Didelotia idae (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Didelotia idae J.Léonard, Oldeman & de Wit


répartition en Afrique (sauvage)
1, rameau en fleurs ; 2, fleur ; 3, valve d’un fruit déhiscent avec graine. Redessiné et adapté par W. Wessel-Brand
quelques parties de l'arbre (Virtual Field Herbarium)
arbres
fût
tranche
feuille
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois
coupe radiale du bois
Protologue: Blumea 12(2) : 227 (1964).
Famille: Caesalpiniaceae (Leguminosae - Caesalpinioideae)

Origine et répartition géographique

Didelotia idae est présent en Sierra Leone, au Liberia, en Côte d’Ivoire et au Ghana.

Usages

Le bois de Didelotia idae, commercialisé comme “broutou”, “gombe” ou “bondu”, est utilisé pour faire des planches au Liberia. Il convient pour les constructions légères, la parqueterie à usage modéré, la menuiserie, les boiseries intérieures, la construction navale, la charronnerie, l’ébénisterie, les échelles, les jouets, les bibelots, les boîtes, les caisses, les manches d’outils, les égouttoirs, le tournage, les placages, le contreplaqué, les panneaux durs et les panneaux de particules.

Production et commerce international

On ne dispose pas de statistiques commerciales sur Didelotia idae. D’autres espèces de Didelotia telles que Didelotia africana Baill., Didelotia brevipaniculata J.Léonard et Didelotia letouzeyi Pellegr. sont également commercialisées comme “gombe” ou “bondu”. Le Cameroun a exporté 18 000 m³ de grumes de “gombe” en 1997, 5000 m³ en 1999 et 2300 m³ en 2000, et le Gabon a exporté 25 000 m³ de grumes de “gombe” en 1997, 8900 m³ en 1999, 5000 m³ en 2000, 4350 m³ en 2001, 4450 m³ en 2002, 8900 m³ en 2003, 8150 m³ en 2004 et 8450 m³ en 2005. Cependant, comme Didelotia idae ne se rencontre pas dans ces pays, ces chiffres d’exportation doivent désigner d’autres espèces de Didelotia.

Propriétés

Le bois de cœur est rouge rosé, virant au brun rougeâtre au séchage, et est distinctement démarqué de l’aubier qui atteint 7,5 cm de large, et est brun jaunâtre à brun rougeâtre. Le fil est droit ou légèrement contrefil, le grain grossier et régulier.

C’est un bois de poids moyen, avec une densité d’environ 650 kg/m³ à 12% d’humidité. Il doit être séché avec soin pour éviter le gauchissement et les fentes, mais des programmes modérés de séchage au four donnent d’excellents résultats. Il faut compter 5–6 jours pour sécher au four des planches de 2,5 cm d’épaisseur à un taux d’humidité de 12%. Les taux de retrait du bois vert à anhydre sont moyennement élevés, de 4,2% radialement et de 8,1% tangentiellement. Une fois sec, le bois est moyennement stable en service. A 12% d’humidité, le module de rupture est de 107 N/mm², le module d’élasticité de 12 400 N/mm², la compression axiale de 55 N/mm², la dureté de flanc Brinell de 19 N/mm² et la dureté en bout Brinell de 39 N/mm².

Le bois se travaille relativement bien avec des outils manuels et des machines-outils. Il se rabote avec une bonne finition sur les surfaces tangentielles, mais on recommande un angle de coupe réduit de 20° pour les surfaces radiales pour éviter le peluchage dû à la présence de contrefil. Un apprêt est nécessaire pour obtenir des surfaces joliment polies. Le bois tient bien les clous et les vis et se colle de façon satisfaisante. Le bois a de bonnes propriétés de moulurage et les propriétés de tranchage et de déroulage sont satisfaisantes ; les placages tranchés sont décoratifs. Le bois de cœur est seulement moyennement durable, étant sensible aux attaques de champignons, de termites et de foreurs. L’aubier est sensible aux attaques de Lyctus. Le bois de cœur est rebelle à l’imprégnation avec des produits de conservation, mais se traite bien sous pression ; l’aubier est perméable. Des essais ont montré que le bois convient pour la pâte kraft.

Falsifications et succédanés

Didelotia idae peut être substitué par d’autres espèces de Didelotia, telles que Didelotia africana, Didelotia brevipaniculata et Didelotia letouzeyi. Il a été commercialisé mélangé au bois de “sipo” (Entandrophragma utile (Dawe & Sprague) Sprague).

Description

  • Arbre sempervirent, de taille moyenne à très grande, atteignant 55 m de haut ; fût dépourvu de branches sur 27 m, droit, cylindrique, jusqu’à 150 cm de diamètre, sans contreforts mais à base légèrement renflée ; surface de l’écorce lisse ou légèrement rugueuse, à crêtes horizontales, gris-vert à brun foncé, écorce interne dure, fibreuse, rose à rouge vif virant au brun à l’exposition, sécrétant une gomme collante et rouge ; cime deltoïde, relativement ouverte, à branches ascendantes ; rameaux minces, poilus mais devenant glabres.
  • Feuilles alternes distiques, à une seule foliole ; stipules étroitement ovales, de 2–5 mm de long, à apex bifide, caduques sauf pour la base ; pétiole et pétiolule mesurant ensemble 2–6 mm de long, à 2 stipelles caduques, de 1–2 mm de long à la transition ; foliole ovale à ovale-oblongue ou elliptique, de (2–)6,5–10(–22) cm × (1,5–)4–6(–11) cm, base cunéiforme à arrondie, apex généralement aigu, bord entier, coriace, glabre, pennatinervée à 6–8 paires de nervures latérales dont 2–3 paires partant près de la base de la foliole.
  • Inflorescence : panicule axillaire ou terminale, retombante, de 6–15 cm de long, à branches d’environ 2 cm de long le long d’un rachis mince, densément poilue.
  • Fleurs bisexuées, presque régulières, 5-mères ; pédicelle mince, de 4–9 mm de long, muni à l’apex de 2 bractéoles largement elliptiques à ovales, concaves, rouge brunâtre, d’environ 4 mm × 4 mm ; sépales libres, largement ovales, d’environ 1 mm × 1 mm, poilus aux bords ; pétales libres, linéaires, de 1–2 mm de long ; étamines libres, de (6–)8–12 mm de long, violet pâle, s’élevant entre les lobes du disque ; ovaire supère, légèrement rectangulaire, 1-loculaire, légèrement poilu, style de 6–8 mm de long.
  • Fruit : gousse oblongue atteignant 12 cm × 5 cm, aplatie, pointue à l’apex, à 1–2 nervures longitudinales, lisse, brun jaunâtre, déhiscente par 2 valves finement ligneuses, courbes, à graines peu nombreuses.
  • Graines en forme de disque ou elliptiques, de 1–2 cm × 1–1,5 cm, aplaties, lisses, brun foncé.
  • Plantule à germination épigée ; hypocotyle de 5–10 cm de long, épicotyle de 4–6,5 cm de long, poilu ; cotylédons épais et charnus, d’environ 12 mm × 6 mm, sessiles ; 2 premières feuilles opposées.

Autres données botaniques

Le genre Didelotia comprend environ 10 espèces, dont environ 7 espèces en Afrique centrale et 3 en Afrique de l’Ouest. Il est particulièrement caractérisé par ses 5 étamines fertiles. Le bois de plusieurs autres Didelotia spp. est utilisé pour les mêmes usages que celui de Didelotia idae.

Didelotia africana

Didelotia africana Baill. est un arbre sempervirent de taille moyenne à grande atteignant 40 m de haut, à fût droit dépourvu de branches sur 25 m et jusqu’à 100(–200) cm de diamètre, présent au Nigeria, au Cameroun, en Centrafrique, en Guinée équatoriale et au Gabon. Le bois brun rougeâtre pâle ou rosé convient pour la construction, la parqueterie à usage modéré, la menuiserie, les boiseries intérieures, la charronnerie, l’ébénisterie, les articles de sport, les instruments de musique, les jouets, les bibelots, la sculpture, la fabrication de modèles, le tournage, les placages et le contreplaqué.

Didelotia afzelii

Didelotia afzelii Taub. est un arbre sempervirent, de taille petite à moyenne atteignant 25 m de haut, à fût atteignant 60 cm de diamètre, présent en Guinée, en Sierra Leone, au Liberia et au Ghana, mais il a également été répertorié au Cameroun et au Gabon. En Sierra Leone, le bois brun rougeâtre, moyennement dur et lourd, a été utilisé pour faire des planches pour le jeu “warri” et est utilisé pour faire du charbon de bois ; les graines ont été utilisées comme compteurs pour le jeu “warri”. La décoction de jeunes feuilles s’applique comme remède contre les hémorroïdes.

Didelotia brevipaniculata

Didelotia brevipaniculata J.Léonard (synonyme : Toubaouate brevipaniculata (J.Léonard) Aubrév. & Pellegr.) est un arbre sempervirent, grand à très grand atteignant 55 m de haut, avec un fût droit, cylindrique et dépourvu de branches sur 25 m et jusqu’à 150 cm de diamètre, présent au Liberia, en Côte d’Ivoire, au Cameroun, en Guinée équatoriale, au Gabon et au Congo. Le bois brun rougeâtre, de poids moyen, avec une densité de 640–750 kg/m³ à 12% d’humidité, est adapté pour la construction, le revêtement de sol léger, la menuiserie, les boiseries intérieures, la construction navale, la charronnerie, l’ébénisterie, les échelles, les articles de sport, les jouets, les bibelots, les boîtes, les caisses, les manches d’outil, les égouttoirs, le tournage, les placages, le contreplaqué, les panneaux durs, les panneaux de particules et la pâte à papier.

Didelotia letouzeyi

Didelotia letouzeyi Pellegr. est un arbre de taille moyenne à grande atteignant 40(–60) m de haut, avec un fût droit et cylindrique, dépourvu de branches sur 25 m et atteignant 150 cm de diamètre, présent au Cameroun, en Guinée équatoriale, au Gabon et au Congo. Le bois rose rougeâtre, de poids moyen, avec une densité de 600–700 kg/m³ à 12% d’humidité, est adapté pour la construction légère, la parqueterie à usage modéré, la menuiserie, les boiseries intérieures, la construction navale, la charronnerie, les articles de sport, les jouets, les bibelots, les boîtes, les caisses, les égouttoirs, le tournage, les placages, le contreplaqué, les panneaux durs, les panneaux de particules et la pâte à papier.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : 2 : limites de cernes indistinctes ou absentes.
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; 23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale ; 25 : ponctuations intervasculaires fines (4–7 μm) ; 29 : ponctuations ornées ; 30 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles distinctes ; semblables aux ponctuations intervasculaires en forme et en taille dans toute la cellule du rayon ; (42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm) ; 43 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 200 μm ; 46 : 5 vaisseaux par millimètre carré ; (47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré).
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; 69 : fibres à parois fines à épaisses.
  • Parenchyme axial : 79 : parenchyme axial circumvasculaire (en manchon) ; 80 : parenchyme axial circumvasculaire étiré ; 81 : parenchyme axial en losange ; (83 : parenchyme axial anastomosé) ; 92 : quatre (3–4) cellules par file verticale ; 93 : huit (5–8) cellules par file verticale.
  • Rayons : 96 : rayons exclusivement unisériés ; 106 : rayons composés de cellules couchées avec une rangée terminale de cellules dressées et/ou carrées ; 107 : rayons composés de cellules couchées avec 2 à 4 rangées terminales de cellules dressées et/ou carrées ; 115 : 4–12 rayons par mm.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 142 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées du parenchyme axial ; 143 : cristaux prismatiques dans les fibres.
(R. Shanda, P.E. Gasson & E.A. Wheeler)

Croissance et développement

La régénération naturelle de Didelotia idae est souvent abondante, les semis tolérant un ombrage dense. En Sierra Leone, des vagues de jeunes feuilles apparaissent en août–septembre, au pic de la saison des pluies. La floraison a lieu en mai–juin, mais elle n’a pas lieu tous les ans ; les fruits sont mûrs en août–novembre. Au Liberia, on a enregistré une floraison pendant la saison des pluies, en mai et août, et on a trouvé des fruits en octobre–janvier. Didelotia idae ne rejette pas de souche.

Ecologie

Didelotia idae est présent en forêt sempervirente, dans les vallées et sur les versants. On le trouve également dans les fourrés côtiers. Il est présent du niveau de la mer jusqu’à 350 m d’altitude, et sa présence augmente lorsque la pluviométrie augmente jusqu’à environ 2600 mm par an. En Sierra Leone et au Liberia, il ne pousse pas dans les endroits marécageux et à proximité de l’eau, mais au Ghana, on le trouve généralement sur les berges des rivières et dans les parties humides de la forêt sempervirente. Au Liberia, il est présent disséminé, souvent en forêts sempervirentes dominées par Tetraberlinia tubmaniana J.Léonard, et des densités de plus de 40 arbres d’un diamètre supérieur à 60 cm ont été répertoriées par km². En Sierra Leone, il est grégaire par endroits et régulièrement dominant, mais au Ghana il est relativement rare.

Multiplication et plantation

. Le poids de 1000 graines est d’environ 670 g. Le taux de germination est généralement élevé. En Sierra Leone, les graines semées en janvier donnent 90% de germination en 15 jours. La croissance initiale en pépinière est souvent faible, les plants atteignant seulement 30 cm de haut après un an.

Ressources génétiques

Didelotia idae figure sur la Liste rouge de l’UICN, où il est considéré comme étant à faible risque mais quasi-menacé. Cependant, son statut nécessite une révision. L’espèce est commune par endroits, mais les activités humaines telles que l’exploitation minière, l’exploitation forestière et la foresterie commerciale ont provoqué une baisse significative de ses effectifs.

Perspectives

Le bois de Didelotia idae a de bonnes propriétés de résistance et il est décoratif ; il peut être utilisé pour un large éventail d’applications. Sa durabilité est cependant relativement faible, le rendant moins indiqué pour des usages extérieurs. On ne sait pas dans quelle mesure le bois de Didelotia idae est commercialement exploité et exporté actuellement, mais le bois d’autres espèces de Didelotia aux propriétés similaires est exporté depuis l’Afrique tropicale.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Burkill, H.M., 1995. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 3, Families J–L. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 857 pp.
  • Fox, J.E.D., 1968. Didelotia idae in the Gola Forest, Sierra Leone. Economic Botany 22(4): 338–346.
  • Gottwald, H., Knigge, W., Noack, D., Willeitner, H. & Sachtler, M., 1968. Anatomical and physical-technological investigations on four Liberian wood species. Technical Report No 11. German Forestry Mission to Liberia, Monrovia, Liberia. 51 pp.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Oldeman, R.A.A., 1964. Primitiae africanae IV. Revision of Didelotia Baill. (Caesalpiniacae). Blumea 12(2): 209–239.
  • Poorter, L., Bongers, F., Kouamé, F.Y.N. & Hawthorne, W.D., 2004. Biodiversity of West African forests: an ecological atlas of woody plant species. CABI, Wallingford, United Kingdom. 521 pp.
  • Savill, P.S. & Fox, J.E.D., 1967. Trees of Sierra Leone. Forest Department, Freetown, Sierra Leone. 316 pp.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan. 248 pp.
  • Voorhoeve, A.G., 1979. Liberian high forest trees. A systematic botanical study of the 75 most important or frequent high forest trees, with reference to numerous related species. Agricultural Research Reports 652, 2nd Impression. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 416 pp.

Autres références

  • Allen, O.N. & Allen, E.K., 1981. The Leguminosae: a source book of characteristics, uses and nodulation. MacMillan, London, United Kingdom. 812 pp.
  • Anonymous, 1988. Neuere Importhölzer aus Afrika: gombe/bondu (Didelotia idae Oldeman, de Wit, J.Léonard, Didelotia letouzeyi Pellegr., Familie der Caesalpiniaceae). Holz-Zentralblatt 114(41–42): 604.
  • ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux), 2002. Statistics. ATIBT Newsletter 16: 23–28.
  • ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux), 2005. Statistics. ATIBT Newsletter 22: 26–47.
  • Aubréville, A., 1968. Légumineuses - Caesalpinioidées (Leguminosae - Caesalpinioideae). Flore du Gabon. Volume 15. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 362 pp.
  • Aubréville, A., 1970. Légumineuses - Césalpinioidées (Leguminosae - Caesalpinioideae). Flore du Cameroun. Volume 9. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. 339 pp.
  • Chudnoff, M., 1980. Tropical timbers of the world. USDA Forest Service, Agricultural Handbook No 607, Washington D.C., United States. 826 pp.
  • CIRAD Forestry Department, 2009. Gombe. [Internet] Tropix 6.0. http://tropix.cirad.fr/ africa/ gombe.pdf. December 2011.
  • de Saint-Aubin, G., 1963. La forêt du Gabon. Publication No 21 du Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 208 pp.
  • Doumenge, C., 1992. La Réserve de Conkouati, Congo: le secteur sud-ouest. IUCN, Gland, Switzerland. 231 pp.
  • Gérard, J., Edi Kouassi, A., Daigremont, C., Détienne, P., Fouquet, D. & Vernay, M., 1998. Synthèse sur les caractéristiques technologiques des principaux bois commerciaux africains. Document Forafri 11. Cirad, Montpellier, France. 185 pp.
  • Hawthorne, W., 1990. Field guide to the forest trees of Ghana. Natural Resources Institute, for the Overseas Development Administration, London, United Kingdom. 275 pp.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Hawthorne, W.D. & Gyakari, N., 2006. Photoguide for the forest trees of Ghana: a tree-spotter’s field guide for identifying the largest trees. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, Oxford, United Kingdom. 432 pp.
  • Léonard, J., 1996. Les délimitations des genres chez les Caesalpinioideae africaines (Detarieae et Amherstieae) (1957–1994). In: van der Maesen, L.J.G., van der Burgt, X.M. & van Medenbach de Rooy, J.M. (Editors). The biodiversity of African plants. Proceedings XIVth AETFAT Congress, 22–27 August 1994, Wageningen, Netherlands. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht, Netherlands. pp. 443–455.
  • Sallenave, P., 1964. Propriétés physiques et mécaniques des bois tropicaux. Premier supplément. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 79 pp.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 565 pp.
  • Wilks, C. & Issembé, Y., 2000. Les arbres de la Guinée Equatoriale: Guide pratique d’identification: région continentale. Projet CUREF, Bata, Guinée Equatoriale. 546 pp.
  • World Conservation Monitoring Centre, 1998. Didelotia idae. In: IUCN. Red list of threatened species. Version 2011.2. [Internet] http://www.iucnredlist.org. December 2011.

Sources de l'illustration

  • Voorhoeve, A.G., 1979. Liberian high forest trees. A systematic botanical study of the 75 most important or frequent high forest trees, with reference to numerous related species. Agricultural Research Reports 652, 2nd Impression. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 416 pp.

Auteur(s)

  • E.A. Obeng, Forestry Research Institute of Ghana (FORIG), University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana

Citation correcte de cet article

Obeng, E.A., 2012. Didelotia idae J.Léonard, Oldeman & de Wit. [Internet] Fiche de PROTA4U. Lemmens, R.H.M.J., Louppe, D. & Oteng-Amoako, A.A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas.

Consulté le 7 mars 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.