Cactacées (Le Floc'h, 1983)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Violacées
Le Floc'h, Ethnobotanique tunisienne, 1983
Thyméléacées


[161]

274. Opuntia ficus-indica (L.) Mill.

[II/sans n°; p. 543] CACTACÉES

Nom accepté : Opuntia ficus-indica

Ce taxon est présenté

- soit comme espèce,

- soit comme variété de Opuntia vulgaris Miller que nous avons considérée absente de Tunisie puisque n'ayant pas été citée par POT­TIER-ALAPETITE (1979).

Il existe deux formes, l'une épineuse, l'autre non épineuse et dite « cactus inerme ».


[162]

De cette espèce probablement introduite en Afrique du Nord par les « Andalous » on tire nourriture et remède.

A.T. - La figue de Barbarie (*) a, signale GOBERT (1940), des propriétés nutritives très prononcées. Cependant, si l'on base en­tièrement l'alimentation sur ce fruit, la famille prend soin le matin, de consommer une bouillie de « tchich » qui est dite « lit de la figue » (ferch el hindi). Sans cette précaution le fruit, consommé toujours avec ses pépins, provoque une très sévère constipation pouvant aller jusqu'à l' obstruction et la mort.

M. - Les raquettes dépourvues de leurs épines servent à faire des cataplasmes, les fleurs sont utilisées contre les diarrhées (ainsi d'ailleurs que les fruits) usages très fréquemment rapporté (GATTE­FOSSÉ, 1921).

DORVAULT et WEITZ (1945) rapportent que, déterminant la constipation, la figue est un remède populaire contre la diarrhée et la dysenterie.

Dans les cas de teigne la « figue de Barbarie » est, éventuellement, utilisée comme détergent des lésions (PASSAGER et BARBANÇON, 1956).

LOUIS (1963) a relevé que la raquette, du « cactus inerme », fendue en deux dans le sens de son épaisseur puis mise à chauffer contre les parois du four à pain, est appliquée, très chaude, en cata­plasme pour guérir les maux de ventre.

L'inefficacité des raquettes, broyées et expérimentées, comme larvicide a été démontrée par SERGENT et SERGENT (1928).

S'ils notent aussi que les fleurs sont employées pour leurs vertus antidiarrhéi­ques, PARIS et MOYSE (1967) rapportent de plus que l'on reconnaît à l'espèce des propriétés antispasmodiques et que le fruit renferme de la pectine.

D. - La plante peut éventuellement servir à préparer une bois­son alcoolisée (TROTTER, 1915).

Pour que le beurre se conserve longtemps les bédouins ont coutume (RENON s.d.) de le mélanger à une sorte de confiture (« d'hi­na mrobba »), faites avec des dattes (**) ou des figues de Barbarie.

(*) Il s'agit du nom français du fruit de Opuntia ficus indica (L.) Miller. (**) Phœnix dactylifera L. (fam. des Palmiers).