Neoapaloxylon tuberosum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Glucides / amidon Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)

Neoapaloxylon tuberosum (R.Vig.) Rauschert


Protologue: Taxon 31: 559 (1982).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Synonymes

  • Apaloxylon tuberosum R.Vig. (1949).

Origine et répartition géographique

Neoapaloxylon tuberosum est une espèce endémique de l’ouest et du sud de Madagascar.

Usages

L’écorce fibreuse est utilisée comme cordage. Dans le passé, l’écorce était utilisée pour faire du tissu d’écorce. La racine tubérisée est consommée. Le bois est tendre et blanc et on l’utilise seulement comme bois de feu.

Description

  • Arbuste ou petit arbre caducifolié atteignant 13 m de haut ; fût atteignant 40 cm de diamètre ; surface de l’écorce lisse et gris pâle, à nombreuses lenticelles ; rameaux glabres, gris foncé, à lenticelles pâles.
  • Feuilles alternes, composées pennées à 10–16 folioles ; stipules minuscules ; pétiole et rachis aplatis, de 4–11 cm de long ; pétiolules de 1–1,5 mm de long ; folioles alternes, oblongues-obovales, de (9–)15–30(–50) mm × 7–15(–20) mm, inégales, glabres, pennatinervées.
  • Inflorescence : panicules, souvent regroupées à plusieurs en glomérules denses et complexes, rameaux atteignant 4 cm de long, à nombreuses fleurs.
  • Fleurs bisexuées, régulières, blanc verdâtre, sessiles ; hypanthium obconique, de 0,5 mm de long, ressemblant à un pédicelle ; sépales 4, libres, largement elliptiques, de 3–3,5 mm de long, concaves, à points glandulaires à peine visibles ; pétales absents ; étamines 10, libres, de 5–8 mm de long ; disque prononcé, jaune-vert ; ovaire supère, d’environ 1 mm de long, à stipe d’environ 1 mm de long, glabre, style mince, d’environ 5 mm de long.
  • Fruit : gousse indéhiscente de 4,5–6 cm de long, à stipe de 3–5 mm de long, glabre, brun pâle, à une seule graine apicale et une grande aile basale, à sépales persistants à la base.
  • Graines oblongues-ovales, plates, de 13–15 mm de long, à nervures réticulées, brun noirâtre.

Autres données botaniques

Neoapaloxylon tuberosum fleurit lorsqu’il n’a pas de feuilles et est alors très remarquable à cause de la profusion des fleurs. Les fleurs apparaissent au début de l’hiver sec et les fruits mûrissent avant que les feuilles apparaissent. Les fruits, qui ressemblent fortement à ceux des érables (Acer) à la différence que la graine est à l’apex et l’aile à la base, sont disséminés par le vent. L’aile fait tourner le fruit rapidement et le fait tomber lentement.

Le genre Neoapaloxylon comprend 3 espèces et l’écorce des 3 est utilisée pour faire des cordages.

Neoapaloxylon madagascariense

Neoapaloxylon madagascariense (Drake) Rauschert est un arbre atteignant 15 m de haut.

Neoapaloxylon mandrarense

Neoapaloxylon mandrarense Du Puy & Rabev. est un arbuste ou petit arbre de 3–5 m de haut. La racine est consommée.


Le genre Neoapaloxylon est très proche d’un autre genre endémique de Madagascar, Brandzeia, qui comprend une seule espèce, Brandzeia filicifolia Baill., un arbre atteignant 25 m de haut qui est utilisé comme bois d’œuvre.

Ecologie

Neoapaloxylon tuberosum est présent du niveau de la mer jusqu’à 900 m d’altitude en forêt décidue aride à sub-aride, dans l’ouest et le sud de Madagascar. Il a apparemment une préférence pour les sols calcaires.

Ressources génétiques

Comme Neoapaloxylon tuberosum est assez répandu à Madagascar et ne semble pas intensément exploité, aucune menace majeure d’érosion génétique n’est envisagée.

Perspectives

Neoapaloxylon tuberosum est mal connu et utilisé seulement par endroits. Il peut avoir du potentiel pour un usage ornemental.

Références principales

  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.
  • Rauschert, S., 1982. Nomina nova generica et combinationes novae Spermatophytorum et Pteridophytorum. Taxon 31(3): 554-563.
  • Schatz, G.E., 2001. Generic tree flora of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 477 pp.
  • Stiles, D., 1998. The Mikea hunter-gatherers of southwest Madagascar: ecology and socioeconomics. African Study Monographs 19(3): 127–148.

Autres références

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • Fougère-Danezan, M., Herendeen, S., Maumont, S. & Bruneau, A., 2010. Morphological evolution in the variable resin-producing Detarieae (Fabaceae): do morphological characters retain a phylogenetic signal? Annals of Botany 105(2): 311–325.
  • ILDIS, 2005. World database of Legumes, Version 10,01. International Legume Database & Information Service. [Internet] http://www.ildis.org/. April 2011.
  • Lewis, G., Schrire, B., MacKinder, B. & Lock, M., 2005. Legumes of the world. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 577 pp.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2011. Neoapaloxylon tuberosum (R.Vig.) Rauschert. In : Brink, M. & Achigan-Dako, E.G. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. Consulté le 7 mars 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.