Orobankhê (Dioscoride)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
ôkimon
De Materia Medica (Dioscoride, 1er siècle)
tragopôgôn


Texte grec de Wellmann

2.142.1 <ὀροβάγχη>· οἱ δὲ κυνομόριον, οἱ δὲ λέοντα, Κύπριοι δὲ θυρσῖτιν καλοῦσι. καυλίον ἐστὶν ὑπέρυθρον, ὡς δισπιθα- μιαῖον, ἐνίοτε δὲ καὶ μεῖζον, ἄφυλλον, ὑπολίπαρον, τρυφερόν, ἔνδασυ, ἄνθεσιν ὑπολεύκοις ἢ μηλίζουσι κεχρημένον. ῥίζα δὲ ὕπεστι δακτύλου τὸ πάχος, κατατιτραμένη πρὸς τὴν τοῦ καυλοῦ ξηρασίαν. δοκεῖ δὲ φυόμενον ἐν ὀσπρίοις τισὶ πνίγειν αὐτά, ὅθεν καὶ τὴν προσωνυμίαν ἔσχηκε. λαχανεύεται δὲ καὶ ὠμὸν καὶ ἑφθόν, ἐκ λοπάδος ὡς ἀσπάραγος ἐσθιόμενον, καὶ ὀσπρίοις δὲ συνεμβληθὲν τάχιον αὐτὰ δοκεῖ ἑψεῖν.

Identifications proposées

Identifications proposées :

  • Orobanche crenata (Beck)
  • (Aufmesser)
  • (Berendes)
  • (García Valdés)
  • (Osbaldeston)

Traduction française

L'orobanche ou "plante qui étouffe l'ers", également appelée "verge de chien", "lion" et à Chypre "plante à thyrse" : c'est une petite tige rougeâtre, d'environ deux empans, parfois même davantage, sans feuilles, un peu grasse, tendre, couverte de poils, garnie de fleurs blanchâtres ou tirant sur le jaune vif. A la base se trouve une racine de la grosseur d'un doigt, qu'on perce pour provoquer le desséchement de la tige. Poussant au milieu de légumineuses, l'orobanche passe pour les étouffer, d'où son nom. Elle est consommée comme légume, crue et cuite, se mange en plat, comme l'asperge, et en outre passe pour faire cuire plus vite les légumes secs auxquels elle a été ajoutée. (in extenso. - trad. Suzanne Amigues)

= Orobanche crenata Forsk. (note Suzanne Amigues)

Traduction allemande de Berendes

Commentaires de Berendes