Merremia kentrocaulos (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Merremia kentrocaulos (C.B.Clarke) Hallier f.


répartition en Afrique (sauvage)

Protologue : Oliv., Fl. Trop. Afr. 4(2) : 103 (1905).

Famille : Convolvulaceae

Noms vernaculaires

  • Rough-stemmed morning-glory (En).

Origine et répartition géographique

Merremia kentrocaulos se rencontre depuis le Sénégal jusqu’en Somalie, et vers le sud jusqu’en Afrique du Sud. On le trouve aussi en Asie tropicale, en Australie et sur les îles du Pacifique.

Usages

Au Sénégal, la décoction de la plante entière en mélange avec Pericopsis laxiflora (Benth.) Meeuwen, se boit pour traiter les maladies du foie et de la vésicule biliaire. En Tanzanie, la décoction de racines se boit contre la fièvre.

Propriétés

Merremia kentrocaulos contient de nombreux 3α-acyloxytropanes aromatiques, par ex. la convolamine (3α-vératroyloxytropane) et la phyllalbine (3α -vanilloyloxytropane). Quatre furano-sesquiterpènes (les merrékentrones A, B, C et D), analogues à l’ipoméamarone, ont été isolés des racines. Certains de ces composés sont intéressants du fait que leur structure ressemble à des composés ayant une activité fongicide.

Description

  • Grande plante volubile pérenne, presque glabre, à rhizome tubérisé.
  • Vieilles tiges ligneuses, jeunes tiges herbacées, cylindriques, munies de papilles rougeâtres.
  • Feuilles alternes ou disposées en spirale, simples ; pétiole de 3–7 cm de long ; limbe à contour pentagonal, de 4–13 cm de long et de large, palmatidisséqué presque jusqu’à la base, base cordée ; lobes 5–7, elliptiques, lancéolés ou oblongs-lancéolés, jusqu’à 6,5 cm × 2 cm, aigus.
  • Inflorescence : cyme axillaire, portant 1 à quelques fleurs ; pédoncule presque érigé, de 3–8 cm de long ; bractéoles ovales, rapidement caduques.
  • Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; pédicelle jusqu’à 3 cm de long, défléchi au départ, presque érigé à l’ouverture des fleurs, et pendant chez le fruit ; sépales ovales-oblongs, jusqu’à 3 cm de long, à apex obtus, glabres, concaves, un peu inégaux, accrescents chez le fruit ; corolle en entonnoir, de 3,5–5,5 cm de long, jaune ou blanche avec un centre violet foncé, glabre, limbe faiblement pentagonal, plissé, lobes obtusément triangulaires ; étamines incluses ; ovaire supère, 2–4-loculaire, style simple, filiforme, stigmate bi-globuleux.
  • Fruit : capsule étroitement ellipsoïde, de 1,2–1,6 cm de long, enveloppée au départ par le calice brun, coriace et accrescent, puis exposée juste avant la déhiscence quand les sépales s’étalent, brun pâle.
  • Graines de 6–8 mm de long, brunes à noires, finement poilues.

Autres données botaniques

Le genre Merremia comprend environ 80 espèces dans toutes les régions tropicales. Il est étroitement apparenté au genre Ipomoea, différant essentiellement par son pollen lisse. Certains auteurs distinguent 2 variétés au sein de Merremia kentrocaulos : la variété type ayant des lobes foliaires entiers ou finement crénulés, et var. pinnatifida N.E.Br. ayant des lobes foliaires profondément pennatifides. Merremia kentrocaulos est parfois confondu avec Merremia tuberosa (L.) Rendle, originaire des Amériques, qui se rencontre, souvent à l’état naturalisé, en Asie tropicale, et en Afrique australe et orientale ainsi que Madagascar.

Plusieurs autres espèces de Merremia sont utilisées à des fins médicinales en Afrique tropicale.

Merremia dissecta

Merremia dissecta (Jacq.) Hallier f. est une plante pérenne, volubile et mince, munie de fleurs blanches avec une gorge violet rosé, originaire des Amériques, mais désormais largement répartie dans les régions chaudes du monde. La plante a de nombreux usages médicinaux dans plusieurs parties du monde. Au Nigeria, l’infusion des feuilles est un important ingrédient des remèdes contre les morsures de serpent, pris en interne ou appliqués en externe. L’infusion de feuilles se prend comme sédatif en cas de douleurs à la poitrine. Il est parfois planté comme ornemental. Au Nigeria, la plante éloignerait les serpents des maisons où elle est cultivée. En raison de leur odeur, les feuilles de Merremia dissecta s’utilisent pour aromatiser les liqueurs en Inde.

Merremia gorinii

Merremia gorinii Chiov. est une plante pérenne, rampante ou volubile, munie de fleurs jaunâtres à orange-rouge avec un centre plus foncé. Il est présent dans la Corne d’Afrique et au Kenya. En Somalie, la racine s’applique en suppositoire contre les hémorroïdes.

Merremia hederacea

Merremia hederacea (Burm.f.) Hallier f. est une plante herbacée volubile ou rampante, munie de fleurs jaunes ou blanches, se rencontrant en Asie tropicale, en Australie et sur quelques îles du Pacifique. En Afrique, il est présent de façon disséminée du Sénégal à la Somalie, et vers le sud jusqu’en Mozambique, à Madagascar et aux Mascareignes. Au Burkina Faso, la plante s’utilise en combinaison avec Sclerocarya birrea Hochst. dans l’art de la divination. En Inde, il sert couramment à soigner les rhumes, la fièvre, le coup de soleil, la laryngite et la leucorrhée. Les graines sont utilisées pour traiter la fièvre, les rhumes, le mal de gorge, l’hématurie, la conjonctivite et les furoncles. Avec les feuilles, du curcuma et des brisures de riz, on fait un cataplasme qui s’applique sur les mains et les pieds gercés. Au Kordofan (Soudan), les longues tiges minces servent de cordes pour lier des charges aux selles des bêtes de somme. Il est brouté par le bétail. Il mérite d’être planté en raison de ses fleurs magnifiques.

Merremia peltata

Merremia peltata (L.) Merr. est une grande liane, munie de fleurs blanches ou jaunes, avec une répartition pantropicale, notamment les tropiques de l’Ancien Monde. En Afrique, il est présent sur les îles de l’océan Indien. A Madagascar, le jus de la plante est administré aux enfants pour calmer la respiration. Il se prend également contre la diarrhée et les vers intestinaux. On le plante comme ornemental en raison de ses fleurs et de ses feuilles étonnantes. Le tubercule peut être cuit et consommé, mais il serait aussi purgatif.

Merremia tuberosa

Merremia tuberosa (L.) Rendle est une plante volubile robuste, originaire des Amériques tropicales, et cultivé pour ses fleurs ornementales en Afrique de l’Ouest et d’autres pays tropicaux. Les fruits ligneux peuvent s’utiliser dans les décorations florales sèches. Le tubercule est un purgatif drastique et il a été utilisé pour falsifier la résine “jalap”, obtenue d’Ipomoea dumosa (Benth.) L.O.Williams en Amérique centrale.

Merremia umbellata

Merremia umbellata (L.) Hallier f., appelé “hogvine” en anglais, est une plante volubile ornementale pérenne, munie de fleurs jaune ou blanc vif, se rencontrant dans toutes les régions tropicales. On distingue 2 sous-espèces : subsp. umbellata est présent en Afrique de l’Ouest et aux Amériques, et subsp. orientalis (Hallier f.) Oostr. se rencontre en Afrique orientale et en Asie. En Asie, les feuilles s’appliquent en cataplasme sur les plaies et brûlures purulentes, et la racine sert de laxatif. Egalement en Asie, les jeunes feuilles se consomment en légume. Au Ghana, la plante fixe le sable sur les plages.

Merremia xanthophylla

Merremia xanthophylla Hallier f. est une plante herbacée polymorphe avec des tiges prostrées ou grimpantes et des fleurs jaunes à blanchâtres. Sa répartition n’est pas complètement connue mais couvre certainement le Soudan, l’Ethiopie, la Zambie et le Zimbabwe. Au Soudan, l’extrait de racine se boit contre les convulsions.

Ecologie

Merremia kentrocaulos pousse en forêt ouverte, par ex. dans les forêts arbustives ou forêts claires sèches à mopane-Acacia, et dans les savanes sur les sols sablonneux ou rocheux, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1300 m d’altitude. Il est parfois une adventice dans les rizières.

Multiplication et plantation

Merremia kentrocaulos se multiplie par graines.

Ressources génétiques

Merremia kentrocaulos est répandu et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Une révision d’ensemble de Merremia et des genres apparentés est nécessaire. Merremia kentrocaulos gardera probablement une certaine valeur médicinale au niveau local. Davantage de recherches sont nécessaires pour évaluer les composés phytochimiques isolés de la plante.

Références principales

  • Garcia, M.A., Demissew, S. & Thulin, M., 2006. Convolvulaceae. In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 3. Angiospermae (cont.). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 221–258.
  • Gonçalves, M.L., 1987. Convolvulaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 8, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 9–129.
  • Heine, H., 1963. Convolvulaceae. In: Hepper, F.N. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 335–352.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Verdcourt, B., 1963. Convolvulaceae. In: Hubbard, C.E. & Milne-Redhead, E. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 161 pp.

Autres références

  • Austin, D.F., 1998. Xixicamátic or wood rose (Merremia tuberosa, Convolvulaceae): origins and dispersal. Economic Botany 52(4): 412–422.
  • Austin, D.A., 2007. Merremia dissecta (Convolvulaceae): condiment, medicine, ornamental, and weed: a review. Economic Botany 61(2): 109–120.
  • Gryparis, C., Lykakis, I.N., Efe, C., Zaravinos, I.-P., Vidali, T., Kladou, E. & Stratakis, M., 2011. Functionalized 3(2H)-furanones via photooxygenation of (ß-keto)-2- substituted furans: application to the biomimetic synthesis of merrekentrone C. Organic and Biomolecular Chemistry 9(16): 5655–5658.
  • Jenett-Siems, K., Siems, K., Witte, L. & Eich, E., 2001. Merrekentrones A-D, ipomeamarone-like furanosesquiterpenes from Merremia kentrocaulos. Journal of Natural Products 64(11): 1471–1473.
  • Jennet-Siems, J.K., Weigl, R., Böhm, A., Mann, P., Tofern-Reblin, B., Ott, S.C., Ghomian, A., Kaloga, M., Siems, K., Witte, L., Hilker, M., Müller, F. & Eich, E., 2005. Chemotaxonomy of the pantropical genus Merremia (Convolvulaceae) based on the distribution of tropane alkaloids. Phytochemistry 66: 1448–1464.
  • Kerharo, J. & Adam, J.G., 1974. La pharmacopée sénégalaise traditionnelle. Plantes médicinales et toxiques. Vigot & Frères, Paris, France. 1011 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Mansfeld, R., 1986. Verzeichnis landwirtschaftlicher und gärtnerischer Kulturpflanzen (ohne Zierpflanzen). 2nd edition, revised by J. Schultze-Motel. 4 volumes. Springer Verlag, Berlin, Germany. 1998 pp.
  • Muhammad Mansur, 2001. Merremia Dennst. ex Endl. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 366–373.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Oyen, L.P.A., 2013. Merremia kentrocaulos (C.B.Clarke) Rendle. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). Prota 11(2): Medicinal plants/Plantes médicinales 2. PROTA, Wageningen, Netherlands. Consulté le 11 juillet 2021.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U