Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Modifications

Aller à : navigation, rechercher

Tabac (Cazin 1868)

6 octets supprimés, 15 septembre 2014 à 20:29
aucun résumé de modification
(NICOTINE. — A L'INTÉRIEUR. - De 1 13 gouttes dans un véhicule approprié, par jour, à doses fractionnées et graduellement. Rarement employée et demandant une grande circonspection. Voyez page 1061.)<br \>
A L'EXTÉRIEUR. — De 10 à 30 gouttes, en injection dans la vessie.<br \>
Teinture de nicotine : nicotine, 1 gr.; alcool faible, 30 gr. On en imbibe des compresses qu'on applique sur les parties douloureuses.<br \>
Le tabac entre dans la composition du baume tranquille, dans le sirop de Quercetan et autres préparations aujourd'hui inusitées.
|}
(1) On a inventé un grand nombre d'appareils fumigatoires pour introduire la fumée de tabac dans le rectum. Le plus simple de tous et le meilleur est celui de Gaubius. Il consiste dans un soufflet de cuisine dont le tuyau est garni de cuir pour ne pas blesser l'intestin, et à l'âme duquel on adapte un entonnoir. La fumée, reçue dans ce dernier et introduite dans le soufflet, est pressée ensuite doucement dans le rectum.
 
(Les exemples d'empoisonnement par le tabac et ses préparations fourmillent dans les ouvrages classiques et les recueils périodiques.
pour avoir fumé dix pipes. Ce sont là des faits exceptionnels, et comme excès et comme effets produits. Le tabac n'est réellement nuisible que lorsque l'habitude est invétérée. On observe chez les fumeurs de profession des altérations locales de la muqueuse buccale et des symptômes généraux, qui frappent les appareils de la digestion, de la circulation, de la respiration et de l'innervation.
Le fumeur éprouve une sensation continuelle de chaleur dans la boucheet dans la gorge qui pousse à la soif. Ses lèvres et ses gencives sont enflam-méesenflammées, ses dents deviennent jaunes, et prennent une teinte enfumée, leurémail s'altère; le frottement du tuyau de la pipe arrive même à user com-plètement complètement les canines. Son contact, surtout lorsqu'on use de la pipe ditekûle''brûle-gueule '' et l'huile empyreumatique qui en sort produisent sur la mu-queuse muqueuse de l'érythème ou même des aphthes et des ulcérations; il s'ensuitaussi quelquefois une altération de l'épithélium, qui devient épais et blan-châtreblanchâtre, puis passe à l'état d'épithelioma grave. Le brûle-gueule est en effetreconnu comme une des causes les mieux établies du développement ducancer épithélial papilliforme. D'après une statistique due à Leroy, le can-croïde cancroïde des lèvres figure à peine pour un centième chez la femme, tandisque chez l'homme la proportion monte à plus d'un vingt-sixième. Le can-cer cancer de la langue pourrait, comme ce dernier, mériter le nom de ''cancer desfumeurs''.
Cette action irritante locale a engagé Diday à prohiber formellement letabac dans la syphilis, car il entretient les plaques muqueuses par cetteirritation constante. Bien plus, il propage le virus, car un tuyau de pipePeut peut le colporter et le transmettre (1).
La sécrétion des glandes buccales et celle des glandes salivaires est aug-mentéeaugmentée ; l'expuition fréquente qui en est la conséquence est repoussante etfinit par épuiser.
L'haleine contracte une odeur caractéristique des plus répugnantes que l'onparvient à peine à neutraliser par la racine d'iris, les tablettes de cachou, etc.
>es Les fonctions digestives sont troublées; si la fumée de tabac est quelque-
(1) Histoire naturelle de la syphilis, leçons professées à l'Ecole pratique, 1863.downloadModeText.vue.download 1077 sur 1308____________________
(1) ''Histoire naturelle de la syphilis'', leçons professées à l'Ecole pratique, 1863.
1048 TABAC.
fois un léger excitant de la digestion, par l'abondance de la sécrétion sastrique, qui paraît sympathiquement liée à celle de la salive (Cl. Bernard) \\est patent que l'habitude qui nous occupe détermine de la lenteur dans lesdigestions, delà dyspepsie flatulente ou acide; on l'a aussi accusé d'êtreune des causes efficientes du cancer de l'estomac.[1048]
Lfois un léger excitant de la digestion, par l'usage prolongé du tabac a sur les mouvements du coeur une action abondance de la sécrétion gastrique, quiparaît sympathiquement liée à celle de la salive (Cl.pouf n'être pas constante, n'en est pas moins manifeste. Le pouls est dés-ordonné et affecte le type cérébral. Il résulte des observations d'Emile De-caisne (1Bernard), que, sur quatre-vingt-huit fumeurs incorrigibles, il s'est rencon-tré vingt et un cas dpatent que l'intermittence du poulshabitude qui nous occupe détermine de la lenteur dans les digestions, indépendante de toute lésionorganique. Cet auteur pense que la dyspepsie flatulente ou acide ; on l'abus du tabac à fumer peut produire surcertains sujets cet état a aussi accusé d'intermittence quêtre une des causes efficientes du cancer de l'il propose d'appeler narcotimdu coeurestomac.
DL'après Edward Smith (2)usage prolongé du tabac a sur les mouvements du cœur une action qui pour n'être pas constante, le danger devient réel lorsque ln'organe centralde la circulation en est pas moins manifeste. Le pouls est désordonné et affecte le siège type cérébral. Il résulte des observations d'une affection plus ou moins grave. DanséesEmile Decaisne (1), que, sur quatre-vingt-huit fumeurs incorrigibles, il s'est rencontré vingt et un casd'intermittence du pouls, indépendante de toute lésion organique. Cet auteur pense que l'usage abus du tabac précipite le maFet rapproche beaucoup le terme fatal (3),à fumer peut produire sur certains sujets cet état d'intermittence qu'il propose d'appeler ''narcotisme du cœur''.
La circulation .capillaire se trouve aussi impressionnéeD'après Edward Smith (2), les joues sontrouges et les conjonctives congestionnées; il nle danger devient réel lorsque l'organe central de la circulation est pas rare le siège d'observer desapoplexies qui nune affection plus ou moins grave. Dans ces cas, l'ont pas d'autre causeusage du tabac précipite le mal et rapproche beaucoup le terme fatal (3).
Du côté des organes de la respirationLa circulation capillaire se trouve aussi impressionnée, les joues sont rouges et les conjonctives congestionnées ; il se rencontre peu de modifica-tions. Beau a rassemblé un certain nombre de faits tendant à prouver ln'in-fluence de la pipe et du cigare sur la production de lest pas rare d'angine de poitrine,Ces faits, dont lobserver des apoplexies qui n'interprétation est peut-être un peu hasardée, demande-raient à être étayés par de nouvelles observationsont pas d'autre cause.
C'est sans contredit sur le système nerveux que l'on accuse le tabac Du côté des organes deporter avec le plus d'intensité son action délétère. 11 n'est pas d'imprécationsque l'on n'ait proférées contre lui à ce sujet. Jollyla respiration, dans une très-intéressantecommunication à l'Académie il se rencontre peu de médecine, modifications. Beau a résumé tous les griefs et lui afait son procès en forme (4). Selon cet éloquent académicien, outre rassemblé un certain nombre de faits tendant à prouver l'étatd'hébétude momentanée, dans laquelle se plonge, s'absorbe le fumeur, cedernier, en obéissant à sa funeste passion, irait au-devant des affectionscérébrales les plus graves : congestion, vertiges, affaiblissement nerveux,paralysie des extrémités inférieures. Les statistiques médicales ont établique les affections des centres nerveux, les maladies mentales, les paralysiesgénérales et progressives, et les ramollissements du cerveau et influence de la moelleaugmentent dans une proportion vraiment effrayante. Guislain avait déjà si-gnalé l'influence pipe et du tabac cigare sur le développement des paralysies générales,D'accord avec la physiologie (voyez NICOTINE), qui enseigne que la nico-tine porte surtout son activité sur la fibre motrice, Jolly a trouvé que lesparalysies étaient surtout musculaires. Nous pourrions multiplier les exem-ples et parler des cas dproduction de l'épilepsie publiés par Changine de poitrine. BastingsCes faits, ddont l'ataxie lointerprétation est peut-comotrice cités être un peu hasardée, demanderaient à être étayés par Michea, qui n'avaient d'autre point de départ que 1 abusde la nicotiane. Le tabac se contente souvent de favoriser le développementdu nervosismenouvelles observations.
Sans vouloir accepter la véracité complète C'est sans contredit sur le système nerveux que l'on accuse le tabac de porter avec le plus d'intensité son action délétère. I1 n'est pas d'imprécations que l'on n'ait proférées contre lui à ce tableausujet. Jolly, dont les coudans une très-leurs sont si sombres, il faut bien reconnaître que intéressante communication à l'usage immodéré Académie decette solanée engourdit l'intelligence médecine, a résumé tous les griefs et diminue manifestement lui a fait son procès en forme (4). Selon cet éloquent académicien, outre l'excitationdes facultés état d'expression orale hébétude momentanée, dans laquelle se plonge, s'absorbe le fumeur, ce dernier, en obéissant à sa funeste passion, irait au-devant des affections cérébrales les plus graves : congestion, vertiges, affaiblissement nerveux,paralysie des extrémités inférieures. Les statistiques médicales ont établi que les affections des centres nerveux, les maladies mentales, les paralysies générales et mimiqueprogressives, et les ramollissements du cerveau et de la moelle augmentent dans une proportion vraiment effrayante. Bertillon Guislain avait déjà signalé l'influence du tabac sur le développement des paralysies générales. D'accord avec la physiologie (5voyez NICOTINE) , qui enseigne que la nicotine porte surtout son activité sur la fibre motrice, Jolly a demandé a trouvé que les paralysies étaient surtout musculaires. Nous pourrions multiplier les exemples et parler des cas d'épilepsie publiés par Ch. Bastings, d'ataxie locomotrice cités par Michea, qui n'avaient d'autre point de départ que 1'abus de la sta-nicotiane. Le tabac se contente souvent de favoriser le développement du nervosisme.
(1) Cité par GarnierSans vouloir accepter la véracité complète de ce tableau, Dictionnaire annuel dont les couleurs sont si sombres, il faut bien reconnaître que l'usage immodéré de cette solanée engourdit l'intelligence et diminue manifestement l'excitation des progrès des sciences facultés d'expression orale et instructions meèëes,1864, p. lo7mimique.Bertillon (5) a demandé à la sta-
(2) In Bulletin de thérapeutique, 30 avril 1864, p. 380. , p..:,____________________
(31) Math. PageretCité par Garnier, Du tabac, son influence sur la circulation ''Dictionnaire annuel des progrès des sciences et linstructions médicales''innervation, tht.se ae >.1867, n° 1391864, p. 28. , ... ,/ Wl07.
(42) In ''Bulletin de lthérapeutique'Académie impériale de médecine, février 1865; Eludes hygiéniques udicales sur le tabac, publiées par l'Union médicale, même année30 avril 1864, et analysées avtop. 380.
L(3) Math. Figuier. {Année scientifiqueFageret, 1866''Du tabac, son influence sur la circulation et l'innervation'', thèse de Paris, 1867, n° 139, p. 250-26428.)
(54) ''Bulletin de l'Académie impériale de médecine'', février 1865 ; ''Etudes hygiéniques et médicales sur le tabac'', publiées par l’''Union médicale'', 1866même année, n° 29et analysées avec soin par L.downloadModeTextFiguier.vue(''Année scientifique'', 1866, p.download 1078 sur 1308250-264.)
(5) ''Union médicale'', 1866, n° 29.
TABAC. 1049
tislique la preuve de l'incompatibilité de l'intelligence et du tabac. 11 amontré que, dans les classements qui ont lieu trois fois l'an à l'Ecole poly-technique; les fumeurs occupaient toujours les places les moins bonnes.Dans la première série de vingt élèves, à peine un tiers ou un quart sontadonnés au tabac; dans les suivantes, au nombre de six, qui comptent centvingt élèves, il y en a les trois quarts ; dans la dernière les quatre cin-quièmes.[1049]
Ltistique la preuve de l'ensemble des phénomènes constituant incompatibilité de l'intoxication chronique par leintelligence et du tabac. I1 a montré que, phénomènes portant tantôt sur la digestion, la circulation, dans les classements qui ont lieu trois fois l'inner-vationan à l'Ecole polytechnique, les fumeurs occupaient toujours les places les moins bonnes. Dans la première série de vingt élèves, à peine un tiers ou sur toutes ces fonctions en même tempsun quart sont adonnés au tabac ; dans les suivantes, a reçu le nom au nombre de nico-misme. (Marchaisix, de Calviqui comptent cent vingt élèves, il y en a les trois quarts ; dans la dernière les quatre cinquièmes.)
Parent-Duchâtelet avait déjà signalé chez les fumeurs une diminutiondans lL'énergie ensemble des instincts génésiques. On est actuellement porté à ad-mettre que phénomènes constituant l'intoxication chronique par le tabac, non content d'attenter à phénomènes portant tantôt sur la conservation de digestion, la circulation, l'individuinnervation,porte une atteinte profonde à la reproduction ou sur toutes ces fonctions en même temps, a reçu le nom de l'espèce'nicotinisme''. (Marchal, de Calvi.)
Pour en finir avec toutes Parent-Duchâtelet avait déjà signalé chez les invectives publiées contre la plante qui nousoccupe, citions la production de fumeurs une diminution dans l'amaurose, signalée par Mackensie dansson Traité énergie des maladies des yeux, puis par Sichel (1)instincts génésiques. On est actuellement porté à admettre que le tabac, Hutchinson (2), Word-sworth (3), et non content d'une otite spéciale amenant attenter à sa suite la conservation de l'individu, porte une intense sur-dité (4)atteinte profonde à la reproduction de l'espèce.. ,
Toutefois Pour en finir avec toutes les dangers invectives publiées contre la plante qui nous occupe, citons la production de l'abus du tabac sont moindres chez les sujetslymphatiques ayant de lamaurose, signalée par Mackensie dans son ''Traité des maladies des yeux''embonpoint que chez les gens nerveux, bilieuxpuis par Sichel (1),délicatsHutchinson (2), Wordsworth (3), et d'une constitution sèche; chez les personnes qui habitent les payshumides, bas, froids, marécageux, que chez celles qui reçoivent l'actionvivifiante des régions sèches, élevées ou chaudesotite spéciale amenant à sa suite une intense surdité (4).
Mais, comme le dit le Dictionnaire Toutefois les dangers de Nysfen dans l'excellent résumé qu'ilconsacre à cette question, le abus du tabac nsont moindres chez les sujets lymphatiques ayant de l'est véritablement utile embonpoint que pour chez leshommes livrés aux travaux manuels péniblesgens nerveux, bilieux, délicats, en diminuant les sensationsde fatigue et d'ennuiune constitution sèche ; il le devient surtout lorsque ces travaux s'exécutentdans dès atmosphères chez les personnes qui habitent les pays humides, miasmatiquesbas, etc. (marinsfroids, mineursmarécageux, dé-bardeurs, égôuttiers, charpentiers, couvreursque chez celles qui reçoivent l'action vivifiante des régions sèches, etc.)élevées ou chaudes.
Mais, comme le dit le Dictionnaire de Nysten dans l'excellent résumé qu'il consacre à cette question, le tabac n'est véritablement utile que pour les hommes livrés aux travaux manuels pénibles, en diminuant les sensations de fatigue et d'ennui ; il le devient surtout lorsque ces travaux s'exécutent dans des atmosphères humides, miasmatiques, etc. (marins, mineurs, débardeurs, égouttiers, charpentiers, couvreurs, etc.). Tous les moyens moraux dirigés contre l'habitude de fumer (5) doiventdésormais être abandonnés, vu l'inanité des tentatives antérieures. Lesmoyens coërcitifs n'ont jamais réussi; ils seraient du reste en oppositionavec les intérêts du gouvernement, qui fabrique, patronne et vend le poi-sonpoison. Il est alors nécessaire de rechercher le mode de fumer le moins perni-pernicieux.cieuxIl est évident que la pipe turque et la pipe hollandaise sont moins dangereuses que le cigare, où il y a contact immédiat.Comme on sait que la fumée est chargée de nicotine, on a essayé de retenir cette dernière au moyen d'un appareil disposé dans le tuyau, et d'un agent y déposé, destiné à la neutralisation du poison. Latour du Pin a conseillé une boulette de coton imbibé d'une solution de tannin et d'acide citrique ; d'autres auteurs,avec une solution de tannin seul. Les fumeurs connaisseurs refusent ces perfectionnements, parce que, le poison disparaissant, le parfum et l'effet stupéfiant disparaissent en partie. Malapert (6) conseille de ne pas fumer de tabac trop humide, et de ne fumer la pipe ou le cigare qu'à moitié. Jolly ____________________
H est évident que la pipe turque et la pipe hollandaise sont moins dan-gereuses que le cigare, où il y a contact immédiat. Comme on sait que lafumée est chargée de nicotine, on a essayé de retenir cette dernière aumoyen d(1) 'un appareil dispose dans le tuyau, et d'un agent y déposé, destinéa la neutralisation du poison. Latour du Pin a conseillé une boulette de co-ton imbibé dAbeille médicale'une solution de tannin et d'acide citrique; d'autres auteurs,Wec une solution de tannin seul. Les fumeurs connaisseurs refusent cesPe™cti°nnements10 mai 1863, parce que, le poison disparaissant, le parfum et l'effetstupéfiant disparaissent en partiep. Malapert (6) conseille de ne pas fumer de«bac trop humide, et de ne fumer la pipe ou le cigare qu'à moitié148. Jolly
fHWllernèdicale(2) ''Archives générales de médecine'',w mai 18631864, pt. 148I.
W Archives générales de médecine, 1864, t. I.: ft1:médical (3) ''Dublin medical Press'', 1863..1863. medica/e, 10 mai 1863, et Journal de médecine et de chirurgie pratiques, avril
^ellemiw ^Ut pas cesser Drustluement (4) ''Abeille médicale'', 10 mai 1863, et ''Journal de se livrer à cette habitude; il faut diminuer gra-aoeiflpntcli nombre des pipes ou des cigaresmédecine et de chirurgie pratiques'', avril 1863. La suspension subite a quelquefois amené des
(JwT5) Il ne faut pas cesser brusquement de se livrer à cette habitude ; il faut diminuer graduellement le nombre des pipes ou des cigares.Plus La suspension subite a quelquefois amené des accidents plus ou moins graves.
W mon (6) ''Union médicale'', 6 janvier 1853, t. VII, p. 8.downloadModeText.vue.download 1079 sur 1308
[1050 TABAC.]
croit qu'il vaudrait mieux éclairer les populations sur le choix des tabacs
141 898
modifications

Menu de navigation