Phylloxylon perrieri (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, rameau feuillé ; 2, rameau en fleurs ; 3, rameau en fruits. Redessiné et adapté par Iskak Syamsudin
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois
coupe radiale du bois

Phylloxylon perrieri Drake


Protologue: Grandid., Hist. phys. Madagascar 30: 192 (1903).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Origine et répartition géographique

Phylloxylon perrieri est endémique de l’ouest de Madagascar, où il est présent depuis les environs d’Analalava jusqu’à Morondava.

Usages

Le bois, connu sous le nom de “harahara”, est traditionnellement utilisé dans la construction des maisons, pour fabriquer des meubles, des ustensiles agricoles et des manches d’outil, mais il convient également pour faire des perches durables et des revêtements de sol destinés à un passage intense. Il est utilisé comme bois de feu et pour faire du charbon de bois. L’écorce est utilisée comme poison pour la pêche.

Propriétés

Le bois de cœur est brun rougeâtre pâle et nettement démarqué de l’aubier jaunâtre. Il est très lourd, très dur et élastique.

Falsifications et succédanés

Le bois est similaire à celui d’autres Phylloxylon spp. et connu sous le même nom malgache. Il ressemble à celui de Dialium unifoliolatum Capuron, espèce de l’est de Madagascar, encore que le bois de cette dernière espèce est moins dur. Le bois de Humbertia madagascariensis Lam., également très lourd, a les mêmes usages.

Description

  • Arbuste ou petit arbre caducifolié atteignant 12 m de haut ; fût atteignant 50 cm de diamètre ; écorce brun pâle à grise, se desquamant en morceaux fibreux ; tiges aplaties, coriaces, vert grisâtre, fortement ramifiées, entrenœuds foliacés, linéaires, de 10–40 cm × 2–7 (–10) mm, brusquement pointus à l’apex, avec des bourgeons ou des feuilles sur les bords, glabres ; tiges âgées s’arrondissant.
  • Feuilles alternes, simples et entières ; stipules minuscules ; pétiole de 2–6 mm de long ; limbe elliptique à ovale, de 3–6(–7,5) cm × 1–4(–5) cm, obtus à arrondi à la base, aigu à obtus à l’apex, coriace, glabre, pennatinervé ; feuilles parfois absentes.
  • Inflorescence : grappe à quelques fleurs issue des bourgeons présents sur les bords de la tige foliacée, de 5–13 mm de long ; bractées nombreuses sur l’axe, largement ovales.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées ; pédicelle de 2–3,5 mm de long ; calice en coupe peu profonde, d’environ 2 mm de long, à courtes dents, garni de fins poils bruns ; corolle rose à violet pâle, à étendard étroitement elliptique d’environ 13 mm de long, à tache basale blanche, ailes de 13–16 mm de long, carène de 11–13 mm de long ; étamines 10, dont 9 réunies dans une longue gaine de 6–7 mm de long et 1 libre ; ovaire supère, étroitement oblong à linéaire, style arqué vers le haut.
  • Fruit : gousse fuselée courbe de 3,5–6,5 cm × 1,5–2 cm, munie d’un bec à l’apex, coriace, finalement déhiscente, à 1(–2) graines.
  • Graines ellipsoïdes, d’environ 16 mm × 11 mm.

Autres données botaniques

Le genre Phylloxylon comprend 7 espèces, toutes endémiques de Madagascar. Il appartient à la tribu des Indigofereae, et on considère qu’il en est à la base en raison des nombreux états primitifs de ses caractères. Les jeunes tiges foliacées sont caractéristiques chez 4 espèces, mais les 3 autres ont de jeunes tiges étroites et arrondies.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : 2 : limites de cernes indistinctes ou absentes.
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 10 : vaisseaux accolés radialement par 4 ou plus ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; 23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale ; 24 : ponctuations intervasculaires minuscules (très fines) ( 4μm) ; 25 : ponctuations intervasculaires fines (4–7 μm) ; 29 : ponctuations ornées ; 30 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles distinctes ; semblables aux ponctuations intervasculaires en forme et en taille dans toute la cellule du rayon ; 40 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 50 μm ; 41 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 50–100 μm ; 50 : 100 vaisseaux par millimètre carré ; 58 : gomme ou autres dépôts dans les vaisseaux du bois de cœur.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; 70 : fibres à parois très épaisses.
  • Parenchyme axial : 75 : parenchyme axial absent ou extrêmement rare ; 78 : parenchyme axial juxtavasculaire ; 91 : deux cellules par file verticale.
  • Rayons : 97 : rayons 1– 3-sériés (larges de 1–3 cellules) ; 104 : rayons composés uniquement de cellules couchées ; 116 : 12 rayons par mm. Structure étagées : 118 : tous les rayons étagés ; 120 : parenchyme axial et/ou éléments de vaisseaux étagés.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 138 : cristaux prismatiques dans les cellules couchées des rayons.
(L.N. Banak, H. Beeckman & P.E. Gasson)

Croissance et développement

La croissance est très lente. Phylloxylon perrieri fleurit habituellement de septembre à novembre.

Ecologie

Phylloxylon perrieri se rencontre dans les forêts décidues et la savane boisée, depuis le niveau de la mer jusqu’à 600 m d’altitude. Il est habituellement présent sur sols sableux, mais on le trouve aussi en terrain calcaire.

Récolte

La dureté du bois rend l’abattage difficile avec un outillage classique.

Ressources génétiques

Phylloxylon perrieri est classé comme espèce en danger sur la Liste rouge de l’UICN. Bien qu’assez répandu dans l’ouest de Madagascar, il est rare en raison d’un abattage sélectif pour son bois d’œuvre et son bois de feu, et en raison de la fragmentation accentuée de la végétation naturelle où il est présent.

Perspectives

Les perspectives de Phylloxylon perrieri et des autres espèces de Phylloxylon comme arbre à bois d’œuvre d’importance commerciale sont très médiocres en raison de son fût souvent de petite taille, de sa rareté et de sa croissance lente. Il gardera une importance locale dans la production de montants et d’ustensiles durables. Il faudra toutefois veiller à ce qu’il reçoive une protection adéquate.

Références principales

  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.
  • du Puy, D.J., Labat, J.N. & Schrire, B.D., 1995. A revision of Phylloxylon (Leguminosae: Papilionoideae: Indigofereae). Kew Bulletin 50(3): 477–494.

Autres références

  • du Puy, D. & Labat, H., 1998. Phylloxylon perrieri. In: IUCN. 2007 Red list of threatened species. [Internet] http://www.iucnredlist.org. January 2008.
  • Guéneau, P., Bedel, J. & Thiel, J., 1970–1975. Bois et essences malgaches. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 150 pp.
  • Kerharo, J., Guichard, F. & Bouquet, A., 1961. Les végétaux ichtyotoxiques (poisons de pêche), 2ème partie : inventaire des poisons de pêche. Bulletins et Mémoires de l’École Nationale de Médecine et de Pharmacie de Dakar 9: 355–386.

Sources de l'illustration

  • du Puy, D.J., Labat, J.N. & Schrire, B.D., 1995. A revision of Phylloxylon (Leguminosae: Papilionoideae: Indigofereae). Kew Bulletin 50(3): 477–494.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2008. Phylloxylon perrieri Drake. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 10 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.