Myrtacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Punicacées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Cynomoriacées


[171]

281. Myrtus communis L.

[II/876; p:553] MYRTACÉES

Cette espèce est considérée comme atringente.

M. - Les fleurs sont, selon TROTTER (1915), employées, en poudre, mélangées à quelques autres herbes aromatiques telles que l' « origan » (*), pour préparer des lotions capillaires.

Pour le Maghreb, de nombreux emplois sont notés par BOUQUET (1921) et GATTEFOSSÉ (1921) :

- la décoction de fleurs s'emploie contre les troubles de la circulation sanguine,

- l'infusion de la plante entière est antidiarrhéique,

- la macération, dans l'eau sucrée ou miellée, des baies est utilisée contre la variole,

- l'écorce des racines est un médicament astringent,

- la fumigation de feuilles est réputée contre les douleurs.

En plus de l'usage en tisane, signalé par BURNET (1939) (cf. à Artemisia arborescens n° 428) quelques indications médicinales de cette espèce sont rapportées dans la littérature.

Considérées astringentes, les feuilles sont, de plus, signalées par DUCROS (1930) et KOTOB HUSSEIN (1979) comme intervenant dans les soins contre les hémorroïdes et les maladies de la peau. DU­CROS ajoute que les fruits du myrte également astringents et aroma­tiques produisent une huile employée comme stimulante et raffermis­sante.

Les feuilles ont, en pharmacie, quelques emplois dûs à leur te­neur élevée en tanin (PARIS et DILLEMAN, 1960). La teinture et l'extrait liquide sont utilisés dans les soins contre les leucorrhées, les affections pulmonaires, les hémorroïdes, rapportent PARIS et MOYSE (1967), puis LEMORDANT et al. (1977) (ar. = rihan; fr. = myrte).

D. - L'essence est aussi utilisée en parfumerie (PARIS et MOYSE).

  • origan = Origanum majorana L. (fam. des LABIÉES).