Dalbergia trichocarpa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, rameau en fleurs ; 2, infrutescence. Redessiné et adapté par Achmad Satiri Nurhaman

Dalbergia trichocarpa Baker


Protologue: Journ. Linn. Soc., Bot. 25: 311 (1890).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)

Synonymes

  • Dalbergia perrieri Drake (1903),
  • Dalbergia boinensis Jum. (1905).

Origine et répartition géographique

Dalbergia trichocarpa est endémique de l’ouest de Madagascar, où on le rencontre depuis Analalava au nord jusqu’à Morondava au sud.

Usages

Le bois est l’un de ceux que l’on désigne sous le nom de palissandres (“palissandre de Madagascar”, “Madagascar rosewood”), et qui sont très recherchés pour l’ébénisterie, les meubles, la marqueterie et la parqueterie. Il est localement employé pour faire des poteaux de construction et pour confectionner des pagaies, et c’est un bois de feu favori pour la cuisine. On emploie en médecine locale une infusion d’écorce pour traiter la diarrhée, une décoction de feuilles pour traiter les douleurs rhumatismales, et la gomme sert à traiter la laryngite. Cette gomme noirâtre est aussi utilisée pour faire un vernis rouge. Les fleurs produisent en abondance un nectar qui est récolté par les abeilles.

Production et commerce international

Le bois est probablement commercialisé sur le marché international à des prix élevés pour des emplois spéciaux tels que les instruments de musique, mais en petites quantités et mélangé avec les bois d’autres Dalbergia spp. de Madagascar.

Propriétés

Le bois de cœur est brun rougeâtre à brun foncé, avec des raies plus sombres.

Falsifications et succédanés

Le bois de plusieurs autres espèces de Dalbergia de Madagascar est commercialisé sous le nom de palissandre de Madagascar.

Description

  • Arbre caducifolié de petite à moyenne taille atteignant 15(–25) m de haut ; écorce blanchâtre à grisâtre, lisse mais devenant légèrement rugueuse ; jeunes rameaux à poils brun roux.
  • Feuilles disposées en spirale, composées imparipennées à 15–19(–23) folioles ; stipules petites, caduques ; pétiole et rachis densément couverts d’une pubescence brun roux ; pétiolules d’environ 1 mm de long ; folioles alternes, parfois presque opposées, elliptiques à oblongues ou obovales, de 0,5–2,5 cm × 0,5–1,5 cm, papyracées à finement coriaces, à poils courts sur les deux faces.
  • Inflorescence : panicule terminale de 15–30(–50) cm de long, avec des divisions finales légèrement spiralées, densément couvertes d’une pubescence brun roux.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées, de 3,5–4,5 mm de long, sessiles ; calice campanulé, de 2–3 mm de long, violet à la base avec des lobes jaunâtres, lobes aussi longs que le tube, lobe inférieur légèrement plus long, lobes supérieurs fusionnés ; corolle blanchâtre à jaune crème, à étendard largement obovale à panduriforme et à ailes et carène munies d’un onglet peu marqué ; étamines 10, fusionnées en tube, mais libres dans leur partie supérieure ; ovaire supère, à poils brun roux, à court stipe à la base, style court.
  • Fruit : gousse plate, obovale à oblongue, de 3–7,5 cm × 1–1,5 cm, à stipe court de 2–5 mm de long, densément couverte d’une pubescence brun rougeâtre à brun jaunâtre, indéhiscente, renfermant 1–2(–3) graines.
  • Graines réniformes, d’environ 10 mm × 6 mm, brunes.

Autres données botaniques

Dalbergia est un grand genre pantropical qui comprend quelque 250 espèces. L’Asie tropicale et l’Amérique tropicale en ont environ 70 espèces chacune, l’Afrique continentale une cinquantaine, et Madagascar un peu plus d’une quarantaine.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : (1 : limites de cernes distinctes) ; (2 : limites de cernes indistinctes ou absentes).
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; (23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale) ; 26 : ponctuations intervasculaires moyennes (7–10 μm) ; (27 : ponctuations intervasculaires grandes ( 10 μm)) ; 29 : ponctuations ornées ; 30 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles distinctes ; semblables aux ponctuations intervasculaires en forme et en taille dans toute la cellule du rayon ; 42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm ; (45 : vaisseaux de deux classes de diamètre distinctes, bois sans zones poreuses) ; (46 : 5 vaisseaux par millimètre carré) ; 47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré ; 58 : gomme ou autres dépôts dans les vaisseaux du bois de cœur.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; (69 : fibres à parois fines à épaisses) ; 70 : fibres à parois très épaisses.
  • Parenchyme axial : 76 : parenchyme axial en cellules isolées ; 77 : parenchyme axial en chaînettes ; 80 : parenchyme axial circumvasculaire étiré ; 82 : parenchyme axial aliforme ; 83 : parenchyme axial anastomosé ; 86 : parenchyme axial en lignes minces, au maximum larges de trois cellules ; (89 : parenchyme axial en bandes marginales ou semblant marginales) ; 90 : cellules de parenchyme fusiformes ; 91 : deux cellules par file verticale.
  • Rayons : (96 : rayons exclusivement unisériés) ; (97 : rayons 1–3-sériés (larges de 1–3 cellules)) ; 104 : rayons composés uniquement de cellules couchées ; 106 : rayons composés de cellules couchées avec une rangée terminale de cellules dressées et/ou carrées ; 115 : 4–12 rayons par mm ; 116 : 12 rayons par mm.
  • Structure étagée : 118 : tous les rayons étagés ; 120 : parenchyme axial et/ou éléments de vaisseaux étagés.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 142 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées du parenchyme axial.
(E. Ebanyenle, A.A. Oteng-Amoako, P. Baas & P. Détienne)

Croissance et développement

Dalbergia trichocarpa fleurit de janvier à avril, et parfois jusqu’en août. Les fleurs sont pollinisées par les insectes, probablement surtout par les abeilles. Les racines de Dalbergia trichocarpa sont efficacement nodulées par des bactéries du genre Bradyrhizobium.

Ecologie

Dalbergia trichocarpa se rencontre dans les forêts décidues et les forêts claires, saisonnièrement sèches, jusqu’à 600(–1000) m d’altitude, mais il peut aussi subsister sous la forme de petit arbre dans la savane herbeuse, même quand celle-ci est soumise à des feux occasionnels. Il pousse sur divers substrats tels que sols sableux, rocheux ou dérivés de basalte ou de calcaire.

Multiplication et plantation

A échelle expérimentale, on a réussi la multiplication in vitro de Dalbergia trichocarpa en cultivant des fragments de tige comprenant un nœud en présence d’hormones de croissance. Environ 30% des pousses partant du nœud ont formé des racines.

Gestion

Dalbergia trichocarpa peut être traité en taillis.

Ressources génétiques

Dalbergia trichocarpa est inclus dans la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN (faible risque - préoccupation mineure) du fait qu’il fait l’objet d’une exploitation sélective et que les grands arbres sont devenus rares, mais il est moins menacé que d’autres espèces de Dalbergia à Madagascar. C’est dû au fait que, à la différence d’autres Dalbergia spp., on peut le trouver également dans des types de végétation perturbés.

Perspectives

Dalbergia trichocarpa pourrait offrir de bonnes perspectives comme essence à bois d’œuvre de plantation. Son bois a d’excellentes propriétés, il montre une certaine résistance aux feux occasionnels, on peut le traiter en taillis et le multiplier in vitro. Des recherches sur la possibilité d’utiliser cette essence en reboisement ou en systèmes agroforestiers sont par conséquent justifiées.

Références principales

  • Boiteau, P., Boiteau, M. & Allorge-Boiteau, L., 1999. Dictionnaire des noms malgaches de végétaux. 4 Volumes + Index des noms scientifiques avec leurs équivalents malgaches. Editions Alzieu, Grenoble, France.
  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.

Autres références

  • Decary, R., 1946. Plantes et animaux utiles de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille, 54e année, 6e série, 4e volume, 1er et dernier fascicule. 234 pp.
  • du Puy, D., 1998. Dalbergia trichocarpa. In: IUCN. 2006 Red list of threatened species. [Internet] http://www.iucnredlist.org. January 2007.
  • Rasolomampianina, R., Bailly, X., Fetiarison, R., Rabevohitra, R., Béna, G., Ramaroson, L., Raherimandimby, M., Moulin, L., de Lajudie, P., Dreyfus, B. & Avarre, J .-C., 2005. Nitrogen fixing nodules from rose wood legume trees (Dalbergia spp.) endemic to Madagascar host seven different genera belonging to α- and β-proteobacteria. Molecular Ecology 14(13): 4135–4146.
  • Sanda, F., 2004. Conservation et valorisation des Dalbergia (Fabaceae) de Madagascar par micro propagation in-vitro et recherché d’activité anti-microbienne. Mémoire pour l’obtention du diplôme d’étude approfondie, Département de Biologie et Ecologie végétale, Faculté des Sciences, Université d’Antananarivo, Madagascar. 45 pp.
  • Stiles, D., 1998. The Mikea hunter-gatherers of southwest Madagascar: ecology and socioeconomics. African Study Monographs 19(3): 127–148.

Sources de l'illustration

  • du Puy, D.J., Labat, J.N., Rabevohitra, R., Villiers, J.-F., Bosser, J. & Moat, J., 2002. The Leguminosae of Madagascar. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 750 pp.

Auteur(s)

  • R.H.M.J. Lemmens, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Lemmens, R.H.M.J., 2008. Dalbergia trichocarpa Baker. In: Louppe, D., Oteng-Amoako, A.A. & Brink, M. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 10 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.