Eragrostis aethiopica (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Céréale / légume sec Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Eragrostis aethiopica Chiov.


Protologue: Rob.-Brich., Somalie & Benadir : 726 (1899).
Famille: Poaceae (Gramineae)
Nombre de chromosomes: 2n = 20

Origine et répartition géographique

Eragrostis aethiopica est réparti depuis l’Erythrée, l’Ethiopie et Djibouti jusqu’à l’Afrique du Sud. On le trouve également dans la partie méridionale de la péninsule Arabique.

Usages

Le grain d’Eragrostis aethiopica est consommé en Ethiopie. Dans la région de Turkana au Kenya, la plante est mangée par les bovins, les chèvres, les moutons et les ânes, mais en Ethiopie on la trouve peu importante pour le pâturage.

Description

  • Graminée annuelle atteignant 75 cm de haut, érigée ou ascendante ; tige (chaume) mince, solitaire ou en touffe, souvent pourvue de glandes ponctuées en dessous des nœuds.
  • Feuilles alternes, simples ; gaine glabre ; ligule constituée d’une rangée de poils ; limbe linéaire, de 3–20 cm × 1–3 mm, aplati ou involuté, glabre.
  • Inflorescence : panicule ellipsoïde, lâche et ouverte, atteignant 26 cm de long, rameaux et pédicelles minces et souples, rameaux primaires du bas habituellement en verticilles mais parfois solitaires ou en paires.
  • Epillet linéaire à oblong, de 1,5–7 mm × 0,5–1 mm, à 4–9(–28) fleurs bisexuées ; glumes inégales, hyalines, glume inférieure sans nervures et atteignant 0,5 mm de long, glume supérieure lancéolée, atteignant 1 mm de long ; lemme d’environ 1 mm de long, finement membraneuse, obtuse ; paléole pourvue d’une carène lisse ; étamines 3, anthères d’environ 0,2 mm de long ; ovaire supère, à 2 stigmates.
  • Fruit : caryopse (grain), ellipsoïde, d’environ 0,5 mm de long.

Autres données botaniques

Eragrostis est un genre vaste et complexe du point de vue taxinomique ; il comprend plus de 350 espèces, surtout dans les régions tropicales et subtropicales, dont 14 seraient endémiques de l’Ethiopie. Le diploïde Eragrostis aethiopica ressemble beaucoup au tétraploïde Eragrostis pilosa (L.) P.Beauv., espèce fourragère dont le grain est parfois consommé par l’homme. Le premier se distingue du second par son port plus délicat, ses épillets plus petits aux lemmes moins pointues, son grain moins gros et l’absence de longs poils soyeux sur l’axe inférieur de la panicule. En outre, Eragrostis pilosa n’est jamais glanduleux. En Afrique australe, Eragrostis aethiopica fleurit de janvier à mai.

Ecologie

Eragrostis aethiopica se rencontre jusqu’à 1600 m d’altitude dans les zones semi-désertiques et de savane, sur le sable, le limon ou l’argile, par ex. dans les herbages des plaines inondables, les petites zones humides temporaires (vleis), au bord des cuvettes, au bord des rivières et dans leur lit, mais également dans les milieux perturbés comme le bord des routes et les terres cultivées. Il est parfois considéré comme une adventice, par ex. au Mozambique.

Gestion

Eragrostis aethiopica se récolte dans la nature.

Ressources génétiques

Le National Genebank of Kenya de Kikuyu, (Kenya), et l’USDA-ARS Western Regional Plant Introduction Station de Pullman, Washington (Etats-Unis), détiennent chacun une entrée d’Eragrostis aethiopica. Cette espèce est répandue, voire commune dans de nombreuses régions, et n’est donc pas sujette à l’érosion génétique.

Perspectives

Le rôle d’Eragrostis aethiopica restera limité à celui d’une ressource alimentaire et fourragère locale.

Références principales

  • Clayton, W.D., Phillips, S.M. & Renvoize, S.A., 1974. Gramineae (part 2). In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 273 pp.
  • Cope, T., 1999. Gramineae (Arundineae, Eragrostideae, Leptureae and Cynodonteae). In: Pope, G.V. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 10, part 2. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 261 pp.
  • Gibbs Russell, G.E., Watson, L., Koekemoer, M., Smook, L., Barker, N.P., Anderson, H.M. & Dallwitz, M.J., 1990. Grasses of Southern Africa: an identification manual with keys, descriptions, distributions, classification and automated identification and information retrieval from computerized data. Memoirs of the Botanical Survey of South Africa No 58. National Botanic Gardens / Botanical Research Institute, Pretoria, South Africa. 437 pp.
  • Phillips, S., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 7. Poaceae (Gramineae). The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. 420 pp.
  • Zemede Asfaw & Mesfin Tadesse, 2001. Prospects for sustainable use and development of wild food plants in Ethiopia. Economic Botany 55(1): 47–62.

Autres références

  • Cope, T.A., 1995. Poaceae (Gramineae). In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 4. Angiospermae (Hydrocharitaceae-Pandanaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 148–270.
  • Fröman, B. & Persson, S., 1974. An illustrated guide to the grasses of Ethiopia. CADU (Chilalo Agricultural Development Unit), Asella, Ethiopia. 504 pp.
  • Holm, L., Pancho, J.V. & Herberger, J.P., 1979. A geographical atlas of world weeds. John Wiley & Sons, New York, United States. 391 pp.
  • Morgan, W.T.W., 1981. Ethnobotany of the Turkana: use of plants by a pastoral people and their livestock in Kenya. Economic Botany 35(1): 96–130.
  • SEPASAL, 2003. Eragrostis aethiopica. [Internet] Survey of Economic Plants for Arid and Semi-Arid Lands (SEPASAL) database. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. http://www.kew.org/ ceb/sepasal/. September 2003.
  • USDA, ARS & National Genetic Resources Program, 2001. Germplasm Resources Information Network - (GRIN). [Internet] National Germplasm Resources Laboratory, Beltsville, Maryland, United States. http://www.ars-grin.gov/. August 2003.

Auteur(s)

  • M. Brink, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Brink, M., 2006. Eragrostis aethiopica Chiov. In: Brink, M. & Belay, G. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 25 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.