Croton lobatus (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Croton lobatus L.


Protologue: Sp. pl. 2: 1005 (1753).
Famille: Euphorbiaceae
Nombre de chromosomes: n = 9

Noms vernaculaires

  • Lobed croton (En).
  • Velame pó de galinha (Po).

Origine et répartition géographique

Croton lobatus est présent dans les Caraïbes et en Amérique du Sud, en Afrique tropicale et dans la péninsule Arabique. En Afrique, on le trouve depuis le Sénégal jusqu’en Erythrée et en Ethiopie.

Usages

Dans toute l’Afrique de l’Ouest, la décoction de feuilles se boit pour ses puissants effets purgatifs. Une pâte de feuilles mélangée à de l’huile de palme s’applique pour traiter les plaies causées par le ver de Guinée, les ulcères, les maladies de la peau et les maux de tête. En Côte d’Ivoire et au Togo, des décoctions de feuilles en lavement servent à traiter les affections gynécologiques. On frictionne la peau avec des feuilles chauffées pour soulager les douleurs rhumatismales et intercostales. La décoction d’écorce de racine s’emploie en lavement comme purgatif. On obtient un poison de flèche puissant en faisant une pâte de la plante écrasée avec un peu d’eau. Au Togo, le jus des feuilles s’administre en collyre pour traiter les affections oculaires et les évanouissements. Au Bénin, la décoction de fleurs ou de racines se prend comme antispasmodique en cas de risque d’avortement et contre le hoquet. On lave le pénis avec une macération de rameaux feuillés en guise d’aphrodisiaque. La décoction de feuilles avec du miel et de l’huile de palme se prend pour traiter la raideur des membres. La décoction de feuilles sert aussi à traiter la fièvre. Au Nigeria, le jus de feuilles s’applique sur les piqûres de scorpion pour atténuer la douleur.

Propriétés

Dans les tiges et les feuilles de Croton lobatus, on a isolé un alcool terpénique monocyclique (le vomifoliol), un diterpène (le géranylgéraniol), un triglycéride (le lobacéride, caractérisé par des acides gras poly-insaturés inhabituels), des stéroïdes (par ex. de l’ergostérol), un triterpène (l’acide bétulinique) ainsi que plusieurs autres composés. L’acide bétulinique est un puissant composé antiviral VIH-1, qui inhibe en outre la croissance de Plasmodium falciparum ; le géranylgéraniol quant à lui provoque une apoptose dans des lignées de cellules leucémiques.

Un extrait méthanolique de racine s’est avéré avoir une importante activité antiplasmodique, aussi bien sur des souches sensibles à la chloroquine que sur des souches résistantes.

Description

Plante herbacée annuelle, monoïque, ramifiée, atteignant 1 m de haut ; longue racine pivotante ; rameaux à denses poils étoilés. Feuilles alternes, lobées ; stipules petites, filiformes ; pétiole atteignant 10 cm de long ; limbe profondément 3–5-lobé, à contour de 2,5–10 cm de diamètre, lobes oblancéolés à obovales, glandes basales absentes, apex acuminé, bords dentés, couvert de poils étoilés à presque glabre sur les deux faces. Inflorescence : mince grappe axillaire ou terminale atteignant 12,5 cm de long, à petites fleurs mâles dans la moitié supérieure et à fleurs femelles dans la moitié inférieure. Fleurs unisexuées, 5-mères, régulières, vert jaunâtre ; pédicelle court ; fleurs mâles à sépales elliptiques d’environ 2 mm de long, pétales oblancéolés d’environ 2 mm de long, étamines 10–13, libres ; fleurs femelles à sépales linéaires-lancéolés d’environ 5 mm de long, pétales présents sous la forme d’un poil d’environ 1,5 mm de long, ovaire supère, arrondi, densément poilu, 3-loculaire, styles 3, profondément bifides, lobes linéaires. Fruit : capsule presque globuleuse d’environ 7 mm de diamètre, à poils étoilés, verte, à 3 graines. Graines ellipsoïdes, d’environ 6 mm × 3 mm, couvertes de protubérances verruqueuses. Plantule à germination épigée.

Autres données botaniques

Le genre Croton comprend environ 1200 espèces des régions chaudes. Il est surtout représenté dans les Amériques ; sur le continent africain, il y a environ 65 espèces et à Madagascar à peu près 125. Croton lobatus est l’hôte de nématodes (Meloidogyne spp.), de champignons provoquant l’oïdium ainsi que du virus de la mosaïque du concombre (CMV).

Ecologie

Croton lobatus est présent dans les endroits sableux ouverts, souvent sur les berges de fleuves, le long des routes et sur les terrains vagues. C’est une adventice des cultures.

Gestion

Lorsqu’il est adventice, Croton lobatus est souvent envahissant et difficile à éradiquer des champs à cause de sa forte racine pivotante et de ses racines latérales. Mais il est possible d’en venir à bout avec des herbicides.

Ressources génétiques

Espèce commune et souvent même adventice dans toute son aire de répartition, Croton lobatus n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Croton lobatus a plusieurs applications médicinales locales intéressantes. Il est très toxique et son emploi exige la plus grande prudence. Plusieurs composés potentiellement actifs ont été identifiés, mais on manque de données concernant leur pharmacologie, à l’exception d’un résultat encourageant sur son activité antipaludique. Un approfondissement des recherches est donc nécessaire.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Chabert, P., Attioua, B. & Brouillard, R., 2006. Croton lobatus, an African medicinal plant: spectroscopic and chemical elucidation of its many constituents. Biofactors 27(1–4): 69–78.
  • Lagnika, L., 2005. Etude phytochimique et activité biologique de substances naturelles isolées de plantes béninoises. Thèse en Pharmacognosy, Faculté de Pharmacie, Université Louis Pasteur, Strasbourg, France et Université d’Abomey-Calavi, Cotonou, Bénin. 280 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Weniger, B., Lagnika, L., Vonthron-Sénécheau, C., Adjobimey, T., Gbenou, J., Moudachirou, M., Brun, R., Anton, R. & Sanni, A., 2004. Evaluation of ethnobotanically selected Benin medicinal plants for their in vitro antiplasmodial activity. Journal of Ethnopharmacology 90: 279–284.

Autres références

  • Adjanohoun, E.J., Adjakidjè, V., Ahyi, M.R.A., Aké Assi, L., Akoègninou, A., d’Almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.N., Gbaguidi, N., Goudote, E., Guinko, S., Houngnon, P., Lo, I., Keita, A., Kiniffo, H.V., Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, T., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C. & Zohoun, T., 1989. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 895 pp.
  • Brown, N.E., Hutchinson, J. & Prain, D., 1909–1913. Euphorbiaceae. In: Thiselton-Dyer, W.T. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 6(1). Lovell Reeve & Co., London, United Kingdom. pp. 441–1020.
  • Keay, R.W.J., 1958. Euphorbiaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 364–423.
  • Neuwinger, H.D., 1996. African ethnobotany: poisons and drugs. Chapman & Hall, London, United Kingdom. 941 pp.
  • Stäuble, N., 1986. Etude ethnobotanique des Euphorbiacées d’Afrique de l’Ouest. Journal of Ethnopharmacology 16: 23–103.

Sources de l'illustration

  • Akoègninou, A., van der Burg, W.J. & van der Maesen, L.J.G. (Editors), 2006. Flore analytique du Bénin. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. 1034 pp.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2007. Croton lobatus L. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 20 novembre 2020.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.