Aaronsohnia pubescens

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Aaronsohnia pubescens
(Desf.) K.Bremer & Humphries

alt=Description de l'image Image non disponible.JPG.
Ordre Asterales
Famille Asteraceae
Genre Aaronsohnia

2n =

Origine :

sauvage et cultivé

Français '
Anglais '


Cette page a été créée par un robot. Les premières tâches à faire sont de vérifier les liens, de clarifier la nomenclature et de choisir des photos dans Wikimedia Commons.


Description

Noms populaires

Classification

Aaronsohnia pubescens (Desf.) K.Bremer & Humphries (1993)

synonyme :

  • Otoglyphis pubescens (Desf.) Pomel (1874)

Cultivars

Histoire

Usages

  • Si cette « matricaire » est surtout employée, au Sahara, pour parfumer et conserver le beurre, du fait de la propriété antioxydante qui lui est reconnue, elle a cependant en plus quelques usages en méde­cine populaire.
M. - Dans le cadre des emplois thérapeutiques, Trotter (1915) puis Piana (1939) notent que les gastralgies fréquentes sont soignées à l'aide d'infusions de Chlamydophora pubescens (« guetou­fa ») alors que Maire et Savelli (1915) soulignent que l'on soi­gne les rhumatismes par des frictions de Peganum harmala et l'ab­sorption de viande de mouflon ou de « dhob » (*) en mélange avec de l'ail et du Matricaria pubescens (« ouazouaz »). De même on utilise « ouazouaz » comme antalgique lors des névralgies dentaires (Cornand, 1958) et en mélange avec du sel pour combattre l'urticaire (Passager et Barbançon, 1956).
D. - L'usage de l'espèce (« ouazouaza », « ouazouaz ») pour parfumer le beurre est rapporté successivement par Maire et Savelli (1955), Passager et Barbanço (1956), Cornand (1958), Doreau (1961) mais, c'est Gast, Mautbois et Addam (1969) qui notent de la façon la plus détaillée, son emploi comme agent clarificateur et conservateur de la matière grasse du beurre (cf. à Anethum graveolens n° 306).
(*) « dhob » est le nom arabe de Uromastix acanthinurus (fr. = fouette queue). Le Floc'h, 1983, Ethnobotanique tunisienne.

Références

Liens