Sesuvium portulacastrum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Changement climatique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg



Sesuvium portulacastrum (L.) L.




Protologue: Syst. nat., ed. 10 : 1058 (1759).
Famille: Aizoaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 16, 32, 36, 48

Synonymes

Portulaca portulacastrum L. (1753).

Noms vernaculaires

Pourpier de mer, pourpier maritime (Fr). Seaside purslane, samphire, cenicilla (En). Beldroega da praia (Po).

Origine et répartition géographique

Sesuvium portulacastrum est largement réparti dans les régions tropicales et subtropicales sur les plages de bord de mer. On le rencontre sur toutes les côtes d’Afrique.

Usages

Sesuvium portulacastrum est parfois consommé comme légume, mais ce dans beaucoup de pays, et les feuilles ont le goût acidulé de l’oseille (Rumex spp.) et des Oxalis. Comme il est très salé, il faut le cuire plusieurs fois dans de l’eau douce. Plusieurs animaux le broutent (moutons, chèvres, chameaux) et il serait un aliment très apprécié des crabes. Au Ghana, on le brûle pour fumer le poisson. Au Sénégal, la plante est utilisée comme hémostatique et on considère qu’une décoction est le meilleur antidote contre les piqûres de poissons venimeux ; il doit être appliqué en externe pendant un long moment. Les feuilles auraient des propriétés antiscorbutiques. Sesuvium portulacastrum est parfois cultivé comme plante ornementale et comme couvert végétal pour prévenir l’érosion des dunes.

Propriétés

Lorsque les niveaux de NaCl dans le sol augmentent (jusqu’à 600 mM), la teneur en acides aminés totaux et en sucres de Sesuvium portulacastrum diminue, alors que les taux de protéines, d’amidon, de proline et de glycinebétaïne augmentent. L’hormone de mue des insectes, la 20-hydroxyecdysone, a été isolée à partir de Sesuvium portulacastrum.

Botanique

Plante herbacée vivace subérigée, succulente, prostrée ou rampante, glabre, atteignant 30 cm de haut, à tiges épaisses s’enracinant aux nœuds. Feuilles opposées, simples, charnues ; limbe oblancéolé, de 1–6,5 cm × 0,1–1,5 cm, à base se rétrécissant progressivement vers le pétiole, élargi scarieux, embrassant la tige et conné avec la base de la feuille opposée, apex arrondi, bords entiers. Fleurs solitaires, bisexuées, régulières, de 7–12 mm de long ; pédicelle de 3–15 mm de long, s’épaississant vers le haut ; tépales 5, persistants chez le fruit, connés à la base en un tube qui fait environ un tiers de la longueur des lobes, ceux-ci inégaux, triangulaires, aigus, munis chacun, juste en dessous de l’apex, d’un apicule dorsal charnu de 1,5 mm de long, verts à l’extérieur, roses à rouge-violacé à l’intérieur ; étamines nombreuses, libres, insérées à l’entrée du tube du périanthe ; ovaire supère, (2–)3–4-loculaire, styles (2–)3–4. Fruit : capsule à déhiscence circulaire à couvercle restant entier, contenant de nombreuses graines. Graines lisses, noires.

Sesuvium comprend environ 12 espèces et est très voisin de Cypselea et de Trianthema, dont on pense qu’ils relient les Aizoaceae aux Portulacaceae ; il est parfois classé dans cette deuxième famille.

Description

Autres données botaniques

Croissance et développement

Ecologie

Sesuvium portulacastrum pousse sur les rivages maritimes environ au niveau de la marée haute, sur les dunes salines du littoral, dans les marécages, les lagons et les milieux perturbés des zones côtières. Il tolère très bien le sel et c’est une plante pionnière qui colonise le sable et pousse en haut des plages et sur les pentes orientées vers la mer des premières dunes ou crêtes de plage. Il emprisonne et retient le sable apporté par le vent et a tendance à former de petits monticules ou crêtes. Il ne survit pas lorsqu’il est totalement enterré sous le sable apporté par le vent. Il pousse également bien dans des endroits plus protégés du littoral et on peut l’inclure dans des programmes de végétalisation des dunes. La floraison et la fructification ont lieu toute l’année. Chaque fleur s’ouvre seulement quelques heures par jour.

Multiplication et plantation

Gestion

Sesuvium portulacastrum peut être multiplié par graines et par boutures de tiges enracinées. Les plants sont de préférence plantés dans du sol sableux bien drainé, espacées de 75–150 cm. Sesuvium portulacastrum pousse en plein soleil et tolère les sols acides et alcalins, ainsi que les fortes sécheresses. C’est une plante qui nécessite peu d’entretien, n’ayant pas besoin d’irrigation ou d’engrais, et on ne lui connaît pas de maladies ou de ravageurs importants.

Ressources génétiques

Sesuvium portulacastrum est répandu et il n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Sesuvium portulacastrum est un légume intéressant, facile à cultiver, qui reste de bonne valeur dans des endroits appropriés. C’est une espèce pionnière importante sur les plages sableuses des régions subtropicales et tropicales, où son mode de croissance en tapis favorise l’établissement des dunes embryonnaires.

Références principales

  • Bogle, A.L., 1970. The genera of Molluginaceae and Aizoaceae in the southeastern United States. Journal of the Arnold Arboretum 51(4): 431–462.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Jeffrey, C., 1961. Aizoaceae (including Molluginaceae and Tetragoniaceae). In: Hubbard, O.B.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 37 pp.

Autres références

  • Lonard, R.I. & Judd, F.W., 1997. The biological flora of coastal dunes and wetlands: Sesuvium portulacastrum (L.) L. Journal of Coastal Research 13(1): 96–104.
  • van den Bergh, M.H., 1993. Minor vegetables. In: Siemonsma, J.S. & Kasem Piluek (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 8. Vegetables. Pudoc Scientific Publishers, Wageningen, Netherlands. pp. 280–310.
  • Venkatesalu, V., Kumar, R.R. & Chellappan, K.P., 1994. Sodium chloride stress on organic constituents of Sesuvium portulacastrum L., a salt marsh halophyte. Journal of Plant Nutrition 17(10): 1635–1645.
  • Venkatesalu, V., Kumar, R.R. & Chellappan, K.P., 1994. Growth and mineral distribution of Sesuvium portulacastrum L., a salt marsh halophyte, under sodium chloride stress. Communications in Soil Science and Plant Analysis 25(15–16): 2797–2805.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen

PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 12 novembre 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.