Les témoins (cookies) nous aident à fournir nos services. En utilisant nos services, vous acceptez notre utilisation des témoins.

Modifications

Aller à : navigation, rechercher

Romarin (Cazin 1868)

85 octets ajoutés, 14 novembre 2016 à 10:57
aucun résumé de modification
== Romarin ==
Voir la page Nom accepté : ''[[Rosmarinus ofFicinalis]]''
ROMARIN. Rosmarinus ofFicinalis. L.
<center>ROMARIN. Rosmarinus hortensis, angustiore folio: C. BAUH., TOURN. — Rosmarimtm coronarium. MATTH. — LibanotisofFicinalis. TRILLL.
Romarin officinal''Rosmarinus hortensis, — romarin des troubadours, — encensier, — herbe aux couronnesangustiore folio''. LABIÉESC. — MONARDÉESBauh. Fam. nat, Tourn. — DIANDRIE MONOGTNIE''Rosmarinum coronarium''. LMatth. Cet arbuste croît en abondance sur les rochers et les plages maritimes des contrées méridionales de l— ''Libanotis''Europe; il croît également dans nos dépar- ements maritimes du Midi. On le cultive dans nos jardinsThill.
Description. — Racine ligneuseRomarin officinal, fibreuse, brune en dehors, blanche en dedans. Tige d'environ 1 mètre de hauteurromarin des troubadours, à rameaux nombreux, anguleux, articulés et de couleur cendrée. Feuilles opposéesencensier, sessiles, étroites, alternativement disposées en croix, d'un vert foncé en dessus, blanchâtres en dessous. — Fleurs d'un bleu pâle, disposées en verticilles touffus au sommet des rameaux (mars-avril). Calice peu velu, tubulé, à deux lèvres, dont l'intérieur bifide. —Corolle à deux lèvres, la supérieure re- levée et bifide, l'inférieure trifide et réfléchie. — Deux étamines à filets longs et à an- thères simples. — Un style à stigmate pointu. — Un ovaire quadrilobé. Fruits: Quatre akènes nus et ovales au fond du calice persistantherbe aux couronnes.
Parties usitéesLABIÉES. — Les feuilles et les sommités fleuriesMONARDÉES. * Fam. nat. — DIANDRIE MONOGYNIE. L.</center>
Récolte. — On récolte ses sommités quand elles sont fleuries. Les feuilles peu-
vent être récoltées en tout temps, parce que cet abrisseau reste toujours vert. On
les monde et on les fait sécher. Le romarin sauvage est plus actif que celui que l'on
cultive.
[Culture. — Cette plante exige une terre légère et sèche, et une exposition chaude. On la propage de graines semées Cet arbuste croît en abondance sur couche au printemps les rochers et on repique les jeunes plants en juinplages maritimes des contrées méridionales de l'Europe ; il croît également dans nos départements maritimes du Midi. On peut encore la multiplier de boutures et d'éclats de pied, opérés au printemps et placés à une exposition chaude, mais ombragéele cultive dans nos jardins.]
Propriétés physiques et cltimiques'''Description'''. — Cette plante a une saveur acreRacine ligneuse, chaude et légèrement astringente; son odeur est très-fortefibreuse, brune en dehors, blanche en dedans. Elle contient une grande quantité — Tige d'huile essentielle incolore environ 1 mètre de hauteur, à rameaux nombreux, anguleux, articulés et d'une pesanteur spécifique de 0couleur cendrée.88 lors- qu'elle est rectifiée. (Kane lui a assigné la formule C40H 36 + 2HO. L'acide sulfurfie la noircit et cause la séparation — Feuilles opposées, sessiles, étroites, alternativement disposées en croix, d'une huileun vert foncé en dessus, blanchâtres en dessous. — Fleurs d'une odeur alliacéeun bleu pâle, ayant la composition de l'huile de térébenthine.disposées en verticilles touffus au sommet des rameaux (mars-avril) — Proust a retiré de cette plante 0.10 de camphreCalice peu velu, un prin- cipe résineux et un peu de tannin. . tubulé,  (Le miel de Narbonne doit ses propriétés aromatiques à deux lèvres, dont l'existence du romarin près des ruchesintérieur bifide. On donne parfois le nom de miel de Narbonne — Corolle à des produits de qualitein- férieuredeux lèvres, auxquels on a donné le parfum des miels du Midi en les coulant sur des ueuis de romarin.)  PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES.  A Lla supérieure relevée et bifide, l'INTÉRIEURinférieure trifide et réfléchie. — Infusion théiforme, de 5 Deux étamines à 15 filets longs et môme 60 grà anthères simples. par kilogramme d'eau.  Eau distillée (1 sur h d'eau), de 30 — Un style à 100 grstigmate pointu., en potion— Un ovaire quadrilobé. — Fruits :  Alcoolat (1 frais sur 3 d'alcool à 31 degrés Quatre akènes nus et 1 d'eau de romarin), 4 à 15 grovales au fond du calice persistant., en po- tion.  Huile essentielle (1 sur 3 d'huile d'olive), de 5 à 25 centigr., en potion.  A L'EXTÉRIEUR. —Infusion, de «"W;  kilogramme d'eau, en lotion, fomentation,
gargarisme, bains, fumigations'''Parties usitées'''. — Les feuilles et les sommités fleuries.
(Huile essentielle, '''Récolte'''. — On récolte ses sommités quand elles sont fleuries. Les feuilles peuvent être récoltées en frictions oa dw ■ tout temps, parce que cet abrisseau reste toujours vert. On les monde et on les fait sécher. Le romarin sauvage est plus actif que celui que l'on cultive.
bain, comme excitant['''Culture'''. — Cette plante exige une terre légère et sèche, et une exposition chaude. On la propage de 2 graines semées sur couche au printemps et on repique les jeunes plants en juin. On peut encore la multiplier de boutures et d'éclats de pied, opérés au printemps et placés à h g^lPP une exposition chaude, mais ombragée.]
'''Propriétés physiques et chimiques'''. — Cette plante a une saveur âcre, chaude et légèrement astringente ; son odeur est très-forte. Elle contient une grande quantité d'huile essentielle incolore et d'une pesanteur spécifique de 0.88 lorsqu'elle est rectifiée. (Kane lui a assigné la formule C<sub>40</sub> H<sub>36</sub> + 2 HO. L'acide sulfurique la noircit et cause la séparation d'une huile, d'une odeur alliacée, ayant la composition de l'article THYMhuile de térébenthine.) — Proust a retiré de cette plante 0.10 de camphre, un principe résineux et un peu de tannin.
(Le miel de Narbonne doit ses propriétés aromatiques à l'existence du romarin est un près des principal ingré- dients ruches. On donne parfois le nom de l'eau 'miel de la reine Narbonne'' à des produits de Hongriequalité inférieure, auxquels on a donné le parfum des miels du Midi en les coulant sur des fleurs de romarin. )
(1) Séance de la Société royale et centrale d'agriculture, juillet 1842.
(2) Annales cliniques de Montpellier, 1811, t. XXIV, p. 68<center>PRÉPARATIONS PHARMACEUTIQUES ET DOSES. </center>
downloadModeText{|align="center"| style="padding:0.vue5em; width:300px; text-align:left; border-right: solid 1px black;" | A L'INTÉRIEUR.download 950 — Infusion théiforme, de 5 à 15 et même 60 gr. par kilogramme d'eau.<br \>Eau distillée (1 sur 13084 d'eau), de 30 à 100 gr., en potion.<br \>Alcoolat (1 frais sur 3 d'alcool à 31 degrés et 1 d'eau de romarin), 4 à 15 gr., en potion.<br \>Huile essentielle (1 sur 3 d'huile d'olive), de 5 à 25 centigr., en potion. | style="padding:0.5em; width:300px; text-align:left;" | A L'EXTÉRIEUR. — Infusion, de 15 à 60 gr. par kilogramme d'eau, en lotion, fomentation, gargarisme, bains, fumigations.<br \>(Huile essentielle, en frictions ou dans un bain, comme excitant, de 2 à 4 gr.) (Voyez l'article THYM.)<br \>Le romarin est un des principal ingrédients de l'eau de la reine de Hongrie. |}
1I0MARIN [921 ]
Le romarin est aromatique et stimulant; sa diffusibilité agit sur tout le système nerveux d'une manière énergique. On l'a vanté contre la paralysie, la dyspepsie, l'asthme, les catarrhes chroniques, les vomissements spasmo- diquesspasmodiques, les affections hystériques, l'aménorrhée, la leucorrhée, les engorge- ments engorgements des viscères abdominaux, les scrofules, etc.
Le romarin sauvage convient plus spécialement comme léger narcotique dans quelques maladies convulsives et spasmodiques (asthme, coqueluche).
Campegius (GhampierChampier) pensait que le romarin pouvait très-bien remplacer la cannelle. « ''Habent Indi suum cinnamomum, habent et Galli suum rosmari- rosmarinum'' 1. »
J'emploie le romarin pour aromatiser les vins médicinaux toniques. L'in-
141 903
modifications

Menu de navigation