de la rate IX 18, 7.

kneôron

κνέωρον (τὸ), passerine, Thymelaea Miller spp.

Végétaux inermes formant un genre bien différencié VI 1, 4.


κνέωρος ὁ λευκός, passerine tartonraire, Thymelaea tartonraira (L.) All.

Espèce à feuille d'olivier ; caractères distinctifs VI 2, 2.


κνέωρος, κ. ὁ μέλας, passerine hérissée, Thymealaea hirsuta (L.) Endl.

Sous-arbrisseau à feuilles charnues I 10, 4 ; morphologie, usage, cycle végétatif VI 2, 2.

knêkos

κνῆκος (ὁ, ἡ), carthame, Carthamus L. spp., en part.C. tinctorius L.

Plante à graine sèche I 11, 3 ; une seule graine par fleuron I 13, 3. Feuilles épineuses VI 1, 3. Au nombre des carduacées VI 4, 3. Tige unique non ramifiée ([?] C. lanatus ) VI 4, 4. Graine du rosier comparée à celle du carthame VI 6, 6.


κνῆκος ἡ ἥμερος, carthame cultivé, Carthamus tinctorius L.

Distingué des espèces sauvages voisines VI 4, 5, et du chardon béni (akorna ) VI 4, 6.


κνῆκος ἡ ἀγρία, carthame laineux, Carthamus lanatus L. ; chardon béni, Cnicus benedictus L.

Deux espèces, l'une à tige rigide utilisée pour les fuseaux (C. lanatus ), l'autre à tiges couchées et feuilles molles (C. benedictus ) VI 4, 5.

koix

κόϊξ (ὁ), palmier doum, Hyphaene thebaica (L.) Mart.

Feuilles angulaires comme celles du roseau I 10, 5.

kokkos knidios

κόκκος ὁ κνίδιος, « grain de Cnide », fruit du daphné sain-bois, Daphne gnidium L.

Aspect ; usage médical IX 20, 2.

kokkugea

κοκκυγέα (ἡ), arbre à perruque, fustet, Cotinus coggygria Scop. (= Rhus cotinus L.).

Description ; particularité du fruit III 16, 6.

kokkumêlea

κοκκυμηλέα (ἡ), κοκκύμηλον (τὸ), prunier, Prunus domestica L.

Fruit formé de chair et de fibre I 10, 10 ; sa structure interne I 11, 1 ; la saveur de son suc I 12, 1. Fleur pétalée I 13, 1 ; placée au-dessus du fruit I 13, 3. Désaccord sur son enracinement, superficiel selon les uns III 6, 4, profond selon les autres III 6, 5. Fruit du « figuier de Chypre » de la taille d'une prune IV 2, 3. Noyau du perséa comparé à celui d'une prune IV 2, 5.


κοκκυμηλέα (ἡ αἰγυπτία), « prunier d'Égypte », Balanites aegyptiaca (L.) Delile.

Description de l'arbre ; son cycle biologique ; le fruit et ses usages IV 2, 10.

koloitea

κολοιτέα (ἡ), koloitéa, saule de l'Ida, Salix idae Görz ( ~ S. caprea L.).

Espèce propre à l'Ida, décrite sous tous ses aspects III 17, 3.


κολοιτία / κολουτέα ἡ περὶ Λιπάραν, cytise de Lipari, Cytisus aeolicus Guss.

Arbre à graines renfermées dans une gousse I 11, 2. Espèce endémique ; morphologie, cycle végétatif, usages III 17, 2.

kolokuntê

κολοκύντη (ἡ), citrouille, courge, Cucurbita pepo L.

Disposition des graines I 11, 4. Nature du suc I 12, 2. Fleur au-dessus du fruit I 13, 3. On améliore le fruit en l'empoussiérant II 7, 5. Époque du semis VII 1, 2 ; délai de germination VII 1, 3 ; vient plus vite de graine fraîche VII 1, 6 ; Racines courtes VII 2, 9. Plusieurs variétés VII 4, 1, ou du moins des différences de qualité VII 4, 6. Conserve mal sa faculté germinative VII 5, 5.

Voir la Note 13 (I 11, 4). Pour Amigues, ce nom serait "indéterminable" si ce n'était Cucurbita pepo. Or cette espèce est d'origine américaine, et donc absente de la Méditerranée dans l'Antiquité. Amigues cite Athénée : "les riverains de l'Hellespont appellent σικύαι les courges allongées et κολοκύνται les rondes (58f)". Ce doit donc être une gourde ronde de grande taille (Lagenaria siceraria), appelée calebasse en Afrique. il est fréquent que des types différents au sein d'une même espèce portent des noms différents. MC.

kolutea

κολυτέα (ἡ), baguenaudier, Colutea arborescens L.

Description de l'arbre et du fruit III 14, 4.

komaros

κόμαρος (ἡ, ὁ), arbousier commun, arbre aux fraises, Arbutus unedo L.

Écorce crevassée, vite caduque I 5, 2. Feuilles persistantes ou semi-persistantes I 9, 3. Description ; particularité de la fructification III 16, 4. Comparaison avec l'arbousier d'Orient III 16, 5. Arbre à perruque comparé aux deux arbousiers pour la feuille III 16, 6. Un des bois qui donnent le meilleur charbon V 9, 1.


κόμη (ἡ), « herbe à la houppe », salsifis, Tragopogon L. spp. ; Scorzonera L. spp.

Autre nom de la « barbe-de-bouc » (τραγοπώγων) VII 7, 1.

kokuza

κόνυζα (ἡ), inule, Dittrichia W. Greuter spp.

Végétaux inermes formant un genre bien différencié VI 1, 4. Deux espèces, l'une « mâle », plus robuste (D. viscosa = Inula viscosa Aiton), l'autre « femelle », fine et d'odeur piquante (D. graveolens = Inula graveolens Desf.) VI 2, 6. Floraison tardive VI 2, 6 ; VII 10, 1.


κορίαννον (τὸ), coriandre, Coriandrum sativum L.

Herbe potagère à graines nues I 11, 2 ; VII 3, 2 ; contre-plantée VII 1, 2 ; germe difficilement VII 1, 3, mais plus vite de graine vieille VII 1, 6. Racines ligneuses VII 2, 8. Ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1. Se couvre d'efflorescences salines pendant la canicule VII 5, 4. Conserve longtemps sa faculté germinative VII 5, 5.

korkhoros

κόρχορος (ὁ), mouron, Anagallis arvensis L.

Légume sauvage d'une amertume proverbiale VII 7, 2.

korônopous

κορωνόπους (ὁ), pied-de-corneille, Plantago coronopus L.

Plante à feuilles sur le sol VII 8, 3.

kostos

κόστος (ὁ), costus, Saussurea lappa Clarke.

Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

kotinos

κότινος (ὁ), oléastre, Olea europaea L. var. sylvestris.

Espèce sauvage plus productive que l'olivier I 4, 1. Arbre noueux I 8, 1, plus que l'olivier I 8, 2 ; nœuds disposés symétriquement I 8, 3 ; III 6, 2. Cavités à l'intérieur du tronc I 8, 6. Oléastre opposé à l'olivier I 14, 4 ; ne peut pas devenir un olivier II 2, 12, à moins d'un prodige II 3, 1. A tous les caractères du végétal sauvage III 2, 1. Fruit de l'alisier gros comme celui de l'oléastre III 15, 6. Olivier de l'Inde (Olea ferruginea ) considéré comme intermédiaire entre l'oléastre et l'olivier IV 4, 11. Longévité de l'oléastre supérieure à celle de l'olivier IV 13, 1 ; illustrée par l'oléastre d'Olympie IV 13, 2. Plus sensible au gel que l'olivier IV 14, 12. A Mégare un oléastre renfermait des armes dans son tronc V 2, 4. Bois compact et cassant V 3, 3 ; imputrescible par nature V 4, 2 ; protégé du taret par son amertume V 4, 4 ; sert à faire d'excellents outils V 7, 8.

koukiophoron

κουκιοφόρον (τὸ), palmier doum, Hyphaene thebaica (L.) Mart.

Description de l'arbre, du fruit, du bois IV 2, 7.

krambê

κράμβη (ἡ) = ῥάφανος (ἡ), chou, Brassica cretica Lam., (?) B. oleracea L.

Exemple-type de sous-arbrisseau I 3, 1 (conj.).

kraneia

κράνεια (ἡ), cornouiller, Cornus L. spp. (et éventuellement camérisier, Lonicera xylosteum L.).

Espèce « mâle » plus noueuse que la « femelle » I 8, 2. Genre comprenant deux espèces, « mâle » et « femelle » ; leurs caractères communs III 12, 1. Fructification contestée ; caractères des racines ; habitat III 12, 2.


κράνεια (ἡ ἄρρην), cornouiller mâle, Cornus mas L.

Moelle dure et compacte I 6, 1. Fruits meilleurs à l'état sauvage qu'en culture III 2, 1. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Époque du bourgonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 3. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Caractères de l'arbre, du bois, de la fleur et du fruit III 12, 1-2. Moyens de propagation III 12, 2. Arbre de l'Inde (cf. Plantes anonymes, n° 7) à fruits semblables aux cornouilles IV 4, 5. L'espèce « mâle » est la plus fructifère V 4, 1. Bois très solide V 6, 4.

krataigos

κράταιγος / κραταιγών (ὁ), alisier, Sorbus torminalis (L.) Crantz.

Sorte de néflier sauvage, décrit sous tous ses aspects III 15, 6.


κραταιόγονον (τὸ), « herbe aux mâles », renouée persicaire, Polygonum persicaria L.

Description ; usage en vue de la conception d'enfants mâles IX 18, 6.

krêpis

κρηπίς (ἡ), (?) mélinet, Cerinthe major L.

Plante à feuilles sur la tige VII 8, 3.


κριθανίας, voir s.v. πυρὸς ὁ κριθανίας.

krithê

κριθή (ἡ), orge, Hordeum L. spp.

Racines nombreuses I 6, 5 et 6. Structure de l'épi I 11, 5. Transformation prétendue de l'orge en blé II 2, 9 ; domestication des variétés sauvages II 4, 1. Fruit du charme comparé à un grain d'orge III 10, 3. Au nombre des céréales cultivées dans l'Inde où l'on utilise aussi une orge sauvage (cf. Plantes anonymes, n° 9) IV 4, 9. Bière d'orge consommée en Égypte IV 8, 12. Fait partie des céréales VIII 1, 1. Se sème tôt VIII 1, 3, à l'exception de l'orge trémois VIII 1, 4. Germination rapide VIII 1, 5 ; description du processus VIII 2, 1. Plantule à feuille unique ; racines nombreuses et fines VIII 2, 3. Durée de la floraison VIII 2, 5. Le grain mûrit en quarante jours VIII 2, 6. Durée du cycle végétatif VIII 2, 7. Un terroir donne deux récoltes successives par an VIII 2, 9. Tige dressée VIII 3, 2. Caractères du grain et de la paille VIII 4, 1. Variétés distinguées par la disposition des grains en rangs, la forme de l'épi, la forme et la couleur du grain VIII 4, 2. Époque des semailles VIII 6, 1. Expositions et sols défavorables à l'orge VIII 6, 4. Supporte mal la pluie VIII 6, 4 ; 5 ; 6. Dégénère en ivraie VIII 7, 1 ; VIII 8, 3. La plante mutilée repousse des racines VIII 7, 5. Régions où l'orge donne le plus de farine VIII 8, 2. Céréale infestée par l'aegilops VIII 8, 3 ; la plus épuisante après le blé VIII 9, 1. D'autres céréales ressemblent à l'orge VIII 9, 2. Plus sujette à la rouille que le blé VIII 10, 2 ; récolte anéantie par divers phénomènes atmosphériques VIII 10, 3. Conservation du grain VIII 11, 1 ; 3 ; 4. Dépiquage de l'orge à Babylone VIII 11, 7. Fruit de l'euphorbe faux myrte récolté à la maturité des orges IX 11, 9. Présence du coquelicot dans les orges ; récolte de ses capsules avant la moisson IX 12, 4.


κριθὴ ἡ ἀχίλλειος / ἀχιλληῖς, orge d'Achille, Hordeum var.

Variété d'orge à épi rapproché de la feuille VIII 4, 2 ; particulièrement sujette à la rouille VIII 10, 2.

krinon

κρίνον (τὸ), κρινωνία (ἡ), lis, Lilium candidum L.

Fleur « double » I 13, 2. Procédés de multiplication, en particulier par des « larmes » II 2, 1 ; VI 6, 8 ; IX 1, 4. Plante aquatique d'Égypte (cf. Plantes anonymes, n° 20) comparée aux lis IV 8, 6. Fleur du lotus d'Égypte comparée à celle du lis IV 8, 9. Celle-ci serait de couleur variable, s'il existe des lis pourpres ([?] L. martagon L. vel sim.) VI 6, 3 et 8. Description générale VI 6, 8. Feuille du narcisse comparée à celle du lis VI 6, 9. Floraison plutôt estivale VI 8, 3.

krokos

κρόκος (ὁ), crocus, Crocus L. spp., en part. crocus à safran, C. sativus L.

Racine charnue I 6, 6 ; 7 ; 11. Forme de la racine VII 9, 4. Entre en végétation après le pissenlit VII 10, 2. Feuille très étroite VII 13, 1. N'a de tige que la tige florale VII 13, 2.


κρόκος (ὁ), κ. ὁ εὔοσμος, κ. ὁ ἥμερος, crocus à safran, safran, Crocus sativus L.

Très odorant en Cyrénaïque IV 3, 1 ; VI 6, 5. Description, cycle végétatif, exigences écologiques VI 6, 10. Floraison automnale VI 8, 3. Feuille de la barbe-de-bouc comparée à celle du safran VII 7, 1. Une seule floraison par an VII 7, 4. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.


κρόκος ὁ ἀκανθώδης, « safran épineux », safran bâtard, Carthamus tinctorius L.

Une seule floraison par an VII 7, 4.


κρόκος ὁ λευκός, « crocus à fleur blanche », Crocus cancellatus Herbert.

Une seule floraison par an VII 7, 4.


κρόκος ὁ ὁρεινὸς ἄοσμος, « crocus des montagnes inodore », Crocus cancellatus Herbert, (?) C. cartwrightianus Herbert.

Floraison automnale VI 8, 3.


κρομμυογήτειον (τὸ), ciboulette, Allium schoenoprasum L.

Racine du phykos à feuilles larges comparée au bulbe de la ciboulette IV 6, 2.

krommuon

κρόμμυον (τὸ), oignon, Allium cepa L.

Écorce formée de plusieurs couches I 5, 2. Racine formée de tuniques superposées I 6, 7 ; VII 9, 4 ; sans radicelles latérales I 6, 9. Feuilles toutes radiculaires I 10, 7 ; fistuleuses I 10, 8. Bulbe du jonc comparé à celui des oignons IV 12, 3. Bois du sapin formé de plusieurs tuniques, comme un oignon V 1, 6. Plante à tige simple et lisse VII 1, 8 ; VII 8, 2. Vient de racine VII 2, 1. Nombreux rejetons sur la racine VII 2, 3 ; VII 13, 4. Fructification terminale VII 3, 4. Diverses formes et variétés : description, modes de culture VII 4, 7-10. Peut porter des bulbilles sur sa tige VII 4, 12. Aime l'eau VII 5, 1, mais non la pluie VII 5, 2. Bulbe du moly arcadien comparé à celui de l'oignon IX 15, 7.

krotôn

κροτών (ὁ), ricin, Ricinus communis L.

Feuilles variables suivant l'âge I 10, 1 ; III 18, 7.

kuamos

κύαμος (ὁ), fève, féverole, Vicia faba L. var. minor.

Sont à peu près de la grosseur d'une fève certaines galles III 5, 2 ; les fruits de l'if III 10, 2 ; du tilleul III 10, 5 ; du merisier III 13, 3 ; d'un pistachier III 15, 3 ; de la « vigne » de l'Ida III 17, 6 ; du jujubier des Lotophages IV 3, 1. Fleurit longtemps VII 3, 1 ; VIII 2, 5. Fait partie des légumineuses VIII 1, 1. Se sème d'ordinaire avant l'hiver VIII 1, 3, mais parfois au printemps VIII 1, 4. Germination lente et difficile VIII 1, 5 ; VIII 6, 1 ; VIII 11, 1 ; description du processus VIII 2, 1. Description des étapes de la croissance VIII 2, 3. Mûrit en quarante jours VIII 2, 6. Feuille arrondie VIII 3, 1 ; tige creuse et dressée VIII 3, 2. Graines de couleur et de saveur variables VIII 5, 1. Aspect du hile VIII 5, 4. La pluie lui profite quand elle est en fleur VIII 6, 5. Espèce améliorante VIII 7, 2. Facteurs déterminant la production de graines faciles ou difficiles à cuire VIII 8, 6 et 7. Utilisée comme engrais vert VIII 9, 1. Graines véreuses VIII 10, 5, et promptes à pourrir VIII 11, 1, sauf exceptions locales VIII 11, 3.


κύαμος (ὁ αἰγύπτιος), « fève d'Égypte », lotus rose, Nelumbo nucifera Gaertner.

Description de la plante sous tous ses aspects ; ses usages et sa culture IV 8, 7-8. Tige du lotus d'Égypte comparée à la sienne IV 8, 9.


kudônia

κυδωνία (ἡ), cognassier, Cydonia oblonga Miller.

Produit dégénéré d'une variété à gros fruit (strouthion ) II 2, 5. Racine du lotus d'Égypte de la taille d'un coing (μῆλον κυδώνιον) IV 8, 11.

kuklaminos

κυκλάμινος (ὁ), cyclamen, Cyclamen graecum Link, C. hederifolium Aiton.

La racine a une écorce adhérente à la chair VII 9, 4. Racine et suc ont des usages médicaux ; préparation de la drogue IX 9, 1 et 3. Feuille de la plante dite « scorpion » comparée à celle du cyclamen IX 18, 2.

kuminon

κύμινον (τὸ), cumin, Cuminum cyminum L.

Herbe potagère à graines nues I 11, 2 ; VII 3, 2 ; étroites et linéaires VII 3, 2 ; très nombreuses VII 3, 3 ; VIII 3, 5 ; vite sèches VII 3, 3. Superstition relative au semis VII 3, 3 ; IX 8, 8. Comprend plusieurs variétés VII 4, 1. La graine de l'hormin rappelle celle du cumin VIII 7, 3. Rongé par la « gale » et les efflorescences salines VIII 10, 1.

kunorodon

κυνόροδον (τὸ), églantier, Rosa canina L.

Les plantes dont en Inde on fait les vêtements (cf. Plantes anonymes, n° 8) ressemblent à des églantiers IV 4, 8.


κυνόσβατον (τὸ), « ronce des chiens », églantier, Rosa canina L.

Grand arbrisseau à fruit rougeâtre et feuille épineuse III 18, 4. Précaution à prendre pour récolter le fruit IX 8, 5.

kunôps

κύνωψ / ἀχύνωψ (ὁ), œil-de-chien, Plantago afra L. (=P. psyllium L. 1762, non L. 1753).

Commence à pousser après l'équinoxe d'automne VII 7, 3 ; forme un épi VII 11, 2.

kux

1 κύξ (ὁ), palmier doum, Hyphaene thebaica (L.) Mart.

Localisation géographique ; description de l'arbre et du fruit II 6, 10.


2 κύξ ([?] ὁ), fritillaire, Fritillaria L., en part. F. graeca Boiss. & Spruner.

Plante bulbeuse voisine du muscari VII 13, 9.

kuparittos

κυπάριττος (ἡ), cyprès, Cupressus sempervirens L.

Fût long et droit I 5, 1. Bois dépourvu de chair I 5, 3. Racines superficielles I 6, 4 ; ne drageonnent pas I 6, 5. Variété « mâle » (f. horizontalis ) plus noueuse que la « femelle » (f. sempervirens ) I 8, 2. Croît en longueur I 9, 1. Feuilles persistantes I 9, 3 ; charnues I 10, 4. Repousse en Crète après écimage II 2, 2. Les graines d'un sujet « femelle » donnent souvent des plants « mâles » II 2, 6. N'aime ni le fumier ni l'eau II 7, 1. Appartient à la végétation spontanée des montagnes crétoises III 1, 6 ; III 2, 6 ; IV 1, 3. Variété « mâle » d'aspect sauvage III 2, 3. Écorce des genévriers comparée à celle du cyprès III 12, 4. Très prospère en Cyrénaïque IV 3, 1 ; appartient aux pays de soleil IV 5, 2. On dit parfois qu'il ne supporte pas d'être étêté IV 16, 1. Le thuya de Cyrénaïque ressemble à un cyprès sauvage V 3, 7. Bois du cyprès utilisé pour les statues de culte V 3, 7. Le cyprès « mâle » est le plus fructifère V 4, 1. Qualités du bois V 4, 2 ; son usage dans le bâtiment V 7, 4.

kupeiron

κύπειρον (τὸ), κύπειρος (ὁ), souchet, Cyperus L. spp.

Tige relativement lisse I 5, 3 ; sans nœuds I 8, 1. Description des racines I 6, 8 ; IV 10, 5 ; des feuilles I 10, 5 ; IV 11, 12. Plante formant des fourrés IV 8, 1. La malinathallè d'Égypte a des feuilles de souchet IV 8, 12. Parmi les plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1 ; pousse même sur les îles flottantes IV 10, 6. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

kutisos

1 κύτισος (ὁ), cytise, Laburnum anagyroides Medicus, (?) L. alpinum Berchtold & J. Presl.

Moelle ligneuse, dure et compacte I 6, 1. Une espèce d'ébénier comparée au cytise IV 4, 6. Bois presque semblable à l'ébène V 3, 1.


2 κύτισος (ὁ), luzerne en arbre, Medicago arborea L.

Fait périr les plantes voisines, sauf le pourpier de mer, qui la détruit IV 16, 5.

kômaron

κώμακον (τὸ), (?) noix muscade, fruit du muscadier Myristica fragrans Houtt.

Fruit aromatique en provenance d'Arabie et utilisé en parfumerie fine IX 7, 2.

kôneion

κώνειον (τὸ), ciguë, Conium maculatum L.

Tige charnue I 5, 3, du même type que celle de la férule VI 2, 9. Feuille du persil semblable à celle de la ciguë VII 6, 4. Suc de la racine plus fort que celui du fruit IX 8, 3. Plante des régions froides, excellente en Arcadie IX 15, 8. Techniques de préparation du poison IX 16, 8 et 9. Substances végétales antidotes de la ciguë IX 20, 1.

Λ

λάθυρος (ὁ), gesse commune, Lathyrus sativus L.

Feuille oblongue VIII 3, 1. Tige couchée VIII 3, 2. Graine attaquée par les vers VIII 10, 5.


λακάρα / λακάρη (ἡ) ?

Arbre qui en Macédoine vient aussi en plaine III 3, 1. Croissance très vigoureuse III 6, 1.


λάπαθος (ὁ), λάπαθον (τὸ), patience, Rumex patientia L. (cultivée) ; Rumex L. spp., en part. R. pulcher L. (sauvage).

Plante potagère à racine unique I 6, 6 ; VII 2, 7, et à racine charnue VII 2, 8. Légume contre-planté VII 1, 2. Différences entre la plante sauvage et la patience cultivée VII 2, 7 ; VII 6, 1 ; celle-ci ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1 ; la plante sauvage a besoin d'une cuisson VII 7, 2. Feuille de la panacée de Chiron comparée à celle de la patience IX 11, 1.


λειμωνία (ἡ), chardon « des prairies », Cirsium creticum (Lam.) D'Urv.

Au nombre des carduacées VI 4, 3.

leirion

λείριον (τὸ), narcisse, Narcissus tazetta L., N. serotinus L. ; « narcisse » (ou « lis ») de mer, Pancratium maritimum L.

Structure de la fleur I 13, 2. Le sureau en fleur sent le narcisse III 13, 6 ; de même la salsepareille III 18, 11 (conj.). Autre nom des plantes appelées narkissos VI 6, 9 ; VI 8, 1, dont l'une fleurit en automne (Pancratium maritimum, Narcissus serotinus ) VI 6, 9 ; VI 8, 3, l'autre au printemps (N. tazetta ) VI 8, 1. Vient de graine (P. maritimum ) VII 13, 4, décrite VI 6, 9. Feuille du colchique comparée à celle du narcisse IX 16, 6 (conj.).


λέμνα (ἡ), « écaille », potamot, Potamogeton natans L.

Plante du lac d'Orchomène, en majeure partie immergée IV 10, 1.


λευκάκανθα (ἡ), « épine blanche », Silybum marianum (L.) Gaertner vel sim.

Au nombre des carduacées VI 4, 3.

leukê

λεύκη (ἡ), peuplier blanc, Populus alba L. ; peuplier de l'Euphrate, P. euphratica Olivier.

Feuilles variables suivant l'âge I 10, 1 ; III 18, 7 ; leur face inférieure se retourne au solstice d'été I 10, 1. Moyens de le multiplier III 1, 1. En Macédoine vient aussi en plaine III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Croissance vigoureuse III 6, 1. Description III 14, 2. En quoi le tremble lui ressemble III 14, 2. Aime les lieux humides IV 1, 1 ; IV 8, 1. Le « figuier de Chypre » lui ressemble pour l'aspect du tronc IV 2, 3. Rare au bord du Nil (P. euphratica ) IV 8, 2. Vit moins longtemps que les espèces des lieux secs IV 13, 2. Un peuplier blanc abattu s'est relevé IV 16, 3. Bois séveux qui produit une fumée désagréable V 9, 5.


1 λευκόϊον (τὸ) (cf.'ἴον τὸ λευκόν, 1 ἴον), violier, giroflée, Cheiranthus cheiri L.

Fleur d'un arbre de Tylos (cf. Plantes anonymes, n° 19) comparée à celle d'un violier IV 7, 8. Plante à feuilles sur la tige VII 8, 3.


2 λευκόϊον (τὸ) (= 2 ἴον), perce-neige, Galanthus L. spp.

Floraison très précoce VI 8, 1 ; de longue durée VI 8, 2. Plante bulbeuse voisine du muscari VII 13, 9.

libanos

λίβανος (ὁ, ἡ), λιβανωτός (ὁ ἡ), encensier, arbre à encens, encens, Boswellia sacra Flück.

Parmi les plantes à parfum d'Orient IV 4, 14. La sève forme des larmes IX 1, 2. Époque et technique de l'incision de l'arbre IX 1, 6-7. Encens produit par incision et par exsudation spontanée IX 4, 1. Description de l'encensier ; sa distribution en Arabie et son biotope IX 4, 2 et 7-8. Récolte et commerce de l'encens IX 4, 4-6. L'encensier sacré de Sardes IX 4, 9. Encens d'Arabie et des îles avoisinantes (B. socotrana Balf. f.) commercialisé à l'état brut IX 4, 10. La racine de la panacée d'Héraclès sent l'encens IX 11, 3 ; de même celle de l' « herbe à l'encens » fructifère IX 11, 10. Antidote de la ciguë IX 20, 1.

libanôtis

λιβανωτίς (ἡ), « herbe à l'encens ».

Deux espèces IX 11, 10.


λιβανωτὶς ἡ ἄκαρπος, « herbe à l'encens » sans fruit, lavande à toupet, Lavandula stoechas L.

Purge différemment selon la partie de la racine utilisée IX 9, 5. Description ; usages médicaux IX 11, 11.


λιβανωτὶς ἡ κάρπιμος, « herbe à l'encens » fructifère, Athamanta macedonica (L.) Sprengel (= Libanotis macedonica Bertol.).

Description ; usages médicaux IX 11, 10.

linon

λίνον (τὸ), lin, Linum usitatissimum L.

Graine du paliure comparée à celle du lin III 18, 3. On dit que l'ivraie naît du lin VIII 7, 1.


λίνον πύρινον (τὸ), « lin des blés », renouée des oiseaux, Polygonum aviculare L.

L'« herbe aux mâles » croît à la manière du « lin des blés » IX 18, 6.


λινόσπαρτον (τὸ), genêt d'Espagne, spartier, Spartium junceum L.

Écorce formée de plusieurs couches I 5, 2.

likhnis

λυχνίς (ἡ), coquelourde des jardins, Lychnis coronaria (L.) Desr.

Floraison estivale VI 8, 3.

lôtos

λωτός (ὁ), lotos.

Nom commun à de nombreux végétaux très différents VII 15, 3.


1 λωτός (ὁ), micocoulier, Celtis australis L.

Bois dépourvu de chair I 5, 3 ; dépourvu de nœuds ou peu noueux I 8, 2 ; à zone médullaire peu visible V 5, 4. Traitement du bois pour prévenir les fentes V 5, 6.


2 λωτός (ὁ), jujubier, Zizyphus spina-christi (L.) Willd., Z. lotus (L.) Lam.

Bois à zone médullaire compacte I 6, 1. Sont comparés au bois noir du jujubier celui du perséa IV 2, 5 ; celui de l'olivier en Égypte IV 2, 9 ; toutes sortes de bois en Égypte IV 2, 12. Les jujubiers de Libye : description, distribution, usages du fruit et du bois IV 3, 1-2. Le « paliure » est plus buissonnant que le jujubier IV 3, 3. Autre description des jujubiers IV 3, 4. Bois compact et lourd V 3, 1 ; utilisé pour les statues de culte V 3, 7 ; imputrescible par nature V 4, 2. Le bois du mûrier devient en vieillissant noir comme celui du jujubier V 4, 2. Essence très localisée V 8, 1.


3 λωτός (ὁ), lotus blanc, Nymphaea lotus L. ; lotus bleu, N. coerulea Sav.

Plante aquatique d'Égypte : description, usages alimentaires IV 8, 9-11.


4 λωτός (ὁ), (?) lotier, Lotus L. spp. (et / ou Melilotus Miller, Trifolium L., etc.).

Particularités de la germination VII 13, 5.


5 λωτός (= μελίλωτος VII 15, 3) (ὁ), mélilot, Melilotus Miller, en part. M. italicus (L.) Lam.

Feuilles sur la tige VII 8, 5. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

Μ

1 μαγύδαρις (ἡ), magydaris, (?) férule de Tanger, Ferula tingitana L., vel sim.

Plante à racines puissantes I 6, 12 ; ses différences par rapport au silphium VI 3, 7.


2 μαγύδαρις (ἡ), magydaris, sermontain, Laserpitium siler L. subsp. garganicum.

Plante du Parnasse, parfois appelée silphium VI 3, 7.


μαδωνάϊς (ἡ), « l'enivrante » ou « l'imbibée », nénuphar jaune, Nuphar luteum (L.) Sibth. & Sm.

Nom béotien du nymphaia IX 13, 1.

malakhê

1 μαλάχη (ἡ), mauve, Malva L. spp., en part. M. sylvestris L.

On prélève la partie externe de l'écorce IV 15, 1. Consommable après cuisson VII 7, 2. Tige couchée VII 8, 1. La guimauve lui ressemble IX 18, 1.


2 μαλάχη (ἡ), mauve en arbre, Lavatera arborea L., vel sim.

Plante herbacée arborescente I 3, 2 ; I 9, 2. Tige utilisée comme canne I 3, 2.

malakhê agria

μαλάχη ἀγρία (ἡ), « mauve sauvage ».

Nom arcadien de la guimauve (Althaea officinalis L.) IX 15, 5.


μαλιναθάλλη (ἡ), tubercule du souchet comestible, Cyperus esculentus L.

Description, habitat, usages IV 8, 12.


1 μανδραγόρας (ὁ), mandragore, Mandragora autumnalis Bertol.

Modalités de l' arrachage IX 8, 8. Préparation de la drogue et ses usages médicaux IX 9, 1.


2 μανδραγόρας (ὁ), belladone, Atropa bella-donna L.

Caractères de la tige et du fruit VI 2, 9.


μάραθον (τὸ), fenouil, Foeniculum vulgare Miller subsp. piperitum.

Herbe potagère à graines nues I 11, 2 ; VII 3, 2 ; sève aromatique I 12, 2. Algue capillifoliée comme le fenouil IV 6, 3. Au nombre des plantes férulacées VI 1, 4 ; caractères de la tige VI 1, 4 ; VI 2, 9. Feuille de la thapsie comparée à celle du fenouil IX 9, 6.


μᾶρον (τὸ), origan du Sipyle, Origanum sipylaeum L.

Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3 (conj.).


μελαγκρανίς (ἡ), « tête noire », choin noirâtre, Schoenus nigricans L.

Espèce de jonc à fruit noir, distinguée du vrai jonc IV 12, 1-2.

melampuron

μελάμπυρον (τὸ), « blé noir », myagre, Myagrum perfoliatum L., vel sim.

Impureté inoffensive du blé de Sicile VIII 4, 6.


melampuros ho pontikos

μελάμπυρος ὁ ποντικός, « blé noir pontique », mélampyre des champs, Melampyrum arvense L.

Impureté mêlée surtout au blé VIII 8, 3.


μελία (ἡ), frêne, Fraxinus L. spp.

En Macédoine pousse aussi en plaine III 3, 1. Fructifie en été III 4, 4 ; croît vigoureusement III 6, 1 ; a des racines touffues et profondes III 6, 5. Deux espèces différenciées par leur taille et par leur bois III 11, 3 ; caractères communs III 11, 3-4 ; feuille du chêne-liège comparée à une foliole de frêne III 17, 1. Bois meilleur en montagne qu'en plaine III 11, 5 ; se coupe l'été ou en automne V 1, 2 ; bois séveux V 6, 4 ; ses usages en construction navale V 7, 3, pour la fabrication d'outils V 7, 8.


μελία ἡ λεία, frêne « à bois lisse », Fraxinus angustifolia Vahl subsp. oxycarpa , F. excelsior L.

Différences morphologiques par rapport au suivant III 11, 3. Habitat III 11, 4. Présent dans la région de Panticapée IV 5, 3.


μελία ἡ τραχεῖα, frêne « à bois raboteux », frêne orne, Fraxinus ornus L.

Différences morphologiques par rapport au précédent III 11, 3. Habitat III 11, 4. Abonde même au bord du Nil IV 8, 2.

melilôtos

μελίλωτος (ὁ), mélilot, Melilotus Miller spp., en part. M. italicus (L.) Lam.

Une des nombreuses plantes nommées lotos VII 15, 3.

melinos

μέλινος (ὁ), millet à grappe, Setaria italica (L.) Beauv.

Époque du semis VIII 1, 4. Mûrit rapidement VIII 2, 6. Tige semblable à un chaume VIII 3, 2. La fleur forme un duvet VIII 3, 3. Souffre d'un excès d'eau VIII 7, 3.

melissophullon

μελισσόφυλλον (τὸ), mélisse, Melissa officinalis L.

Végétal inerme formant un genre bien différencié VI 1, 4.

mespilê

1 μεσπίλη (ἡ), « néflier », Mespilus germanica L., Crataegus L. spp.

Genre comprenant trois espèces décrites et comparées entre elles III 12, 5. La sorbe est plus mangée des vers que la nèfle III 12, 8. « Prune » d'Égypte comparée aux nèfles IV 2, 10. Tubercule du souchet comestible de la taille d'une nèfle IV 8, 12. Fruit attaqué par les vers IV 14, 10.


2 μεσπίλη (ἡ), néflier, Mespilus germanica L. var. inermis.

Arbre inerme III 12, 9. Feuille du merisier comparée à celle du néflier III 13, 1. Ressemblances entre l'alisier et le néflier III 15, 6.


3 μεσπίλη (ἡ), aubépine, Crataegus L. spp.

Inflorescence du merisier comparée à celle de l'aubépine III 13, 3. Feuille de l'alisier comparée à celle de l'aubépine III 15, 6. Fleur et fruit du « figuier de l'Ida » comparés à ceux de l'aubépine III 17, 5.


μεσπίλη ἡ ἀνθηδονοειδής, « fausse aubépine », Crataegus L. sp.

Une des trois espèces de « néflier » ; description III 12, 5. Devient en vieillissant la proie des vers III 12, 6.


μεσπίλη ἡ ἀνθηδών, aubépine, Crataegus L. sp.

Une des trois espèces de « néflier » ; caractères communs avec l'espèce précédente III 12, 5-6.


μεσπίλη ἡ σητάνειος, néflier, Mespilus germanica L.

Une des trois espèces de « néflier », distinguée des autres par son fruit ; caractères de celui-ci et de la fleur III 12, 5.

mêdikê

μηδίκη (ἡ), luzerne, Medicago sativa L.

Passe pour être détruite quand les moutons se couchent dessus VIII 7, 7.

mêkôn

μήκων (ἡ), pavot, Papaver L. spp., en part. P. somniferum L.

Feuilles persistantes ([?] P. orientale L.) I 9, 4. Graines dans une capsule I 11, 2. Sève laiteuse I 12, 2. Sont comparés au pavot : pour la fleur, celle de la « fève d'Égypte » IV 8, 7 ; pour la « tête », celle du lotus IV 8, 9, et celle de la « grenade » (nénuphar blanc) IV 10, 3. On extrait du suc de sa tête IX 8, 2. Plusieurs espèces sauvages homonymes IX 12, 3. Préparation d'un poison avec les sucs de la ciguë et du pavot IX 16, 8. Graines du poivre long comparées à celles du pavot IX 20, 1.


μήκων ἡ ἡρακλεία, « pavot d'Héraclès », silène vulgaire, Silene vulgaris (Moench) Garcke (= S. inflata Sm.).

Description ; usages médicaux IX 12, 5.


μήκων ἡ κερατῖτις, pavot cornu, Glaucium flavum Crantz.

Description, habitat, usages médicaux IX 12, 3.


μήκων ἡ μέλαινα, pavot « noir », Papaver setigerum DC. (= P. somniferum L. subsp. setigerum ).

Graine associée à celle de l'euphorbe « faux myrte » dans une potion pour évacuer le phlegme IX 11, 9. Pavot sauvage non décrit IX 12, 3.


μήκων ἡ ῥοιάς, coquelicot, Papaver rhoeas L.

Description, habitat, usages médicaux IX 12, 4.


μηκώνιον (τὸ), « faux pavot »,

autre nom de l'euphorbe, Euphorbia L. spp. IX 8, 2.

mêlea

1 μηλέα (ἡ), pommier, Malus domestica Borkh. (cultivé), M. sylvestris Miller (sauvage).

A par nature plusieurs troncs I 3, 3. Écorce lisse et caduque I 5, 2. Moelle charnue I 6, 1. Racines peu nombreuses I 6, 3, superficielles I 6, 4. Particularités des nœuds I 8, 4. Tronc divisé dès la base I 9, 1. Caractères des feuilles I 10, 4 et 5. Nature et disposition des graines I 11, 4 et 5. Variétés à fruit acide I 12, 1. Sève aqueuse I 12, 2. Fleur pétalée I 13, 1, placée au-dessus du fruit I 13, 3. Disposition des fruits sur l'arbre I 14, 1. Espèce domestique connue de tous I 14, 4. Multiplié rarement par boutures de branche II 1, 2. Dégénère quand il vient de graine II 2, 4 et 5. Peut être marcotté sur l'arbre même II 5, 3. Distance de plantation II 5, 6. Fruits d'une espèce de palmier comparés à des pommes II 6, 6. Sujet à perdre ses jeunes fruits II 8, 1. En Macédoine pousse aussi en plaine III 3, 1. Plus apprécié en plaine qu'en montagne pour les fruits et le bois III 3, 2 ; III 11, 5 (conj.). Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. La galle noire atteint la taille d'une pomme III 5, 2. Très commun à Panticapée IV 5, 3 ; présent sur le Tmolos et sur l'Olympe de Mysie IV 5, 4. Le fruit du nénuphar blanc a le volume d'une pomme IV 10, 3. A la vie brève mais produit des rejets IV 13, 2 et 3. L'arbre renferme souvent des vers IV 14, 2 ; de même son fruit IV 14, 10. Résiste bien au gel IV 14, 12. Fructifie davantage si le tronc est fendu IV 16, 1. Bois de texture lâche V 3, 3 ; meilleur dans les variétés les moins productives V 4, 1. Feuille de la solanée somnifère comparée à celle du pommier IX 11, 5.


2 μηλέα (ἡ), cognassier, Cydonia oblonga Miller.

La salicaire a la feuille molle des cognassiers IV 10, 2 ; la guimauve en a la fleur IX 18, 1.


μηλέα (ἡ) ἐαρίνη / ἡρίνη, faux abricotier, Prunus cocomilia Ten. (= P. pseudarmeniaca Heldr. & Sart.).

Se bouture facilement II 1, 3. Seules les variétés tardives subsistent à Panticapée IV 5, 3. Capsule du cotonnier comparée au faux abricot IV 7, 7. A la vie brève IV 13, 2. Espèce peu résistante IV 14, 7.


μηλέα ἡ μηδική / περσική, « pommier de Médie » ou « de Perse », cédratier, Citrus medica L.

Fruit à graines dispersées I 11, 4. Structure des fleurs I 13, 4 ; IV 4, 3. Description générale de l'arbre, propriétés et usages du fruit IV 4, 2 ; mode de culture, fructification IV 4, 3.

mêlôthron

μήλωθρον (τὸ), bryone, Bryonia cretica L.

Fruit de la salsepareille comparé à celui de la bryone III 18, 11. Végétal inerme formant un genre bien différencié VI 1, 4.

mênanthos

μήνανθος (τὸ), « fleur des mois », faux nénuphar, Nymphoides peltata (S.G. Gmelin) O. Kuntze (= Menyanthes nymphoides L.).

Une des plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1 ; peut-être présente ailleurs sous un autre nom IV 10, 2 ; reste à examiner IV 10, 4.

milos

μῖλος (ἡ), if, Taxus baccata L.

En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Feuilles persistantes III 3, 3. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la floraison III 4, 4 ; de la fructification III 4, 6. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Description générale III 10, 2. Essence d'ombre IV 1, 3. Caractères et usages du bois III 10, 2 ; V 7, 6.

mintha

μίνθα (ἡ), menthe, Mentha L. spp., en part. M. spicata L.

Provient de la transformation du calament II 4, 1. Passe pour ne pas avoir de fruit VI 7, 2.

mnausion

μναύσιον (τὸ), souchet comestible, Cyperus esculentus L.

Plante alimentaire d'Égypte IV 8, 2 et 6.

muakanthos

μυάκανθος (ὁ), « épine à rats », (?) chicorée épineuse, Cichorium spinosum L.

Une des plantes pourvues à la fois d'épines et de feuilles ; description VI 5, 1.

mukês

1 μύκης (ὁ), champignon (toute espèce à stipe).

Dépourvu des principales parties constitutives des autres végétaux I 1, 11. Stipe relativement lisse I 5, 3 ; racine absente I 6, 5. Sort des racines ou près des racines d'arbres tels que le chêne III 7, 6.


2 μύκης (ὁ), champignon de Malte, Cynomorium coccineum L.

Sort après la pluie au bord de la mer Rouge IV 7, 2.

muophonon

μυοφόνον (τὸ), « mort aux rats », œnanthe fistuleuse, Oenanthe fistulosa L., vel sim.

Plante férulacée VI 1, 4, à tige renfermée dans un tissu fibreux VI 2, 9.

murikê

μυρίκη (ἡ), tamaris, Tamarix L. spp.

Végétal amphibie I 4, 3. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; charnues I 10, 4. En Macédoine pousse même en plaine III 3, 1. Écorce de l'arbousier comparée à celle du tamaris III 16, 4. Certaines régions en sont couvertes IV 5, 7. Feuille du « chêne » marin comparée à celle du tamaris IV 6, 7 ; de même celle de la passerine « noire » VI 2, 2. La fleur du laiteron se change en aigrettes comme celles du tamaris VI 4, 8.


μυρίκη ἡ ἐν Τύλῳ, tamaris « de Tylos », Tamarix aphylla (L.) Karst. (= T. articulata Vahl).

Bois solide V 4, 8.


μύρρα, voir s.v. σμύρνα.

murrinê

μυρρίνη (ἡ), μύρρινος (ὁ), myrte, Myrtus communis L.

Devient buissonnant s'il n'est pas émondé I 3, 3. Caractères et disposition des feuilles I 9, 3 ; I 10, 2 ; I 10, 4 ; I 10, 8. Fleur au-dessus du fruit I 13, 3. Disposition des fruits sur l'arbre I 14, 1. Espèce domestique connue de tous I 14, 4. Procédés de multiplication II 1, 4. Qualité variable des myrtes venus de graine II 2, 6. Peut se multiplier par éclats détachés du tronc II 5, 5-6 ; se plante serré II 5, 6. Exigences culturales II 7, 2 et 3. Croissance terminale et latérale III 6, 2. Feuille du buis comparée à celle du myrte III 15, 5 ; de même celle de l'« arbre aux glands » égyptien IV 2, 6. Absent de l'Olympe et de Panticapée IV 5, 3 ; commun sur les bords de la Propontide IV 5, 4. Abonde dans le Latium, en particulier au Circéion V 8, 3. Très parfumé en Égypte VI 8, 5. Feuille de l'euphorbe « faux myrte » comparée à celle du myrte IX 11, 9.

murton

μύρτον (τὸ), baie de myrte.

Son suc rappelle le vin I 12, 1. Sont comparés aux baies de myrte le fruit du genévrier cade III 12, 4 ; la fleur de l'arbousier III 16, 4 ; les fruits du jujubier de Libye IV 3, 1.

môlu

μῶλυ (τὸ), nivéole d'été, Leucojum aestivum L.

Description de la plante connue sous ce nom en Arcadie IX 15, 7.

Ν

νᾶπυ (τὸ), moutarde, Brassica nigra (L.) Koch (moutarde noire), Sinapis alba L. (moutarde blanche).

Suc âcre I 12, 1. Légume contre-planté VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3. Graines en gousse VII 3, 2 ; semences de longue conservation VII 5, 5.

nardos

νάρδος (ἡ), nard, Nardostachys jatamansi DC.

Vient de Médie ou de l'Inde IX 7, 2. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3. La racine d'une plante de Thrace (Plantes anonymes, n° 27) sent un peu le nard IX 7, 4.


ναρθηκία (ἡ), « petite férule », Ferulago sylvatica (Besser) Reichenb.

Plante férulacée VI 1, 4, distinguée de la férule commune VI 2, 7.

narthêx

νάρθηξ (ὁ), férule, Ferula communis L.

Sa chair devient ligneuse en durcissant I 2, 7. Moelle charnue I 6, 1 ; membraneuse I 6, 2. Caractères des férulacées : grosses racines charnues I 6, 10 ; tige fibreuse VI 1, 4. Description ; différences par rapport à la « petite férule » VI 2, 7-8. Exemples de férulacées : le papyrus et le silphium VI 3, 1 et 7. Les tiges du sésame et du sisymbre à cornes rappellent celle de la férule VIII 3, 2 ; de même celle de la thapsie IX 9, 6. Feuille de l'hellébore comparée à celle de la férule IX 10, 1. On conserve le dictame dans une tige de férule IX 16, 2.

narkissos

1 νάρκισσος (ὁ), narcisse à bouquet, Narcissus tazetta L.

Floraison précoce VI 8, 1. Feuilles étroites, nombreuses et grasses VII 13, 1.


2 νάρκισσος (ὁ), lis / narcisse de mer / des sables, Pancratium maritimum L.

Description générale ; procédés de multiplication ; floraison tardive VI 6, 9. Vient manifestement de graine VII 13, 4.


3 νάρκισσος (ὁ), narcisse tardif, Narcissus serotinus L.

N'a pas de tige autre que la tige florale, desséchée avant la feuillaison VII 13, 2 ; 5 ; 6. Époque de la feuillaison ; description de la feuille et de la racine VII 13, 7.


νάρτη (ἡ), ?

Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.


νυμφαία (ἡ), nénuphar jaune, Nuphar luteum (L.) Sibth. & Sm. ; (?) nénuphar blanc, Nymphaea alba L.

Description, habitat, usages médicaux IX 13, 1.

Ξ

ξίρις (ἡ), « herbe à rasoirs », Serapias vomeracea (N.L. Burman) Briquet.

Rituel de son arrachage par les herboristes IX 8, 7.


ξίφιον (τὸ), ξίφος (τὸ), glaïeul, Gladiolus italicus Miller (= G. segetum Ker-Gawler).

Époque de floraison VI 8, 1. Feuille en forme d'épée, d'où le nom de xiphos VII 13, 1. A une véritable tige VII 13, 2.

Ο

ὄα / ὄη / οἴη / οὔα (ἡ), sorbier, Sorbus L., en part. cormier, S. domestica L.

Végétal « froid » par nature, stérile dans un lieu trop chaud II 2, 10. Traitement appliqué à l'arbre en Arcadie pour le mettre à fruits II 7, 7 (conj.). Fruits (ta; ou\a) meilleurs à l'état sauvage qu'en culture III 2, 1. Description des bourgeons d'hiver III 5, 5 (conj.) ; des racines III 6, 5. Feuille composée du frêne comparée à celle du sorbier III 11, 3. Genre divisé en deux espèces, l'une « femelle » fructifère (S. domestica L.), l'autre « mâle » dépourvue de fruits (S. aucuparia L.), toutes deux à feuille pennée III 12, 6 et 7. Description générale de l'arbre ; caractères du bois ; modes de propagation ; habitat et comportement dans le milieu naturel III 12, 6-9. Feuille du pistachier comparée à celle du sorbier III 15, 4.

oinanthê

οἰνάνθη (ἡ), filipendule, Filipendula vulgaris Moench (= Spiraea filipendula L.).

Vient de semis VI 6, 11. Époque de floraison VI 8, 1 ; moyens de prolonger la floraison ; description de la fleur VI 8, 2.


οἰνάνθη ἡ ἀγρία, lambruche sauvage, Vitis vinifera L. subsp. sylvestris (= V. sylvestris C.C. Gmelin).

La clématite grimpe aux arbres comme la lambruche sauvage V 9, 6.

oisos

οἶσος (ὁ), vitex, Vitex agnus-castus L.

Arbrisseau polymorphe III 18, 1. Deux formes, « claire » et « foncée » ; description III 18, 2. La passerine a la flexibilité et les usages du vitex VI 2, 2.


ὄλυνθος (ὁ), caprifiguier, Ficus carica L. var. caprificus.

Particularités de sa fructification I 14, 1.

olura

ὄλυρα (ἡ), (grand) épeautre, Triticum spelta L.

Se sème tôt VIII 1, 3. Céréale à glumes abondantes VIII 4, 1. Ses caractères distinctifs parmi les espèces semblables au blé ou à l'orge VIII 9, 2.

onothêras

ὁνοθήρας (ὁ), « piège aux ânes », laurier-rose, Nerium oleander L.

Description ; action psychotrope IX 19, 1.

onopuxos

ὁνόπυξος (ὁ), « morille d'âne », chardon aux ânes, Onopordon acanthium L., O. illyricum L.

Au nombre des carduacées VI 4, 3.


ὁνοχειλές (τὸ), vipérine, Echium L. spp.

Floraison échelonnée VII 10, 3.

onônis

ὁνωνίς / ὄνωνις / ἄνωνις (ἡ), bugrane, Ononis spinosa L. subsp. antiquorum (= O. antiquorum L.).

Possède à la fois des épines et des feuilles VI 1, 3 ; VI 5, 1. Description ; habitat ; propagation VI 5, 3-4.

oxua

ὁξύα / ὁξύη (ἡ), hêtre, Fagus sylvatica L. vel sim.

En Macédoine passe pour ne pas fleurir III 3, 8. Caractères des racines III 6, 5. Description générale ; qualités et usages du bois III 10, 1. Ressemblances entre le charme et le hêtre III 10, 3. Bois meilleur en montagne qu'en plaine III 11, 5. Époque de l'abattage V 1, 2 et 4. Bois imputrescible au contact de l'eau V 4, 4 ; séveux et souple V 6, 4 ; sa place dans la construction navale V 7, 2 ; ses autres usages V 7, 6. Essence très prospère dans le Latium V 8, 3.

oxuakanthos

ὁξυάκανθος (ἡ), buisson ardent, Pyracantha coccinea M.J. Roemer.

Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. Épines du cédratier comparées à celles du buisson ardent IV 4, 2. Fruit utilisé pour les couronnes VI 8, 3.

oxukedros

ὁξύκεδρος (ἡ), genévrier « à feuilles aiguës », Juniperus oxycedrus L.

Autre nom du genévrier cade III 12, 3.

opitiôn

ὁπιτίων (ὁ), (?) terre-noix, Bunium ferulaceum Sibth. & Sm.

Plante bulbeuse voisine du muscari VII 13, 9.

oreiptelea

ὁρειπτελέα (ἡ), orme de montagne, Ulmus glabra Hudson (= U. montana With.).

De plus grandes dimensions que l'orme commun III 14, 1.

oreoselinon

ὁρεοσέλινον (τὸ), « céleri des montagnes », persil, Petroselinum crispum (Miller) A.W. Hill (= P. sativum Hoffm.).

Diffère du céleri cultivé VII 6, 3. Description ; usages VII 6, 4.

origanon

ὁρίγανον (τὸ), ὁρίγανος (ἡ), origan, Origanum L. spp.

Feuilles persistantes ou semi-persistantes I 9, 4. Suc âcre I 12, 1. Végétal inerme formant un genre bien différencié VI 1, 4. Une espèce « noire » sans fruits (O. vulgare L.) et une « blanche » fructifère (O. onites L.) VI 2, 3. Pousse en Arcadie (O. vulgare ) VI 2, 4. Délai de germination VII 1, 3. Vient plus vite de graine vieille VII 1, 6. Se multiplie par bouturage de jeunes pousses VII 2, 1. Plus âcre à l'état sauvage qu'en culture VII 6, 1.

horminon

ὅρμινον (τὸ), hormin, Salvia viridis L. (= S. horminum L.).

Époque du semis VIII 1, 4. Germe plus difficilement après la pluie VIII 6, 1 (conj.). Graine rappelant le cumin, noire VIII 7, 3. Parasité par une orobanche VIII 8, 5 (conj.).

orobankhê

ὁροβάγχη (ἡ), cuscute, Cuscuta L. spp., en part. C. epithymum (L.) L.

Parasite surtout l'ers, qu'elle fait périr en l'étouffant VIII 8, 4.

orobos

ὄροβος (ὁ), ers, vesce noire, Vicia ervilia (L.) Willd.

Légèreté et innocuité variables suivant l'époque du semis II 4, 2. Le fruit du sureau est plus gros qu'une graine d'ers III 13, 6 ; de même celui du maceron VII 6, 3. A contre-planter pour préserver les radis des puces VII 5, 4. Se sème tôt ou tard indifféremment VIII 1, 4. Floraison et fructification échelonnées VIII 2, 5. Tige déjetée VIII 3, 2. Pois chiches appelés « grains d'ers » VIII 5, 1. Les ers à grains clairs sont les plus doux VIII 5, 1. Configuration de la gousse VIII 5, 2 et 3. Étouffé par la cuscute VIII 8, 4. Grain attaqué par la bruche VIII 10, 1 ; un de ceux qui se gardent le mieux VIII 11, 2 et 6 ; le grain de poivre rond lui est comparé IX 20, 1.

ortux

ὄρτυξ (ὁ), « herbe aux cailles », (grand) plantain, Plantago major L.

Plante à épi VII 11, 2.

oruzon

ὄρυζον (τὸ), riz, Oryza sativa L.

Principale céréale de l'Inde ; usages alimentaires, description IV 4, 10.

orkhis

ὄρχις (ὁ), « herbe à testicules », orchis, Orchis L. spp. et genres voisins.

Usages des deux tubercules ; description de la plante IX 18, 3.

ostrua

ὁστρύα / ὁστρυΐς / ὄστρυς (ἡ), charme, Carpinus L. spp. ; charme-houblon, Ostrya carpinifolia Scop.

Sujets « mâles » plus noueux que les sujets « femelles » I 8, 2. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Description générale de l'arbre et du bois ; habitat ; réputation d'arbre porte-malheur III 10, 3.

ouingon

οὔϊγγον (τὸ), ouïngon, colocase, Colocasia esculenta (L.) Schott.

Plante d'Égypte à laquelle sa racine comestible tient lieu de fruit I 1, 7 ; I 6, 11. Description ; époque de sa récolte I 6, 11.

ouiton

οὔϊτον (τὸ), ouïton, terfez, Terfezia leonis Tul. vel sim.

Végétal hypogé, différent d'une racine I 6, 9.

okhnê

ὄχνη (ἡ) = ἄπιος, poirier, Pyrus communis L.

Distance de plantation II 5, 6.

Π

πάδος / πηδός (ἡ), cerisier mahaleb, Prunus mahaleb L.

Aime l'ombre IV 1, 3. Usages du bois V 7, 6.


παιωνία (ἡ), pivoine, Paeonia L. spp.

Précautions à prendre pour la déraciner IX 8, 6.

paliouros

1 παλίουρος (ὁ), « paliure », Paliurus spina-christi Miller ; Zizyphus lotus (L.) Lam.

Comprend différentes espèces III 18, 1. Espèce de Libye (Z. lotus ) comparée à celle de Grèce (P. spina-christi ) IV 3, 3.


2 παλίουρος (ὁ), paliure, Paliurus spina-christi Miller.

Exemple-type d'arbrisseau I 3, 1. Peut devenir un arbre I 3, 2. Tige épineuse I 5, 3 ; I 10, 7. Feuille spinescente I 10, 6. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. Fruit de l'érable comparé à celui du paliure III 11, 2. Description générale ; usages du fruit ; habitat III 18, 3. Pousse parfois dans le milieu humide IV 8, 1, bien qu'il ne lui soit pas inféodé IV 12, 4. Espèce à jeunes rameaux épineux VI 1, 3.


3 παλίουρος (ὁ), « paliure », jujubier des Lotophages, Zizyphus lotus (L.) Lam.

Très commun et très beau en Libye IV 3, 1. Bois utilisé comme combustible IV 3, 2. Description ; qualités et usages du fruit IV 3, 3.

panakeia

πανάκεια (ἡ), « herbe à tous maux », millepertuis de l'Olympe, Hypericum olympicum L.

Abondant en Arcadie sur sol rocailleux IX 15, 7.

panakes

1 πάνακες (τὸ), panacée.

Nom de diverses plantes médicinales, l'une orientale, les autres indigènes et pourvues de dénominations spécifiques (voir ci-après) IX 11, 1. Autres espèces homonymes IX 11, 4.


2 πάνακες (τὸ), panacée « de Syrie », férule galbanifère, Ferula galbaniflua Boiss., vel sim.

On en extrait le galbanum IX 7, 2. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3. Racine, fruit et sève utilisés IX 9, 1 ; leurs usages en médecine et en parfumerie IX 9, 2.


πάνακες τὸ ἀσκληπίειον, « panacée d'Asclépios », Ferulago nodosa (L.) Boiss.

Rituel de son arrachage par les herboristes IX 8, 7. Une des trois principales panacées indigènes IX 11, 1. Description ; usages médicaux IX 11, 2.


πάνακες τὸ ἡράκλειον, « panacée d'Héraclès », Opopanax hispidus (Friv.) Griseb.

Une des trois principales panacées indigènes IX 11, 1. Description ; usages médicaux IX 11, 3.


πάνακες τὸ χειρώνειον, panacée de Chiron, grande aunée, Inula helenium L.

Une des trois principales panacées indigènes ; description ; usages médicaux IX 11, 1.


παντάδουσα (ἡ), centaurée chausse-trape, Centaurea calcitrapa L.

Possède à la fois des épines et des feuilles VI 5, 1.

papuros

πάπυρος (ὁ), papyrus, Cyperus papyrus L.

Plante alimentaire d'Égypte IV 8, 1. Description, usages divers, distribution géographique IV 8, 3-4. Espèce du milieu aquatique VI 3, 1.

parthenion

παρθένιον (τὸ), pariétaire, Parietaria diffusa Mert. & Koch (= P. judaica L.).

Consommable après cuisson VII 7, 2.


πελεκῖνος (ὁ), sécurigère, Securigera securidaca (L.) Degen & Dörfler.

Adventice parmi les gesses chiches VIII 8, 3.


πεντάφυλλον ἢ πενταπετές (τὸ), quintefeuille ou herbe à cinq feuilles, Potentilla reptans L.

Description IX 13, 5.

peperi

πέπερι (τὸ), poivre, Piper L. spp.

Deux espèces : le « rond » (P. nigrum L.) et le « long » (P. longum L.) ; description, usage médical IX 20, 1. « Grain de Cnide » plus gros qu'un grain de poivre IX 20, 2.

perdikion

περδίκιον (τὸ), « herbe aux perdrix », Aetheorhiza bulbosa (L.) Cass.

Description de la plante ; explication de son nom I 6, 11.


περιττόν (τὸ), « l'extravagante », Datura stramonium L.

Autre nom de la solanée qui provoque la folie (στρύχνος ὁ μανικός) IX 11, 6.

persea

περσέα / περσεία (ἡ), πέρσιον (τὸ), perséa, Mimusops schimperi Hochst.

Arbre d'Égypte stérile en Grèce II 2, 10. Fructifie en Égypte mais fleurit seulement à Rhodes III 3, 5. Particulier à l'Égypte IV 2, 1. Description de l'arbre et du fruit ; usages du bois IV 2, 5. Pousse en abondance dans un bois du nome thébaïque IV 2, 8.

peukedanon

πευκεδανόν / -έδανον (τὸ), peucédan, Peucedanum vittijugum Boiss. vel sim.

Longue conservation de la racine IX 14, 1. Se trouve en Arcadie IX 15, 5 ; IX 20, 2. Usages médicaux IX 20, 2.

peukê

1 πεύκη (ἡ), pin, Pinus L. spp.

Bois noueux I 5, 4 ; I 8, 1. Racine unique I 6, 3. Ne drageonne pas I 6, 5. Sève poisseuse I 12, 2. Racine d'un pin d'une longueur exceptionnelle II 5, 2. Repoussa spontanément après l'inondation de Phénéos III 1, 2. Végétal sauvage III 2, 3. Conserve ses fruits tard III 4, 6. Se dessèche s'il est écimé III 7, 1. Porte un corps alvéolé qui tombe prématurément III 7, 4. Divisions à l'intérieur du genre III 9, 1-2. Récapitulation de ces distinctions et problèmes nomenclaturaux III 9, 4. Essence de lumière IV 1, 1 et 2 ; IX 2, 3. Arbre commun à la Grèce et aux régions septentrionales IV 5, 1. Meurt si on l'écorce quand il bourgeonne IV 15, 3, mais supporte le gemmage IV 16, 1. Bois résineux imputrescible V 4, 2 ; attaqué par le taret V 4, 4. Les grumes immergées flottent moins bien du côté de la racine V 4, 8. Partie noueuse du bois difficile à travailler V 5, 1. Bois résistant à la charge s'il est placé de flanc V 6, 1 ; ne se fend pas s'il est mortaisé V 6, 2 ; s'ajuste mal avec le chêne V 7, 2. Utilisé en construction navale V 7, 2 ; dans le bâtiment V 7, 4. N'importe quel pin a des racines résineuses IX 2, 3. La résine s'accumule dans la quarre du pin gemmé IX 2, 6. Ne produit pas simultanément des fruits et du bois résineux IX 2, 8.


2 πεύκη (ἡ), pin noir, Pinus nigra Arnold, en part. subsp. pallasiana.

Dégénère en culture I 3, 6. Tronc droit I 5, 1. Moelle ligneuse I 6, 1. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; grêles I 10, 4 ; piquantes à l'extrémité I 10, 6. Sève à goût d'huile I 12, 1. Ne vient que de graine II 2, 2 ; III 1, 2. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Floraison contestée III 3, 8. Époque du bourgeonnement et de la fructification III 4, 5. Particularités du bourgeonnement III 5, 1 et 3 ; présence de bourgeons d'hiver III 5, 5. Croissance vigoureuse et fructification rapide III 6, 1. Enracinement médiocre III 6, 4. Différences par rapport au pin d'Alep (πίτυς) III 9, 4-5 ; au sapin III 9, 6 ; 7 ; 8. Manque à la région de Panticapée IV 5, 3. Ne survit pas à l'étêtement IV 16, 1, ni à l'extraction totale de la moelle IV 16, 4. Bois à écorcer, coupé au printemps V 1, 2 ; opinions divergentes sur le meilleur moment pour le couper V 1, 4. Caractères du bois V 1, 5-6. Classement des sujets d'après les possibilités de débit V 1, 8-12. Un des principaux bois de construction navale V 7, 1 ; autres usages V 7, 5. Très beau en Corse (P. nigra subsp. laricio ) V 8, 1 ; de même dans le Latium, en montagne V 8, 3. Charbon recherché pour la forge V 9, 3. Sève en larmes IX 1, 2. Époque et technique du gemmage IX 1, 6 ; IX 2, 1 ; caractères de la résine IX 2, 2. Manque en Syrie IX 3, 4.


πεύκη ἡ ἀγρία, pin « sauvage », dénomination collective des espèces du genre Pinus L. non cultivées.

Opposé au type « domestique » ; se divise en « pin de l'Ida » et « pin maritime » III 9, 1.


πεύκη ἡ ἄκαρπος, pin « sans fruits », (?) pin sylvestre, Pinus sylvestris L.

3e espèce du genre πεύκη, selon les Macédoniens III 9, 2 et 4. Controverse sur son appartenance au type πεύκη ou au type πίτυς ; caractères de l'arbre, de son bois et de sa résine III 9, 4.


πεύκη ἡ ἄρρην, pin « mâle », pin d'Alep, Pinus halepensis Miller.

Semble bien correspondre au « pin maritime » de la région de l'Ida ; caractères de l'arbre et du bois III 9, 2. Sujet à l'altération du bois décrite sous le nom de sykè III 9, 3. Récapitulation de la nomenclature III 9, 4.


πεύκη ἡ ἥμερος / ἡ κωνοφόρος, pin « domestique », pin pinier, Pinus pinea L.

Espèce domestique à feuilles persistantes I 9, 3 ; une des plus stables parmi celles qui viennent de graine II 2, 6 ; opposée au type « sauvage » III 9, 1. Récapitulation de la nomenclature III 9, 4. Controverse sur son appartenance au type πεύκη ou au type πίτυς ; caractères de l'arbre, de son bois et de sa résine III 9, 4.


πεύκη ἡ θήλεια, pin « femelle », pin noir, Pinus nigra Arnold subsp. pallasiana.

Semble bien correspondre ailleurs au « pin de l'Ida » ; caractères de l'arbre et du bois III 9, 2. Bois de cœur décrit sous le nom d'aegis III 9, 3. Récapitulation de la nomenclature III 9, 4.


πεύκη ἡ ἰδαία, « pin de l'Ida », pin noir, Pinus nigra Arnold subsp. pallasiana.

Différences par rapport au « pin maritime » III 9, 1-2. Caractères de sa résine III 9, 2 ; IX 2, 5. Semble bien correspondre au pin dit ailleurs « femelle » III 9, 2.


πεύκη ἡ παραλία, « pin maritime », pin d'Alep, Pinus halepensis Miller.

Différences par rapport au « pin de l'Ida » III 9, 1-2. Caractères de sa résine III 9, 2 ; IX 2, 5. Semble bien correspondre au pin dit ailleurs « mâle » III 9, 2.

pêganion

πηγάνιον (τὸ), rue, Ruta graveolens L.

Feuilles charnues en largeur et non en épaisseur I 10, 4.

pêganon

πήγανον (τὸ), rue, Ruta L. spp., en part. R. graveolens L. (cultivée), R. chalepensis L. (sauvage).

Exemple-type de sous-arbrisseau I 3, 1 ; VI 1, 2. Peut devenir un « légume en arbre » I 3, 4. Végétal suffrutescent à feuilles persistantes I 9, 4. S'abâtardit et se transforme I 9, 4. Se multiplie par bouturage des rameaux II 1, 3 ; VII 2, 1. La feuille de la bugrane rappelle celle de la rue VI 5, 3. Armoise arborescente comparée à la rue ([?] R. montana (L.) L., R. chalepensis L.) VI 7, 3. Multiplication par graine lente et contestée VII 2, 1. La plante potagère ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1. Aime très peu le fumier VII 5, 1. Plus âcre à l'état sauvage qu'en culture VII 6, 1. Sont comparées à la feuille de la rue celle de l'encensier pour la couleur IX 4, 2 ; celle du baumier sauf pour la couleur IX 6, 1 ; celle de l'euphorbe « poire » (apios ) IX 9, 6.

pikris

πικρίς (ἡ), « chicorée amère », (?) Crepis zacintha (L.) Babcock (= Zacintha verrucosa Gaertner).

Plante amère qui fleurit longtemps VII 11, 4.

pisos

πίσος (ὁ), pois, Pisum sativum L.

Fait partie des légumineuses VIII 1, 1. Se sème tard VIII 1, 4. La plantule a plusieurs feuilles VIII 2, 3. Feuille oblongue VIII 3, 1. Tige couchée VIII 3, 2. Graines contiguës dans une cosse non cloisonnée VIII 5, 2, cylindrique VIII 5, 3 ; deviennent véreuses VIII 10, 5.

pitus

πίτυς (ἡ), pin d'Alep, Pinus halepensis Miller.

Moelle ligneuse I 6, 1. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; grêles I 10, 4 ; piquantes à l'extrémité I 10, 6. Sève à goût d'huile I 12, 1. Ne vient que de graine II 2, 2 ; III 1, 2. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Floraison contestée III 3, 8. Époque du bourgeonnement et de la fructification III 4, 5. Présence de bourgeons d'hiver III 5, 5. Croissance vigoureuse et fructification rapide III 6, 1. Le pin « sans fruits » (πεύκη ἡ ἄκαρπος) et le pin « domestique » (πεύκη ἡ ἥμερος) lui sont rattachés par les Arcadiens III 9, 4. Différences par rapport au pin noir (πεύκη) : caractères de l'arbre et de ses produits ; distribution géographique ; aptitude à se régénérer III 9, 4-5. Sont comparées à l'écorce du pin d'Alep celle de l'érable III 11, 1 ; celle du chêne-liège III 17, 1. Manque à la région de Panticapée IV 5, 3. Devient stérile si on l'écime IV 14, 8 ; ne survit pas à l'étêtement IV 16, 1. Bois à écorcer, coupé au printemps V 1, 2 ; opinions divergentes sur le meilleur moment pour le couper V 1, 4. Usages du bois pour la construction navale et le bâtiment V 7, 1 et 5 ; pour l'outillage des menuisiers V 7, 8. Charbon recherché pour la métallurgie de l'argent V 9, 2. Sève en larmes IX 1, 2. Technique du gemmage IX 2, 1. La résine vient au second rang pour la qualité IX 2, 2. Parfois brûlé pour faire de la poix IX 2, 3.


πίτυς ἡ φθειροποιός, pin « producteur de poux », pin de Calabre, Pinus brutia Ten.

Espèce domestique, une des plus stables parmi celles qui viennent de graine II 2, 6.

platanos

πλάτανος (ἡ), platane, Platanus orientalis L.

Essence du milieu humide I 4, 2 ; IV 8, 1. Racines nombreuses et longues I 6, 3 ; l'exemple du platane du Lycée I 7, 1. Sujet à des excroissances I 8, 5. Platanes sempervirents I 9, 5 ; III 3, 3. Caractères de la feuille I 10, 4 et 7. Se prête à la multiplication par boutures et à la transplantation III 1, 1 ; vient aussi de graine III 1, 3. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Croissance vigoureuse III 6, 1. Feuille de deux espèces d'érable comparée à celle du platane III 11, 1. Inflorescence du frêne comparée à une boule de platane III 11, 4. Distribution géographique IV 5, 6-7 ; IV 8, 2. Arbres des mangroves aussi hauts que les platanes IV 7, 4. Platanes que l'on dit plantés par Agamemnon IV 13, 2. Écorce crevassée IV 15, 2. Peut survivre à de graves mutilations IV 16, 2. Bois élastique et séveux V 3, 4, produisant une fumée désagréable V 9, 5 ; médiocre pour la construction navale V 7, 3. Fruit de la « solanée qui provoque la folie » comparé à celui du platane IX 11, 6.

pothos

1 πόθος (ὁ), « herbe aux regrets », dauphinelle d'Ajax, Consolida ambigua (L.) Ball & Heywood (= Delphinium ajacis L.).

Fleur semblable à celle de la jacinthe ; floraison estivale VI 8, 3.


2 πόθος (ὁ), « herbe aux regrets », céraiste, Cerastium candidissimum Correns.

Plante à fleur blanche, dont on entoure les tombes ; floraison estivale VI 8, 3.

polion

πόλιον (τὸ), germandrée grise, Teucrium polium L.

Feuilles charnues ; action antimite I 10, 4. Herbacée sempervirente VII 10, 5.

poluakanthos

πολυάκανθος ([?] ἡ), chardon « couvert d'épines », (?) Notobasis syriaca (L.) Cass., vel sim.

Au nombre des carduacées VI 4, 3.

polupodion

πολυπόδιον (τὸ), polypode, Polypodium vulgare L.

Description ; usages médicaux ; explication du nom IX 13, 6. Sort après la pluie et n'a pas de graine IX 20, 4.

prasion

πράσιον (τὸ), marrube, Marrubium peregrinum L. (1re espèce), M. vulgare L. (2e espèce).

Végétal inerme formant un genre bien différencié VI 1, 4. Description de deux espèces VI 2, 5.

prason

1 πράσον (τὸ), poireau, Allium ampeloprasum var. porrum (L.) Gay (= A. porrum L.).

Époque du semis VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3, plus court si la graine est fraîche VII 1, 6. Plante bisannuelle VII 1, 7 ; à tige simple VII 1, 8 ; VII 8, 2. Forme des bulbilles VII 2, 2, mais se multiplie de graine VII 3, 4. On en coupe ras les feuilles VII 4, 10. Forme un bulbe VII 4, 11 ; doit être repiqué VII 5, 3 ; est attaqué par les « coupe-poireau » VII 5, 4. Semence de longue conservation VII 5, 5. L'hellébore blanc a la feuille du poireau IX 10, 1.


2 πράσον (τὸ), « poireau », posidonie, Posidonia oceanica (L.) Delile.

Autre nom du « phykos à large feuille » IV 6, 2.


3 πράσον (τὸ), « poireau », Saccorhiza bulbosa (Lightf.) Batt., Laminaria ochroleuca De la Pylaie.

Grande algue océanique apportée en Méditerranée par un courant IV 6, 4 ; IV 7, 1.

prinos

πρῖνος (ἡ, ὁ), chêne kermès, Quercus coccifera L.

Caractères de la zone médullaire I 6, 1 et 2 ; V 5, 4. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3 ; spinescentes I 10, 6. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Fructification III 3, 6 ; III 4, 1 ; 4 ; 5 ; 6 ; enracinement III 6, 4 ; sa « graine écarlate » III 7, 3 ; III 16, 1. Description générale III 16, 1. Hôte de deux espèces de gui III 16, 1. Sont comparés au chêne kermès l'yeuse III 16, 2 ; le chêne-liège III 16, 3 ; de même, pour la feuille, l'arbousier III 16, 4, le jujubier de Libye IV 3, 1, l'arbre à myrrhe IX 4, 3. Résistance à l'écorçage IV 15, 3. Bois du tamaris de Tylos aussi solide que celui du chêne kermès V 4, 8. Usages du bois V 7, 6 ; V 9, 7.

proumnê

προύμνη (ἡ), prunier, Prunus domestica L.

La sève forme des larmes IX 1, 2.

ptelea

πτελέα (ἡ), orme, Ulmus L. spp., en part. U. minor Miller (= U. campestris L. pro parte ).

Forme des excroissances à ramilles I 8, 5. Retourne ses feuilles au solstice d'été I 10, 1 ; feuilles découpées I 10, 6. Porte des galles II 8, 3. Peut se cultiver III 1, 1. Fructification contestée III 1, 2 et 3 ; III 3, 4. En Macédoine pousse également en plaine III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Croissance vigoureuse III 6, 1. Porte une « grappe » et des galles III 7, 3. Bois meilleur en montagne qu'en plaine III 11, 5. Deux variétés : orme de montagne (ὁρειπτελέα) et orme commun ; description générale III 14, 1. Le térébinthe comme l'orme porte des galles III 15, 4. Sont comparées à la feuille de l'orme celles du koloitéa de l'Ida III 17, 3 ; du sumac III 18, 5 ; du « figuier de Chypre » IV 2, 3 ; de la châtaigne d'eau IV 9, 1 ; de l'arbre à myrrhe IX 4, 3. Présent dans la région de Panticapée IV 5, 3. Forme des peuplements étendus IV 5, 7. Survit à l'écorçage IV 15, 2. Bois coupé en été et en automne V 1, 2 ; ses caractères V 3, 4 ; V 4, 3 ; ses usages pour l'huisserie V 3, 5 ; V 6, 4 ; dans la construction navale V 7, 3 ; le charronnage V 7, 6 ; la fabrication d'outils V 7, 8. Ses galles renferment de la gomme IX 1, 2.

pteris

1 πτερίς (ἡ), fougère (toute espèce à frondes pennatifides).

Feuilles en dents de scie I 10, 5. Feuille d'un arbuste épineux d'Égypte comparée à celle des fougères IV 2, 11.


2 πτερίς (ἡ μεγάλη), fougère aigle, grande fougère, Pteridium aquilinum (L.) Kuhn (= Pteris aquilina L.).

Détruite par un épandage de fumier ou par les déjections des moutons VIII 7, 7. Feuille du polypode comparée à celle de la grande fougère IX 13, 6.


3 πτερίς (ἡ), fougère mâle, Dryopteris filix-mas (L.) Schott.

Différences par rapport à la « fougère femelle » (qhlupteriv") IX 18, 8. Description ; usage comme ténifuge IX 20, 5.

puxos

1 πύξος (ἡ), buis, Buxus sempervirens L.

Caractères du bois I 5, 4 et 5 ; I 6, 2 ; I 8, 2 ; V 3, 1 ; V 4, 1. Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Fruit tardif, immangeable III 4, 6. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Description, habitat, distribution géographique III 15, 5. Mal acclimaté à Babylone IV 4, 1 ; présent en Grèce et dans les pays du nord IV 5, 1. Bois imputrescible V 4, 2 ; non attaqué par le longicorne V 4, 5. Caractères de la zone médullaire V 5, 2 et 4. Usages du bois V 3, 7 ; V 7, 7 et 8. Bois de l'ébène comparé à celui du buis IX 20, 4.


1 πύξος (?), morille, Morchella esculenta / vulgaris Pers.

Dans une énumération de végétaux sans racine I 6, 5.

puros

πυρός (ὁ), blé, froment, Triticum L. spp.

Écorce fibreuse, non charnue I 5, 2. Racines nombreuses et fines I 6, 5 et 6 ; VIII 2, 3. Grains dans des glumes I 11, 2 ; disposés en épis I 11, 5. Transformation réelle ou prétendue du blé en orge II 2, 9, ou en ivraie II 4, 1 ; VIII 7, 1 ; VIII 8, 3 ; de l'engrain et de l'amidonnier en froment II 4, 1 ; domestication des blés sauvages II 4, 1. Fructification du pistachier à l'époque de la moisson du blé III 4, 4. Variétés indiennes voisines des nôtres IV 4, 9. Graines du nénuphar comparées aux grains du froment IV 10, 3. Floraison du plantain comparée à celle du blé VII 11, 2. Fait partie des céréales VIII 1, 1. Époque des semailles VIII 1, 3 et 4. Délai de germination VIII 1, 5 ; description du processus VIII 2, 1 et 3. Variétés à tige ramifiée VIII 2, 3. Durée de la floraison VIII 2, 5 ; de la maturation du grain VIII 2, 6 et 7. Tige dressée VIII 3, 2 ; grain renfermé dans plusieurs tuniques VIII 4, 1. Différences par rapport à l'orge VIII 4, 1 et 2. Variétés nombreuses VIII 4, 2, les unes nommées d'après leur pays d'origine, les autres autrement VIII 4, 3 ; blés de quarante jours, de deux et de trois mois VIII 4, 4 ; à grains plus ou moins lourds et gros VIII 4, 5 ; plus ou moins mêlés d'impuretés VIII 4, 6. Caractères des terres à blé VIII 6, 1 et 4. Exigences en eau et résistance à la pluie VIII 6, 4 ; 5 ; 6. Résistance aux mutilations VIII 7, 4 et 5. Régions où le grain donne le plus de farine VIII 8, 2. Céréale la plus infestée par l'ivraie VIII 8, 3 ; la plus épuisante VIII 9, 1. Céréales semblables au blé et à l'orge VIII 9, 2. Grain attaqué par le charançon VIII 10, 1. Blé moins sujet que l'orge à la rouille VIII 10, 2. Phénomènes atmosphériques préjudiciables au blé VIII 10, 3. Dégâts des vers sur les racines et sur le chaume VIII 10, 4. Le froment pourrit moins vite que l'orge VIII 11, 1. Meilleur pour la farine s'il n'est pas moissonné trop sec VIII 11, 3. Attend la moisson mieux que toute autre céréale VIII 11, 4. Conservation du grain VIII 11, 4 et 7. Dépiquage du froment à Babylone VIII 11, 7. Gâteau de blé trémois mis à la place d'une « herbe à rasoirs » arrachée IX 8, 7.


πυρὸς ὁ ἀλεξάνδρειος, blé « d'Alexandre » ou « d'Alexandrie » (?).

Appellation d'origine non précisée VIII 4, 3.


πυρὸς ὁ θρᾴκιος, blé de Thrace, Triticum L. sp. ; seigle, Secale cereale L.

Grain à tuniques nombreuses VIII 4, 3.


πυρὸς ὁ καμακίας, blé « échalas » (dénomination non spécifique).

Blé que l'effanage fait pousser tout en longueur VIII 7, 4.


πυρὸς ὁ καχρυδίας, blé « à bourgeons d'hiver », blé poulard, Triticum turgidum L. var.

Appellation d'origine autre que géographique ; variété à chaume épais VIII 4, 3.


πυρὸς ὁ κριθανίας, « blé-orge », blé poulard, Triticum turgidum L. var. (à épi rameux et fortes barbes).

Blé à tige ramifiée VIII 2, 3.


πυρὸς ὁ σιτανίας, « gros blé », blé poulard, Triticum turgidum L. var. (à épi rameux et gros grain).

Blé à tige ramifiée VIII 2, 3.


πυρὸς ὁ στλεγγίας, blé « étrille », blé poulard, Triticum turgidum L. var., ou blé dur, T. turgidum L. subsp. durum (= T. durum Desf.).

Appellation d'origine autre que géographique VIII 4, 3.

Ρ

ῥάμνος (ἡ), nerprun, Rhamnus L. spp.

Arbrisseau polymorphe III 18, 1. Fruits en grappe III 18, 12. Bois utilisé pour les briquets ([?] R. alpinus L. subsp. fallax = R. fallax Boiss.) V 9, 7.


ῥάμνος (ἡ λευκή), nerprun « blanc », nerprun à feuilles d'olivier, Rhamnus lycioides L. subsp. oleoides (= R. oleoides L.) ; subsp. graecus (= R. graecus Boiss. & Reuter).

Feuilles persistantes I 9, 4 ; III 18, 3. Arbrisseau épineux, à fruits blancs III 18, 2.


ῥάμνος ἡ μέλαινα, nerprun « noir », forme à fruits noirs du précédent ; (?) nerprun des rochers, R. saxatilis Jacq.

Arbrisseau épineux, à fruits noirs III 18, 2.

raphanis

ῥαφανίς (ἡ), radis, Raphanus sativus L.

Racine charnue I 2, 7 ; I 6, 6 ; VII 2, 8 ; devenant ligneuse I 2, 7 ; composée d'écorce et de chair I 6, 7. Époque du semis VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3 et 5. Semé par temps chaud, monte vite en graine VII 1, 7. Racine unique, de longue conservation VII 2, 5. Racine de la bette comparée au radis VII 2, 6. Graines en gousse VII 3, 2. Fructification plutôt latérale VII 3, 4. Plusieurs variétés VII 4, 1 et 6 ; décrites VII 4, 2. Qualité du radis améliorée par le froid de l'hiver VII 4, 3. Se développe mieux s'il est repiqué VII 5, 3. Attaqué par des puces ; moyen de l'en préserver VII 5, 4. Sont comparées à un radis la rave sauvage VII 6, 2 ; la racine du maceron VII 6, 3. Tige garnie de pousses latérales VII 8, 2. On coupe en rondelles comme un radis la racine de la mandragore IX 9, 1 ; celle du « caméléon blanc » IX 12, 1.


ῥάφανος (ἡ), chou, Brassica oleracea L. (cultivé) ; B. cretica Lam. (sauvage).

Exemple-type de sous-arbrisseau I 3, 1 (conj.) ; VI 1, 2. Peut devenir un « légume en arbre » I 3, 4. Racine unique I 6, 6. Feuilles persistantes I 9, 4, charnues en largeur et non en épaisseur I 10, 4. Fructification terminale et latérale I 14, 2. Plante toxique d'Asie, de la taille d'un chou (cf. Plantes anonymes, n° 11) IV 4, 12. Antipathie de la vigne et du chou IV 16, 6. Époque du semis VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3. Se multiplie de rejet VII 2, 1. Repousse de sa tige tronquée VII 2, 4. Plusieurs variétés VII 4, 1 ; décrites VII 4, 4. Supporte le repiquage VII 5, 3. Insectes parasites VII 5, 4. Différences entre espèce sauvage et variétés cultivées VII 6, 1 et 2. Tige de l'orobanche comparée à celle du chou (καυλός) VIII 8, 5.


ῥάφανος ἀγρία, nom arcadien du radis sauvage, Raphanus raphanistrum L. IX 15, 5.


ῥάφανος ἡ ὁρεία, « radis de montagne », Euphorbia apios L.

Empoisonne les porcs IX 12, 1.

rhoa

ῥόα / ῥοιά (ἡ), grenadier, Punica granatum L.

A par nature plusieurs troncs I 3, 3 ; tronc tortueux et court I 5, 1. Moelle charnue I 6, 1. Racines peu nombreuses I 6, 3, superficielles I 6, 4. Peut drageonner I 6, 5. Très rameux I 9, 1. Feuilles étroites I 10, 4. Fruit formé de jus et de peau I 10, 10. Nature et disposition des graines I 11, 4 ; 5 ; 6. Variétés à fruit acide I 12, 1. Fleur écarlate I 13, 1, placée au-dessus du fruit I 13, 3. Cas de malformation du fruit I 13, 4 et 5. Disposition des fruits sur l'arbre I 14, 1. Espèce domestique connue de tous I 14, 4. Procédés de multiplication II 1, 2 et 3. Phénomènes de dégénérescence II 2, 4 et 5. Certaines variétés s'améliorent en Égypte et en Cilicie II 2, 7 ; II 2, 10 ; II 3, 2. Dégénère ou s'améliore suivant les soins reçus II 2, 9 et 11. Transformations naturelles et phénomènes tératologiques II 3, 1 ; 2 ; 3. Techniques de plantation II 5, 5 et 6 ; II 6, 12. Besoins en eau et en fumier II 7, 1 et 3. Sujet à perdre ses jeunes fruits II 6, 12 ; II 8, 1. Bourgeonnements tardifs III 5, 4. Croissance terminale et latérale III 6, 2. Sont comparés au grenadier ou à la grenade l'églantier III 18, 4 ; l'« arbre sinistre » de Lesbos III 18, 13 ; le fruit du « paliure » libyen IV 3, 3 ; celui du nénuphar blanc, dit « grenade » IV 10, 3 ; le baumier IX 6, 1. Subsiste à Panticapée sous abri IV 5, 3. Présent sur le Tmolos et sur l'Olympe de Mysie IV 5, 4. A la vie brève mais produit des rejets IV 13, 2 et 3. Fruit attaqué par les vers IV 14, 10. Résiste bien au gel IV 14, 12, et à la mutilation de son tronc IV 16, 1. Jeunes rameaux épineux VI 1, 3. On conserve la grenade en plantant son pédoncule dans un bulbe de scille VII 13, 4.

rhodon

ῥόδον (τὸ), rose ; ῥόδον τὸ ἄγριον, églantine, Rosa L. spp.

Arbre exotique à fleurs de la couleur des roses (cf. Plantes anonymes, n° 2) I 13, 1. Fleur « double » I 13, 2. Les graines se forment au-dessous de la fleur I 13, 3. Sont comparées à la rose la fleur de la fève d'Égypte IV 8, 7 ; celle du nénuphar blanc IV 10, 3 ; aux églantines les fleurs des deux espèces de ciste VI 2, 1. Description de nombreuses variétés cultivées ou sauvages, différenciées par plusieurs caractères VI 6, 4-5. Floraison printanière peu durable VI 8, 2. Variations locales de l'époque de floraison et de la qualité du parfum VI 8, 5-6. Fleur du laurier-rose comparée à la rose IX 19, 1.


ῥοδωνία (ἡ), rosier, Rosa L. spp.

Feuilles persistantes I 9, 4. Fleur au-dessus du péricarpe I 13, 3. Se multiplie par boutures de tige II 2, 1 ; VI 6, 6 ; également par graine VI 6, 6 ; autres modalités de culture VI 6, 6. Espèce domestique utilisée pour les couronnes VI 1, 1 ; à jeunes rameaux épineux VI 1, 3 ; sa longévité VI 8, 5.

rhous

ῥοῦς (ἡ), sumac, Rhus coriaria L.

Arbrisseau polymorphe III 18, 1. Différence entre les deux formes, mâle et femelle ; description générale ; usages en teinturerie et en médecine ; habitat III 18, 5.


ῥύτρος (τὸ), échinops, Echinops L. spp.

Chardon à tige ramifiée dans sa partie supérieure VI 4, 4.

Σ

σάρι (τὸ), sari, Cyperus alopecuroides Rottb. vel sim.

Plante alimentaire d'Égypte IV 8, 2. Description ; usages IV 8, 5.


σέλινον (τὸ), céleri, Apium graveolens L. (cultivé).

Plante bisannuelle I 2, 2 ; VII 1, 7. Caractères des racines I 6, 6 ; VII 2, 5 et 8. Feuilles persistantes ou semi-persistantes I 9, 4. Tige feuillée I 10, 7. Sève aromatique I 12, 2. Pousse frisé dans certaines conditions de culture II 4, 3. Feuille du silphium comparée à celle du céleri VI 3, 1. Époque du semis et de la plantation VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3 et 6. Forme des rejetons VII 2, 2. Techniques particulières de semis et de plantation VII 3, 4-5. Description des variétés et formes cultivées VII 4, 6. Supporte le repiquage VII 5, 3. Différences du maceron, de l'ache des marais et du persil par rapport au céleri VII 6, 3-4.


σέλινον τὸ ἕλειον / ἐλειοσέλινον (τὸ), ache des marais, Apium graveolens L. (sauvage).

Plante herbacée du milieu humide IV 8, 1. Description VII 6, 3. L'« herbe à l'encens » fructifère lui est comparée pour la feuille IX 11, 10.

seseli

σέσελι (τὸ), séséli, Tordylium officinale L. ; Malabaila aurea (Sibth. & Sm.) Boiss.

Plante médicinale d'Arcadie IX 15, 5.


σήμυδα (ἡ), bouleau, Betula pendula Roth.

Description III 14, 4. Usage du bois III 14, 4 ; V 7, 7 (conj.).

sêsamon

σήσαμον (τὸ), sésame, Sesamum indicum L.

Cas particulier de plante à capsule I 11, 2. Sont comparés au sésame le sureau pour les graines III 13, 6 ; l'« arbre sinistre » de Lesbos pour la capsule III 18, 13 ; une plante d'Égypte adventice dans le blé (cf. Plantes anonymes, n° 22) pour la taille du fruit IV 8, 14 ; le tribolos (1re espèce) pour la graine VI 5, 3, de même que l'hellébore IX 9, 2 ; IX 14, 4. Plante de culture estivale VIII 1, 1. Époque du semis VIII 1, 4. Mûrit en une quarantaine de jours VIII 2, 6. A des feuilles particulières VIII 3, 1, des tiges rappelant celle de la férule VIII 3, 2, des fleurs pétalées VIII 3, 3. Fructifie abondamment VIII 3, 4. Variété à grains clairs VIII 5, 1. Structure originale du fruit VIII 5, 2. Germination contrariée par la pluie VIII 6, 1. Ressemblances entre le sésame et le lupin, le sisymbre à cornes, l'hormin VIII 7, 3. La plus épuisante des cultures d'été VIII 9, 3. Fruit de l'euphorbe « faux myrte » administré avec du sésame grillé IX 11, 9.


σίδη (ἡ), « grenade », nénuphar blanc, Nymphaea alba L.

Une des plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1 ; peut-être présente ailleurs sous un autre nom IV 10, 2. Description IV 10, 3. Fructifie IV 10, 4. Pousse uniquement dans l'eau IV 10, 6. Parties de la plante comestibles IV 10, 7.

sikua

σικύα (ἡ), gourde, Lagenaria siceraria (Molina) Stanley.

Disposition des graines I 11, 4. Fleur au-dessus du fruit I 13, 3. Racines courtes VII 2, 9. Prend la forme du récipient où elle a été placée VII 3, 5.


σίκυος (ὁ), concombre, Cucumis sativus L.

Fruit formé de chair et de fibre I 10, 10. Sève aqueuse I 12, 2. Fleur au-dessus du fruit I 13, 3. On supprime ses fleurs stériles I 13, 4. On l'empoussière pour l'attendrir II 7, 5. Époque du semis VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3, plus court si la graine est fraîche VII 1, 6. Racines courtes VII 2, 9. Fleurit longuement VII 3, 1. Traitement de la graine avant le semis VII 3, 5. Plusieurs variétés VII 4, 1 ; décrites VII 4, 6. Passe pour craindre l'eau de pluie VII 5, 2. Supporte le repiquage VII 5, 3. Graine de mauvaise conservation VII 5, 5 ; peu attaquée par les insectes VII 5, 6. Ressemblance lointaine avec le concombre sauvage VII 6, 4. Feuille de l'arum comparée à celle du concombre VII 13, 1.


σίκυος ὁ ἄγριος, concombre sauvage, Ecballium elaterium (L.) A. Richard.

Ressemblance lointaine avec le concombre cultivé VII 6, 4. Tige couchée VII 8, 1. Plante totalement estivale VII 10, 1. Usages médicaux IX 9, 4. Présent en Arcadie IX 15, 6.

silphion

σίλφιον (τὸ), silphium, espèce de férulacée présumée disparue.

Puissance végétative concentrée dans les racines I 6, 12. Circonstances de son apparition en Cyrénaïque III 1, 6. Rebelle à la culture III 2, 1. Espèce locale par excellence en Cyrénaïque IV 3, 1. Sera décrit ultérieurement IV 3, 7. Description, localisation géographique, usages VI 3, 1-6. Différences entre le magydaris et le silphium VI 3, 7. Croît dans des régions montagneuses VI 5, 2. Graine de l'arroche comparée à celle du silphium VII 3, 2. Suc extrait de la racine et de la tige IX 1, 3 ; saveur piquante IX 1, 4 ; modalités de sa récolte IX 1, 7.

sisumbrion

σισύμβριον (τὸ), calament, Calamintha nepeta (L.) Savi.

Sous-arbrisseau multiplié par bouturage des rameaux II 1, 3. Se transforme en menthe II 4, 1. Plante à couronnes cultivée VI 1, 1 ; tout entière odorante VI 6, 2 ; ne comprenant pas différentes variétés VI 6, 3. Passe pour stérile VI 7, 2. Parfum plus piquant à l'état sauvage VI 7, 2. Caractères des racines VI 7, 4. Dégénère s'il n'est pas transplanté VI 7, 6. Un « dictame » homonyme de la plante crétoise a la feuille du calament IX 16, 3.

sisurinkhion

σισυριγχίον (τὸ), iris sisyrinchium, Gynandriris sisyrinchium (L.) Parl.

Feuilles issues de la racine, tige nue I 10, 7. Plante bulbeuse voisine du muscari ; croissance particulière du bulbe VII 13, 9.

sitos

σῖτος (ὁ), blé (sens collectif) ; τὰ σιτηρά / τὰ σιτώδη, les céréales.

Exemple-type de plante herbacée I 3, 1. Feuille tout entière fibreuse I 10, 8, de même que le pédoncule I 10, 9. Type de croissance III 6, 3. A Tylos profite de l'irrigation plus que de la pluie IV 7, 8. Plante d'Égypte adventice dans le blé (cf. Plantes anonymes, n° 22) IV 8, 14. Le blé mûr sèche vite et s'égrène VII 3, 3. Caractères des racines VII 9, 3 ; VIII 2, 3. Fleurs des plantes à épi comparées à celles du blé VII 11, 2. Blé et céréales font l'objet d'une étude séparée VII 15, 4 ; VIII 1, 1. Processus de leur germination VIII 2, 1 et 2. Nombreuses tiges non ramifiées VIII 2, 3 ; étapes de leur croissance VIII 2, 4. Mèlos est bonne productrice de grain VIII 2, 8. Caractères distinctifs des céréales VIII 3, 1 ; 2 ; 3 ; 5. Différences à l'intérieur du groupe des céréales VIII 4, 1. Au Pont toutes les céréales se sèment en hiver et au printemps VIII 4, 6. Rapport de taille et de forme entre l'épi et le grain VIII 5, 3. Céréales préférables aux légumineuses en terrain aride VIII 6, 4. Pluie parfois nuisible aux céréales VIII 6, 5 ; 6 ; 7. Pratique de l'effanage en Thessalie VIII 7, 4. Céréales plus sensibles à la rouille que les légumes secs VIII 10, 2. Akoniton comparé au blé IX 16, 4.


σκαμμωνία (ἡ), scammonée, Convolvulus scammonia L.

Plante médicinale des régions froides IV 5, 1. Forme des larmes sur sa tige et sur sa racine IX 1, 3 ; a des propriétés médicinales IX 1, 4. On en utilise la racine et le suc IX 9, 1 ; le suc seulement IX 20, 5.


σκάνδιξ (ἡ), scandix ; τὰ σκανδικώδη, les scandix, Scandix grandiflora L., S. australis L., S. pecten-veneris L.

Légume sauvage VII 7, 1. Plante à tige couchée VII 8, 1.

skilla

σκίλλα (ἡ), scille maritime, Urginea maritima (L.) Baker.

Habitat I 4, 3. Caractères de la racine I 6, 7 ; 8 ; 9. Feuilles sessiles, tige nue I 10, 7. On met dans un bulbe de scille les plançons de figuier, le pédoncule de la grenade II 5, 5 ; VII 13, 4. Forme des rejetons VII 2, 2, auxquels sont comparés ceux de l'oignon VII 4, 12. Racine formée d'écailles VII 9, 4, non comestible VII 12, 1. Feuille large et fissile VII 13, 1. A une tige proprement dite VII 13, 2 et 6. Particularités de sa floraison VII 13, 3 ; 5 ; 6. Vitalité et vertus prophylactiques de la scille VII 13, 4. Sa feuillaison précède celle du narcisse VII 13, 7. Sont comparés à la scille pour la feuille le moly arcadien IX 15, 7, et l'orchis IX 18, 3.


σκίλλα ἡ ἐπιμενίδειος, scille « d'Épiménide », ornithogale de Narbonne,Ornithogalum narbonense L.

Distinguée de la scille maritime par sa racine comestible et par ses feuilles VII 12, 1.


σκολόπενδρον (τὸ), scolopendre, Phyllitis scolopendrium (L.) Newm.

Feuille de l'« herbe à la mule » comparée à celle de la scolopendre IX 18, 7.

skolumos

σκόλυμος (ὁ), scolyme, Scolymus hispanicus L.

Au nombre des carduacées VI 4, 3. Fleurit tard et longtemps VI 4, 4 ; aux environs du solstice VI 4, 7 ; VII 15, 1. Racine comestible VI 4, 7. La laitue de Laconie a la feuille du scolyme VII 4, 5. Plante totalement estivale VII 10, 1. Sont comparés au scolyme pour la feuille le « caméléon blanc » IX 12, 1, et le « noir » IX 12, 2. Une racine semblable à celle du scolyme a causé des troubles mentaux (cf. Plantes anonymes, n° 28) IX 13, 4.

skorodon

σκόροδον (τὸ), ail, Allium sativum L.

Racine sans radicelles latérales I 6, 9. Feuilles issues de la racine, tige nue I 10, 7. Tige simple et lisse VII 1, 8 ; VII 8, 2. Se multiplie par plant de racines VII 2, 1, qui portent de nombreux rejetons VII 2, 3 ; VII 13, 4. Plusieurs variétés VII 4, 1 et 7 ; décrites, avec leur mode de culture VII 4, 11. Formation des caïeux, production de bulbilles VII 4, 12. On mange de l'ail avant de déraciner l'hellébore IX 8, 6.


1 σκορπίος (ὁ), soude, Salsola kali L.

Feuilles transformées en épines VI 1, 3 ; VI 4, 1. Description VI 4, 2.


2 σκορπίος (ὁ), « herbe au scorpion », « scorpion », doronic d'Orient, Doronicum orientale Hoffm.

Racine semblable à un scorpion, utilisée pour soigner sa piqûre IX 13, 6. Description de la plante, habitat, toxicité IX 18, 2.


σκυθική (ῥίζα) (ἡ), « racine de Scythie », réglisse, Glycyrrhiza L. spp.

Plante de Scythie à racine médicinale et désaltérante IX 13, 2 ; IX 15, 2.

smilax

1 σμῖλαξ = μῖλος (ἡ), if, Taxus baccata L.

Feuilles persistantes I 9, 3.


2 σμῖλαξ (ἡ, ὁ), salsepareille, Smilax aspera L.

Feuilles aiguës épineuses I 10, 5 et 6. Tige volubile épineuse III 18, 11 ; VII 8, 1. Description générale III 18, 11-12. Fleur utilisée pour confectionner des couronnes VI 8, 3.


3 σμῖλαξ, nom arcadien de l'yeuse ou chêne vert, Quercus ilex L.

Distingué du chêne kermès par ses feuilles et par son bois III 16, 2.

smurna

σμύρνα (ἡ), μύvρρα (ἡ), myrrhe, arbre à myrrhe, Commiphora myrrha Engl. vel sim.

L'« épine de l'Inde » produit des larmes semblables à la myrrhe IV 4, 12 ; IX 1, 2. Parmi les plantes à parfum d'Orient IV 4, 14. La sève forme des larmes IX 1, 2, auxquelles sont comparées celles du maceron IX 1, 4. Myrrhe exsudée après incision IX 1, 6-7, et spontanément IX 4, 1. Régions d'Arabie productrices de myrrhe IX 4, 2. Description de l'arbre IX 4, 3 et 7-8. Récolte et commerce de la myrrhe IX 4, 4-6. Deux sortes de myrrhe dans le commerce IX 4, 10. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

sonkos

σόγκος (ὁ), laiteron, Sonchus oleraceus L., S. asper (L.) Hill.

« Palmier » marin comparé au laiteron IV 6, 10. Description ; différences par rapport aux carduacées typiques VI 4, 3 et 8. Tige d'un carthame sauvage comparée à celle du laiteron VI 4, 5. Plante à feuilles épineuses sur le sol et sur la tige VII 8, 3.


σπάλαξ, « taupe », Biarum tenuifolium (L.) Schott.

Racine charnue I 6, 11.


σπειραία (ἡ), troène, Ligustrum vulgare L.

Arbrisseau à fructification terminale I 14, 2. Végétal inerme formant un genre bien différencié VI 1, 4.


σποδιάς (ἡ), pruneautier, Prunus domestica L. subsp. insititia.

Sorte de prunier sauvage (ἀγρία κοκκυμηλέα) enraciné superficiellement III 6, 4.

staphulê

σταφυλὴ ἀγρία (ἡ), voir s.v. ἄμπελος ἀγρία.


στελέφουρος (ὁ), plantain, Plantago major L.

Plante formant un épi, comparée à la queue-de-renard VII 11, 2.


στοιβή (ἡ), « herbe aux bouchons », pimprenelle épineuse, Sarcopoterium spinosum (L.) Spach.

Sous-arbrisseau à feuilles charnues I 10, 4. Autre nom de la plante φέως, pourvue à la fois d'épines et de feuilles VI 1, 3.

strouthion

1 στρουθίον (τὸ), « œuf d'autruche », fruit d'une variété améliorée de cognassier, Cydonia oblonga Miller.

De ses graines naît un cognassier ordinaire II 2, 5.


2 στρουθίον / στρούθιον (τὸ), chardon à foulon, Dipsacus fullonum L.

Plante épineuse différente des carduacées typiques VI 4, 3.


στρούθιον (τὸ), στρουθός (ὁ), herbe à foulon, saponaire, Saponaria officinalis L.

Belle fleur estivale, sans parfum VI 8, 3. Feuille du « pavot d'Héraclès » comparée à celle de la saponaire IX 12, 5.

strukhnos

1 στρύχνος (ὁ), morelle, S. luteum Miller (fruit orangé ou vermillon), S. dulcamara L. (fruit rouge vif) ; S. nigrum L. (fruit noir).

Fruit de la salsepareille comparé à celui de la morelle III 18, 11. Deux espèces en Arcadie, à fruit rouge et à fruit noir IX 15, 5.


2 στρύχνος (ὁ), solanée, nom commun à trois végétaux différenciés par des épithètes spécifiques (voir ci-après) VII 15, 4. Rappel de leur homonymie IX 11, 5.


στρύχνος ὁ ἐδώδιμος, στρύχνον (τὸ), morelle comestible, Solanum nigrum L.

Consommable après cuisson et même crue VII 7, 2. Espèce quasi domestique dont le fruit ressemble à un grain de raisin VII 15, 4.


στρύχνος ὁ μανικός, « solanée qui provoque la folie », Datura stramonium L.

Cause la folie et la mort VII 15, 4. L'une des deux solanées médicinales IX 11, 5. Description de la plante et de ses effets toxicologiques IX 11, 6. Rappel de son action sur le psychisme IX 19, 1.


στρύχνος ὁ ὐπνώδης, morelle somnifère, Withania somnifera (L.) Dunal.

Action somnifère VII 15, 4. L'une des deux solanées médicinales IX 11, 5. Description, usages, habitat IX 11, 5.

sturax

στύραξ (ὁ), styrax, gomme-résine de Styrax officinalis L.

Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.

sukaminos

συκάμινος (ἡ), mûrier, Morus nigra L.

Caractères de la zone médullaire I 6, 1. Espèce à végétation tardive, qui perd ses feuilles en même temps que les autres I 9, 7. Fruit formé de jus et de peau I 10, 10 ; son suc rappelle le vin I 12, 1. Fleur duveteuse I 13, 1 ; incluse dans la masse du péricarpe I 13, 4. Une certaine ressemblance entre le sycomore d'Égypte et le mûrier IV 2, 1. Les plantes dont en Inde on fait les vêtements (cf. Plantes anonymes, n° 8) ont la feuille du mûrier IV 4, 8. Caractères du bois V 3, 4 ; V 4, 2 ; V 6, 2 ; usages en construction navale V 7, 3.


συκάμινος ἡ αἰγυπτία, σ. ἡ ἐν Αἰγύπτῳ, sycomore d'Égypte, Ficus sycomorus L.

Ses fruits sortent du tronc et des grosses branches I 1, 7 ; I 14, 2. Ne fructifie pas hors de sa patrie IV 1, 5. Description de l'arbre, des fruits, du bois IV 2, 1-2. Le « figuier de Chypre » lui ressemble sur certains points IV 2, 3. Différences entre le caroubier, appelé parfois « figuier d'Égypte », et le sycomore IV 2, 4.

sukê

1 συκῆ (ἡ), figuier, Ficus carica L.

A les caractères d'un arbre I 3, 1, mais devient buissonnant s'il est taillé court I 3, 3. Ne perd pas ses feuilles dans la région d'Éléphantine I 3, 5, ni à Tylos IV 7, 8. Tronc tortueux et court I 5, 1. Caractères de l'écorce I 5, 2 ; du bois I 5, 3 ; I 6, 1 ; des racines I 6, 3 et 4 ; I 7, 2 ; des nœuds I 8, 1 ; 2 ; 5 ; des feuilles I 9, 7 ; I 10, 4 ; 5 ; 8 ; des graines I 11, 3 et 4. Morphologie interne de la figue I 11, 6 ; suc rappelant le miel I 12, 1. Arbre à sève laiteuse I 12, 2 ; fructifie sur les jeunes pousses I 14, 1. Espèce domestique bien connue, distincte du caprifiguier I 14, 4 ; II 2, 12. Procédés de multiplication II 1, 2. Dégénère s'il vient de graine II 2, 4. Transformations exceptionnelles et phénomènes tératologiques II 3, 1 et 3. Se marcotte sur l'arbre même II 5, 3. Techniques de plantation II 5, 4 ; 5 ; 6 ; II 6, 12. Prospère surtout en plaine II 5, 7. Autant de variétés de dattes que de figues II 6, 6. Exigences culturales du figuier II 7, 1 ; 5 ; 6. Sujet à perdre ses jeunes fruits II 8, 1. Pratique de la caprification ; explication du processus II 8, 2 et 3. Forme ses fruits sans floraison préalable III 3, 8. Époques du bourgeonnement III 4, 2 ; III 5, 4. Croissance terminale et latérale III 6, 2. Produits « supplémentaires » : petites figues vite caduques et figues tardives III 7, 3. Sont comparés au figuier domestique, pour les racines, le « figuier de l'Ida » III 17, 5 ; pour le fruit, le sycomore d'Égypte IV 2, 1 ; le « figuier de Chypre » IV 2, 3 ; le « figuier d'Inde » IV 4, 4. Commun et de belle venue à Panticapée IV 5, 3. Arbre des mangroves de Tylos (cf. Plantes anonymes, n° 17) de la taille d'un figuier IV 7, 7. Longévité du figuier inférieure à celle du caprifiguier IV 13, 1 ; faible IV 13, 2. Maladies et ennemis du figuier IV 14, 2 ; 3-5 ; IV 14, 10. Craint la pluie et la sécheresse excessives IV 14, 8 ; et surtout le gel IV 14, 12. Supporte plus ou moins d'être écorcé IV 15, 2 ; fructifie davantage après avoir eu le tronc fendu IV 16, 1. Bois de texture lâche V 3, 3, solide sauf à la verticale V 6, 1 ; fumée âcre, adoucie par le dessévage V 9, 6 ; braises très durables V 9, 6. Racine de l'asphodèle consommée avec des figues VII 13, 3.


2 συκῆ (ἡ), « figuier », organisme marin de l'ordre des Gorgonaires ou des Alcyonaires.

Une des plantes marines les plus remarquables et les plus localisées IV 6, 2. Description sommaire IV 6, 9.


συκῆ ἀγρία, figuier sauvage, produit dégénéré des graines d'un figuier domestique II 2, 4.


συκῆ ἡ περὶ τὴν Ἴδην, « figuier de l'Ida », Sorbus graeca (Spach) Kotschy.

Endémique de l'Ida III 17, 4 ; décrit sous tous ses aspects III 17, 5.


συκῆ ἡ ἰνδική, « figuier d'Inde », figuier des banians, Ficus bengalensis L.

Émet des racines aériennes qui s'implantent autour du tronc I 7, 3 ; IV 4, 4. Description ; dimensions ; localisation géographique IV 4, 4.


συκῆ ἡ κυπρία, « figuier de Chypre », Ficus pseudosycomorus Decne.

Espèce voisine du sycomore ; décrite IV 2, 3.

sphakos

σφάκος (ὁ), sauge, Salvia pomifera L. (= S. calycina Sibth. & Sm.).

Au nombre des végétaux inermes VI 1, 4. Plus « domestique » que la sauge ejlelivsfako" ; caractères des feuilles VI 2, 5.

sphendamnos

σφένδαμνος (ἡ), érable, Acer L. spp., en part. A. obtusatum Waldst. & Kit.

Dénomination en concurrence avec zygia et gleinos ; situation nomenclaturale confuse III 3, 1 ; III 11, 1. En Macédoine l'érable passe pour ne pas fleurir III 3, 8 ; fructifie en été III 4, 4 ; croît vigoureusement III 6, 1 ; a des racines superficielles et peu nombreuses III 6, 5. Description générale de l'« érable commun » (A. obtusatum ; dans la forme de plaine à bois blanc, A. campestre [= glinos ]) III 11, 1-2. Floraison inconnue sur l'Ida ; fruit comparé à celui du paliure III 11, 2. Époque de l'abattage V 1, 2 et 4. Bois compact V 3, 3 ; ses usages V 7, 6.


σφένδαμνος ἡ ἄρρην, érable « mâle », érable de Montpellier, Acer monspessulanum L.

Espèce de plaine, à bois madré et contourné III 11, 2.

skhinos

σχῖνος (ἡ), lentisque, Pistacia lentiscus L., en part. var. chia.

La sève se concrète et donne le mastic IX 1, 2. Encensier comparé au lentisque IX 4, 7.

skhoinos

1 σχοῖνος (ὁ), jonc, Juncus L. spp., Scirpus L. spp., vel sim.

Tige lisse et sans nœuds I 5, 3 ; I 8, 1. « Joncs de pierre » de la mer Rouge comparés aux vrais joncs IV 7, 3. Plante formant des fourrés IV 8, 1. Passe pour comprendre trois espèces ; remarques sur cette classification ; description IV 12, 1-3.


2 σχοῖνος (ὁ), jonc odorant, Cymbopogon Sprengel spp.

Pousse avec le roseau odorant au bord d'un lac de Syrie IX 7, 1. Dans la liste des aromates usuels IX 7, 3.


σχοῖνος ὁ κάρπιμος, jonc fructifère, voir s.v. μελαγκρανίς et σχοῖνος ὁ ὁλόσχοινος.


σχοῖνος λίθινος, « jonc de pierre », organisme marin de l'ordre des Antipathaires.

Ressemble au vrai jonc IV 7, 3.


σχοῖνος ὁ ὁλόσχοινος, vrai jonc, Scirpus holoschoenus L.

Une des trois espèces de jonc IV 12, 1. Pousse parfois du même pied que le jonc aigu IV 12, 2. Description ; usages IV 12, 2-3. Racine du « caméléon blanc » coupée en rondelles qu'on enfile sur un jonc IX 12, 1.


σχοῖνος ὁ ὁξύς, jonc aigu, Scirpus holoschoenus L., forme grêle (= var. australis ).

Une des trois espèces de jonc IV 12, 1. Pousse parfois du même pied que le vrai jonc IV 12, 2. Racine du vrai jonc plus développée que celle du jonc aigu (τοῦ ὁξυσχοίνου conj.) IV 12, 3.

Τ

terminthos

τέρμινθος / τερέβινθος (ἡ), pistachier, Pistacia L. spp., en part. pour la Grèce P. terebinthus L. (térébinthe), pour l'Orient P. atlantica Desf. vel sim., P. vera L.

Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. Forme le fond de la végétation en certains points de la Syrie III 2, 6 ; III 15, 3. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. Description générale du genre : sujets mâles et sujets femelles ; deux espèces différenciées par leur fruit ; caractères de toutes les parties de l'arbre ; habitat et usages ; galles III 15, 3-4. Espèce de l'Inde et de la Bactriane dont le fruit ressemble à une amande IV 4, 7. Supporte le gemmage IV 16, 1. Caractères et usages du bois V 3, 2. Fruit et résine seuls utilisés V 7, 7. La sève forme des larmes IX 1, 2. Époque et technique du gemmage IX 1, 6 ; IX 2, 1. Fournit la meilleure résine et, en Syrie, de la poix IX 2, 2. Arbre à myrrhe comparé à un térébinthe IX 4, 7-8. Fruit du baumier comparé à celui du térébinthe IX 6, 1.


τετραγωνία (ἡ), fusain, Euonymus europaeus L.

Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 6.


τετράλιξ (ἡ), chardon « à quatre spires », centaurée du solstice, Centaurea solstitialis L.

Pousse en été VI 4, 4.


τεύτλιον (τὸ), bette, Beta vulgaris L. (cultivée).

Feuilles charnues en largeur et non en épaisseur I 10, 4. Légume contre-planté VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3 et 6, variable suivant les saisons VII 1, 5, plus bref si la graine est vieille VII 1, 6. Forme des rejetons VII 2, 2. Caractères des racines VII 2, 5 ; 6 ; 8. Patience sauvage comparée à la bette VII 2, 7. Caractères des graines VII 3, 2 ; VII 5, 5. Plusieurs variétés VII 4, 1, comparées entre elles VII 4, 4.


τευτλίς (ἡ), bette, Beta vulgaris L. subsp. maritima (sauvage).

Consommable après cuisson VII 7, 2.


τεῦτλον (τὸ), bette, Beta vulgaris L.

Peut devenir arborescente I 3, 2 ; I 9, 2. Caractères de la tige I 5, 3 ; des racines I 6, 6 et 7.


τῆλις (ἡ), fenugrec, Trigonella foenum-graecum L.

Le cytise de Lipari a la feuille du fenugrec III 17, 2.


τιθύμαλλος (ὁ), euphorbe, Euphorbia L. spp.

Exploitation du suc des tiges ; manière de le recueillir IX 8, 2. Espèces nombreuses IX 11, 1, n'ayant de commun que le nom IX 11, 5.


τιθύμαλλος ἐξ οὗ τὸ ἰππομανές, euphorbe qui fournit l'hippomane, Euphorbia rigida Bieb. (= E. biglandulosa Desf.).

Présente en Arcadie IX 15, 6.


τιθύμαλλος ὁ ἄρρην, euphorbe « mâle », Euphorbia characias L. subsp. wulfenii (= E. veneta sensu Hayek).

Description ; usage médical du suc IX 11, 8.


τιθύμαλλος ὁ μυρτίτης, euphorbe « faux myrte », Euphorbia myrsinites L.

Description ; habitat ; récolte, préparation, usages médicaux du fruit IX 11, 9.


τιθύμαλλος ὁ παράλιος, euphorbe « maritime », Euphorbia peplis L.

Description ; récolte et usage médical du fruit IX 11, 7.


τίφη (ἡ), engrain, petit épeautre, Triticum monococcum L.

Racines nombreuses I 6, 5. Se transforme en froment II 4, 1 ; VIII 8, 3. Fait partie des céréales VIII 1, 1. Se sème tôt VIII 1, 3. Processus de germination VIII 2, 1. Le grain mûrit en quarante jours VIII 2, 6. Céréale à glumes abondantes VIII 4, 1. Ses caractères distinctifs parmi les espèces semblables au blé ou à l'orge VIII 9, 2.


τίφυον (τὸ), vendangeuse, Sternbergia lutea (L.) Ker-Gawler, S. colchiciflora Waldst. & Kit.

Fleurit avant l'apparition des feuilles VII 13, 7.


τραγάκανθα (ἡ), tragacanthe, Astragalus L. subgen. Tragacantha spp.

Appelée parfois « plante à glu de Crète » (ἰξία ἡ ἐν Κρήτῃ), mais désormais connue ailleurs IX 1, 3 ; même meilleure en Achaïe qu'en Crète IX 15, 8. Le suc se concrète spontanément IX 8, 2.


τραγοπώγων (ὁ), barbe-de-bouc, salsifis, Tragopogon L. spp. ; Scorzonera crocifolia Sibth. & Sm.

Légume sauvage ; description ; origine du nom VII 7, 1.


1 τρίβολος (ὁ), croix de Malte, Tribulus terrestris L.

Mauvaise herbe envahissante sur sol humide III 1, 6 ; à fruit épineux VI 1, 3 ; VI 5, 3 ; possédant à la fois des épines et des feuilles VI 5, 1. Description VI 5, 3. Tige couchée VII 8, 1. Le pois chiche fait périr la croix de Malte VIII 7, 2.


2 τρίβολος (ὁ), châtaigne d'eau, Trapa natans L.

Plante aquatique décrite sous tous ses aspects IV 9, 1-3.


3 τρίβολος (ὁ), tribolos, (?) Fagonia cretica L., (?) Xanthium spinosum L.

Possède à la fois des épines et des feuilles VI 1, 3 ; VI 4, 1 ; VI 5, 1. Description VI 5, 3.


τριπόλιον (τὸ), tripolion, Limoniastrum monopetalum (L.) Boiss.

Plante magique ; ses effets prétendus, sa récolte IX 19, 2.


τριχομανές (τὸ), capillaire, Asplenium trichomanes L.

Description ; propriétés ; habitat VII 14, 1.


τύφη (ἡ), massette, Typha L. spp., en part. T. domingensis (Pers.) Steudel (= T. angustata Bory & Chaub.).

Tige lisse et sans nœuds I 5, 3 ; I 8, 1. Parmi les plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1. Rapport entre le volume du feuillage et celui des racines IV 10, 5. Habitat IV 10, 6. Base de la tige comestible IV 10, 7.

Υ

ὐάκινθος (ἡ), jacinthe, Hyacinthus orientalis L. (cultivée) ; scille à deux feuilles, Scilla bifolia L. (sauvage).

Floraison précoce VI 8, 1 ; durable dans les deux espèces VI 8, 2. Fleur d'une « herbe aux regrets » (la dauphinelle d'Ajax) comparée à celle de la jacinthe VI 8, 3.


ὕδνον (τὸ), truffe, Tuber Mich. spp.

Dépourvue des principales parties constitutives des autres végétaux I 1, 11, en particulier de racine I 6, 5. Végétal hypogé, différent d'une racine I 6, 9.


ὐποχοιρίς (ἡ), picridie, Reichardia picroides (L.) Roth.

Légume sauvage VII 7, 1. Description VII 11, 4.


ὐφέαρ (τὸ), gui blanc, Viscum album L.

Coexiste avec le gui du chêne (ἰξία) sur le chêne kermès III 16, 1.

Φ

φακός (ὁ), lentille, Lens culinaris Medicus.

Moyen de rendre les lentilles vigoureuses II 4, 2. Fruit du pistachier térébinthe comparé à une lentille III 15, 3. Nom donné par les Grecs à une plante alimentaire de l'Inde (cf. Plantes anonymes, n° 10) IV 4, 10. Se sème tard VIII 3, 4. Tige déjetée VIII 3, 2. La plus productive des légumineuses VIII 3, 4. Différences à l'intérieur de l'espèce VIII 5, 1. Caractères des gousses et des graines VIII 5, 2 et 3. Plantes adventices nuisibles aux lentilles VIII 8, 3 et 4. Graines faciles ou difficiles à cuire VIII 8, 6.


φάσγανον (τὸ), glaïeul, Gladiolus italicus Miller.

Racine comestible ; description et usages VII 12, 3. Forme de la feuille VII 13, 1. Vient aussi de graine VII 13, 4.


φάσκον (τὸ), dénomination collective de lichens des chênes.

Description de deux espèces et de leur support III 8, 6.

phellodrus

φελλόδρυς (ἡ), chêne-liège, Quercus suber L.

Nom arcadien d'un chêne à feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. Description générale ; distribution ; particularités terminologiques III 16, 3.


φελλός (ὁ), liège, chêne-liège, Quercus suber L. ; Q. crenata Lam. (= Q. pseudo-suber Santi) pro parte.

Caractères de l'écorce I 2, 7 (conj.) ; I 5, 2 et 4. Description du chêne-liège d'Étrurie et de l'exploitation du liège III 17, 1. Passe pour être plus vigoureux quand on lève son écorce IV 15, 1. Liège comparé au bois du palmier ; son usage en sculpture V 3, 6.

pheôs

φέως (ὁ), pimprenelle épineuse, Sarcopoterium spinosum (L.) Spach.

Plante appelée aussi στοιβή, pourvue à la fois d'épines et de feuilles VI 1, 3 ; VI 4, 1 ; VI 5, 1 ; feuilles inermes VI 5, 2.

phêgos

φηγός (ἡ), chêne vélanède, Quercus aegilops L. (en part. Q. macrolepis Kotschy) ; en Macédoine, Q. trojana Webb (= Q. macedonica DC.).

En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2. Croissance très vigoureuse III 6, 1. Considéré comme espèce sauvage en raison de son bois grossier et de son habitat III 8, 2 ; a cependant des glands doux III 8, 2, sauf exception III 8, 3 ; glands parfois transformés en galles III 8, 3. Caractères du bois ; aspect général de l'arbre III 8, 4. En Macédoine on appelle phègos le chêne à glands ronds III 8, 7. Longévité légendaire des vélanèdes plantés sur le tombeau d'Ilos IV 13, 2. Époque de l'abattage V 1, 2.

philukê

φιλύκη (ἡ), alaterne, Rhamnus alaternus L.

Feuilles persistantes I 9, 3 ; III 3, 3. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 4. A le bois qui se tourne le mieux V 6, 2. Ne sert qu'à nourrir les moutons V 7, 7.

philura

1 φιλύρα (ἡ), tilleul, Tilia L. spp.

Caractères de l'écorce I 5, 2 ; du bois I 5, 5. Retourne ses feuilles au solstice d'été I 10, 1. Feuilles comestibles pour les animaux, à l'inverse des fruits I 12, 4, immangeables pour qui que ce soit III 4, 6. En Macédoine exclusivement montagnard III 3, 1. Époque du bourgeonnement III 4, 2 ; de la fructification III 4, 6. A des bourgeons d'hiver III 5, 5, à examiner de plus près III 5, 6. Description générale de deux espèces, « mâle » (T. tomentosa Moench) et « femelle » (T. platyphyllos Scop.) III 10, 4-5. Écorce de l'érable comparée à celle du tilleul III 11, 1. Le merisier a une écorce semblable à celle du tilleul III 13, 1, et le même habitat III 13, 3. Feuille du « figuier de l'Ida » comparée à celle du tilleul III 17, 5. Difficilement acclimaté à Babylone IV 4, 1. Commun à la Grèce et aux pays du nord IV 5, 1. Espèce du milieu humide mais non aquatique IV 8, 1. Prélèvement et utilisation de l'écorce IV 15, 1 et 2. Époque de l'abattage V 1, 2 et 4. Caractères du bois V 3, 3 ; V 5, 1 ; V 6, 2. Usages du bois et de l'écorce V 7, 5 ; V 9, 7.


2 φιλύρα (ἡ), filaria, Phillyrea latifolia L.

Feuilles persistantes I 9, 3.


φλεώς (ὁ), canne de Ravenne, Saccharum ravennae (L.) Murray.

Forme des fourrés IV 8, 1. Parmi les plantes du lac d'Orchomène IV 10, 1. Description de l'infrutescence ; usages IV 10, 4. Espèce amphibie IV 10, 6. Parties de la plante comestibles pour l'homme ou pour le bétail IV 10, 7. Feuilles typiques des plantes lacustres IV 11, 12.


φλόγινον (τὸ), petit souci, souci des champs, Calendula arvensis L.

Plante coronaire sauvage à floraison précoce VI 8, 1, de longue durée VI 8, 2.

phlox

φλόξ (ἡ), souci, Calendula officinalis L., C. arvensis L.

Fleur seule utilisée pour les couronnes ; inodore VI 6, 2. Vient de semis VI 6, 11.


φλόμος ἡ μέλαινα, molène « noire », bouillon-blanc sinué,Verbascum sinuatum L. ; V. undulatum Lam.

Feuille du pavot cornu comparée à la sienne IX 12, 3.

phoinix

1 φοῖνιξ (ὁ), palmier, dattier, Phoenix dactylifera L. ; pour les îles de la mer Égée, Phoenix theophrasti W. Greuter.

Caractères du bois I 2, 7 ; I 5, 3. Vit, à l'occasion, dans la mer I 4, 3. Arbre peu rameux I 5, 1. Écorce rugueuse I 5, 2. Particularités de la structure interne du bois I 6, 2 ; V 3, 6. Croît en longueur I 9, 1. Feuilles persistantes I 9, 3, angulaires comme celles du roseau I 10, 5. Structure de la datte I 11, 1 ; son noyau homogène et sec I 11, 3 ; son suc mielleux I 12, 1. Floraison et fructification varient selon que le sujet est mâle ou femelle I 13, 5 ; II 6, 6. Fruits, feuilles, pousses au sommet de l'arbre I 14, 2. Vient de graine, peut-être aussi de rejets II 2, 2. Caractères très stables pour une espèce venue de graine II 2, 6. Ne fructifie pas hors de son aire naturelle II 2, 8 et 10 ; III 3, 5 ; IV 1, 5. Multiplication par semis de noyaux II 6, 1 ; par prélèvement du cœur II 6, 2. Techniques culturales II 6, 2-5. Plusieurs espèces de palmier II 6, 6-8. Cas de ramification du stipe II 6, 9. Sont comparés au dattier le palmier doum (κύξ, κουκιοφόρον) II 6, 10 ; IV 2, 7 ; le palmier nain (φοῖνιξ 2) II 6, 11. Sujet à perdre ses fruits prématurément II 8, 1 ; d'où la fécondation artificielle II 8, 4. Prospère en Libye IV 3, 1, grâce à l'eau souterraine IV 3, 5, et à la rosée IV 3, 7. On sème le cédratier comme le palmier, dans des pots de terre percés IV 4, 3. Abonde dans certaines régions de l'Inde IV 4, 8. On risque de s'étouffer avec des dattes vertes IV 4, 13. Croît à Tylos IV 7, 8. Longévité légendaire du palmier de Délos IV 13, 2. Comportement du palmier après diverses mutilations IV 14, 8 ; IV 15, 2 ; IV 16, 1. Qualités et usages du bois V 3, 6 ; sa résistance à la charge V 6, 1 ; sa fumée désagréable V 9, 5. Le réceptacle du cardon rappelle le cœur de palmier VI 4, 11. Encens et myrrhe recueillis sur des nattes de palmes tressées IX 4, 4.


2 φοῖνιξ (ὁ χαμαιρριφής), palmier nain, Chamaerops humilis L.

Vit, à l'occasion, dans la mer I 4, 3. Description ; usages ; distribution géographique II 6, 11. Espèce naine de palmier III 13, 7.


3 φοῖνιξ (ὁ), « palmier », Callophyllis laciniata (Huds.) Kützing.

Une des plantes marines les plus remarquables et les plus localisées IV 6, 2. Description détaillée IV 6, 10.


φόνος (ὁ), « sanguinaire », autre nom du « chardon à quenouille », Carthamus lanatus L., dont le suc ressemble à du sang VI 4, 6.

phukos

φυκίον / φύκιον (τὸ), φῦκος (τὸ), phykos, « algue » (au sens courant du terme).

Nom collectif de végétaux marins les plus communs et les plus faciles à voir IV 6, 2. Description de plusieurs sortes distinguées par des qualificatifs spécifiques IV 6, 2-6. Végétation marine tropicale comparée à nos algues IV 7, 3 et 6.


φῦκος τὸ πλατύφυλλον, « phykos à large feuille », posidonie, Posidonia oceanica (L.) Delile.

Appelé aussi « poireau » (πράσον 2) et « ceinture » (ζωστήρ) ; description IV 6, 2 ; différences par rapport au phykos capillifolié IV 6, 3. Plante marine semblable au chiendent (cf. Plantes anonymes, n° 14) plus petite que le phykos IV 6, 6.


φῦκος τὸ πόντιον, « phykos de haute mer », Rytiphlaea tinctoria (Clemente) Ag.

Croît au large, mais près de la côte en Crète ; fournit une teinture rouge IV 6, 5.


φῦκος τὸ τριχόφυλλον, « phykos capillifolié », Cystoseira foeniculosa (L.) Grev. vel sim.

Description ; habitat ; différences par rapport au phykos à large feuille IV 6, 3.

phullon

φύλλον (τὸ), mercuriale, Mercurialis annua L.

Deux formes distinguées par leur fruit ; leurs effets IX 18, 5.

Χ

χαλβάνη (ἡ), (plante à) galbanum, férule galbanifère, Ferula galbaniflua Boiss., vel sim.

La sève forme des larmes IX 1, 2. Suc d'une « panacée » (πάνακες 2) de Syrie IX 7, 2 ; ses usages en médecine et en parfumerie IX 9, 2.


χάλκειος (ὁ), chardon « de cuivre », carline, Carlina corymbosa L. subsp. graeca.

Au nombre des carduacées VI 4, 3.


χαμαίβατος (ὁ), « ronce naine », Rubus L. spp.

Se distingue de l'églantier par son port et son mode de croissance III 18, 4.


χαμαιδάφνη (ἡ), lauréole, Daphne laureola L.

L'« arbre sinistre » de Lesbos a la feuille de la lauréole III 18, 13.


χαμαίδρυς (ἡ), germandrée petit-chêne, Teucrium chamaedrys L., T. divaricatum Sieber.

Description ; usages médicaux IX 9, 5.


χαμαιλέων (ὁ), « caméléon », nom de deux espèces différentes, le « blanc » et le « noir », comparées et décrites IX 12, 1-2.


χαμαιλέων (ὁ λευκός), « caméléon (blanc) », Atractylis gummifera L.

Autre nom du chardon à glu (ἰξίνη) VI 4, 3. Carduacée non épineuse VI 4, 3 et 8. Description ; usages médicaux et toxicologiques IX 12, 1.


χαμαιλέων ὁ μέλας, « caméléon noir », Cardopatium corymbosum (L.) Pers.

Description ; usages médicaux et toxicologiques IX 12, 2. Durée de conservation de la racine IX 14, 1.


χελιδόνιον (τὸ), chélidoine, Chelidonium majus L.

Fleurit quand souffle le Chélidonias VII 15, 1.


χόνδρυλλα (ἡ), chondrille, Chondrilla juncea L.

Légume sauvage VII 7, 1 (conj.) ; racine non comestible VII 11, 4 (conj.).

Ψ

ψευδοδίκταμον (τὸ), faux dictame, Ballota pseudodictamnus (L.) Bentham.

Ressemble au dictame, avec des vertus inférieures ; en serait une forme abâtardie IX 16, 2.

Ω

ὤκιμον (τὸ), basilic, Ocimum basilicum L.

Racines ligneuses I 6, 6 et 7 ; VII 2, 8. Tige feuillée I 10, 7. Époque du semis VII 1, 2. Délai de germination VII 1, 3. Vient aussi de bouture VII 2, 1. Repousse de sa tige tronquée VII 2, 4. Description des racines VII 2, 7. Floraison échelonnée VII 3, 1 ; VII 9, 2. Caractères et disposition des graines VII 3, 2 ; 3 ; 4. Ne comprend pas plusieurs variétés VII 4, 1. Doit être arrosé en plein midi VII 5, 2. Prend le « blanc » pendant la canicule VII 5, 4. Conserve mal sa faculté germinative VII 5, 5. Le mouron a la feuille du basilic VII 7, 2 ; les deux formes de la mercuriale en ont l'aspect général IX 18, 5.


ὦχρος (ὁ), gesse ochre, Lathyrus ochrus (L.) DC.

Se sème tôt VIII 1, 3 (conj.). Feuille oblongue VIII 3, 1. Tige couchée VIII 3, 2. Des vers se forment dans ses graines VIII 10, 5.