Théophraste

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Théophraste
Theophrastus.jpg
né vers 371 av. J.-C. à Eresós (Lesbos)
mort vers 287 av. J.-C. à Athènes
botaniste, naturaliste, moraliste



Histoire

Voir Wikipédia.

Publications

De Théophraste, on connaît deux œuvres majeures qui concernent les plantes.

  • Peri phutôn historia - De historia plantarum, soit L'histoire des plantes ou Recherches sur les plantes. Il s'agit surtout d'une description des plantes et de leurs propriétés.
  • De causis plantarum, soit Les causes des plantes, ou Les causes des phénomènes végétaux.

De historia plantarum

Les manuscrits en grec

  • Vaticanus Urbinas gr. 61 (U), datant de la fin du IXe-début du Xe siècle. Signalé seulement au début du XIXe siècle, et utilisé pour la première fois par Schneider en 1821.
  • Laurentianus 85, 22 (M), Ensemble de deux copies du XVe siècle.
  • Parisinus gr. 2069 (P). Date du XVe siècle. Contient des leçons excellentes d'une seconde main, P2, qui semble avoir eu accès à un autre manuscrit, utilisé par ailleurs pour la traduction latine de Gaza.
  • Monacensis gr. 635 (Mon.). Date du XVe siècle. Anciennement appelé Philippicus 3085.

Les manuscrits en latin

Traduction latine par Théodore Gaza, faite vers 1450, et dont il existe huit manuscrits.

Les versions imprimées

en latin

  • 1483. traduction de Gaza, Trévise.
  • 1818-21. Schneider. (voir ci-dessous).

en grec

  • 1497, dans le tome IV de l'Aldine d'Aristote. A partir du manuscrit ms. gr. 17 de Harvard College Library, aujourd'hui réduit à deux fragments, et proche du Parisinus gr. 2069.
  • 1613. Heinsius
  • 1644. Bodaeus a Stapel. Proche de l'Aldine, "la plus intéressante pour les conjectures proposées par l'éditeur dans ses notes, et surtout pour celles de deux humanistes, J.C. Scaliger et R. Constantinus, dont les commentaires suivent chaque chapitre. Theophrasti Eresii de Historia plantarum libri decem graece et latine. In quibus textum graecum..., latinam Gazae versionem... rariorum plantarum iconibus illustravit Joannes Bodaeus a Stapel,... Accesserunt Julii Caesaris Scaligeri in eosdem libros animadversiones, et Roberti Constantini annotationes... Amstelodami : apud H. Laurentium, 1644. In-fol., pièces limin., 1187 p. et l'index. livre en ligne au JB de Madrid et à la BU Santé de Paris
  • 1818-21. Schneider, J. G. & Link. 5 tomes. Leipzig. I - texte grec ; II - traduction latine ; III - commentaires de H.P ; IV - commentaires de C.P. ; V - addenda et corrigenda. "Schneider n'eut de l'Urbinas qu'une connaissance tardive et indirecte."
  • 1842. F. Wimmer. Breslau. Texte fondé sur l'Urbinas tel que l'édition de Schneider permettait de le reconstituer. "notes critiques intéressantes".
  • 1854. F. Wimmer. Leipzig, Teubner.
  • 1866. F. Wimmer. Paris, Didot. Texte fondé sur l'Urbinas tel que l'édition de Schneider permettait de le reconstituer. "avec une traduction latine et un Index plantarum fondé sur les déterminations des botanistes Sprengel et Fraas, à utiliser avec une grande prudence.".
  • 1916-26. A. Hort. Theophrastus. Enquiry about plants. And minor works on odours and weather signs. With an English translation by Sir Arthur Hort. (Collection Loeb). Cambridge (Massachusetts), Harvard Univ. Press ; London, William Heinemann. vol. 1, 1916, livres I-V : XXVII-475 p. vol. 2, 1926, livres VI-IX : IX-499 p.
    • Reprend le texte grec de Wimmer (1842). "Si la traduction anglaise a l'avantage de mettre l’Historia plantarum à la portée du grand public, l’Index of plants publié à la fin du tome II a fourni au Greek-English Lexicon de Liddell-Scott-Jones tout un contingent de déterminations imprudentes ou manifestement erronées, auxquelles l'autorité de ce dictionnaire garantit une longévité regrettable."
  • 1988-2006. S. Amigues. Théophraste. Recherches sur les plantes. Traduit par Suzanne Amigues. Paris, Les Belles Lettres. Tome 1 : Livres I-II. LVIII-211 p. 1988. Tome 2 : Livres III-IV. X-423 p. 1989. Tome 3 : Livres V-VI. XII-264 p. 1993. Tome 4 : Livres VII-VIII. XII-237 p. 2003. Tome 5 : Livre IX. Index. 399 p. 2006.
    • Cette édition, la première en français, s'appuie complètement sur l'Urbinas, et renouvelle la compréhension de Théophraste, tant au niveau de ses concepts que de l'identification des plantes, révisée avec l'aide de plusieurs botanistes, dont Pierre Quézel et Werner Greuter. Les notes copieuses permettent au lecteur d'en faire un usage critique.
Données résumées d'après Amigues (1988).

en anglais

  • 1916. Enquiry into Plants: Books 1-5. Traduit par A. F. Hort. Loeb Classical Library. Vol 1 - Vol 2
  • 1926. Enquiry into Plants: Books 6-9; Treatise on Odours; Concerning Weather Signs. Traduit par A. F. Hort. Loeb Classical Library.

en allemand

  • Sprengel, Kurt, 1822. Halle. "This is not an edition of the text, but a copious commentary with German translation." (Hort)

en français

  • 1988-2006. Recherches sur les plantes. Traduit par Suzanne Amigues. Paris, Les Belles Lettres. 1988-2006. 5 tomes. Tome 1, Livres I-II. 1988. LVIII-146 p. Tome II, Livres III-IV. 1989. 306 p. Tome III, Livres V-VI. 1993. 212 p. Tome IV, Livres VII-VIII, 2003. 238 p. Tome V, Livres IX. 2006. LXX-400 p. Première édition en français. Noms grecs et identifications sur Pl@ntUse.
  • 2010. Amigues, Suzanne. Théophraste. Recherches sur les plantes. Paris, Belin. 432 p. Richement illustré. Appareil critique simplifié.

De causis plantarum

  • 1989-1990. De Causis Plantarum. Traduit par B. Einarson and G. Link. Loeb Classical Library. 3 volumes.
  • 2012. Les causes des phénomènes végétaux. Texte [du De causis plantarum] établi et traduit par Suzanne Amigues. Paris, Les Belles Lettres. Livres I et II. 237 p.

De odoribus

Ce petit traité nous a été transmis isolé, mais il semble faire partie du De causis plantarum.

  • Squillace Giuseppe, 2010. Il profumo nel Mondo antico. Con la prima traduzione italiana del"Sugli Odori" di Teofrasto. Firenze, Leo S. Olschki. XX-280 p. (Biblioteca dell'Archivium Romanicum). comporte le texte grec et la traduction en italien.

Les noms des plantes dans Théophraste

Jusqu'à la Renaissance, l'œuvre de Théophraste n'était connue qu'indirectement, au travers de citations dans Pline l'Ancien. Les botanistes l'ont alors redécouvert, et leurs premières œuvres consistaient largement en commentaires de Dioscoride et de Théophraste.

Linné privilégiait les noms de l'Antiquité grecque et latine, et rejetait les noms "barbares" provenant des langues vernaculaires exotiques. Lui et ses successeurs ont abondamment puisé dans les noms anciens, soit en les retenant en fonction des identifications de l'époque, soit simplement parce que ces noms étaient disponibles et non encore affectés à un genre ou une espèce.

Par la suite, l'identification des plantes de Théophraste s'est appuyée sur la traduction anglaise de Hort, dont les choix se retrouvent gravés dans le marbre des dictionnaires usuels du grec (Liddell-Scott et Bailly). La traduction française de Suzanne Amigues (1988-2006) renouvelle considérablement la question, en s'appuyant sur des données botaniques récentes.

En conséquence, ceux qui souhaitent se référer aux noms grecs de Théophraste ne doivent pas recourir aux sources passées, si ce n'est pour éclairer les choix de Linné et des autres botanistes. Ils doivent partir de la version offerte par Suzanne Amigues, qui réfute dans un appareil critique important les identification erronées et en propose de nouvelles.

Pour rendre accessible de façon simple ces nouvelles identifications, nous reproduisons dans Pl@ntUse les index de la version de Suzanne Amigues.

Références

Liens