Noms des plantes en grec ancien

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Introduction

Comme pour toute langue, l'étude des noms de plantes en grec ancien a un intérêt intrinsèque tant du point de vue de l'histoire des sciences que de la linguistique. Mais le grec joue un rôle unique du fait que, dans l'empire Romain, il est devenu la langue par excellence de la médecine et des sciences en général, y compris à Rome. On a ainsi assisté à un transfert massif du grec au latin de mots désignant des concepts scientifiques, des objets techniques ou des êtres vivants. Ces mots sont restés dans le latin du Moyen-Age et de la Renaissance, et les scientifiques ont pris l'habitude d'emprunter de nouveaux mots tant au grec qu'au latin. Cette tradition a perduré jusqu'à aujourd'hui dans les langues modernes.

Quiconque s'intéresse à l'étymologie des noms de plantes arrive ainsi souvent à un étymon grec. Il est d'ailleurs de tradition chez les botanistes de mentionner l'étymologie des noms scientifiques qu'ils utilisent. L'étymologie aide certes à mémoriser les nombreux noms scientifiques nécessaires aux botanistes. Mais ces derniers ont une fâcheuse tendance à ne consulter pour cela que les ouvrages de leurs prédécesseurs botanistes, et reproduisent ainsi à l'infini bien des erreurs.

"Le recensement de toutes ces citations [de noms de plantes dans la litterature grecque] serait une entreprise considérable qui n'a d'ailleurs jamais été tentée. L'abondance des références botaniques dans certains ouvrages a toutefois conduit quelques spécialistes à effectuer des inventaires complets des plantes qui y sont mentionnées. C'est ainsi qu'ont été publiées des Flores d'Homère, d'Hérodote ou de Théocrite ou encore de simples Index de noms de plantes relevés dans une œuvre particulière. Malheureusement, leurs auteurs sont loin d'être toujours parvenus à identifier correctement les plantes qu'ils avaient soigneusement dénombrées et le nombre de textes qui ont fait l'objet de tels inventaires demeure fort modeste à ce jour." (Ducourthial, 2003, p. 17-18)

A cela il faut ajouter que les versions imprimées des textes concernés ne comportent habituellement pas d'index des noms de plantes, quand leur orientation principale n'est pas botanique.

Les auteurs et leur influence

Trois auteurs grecs ont eu une profonde influence sur l'émergence de la botanique et les noms des plantes, Théophraste, Dioscoride et Galien.

Le plus important est Dioscoride, qui cite environ 1500 plantes. Le livre écrit par Dioscoride (Ier siècle après JC.), connu sous les noms de De Materia Medica ou Peri hulês iatrikês, a eu une profonde influence, étant recopié et modifié, pendant tout le Moyen-Age, commenté et interprété à la Renaissance, utilisé et cité jusqu'à l'époque contemporaine, et pris comme modèle par plusieurs auteurs. De nombreux manuscrits sont connus en grec, latin, arabe et persan (les manuscrits syriaques semblent perdus).

Quant à Théophraste, il cite environ 500 plantes. Bien que cité par Pline l'Ancien, son œuvre a été inconnue de tout le Moyen-Age, et peu de manuscrits ont survécu. Il n'a commencé à être connu que par sa traduction latine par Gaza (vers 1450), imprimée en 1483, le texte grec étant imprimé en 1497. On a alors découvert qu'il avait élaboré une véritable vision scientifique de la botanique, alors que Dioscoride se concentrait sur la matière médicale. Voir les Noms grecs de Théophraste sur Pl@ntUse.

Par contre, Galien, avec son œuvre De Simplicibus, composée vers 180 après JC., allait fonder tout un courant de la médecine du Moyen-Age, appelée galénique en Occident, Iunani par les Arabes, et Unani en Inde. Galien cite souvent Dioscoride.

Dioscoride et Galien ont également été largement à la base de la médecine arabe, et leur influence s'est étendue jusqu'à l'Inde.

Les noms grecs sur Pl@ntUse

Références générales

  • Bailly Anatole, 1950. Dictionnaire grec-français. Edition revue par L. Séchan et P. Chantraine. Paris, Hachette. XXXII-2200 p.
  • Chantraine Pierre, 1968-1980. Dictionnaire étymologique de la langue grecque. Histoire des mots. Paris, Klincksieck. 2 vol, 28 cm, XVIII-1368 p. en ligne sur archive.org.
  • Liddell, Henry Georges & Scott, Robert, 1983. A Greek-English Lexicon. Revised and augmented throughout by Henry Stuart Jones. With a supplement 1968, edited by E.A. Barber. Oxford, Clarendon Press. XLVI-2042 p. Suppl. : XI-153 p. ed. 1: 1843. ed. 9 revue par Henry Stuart Jones: 1940. Les modifications ultérieures font l'objet du supplément de 1968. Noms botaniques fournis ou révisés par William Thiselton-Dyer et Arthur Hort. Ce dictionnaire est la référence des spécialistes ; il est plus complet et plus précis que le Bailly, et il donne les noms scientifiques des plantes et des animaux, ce que ne fait pas Bailly. Mais les noms de Hort s'appuient sur les identifications proposées par Sprengel et Fraas au XIXe siècle, qui sont souvent hasardeuses. en ligne sur le Thesaurus Linguae Graecae, mais il faut entrer les noms en caractères grecs.

Références spéciales

  • Amigues Suzanne, 1990. Un conte étymologique. Hélène et les serpents. Journal des savants, n°3-4: 177-198. étymologie de Helenium DOI : 10.3406/jds.1990.1535 [http://en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 1992. Hyakinthos, fleur mythique et plantes réelles. Revue des Études Grecques, 105 (500-501): 19-36. DOI : 10.3406/reg.1992.2533 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 1996. Un cinnamome fantomatique. Topoi, volume 6/2.: 657-664. identification de kasia, kinnamômon DOI : 10.3406/topoi.1996.1685 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 2003. Pour la table du Grand Roi. Journal des savants, n°1. pp. 3-59. DOI : 10.3406/jds.2003.1661 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 2004. Le silphium - État de la question. Journal des savants, n°2: 191-226. DOI : 10.3406/jds.2004.1685 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 2005. Glanes naturalistes dans la collection des Universités de France. Revue des Études Grecques, 118 : 382-390. DOI : 10.3406/reg.2005.4632 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 2007. Le styrax et ses usages antiques. Journal des savants, n°2 : 261-318. DOI : 10.3406/jds.2007.1885 en ligne sur Persée
  • Amigues Suzanne, 2008. Remèdes et poisons végétaux transmis à l’homme par l’animal. In: Le médecin initié par l'animal. Animaux et médecine dans l'Antiquité grecque et latine. Actes du colloque international tenu à la Maison de l'Orient et de la Méditerranée-Jean Pouilloux, les 26 et 27 octobre 2006. Lyon : Maison de l'Orient et de la Méditerranée Jean Pouilloux, pp. 97-107. (Collection de la Maison de l'Orient méditerranéen ancien. Série littéraire et philosophique) en ligne sur Persée
  • André, Jacques, 1958. Notes de lexicographie botanique grecque. Paris, Honoré Champion. 76 p. Recense les noms grecs présents dans les auteurs latins et non mentionnés par Liddell-Scott.
  • Basmadjian, K. J., 1938. L'identification des noms de plantes du Codex Constantinopolitanus de Dioscoride. Journal Asiatique, 30 : 577-621.
  • Bourguignon, Alexandra, 2012. Les emprunts sémitiques en grec ancien. Étude méthodologique et exemples mycéniens. Bruxelles, thèse Université libre. 310 p.
  • Carnoy Albert, 1956. Notes d'étymologie grecque. Revue des Études Grecques, 69 (326-328): 279-289. DOI : 10.3406/reg.1956.3452 en ligne sur Persée
  • Carnoy Albert, 1958. Noms grecs de plantes d'origine pré-hellénique. L'antiquité classique, 27(2) : 305-327. en ligne sur Persée
  • Carnoy Albert, 1959. Dictionnaire étymologique des noms grecs des plantes. Louvain, Publications universitaires.
  • Carnoy Albert, 1960. Les suffixes toponymiques pré-grecs. L'antiquité classique, 29(2) : 319-336. DOI : 10.3406/antiq.1960.3481 en ligne sur Persée
  • Casevitz Michel, 1993. Sur les « mots voyageurs » de l'Inde jusqu'en Grèce. Topoi, 3/2 : 401-406. doi : 10.3406/topoi.1993.1477 et en ligne sur Persée
  • Chantraine, Pierre, 1933. La formation des noms en grec ancien. Paris.
  • Delatte, A., 1939. Anecdota Atheniensia et alia. Liège. tome II : contient, pp. 273-454, l'édition de quinze glossaires de botanique.
  • Fée, A.L.A., 1821. Les plantes d'Homère. in Eloge de Pline, notes, pp. 19-21. Paris, de Dondey-Dupré.
  • Fée, A.L.A., 1832. Flore de Théocrite et des auteurs bucoliques grecs. Paris, Didot. reprint Vaduz, Sändig, 1873.
  • Fellner, S., 1897. Die homerische Flora. Wien, Hölder.
  • Forster E., 1936. Trees and plants in Homer. Classical Review, 50 : 97-104.
  • Forster E., 1942. Trees and plants in Herodotus. Classical Review, 56 : 57-63.
  • Forster E., 1952. Trees and plants in the Greek tragic Writers. Greece and Rome, 21 : 57-63.
  • Jeanselme, E., 1930. Sur un Aide-Mémoire de Thérapeutique byzantin contenu dans un manuscrit de la Bibliothèque Nationale de Paris (Supplé. grec 764). Traduction, Notes et Commentaires. in Mélanges Charles Diehl, tome 1 : 147-170. Paris.
  • Kanngiesser, Friedrich, 1910-12. Die Flora der Herodot. Leipzig, E.C.W. Vogel.
  • Manessy-Guitton Jacqueline, 2008. Sur trois noms à suffixe -sc- : uerbascum, Crespuscus et coruscus. In: Des formes et des mots chez les Anciens. Besançon, Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité. pp. 133-142. (Collection « ISTA », 1120) [en ligne sur Persée
  • Masson, Emilia, 1967. Recherches sur les plus anciens emprunts sémitiques en grec. Paris, Klincksieck (Etudes et commentaires, 67). 127 p.
  • Masson, Michel, 2013. Du sémitique en grec. Paris, alfAbarre. 340 p.
  • Moisan, M., 1990. Lexique du vocabulaire botanique d'Hippocrate. Laval (Canada), Université de laval, Laboratoire de recherches hippocratiques.
  • Skoda Françoise, 2001. Galien lexicologue. In: Dieux, héros et médecins grecs. Hommage à Fernand Robert. Besançon, Institut des Sciences et Techniques de l'Antiquité. pp. 177-196. (Collection « ISTA », 790) en ligne sur Persée
  • Strömberg, R., 1940. Griechische Pflanzennamen. Goteborg.
  • Thomson, Margaret H., 1955. Textes grecs inédits relatifs aux plantes. Paris, les Belles Lettres. 179 p. L'auteur publie divers manuscrits byzantins du XIIe au XVIe siècle.
  • Thomson, Margaret H., 1960. Le jardin symbolique. Texte grec tiré du Clarkianus XI. Paris, les Belles Lettres. 99 p.

Liens