Salep

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Le salep est une préparation culinaire et médicinale à base de pseudo-bulbes d’orchidées terrestres, souvent des genres Orchis, Dactylorhiza et Satyrium. Cette boisson épaisse d'origine turque est réputée aphrodisiaque.

Etymologie et dénominations

Via le turc salep, de l'arabe xuṣya (testicule) aθ θaʕlab (du renard), en analogie avec la forme de ses pseudo-bulbes.

  • Turc : salep
  • Arabe classique : sahlab, khusya al-thahlab, خصيةالثعلب
  • Sanskrit : sālampamīsi, salammishri, salabmisri, munjataka
  • Hindi : sālammīṣri, salab misri, salampunja,
  • Toda (IPA) : saːlamesĭt͡ri (kit͡s)
  • Kannada : salamisri
  • Marathi : salamisri
  • Perse : salab misri, khaya rubah
  • Ourdou : salab misri, khusyatus salab

Présence géographique

Recettes modernes

Préparation nord-indienne donnée en hindi, d'après "chandrprakash soni", @URL (consulté le 22/06/2013)

« Aap safed musli, kali musli, salam panja, salam misri 100-100 gram le aor isme 200 gram misri mila de aor kut kar kapade se chan le subah khane ke pahle le 5 gram milk ke saath saam ko sote samay le 3 month me lal tamatar ho jaoge khatai na khaye tel aor mirch ka sewan kam kare brahmcharya ka palan kare bahut utam yog ha. »

Traduction

Prendre 100 grammes de chacun des ingrédients suivants : safed musli [Chlorophytum tuberosum], kali musli [Curculigo orchioides], salam panja [Dactylorhiza hatagirea], salam misri [Orchis latifolia / Orchis mascula / Eulophia campestris] et ajouter 200 grammes de sucre cristal et agiter le tout pour en former une crème qu'il faudra filtrer dans un tissu. Sur un estomac à jeûn, manger 5 grammes de cette préparation dans du lait, et au lit avant de dormir. En trois mois, votre peau deviendra intensément rouge. Ne mangez pas de choses acides, réduisez la nourriture huilée et épicée, et observez le célibat/les cinq vertus morales (brahmacharya). Cela est très bon. -- Trad. Mythri Prasad, Rémi Tournebize

Citations dans des ouvrages anciens de botanique

« L'Analyse naturelle de ces Plantes [les orchidées] ainsi que de toutes les autres, c'est-à-dire, les moyens dont la Nature se sert pour faire rentrer dans la circulation leurs principes, est la PUTREFACTION, il paraît qu'elles l'éprouvent plus promptement que les autres, du moins les Satyrions, et qu'alors elles acquièrent une fétidité extrême.
On peut présumer que cette Odeur générale tient à un Gluten particulier qui se trouve répandu dans toutes les parties, non seulement de ces Plantes, mais de toutes les autres Monocotylédones ; il paroît que c'est lui qui se manifeste dans les Etamines et forme les filets qui les lient avec les Ovules, et que je regarde comme les véhicules de l'Aura seminalis : c'est ce Gluten qui fait la base de la préparation apportée du Levant, sous le nom de SALEP. On a reconnu depuis longtemps que les Orchidées de nos climats pouvoient fournir une Substance absolument semblable.
On peut donc présumer que c'est dans cette substance que réside la VERTU ou la Propriété la plus remarquable qu'on attribue à ces Plantes, celle d'être éminemment nourrissantes, et par suite de favoriser singulièrement la génération ; ce que l'on nomme Aphrodisiaque. Depuis long-temps on a cru que cette Propriété étoit annoncée par les formes extérieures, c'est ce qu'on a nommé la SIGNATURE, et c'est par-là seulement que nous croyons être plus sûrs de connoître l'ORCHIS mentionné par Théophraste et Dioscoride, que beaucoup d'autres plantes qu'ils ont mieux déterminées. Les passages qui en font mention sont visiblement altérés ; mais comme ces Auteurs attribuent à cette Plante une qualité merveilleuse, il n'en a pas fallu davantage pour maintenir sa connoissance. Théophraste dit que des deux Bulbes qui forment sa Racine, l'une est plus renflée et plus grosse, c'est celle du nouveau Bourgeon, qui excite à l'amour ; tandis que l'autre, qui est flétrie, et qui a produit la tige existante, refroidit au contraire cette passion.
Cette croyance est répandue même parmi les gens de la campagne, en sorte qu'il y a apparence qu'elle tient à une tradition ancienne.
Il paroît par les anciens Auteurs, qu'on a fait long-temps USAGE des bulbes mêmes d'Orchis, soit cuites sous la cendre, soit dans du vin, comme simple ALIMENT, ou plus ordinairement comme un puissant Aphrodisiaque ; mais le plus souvent dans ce dernier but, on les mêloit à beaucoup d'autres substances, ensorte qu'il étoit difficile de juger la part réelle que ces Plantes avoient aux effets qu'on en obtenoit.
Maintenant on ne se sert que du Salep, et comme d'un Aliment médicamenteux très-propre à restaurer les forces : on fait toujours venir la plus grande partie de ce qui s'en consomme, d'Orient, quoique plusieurs Auteurs assurent depuis long-temps que celui que l'on tire de toutes nos espèces de Satyrions est aussi bon. Il est probable que dans tous les pays où il se trouve des plantes de cette première section, on peut se procurer du Salep. »

-- Du Petit-Thouars, A.-A., 1822, Histoire particulière des plantes orchidées recueillies sur les trois îles australes d'Afrique, de France, de Bourbon et de Madagascar, 1ère partie, pp. 25-26.

Liens