Mucuna poggei (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


gousses

Mucuna poggei Taub.


Protologue: Bot. Jahrb. Syst. 23 : 194 (1896).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Synonymes

  • Mucuna rubro-aurantiaca De Wild. (1913),
  • Mucuna pesa De Wild. (1914).

Noms vernaculaires

  • Mucuna de Pogge (Fr).
  • Buffalo bean (En).
  • Kihuta (Po).

Origine et répartition géographique

Mucuna poggei est réparti dans toute l’Afrique tropicale, mais n’est pas présent dans les îles de l’océan Indien.

Usages

Au Togo, les tiges de Mucuna poggei, ramassées dans la nature, servent à préparer une teinture noire, et dans le sud de la R.D. du Congo (Katanga) une encre noire est obtenue à partir du jus des feuilles. En R.D. du Congo, on jette des tiges broyées dans les rivières pour engourdir le poisson tandis que l’on utilise la cendre pour chasser les serpents. Les branches les plus fines servent à fabriquer des attaches. Les graines sont comestibles et au Nigeria le bétail broute la plante. Une décoction de la tige soignerait les blessures de lance. L’écorce et les feuilles écrasées sont astringentes et sont appliquées en cataplasme sur les plaies, les blessures et les brûlures. Une décoction ou un extrait des racines sert à traiter la dysenterie, la diarrhée, la malaria, la gonorrhée, l’ankylostome et la schistosomose. Des copeaux de racines sont employées comme analgésique contre les maux de dents. Au Mali, une décoction de feuilles ou bien des jeunes feuilles sont appliquées en externe contre l’herpès. Une décoction de racines sert de lotion pour traiter la paralysie des jambes et la fièvre jaune. En Tanzanie, une décoction de fleurs est appliquée contre les maux de tête.

Propriétés

Mucuna poggei colore en brun-rouge les mains et les outils en fer. Le jus de la tige, brun foncé, vire au rouge sombre en se coagulant au contact de l’air. Les composants chimiques sont inconnus. On a signalé des tanins, des hétérosides cyanogéniques et des alcaloïdes indoliques chez plusieurs espèces de Mucuna et il se pourrait qu’ils soient présents également chez cette espèce, concourant ainsi à l’effet colorant du jus et des feuilles. Il n’est pas exclu que les graines contiennent elles aussi l’acide aminé L-dopa (lévodopa).

Description

  • Liane de grande taille atteignant 30 m de long, à tige jusqu’à 20 cm de diamètre, glabre ou pubescente.
  • Feuilles alternes, 3-foliolées pennées ; stipules triangulaires, d’environ 1 cm de long, caduques ; pétiole jusqu’à 16 cm de long, rachis jusqu’à 3 cm de long ; pétiolules jusqu’à 8 mm de long ; folioles rhomboïdes, ovales ou obovales, de 10–19 cm × 6–19 cm, base arrondie à légèrement cordée, apex apiculé ou arrondi, folioles latérales très asymétriques, pubescentes à poils apprimés épars au-dessus, densément couvertes de poils gris argenté au-dessous.
  • Inflorescence : grappe axillaire, retombante, recouverte de poils gris à rougeâtres, à plusieurs fleurs ; pédoncule jusqu’à 20 cm de long, rachis jusqu’à 32 cm de long.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées ; pédicelle atteignant 1 cm de long ; calice campanulé, à 2 lèvres, tube de 5–12 mm de long, 4 lobes inégaux, de 2–7(–22) mm de long, la paire du dessus soudée, densément velouté à poils hérissés irritants rouge orangé ; corolle blanc verdâtre ou jaunâtre, étendard ovale à elliptique, d’environ 5 cm × 3 cm, ailes et carène jusqu’à 9 cm de long ; étamines 10, dont 1 libre et 9 soudées ; ovaire supère, 1-loculaire, style long.
  • Fruit : gousse circulaire à oblongue de 5–20 cm × 3,5–4 cm × 2 cm, densément recouverte de poils caducs, rouge orangé, hérissés, très irritants, contenant 1–5 graines.
  • Graines irrégulièrement elliptiques-oblongues, recourbées, comprimées, atteignant 2,5 cm × 2 cm × 1 cm, violettes ou brun clair densément marbrées de brun foncé.

Autres données botaniques

Mucuna appartient à la tribu Phaseoleae et il s’agit d’un genre important qui comprend près de 100 espèces, réparties dans tous les tropiques. Une dizaine d’entre elles se rencontrent en Afrique tropicale. Mucuna poggei est assez variable et, à partir essentiellement de la longueur de la corolle et de la pubescence des folioles, plusieurs variétés ont été distinguées.

Ecologie

On rencontre Mucuna poggei dans les ripisylves et les forêts marécageuses, dans la brousse et les fourrés, du niveau de la mer jusqu’à 2000 m d’altitude.

Ressources génétiques

Mucuna poggei est répandu et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Mucuna poggei demeurera probablement une source de teinture secondaire, utilisée uniquement localement. A cause de ses poils raides irritants sur les fleurs et les fruits, il est difficile à manipuler. Néanmoins, la teneur en colorant et en tanin de même que les propriétés pharmacologiques de la plante ainsi que d’autres espèces africaines de Mucuna méritent des recherches.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Gillett, J.B., Polhill, R.M., Verdcourt, B., Schubert, B.G., Milne-Redhead, E., & Brummitt, R.K., 1971. Leguminosae (Parts 3–4), subfamily Papilionoideae (1–2). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 1108 pp.

Autres références

  • Adjanohoun, E.J., Aké Assi, L., Floret, J.J., Guinko, S., Koumaré, M., Ahyi, M.R.A. & Raynal, J., 1979. Médecine traditionelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 291 pp.
  • Dahal, K.R. & van Valkenburg, J.L.C.H., 2003. Mucuna Adanson. In: Lemmens, R.H.M.J. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(3). Medicinal and poisonous plants 3. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 305–308.
  • Haerdi, F., 1964. Die Eingeborenen-Heilpflanzen des Ulanga-Distriktes Tanganjikas (Ostafrika). In: Haerdi, F., Kerharo, J. & Adam, J.G. (Editors). Afrikanische Heilpflanzen / Plantes médicinales africaines. Acta Tropica Supplementum 8: 1–278.
  • Hauman, L., Cronquist, A., Boutique, R., Majot-Rochez, R., Duvigneaud, P., Robyns, W. & Wilczek, R., 1954. Papilionaceae (troisième partie). In: Robyns, W., Staner, P., Demaret, F., Germain, R., Gilbert, G., Hauman, L., Homès, M., Jurion, F., Lebrun, J., Vanden Abeele, M. & Boutique, R. (Editors). Flore du Congo belge et du Ruanda-Urundi. Spermatophytes. Volume 6. Institut National pour l’Étude Agronomique du Congo belge, Brussels, Belgium. 426 pp.
  • Hepper, F.N., 1958. Papilionaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 505–587.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Staner, P., 1936. Plantes congolaises à propriétés tinctoriales. In: Ceuterick, F. (Editor). Agricultura. Louvain, Belgium. 39 pp.
  • Vergiat, A.M., 1970. Plantes magiques et médicinales des féticheurs de l’Oubangui (Région de Bangui). Journal d’Agriculture Tropicale et de Botanique Appliquée 17: 295–339.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Jansen, P.C.M., 2005. Mucuna poggei Taub. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 14 novembre 2018.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.