Helianthus annuus

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Helianthus annuus L.

alt=Description de l'image SunflowerSunset.jpg.
champ de tournesol au soleil couchant
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Helianthus

2n = 34

Origine : Etats-Unis et Mexique

sauvage et cultivé

Français tournesol
Anglais sunflower


Résumé des usages
  • l'huile des graines est l'un des oléagineux tempérés les plus importants en Europe depuis les années 1970. On cultive aussi des variétés riches en acide oléique
  • les fruits ou "pépites" sont consommés en en-cas
  • les jeunes capitules peuvent se manger bouillis comme des artichauts
  • nombreuses formes ornementales, à fleurs de couleur variée
  • moelle des tiges comme matériau léger isolant


Description

  • plante herbacée érigée, ramifiée à l'état sauvage, à tige unique à l'état cultivé.
  • feuilles entières, alternes, rudes au toucher
  • capitule radié, à nombreuses fleurs tubulées au centre et fleurs ligulées jaune vif
  • Le capitule floral ressemble à un soleil, et la plante suit le soleil jusqu'à l'ouverture des fleurs. Toutes les plantes regardent alors vers l'est.

Un caractère spectaculaire des tournesols est le fait que tous les capitules en fleurs regardent vers l'est. La jeune plante avant la floraison est tournée vers l'est à l'aube, et suit le soleil pendant la journée. Elle revient dans la nuit à sa position initiale. Mais quand les fleurs s'ouvrent, elles s'immobilisent vers l'est.

On cultive habituellement des hybrides F1, dont tous les individus ont la même hauteur, et un seul gros capitule. La présence d'individus isolés plus élevés, ramifiés et à petits capitules montre que le semence contient des impuretés. Si ces individus sont nombreux, cela veut dire que l'agriculteur a utilisé ses propres semences, et qu'on a donc la génération F2, hétérogène.

Noms populaires

français tournesol, soleil
anglais sunflower
allemand Sonnenblume
néerlandais zonnebloem
italien girasole
espagnol girasol ; chimalate, acahual (Mexique)
catalan gira-sol
portugais girassol
polonais słonecznik
russe подсолнечник - podsolnečnik, подсолнух - podsolnuh
  • Les noms européens sont empruntés à l'italien girasole.
  • Voir les noms dans toutes les langues européennes

Classification

  • subsp. lenticularis (Dougl.) Cockerell (1914) est la forme sauvage de l'ouest de l'Amérique du Nord. Elle est très ramifiée avec de nombreux petits capitules.
  • subsp. annuus var. annuus est une forme adventice de l'est de l'Amérique du Nord.
  • subsp. annuus var. macrocarpus (DC). Cockerell (1914) comprend les formes cultivées, qui ont une tige unique et un gros capitule terminal.

Cultivars

  • Les cultivars dont on consomme les graines en en-cas ont habituellement de gros capitules et de gros akènes rayés de brun et de blanc.
  • Les cultivars utilisés pour l'extraction d'huile ont des capitules moyens et de petits akènes noirs.
    • Les cultivars habituels de tournesol oléagineux ont une huile qui contient 24% d'acide oléique et 65% d'acide linoléique.
    • Les cultivars oléiques contiennent 50% à 90% d'acide oléique. Il doivent être cultivés en isolement par rapport aux autres cultivars (distance de plus de 500 m ) parce que la contamination du pollen abaisserait la teneur en acide oléique.
  • Les cultivars ornementaux ont des fleurs de couleurs diverses, ou des fleurs doubles. Nombre d'entre eux sont des hybrides interspécifiques.

Histoire

Domestication en Amérique du Nord

Le tournesol a été domestiqué par les Amérindiens dans le nord-est des Etats-Unis. Ceux-ci consommaient les graines frillées ou pilées en pâte. Cette pâte avait un usage cosmétique, ou était mélangée à de la farine de maïs pour faire des gâteaux. Mais l'huile n'en était pas extraite.

La plante était cultivée sous forme d'individus isolés dans les champs de maïs ou aux abords. Des cultivars à tige haute et gros capitules ont été sélectionnés.

Lentz et al. (2008a) pensent que le tournesol a aussi été domestiqué indépendamment au Mexique, ce que contestent Brown (2008) et Heiser (2008b), à qui Lentz et al. (2008b) répondent. Brown souligne que les noms mexicains du tournesol sont tous motivés, ce qui indique une origine relativement récente. Heiser ajoute qu'il n'y a aucune mention convaincante chez Hernández et Sahagún.

  • Voir Sunflowers in Buffalo Bird Woman's Garden Recounted by Maxi'diwiac (Buffalo Bird Woman) of the Hidatsa Indian Tribe (ca.1839-1932), edited by Gilbert Livingstone Wilson (1868-1930). Originally published as "Agriculture of the Hidatsa Indians: An Indian Interpretation" by Gilbert Livingstone Wilson, Ph.D. (1868-1930) Minneapolis, The University of Minnesota (Studies in the Social Sciences, #9), 1917. Ph. D. Thesis. Récit passionnant de première main.

Introduction en Europe au XVIe siècle

Les illustrations de Dodoens proviennent de la même gravure sur bois. Elles représentent un type cultivé avec un seul gros capitule. Les feuilles sont dessinées alternes, alors qu'elles sont en fait opposées décussées.

Pendant des siècles, le tournesol a été cultivé comme ornemental. Targioni-Tozzetti le mentionne dans son chapitre sur les plantes ornementales, et Candolle l'omet parce qu'il n'a pas traité les ornementales.

Son usage d'aliment pour les poules a dû commencer alors, et continue à se pratiquer jusqu'à nos jours (sous forme de capitules entiers).

Adoption en Russie comme oléagineux

Ce changement est essentiellement dû à l'Eglise orthodoxe ! Celle-ci imposait en effet de longues périodes de maigre, pendant le Carême et à Noël. Une longue liste d'aliments riches en huile interdits a été compilée au XVIIIe siècle, mais le tournesol n'était pas sur la liste parce qu'il était un nouveau-venu et inconnu. Les paysans ont commencé à cultiver la plante en Ukraine et au Kuban, et les premières usines de trituration ont été créées en 1830.

Dans la première moitié du XXe siècle, les sélectionneurs russes ont amélioré la teneur en huile, et choisi un type de cultivars à petites tiges et capitule moyen. Les cultivars russes se sont alors répandus en Europe de l'Ouest. Hitler aurait envahi l'Union soviétique entre autres pour avoir accès à l'huile de tournesol, l'Allemagne ayant un besoin criant d'huile de cuisson.

Découverte d'un caractére de stérilité-mâle en France

Dans la deuxième moitié du XXe siècle, l'Europe (et en particulier la France) ont commencé à investir dans la recherche d'oléagineux "metropolitains", car elle ne pouvait plus compter sur les huiles coloniales. En 1969, à la station de recherche INRA de Clermont-Ferrand, le français Patrice Leclercq découvrit un caractère de stérilité-mâle cytoplasmique en hybridant un tournesol avec Helianthus petiolaris Nuttall. Cet évènement allait permettre une production facile de semences hybrides F1. Ce caractère est maintenant utilisé dans le monde entier, et la production mondiale de tournesol a doublé. Le tournesol est même retourné en Amérique du Nord en tant que culture commerciale, ce qu'il n'était pas auparavant.

Usages

De la moelle [des tiges], plus légère que le liège, on confectionne des ceintures de sauvetage ert de natation, des bouées, parfois (en Chine) du papier, des poupées, etc. (Fournier, 1948).

De nos jours, la moelle fait l'objet d'essais comme matériau isolant en construction (Magniont, 2010).

Références

  • Anderson, E., 1956. Man as a maker of new plants and new plant communities. in W.L. Thomas (ed.), Man’s role in changing the face of the earth. Chicago. 763 p.
  • Bonjean, Alain (éd.), 1986. Tournesols de France. Saint-Jean d'Angély, CST. 189 p.
  • Bonjean, Alain, 1993. Le tournesol. Paris, Editions de l’Environnement. 242 p.
  • Brown, Cecil H., 2008. A lack of linguistic evidence for domesticated sunflower in pre-Columbian Mesoamerica. Proc. Nat. Acad. Sci. USA, 105 (30) : E47. doi : 10.1073/pnas.0804505105 et PBAS. Signale que les noms de lentz sont tous motivés.
  • Chauvet, Michel, 2018. Encyclopédie des plantes alimentaires. Paris, Belin. 880 p. (p. 139)
  • Fournier, Paul Victor, 1947-48. Le livre des plantes médicinales et vénéneuses de France. Paris, Lechevalier. 3 vol., fig. t. 1 : Abricot à Coloquinte. 1947. LXXVIII-448 p; t. 2 : Consoude à Melon. 1948. 504 p; t. 3 : Menthe à Zacinthe. 1948. 636 p. (Encyclopédie biologique, 25, 31, 32).
  • Harter, Abigail V. ; Gardner, Keith A. ; Falush, Daniel ; Lentz, David L. ; Bye, Robert A. & Rieseberg, Loren H., 2004. Origin of extant domesticated sunflowers in eastern North America. Nature, 430: 201-205.
  • Heiser, Charles B. Jr., 1976. The sunflower. Norman (Oklahoma), Univ. of Oklahoma Press. 198 p.
  • Heiser, Charles B. Jr., 1995. Sunflowers. in Smartt J. & Simmonds N.W. (eds), Evolution of crop plants. 2nd ed., pp. 51-53. (including H. tuberosus)
  • Heiser, Charles B. Jr., 1998. The domesticated sunflower in Mexico ? Genetic Res. Crop Evol., 45 : 447-449.
  • Heiser, Charles B. Jr., 2008a. The sunflower (Helianthus annuus) in Mexico : further evidence for a North American domestication. Genetic Res. Crop Evol., 55(1): 9-13.
  • Heiser, Charles B. Jr., 2008b. How old is the sunflower in Mexico? Proc. Nat. Acad. Sci. USA, 105 (30) : E48. doi : 10.1073/pnas.0804588105 et PNAS.
  • Lentz, David L. ; Pohl, Mary E.D. ; Alvarado, José L. ; Tarighat, Somayeh & Bye, Robert, 2008a. Sunflower (Helianthus annuus L.) as a pre-Columbian domesticate in Mexico. Proc. Nat. Acad. Sci. USA, 105 (17) : 6232-6237. doi : 10.1073/pnas.0711760105 et PNAS.
  • Lentz, David L. ; Pohl, Mary DeLand & Bye, Robert, 2008b. Reply to Rieseberg and Burke, Heiser, Brown, and Smith: Molecular, linguistic, and archaeological evidence for domesticated sunflower in pre-Columbian Mesoamerica. Proc. Nat. Acad. Sci. USA, 105 (30) : E49-E50. doi : 10.1073/pnas.0805347105
  • Lentz David L., Pohl Mary E.D., Pope Kevin O. & Wyatt Andrew R., 2001. Prehistoric sunflower (Helianthus annuus L.) domestication in Mexico. Econ. Bot., 55(3): 370-376.
  • Magniont, Camille, 2010. Contribution à la formulation et à la caractérisation d'un écomatériau de construction à base d'agroressources. Toulouse, Thèse. 343 p. en ligne
  • Pappalardo Joe, 2008. Sunflowers: the secret history: the unauthorized biography of the world's most beloved weed. Woodstock, Overlook Press. 256 p.
  • Saramandu Nicolae & Uritescu Donin, 1997. Tournesol. Carte de motivations. Commentaire XXXV. in Atlas Linguarum Europae (ALE). Vol. I - Commentaires. Fasc. 5 : 129-139.
  • Sauer Jonathan D., 1994. Historical geography of crop plants. A select roster. Boca Raton, CRC Press. 309 p.

Liens