Oxygonum sinuatum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg



Oxygonum sinuatum (Meisn.) Dammer




Protologue: Engl., Pflanzenw. Ost-Afrikas C : 170 (1895).
Famille: Polygonaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 52

Synonymes

Ceratogonum cordofanum Meisn. (1856), Ceratogonum sinuatum Meisn. (1856), Oxygonum atriplicifolium (Meisn.) Martelli var. sinuatum (Meisn.) Baker (1909).

Noms vernaculaires

Kindri, bamba (Sw).

Origine et répartition géographique

Oxygonum sinuatum est très répandu en Afrique orientale et australe, du Soudan jusqu’à l’Angola et l’Afrique du Sud.

Usages

En Ethiopie, en Ouganda et au Kenya, on consomme les feuilles d’Oxygonum sinuatum crues ou bouillies comme légume. En Ouganda, Oxygonum sinuatum est diversement apprécié comme légume-feuilles selon les régions ; on le considère comme un aliment de famine dans certaines régions et comme un mets de choix dans d’autres. Médicinalement, on applique les feuilles sur les furoncles et on mastique les tiges pour traiter l’amygdalite. Le jus des feuilles est utilisé pour traiter les infections dues aux mycoses sur les jambes et les pieds ainsi que pour traiter les infections oculaires.

Propriétés

Les feuilles crues d’Oxygonum sinuatum ont un goût acide ; leur saveur est plus douce une fois réduites en poudre.

Botanique

Plante herbacée annuelle, étalée, décombante ou érigée à tiges vertes à brun-rouge, glabres à pubescentes, atteignant 1 m de haut. Feuilles alternes, simples ; ochréa cylindrique, atteignant 8 mm de long, rougeâtre, portant habituellement une frange de longs poils à l’apex ; pétiole de 0,5–3 cm de long ; limbe à contour ovale à elliptique, de 4–8 cm × 1–3 cm, habituellement légèrement à profondément découpé en lobes arrondis ou aigus. Inflorescence : grappe spiciforme atteignant 45 cm de long. Fleurs bisexuées et mâles, blanches ou roses, légèrement hétérostylées ; pédicelle trapu chez les fleurs bisexuées, filiforme chez les fleurs mâles ; tube du périanthe de 1–1,5 mm de long, tépales ovales-elliptiques, atteignant 3 mm de long. Fruit : nucule fusiforme de 5–6,5 mm de long, portant 3 aiguillons étalés juste en dessous du milieu, atteignant 2 mm de long.

Oxygonum comprend environ 30 espèces et est confiné à l’Afrique tropicale, l’Afrique du Sud et Madagascar.

Description

Autres données botaniques

Ecologie

Oxygonum sinuatum est une adventice commune dans les champs et sur les terrains vagues, du niveau de la mer jusqu’à 2400 m d’altitude. En Ouganda, il est présent sur des sols limoneux bien drainés dans des régions avec une pluviométrie annuelle de 1000–1600 mm.

Multiplication et plantation

Gestion

Oxygonum sinuatum est le plus souvent récolté dans la nature, mais en Ouganda il est protégé dans les jardins familiaux. Les feuilles et les pousses séchées et réduites en poudre sont conservées pour une utilisation ultérieure.

Ressources génétiques

Oxygonum sinuatum est répandu et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Oxygonum sinuatum restera localement un légume et une plante médicinale utile.

Références principales

  • Graham, R.A., 1957. A revision of Oxygonum (Polygonaceae - Polygoneae). Kew Bulletin 12: 145–172.
  • Graham, R.A., 1958. Polygonaceae. In: Turrill, W.B. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 40 pp.
  • Katende, A.B., Ssegawa, P. & Birnie, A., 1999. Wild food plants and mushrooms of Uganda. Technical Handbook No 19. Regional Land Management Unit/SIDA, Nairobi, Kenya. 490 pp.
  • Maundu, P.M., Ngugi, G.W. & Kabuye, C.H.S., 1999. Traditional food plants of Kenya. Kenya Resource Centre for Indigenous Knowledge (KENRIK), Nairobi, Kenya. 270 pp.
  • Westphal, E., 1975. Agricultural systems in Ethiopia. Agricultural Research Reports 826. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 278 pp.

Autres références

  • Baker, J.G. & Wright, C.H., 1909–1913. Polygonaceae. In: Thiselton-Dyer, W.T. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 6(1). Lovell Reeve & Co., London, United Kingdom. pp. 98–120.
  • Hedberg, O., 2000. Polygonaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 1. Magnoliaceae to Flacourtiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 336–347.
  • Robyns, W., 1948. Polygonaceae. In: Robyns, W., Staner, P., De Wildeman, E., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Lebrun, J., Louis, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 1. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. pp. 396–427.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen

PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 12 novembre 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.