Renonculacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Caryophyllacées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Berbéridacées


[91]

135. Nigella sativa L.

[II/224; p:l45] RENONCULACÉES

La vertu purgative de cette espèce dont on utilise essentiellement les graines, est souvent rapportée parmi d'autres indications très diverses.


A. - Les grainee sont employées pour aromatiser le miel (DU­VEYRIER, in TROTIER, 1915) et ce mélange est lui même considéré comme apéritif. Le même auteur signale également qu'en Algérie ces graines sont ajoutées aux pains et aux galettes comme condiment. Ces propos sont également rapportés par BOUQUET (1921).

GOBERT (1940) et DUTHU et al. (1954) notent que pour décorer le pain, on le parsème avant de le porter au four d'une pincée de graines de nigelle.

M. - Les graines de la nigelle « habbet es souda » sont, dans le Coran, considérées comme étant une panacée (BOUQUET, 1921).

L'usage de » sanoudj » pour faire, en cas de fièvre, transpirer le malade a été signalé par LARRIBAUD (1952) (cf. à Fœniculum vul­gare, n° 305).

[92]

Il apparaît que lee graines de nigelle ont été de tout temps très employées ; ainsi déjà DIOSCORIDE (in DUTHU el al., 1954) en indiquait de nombreux usages :

- en friction contre les maux de tête et la lèpre, - en décoction contre lee maux de dents, - en poudre et reepirées pour soulager lors des rhumes de cerveau, - comme diurétiques, emménagogues et galactogènes.

Les emplois actuels, em pays arabes, seraient encore voisins de ceux signalés par DIOSCORIDE, rapportent DUTHU et al.

Dans les propos de TROTTER, il est aussi noté que les graines sont reconnues comme diurétiques et emménagogues.

Des propriétés carminatives, emménagogues, diurétiques et anthelmintiques sont reconnues en Egypte (DUCROS, 1930) à la semence de cette espèce (ar. = kammoun asswad).

Au Gourara (Sud algérien), REBOUL (1953) rapporte que Nigella sativa (« kammoun el akhal ») et Ferula assa·fœtida (*) («hentit»), écrasées dans l'hui!le, sont employées, comme liniment, contre les rhu­matismes et servent aussi à aromatiser le couscous.

En mélange à celles de Trigonella fenum-graecum L., les graines de « sanoudj » ou de « kemmoun el-akhal », bouillies dans du lailt, sont employées pour combattre le « marr » et la constipation (MAIRE et SAVELLI, 1955). Les mêmes auteurs signalent également, comme REBOUL, la préparation d'un liniment.

Au Sahara oranais (PASSAGER et BARBANÇON, 1956), l'infu­sion du « sanoudj » est recommandée contre les nausées , gastralgies, vomissements et les coliques. On y recommande aussi, contre ·les coliques post-partum, l'absorption d'un œuf cuit à la poële avec du cumin (**) et du « sanoudj ».

Ecrasées et prises dans de l'eau ou du lait, les graines de « sanoudj » sont considérées au Sahara algérois comme efficaces contre la constipation et les céphalées notent PASSAGER et DOREY (1958); ils indiquent également que l'espèce entre dans une préparation avec le

[93]

coriandre (**), le cumin (**) et du sucre; cette préparation « donne aux garçons force et courage et aux filles beauté et santé » à raison d'une cuillerée à soupe le matin en hiver.

Dans toute l'Afrique du Nord, les graines de Nigella sativa (tam. = tikâmmine ; ar. = sanoudj, habet est soûda, bou nafâa ; fr. = nigelle) s'emploient, particulièrement en période de Ramadan, comme aromate sur les pains note GAST (1968) qui révèle aussi que pour favoriser l'appétit et se fortifier, on prend à titre de médication le ma· tin quelques graines de nigelle sur un peu de miel.

PARIS et MOYSE (1967) mentionnent que dans l'huile essentielle de cette graine on a séparé la nigellone active contre le bronchospasme provoqué par l'histamine.

T. - DUTHU et al. (1954) notent qu'il est signalé, chez cette espèce (ar. = sanouj ; ber. = tikamnin), deux alcaloïdes et que l'on pouvait déceler une toxicité éventuelle consécutive à des inhalations répétées lors de soins comme ceux, par exemple, des rhumes de cerveau. Le pouvoir nécrosant de produits essentiels volatils contenus dans l'essence de nigelle est incontestable.

(*) Ferula assa·foetida L. (famille des Ombellifères) absente de la flore tunisienne.

(**) ar. = kemmoun ; fr. = cumin = Cuminum cyminum L. - Coriandre = Coriandrum sativum L.


136. Nigella damascena L.

[II/225; p:145]

M. - La drogue, obtenue à partir des graines, est employée comme inhibiteur des contractions musculaires, hypotenseur et hypothermisant. L'intérêt antispasmodique de cette plante (ar. = habbet es souda, sinouch ; fr. = nigelle) a également été relevé par LEMORDANT et al. (1977).


137. Delphinium staphysagria L.

[II/232; p:151] RENONCULACÉES

M. - Les graines de cette espèce sont utilisées au Maroc pour le traitement de la teigne (GATTEFOSSÉ, 1921).

DUCROS (1930) rapporte que le nom d' « herbe aux poux » est dû aux propriétés antivermineuses des graines de cette espèce. Etant


[94]

âcre, corrosive et vomitive, la semence est essentieLlement employée à l'extérieur en poudre ou en décoction, dans les affections pédiculaires, la gale et les dartres.


138. Anemone coronaria L.

[II/233 ; p : 151] RENONCULACÉES

M. - Cette « anémone » est appréciée pour ses propriétés détersives (DUCROS, 1930) qui justifient l'emploi de son suc, en décocté ou en collyre, contre les taies de l'œil et la cataracte. La fleur desséchée et pulvérisée sert à la cicatrisation des ulcères et sa graine est em­ployée dans les soins de la lèpre.

139. Ranunculus sceleratus L.

[II/240 ; p : 156] RENONCU­LACÉES

M.- PARIS et MOYSE (1967) soulignent qu'à l'état frais les propriétés vési­cantes, de Ranunculus bulbosus (*) et Ranunculus sceleratus, sont dues à la ranun­culine et à la protoanémonine dont la teneur est maximale dans les plantes fleuries.

(*) Ranunculus bulbosus L. n'est pas signalé dans la Flora de la Tunisie de POTTIER·ALAPETITE.

140. Ranunculus macrophyllus Desf.

[II/243; p:157)

A. - Comme celles de Trigonella fœnum-graecum, les graines de cette espèce servent à engraisser les femmes.

M. - Selon RAYNAUD (in GATTEFOSSÉ, 1921), l'espèce est considérée purgative et vomitive.


141. Ranunculus ficaria L.

[II/252; p:161]

Tous les taxons, retenus comme présents en Tunisie appartien­nent à la ssp. ficariiformis (F. Schultz) Rouy et Fouc. de cette espèce que Flora europaea signale sous la combinaison ssp. ficariiformis Rouy et Fouc..

Ficaria ranunculoides Mœnch. parfois cité, constitue une syno­nymie que nous pensons pouvoir admettre de R. ficaria L.


[95]

M. - PARIS et MOYSE (1967) signalent chez « La Ficaire » (= Ficaria ranunculoides Mœnch) des propriétés vésicantes.

Dans les propos de LEMORDANT et al. (1977), cette espèce (ar. = bou Tegha ; fr. = ficaire) est un antihémorroïdaire .


142. Adonis annua ssp. autumnalis (L.) Maire et Weill.

[II/254; p:162] RENONCULACÉES

Nous avons supposé que A. automnalis L. cité par PARIS et MOYSE (1967) correspondait à la ssp. autumnalis (L.) Maire et Weill. de la Flore de la Tunisie. De fait dans Flora europaea, A. annua L., retenu comme étant en vigueur, admet A. autumnalis L. comme synonyme.

M.- De faible activité cardiotonique, ce taxon et A.aestivalis sont rejetés par la pharmacopée mais sont parfois illicitement utilisés en substitution de Adonis ver­nalis L. (*), plus actif (PARIS et MOYSE, 1967).

  • A. vernalis : espèce absente de Tunisie.

143. Adonis aestivalis L.

[II/255; p:163]

M. - Au Maroc (GATTEFOSSÉ, 1921) cette plante est réputée emménagogue. PARIS et MOYSE (1967) lui attribuent des propriétés similaires à celles d'Adonis annua ssp. automnalis (cf. n° 142).


144. Adonis dentata Del.

[II/256; p:163]

Nous avons adopté la synonymie présentée par QUEZEL et SAN­TA où A. microcarpa DC. équivaut à A. dentata Del. combinaison de référence de la Flore de la Tunisie. De fait BOULOS (1979) après Flora europaea semble réfuter cette équivalence quand il spécifie que c'est Adonis dentata auct. non Delile qui est synonyme de A. microcarpa DC.

M. - Selon TROTTER (1915) Adonis microcarpus DC. est une plante médicinatle utilisée pour le cœur mais il pense qu'elle n'est paa en fait employée en Libye.

Selon KOTOB HUSSEIN (1979) Adonis microcarpus contient des glucosides et dea saponines.


[96]

T. - Adonis ·microcarpus DC. serait mortelle pour le bétail note CHIOVENDA (in TROTTER).