Alnus (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Salix
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Betula



[Tome XI, 55]

Alnus

Alnus (Genre) - L'AULNE


  • alnus, latin.
  • alnuus, almus, alena, l. du m. â., Dief.
  • alneta, l. du VIIIe s., Hessels, 1890.
  • ulnus, l. du m. â., Germania, 1874, p. 437.
  • alna, verna, vernus, vergna, guerna, arnus (dans un docum. arlésien), l. du m. â., Du C.
  • amedanus, l. du XIIIe s., Petrus de Crescentiis, cité par Meyer, Gesch. d. Bot.
  • betula alnus, nomencl. de Linné.
  • arn, m., anc. prov., Levy.
  • alne, aulne, aune, franç, anc. et mod. (Le mot est tantôt masc., tantôt fém.)
  • òl, m., Gourdon (Lot), c. p. M. R. Fourès.
  • olû, m., Montbél., Conty.
  • ane, f., Valenc., Héc. — Nesle (Somme), r. p.
  • âne, f., Amelécourt (Meurthe), r. p.
  • an-ne, f., Eure, Rob. — S.-Inf., Delb. — Boulogne-s.-M., Haign.
  • an-oune (phonét. âun), f., Thaon (Calv,), Guerl.
  • aoune, f., Mauron (Morb.), r. p. — Saint-Brice (I.-et-V.), r. p. — Pipriac (I.-et-V.), Lét. — Taden, Lamballe (I.-et-V.), r. p. — Pirou, Guilberville (Manche), r. p. — Le Lion d'Angers (M.-et-L.), r. p.
  • aône, f., Château-Gonth. (May.), r. p.
  • aoun, m., Cheylade (Cantal), r. p.
  • åne, m., Rainville (Vosges), r. p.
  • låne, m., env. de Saint-Quentin (Aisne), r. p.
  • òne, m., Chaufailles (S.-et-L.), r. p. — Montcornet (Aisne), r. p. — Orne, Let.
  • yône, m., Montreuil-Bell. (M.-et-L.), r. p. — Joué (S.-et-L.), r. p. — Fougerolles (May.), r. p.
  • ôm, m., Saint-Georges-des-Gros (Orne), r. p.
  • a, m., Anneville-s.-Mer (Manche), r. p.
  • onneal, m. oneau, m., anc. wall., Bull. de la Soc. liég. de litt. wall., 1866, p. 107. — ône, ônê, m., wallon moderne, J. F.


[56]

  • anèl, m., vallée de l'Authie (Somme), Jouanc. — Vieil-Hesdin (P.-de-C.), c. p. M. G. de Rocquigny-Adanson. — Saint-Pol (P.-de-C.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ônèl’, f., Bissières (Calv.), Bull, d. parl. norm., 1899, p. 258. — Yonne, Joss. — Aube, Des Et. — H.-M., c. p. M. A. Daguin. — Gaye (Marne), Heuill. — Valenc., Héc.
  • auneau, m., anc. fr., God., II, 26.
  • aunette, f., env. de Lussac-les-Châteaux (Vienne), c. p. M. Ed. Edmont.
  • ôniô, m., Maubeuge, Héc. — Verdes (L.-et-Ch.), r. p.
  • ouniô, m., Avesnes (Nord), r. p.
  • ôné, m., Etalle (Belg.), r. p. — Vosges, Haill.
  • ané, f., âné, f., Vosges, Haill. — Ban. de la Roche, Oberl. — Meurthe, r. p.
  • ônoua, m., Oise, Graves.
  • ônày’, f., Golbey (Vosges), r. p. — Vosges, Haill. — La Poutroye (Als.), Sim.
  • ônèy’, f., Charmes (Vosges), Haill.
  • anouày’ f., Warloy-Baillon (Somme), c. p. M. H. Carnoy.
  • anouëy’, f., Auxy-le-Ch. (P.-de-C.), r. p.
  • oounë, m., Izé (May.), r. p.
  • on-në, m., Quincy-s.-le-M. (Aisne), r. p.
  • ôniè, m., Palaiseau (S.-et-O ), r. p.
  • anet, m., anc. fr., Du C.
  • ônè, m., Sermaises (Loiret), r. p.
  • ônètte, f., S.-et-M., S.-et-O., Loiret, Indre-et-L., Eure.
  • ôniche, f., valenc., Héc.
  • amedan, m., anc. fr., Gay, Gloss. archéol., 1882, p. 86.
  • aubiau, m. (vieux), Liuselles (Nord), c. p. M. Ed. Edmont.
  • vern, m., vernha, f., anc. prov., Rayn.
  • vérn, m., anc. dauph., Dev. — Firminy (Loire), r. p. — Foissy (C.-d'Or), r. p.
  • varn, m., Blegny, Vincelles, Bléneau, Vermanton, Semeutron, (Yonne), r. p. — Corbigny, Cercy-la-T. (Nièvre), r. p.
  • bèrn, m., bérn, m., anc. gascon, Du Buisson, Hist. monast. Sancti Severi, 1876, II, 380. - Anc. toul., Doujat, 1637. Pyr.-Orient., H.-Gar., B.-Pyr., Lot-et-G., Landes, Gironde.
  • vèrna, f., vérna, f., Ain, fribourgeois, vaudois, valaisan, Sav. et H.-Sav., dauphinois, niçois.
  • vërna, f., Saint-Jean-de-Bourn. (Isère), r. p.
  • vyèrna, f., Flumet (Sav.), r. p.


[57]

  • vyargn’, m., env. d'Ahun (Creuse), c. p. M. Ed. Edmont.
  • vèrgna, f., vaud., Brid. — Groslée (Ain), r. p. — Condat (Cant.), r. p. — Ussel (Corr.), Lép.
  • vorna, f., Montluel (Ain), r. p.
  • vèrno, f., vérno, f., Var, Corrèze, H.-Alpes, Isère, Lozère.
  • avérno, f., Aix-en-Pr., Gar., 1716.
  • varno, f., Champoly (Loire), r. p. — Cousance (Jura), r. p.
  • vèrgne, f., anc. fr., Rabelais. — Bourgogne, Franche-Comté, Bourbonnais, Dauphiné, Anjou.
  • vargne, f., Berry, Orléanais.
  • bèrgne, f., anc. gasc, Arch. hist. de la Gir., XI, au gloss. — Libourne (Gir.), c. p. M. L. Durand-Dégrange.
  • ouarne, f., Arleuf (Nièvre), r. p.
  • viorne, f., H.-Marne, c. p. M. A. Daguin.
  • vér, m., vèr, m., Var, Gard, Hér., Aude, Lot.
  • bér, m., bèr, m., H.-Pyr., Gers, Landes, Lot, Lot-et-Gar., Aude.
  • véne, f., Fontenoy (Vosges), Haill. — Servance (H.-Saône), r. p. — Plancher-les-M. (H.-Saône), Poul. — Broye-les-P. (H.-Saône), Ferr.
  • vane, f., Arçon (C.-d'Or), r, p.
  • vérgn, m., vèrgn, m., Champagne, Berry, Bourbonn., Auvergne, H -Loire, Loire, Lozère, Limousin, Poitou, Vendée, Angoumois, Loire-Inf.
  • vargn, m., Saint-Georges-Lap. (Creuse), r. p. — Centre, Jaub. — Melle (D -S.), r. p. — Char.-Inf., r. p.
  • bérgn, m., bèrgn, m., Trizac, Dienne (Cant.), r. p. — Reynac (Dord.), r. p.
  • birgn, m., Laveissière (Cant.), r. p.
  • vèrgno, f., Orcines (P.-de-D.), r. p. — Sornac (Corr.), r. p.
  • vargno, f., Saint-Alpinien (Creuse), r. p.
  • bèrgno, f., La Malène (Loz.), r. p. — Aveyr., Carb.
  • vèrne, f., anc. fr., Potvin, Perceval le G., I, 210. — Jura, docum. de 1373, Grosj. et Br. — Champagne, Bourgogne, Fr.-Comté, Bourbonnais, Lyonnais, Forez, Dauphiné, Savoie, Anjou, Maine, départ. du Nord.
  • varne, f., Loiret, Yonne, Nièvre, C.-d'Or, S.-et-L., Allier.
  • vèrme, f., Allier, Oliv.
  • vêne, f., Val-d'Ajol (Vosges), r. p. — Chaucenne (Doubs), r. p.
  • vaëy'na, f., Vaudioux (Jura), Thévenin.
  • vâne, f., Clerval, Cubry (Doubs), r. p. — Vesoul, Velorcey (H.-Saô.), r. p.


[58]

  • vin-ne, f., Germigney (H.-Saône), r. p.
  • vèrné (accent sur vèr), m., Perloz (Val d'Aoste), r. p.
  • ourné, m., Laguiole (Aveyr.), r. p.
  • vèrgné, m., Limousin, Dordogne, Lot, L'Argentière (H.-Alpes), r. p.
  • vèrgnë, m., Davignac (Corr.), r. p.
  • vargnë, m., Vinzelles (P.-de-D.), Dauzat.
  • bèrgné, m., Aveyr., Hér., Lot, Lot-et-G., Tarn, T.-et-G., H.-Gar.
  • berl’, m., Hostens (Gir.), c. p. M. Ed. Edmont.
  • vèrni, m., Corrèze, Bér.
  • bèrni, m., Fournels (Loz.), r. p. — Castelnaudary, c. p. M. P. Calmet.
  • vèrgni, m., Corrèze, près Tulle (Corr.), r. p. — Saint-Georges-de-M. (P.-de-D.), r. p.
  • bèrgni, m., Pleaux (Cant.), r. p. — Carcassonne, Laff.
  • vèrgnaou, m., Eymoutiers (H.-Vienne), r. p. — Ussel (Corr.), Lép. — Saint-Hilaire-les-Combes (Corr.), r. p. — La Courtine, Vallières, Gentioux (Creuse), r. p.
  • viorgnaou, m., Eygurande (Corr.), r. p.
  • vèrnô, m., lyonnais, Puitsp.
  • vèrgnô (accent sur vèr), m., La Chambre, Villette (Sav.), r. p. — Lyonn., Puitsp.
  • vargnò, m., Sav. et H.-Sav., Const.
  • vèrgnôss, m., Veauchette (Loire), r. p.
  • bèrgnass, m., Sebrazac, Saint-Geniez, Aubin, Sainte-Geneviève, Thérondels (Aveyr.), r. p. — Salelles (Loz.), r. p.
  • borgnass, m., Campagnac (Aveyr.), r. p. — Lieutadès (Cantal), r. p.
  • brignass. m., Mur de Barrez (Aveyr.), r. p.
  • bèrgnatt, m., Cantal, Vermenouze, Flour de brousso, 1896.
  • bérgnal, m., Loubières (Ariège), M. Séré, Incantats de la tuto, 1887, p. 11
  • vèrnèro, f., Ambert (P.-de-D.), r. p.
  • bérnoulha, m., Saint-Céré (Lot), r. p.
  • verna de cordagni (= aulne de cordonnier), f., Haute-Gruyère, Sav.
  • cerisier de rivière, m., Saint-CIémentin (D.-S.), r. p. (Appelé ainsi parce que son bois est rouge comme celui du cerisier.)
  • bôn'tou, m., Ruffey, près Dijon, r. p.
  • fouàyèüë, m., Chenôve (C.-d'Or), r. p.
  • guenne, rouge, f., anc. fr., Labarthe, Invent. du mobil. de Charles V, 1879. (L'éditeur pense qu'il faut lire guerne.)
  • verna, Saluces, Eandi. — ogn, Mantoue, Cher.
  • oniscia, Côme, Monti. — onéz, Brescia, Melch. — aàl, olnâr, Ferioul,


[59]

Pir. — ollern, woller, allar, dial. angl. — els, elze, elzenboom, elzenhout, elshout, dial. flam. et holl. (A. de C).

Voir d'autres noms gallo-romans de l'aulne dans Gilliéron et Edmont, Atl. ling. de la Fr., fasc. 2, carte 74.

  • gnernn, guernenn, bret. moy. et mod., en Tréguier gwern, gwernenn ; mot celtique, cf. Holder, Alt. celt. Sprachsch, VII, 217-228 ; Pedersen, Vergl. Gramm., I, 156 [E. E.].

Un jeune aulne est appelé : bernisse, s. f., Arrens (H.-P.), c. p. M. Camelat.

Un lieu planté d'aulnes est appelé :

  • alnetum, almeta, almenta, l. du m. â., Dief.
  • alanetum, alneium, alneta, alnidus, annetum, aunierum, vernagium, verniacum, vernetum, vernia, vernha, guerna, vernaria, verniaria, verneda, l. du m. â., Du C.
  • aunei, m., anc. prov., Rayn.
  • anoit, m., anois, m., anc. fr., Du C.
  • aulnaire, f., aulnoye, f., aunoye, f., aulnoy, m., aunoy, m., aulnaye, f., aunaye, anc. fr.
  • aunette, f., anc. fr., Dict. de Trév., 1752.
  • auneri, anc. dauph., Devaux, p. 559.
  • ôl'nè, f., Gisors (Eure), r. p.
  • ônière, f., Sully (Loiret), r. p.
  • anouare, f., montois, Sig. — ônéû, m., wallon du nord-est. J. F.
  • an-nière, f., an-nètte, f., S.-Inf., Delb.
  • an-néy’, m., Pont-Audemer (Eure), Rob.
  • aounà, m., Pipriac (I.-et-V.), Lét.
  • èrnèy', m., èrnèya, f., Hémérence (Valais), Lav.
  • verney, m., vernois, m., anc. fr., Du C.
  • vernoi, m., vernoy, m., vernei, m., vernoye, f., anc. fr., God.
  • vernei, m., anc. dauph., Dev.
  • bernet, m., bernede, f., anc. gascon, Du Buisson, Hist. monast. Sancti Severi, 1876, II, 380.
  • bérnatà, m., B.-Pyr., Lespy. — Vallée de Lavedan, Cordier, Dial. du L., 1878, p. 24.
  • bérnadaou, m., vallée de Lavedan, Cord., D. du L., 1878.
  • vèrnèdo, f., Lozère, r. p.
  • värnëdä, f., värnë, m. (lieux dits), Vinzelles (P.-de-D.), Dauzat, p. 19 et 167.
  • bèrnède, f., Landes, Bergues La Garde, Les Landes, 1868.


[60]

  • bérgnado, f., Castres, Azaïs.
  • bérnèro, f., Pays d'Albret, Ducomet.
  • vèrgnère, f., barte, f., Landes, Thore, Coup d'œil s. les L., 1812.
  • vèrgnèy'ro, f., Corrèze, Béranie.
  • vérnarédo, f., cévenol, d' Hombres.
  • vèrnèa, f., niçois, Sütterlin, p. 484.
  • vèrnia, f., Savoie, Rev. savois., 1893, p. 242.
  • vèrnèy’, m., Haute-Gruyère (Suisse), Sav.
  • vèrné, f., varné, f., Centre, Jaub.
  • vèrnè, m., lyonnais, Puitsp. — Sav., Const.
  • varnê, m., H.-Sav., Const.
  • bèrgno, f., Gourdon (Lot), c. p M. R. Fourès.
  • vèrgnasse, f., Bas-Gâtinais (Poitou), Rev. de philol. fr., 1893, p. 190.
  • bèrgnossado, f., Mur de Barrez (Aveyr.), Carb.
  • onézada, Brescia, Melch.
  • guernec, bret. moy. et mod. [E. E.].

Toponomastique : Les Aulnes, La Grande Aulne, La Belle Aulne, Le Pré aux Aulnes, L'Aune. L'Aulnoy, L'Alnoit, L'Annoy, Les Aulnayes, L'Aulnel, L'Annel, Les Aulneaux, Les Aulneux, Les Augnaux, L'Aulnot, L'Aulnat, L'Annat, L'Anet, L'Annie, Les Auniers, L'Auniziére, L'Aunerie, Les Aulnettes, Les Aulnottes, Aulnais, Aulnois, Aulnoye, Auneuil, Aulnoux, Anoux, Les Aunoges, La Verne, Le Vern, Les Vernes, La Vergne, La Haute-Vergne, La Longue Vergne, La Belle Verne, Le Bel Vernoy, Le Vernet, La Vernette, La Vergnette, La Vernotte, Le Vernat, La Vernatte, La Vernède, La Vernade, La Vernoye, Le Vernoy, Le Vernay, Le Vergney, Le Vernier, Les Vernières, Le Vernerier, La Vernerie, La Vergnerie, Le Verneret, Le Vernerin, Les Verneaux, La Vernelle, La Vernellerie, Vernac, Vernoil, Verneuil, Verneil, Vernouillet, Vernillon, Vernillet, La Vernole, Les Vernols, Les Vergnols, Les Vergnoles, Les Vernins, Les Vernines, La Vernée, La Vernatterie, Le Vergnas, La Vernèche, Le Vernesson, Le Vergnasson, La Vernassonne, La Vernassière, La Vernasserie, La Vernisserie, Les Vernizoux, La Vernouze, La Vernauze, Les Vernusses, La Vernoisière, La Vernaude, Les Vernauds, La Vernade, La Vernoge, La Verneuge.

  • Oneux, ham. de Borlon (Lux.) ; de Comblain-au-Pont (Liège) ; de Polleur (Liège) ; de Theux (Liège).
  • Aulnes, dép. de Estaimbourg (Hainaut).
  • Aulniats (= ônias, lat. alnellum), dép. de Lodelinsart (Hainaut).


[61]

  • Aulnois, comm. du Hainaut ; dép. de Hennuyères (Hainaut) ; de Neufmaisons (Hainaut).
  • Alunoit, dép. de Flobeeq (Hainaut) ; de Saint-Sauveur (Hainaut).
  • L'Aunois, dép. de Steenkerque-lez-Enghien (Hainaut). — J. Feller.
  • Alvernicum, lat. de 1202, Castrum de Alvenico, lat. du moy. âge, Lou Vernègue, doc. du XIVe s., Le Vernègues aujourd'hui, loc. des env. d'Arles, Revel.
  • Les Vemègues, loc. des Bouches-du-Rhône, Paix, Arch. d'Ollières, 1889, p. 36.
  • La Vernarède, La Vernadelle, Vernassau, Gard, Germer-Dur.
  • Vernassale, Fontvergne, Aveyron.
  • Berniquant, montagne du Tarn.
  • Courbevergne, Vergne-Chadène, Vergne redonde, anc. loc. du Limousin, Leroux, Arch. de la H.-Vienne, 1862.
  • Bernettes, Bernon, Bernis, Bernuis, Bernuy, Bernusson, H.-Garonne, Saint-Chales, Arch. de la H.-G., 1887.
  • Le Bernh ou Le Ver en 1465, Le Vert. Vert, montagne en Béarn, Le Bert, La Vergne negre, La Vergne blanque, La Male Vergne, La Vergne Montude, La Bernade, Vergnadel, La Barnaudie, La Barnèze, La Bernière, La Barnue, Bernac, Le Bernat, Bernoys, Bernous, La Berneille, Vernys en 1471, Le Bernis, Vernor, Vernonès, Vernuéjoul, Les Vernionnes, Verneils, Vernassal, loc. du Cantal, Amé.
  • Villa Verni, lat. de 947, Vernulæ, lat. de 1299, Vernules, aujourd'hui, Les Verneas, doc. de 1300, Les Verneyères, Vernayaux, Vernoiluz, en 1449, Drôme, Brun-Durand.
  • Vernicourt, Vernove, ham. et ferme du P.-de-C. [Ed. Edm.].
  • Bernadets, canton de Morlaas, vers 1830, Prœdum de Bernedetis (Marco, Hist. du Béarn, p. 248).
  • Bernata, lieudit fréquent en Béarn, comme Bernet.
  • Bernateix, hameau, commune de Lucq de Béarn, canton de Moncin.
  • Bernatet, lieu des communes d'Orthez et Castétis. (D'où noms propres fréquents en Béarn Bernet, Bernéde, Bernadou, Bærnis, Bernadet.) L. Batcave.
  • Avernier, Plan-Vernet (= plaine des aulnes), H.-Alpes, Roman.
  • La Vernaz, La Vernatellaz, Vernatel, Lancheverne, Savoie, Vernier.
  • Aviernoz, loc. de la Tarentaise.
  • Vernozan, loc. de l'Ain, Guigne.
  • Montvernier, Cuvergnat, Ain, Sirand.
  • Vernayan, Les Vernaillets, Ain, Chavot.
  • Varnutia, lat. de 1178, loc. de l'Indre, Hubert.


[62]

  • La Vergnauderie, La Vergnaudière, Vienne, Rédet.
  • Mal-Aulnay, Vieil-Aunay, Le Launais, La Launière, Mayenne, Maître.
  • Malaunoy, loc. du Pas-de-C., Richard, Arch. civ. du P.-de-C., 1878, I, 11.
  • Alnetum, lat. de 1080, Alnayum, lat. de 1128, Alneolum, lat. de 1168, Annoillé, en 1384, Anouillet, Onéinvilla, lat. de 1228, Auneville, doc. de 1389, Aulnainville, doc. de 1555, Aunainville, aujourd'hui, Eure-et-L., Merlet.
  • Vernonum, lat. du moy. âge, Vernum, doc. de 1190, Vernon, Vernoinellum, lat. de 1066, Vernoniel, doc. de 1196, Vernonetum, lat. de 1557, Vermonnet, Vernutiæ, lat. de 1128, Vernuces, doc. de 1265, Vernuel, doc. de 1280, Eure, Blosseville.
  • Warnacum ou Garneium, lat. du moy. â., Guerny, aujourd'hui, envir. de Gisors, Charpillon, Gisors, 1867, p. 238.
  • Longum Alnetum, au XIIIe s. Longaunay, Launière, Calvados, Hip­peau.
  • Launoy brûlé, S.-et-M., Pascal, II, 72.
  • La Croix de Vernailles, loc. près d'Etampes, Marquis, Rues d'Et., 1881, p. 210.
  • Les Anelles, bois et ferme du Pas-de-Calais [Ed. Edm.].
  • Anetulus, lat. du XIe s., Auneuil, loc. de l'Oise, Roussel, Arch. eccl. de l'Oise, 1897, I, 249.
  • L'Alenette, loc. de l'Oise, Desjardins, Arch. eccl. de l'Oise, 1878, I, 164.
  • Riauvergne, loc. de l'Oise, Cartier, p. 34.
  • Les Aulnes Bouillants, Anniot, Nemus Sicci Alneti, lat. de 1279, Sec Annoy, doc. de 1270, Sec-Aulnois, loc. de l'Aisne, Matton.
  • Hulsonniaux, comm. de la prov. de Namur (= Hu-l's-oniaux, Huy-les-aunes), J. F.
  • Vernetum, lat. du IXe s., Verneiacum, lat. de 1198, Velnoy, doc. de 1690, Annéot, Les Annins, loc. de l'Yonne, Quantin.
  • Alniseolum, en 1240, Aunoyau, en 1252, Aunizel ou Aunisieu, doc. de 1222, Aunizeux, aujourd'hui, Vernolium, en 1135, Vernou, en 1128, Marne, Longnon.
  • Aunnetelle, H.-Marne, Roserot.
  • Alnidum, en 856, Auneium, en 1155, Vernon, Aube, Boutiot.
  • Alnozel, au XIVe s., Anouzel, Anozel, Dinozé, loc. des Vosges, Soc. phi­lomath. des Vosges, 1901, p. 91.
  • Vernate, Vianate, Veneit, Voinet, Voinat, Venates, Vanotes, Vienot, lieux dits des env. de Belfort, Vauth.


[63]

  • Creuse-Verne, lieu dit de la Nièvre, Gautron, Monogr. de Dun., 1897.
  • Vernacum, lat. de 1097, Les Vernins, Vernuches, loc. de la Nièvre, Soultrait.
  • Auverneau, lieu dit à Marcheseuil (C.-d'Or), P. Ferret, Hist. de M., 1897, p. 9.


Pour le breton, voir Loth, Chrestom. 173, 209 ; Ernault, Gloss. 301. [E.E.].


Onomastique : Delaulne, Aulne, Launoy, Aunet, Aunillon, D'Aulnoy, Delaunoy, Delaunay, Desaulnes, Daulnois, Verne, Vernet, Vernes, Duvernet, Vernier, Vernois, Vernoy, Duvernoy, Duvernois, Desverneys, Lavergne, Lavernette, Vernier, Vernède, Vernerey, Vergnac, Vergnie, Vergnaud, Vergnal, Vernisse, Verniseon, Verneilh, Verniolles, Vernage, Mauvernay, Belleverne, Malavergne, Planavergne, Negrevergne, Desbernières, Bernet. — Chédevergne (Poitiers), cf. bret. Penguin; Le Guern, en franç. de Launay, Bretagne, XVIe s. [E. E.]. — Pour le Béarn, voir plus haut, p. 61.


« On appelle vernille le menu bois, les broutilles, un objet de nulle valeur. » blaisois, Thib.

« Es vert couma una verna. » niçois, Toselli.

« Il a les yeux rouges comme un jadeau de vergue. » Rabelais.

« Alnus cava = un bateau fait avec un aulne creusé. » l. du m. â., Du C.

« Prène bern per rèche = prendre aulne pour frêne ; se tromper gros­sièrement. »

« Quan la hoelhe déou bèrn éy coum l'aourelhe d'u rat, l'angèle que sort deou hourat = quand la feuille d'aulne est comme l'oreille d'un rat, l'anguille sort du trou. » B.-Pyr., Lespy.

« Et bèr que-s dechè yela 'ra hénne en cant del hœc = l'aulne laissa geler sa femme au coin du feu » ; c.-à-d. son bois n'a pas de valeur, Arrens (H.-P.), c. p. M. Camelat.

« On appelait guerinagium, en lat. du m. â., vernage, en anc. f., un palis dans l'eau, pour prendre le poisson, fait en branches d'aune. » Du C., III, 584.

« Le vendredi la branche de l'aulne peut se plier aisément et servir de lien pour les fagots, tandis que les autres jours, elle se casse, si on veut la courber. » Louveigné (Belg.), Monseur, Folkl. wall. — On peut tordre l'aulne une heure tous les jours, mais ce n'est pas toujours la même heure ! Surister-lez-Verviers. J. F.


[64]

L'aulne a des vertus merveilleuses mais cachées.

« Si on connaissait le secret des vertus du bèr, chaque laboureur aurait un aiguillon d'or. » Landes, Foix, 1902, p. 64 ; H.-Pyr., Dupouey, Questionn. archeol. des H.-Pyr., 1859, p. 72. — « Un fils de fée fut emmené par une femme dans une chaumière. Malheureusement la mère fée vint le chercher avant que trois jours se fussent écoulés ; sans cela l'enfant aurait révélé le merveilleux secret du bèr. » H.-Pyr., Dupouey, Quest. arch., 1859, p. 72. — « La vertu des feuilles d'aulne est toujours restée le secret des fées. » Pays d'Albret, II, 280.

« Purgou ! mugou ! lou mey hillou ! pér plàa qué't hesquin é qué't disin, nou digues yamey houeille dé bèr én ta qu'ey boune. (Mignon ! mignon ! le mien fils, pour bien qu'on te fasse ou qu'on te dise, ne divulgue jamais pourquoi est bonne la feuille de l'aulne. » B.-Py. Larroque, Arrépouès, 1897.

« Pour guérir le mal des yeux, mettez dessus une feuille d'aulne. » Ariège.

« On met des feuilles d'aulne aux pieds endoloris (Weismes, Prusse wallonne ; Harzé, Aywaille, prov. de Liège) ou affligés de transpiration exagérée (Ensival-lez-Verviers). J. F. »

« Qui sème sa chambre de feuilles d'aune, les puces s'y prennent. » XIVe s., Mènagier, cité par Littré.

« Les fueilles fraisches emplastrées de l'aulne, mises sous la plante des pieds de ceux qui sont travaillez du chemin, les délassent. Estant encore trempées dans la rosée, on les sème par les chambres en esté, pour faire mourir les puces. » (Matth., Comment. sur Dioscoride, 1655.) [Ed. Edm ].

« Le jour de la Sainte-Croix on fait bénir des petites croix faites avec deux rameaux de verne, puis on les plante dans les champs. » Morvan, Charlette, Jean-François de Laubardis, 1804. — « Un rameau de vergne garni de ses feuilles vertes, placé dans les bergeries, préserve les brebis du mau rouge. » Centre, Jaub. — « Le 1er mai on suspend aux portes des étables des branches d'aulne pour préserver les bestiaux des sortilèges. » Belgique wall., Wallonia, 1905, p. 49.


Symbolique. — « Au 1er mai, une branche d'aulne indique que la fille est méprisée. » Bourgogne, Fr.-Comté. — « Au ler mai, une branche d'aulne indique que la fille est très estimée. » Val­lée de Montmorency, Biblioth. des propriét. ruraux, I (1803), p. 252. — « may d'ônê, dji t'dilais = mai d'aulne, je te dé-


[65]

laisse, » Belg. wall., Wallonia, 1893, p. 78. — « Aunée, Je t'au­rai. » Meuse, Labour., Anc. Us. de la M., 1902.

Coremans, Année de l'anc. Belgique, et Reinsberg, Calendrier belge, disent que les branches d'aulne, suspendues le 1er mai à la porte d'une étable, en éloignent les maléfices. J. F.


[Le texte qui suit a été publié comme addition à la page 251 du tome XI (voir Additions et corrections du tome 11 (Rolland, Flore populaire).

La carte de l'Atlas linguistique de MM. Gilliéron et Edmont a servi de base à une étude de géographie linguistique de M. J. Jud, dans l’Archiv für das Studium der neueren Sprachen, t. CXXI (1908), p. 76-96 ; et comme cet article est accompagné de deux cartes coloriées, il est aisé de voir d'un coup d'œil que le radical gaulois ou celtique s'est conservé dans le Sud et l'Est, tandis que le Nord a adopté le nom latin alnus. - H. G.]


Alnus viridis

Alnus viridis (De Candolle)


  • vêrna de montagne, f., env. d'Annecy, Const.
  • vorê, m., env. d'Albertville (Sav.), Const.
  • vëroce, f., vëroche, f., env. de Bonneville (H.-Sav.), Const.
  • vërochi, m., Haute-Gruyère (Suisse), Sav.
  • vuérza, f., Vaudois, Bridel.
  • arcossë, m., argossë, m., env. d'Annecy, Const. — Aime (Sav.), r. p.
  • drouza, f., env. de Saint-Jean-de-Maurienne, Const. — Aime (Sav.), r. p.
  • draouzo, f., env. de Pignerol (Piémont), c. p. M. Ed. Edmont.
  • draouss’, m., Vallées vaudoises, c. p. M. Ed. Edmont.
  • vèrna bassa, f., Bas-Dauphiné, Moutier.


Alnus incana

Alnus incana (Linné)


  • aulne blanc, m., français.
  • vèrna blhantse, f., fribourg., Sav.
  • olnàr blanc, ambli, Frioul, Pirona.