Punicacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Lythracées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Myrtacées



[170]

280. Punica granatum L.

[II/sans n°; p:552] PUNICACÉES

Douée de propriétés anthelmintiques, au niveau de l'écorce de la racine, cette espèce a également des propriétés tannantes.

A. - Le fruit est consommé et était autrefois pressé pour obtenir la grenadine.

M. - Les feuilles sont employées comme hémostatique alors que l'écorce, du tronc et de la racine, a des propriétés vermifuges (TROT­TER, 1915). De nombreux autres emplois au Maghreb sont, en plus, signalés par BOUQUET (1921) et GATTEFOSSÉ (1921) :

- les feuilles et les écorces du fruit sont utilisées contre les hé­moptysies,

- les fleurs, macérées dans du lait de chamelle, guériraient des dartres du visage ; mais il faut que les fleurs soient tombées rou­ges d'un arbre ne portant pas de fruit,

- la poudre de fleurs et d'écorce s'emploie comme dentifrice pour fortifier les dents et guérir les saignements des gencives,

- cette même poudre additionnée de charbon de bois et de « noix de galle » (cf. Quercus) sert pour sécher et cicatriser les plaies purulentes,

- les feuilles et l'écorce du fruit sont fortement astringentes et antidiarrhéiques.

Les fleurs sèches de Punica granatum sylvestris L. (*) (ar. = gol­nar) seraient, en thérapeutique traditionnelle, en Egypte (DUCROS, 1930), employées à l'intérieur en infusion ou décoction comme astrin­gent et à l'extérieur en application comme collutoires.

De fait, selon MOLAINE (1962) ce sont les alcaloïdes qu'elle contient qui confère à l'écorce de la racine ses propriétés d’anthelmintiques signalées depuis l'antiquité, époque à laquelle l'écorce du fruit était déjà utilisée pour les soins en cas de diarrhées et d'hémorragie.

D. - Selon MOLAINE l'écorce du fruit est utilisée depuis l'an­tiquité pour le tannage des peaux. Elle est encore employée en teinturerie (TROTTER, 1915 ; POINSOT et REVAULT, 1937 ; COUS­TILLAC, 1958), et cette teinture sert éventuellement au marquage des animaux (RENON s.d.).


[171]

(*) Punica granatum sylvestris L. serait de fait le grenadier sauvage, mais nous n'avons pas trouvé trace de cette combinaison.