Convolvulus sagittatus (PROTA)

De PlantUse Français
(Redirigé depuis Convolvulus arvensis (PROTA))
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Convolvulus sagittatus Thunb.


répartition en Afrique (sauvage)
Protologue : Prodr. Pl. Cap. 1: 35 (1794).
Famille : Convolvulaceae
Nombre de chromosomes : × = 15

Noms vernaculaires

  • Wild bindweed, wild morning-glory, silverbush (En).

Origine et répartition géographique

Convolvulus sagittatus est présent depuis l’Ethiopie et l’Erythrée jusqu’en Afrique du Sud, en passant par toute l’Afrique de l’Est et l’est de l’Afrique centrale.

Usages

Au Burundi, la décoction de feuilles est donnée en lavement contre la diarrhée. Au Zimbabwe, l’infusion de racine de Convolvulus sagittatus est administrée aux bébés pour traiter la constipation et l’inflammation du cordon ombilical. L’infusion de racine est donnée à boire au bétail pour traiter l’hématurie.

Propriétés

Convolvulus sagittatus contient des calystégines, composés caractéristiques de la plupart des genres de Convolvulaceae.

Description

Plante herbacée vivace très variable ; tiges prostrées ou volubiles, poilues, rayonnant jusqu’à 1(–2) m à partir d’un rhizome ligneux. Feuilles alternes, simples ; pétiole jusqu’à 15 mm de long, poilu ; limbe oblong, triangulaire-ovale à linéaire, de 2,5–7 cm × 0,5–3 cm, base hastée ou sagittée à lobes souvent bifides ou presque tronqués, à bord indistinctement crénelé ou profondément lacinié, apex aigu, plus ou moins poilu, souvent velu lorsque jeune. Inflorescence : cyme axillaire à 1–3(–5) fleurs, poilue ; pédoncule de 2,5–4,5 cm de long, mince, souvent poilu ; bractées minuscules, linéaires. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères ; pédicelle d’environ 0,5 cm de long ; sépales orbiculaires, ovales ou elliptiques, de 5–9 mm × 2,5–4 mm, obtus, les sépales extérieurs plus longs et plus étroits notamment chez le fruit, poilus ; corolle en entonnoir, de 8–20(–25) mm de long, blanche, parfois avec un centre rose ou violet-rouge, ou rose avec un centre violet ; étamines 5, incluses ; ovaire supère, 2-loculaire, style simple, filiforme, inclus, stigmates 2, filiformes. Fruit : capsule globuleuse, de 6–7 mm de long, en général à 4 graines. Graines d’environ 3,5 mm × environ 2,5 mm, brunes ou noires, presque glabres lorsque mûres.

Autres données botaniques

Le genre Convolvulus comprend environ 250 espèces, la plupart dans les régions tempérées et subtropicales, seules quelques-unes dans les régions tropicales. En Afrique tropicale, on trouve environ 24 espèces. On a distingué de nombreuses variétés au sein de Convolvulus sagittatus ; la plupart ont été ensuite réunies dans l’espèce, mais certaines sont aujourd’hui considérées comme des espèces distinctes, par ex. Convolvulus aschersonii Engl. Plusieurs autres espèces de Convolvulus s’utilisent à des fins médicinales en Afrique tropicale.

Convolvulus arvensis

Convolvulus arvensis L. est une adventice grave, à enracinement profond, et originaire de l’Europe méditerranéenne ; il s’est répandu dans presque toutes les régions tempérées et subtropicales sèches et dans plusieurs pays d’Afrique tropicale, dont le Kenya, Maurice, Madagascar et l’Afrique du Sud. Les feuilles broyées s’appliquent sur les plaies pour arrêter les saignements et l’infusion de racine se prend comme laxatif. Traditionnellement, la plante s’utilise aussi pour soigner les ulcères de la peau, réduisant l’inflammation et les enflures. L’infusion des parties aériennes est absorbée contre les douleurs abdominales et les vers intestinaux chez les enfants et comme diurétique. Une tisane préparée avec les fleurs se prend comme laxatif et s’utilise aussi pour soigner la faiblesse musculaire. L’extrait de feuilles serait immuno-stimulant, et se prend également pour traiter l’asthme, la jaunisse et comme antihémorragique.

Convolvulus farinosus

Convolvulus farinosus L. est largement réparti en Afrique, et les feuilles sont principalement cuites et consommées en légume. En Afrique australe, la macération des feuilles se boit pour soigner les maux d’estomac, et le jus de tige séché se prend comme purgatif drastique. Les feuilles sont considérées comme un bon fourrage pour le bétail, et la plante sert parfois d’ornementale. (voir l'article principal en tant que légume).

Convolvulus prostratus

Convolvulus prostratus Forssk. (synonyme : Convolvulus microphyllus Sieber ex Spreng.) se rencontre depuis l’Afrique du Nord et le Sahel jusqu’en Asie occidentale. En Afrique tropicale, on n’a pas observé d’usages médicinaux jusqu’à présent, mais en Inde il est couramment utilisé en médecine ayurvédique, principalement comme anti-épileptique. Une pâte de feuilles dans du lait se prend en cas de spermatorrhée. Au Sénégal il n’est pas brouté, mais en Mauritanie il est considéré comme un bon fourrage pour tout type de bétail.

Croissance et développement

Convolvulus sagittatus fleurit de septembre à mars.

Ecologie

Convolvulus sagittatus est une plante rudérale de la forêt claire ouverte et de la savane herbeuse, notamment dans les sites perturbés, se rencontrant souvent comme adventice, depuis le niveau de la mer jusqu’à 2850 m d’altitude.

Multiplication et plantation

Convolvulus sagittatus se multiplie par graines.

Maladies et ravageurs

Convolvulus sagittatus est l’hôte du nématode à galles Meloidogyne javanica, et doit être éradiqué à proximité des cultures, dont le tabac. Les feuilles sont mangées par les chenilles du sphinx du liseron, Herse convolvuli.

Ressources génétiques

Convolvulus sagittatus est très commun dans toute son aire de répartition et est considéré même comme adventice. Il n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

On sait trop peu de choses sur les propriétés pharmacologiques de Convolvulus sagittatus pour évaluer son potentiel comme plante médicinale. Du fait que de nombreuses autres Convolvulaceae ont des propriétés laxatives, il est très probable qu’on continuera à l’utiliser à cette fin.

Références principales

  • Gelfand, M., Mavi, S., Drummond, R.B. & Ndemera, B., 1985. The traditional medical practitioner in Zimbabwe: his principles of practice and pharmacopoeia. Mambo Press, Gweru, Zimbabwe. 411 pp.
  • Gonçalves, M.L., 1987. Convolvulaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 8, part 1. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 9–129.
  • Meyer, J.C. & van Wijk, R.J., 1989. Susceptibility of rotation crops and weeds in tobacco fields to Meloidogyne species and host races. Phytophylactica 21(2): 205–207.
  • Sebsebe Demissew, 1999. A synopsis of the genus Convolvulus (Convolvulaceae) in Ethiopia and Eritrea. Kew Bulletin 54(1): 63–79.

Autres références

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Deroin, T., 2001. Convolvulaceae. Flore de Madagascar et des Comores, familles 133 bis et 171. Muséum National d’Histoire Naturelle, Paris, France. pp. 11–287.
  • Gupta, A.K., Tandon, N. & Sharma, M. (Editors), 2005. Quality standards of Indian medicinal plants. Volume 2. Indian Council of Medical Research, New Delhi, India. 301 pp.
  • Kapadia, N.S., Acharya, N.S., Suhagia, B.N. & Shah, M.B., 2005. A pharmacognostical study on Convolvulus prostratus Forssk. Journal of Natural Remedies 5(2): 108–114.
  • Manbir, K. & Kalia, A.N., 2012. Convolvulus arvensis - a useful weed. International Journal of Pharmacy and Pharmaceutical Sciences 4(1): 38–40.
  • Polygenis-Bigendako, M.J. & Lejoly, J., 1989. Plantes employées dans le traitement des diarrhées en médecine traditionnelle au Burundi occidental. Bulletin de la Société Royale de Botanique de Belgique 122(1): 87–97.
  • Schimming, T., Jenett-Siems, K., Mann, P., Tofern-Reblin, B., Milson, J., Johnson, R.W., Deroin, T., Austin, D.F. & Eich, E., 2006. Calystegines as chemotaxonomic markers in the Convolvulaceae. Phytochemistry 66(4): 469–480.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2013. Convolvulus sagittatus Thunb. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editeurs). Prota 11(2): Medicinal plants/Plantes médicinales 2. PROTA, Wageningen, Pays Bas. Consulté le 26 juin 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U