Noms des plantes en allemand

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher

Introduction

De par l'histoire de l'Allemagne, l'allemand se présente bien plus diversifié que le français. Les dialectes sont toujours bien vivants et s'écrivent. Les usages diffèrent en particulier souvent en Suisse ou en Autriche.

Du point de vue linguistique, une distinction essentielle est à faire entre le bas-allemand et le haut-allemand.

  • Le bas-allemand est parlé dans tout le nord de l'Allemagne. Il est proche du néerlandais, qui ne s'en est séparé que pour des raisons économiques et politiques. Son importance culturelle (y compris pour la diffusion des noms de plantes) tient au fait qu'il a été la langue de la Hanse, qui a contrôlé le commerce maritime dans la mer du Nord et la Baltique, et dont les principaux ports étaient Amsterdam et Hambourg. Les plantes exotiques portent ainsi des noms empruntés au bas-allemand dans les langues scandinaves, baltes et slaves du nord.
  • le haut-allemand a subi la "deuxième mutation consonantique", contrairement au bas-allemand. Culturellement, il a connu une forte influence du sud (Italie), de l'ouest (France) et de l'est (Empire austro-hongrois) de l'Europe.

Noms des plantes

L'ouvrage fondamental est le dictionnaire de Marzell. Marzell a rédigé les notices linguistiques de la flore de Hegi de 1906 à 1931, et en suit la nomenclature. Son opinion est sans appel (et juste) : "On ne peut que constater que les dictionnaires de Pritzel et Jessen (1882), Heukels (1907), Lyttkens (1904-1915), Britten and Holland (1878-1886), Penzig (1924) et Annenkov (1878) ont été écrits par des botanistes, de sorte que les considérations purement linguistiques restent en retrait dans tous ces dictionnaires. Il faut malheureusement dire que le dictionnaire allemand des noms de plantes de Pritzel et Jessen, en ce qui concerne son exhaustivité, sa précision et sa fiabilité, vient de loin en dernière place après tous les dictionnaires mentionnés ci-dessus, et ne peut en terme d'utilité scientifique pas se comparer avec le dictionnaire français de Rolland ou le dictionnaire anglais de Britten et Holland." Marzell indique ses sources (avec la page) et les localités. Il précise qu'il est à la fois botaniste et linguiste (en "Germanistik"). Il cite des noms dans de nombreuses langues, en particulier les autres langues germaniques.

Par ailleurs, l'ouvrage de König est un modèle du genre, dont on s'étonne qu'il n'ait pas été repris pour d'autres domaines linguistiques. C'est un petit livre de poche tout en couleur, qui constitue une excellente introduction à l'histoire et à la dialectologie de l'allemand. Il comprend de nombreuses cartes de répartition très lisibles et parlantes. Les plantes qui font l'objet d'une carte sont : Korn (carte sémantique), céréale, seigle, carotte, pomme de terre, choucroute, chou rouge, genévrier, sureau, tomate, champignon, concombre, raifort.

Références

  • DWB = Deutsches Wörterbuch von Jacob und Wilhelm Grimm. 16 Bde. in 32 Teilbänden. Leipzig, von S. Hirzel. 1854-1961. Dictionnaire de la langue générale, incontournable en ligne.
  • Holl, Friedrich, 1833. Wörterbuch deutscher Pflanzennamen oder Verzeichnis sämmtlicher in der Pharmazie, Oekonomie, Gärtnerei, Forstkultur und Technik vorkommenden Pflanzen und Pflanzentheile nach ihren Provinzial- und systematischen Namen.... 434 p.
  • Klees Henri, 1972. Luxemburger Pflanzennamen. Luxembourg, Institut Grand-Ducal, Section de linguistique, de folklore et de toponymie. (Beiträge zur Luxemburgischen Sprach- und Volkskunde, VIII). XIV-192 p.
  • Kluge Friedrich, 1967. Etymologisches Wörterbuch der deutschen Sprache. 20e ed. Berlin, de Gruyter. XVI-915 p.
  • König Werner, 1978. DTV-Atlas zur deutschen Sprache. München, DTV. 247 p., 138 ill. coul.
  • Kretschmer Paul, 1969. Wortgeographie der hochdeutschen Umgangssprache. ed. 2. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht. XVI-641 p.
  • Loewe Richard, 1913. Germanische Pflanzennamen. Etymologische Untersuchungen über Hirschbeere, Hindebeere, Rehbockbeere und ihre Verwandten. Heidelberg, Carl Winter.XIV-183 p. 350 F
  • Marzell Heinrich A partir du vol. 3, publié après sa mort (1885-1970). Les noms sont classés d'après leur forme et leur sens.
  • Pfeifer Wolfgang, 1997. Etymologisches Wörterbuch des Deutschen. Deutscher Taschenbuch Verlag. 1696 p. 8000 entrées.
  • Pritzel, Georg August & Jessen, Carl, 1882. Die deutschen Volksnamen der Pflanzen. Neuer Beitrag zum deutschen Sprachschatze. Hannover, Philipp Cohen. 122 p. en ligne sur archive.org