Edithcolea grandis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Edithcolea grandis N.E.Br.


Protologue: Bull. Misc. Inform. Kew 1895 : 220 (1895).
Famille: Asclepiadaceae (APG: Apocynaceae)

Synonymes

  • Edithcolea sordida N.E.Br. (1903).

Noms vernaculaires

  • Tapis persan(Fr).
  • Persian carpet flower (En).

Origine et répartition géographique

Edithcolea grandis se trouve à l’état sauvage en Ethiopie, en Somalie, au Kenya, en Tanzanie et au Yémen. Elle est parfois cultivée dans des “jardins du désert”.

Usages

En Ethiopie et en Somalie, les tiges sont consommées comme légume. Edithcolea grandis possède un potentiel comme plante ornementale succulente à belles fleurs. Les fleurs ont été décrites comme : “ressemblant à une Rose Tudor quant à la forme et possédant une couleur comparable à rien d’autre que la belle harmonie d’un tapis persan”.

Botanique

  • Plante herbacée succulente, pérenne, sans feuille, décombante, jusqu’à 30(–75) cm de haut ; tige de 2–3 cm de diamètre, plus ou moins ramifiée, glabre, 5-angulaire, à angles armés de dents dures, brunes, très aiguës, ressemblant à des épines.
  • Fleurs habituellement solitaires à l’apex des rameaux, bisexuées, régulières, 5-mères ; pédicelle de 1,5–2 cm de long ; calice divisé avec des lobes ovales-lancéolés de 8 mm × 2 mm ; corolle rotacée, de 8–12,5 cm de diamètre, tube de 6–8 mm × 3–9 mm, disque avec des stries concentriques rouge foncé, habituellement blanc-jaunâtre avec des taches brun-violet foncé confluentes à la base de chaque lobe en un arc, lobes ovales-aigus, jusqu’à 5 cm × 2,5–3 cm, bordés par de longs poils violets claviformes jusqu’au milieu environ, où les bords s’incurvent et forment un large arc velu à travers chacun des lobes, habituellement brun-violet foncé au-dessus de l’arc velu ; couronne externe constituée de lobes oblongs bifides aigus de 1 mm de long, couronne interne formée de lobes charnus érigés de 2 mm de long, infléchis sur les anthères ; ovaire supère, style ne dépassant pas les anthères, stigmate 5-lobé.

Une forme à tiges se ramifiant à profusion, à croissance relativement buissonnante, et dont les angles des tige sont obtus et souvent tordus en spirale, a été séparée sous le nom de var. baylissiana Lavranos & Hardy.

Ecologie

Dans la nature, Edithcolea grandis pousse dans des endroits secs et chauds comme les déserts, en plein soleil ou parfois à l’ombre légère de rochers ou d’autres plantes, sur des sols sableux.

Gestion

La multiplication est possible par graines ou par boutures. Les boutures de tiges s’enracinent facilement et les meilleurs résultats sont obtenus à des températures au-dessus de 27°C sous une ombre légère ; le sol doit être bien drainé car la plante pourrit très facilement. Les plantes tolèrent des températures aussi basses que 4°C, mais la température ne doit pas de préférence descendre en dessous de 12°C. Les plantes bien établies demandent beaucoup de soleil pour leur croissance, ce qui rend leur culture difficile dans de nombreuses régions tempérées. Des plantes cultivées sont offertes à la vente en Europe pour un prix de € 7,5-11.

Ressources génétiques

Dans la nature, Edithcolea grandis est très localisée et devrait être protégée partout où elle est présente.

Perspectives

Bien que les tiges d'Edithcolea grandis soient réputées comestibles, sa culture commerciale comme plante ornementale (peut-être avec une multiplication par culture de tissus) devrait offrir plus de potentiel.

Références principales

  • Lavranos, J.J. & Hardy, D.S., 1963. A new variety of Edithcolea from Tanganyika. Journal of South African Botany 29: 21–23.
  • Schlieben, H.J., 1963. Edithcolea - Decabelone. Der Palmengarten 27: 17–20.
  • White, A. & Sloane, B.L., 1937. The Stapelieae. 3 volumes. 2nd Edition. Pasadena, California, United States. 1186 pp.

Autres références

  • Brown, N.E., 1902–1904. Asclepiadaceae. In: Thiselton-Dyer, W.T. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 4(1). Lovell Reeve & Co, London, United Kingdom. pp. 231–503.
  • Westphal, E., 1975. Agricultural systems in Ethiopia. Agricultural Research Reports 826. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 278 pp.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 11 juillet 2021.