Massette (Maison rustique 2, 1837)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Lygée
Maison rustique du XIXe siècle (1836-42)
Scirpe

[36]

§ IV. — De la Massette.

Massette (Typha latifolia, Lin. ; angl., Broad leaved cats' tail ; all., Gemeine rohrkolbe, Tuttenkolbe, Schmackedusen ; ital., Tiffa ; fig. 28). On trouve abondamment cette plante vivace dans les étangs, dans les rivières où l'eau a peu de courant. Sa tige est de la grosseur du doigt, cylindrique, simple, terminée par un gros et long cylindre (massette), fleurs très-serrées, entremêlées de beaucoup de soie. Les feuilles naissent sur la souche, embrassent le bas de la tige, s'en écartent ensuite, et s'élèvent aussi haut qu'elle sous forme de lames larges de 6 à 7 lignes. C'est à l'automne que l'on cou-

[37]

pe les tiges et les feuilles de cette plante, et qu'on les fait sécher à l'ombre, autant que faire se peut, pour les conserver souples. Les feuilles s'emploient telles qu'elles sont, mais il faut aplatir les tiges avec un maillet ou les faire passer dans une espèce de laminoir pour les aplatir et les rendre plus souples. Le plus grand usage des unes et des autres est d'en former des couvertures de petits bâtimens dans les campagnes ; on en fait aussi des nattes, des paillassons qui durent longtemps ; on eu rembourre les chaises avec plus d'avantage qu'avec de la paille. On a en vain cherché à utiliser la soie, assez abondante, qui se trouve dans l'épi dense (massette) des fîeurs de cette plante, mais on n'en a obtenu aucun résultat satisfaisant.

(Poiteau)