Diospyros lotus

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Diospyros lotus L.

alt=Description de l'image Diospyros lotus 01.jpg.
arbre en fruits
Ordre Ericales
Famille Ebenaceae
Genre Diospyros

2n = 30

Origine : Asie tempérée

sauvage et cultivé

Français plaqueminier du Levant
Anglais date-plum


Résumé des usages
  • fruit consommé séché et bouilli
  • arbre planté comme ornemental


Description

  • arbre atteignant 15-30 m de haut
  • feuilles alternes, simples, ovales
  • plante habituellement dioïque ; fleurs mâles par 2-3, rougeâtres, de 4 mm de diamètre ; fleurs femelles solitaires, de 6 mm de diamètre
  • calice à 4 lobes accrescents
  • corolle en tube, à 4 pétales étalés, jaune verdâtre ou crème
  • ovaire supère
  • fruit : baie globuleuse, avec ou sans graines, jaune pâle puis bleuâtre, de 1-2 cm de diamètre

Noms populaires

Le nom persan signifie "prune-datte", de خرما - xormā (datte) et آلو - ālu (prune). Voir l'étymologie de Diospyros.
polonais hurma kaukaska
russe хурма кавказская, хурма обыкновенная - hurma kavkazskaja, hurma obyknovennaja
turc Trabizon hurması (Bedevian)
tadjik хурмо - hurmo (Asimova, 1985)
persan خرمالو - xormālu
hindi amlok (Wealth of India)
japonais mamegaki
chinois jūn qiān zǐ - 君迁子, hēi zǎo


Classification

Diospyros lotus L. (1753)

Cultivars

Histoire

La date d'introduction en Europe est obscure, car cette espèce a été appelée lotus, comme un type de micocoulier (Celtis australis), bien que ses fruits ressemblent plus à la jujube, aussi appelée lotus dans l'Antiquité. Il apparaît clairement à la Renaissance chez Mattioli. Dans l'édition française des Commentaires sur Dioscoride de 1572, on trouve p. 166 des dessins de Micoc. faus et Micoc. afric., et on lit :

Au reste Augier de Busbecke m'a envoyé de Constantinoble une plante, sous laquelle estoit escrit, Dattes douces & plaisantes au goust, de Trapezonde. Je croi qu'il faut mettre cette plante du nombre des Lotes, veu mesmement qu'Athenee a escrit Polybe avoir dit du lotus, ce que Herodote a dit des dattes. Il ne seroit aussi, peut estre, hors de raison nombrer entre les lotes cette plante que j'ai nommee Pseudolotus, c'est à dire lotus bâtard. (p. 166)

Dans l'édition latine de 1586, on trouve :

  • un dessin de Diospyros intitulé Pseudolotus, Italis loto bastardo et le texte Italiæ peregrina hæc arbor est, & raris in viridarijs habetur. (p. 156) ;
  • un dessin de Diospyros intitulé : Lotus africana altera, Italis, Legno santo, sed falso et le texte Habetur arbores multis in locis in Italia, è longinquis tamen regionibus allatæ. (p. 157).

On peut en conclure que Diospyros lotus a été introduit en Italie à l'époque de Mattioli, et que celui-ci l'a classé avec le micocoulier. Il ne l'a pas comparé avec la jujube, qu'il appelle zizypha. Bauhin a repris ce nom de Lotus, et Linné a gardé le lien avec le Celtis en retenant Diospyros, qui était le nom du fruit de Celtis.

Usages

Références

  • Wealth of India (The), 1952. A dictionary of Indian raw materials and industrial products. Vol. 3. Raw materials : D-E. New-Delhi, Council of scientific and industrial research. XX-236-XXX p., 22 pl., index vol. 1-3.

Liens