Brassica (Rolland, Flore populaire)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher


Sisymbrium
Eugène Rolland, Flore populaire, 1896-1914
Sinapis


Sommaire


[Tome II, 1]

CRUCIFÈRES (Suite)

Brassica oleracea. (Linné) — LE CHOU

1. — NOMS DU CHOU :

  • καυλίον, grec ancien, Aristote, selon Fraas.
  • κράμβη, grec ancien.
  • κραμπὶ, grec mod., Portius, 1635 ; Somavera, 1709.
  • κραμβὶ, grec mod., Somavera, 1709.
  • βέργα, ῥαβδὶ, καυλὶ, grec mod., Portius, 1625.
  • κράμβη κουκουτζωτὴ, κράμβη κεφαλωτὴ, λαχαναρμιὰ, ἀσπρολαχανον, grec mod., Bentoth, 1790.
  • λάχανον, grec moderne.
  • lákhano, grec mod. de Bova (Calabre), Morosi, Dial. di Bova, 1878.
  • κεφαλωτὸν λάχανον, grec mod. levantin, A. E., Dict. franç. grec mod., 1849.
  • crambe, grec mod. de la Terre d'Otrante, Morosi, Studi s. dialetti greci d. Terra d'Otranto, 1870.
  • brassica cumana, latin (identific. proposée avec doute par Forcellini).
  • crambe, brassica, brassica capitata, olus, latin.
  • brasica, latin du VIe siècle, Alexandre de Tralle, Practica, 1520. — lat. du moyen âge, Germania, 1888, p. 301.
  • brasiccia, latin du IXe siècle, Ed. Bonnet.
  • barsica, bransica, brasseta, latin du moyen âge, Diefenbach.
  • brassica capitata, latin du XVIe siècle, Max Schmidt.
  • caulis, latin du IXe siècle, Bonnet. — latin des siècles postérieurs.
  • caula, latin du moyen âge, Zeuss, Grammat. celt., 1871, p. 1076.
  • caulis capucius, caulis capitatus, caulis imperialis, De Bosco, Luminare majus, f° 30, recto.
  • cauliculus, coliculus, latin du Ve siècle, Cassius, De medicinâ, an 447 après J.-C.

____________

(1) Quand on parle du chou sans épithète il est ordinairement question du chou pommé, c'est pourquoi nous avons réuni en un seul chapitre ce qui concerne le chou et le chou pommé.

[2]

  • caputium, latin du moyen âge, Diefenbach ; Max Schmidt.
  • capudium, cappodium, capus, latin du moyen âge, Diefenbach.
  • caul, m., (prononcez caoul), ancien provençal, Raynouard.
  • caoul, m., languedocien, A. Duboul.
  • col, Pyrénées-Orientales, Companyo. — anc. fr., Roman de Rou, cité par Raynouard.
  • caul, m. (prononcez côl), Indre-et-Loire, De Croy, Etudes statist. sur Indre-et-Loire.
  • caou, m., provençal mod., languedocien, béarnais. — Cantal, Bancharel. — Libourne (Gironde), c. par M. Durand-Dégrange. — Le Buisson (Dordogne), rec. p. — Saint-Amans (Rouergue), Romania, VIII, 398.
  • choul, m., ancien franç., Lagadeuc, Catholicon, 1499.
  • chol, m., anc. fr., Roman du Renart, cité par Raynouard.
  • tsal, m., Tulle, G. de Lépinay, Noms pat.
  • tsôl, m., Issoire (Puy-de-Dôme), comm. par feu J. Bareire.
  • chal, m., chaoulissou, m. (= petit chou), limousin, R. Laborde.
  • chaour, (l) m., Briançonnais, comm. par M. A. Chabrand.
  • cau, m., wallon, Grandgagnage.
  • chaou, m., limousin, R. Laborde. — Briançonnais, comm. par M. A. Chabrand. — Champoly (Loire), com. par M. Dumas-Damon.
  • choou, m., m., Livron (Drôme), com. par M. E. H. Sibourg.
  • chou, m., francais.
  • chô, m., toute la Lorraine. — Villers-le-Sec (Haute-Saône), rec. p. — Env. de Valenciennes, rec. p.
  • chë, m., Ille-et-Vilaine. — Haute-Marne.
  • chu, m., Tourcoing (Nord), Watteeuw, Chansons tourquennoises, 1883.
  • tchaou, m., Orcines (Puy-de-Dôme), comm. par M. Dumas-Damon.
  • tcheou, m., Ussel (Corrèze), G. de Lépinay.
  • tchou, m., Suisse romande, Bridel.
  • tchò, m., Puybarraud (Charente), Rev. des pat. gallo-rom., II, 62.
  • tchô, m., Montbéliard, Contejean. — Bournois (Doubs), Roussey. -- Clerval (Doubs), rec. p. — Saint-Alpinien (Creuse), rec. p.
  • tsaou, m., environs de Tulle, O. Lacombe. — Environs de Sarlat (Dordogne), rec. p.
  • tsô, m., Val d'Aoste, rec. pers.
  • tsou, m., Suisse rom., Bridel. — Bulle (cant. de Fribourg), rec. p., — Aime (Savoie), c. par M. Marjollet. — Moutiers (Savoie), rec. p.
  • tsò, m., Ardèche, Clugnet. — Canton d'Arbois (Jura), rec. pers.

____________

(l) D'ou le mot chaourear faire la récolte des choux. — Briançonnais (Chabrand).

[3]

  • tsu, m., Fareins (Ain), rec. pers.
  • thou, m. (avec th anglais), Jujurieux (Ain), Philipon, Patois de Jujurieux, 1884.
  • thu, m. (avec th anglais), Combloux (Haute- Savoie), rec. p.
  • såou, m., Vignols près Juillac (Corrèze), rec. pers.
  • soou, m., Lanouaille (Dordogne), rec. pers.
  • , m., Eymoutiers (Haute-Vienne), rec. person.
  • su, m., Sallanches (Haute -Savoie), c. par M. J. Ducrey.
  • stieu, m., canton d'Albertville (Savoie), Brachet, Dict. sav.
  • caoulet, m., (prononce caoulèt ou caoulét selon les contrées), languedocien, provençal mod., béarnais, gascon.
  • caoulët, m., Labouheyre (Landes), comm. par M. F. Arnaudin.
  • cooulét, m., Entraygues (Rouergue), Romania, VIII, 398.
  • coouét, m., Saint-Amans (Rouergue), Romania, VIII, 398.
  • caoulé, m., Lot. — Tarn-et~Garonne. — Gard. — Aude.
  • cooulé, m., Var, Hanry. — Rouergue, Romania, VIII, 398. — Aix, Boyer de Fonscolombe.
  • caouré, m., coouré, m., provençal moderne.
  • courét, m., Forcalquier (Basses-Alpes), c. par M. E. Plauchud.
  • coulé, m., Arles, Laugier de Chartrouse.
  • colet, m., ancien français, Godefroy. — Warloy-Baillon (Somme) M. H. Carnoy.
  • collet, m., anc. franç., J. Camus, Un manuscrit.
  • cholet, m., anc. franç., J. Camus, Récept., (passim) ; Reinsch, p.171.
  • choullais, m., wallon du XVe siècle, J. Camus, Un manuscrit.
  • tchooulé, m., Ardèche, rec. personn.,
  • tsaouguë, m., Cheylade (Cantal), rec. pers.
  • tsaouvi, m., Champs (Cantal), rec. pers. (Comme dans le mot précédent, l'accent est sur la première syllabe.)
  • chôhhé, m., Razey, près Xertigny (Vosges), rec. p. (Le langage de ce hameau est un jargon ; les habitants de Razey ont le souvenir qu’ils descendent des Cigots (Tsiganes). Le mot chôhhé peut être rapproché du nom du chou en tsigane allemand : schach ; voyez ce mot plus loin page 8).
  • chou poté, m., anc. franç., Ch. Estienne, 1561 ; Huloet, 1572.
  • chou pommé, m., anc. franç., Olivier de Serres, Theâtr. d’agric., 1600, p. 409. — français moderne.
  • chou blanc, m., chou en pomme, m., anc. franç., La Maison rustique (XVIe siècle).
  • chou-pomme, m., français, L. B***, Traité des jardins, 1775 ; Fillassier, 1791 ; Poinsot, 1804.
  • chou de pomme, m., Loire-Inférieure, rec. personn.

[4]

  • caoulet poumat, m., Hérault, Barthès. — Luchon (Pyrénées), Sacaze. — gascon, c. par M. L. Dardy.
  • caou copu, m., Gourdon (Lot), c. par M. R. Fourès.
  • caoulet capus, m., Hérault, Barthès.
  • chou caput, m., anc. franç., Traité de l’entretenement de santé, 1550, feuillet 33, verso. — Thresor de santé, Lyon, 1607. — Liger, Culture parfaite, 1714.
  • chou cabus, m., français, Du Pinet, 1660 (qui écrit chou cabuz) ; L. B***, Traité des jardins, 1775 (qui orthographie chou cabu); Fillassier, 1791 ; etc.
  • caoulè cabus, m., environs d'Aix, Garidel.
  • coulé cabus, m., Arles, Laugier de Chartrouse.
  • courét cabus, m. Forcalquier (Basses-Alpes), c. par M. E. Plauchud.
  • capus, m., Aude, Laffage.
  • cabu, m., anc. franç., Vocabularius quattuor linguarum, 1516. — Pas-de-Calais, c. par M. Ed. Edmont.
  • cabou, m., cobou, m., caibou, m., caibeu, m., Vosges, Haillant.
  • garbuj, m., mentonais, Andrews.
  • joute, f., français du XVIe siècle (région du nord-est), Escallier, Rem., p. 471 (1).
  • jotte, f., jottes, f. pi., Lorraine (s'emploie de préférence au pluriel).
  • djotte, f., Liège, Namur, Luxembourg, Feller.
  • djoutte, f., sud du Luxembourg, Feller.
  • djutte, f., Braine-l’Alleud (Belgique), Feller.
  • chou de Falaise, m., Pays de Caux, Fécamp, etc., Joret.
  • cavolo, cavolo cappuccio, cavolo a palla, cavolo a palle, cavolo pomato, italien.
  • cávulu, cávulu cappucciu, sicilien, Mortillaro.
  • caulu capucciu, Cupani, 1696.
  • capuzzo, Venise, Boerio.
  • capuzzo da minestre, Padoue, Patriarchi.
  • cappúccia, napolitain, Gusumpaur ; Puoti.
  • cappuzzo trentin, gambus, Vérone, Pollini.
  • ghabuzo, italien, Vocabularius quattuor linguarum, 1516.
  • cöu garbûxo, gênois, Casaccia.

____________

(1) En vieux français jotte, joutte avait le sens d’herbes cuites en général, et particulièrement de chou préparé. Le mot a fini par signifier simplement chou sur pied, comme salade est devenu le nom de la laitue (Feller). — De même le mot allemand Kraut (herbe) a pris le sens de chou.

[5]

  • cherbuggio, Cervione (Corse), rec. personnellement.
  • cáula auppåda, sarde, Spano.
  • cáuli accupau, sarde, Moris, Flora.
  • gabúz, Brescia, Melchiori, Voc.
  • gabus, Plaisance, Bracciforti.
  • capuzz, Mantoue, Cherubini.
  • gabüs, Brescia, Zersi.
  • col, bolonais, Coronedi-Berti.
  • caúla, Sardaigne septentrionale, Porru ; Spano.
  • caúli, Sardaigne méridionale, Porru ; Spano.
  • caulo, ancien toscan, Mussafia, Ein. altneapol. Reg. sanitatis, 1884, p. 18.
  • caulu, côlu, Lecce, Mussafia, Idem.
  • cóulu, cóvulu, Capo di Leuca, Mussafia, Idem.
  • chevla, romagnol, Bagli, Novelle in dial. rom., 1887, p. 55.
  • chévul, romagnol, Morri.
  • coj, piémontais, Capello ; Colla.
  • coi, Saluces, Eandi.
  • coj cabus, coj gabus, piémontais, Colla.
  • cávule, cole, fójje de cuole, fójja cole, fójja cúle, fójje de cuone, Abruzzes, Finamore.
  • fójje, f. pl., Teramo, Savini, Lessico ter.
  • fódda, sarde gallourésien, Spano ; Porru.
  • verz, Brescia, Melchiori. — Milanais, Cherubini.
  • verza, Padoue, Patriarchi. — Plaisance, Bracciforti.
  • sverza, Brescia, Melchiori.
  • vers, Acqui (Piémont), Colla. — Brescia, Zersi.
  • torzella, torzo, turzo, napolitain, Puoti.
  • foglioso, argot italien, Francisque Michel, Dictionn. d'argot.
  • capus, Frioul, Pirona.
  • giabus, Engadine, Durheim.
  • col, fém., espagnol, Catalan.
  • berza, col de pella, espagnol.
  • col, galicien, Valladares.
  • couve, portugais.
  • caputzi, roumain d'Istrie. [A. G.]
  • cols capdellades, pl., catalan, Porio, Thesaurus puerilis, 1580.
  • varza, curechiu, roumain, Brandza, Limba bot.
  • kola, kolo, cholo, koli, kole, kole, kol, chol, ancien haut allemand.
  • köle, moyen haut allemand.
  • kraut, krut, ancien allemand.
  • chapuz, caputz, ancien allemand.

[6]

  • kabez, kabaz, kappiz, moyen haut allemand.
  • kabbas krut, gabass krut, kappas krut, kabis kraut, moyen haut allemand, Diefenbach.
  • kappiskraut, heuptkraut, ancien allemand, Eber et Peucer.
  • caps, kumpst, krut, weiss krut, anc. allem., Brunschwig, 1505.
  • kumpst kol, köl krut, grien krut, weyss kraut, moyen haut allemand, Diefenbach.
  • kohl, kopfkohl, kappiskraut, capiskraut, allemand.
  • kabbus, westphalien, Landois.
  • kâbes, m., kabeskraut, kabeskèl, Luxembourg, J. Weber.
  • kabas, kobas, kraut, Carinthie, Zwanziger.
  • kappus, kappes, kappeskraut, kompes, kumpes, kaumpes, Hesse, Vilmar, Idiotikon, 1883.
  • kappüsa, f., kapütsa, f., kraut, n., allemand des Alpes vénitiennes, Schmeller.
  • gâwes, bavarois, Schmeller.
  • goawas, kraud, sau’s kraud, gäbassäm, gäwassam, Autriche allemande, Fr. Höfer et Kronfeld.
  • kôwas, kôwis, Carinthie, Lexer.
  • kawis, alsacien, L. Roesch.
  • kampest, Transylvanie, Fusz.
  • kumpost, gumpost, kumpes, bavarois, Schmeller.
  • kumskool, kool, Brême, Bremisches Wörterb., 1771.
  • kabis, kabus, Suisse allemande, Stalder.
  • kâl, Goettingue, Schambach.
  • kumst, kumbst, komst, kompst, kapuster, kapuste, Prusse, Frischbier.
  • kapusta, Prusse occidentale, Treichel.
  • mispe, juif-allemand, Stern, Lex. d. jüd. Sprache, 1833.
  • koole, sluyt-koole, rooskens, kabuys-koole, anc. flamand, Dodonaeus, 1644. [A. De C.]
  • kool, kropkool, kopkool, sluitkool, kabuiskool, néerlandais. [A. De C.]
  • kauwel, kouwel, flamand occidental, De Bo, Westvlaamsch Idiot. 1892. [A. De C.]
  • cole, colewort, collet, cabbage, (l) anglais.
  • cole-cabage, anc. anglais, Huloet, 1572.
  • kail, kale, anglais écossais, Jamieson.
  • cabaiste, coilis, irlandais, O'Reilly. [H. G.]

____________

(1) Sur le mot anglais cabbage, voyez Notes and Queries, 2e série, XII, pp. 190, 218, 252, 316, 425.

[7]

  • praisseagh, irlandais, Threlkeld. [H. G.]
  • cabbastagh, irlandais, J. Keogh, 1735. [H. G.]
  • cal cearslach, (= globular cabbage), gaélique écossais, Cameron. [H. G.]
  • kail, f., mannois, Cregeen. [H. G.]
  • caayl, mannois, J. Kelly. [H. G.]
  • caul, ancien cornique, Zeuss, Grammat. celt., 1871, p. 1076. [H. G.]
  • cawl, callorllys, (= herbe du chaudron), gallois, Meddygon Myddfai. [H. G.]
  • bresych, gallois, J. Davies, 1632. [H. G.]
  • breswg, pluriel et au singulier bresygen. gallois, D. Silvan Evans. [H. G.]
  • caulenn, au pluriel caul, breton moyen, Catholicon. [E. E.]
  • kaolen, au pluriel kaol, kaolennou, breton de Léon. [E. E.]
  • kôlen, au pluriel kôl, breton de Tréguier. [E. E.]
  • kaolen, au pluriel kaol, breton de la presqu'ile de Batz. [E. E.]
  • caul-poumez, (choux cabus ou pommez, choux a pommes), breton, P. grégoire. [E. E.]
  • col-pommet, (= id.) breton vannetais, P. Grégoire. [E. E.]
  • kôl pome, (= choux pommes), breton du petit Tréguier. (E. E.)
  • kål, danois, suédois, norvégien.
  • kapusta, russe. — polonais. — tchèque. — serbo-croate.
  • kapustka, broskiew, polonais.
  • hlavatka, zelj, tcheque, A. Müller.
  • brosqua, bosniaque, ragusien, Linde.
  • kapus, ohrat, brsota, serbo-croate, Šulek.
  • kapousta holovata, kapousta katchanna, petit russien, comm. par M. Th. Volkov.
  • kahposts, letton, Ulmann.
  • liákre, albanais, Leake, Res. in Greece, p. 326.
  • káposzta, magyar, Fusz.
  • aza, basque. [J. V.]
  • krounb, kouroumb, qrounb, qaroumb , qroumbah, kroumb, melfouf, mokeouer, arabe du nord de l'Afrique, Marcel.
  • kromb, krom, karneb, arabe algérien, Foureau.
  • kroumb, kroumb châmy, arabe égyptien, Ascherson et Schw.
  • koromb, arabe égyptien, Delile
  • koroumb, arabe égyptien, Clot-Bey, Apercu sur l’Egypte.
  • karabis, berbère d'Egypte, Ascherson et Schw.
  • milfouf, arabe d'Alep, Russel, Nat. hist. of Aleppo.
  • baqlat el ançar, arabe.
  • lahana, bach lahana, turc, Barbier de Meynard.
  • laghan, coman (XIVe siècle), Klaproth, Vocab. lat. du 14e s.
  • calem, persan du 14e siècle, Idem, Idem.

[8]

  • kaghamb, arménien, Alishan. [Er. L.]
  • relam, arménien, persan, tartare, Guldenstädt, Reisen, 1787, I, p. 185.
  • kapusta, tatare criméen, Pallas, Observat. sur un voyage, etc. II, 1801, p. 345.
  • kombosto, géorgien, Guldenstädt, Reisen, 1787, I, 344.
  • ghombostó, géorgien, Paolini, Dittionn. georgiano, 1629.
  • kalam, kurde, Garzoni, Grammatica kurda ; Justi (dans Rev. de Ling., 1873, p. 98.) — Turkestan, J. Capus.
  • lahand, kurde, Justi (dans Rev. de Linguist. 1873, p. 98.)
  • kaljam, Turkestan, J. Capus, 1884.
  • chilang, ausun, Turkestan oriental, Shaw.
  • jarmina, tsigane slovaque, A. Kalina, Langue tsigane-slov., 1882.
  • schach, tsigane d'Allemagne, Liebich, Die Zigeuner, 1863.
  • schakh, tsigane ottoman, Paspati, Etude sur les Tchinghianés. Constantinople, 1870.
  • chaka (l), haka, tsigane des Pyrénées, Baudrimont. Vocabul. de la langue des Bohémiens.
  • kauschin, langue inconuue du 12e siècle, dans la région de Wiesbade, Descemet.


2. — La tige du chou dépouillée de ses feuilles est appelée :

  • μαγύδαρις, grec ancien.
  • maguder, latin.
  • maguder, magudar, maguderis, magudaris, madugaris, tirsus, latin du moyen âge, Diefenbach.
  • mangudaris, latin du XVe siècle, E. Gachet, Gloss. du XVe s.
  • magdulans, (mot probablement mal écrit ou mal lu, pour magdularis ?), lat. du moyen âge, Zeuss, Gramm. celt., 1871, n. 1076.
  • trous, m. (prononcez trouss ; le mot vient du latin thyrsus), Briançonnais, comm. par M. A. Chabrand. — La Teste (Gironde), Moureau. — Canton de Dourgne (Tarn), rec. personnell.
  • tros de caoulet, m. provençal mod., Mistral.
  • trouch, m., gascon, comm. par M. l'abbé L. Dardy. — Arrens (Hautes Pyrénées), c. par M. M. Camélat.
  • troussel de caou, m. languedocien, Sauvages.

____________

(1) chaka, dont haka paraît être une variante locale (espagnole ?), semble bien dire le Sanscrit çáka, (prononcé shâka), légume, végétal comestible. Pourtant la voyelle finale qui tombe dans les dialectes dérivés, fait difficulté ; elle reporterait, si elle est exacte, non a çáka, mais à une forme dérivée plus longue. En tout cas le rapport originel ne semble pas douteux. (Communication écrite de M. A. Barth.)

[9]

  • troussé, m., Cantal, Bancharel, 1888.
  • tourson, m., tour, m., tour de jote, m., wallon, Grandgagnage.
  • touré èd’ chou, m., Nesle (Somme), rec. personn.
  • toûr di djotte, m., Liège, Dalhem (Belg.), Feller.
  • tûr, m., Verviers, Grandgagnage.
  • turon, m., Bohain (Aisne), rec. personn.
  • turot, m., Valenciennes, Hécart. — Pas-de-Calais, Lecesne. — picard, Corblet.
  • turlô, m., Hesdin (Pas de Calais), rec. personn. — Saint-Pol (Pas-de-Calais), c. par Ed. Edmont.
  • touriô, m., Calais, rec. pers.
  • tourièou ed chou, m., Boulonnais, c. par M. B. de Kerhervé.
  • tréjo, m., Orne, Duméril, Dict. norm.
  • trou, m. trou d’ chou, m, français ancien et mod. — Mayenne. — Sarthe. — Côtes-du-Nord. —
  • trô d’ chou, m., Ninville (Haute- Marne), c. par M. E. Marchal.
  • trô dë tchô, m., Clerval (Doubs), rec. p.
  • trô dë tsô, m., canton d'Arbois (Jura), rec. pers.
  • tron d’ chou, m. franç. du 15e siècle. — Jura, Toubin, Supplém. — Gannat, (Allier), rec. pers.
  • tron dé tsô, m. Val d'Aoste, rec. p.
  • tron d’ colet, m. franç. du 15e siècle, Cachet, Manuscr. du 15e s.
  • troun dé caoulét, m., Environs d'Agen, comm. par M. l’abbé L. Dardy.
  • trou dé caou, m., Antoire (Lot), rec. pers.
  • tronjon, m. Beaune, Bigarne.
  • troignon d’ chou, m., anc. franç., Oudin, Tresor, 1660.
  • trognon d’ chou, m., français ancien et moderne.
  • trëgnon, m., Saint- Valérien (Yonne), rec. pers. — Vosges, rec. p. — Meurthe, rec. pers.
  • trëgnon d’ choou, m., Eu (Seine-Inf.), rec. pers.
  • trougna de tchô, m., canton de Blettran (Jura), rec. pers.
  • tronçon de chou, m., français.
  • cagatroué, m., Marseille, V. Gelu, (Œuvres compl., II, 355 ; Régis de la Colomb., Cris de Marseille, 1868, p. 94.
  • calos de caoulet, m., provençal moderne, Mistral.
  • cóló, m., Gourdon (Lot), c. par M. R. Fourès.
  • toc de chou, m., täc de chou, m., Pays messin, rec. pers.
  • courgeot, m., normand, Duméril.
  • crache de chô, f., Baccarat (Meurthe), rec. pers.
  • coque, f , cdque, f., Vosges, Haillant, Ess. sur le pat.
  • costo, f , Environs de Moissac (Tarn-et-Gar.), rec. pers.
  • côton, m., côton de chou, m., Centre de la France, Jaubert.

[10]

  • couton de chou, m., Bléneau (Yonne), rec. pers. — Aubigny (Cher), rec. pers. — Samoreau (Seine-et-Marne), rec. pers.
  • coutou d’ soou, m., Lanouaille (Dordogne), rec. pers.
  • crouton, m., Nérondes (Cher), rec. pers.
  • rogue de jotte f., Vosges, Pétin, Dict. pat.
  • rogue, f., roque, f., côque de jotte, f., Vosges, Haillant.
  • ragoss di chou, m., Laroche (Belgique), Feller.
  • ronton, m., ronton d’ chou, m., Canisy (Manche), rec. p. — Guilberville (Manche), rec. p. — Pirou (Manche), rec. p. — Périers (Manche), rec. p.
  • tuyô, m., Saint-Pol (Pas-de-Calais), c. par M. Ed. Edmont.
  • lonbara d’ chóhhé, m., jargon de Razey, près Xertigny (Vosges), rec. p.
  • tórso, tórsolo, fusto di cavolo, costola, italien.
  • costa de caula, sarde, Spano.
  • truss d’ coi, Monferrat, Archiv. d. trad. popol., 1886, p. 434.
  • turzo, torzo, napolitain, Puoti.
  • trúnzu, sicilien, Mortillaro. — sarde logodourien, Spano.
  • torsicone, caspo di cavolo, gambo di cavolo, gambone di cavolo, ital., Duez, 1678.
  • brémbolo, italien, Rambelli.
  • fustón, milanais, Cherubini. — Pavie, Manfredi.
  • strüscio de cöu, gênois, Casaccia.
  • bak, Côme, Monti.
  • costón, torsón, Reggio, Vocab. regg.
  • costû de verz, Brescia, Melchiori.
  • castelón, Venise, Boerio.
  • grostón, grostolòt, Mantoue, Cherubini.
  • gambon d’ chêvul, romagnol, Morri.
  • cogollo, espagnol, Oudin, 1660.
  • cocean de varza, roumain, Cihac.
  • ciocan de curechiu, moldave. [A. G.]
  • hlujan, Moldavie. [Cand.]
  • kolestoch, kölstock, kolestruch, kolestruck, kolestrunk, kolestruncke, koletorse, koledorse, krutstump, krautdorss, koldors, rogke, anc. allem., Diefenbach.
  • dorse, dorsche, krautdorsche, kohlstrunk, allemand.
  • krautstürtzel, allemand, Duez, 1664.
  • krütstorze, alsacien, Roesch, 1885.
  • kag, bavarois, Schmeller.
  • stirzel, m., storzen, m., Suisse allemande, Stalder.
  • snagel, snager, all. des Alpes vénit., Schmeller.
  • dorsich, dorschig, dorsch, dursich, m., Suisse allem., Stalder.

[11]

  • slunk, m , Gœttingue, Schambach.
  • koolstok, koolstronk, flamand. [A. De C.]
  • koolstruik, hollandais.
  • cabbage-stump, anglais
  • kålstok, kålstrunk, danois. [H. F. F.]
  • kålknabb, suédois. [A. F. F.]
  • treugen gaul, trongenn caul, breton, P. Grégoire. [E. E.]
  • trogeenn, breton vannetais, L'Armerie. [E. E.]
  • trusen gol, korzen gol, breton du petit Tréguier. [E. E.]
  • kotcheryjka, russe. [Th. V.]
  • khriapka, petit russien. [Th. V.]
  • kočanj, serbo-croate.
  • kotšan, albanais.
  • qotchân, turc.


3. — La tête du chou est appelée :

  • pomme de chou, pomme, tête, français.
  • teste de chou, f., français, Duez, 1664.
  • téta dé tsô, f., Val d'Aoste, rec. p.
  • cabu d’ chô, m., environs de Valenciennes, rec. pers.
  • cabusse, f., français, Jacques Jacques, Il faut mourir, etc., Rouen, 1681, 1re partie, p. 108.
  • cabusso, f., Briançonnais, comm. par M. A. Chabrand.
  • cesto, palla, italien.
  • pan d’chèvul, pala d’chèvul, romagnol, Morri.
  • bola de verz, Brescia, Melchiori.
  • repollo, espagnol.
  • cabdell, Baléares, Figuera.
  • capetzina de varza, roumain. [C.]
  • krautkopf, kohlkopf, allemand.
  • kölsche, m., Goettingue, Schambach.
  • krop, koolkrop, flamand. [A. De C.]


4. — L'intérieur comestible du chou est appelé :

  • cœur de chou, m., francais.
  • kiër de chou, m., Septeuil (Seine-et-Oise), rec. pcrs.
  • grémeau, m., francais, Duez, 1664.
  • coralhon, m., Suisse romande, Bridel.
  • coeraillon, m., Albertville (Savoie), Brachet.
  • garzuolo di cavolo, grumolo di cavolo, ital., Duez, 1678.
  • ciccio, ital. vulgaire, Azzochi, Vocab. domest., Roma. 1846.

[12]

  • gianco dö cöu, gênois, Casaccia.
  • kotchen(i), russe. [Th. V.]
  • katchane, petit russien, [Th. V.]


5. — L'intérieur du cœur du chou est appelé :

  • œil du chou, m., français.
  • ouèlh dè caoulèt, m., envir. de Moissac (Tarn-et-Garonne), rec. pers.
  • nina, f., Arrens (Hautes-Pyrénées), c. par M. M. Camélat.
  • inima curechiului, roumain. [A. G.]


6. — Les sommités des différents choux et les nouvelles pousses du chou cabus qu'on a effeuillé et étêté sont appelées :

  • cyma, cima, latin.
  • chimes, f. pl., envir. de Bayeux, Duméril.
  • chimettes, f. pl., Manche. rec. pers. — Nesle (Somme), rec. pers. — Saint-Pol (Pas-de-Calais) c. par M. Ed. Edmont.
  • cimes, f. pl., anc. franç., Du Pinet, 1625, II, p. 100 ; Morel, 1664.
  • cimettes, f. pl., anc. fr., Cotgrave, 1650 ; Duez, 1664. — Valenciennes , Hécart.
  • semotte, f., français, Roux, 1796.
  • bricoli, m., Orne et Seine-Infér., rec. pers. — Mayenne, comm. par un botaniste de la Mayenne.
  • brocalis, m. pl., sprout, sprôt, sprôtch, wallon, Feller.
  • brocoli, m., Vire (Calvados), c. par M. J. Couraye du Parc.
  • broques, f. pl., brocolis, m. pl., français, Dictionnaire portatif de cuisine, 1767.
  • bricolins, m. pl., Manche, Romdahl ; Fleury ; et aussi rec. pers.
  • brouste, Bayonne, Lagravère.
  • broisson de choul, m., ancien franç., Lagadeuc, Catholicon, 1499.
  • brotons, m. pl., français, Rozier (à l'article chou, p. 268).
  • brota, f., Arrens (Hautes-Pyrénées), c. par M. M. Camélat.
  • brouto, f., gascon, c. par M. L. Dardy.
  • r’pouchou, m., Hesdin (Pas-de-Calais), rec. pers.
  • r’poussi, m., Septeuil (Seine-et-Oise), rec. pers.
  • boussottes, f. pl., Rainville (Vosges), rec. pers.
  • ch’ton, m., Pirou (Manche), rec. pers.
  • rejetton de chou, m., français, Duez, 1664.
  • rèdzèton, m., Val d'Aoste, rec. pers.
  • rédýitou, m., Antoire (Lot), rec. pers.
  • brondes, f. pl., Clerval (Doubs), rec. p. — Villers-le-Sec (Haute-Saône), rec. pers.
  • brondons, m pl., Doubs, Beauquier.
  • rebrandons, m. pl., canton de Vaud, Callet. — Cant. de Fribourg, Grangier.

[13]

  • tendrons de chou, m. pl., français, J. Victor, 1609 ; Du Pinet, 1625 ; Duez, 1664.
  • quichotte, f., Forêt de Clairvaux (Aube), Baudouin.
  • tetana, f., jargon de Razey, près Xertigny (Vosges), rec. pers.
  • broccolo, tallo, pipita, pollezola, italien.
  • vrocculu, sicilien, Mortillaro.
  • verzett, milanais, Banfi.
  • zema, romagnol, Morri.
  • cavolino, italien, Ambrosini, Phytologia, 1666.
  • torzillo, napolitain, Puoti.
  • pelozole, Bologne, Ambrosini, Phytologia, 1666.
  • brots, pl., brotons, pl., catalan, Povio, 1508.
  • breton de berça, espagnol, J. Victor, 1609.
  • breton, galicien, Cuveiro.
  • kohlspruth, kohlkeym, allemand, Duez, 1664.
  • sprût’n, pl., Altmark, Danneil.
  • spruit, tweewas, flamand. [A. De C.]
  • bruncenn ann caulenn, breton moyen, Catholicon. [E. E.]
  • brouçz-caul, breton, P. Grégoire. [E. E.]


7. — Du chou qui fait une tête on dit :

  • pommer, français.
  • poumà, languedocien, gascon.
  • poumè, Doubs, rec. pers.
  • cabeucher, Morvand, De Chambure.
  • tourner, Saint-Pol (Pas-de-Calais), comm. par M. Ed. Edmont.
  • repollar, espagnol.
  • cabdellarse, Baléares, Figdera.
  • sich haupten, allemand, Roux, 1796.
  • kroppen, bollen, néerlandais. [A. De C.]
  • to cabbage, anglais.
  • pouma, breton, P. Grégoire. [E. E.]
  • pommein, breton vannetais, L'A**. [E. E.]
  • poméin, breton du petit Tréguier ; se dit aussi par plaisanterie des femmes enceintes. Le participe poméet veut dire « ivrogne » dans l'argot trécorois de La Roche Derrien. [E. E.]

En terme de jardinage on appelle chou borgne celui qui est privé de bourgeon terminal ce qui l'empêche de pommer (Bon jardinier, 1827).


8. — Un jeune plant de chou, destiné a être repiqué dans un carré de légumes, est appelé :

  • caouléta, f., Arrens (Hautes-Pyr.), c. par M. M. Camélat.

[14]

  • caouléto, f., gascon, c. par M. l'abbé L. Darby. — Envir. de Moissac (Tarn-et-Gar.), r. pers.
  • cooulilho, f., (l’ensemble des jeunes plants), Gourdon (Lot), c. par M. R. Fourès.
  • chaoulas, m., (l'ensemble des jeunes plants), limousin, Laborde.
  • planter, pl., danois. [H. F. F.]


9. — La semence de chou est nommée :

  • strucium, lat. du moyen-âge, Germania, 1888, p. 309.
  • struthium, lat. du moyen-âge, Diefenbach.
  • strutium, lat. du XIIe s., Biblioth. de l’Ecole des Chartes, 1869, p. 331.
  • chaoulas, m., Limousin, R. Laborde.


10. — L'endroit où sont plantés les choux est appelé :

  • chaulière, f., franç., Olivier de Serres, Théâtre d'agric., 1600, p. 485.
  • choulière, f., franç., Jacques Jacques, I1 faut mourir, etc., Rouen, 1860, 1re partie, p. 108.
  • tchoulir’, f., Clerval (Doubs), rec. pers.
  • chouyère, f., Aube, Mém. de la Soc. acad. d'agricult. de l’Aube, 1868, p. 63.
  • choukyère, f., Environs de Pithiviers (Loiret), comm. par M. J. Poquet.
  • cooulieyro, f., Aveyron, Vayssier.
  • caoulétièro, f., Villefranche de Lauraguais, c. par M. P. Fagot.
  • couretièro, f., Forcalquier (Basses-Alpes), c. par M. E. Plauchud.
  • cabuterie, f., Maubeuge, Hécart.
  • varzarie, roumain. [Cand.]
  • cauleq, breton, P. Grégoire. [E. E.]
  • kaolok, breton du bas Léon, recueilli par M. E. Ernault.


11. — Le vert de chou est une nuance de vert. De Francheville, Art de teinture (dans Collection académique, t. XII, 1774, p. 278).

La ga una ciera, che la pare una verza. (Elle a un visage verdâtre comme un chou ; elle a mauvaise mine). Padoue, Patriarchi.


12. — Semblo ma un tsal. (Elle n'est pas plus haute qu'un chou. Se dit d'une personne petite). Corrèze, Béronie, Dict.

Il n'est pas plus haut qu'un trou de chou (= trognon de chou). Berry, Littré, Dict.

Pa pus aout qu’un courét. — Forcalquier, c. par M. E. Plauchud.

Zoo gy in de koolen moest zitten, men zou u niet zien. (= Si vous étiez dans un champ de choux, on ne vous verrait pas. — Se dit à une personne de petite taille) — flamand. [A. De Cock.]

[15]

Ch'est un gros turot (= trognon de chou). (Se dit d'une fille courte et mal bâtie). Valenciennes, Hécart, Dict. rouchi.

Repolludo = qui ressemble au chou pommé. (Se dit par plaisanterie d'une personne courte et ramassée). Espagnol.

Die weisse Stockrübe (Brassica napobrassica) heisst Doarschn ; fig. bezeichnet das Wort einen starken, grossen, derben Mann. Eger, Neubauer.

13. — Arracher quelque chose aussi facilement qu'un trognon de chou :

Mais sa mère toute troublée

Saute sur son fils et d'emblée
Fichant ses ongles à son cou,
Arrache comme un trou de chou

Sa langue, sa voix et sa teste.

L. Richer, L'Ovide bouffon, 1662.

14. — C’est autre chose que du chou. (C’est une chose bien au-dessus de l’ordinaire). Wallon, Dejardin, Spots.

« Cela ne vaut pas un trou de chou. » Français, Littré, Dict.

« On dit d'une chose qu'on méprise : j'en fais autant de cas que d'un trognon de chou. » Leroux ; Dictionn. comique. (XVIIIe siècle).

« Je n'en donnerois pas un chou. » Duez, Dict. franç. ital. 1678.

« Ici pour un trognon de choux
Les gens s'entr'assomment de coups. »
La Henriade travestie, Berlin, 1765. p. 156.

« Du sanglier les crocs inutiles
Ni du cerf quilles agiles
Ne servent pas d'un trou de chou. »
L. Richer, L'Ovide bouffon, 1662, p. 36.

« Stimá vun come on fuston de verz. » — Tener uno per uno strofinacciolo. Milanais, Banfi, Voc.

« Det is mir allens Wirjekohl. » — Cela m'est indifférent. Berlin, Trachsel, Gloss., 1873.

[16]

Het is allemaal kool. (Tout cela n'est que vanité.) Prov. flamand. [A. De C.]

Stimare uno quanto il cavolo a merenda. (Tener uno per uomo da niente). Prov. ital.

Son cöi a merenda. (E’ son cavoli a merenda. Dicesi de cose fuori di proposito). Gênes, Casaccia, Diz.

Ra parola dir povr om r’ è stimaja cmè in truss d’coi. (La parole d’un pauvre est estimée autant qu’un trognon d’chou). Monferrat, Archiv. d. Trad. pop. 1886, p. 434.

En francais, on appelle coupe-chou, dans un couvent, un frère d'ordre inférieur qui n'est bon qu'à couper les choux, c'est-à-dire être jardinier ou faire la cuisine. — On appelle du même nom un sabre ou un instrument tranchant analogue mal aiguisé ou de mauvaise qualité.

Schlunkensleif = ein hölzerner Kochlöffel zum Ausfüllen der Kohlstengel und Schimpfwort : ein unnützer Mensch, fauler und langweiliger Mensch. — Goettingue, Schambach.

Hy is er gezien als eene rotte kool (of een koolstronk) by eene groenvrouw (Il y est considéré comme un chou pourri [ou une tige de chou] chez une marchande de légumes). Prov. flam. [A. De Cock.]

Feuille de chou se dit quelquefois pour chose sans valeur, sans efficacité : « Des traités qui, d'après les principes de la constitution, sont une feuille de chou. » Le Père Duchêne, lettre 297, p. 7. Littré, Supplément.

On dit ordinairement d'un journal sans importance : c'est une feuille de chou.

Het sop is de kool niet waard. (La soupe ne vaut pas le chou qu'on y a mis ; le jeu ne vaut pas la chandelle.) Locution flamande. [A. De C.]

15. — Cavolata, une rodomontade ou une jaserie. Ital., Duez, 1678.

Een tong hebben gelyk een kool blad. (Avoir une langue grande comme une feuille de chou, c. à d. être un grand bavard.) Flamand. [A. de Cock.]

[17]

Kohl reden, kohl machen, (discuter à propos de choses insignifiantes ou incompréhensibles), allem., Grimm.

Kohl = bavardage ennuyeux. Kohlen = bavarder d'une manière ennuyeuse. Locut. allem.

16. — Alten Kohl wieder aufwärmen (Faire réchauffer un vieux chou ; raconter des histoires déjà répétées mille fois). Prusse, Treichel, Volksth.

17. — Kool verkoopen. (Conter des sornettes.) Locution flamande. [A. De C.]

Jemand kool verkoopen. (Se railler de quelqu’un ; le duper.) Locution flamande. [A. De C.]

Hy zegt het maar om de kool. (Il le dit seulement pour la farce.) Locution flamande. [A. De C.]

Tis maar apen kool. (Ce sont des sottises, littéralem. des choux de singes.) Locution flamande. [A. De C.]

18. — C’est chou vert et vert chou. — C'est chou pour chou. (Locutions françaises pour dire : c’est la même chose, cela revient au même).

Ç’a chô po jotte. (C'est chou pour chou). Pays messin, rec. pers.

Rendre chou pour chou. (Rendre la pareille, se venger). Locut. française.

Chou pour chou. (Donnant, donnant ; à condition qu'il y aura réciprocité). Locut. française.

... Par juste et loïal escange, chou pour chou... Anc. franç., Document de 1346, Du Cange, Gloss. Sun verbo cauleria.

... Le roy de Navarre a voulu faire chou pour chou, mais le mien est mieux pommé... Mémoires de Sully, cités par Leroux de Lincy.

Chou pour chou, Aubervilliers vaut bien Paris. Locut. franç. usitée au XVIIIe siècle.

Chou pour chou, bette pour bette. — Beauce, comm. par M. J. Poquet.

19. — Bête comme un chou rouge. — Bête comme un chou. — Bête comme chou. Locut. françaises.

[18]

Tête de chou. (Se dit d'un niais). Loc. franç.

Cabbage head = un niais. (Signifying that large abnormal form of a skull generally supposed to accompany stupidity and weakness of intellect). Angleterre, Slang Dictionary.

A Goettingue le mot Kölsche signifie à la fois tête de chou et par plaisanterie tête de l’homme. (Schambach).

... Ce jobard est sur le point d'épouser une de ses cousines.... Dijon ne lui offrant aucune distraction ce jeune chou est venu dans la capitale pour faire ses adieux à la vie de garcon. Villeneuve, Lorettes et aristos, vaudeville représenté en 1849.

« Vous raisonnez comme un chou frisé » E. Burat, Le bonheur sous les toits, vaudeville, 1839, p. 6.

20. — Parler ou aller tout au travers des choux. (Parler ou agir imprudemment et en étourdi). Loc. franç.

«... Prennent des routes biscornües
Dans des régions inconnues
Et vont tout au travers des choux. »
L. Richer, L’Ovide bouffon, 1662, p, 142.

21. — On dit de celui qui dispose du bien d'autrui, comme s'il était à lui, qu'il en fait comme des choux de son jardin. Prov. français.

« II estoit permis de tout faire
Et de disposer des mondains
Comme des choux de leur jardin. »
L. Richer, L’Ovide bouffon, 1662, p. 427.

«... Et que c’estoit un malin drille
Après avoir fait d’une fille
Comme des choux de son jardin,
De l’abandonner au dédain. »
L. Richer, L’Ovide bouffon, 1662, p. 94.

22. — « Faire d’une chose des choux et des raves. » C'est en faire tout ce que l’on veut. Locut. fr.

« Venez, vous dis-je, les lions,
Faire selon vos volontez
De moy des choux et des pastez. »
L. Richer, L’Ovide bouffon, 1662 p. 402.

[19]

« Ce sont tes affaires. Je t'ai dit ce que je savois, fais-en des choux, des raves, comme tu voudras. » Dorvigny, Le café des Halles, (comédie), 1781.

23. — « Faire ses choux gras d'une chose. » — En profiter, s'en régaler. Proverbe français.

« Faire ses choux gras. » Faire bien ses affaires. Prov. fr.

« Fà grass i verz. » — Être dans l’abondance. « Fà magher i verz. » — Être dans la pénurie. Milanais, Banfi, Voc.

Hy grasduint in een anders goed, als een haas in de koolbladeren. (Il fait bonne chère dans le bien d'autrui comme un lièvre dans les feuilles de choux.) Proverbe flamand [A. De C.]

24. — Pianta i verz in d’on sit. (Metaf. Metter piede in un paese, in un casa.) Milanais, Cherubini.

25. — Piantar alcuno come un bel cavolo. (farlo aspettare). Proverbe italien.

Come ! tante promessi, tanti zuramenti e po te me impianti come un cavolo ! Generi arlecchineschi, Milano, 1859, p. 21.

26. — Hy plant kool. (Il plante des choux. Se dit de celui qui vit solitaire à la campagne.) Prov. flamand. [A. De C.]

« Aller planter ses choux. » Aller demeurer à la campagne parce qu’on ne peut faire autrement ou pour se reposer quand on a fait sa fortune à la ville. » Locution française.

II est comme les choux, il lui faut toujours le même sol. (Se dit de celui qui ne saurait vivre ailleurs qu'en son pays natal.) Beauce, comm. par M. J. Poquet.

Qu’a hèt cèn lègas at tour d’u caoulèt. (Il a fait cent lieues autour d’un chou ; il n’a jamais voyagé.) Arrens (Hautes-Pyrénées), c. par M. M. Camélat.

27. — « Ramer des choux. » — Faire une besogne inutile (1). Glossaire de l’ancien théâtre français.

____________

(1) On ne rame point les choux, mais les pois.

[20]

N’être même pas propre à ramer des choux. Loc. fr.

II s’y entend comme à ramer des choux. Se dit de celui qui ne sait pas faire une besogne. Leroux, Dict. comique.

Il s’y entend comme une bique à ramer des choux. Haute-Marne, c. par M. l'abbé Marchal.

« I s’entend à cha comme à ramer des choux cabus. » Boulonnais, comm. par M. C. Deseille.

« Mes parents m’ont donnée
A un vieillard jaloux,
Qui entend l’hyménée
Comme à ramer des choux.
Chr. Ballard, Rondes à danser, 1724, I, p. 59.

28. — « II s’en acquitte mieux que de planter des choux. » Glossaire de l’ancien th. fr.

29. — Elle fait bien valoir ses choux. (Se dit d'une personne qui prise plus qu’il ne faut ses bonnes qualités). Leroux, Dict. com.

30. — En Roumanie, on appelle un chou clos une personne mystérieuse et on dit de celui qui, par suite des circonstances, dévoile ses bonnes ou mauvaises qualités, qu'il se déclôt comme un chou. [A. G.]

31 . — « II ne faut pas s’endormir sur ses choux. » Wallon , Dejardin, Spots.

32. — « Non saper distinguere i cavoli dalle lumache. » Ital.

« Prendere un cavolo per un fischio. » Se tromper grossièrement. Italien.

33. — Porta il cavolo a Legnaja. (Porter une chose en un endroit où elle se trouve déjà en abondance.) Italien, Pauli, Modi di dire, 1740, p. 289.

34. — Tu non hai da mangiare il cavolo co’ ciechi. (Tu as affaire à des gens qui ne se laisseront pas tromper). Toscane, Pauli, Modi di dire, 1740, p. 38.

[21]

35. — « E come un torso tra cento oche. » — C’est comme une fraise dans la gueule d'un loup. Italien, Pescetti, Prov., 1711.

Un torso fra parecchi ochi. Prov. ital., Monosini, 1604, p. 112.

36. — Lou caou sat ol troussé. (Le chou a le goût du trognon). Proverbe auvergnat. Bancharel, Grammaire d'Auvergne, 1888, p. 29.

37. — Dab et témps éres caoulétes qué-s hén caoulets. (Avec le temps les petits choux deviennent choux ; petit à petit l'oiseau fait son nid ; il faut prendre patience.) Bigorre, Annuaire de Saint-Pé, 1890.

38. — « Ménager la chèvre et le chou ». Locut. franç.

39. — Er kommt dazu wie der Hase in den Kohlgarten. (Il y va comme le lièvre au carré de choux, c.-à-d. tout seul, sans qu'on l'y pousse.) Prusse, Treichel.

40. — « Il l'aime comme les choux, il voudrait l'avoir mangé. » C.-à-d., il le déteste. Oudin, Curios. franç., 1640.

Tordre le cou à un chou se dit pour : cueillir un chou. On dit proverbialement de quelqu'un qu'on n'aime pas :
Je l'aime comme un chou
Je lui tordrais bien le cou.
Annoville-sur-Mer (Manche), c. par M. J. Couray du Parc.

41. — Revenons à nos choux. (Retournons à ce que nous disions ; retournons à nos moutons). Loc. franç., Chambaud, Idioms. 1770.

42. — « Que fist notre oncle Huguet, apres l’outrageuse response de son hostesse ! Sur mon ame, tu as bonne retentoufle, ie l'auois mise dans mes choux de disner, si tu ne la m’eusses r’amenee en memoire. (Chap. XIV des Propos rustiques de Noël Du Fail, interpolé dans l'édition de 1548) ; ed. de La Borderie, Paris, 1878. p. 173-174. — [E. E.]

43. — Chi ha del pepe lo spargerà sopra i cavoli. Prov. arabe maltais, Vassalli, Motti, 1828.

Lou qui ha pepe que s’en met aus caulets. (Celui qui a du poivre en met à ses choux; c’est tant mieux pour lui). Béarnais, Lespy, Dict. béarn.

[22]

Quien tiene mucha miel, en las berzas la hecha. Proverbe espagnol, Camus, Refranes.

Hwa son ympnith hawer smor, han kastar somp i sin kaal. (Wer Butter überflüssig hat, wirft welche in seinem Kohl.) Prov. anc. suédois, Reinsberg-Dueringsfeld, Spr.

44. — II ne faut point mettre trop de poivre dans ses choux. (Il faut savoir se modérer en tout.) Prov. wallon, Dict. des spots.

45. — Schöne Worte machen den Kohl nicht fett. Prov. allem.

Schoone worden maken de kool niet veet. Prov. flamand. [A. de C.]

Das wird den Kohl nicht fett machen. (Ce n'est pas celà qui mettra de la graisse dans les choux ; celà ne servira pas à notre but.) Prov. allem., Grimm, Woerterb.

46. — Ce n’est pas le tout que des choux, il faut du beurre avec. (Var. de la graisse avec). Prov. franç.

Ce n'est pas le tout que des choux, il faut du lard pour les cuire. Suisse romande, Callet, Gl. vaud.

47. — Faut-il qu’un devoir jaloux
Sépare mon coeur du vôtre !
Comme la graisse et les choux
Ils étaient faits l’un pour l’autre.
La grand mère amoureuse, parodie jouée en 1726. (Théâtre de la foire, 1731, t. VIII, 157.)

48. — La soupe aux choux.
Au médecin ôte cinq sous.
Proverbe français.

49. — Δὶς κράμβη θάνατος. Prov. grec. (Se dit à propos des choses trop répétées.)

Occidit miseros crambe repetita magistros.

(Millies repetitae declamationes, aliaque, quae pueris traduntur in scholis, taedio conficiunt atque enecant magistros.) Latin, Juvénal, VII, 154. cité et commenté par Forcellini.

Verze riscaldata e serva ritornata non fu mai buona. Prov. ital., Garnero, Quatro dialogi, 1627, p. 225.

Frate sfratato e cavol riscaldato non fu mai buono. Italien.

[23]

Cavolo riscaldato e garzon ritornato non fu mai buono. Prov. ilalien, Monosini.

Ü côi arscaodà a san d’fun. (Le chou réchauffé sent la fumée.) Prov. piémontais.

Manger du chou réchauffé. (Epouser une personne veuve.) Loc. wallonne, Dujardin, Spots.

50. — Hy heeft net een gezicht als een omgekehrd koolblad. (I1 a une figure comme une feuille de chou retournée.) Prov. flamand. [A. de C.]

51. — Zoo droog als een koolstok. (Aussi sec qu’une tige de chou ; se dit de celui qui ne se familiarise pas facilement.) Prov. flamand. [A. de C.]

52. — Juin, juillet, août,
Ni femme ni chou.
Prov. français.

Al mes de juhiet
Ni fennos ni caulet.
Prov. languedocien.

Al juliol
Ni dona ni col.
Prov. catalan, Cels Gomis, Meteorologia, 1888, p. 119.

Juny, juliol y agost
Ni donas, ni col, ni most.
Prov. catal., Idem, p. 159.

Dopo quaresima, predicatori e broccoli
Non vale un par di zoccoli.
Fabriano, Marcoaldi, Guida de Fabr., 1877.

Brocoli, zocoli e predicatori
Dopo pasqua no i xe piu boni.
Prov. vénitien, Pasqualigo, Prov.

Broculos, preigadores e zocculos
Passadu pascha non sunt plus bonos.
Prov. sarde, Spano, Voc.

Si vous voulez raccourcir la vie de votre mari, faites lui manger des choux en mai et en juin. Prov. basque, Fabre, Guide.

53. — Tu sei aspettato con maggior desiderio che i cavoli d’agosto. Prov. ital., Pescetti, Prov.

54. — Chi pone il cavole d'aprile,
Tutto l'anno se ne ride.
Prov. italien, Monosini, 1604, p. 377.

[24]

55. — « Si chianti cavuli ’ntr’ Aprili,
Lu tô vicinu si nni ridi. » —
Perchè l’avvicinarsi dei calori estivi fa inaridire queste piante. Sicile, Pitrè, Prov.

« Càvuli di jinnaru, jèttali a lu munnizaru. » —
Non son buoni a mangiarsi. Sicile, Pitrè, Prov.

Wër Kål plantet in'n Mai
Krigt Kœppe as en Ei.
(Celui qui piante ses choux en mai, récolte des têtes grosses comme un œuf.) Environs de Gœttingue, Schambach, Plattdeutsch. Spr.

A la Saint-Pierre
Mets tes choux en terre.
Hte-Bret., Sébillot, Add.

Entre san Pieroun et san Paulet
Planto lou pouerri et lou caulet.
(Entre Saint-Pierre et Saint-Paul plante poireau et chou.) Bouches-du-Rhône, Villeneuve, Statistique.

Plante tes choux sous la constellation du fumier et cuis-les sous celle du lard. (Se dit pour se moquer des donneurs de conseils météorologiques.) Prov. fribourgeois, Romania, 1877, p. 93.

56. — Pléjô de san Morti
Laisso ni cao ni li.
Rouergue, Duval.

Quan pléou à la San Marti,
Tsèlo lous caoulés et lou bi.
Quand il pleut à la Saint-Martin, gêlent les choux et le vin.) Prov. du Bas Quercy, comm. par M. J. Daymard.

57. — Era seba éna prouba,
Era planta éna gourga.
(L'ognon dans la poussière, le plant de chou dans la vase.) Arrens (Htes-Pyr.), c. par M. M. Camélat.

Le caoulet pel cendras,
La sebo pel carras.
Prescription agricole du Lauragais, P. Fagot, Folkl.

58. — Ne semez pas de choux en vent de galarne, o vinrait des ripes. (Ne semez pas de choux en vent de galerne, il ne viendrait que des sinapis arvensis.) Prov. saintongeais, É. Lemarié, Fariboles saintongeaises, 1879, n° 12.

[25]

59. — Onnado de cooulieyro (choulière, récolte de choux.)
Onnado de poourieyro.
(Année de choux, année de misère, c.-à-d. année de pluie.) Aveyron, Vayssier, Dict.

Quand le chou passe la soy (la haye)
Le vigneron meurt de soif.
Prov. fr. du XVe s., Leroux de Lincy.

Quan las choux passant lai souet
Le vigneron meurt de souet.
(Le temps pluvieux qui convient au chou ne convient pas à la vigne.) Franche-Comté, Perron, Prov. de Fr.-C.

Kohljahr = année humide. Allemand.

Guter Kohl, schlechtes Heu. (Beau chou, triste foin.) Allemand.

Wenn der Kohl gerät, verdirbt das Heu. Prusse, Treichel.

Verrot mijn hooi, zoo wast mijne kool, zei de boer, toen het regende. (Si mon foin pourrit, mes choux grandissent, dit le paysan, quand il pleuvait). Prov. flam., Harrebomée. [A. de C.]

60. — Hiver n’est bon que pour les choux,
Ou qu’à faire gagner la toux.
Prov. fr., Leroux de Lincy, Prov.

Iouèr n’éy bou qu’enta ’s caülets.
Bigorre, Annuaire de Saint-Pé, 1889.

La gelée n’est bonne que pour les choux.
Leroux, Dict. com. (XVIIIe siècle.)

Aussi sain qu’un choux cabus après la gelée.
Cyrano de Bergerac, Le pédant joué (XVIIe siecle.)

61. — Quando le verze vien, tàgele ; quando le va, sbrèghele. » (— Verze, cavoli verzotti ; sbrèghele, làcerale, svellile.) Vénitien, Pasqualigo, Prov.

62. — Cavulu novu chiantalu u vecchiu no scippare,
Amicizia nova pigghiala a vecchia no a dassare.
(Cavolo nuovo piantalo, il vecchio non l’estirpare, amicizia nuova prendila, la vecchia non la lasciare.) Calabre, La Calabria, 25 nov. 1888.

[26]

Cavuli novi chiantandi
Ma i vecchi noi sciuppari,
Amici novi acquistandi,
Ma i vecchi no i dassari.
Laureano di Borrello (Calabre), Calabria, 1895, p. 4.

63. — Quannu si chiantanu vrocculi
Nun ponnu nasciri cavuli.
Sicile, Pitrè, Prov.

64. — « A manja de cooulé, ravo li costo. » (Il a mangé des choux (1), rêve les côtes. Se dit de ceux qui se parlent à eux-memes.) Environs de Tarascon, La Tour Keyrié.

65. — Souffler ses choux en dormant (Ronfler.) Loc. franç., Duez, Dict. fr. ital. 1678.

66. - I’a caulet et caulet. (Il y a chou et chou, c.-à-d., il y a fagot et fagot.) Provençal moderne, Mistral.

« II y a chou et chou. » Locution franç., Roux, 1796.

Qu'a loung cami dé caouléts à caouléts.
(Il y a long chemin de choux à choux.)
Arrens (Htes-Pyr.), comm. par MM. Camélat.

67. — « Es ni car ni caulet. » — Il n'est ni chair ni poisson. Provençal moderne, Mistral.

68. — Mon chou, mon chou-chou, mon trognon, sont des termes de tendresse adressés à des enfants par leurs mères. Français.

... Mon petit chou-gras. (Terme de caresse.) L. Richer, L'Ovide Bouffon, 1662, p. 94.

Chouter = caresser un enfant. Environs de St-Omer (Pas-de-Cal.), c. par M. B. de Kerhervé.

Voici comment on est arrivé à ces locutions :
On a dit : 1° Mon cœur. 2° Mon cœur de chou. 3° Mon trognon de chou. 4° Mon trognon ou mon chou.

____________

(1) Manger des choux provoque des rêves.

[27]

69. — Cum folio cauli
Culum tu tangere noli,
Si frangitur Kolblat
Tibi Vinger in Ars gat.
Vers macaroniques du Moyen-âge , cités par Diefenbach, Gloss. m. lat., sub verbo caulis.

70. — Garda so lingo per mingea dos chos. (Garder sa langue pour manger des choux. Se dit d'un enfant qui par timidité ne répond pas à une personne. Prov. limousin, Revue des patois, I, 222.

Il fallait garder ta langue pour manger des choux. (Se dit à celui qui a été bavard, indiscret). Paris, rec. pers.

71. — Il ne faut pas s'endormir sur ses choux. Prov. wallon, Dejardin.

72. — Mesle toy de ta cuisine et de mettre du safran aux choux ; ne te mesle point des affaires des grands. Le jeu de l’esbahy, in-8° de 16 p., 1620, p. 7.

Va scumà li vrucchele. (Si dice a chi non è buono a nulla.) Teramo, Savini, Lessico ter.

73. — E Luus ön e Komst öss beter al gar keen Fleesch. Prusse, Treichel.

74. — Onze kool smaakt beter dan vreemde patrys. (Le chou qui est nôtre, nous plaît plus que le perdreau étranger.) Prov. flamand. [A. de C.]

75. — Accostare la capra a’ cavoli. Toscane, Pauli, Modi di dire, 1740, p. 103.

76. — Ma chèvre est dans mes choux. (C'est-à-dire. pendant que je cause, mes affaires ne se font pas.) Centre de la France, Jaubert, Gloss.

77. — Être dans les choux. (Etre dans l'embarras.) Français, Dictionn. Larousse.

In Kraute gehen. (Aller dans les choux, décliner, être en mauvaise position, péricliter). Allem. des Alpes vénit., Schmeller.

[28]

Andar tra i cavoli. — Andar a ingrassare i cavoli. — Andar a rincalzare i cavoli. (Mourir.) Locutions italiennes.

78. — En bien de femme il ne faut planter que des choux. (Variante du proverbe de droit coutumier : bien de femme ne se perd point ; tout ce qui est bâti ou planté sur un terrain appartenant à une femme, lui reste acquis comme bien propre.) Proverbe franç.

79. — On dit d'un homme qui est séparé de biens ou dont la femme a la maîtrise sur la maison : « Il est coiffé de la feuille de chou. » Bretagne française, P. Sébillot, Trad.

80. — Wenn Jemand bei einer Sache Unglück hat, ein Vorlauter oder Waghalsiger hineinfällt oder gefasst wird, so sagt man polnisch : Czemu leziez w kapuste ? Warum kriechst du in’n Kumst ? Prusse, Treichel, Volksth.

81. — Auf sauern Kumst bleiben. (In der Schule zur Strafe nachbleiben.) Prusse, Treichel, Volksth.

82. — Portare il cavolo in mano e’ l cappone sotto. (E detto di chi mostra una cosa da nulla, per poter meglio tenerne segreta una altra.) Prov. ital.

83. — Il a stu dvin ses jottes. (Il a été dans ses choux, dans les choux d'un autre ; c'est-à-dire il a blessé son voisin ; il lui a fait tort.) Wallon, Dejardin.

84. — Quand le propriétaire d'une vache qui a fait des dégats, est poursuivi pour ce fait, on lui dit en plaisantant : Les choux vont manger ta vache. Bretagne française, P. Sébillot.

85. — Het geitje loopt zoo dikwyls in de kool, totdat het er hare vacht laat. (La petite brebis court si souvent dans les choux qu'elle finit par y perdre sa toison.) Prov. flamand. [A. de C.]

86. — C’est on prophète Tchotchotte
Qui mougn do pouain et qu’ tchîe dol djotte.
(C’est un prophète Chochotte qui mange du pain et qui chie du chou, qui fait ou prétend faire des choses merveilleuses.) Namur, Feller.

[29]

87. — Make (Var. Mok&) a mange son chou et en a encore eu trop peu. Proverbe wallon, Feller.

88. — Mdngen spattar i kalen och fdr sedan supa den sjelf. (Plus cTun

  • crache sur le chou qui par la suite sera dans la necessity de le manger.
  • II ne faut pas dire : Fontaine, je ne boirai pas de ton eau}.
  • Prov. su&tois, Rbinsb.-Dueiungsf.
  • Diar uun a kuul spuutjet, mut-t sal law idj. (Wer in den Kohl spukt muss
  • ihn selbst csscn).
  • Prov. d'Amrum (Frise), Zeitsch. f. d. Alterth., Bd. 8, 1851, p. 351.
  • Thiar un a koal spiitjat, thi feit'n salw uftuidjan.
  • Frise septentr., Firmenich, in, p. 6.

89. — Planter un chou a quelqu'un. (Lui faire un mauvais compliment.)

  • Suisse romande, Gallet, Gloss, vaud.
  • En Beauce, en Bretagne, en Poitou, etc., les jeunes gens attachent, le
  • l er mai, un chou, a la porte de la jeune fille dont la conduite a ele
  • legere ; c'est une maniere emblematique de lui dire qu'elle est une
  • vache.
  • he Bavalan, en Bretagne, est un tailleur qui sert d'intermediaire pour les
  • manages. Si on lui offre des crapes, c'est une preuve que la demande
  • lui est accordee. Un trou de chou plac6 sur la porte est le signe du
  • refus. — Kerardven, Guionvac*h> Et s. la Bret., 1835, p. 369.

90.— En France, on repond generalement aux enfants qui demandent indis-

  • cretement comment ils sont nes, qu'on les a trouves sous un chou. — Un
  • grand nombre d'enseignes de sages femmes repr^sentent une femme ra-
  • massant un enfant au milieu des choux. — On dit quelquefois, que ce sont
  • les garcons qu'on trouve sous les choux, tandis que les filles se ramassent
  • sous les rosiers.
  • On trouve les enfants sous les choux du cure*. — Stavelot (Belg.), E. Mon-
  • seur, Folkl. wall. p. 37.
  • 4 II a 6t6 trouve sous un chou ; se dit d'un homme dont la naissance est
  • inconnue.
  • Lrroux, Diet, comique (XVUI* s.)
  • « Phebus ne fut jamais ton pere ;
  • Ne vois-tu pas bien que ta mere
  • T'en donne a garder, pauvre fou ?
  • On t'a trouve dessous un chou,
  • Et tu veux tirer ta naissance
  • D'une divine quintessence... »
  • L. Richer, L'Ovide bouffon, 1662, p. 98.

[30]

  • Combien qu'il soit sailly d'ung trou
  • De la cliquette d'un musnier,
  • Voire ou de la lignee d'un chou
  • Enfant a quelque jardinier.
  • XV« Steele, Guill. Coquillart, Po&ies, Wit. de 1723, p. 26.

91. — « Sur tout, le chou ne doit estre plante pres la vigne, ny la vigne pres

  • du chou : car il y a si grande inimitie entre ces deux plantes, que les
  • deux plantez en un mesme terroir, ayans prins quelque croissance, se
  • retournent arriere Tun de l'autre, et n'en sont tant fructueuses. Qu'il soit
  • vray, si Ton mesle du vin tant soit peu au pot ou cuira le chou , le chou
  • ne cuira par apres, et si il corrompra sa couleur : mesmes ceux qui veulent
  • boire beaucoup de vin, sans estre yures, doiuent manger auant des choux
  • cruds, com me ont de coustume faire les Allemans quand ils veulent boire
  • a plain godet, et faire partie a qui boira le mieux. Le chou pareillement
  • ne doit estre plante pres l'origan, rhue et pain de pourceau : parce que
  • plante ou seme pres ces herbes, il ne proffite aucunement : mesme il
  • communique une partie de son malheur a son voisin( 1 ). »
  • La Maison rustique (XVI e siecle).
  • Un auteur arabe (Ibn al Assam, trad, par Clement Mullet, 1, 520) cite un
  • certain Kastos (probablement un auteur grec dont les ouvrages sont
  • perdus) qui dit qu'il n'est pas de plante plus nuisible a la vigne que le
  • chou. — Voyez aussi Ephemerides naturse curiosorum, 1688, p. 113-
  • 114.

92. — Dagingmal ein Mann in einer Nacht aus, um Kohl zu stehlen. « Es sieht

  • mich Keiner! » sagte er halblaut vor sich hin. Aber da kam der Mond
  • hervor und sagte : « Ich sehe Dich ! » und hob ihn mit allem gestohle-
  • nen Kohl zu sich hinauf. Seitdem steht der Mann dort ganz fest und
  • Jeder kann ihn sehen. Prusse, Treichel, Volksth. 1894, IX.
  • La luna contiene un orto ed un ortolano con due immense cavoli.
  • Ferrare, Archivio d. Trad, pop., 1886, p. 284.
  • 93. Dieu te doint une belle jouruee
  • Quand tu seras l'espousee,
  • Afin qu'on ne die pas
  • Que tu aymois les choux gras.
  • Estreine de Pierrot a Mar got, Paris, 1614, p. 17.
  • (l) Gette id£e d'antipathie entre le chou et la vigne vient peut-etre de ce que les annees
  • pluvieuges si favorables au chou sont au contraire neTastes pour la vigne (?)

[31]

  • A Laroche, s'il pleut le jour des noces, on dit malignement d
  • i-l on mougne V djol* o po « ils ont mange le chou au pot
  • dire qu'ils n'ont pas attendu que le couvert fut mis regulieren
  • ont deja eu des rapports sexuels avant le manage. Feller.
  • Zy hebben het spek, al weg, eer nog de Kool is opgediscli
  • mange le lard avant que le chou soit servi. C.-a-d. Ils o
  • leur bien futur avant d'en avoir he*rit6.
  • Proverbe flamand. [A.

94. — Dans la Creuse, le jour d'une noce , le cortege promene p

  • poule qui le soir est assommee avec un chou. On fait cuire la ]
  • chou ensemble et on les sert aux maries quand ils sont au
  • Communicat. de M. F. Vn
  • Une erreur, due a la mauvaise ecriture de mon correspondant, n
  • (Faune populaire, t. VI, p. 102) qu'on assommait la poule av<
  • (E. R.).

95. — D'apres un auteur arabe du XV e siecle,cite par Alph. Meyei

  • des veget., 1881, si une femme au moment de concevoir, port<
  • deux drachmes de semence de chou concassee , cela detruit Ten-
  • La fleur du chou mise dans un pessaire et apres la concept
  • femme, introduite dans le vagin, g&te le sperme et produit 1'a^
  • Dodonabus, 4644. [A

96. — Si Ton plante des trognons de choux dans un carrefour o

  • contrent quatre chemins ayant des noms differents et si on met
  • a ces trognons, le lendemain matin on trouvera un lievre pris
  • collet.
  • Ineuil (Cher), rec.

97. — Faire secher sur la cremaillere du foyer un chou derob

  • jardin d'un voisin, guerit de la fievre.
  • Tarn , c. par M.

98.. — Um den Kohl vor Raupen zu schiitzen, nehme man Sand >

  • des zuletzt Begrabenen , sehe sich aber dabei nicht um und spi
  • Wort, und streue diesen Sand iiber die Kohlpflanzung.
  • Superstition masure, Tffii

99. — « Si Ton fait bruler des trognons de choux, cela fera mouri

  • de la maison. »
  • Deux-Sevres, B. Souche, Croya

[32]

100. — Beim SetzendesKumsteswirdzuerst eine Staude Brennnesscl gepflanzt

  • und mit einem Stein angedriickt : noan bewahrt dadurch den Kohl vor
  • Raupenfrass. Prosse, Treighel.

101. — 1st der Kohl von Raupen befallen, so muss ihn eine schwangere

  • Frau abfegen. Prusse, Trbichel.

102. — Dnrant l'halloven (nuit qui precede la Toussaint), les jeunes filtes

  • se prennent par la main et vont, deux a deux, les yeux ferm6s, dans le
  • potager, arracher le premier chou qu'elles rencontre nt. Suivant que le
  • chou est gros, petit, tortu ou droit, leur futur sera beau ou laid , grand
  • de taille ou bossu. Si un peu de tcrre adhere a la racine, c'est signe
  • qu'il sera riche ; si la tige du chou est douce, le mari aura un bon
  • caractere ; si elle est aigre, il grondera souvent.
  • Ecosse. A. de Chesnel, Diet, ties supertt. 1856. [Ed. Edm.]

103. — «Quando i bambini sono per lungo tempo malaticci, ricorrono ad una

  • e curiosa operazione per conoscere se debbano guarire o morire ; raccol-
  • gono, com me dicono le donnicciuole che la fan no, a S. Pellegrino. Le
  • vicine concorrono tutte chi con Fopera e chi col denaro, quale in un modo
  • e quale, in un altro. Dopo di avere una di loro comprato un cavolo, sonno
  • tutte affacendate a cuocerlo, eccetto la madre che rimane sempre oziosa, e
  • quella di loro che attende ad una faccenda, non puo metier mano ad un'
  • altra. Gotto il cavolo, questo si getta sul tetto della casa, e con 1'acqua
  • ancor calda se ne lava il bambino. Se nello spazio di tre giorni al piu il
  • cavolo ingiallisce, il bambino morra senza dubbio, se rimane verde, il
  • bambino vivra. » Sicile, Castelli, Credence ed urn pop. sic, 1878.

104. — II faut que ceux qui ont la vue courte mangent des choux le plus

  • souvent qu'ils pourront.
  • M m# FouauET, Suite du recueil des rem&des, t, n, 1721.

105. — Un excellent moyen de se dgbarrasser des verrues est de les frotter

  • avec la premiere feuille de chou que Ton trouve a terre, en prenant bien
  • soin de la remettre, apres s'en £tre servi, a la place qu'elle occupait, et
  • de continuer son chemin sans regarder en arriere, quoi qu'il puisse
  • arriver. Finist&re, comm, par M. L. F. Sauve.

106. — Si Ton a le mal de tele on applique sur le front une feuille de chou

  • rouge et on est soulage. Poitou, SoucmS, Prov.

[33]

107. — « D'apres un livre hebreu du moyen-age le Toledoth Jescl

  • prevoyant qu'il serait pendu avait use de sa puissance magique ]
  • jurer par tous les arbres qu'aucun d'eux ne le porterait. Mais Ju<
  • cette ruse et alia chercher dans son jardin une grande tige de <
  • on put faire une polence efficace. »
  • Revue de I'kistoire des religions, t. IV, 1881, p. 64. (Voir egalement
  • II, 48 et Sophus Bugge, Studien, Munchen, 1884, p.

108. — Les servantes ne doivent pas aller, le 24 aout, dans les cl

  • sont plantes les choux, car, Saint Bartbelemy, qui y jette les gros
  • n'aime pas cela.
  • Superst. flamande , Coremans, L'annie de Vandenne Belgique, 4844,
  • Le jour de Saint-Etienne (26 dec.) on ne doit ni cueillir des ch<
  • manger parce que ce martyr a ete lapide dans un carre de cho
  • Normandie, L. Dubois, Rech. sur la Norm. 1843, \
  • La tradition moldave donne pour certain que Saint-Jean fut dei
  • un chou. Aussi le jour de la f&te du saint iln'enestpas un qui
  • a manger du chou, ni quoi que ce fut en fait de legumes ou
  • rouges. »
  • Dr E. Leger, Cinq mois en Moldavie,
  • Those who eat cabbages on New Year's Day groan for a whole ;
  • Malte, Busuttil, Holiday Customs in Malta, 1894, ]

109. — II faut manger du chou vert le mardi gras pour que 1'ete si

  • choux ne soient pas attaques par les petites mouches.
  • Prov. de Liege, E. Monseur, Folkl. wall, p
  • Le jour du vendredi saint on tue un veau ou un mouton, on <
  • tele, on en laisse refroidir le bouillon que Ton repand sur lc
  • les mouches n'y toucheront pas dorenavant.
  • Bohgme, Rejnsberg-Duringsfeld, Festkal. p,
  • Dans le Mecklembourg pour que les vaches ne soient pas ms
  • leur donne, le jour de Saint-Michel, trois choux rouges.
  • Bartsch, II, § 1151 (cite par Tuchmann dans Milusine, 1895, p

110. — On fait la soupe aux choux, particulierement le jour des v

  • le matin, avant d'aller a la vigne.
  • Savoie, F. Braghet , Did

[34]

111. — De ward ok keene Martinskol eeten. (Er wird keia Jahr im Dienstc

  • bleiben. Also Kohl ein Gerieht zum Sfartinstag.)
  • Prase, Tukbel. Volksth.

112. — « A casa nova si coci pasta en li cavnli e pisci fritti. » — Si suol

  • dire e spesso anche fare quando si mnta di casa. E una sapersiizione da
  • molti ancora scrnpolosamente segnita in Palermo.
  • Sidle, Prrai, Prop.

113. — Wer Kohl pflanzt, darf aaf den Grass oder sonstige Rede eines

  • vorubergehenden nichts erwiedern, sonst fressen die Raapen den Kohl.
  • Estbonie. Wiedemann, Ams d. Leben d. Ehsten, p. 486.

114. — Die den Kohl pflanzenden miissen weisse Kleide an haben, dann wird

  • der Kohl weiss , es darf aber nicht am Freitag gepflanzt werden , sonst
  • wird er bitter. — Die wahrend des Pflanzens Vorubergehenden wunschen
  • Gliick : Grout Kopfe und breite Blatter ; Antwort : not hi g. — Man
  • pflanzt auch GliickskoM fur einzelne Personen, und wenn die Pflanze gut
  • wiichst, so bedeutet das Gliick fur dieses Jahr.
  • Estbonie, Wiedemann, Aus dan Leben der Ehsten, p. 447.

115. — Es diinkt manchem Mutterchen, es sey nicht rathsam im Schalt-Jahr

  • viel Kappus-Kraut oder Kombst zu pflanzen, denn nur eitel Schalcke
  • daraus wiirden und keine Haupter.
  • Prusse, Frischbier, Preuss. Wart.

116. — In der Wetterau musz die Frau bein Saen des Krautes auf den Herd

  • springen und damit das Kraut gerath rufen :
  • it Haupter wic mein Kopf,
  • Blatter wie meine Schurz r
  • Und Strunke wie min Bein ! ,,
  • Perger, Deutsche Pflanxensagen, p. 100.

117. — Viel Kopfe, viel Sinn, sagte jener Bauer, als er mit dem Fuder

  • Kumst umstulpte. Prusse, Treichel, Volksth.
  • Viel Kopfe, viel Sinn, sagt der Bauer und wirft Kopfkohl den Berg
  • hinunter. Pomeranie , Blaetter f. pommer. Volksk., 4895, p. 58.
  • Viel Kopfe , viel Sinn , sagt Eulenspiegel , und Hess die Kumstkopfe den
  • Berg herunter kullern. Prusse, Treichel, Volksth.

[35]

  • Val Kepp, val Sinn , seggt de Ulespegel , as he ne Sach vull Kumstkepp
  • uppem Barg utschiitt un as sei na alle Sire de Barg rungeleipe ; dei ein
  • leip nam Kraug, o dem leip hei na. Idem. Idem.

118. — DEVINETTES :

  • Petitin
  • Coum un groun de milb,
  • Que bayt eslat
  • Coum un cu de plat. — Le chou et sa semence.
  • (Petit comme un grain de mil, il enfle comme un cul de plat.)
  • Uades , comm. par M. J. de Liporterie.
  • Tout rond , petit ou bien gros, qu'miches su qu'miches, monte sur un
  • un pilot ? — Un cceur ed chou.
  • Saint-Pol (Pas-de-Cal.), c par M. Ed. Edmont.
  • Que est-ce don, vos, qua hutante cottes et qu* les piette tottes i
  • (Qu'est-ce done, vous, qui a quatre vingt cottes et les perd toutes ? —
  • Le chou.) Liege, P. Colson (dans WalUmia, 1896, p. 94).
  • Co meye cottes et cotillons
  • Costire n'a maye mettou nou pon.
  • (Mille cottes et cotillons, couturiere n'a jamais mis un point. — Le chou.
  • Liege, 0. Colson (dans WalUmia, 1896, p. 94.)
  • Un aus ku patrudwts di kumes unviskut . — Verd%ul ; kuUanlu.
  • (Un vieux habille de quarante chemises. — Le chou.)
  • Roumain de Macedoine, Weigand. Jahresb. d. Inst. f. rum. Sprache, 1895 , p. 195.
  • Ein Einfussiger hat hundert Gewander, — Der Kohlkopf.
  • Litboanien, Schleicher, Litauische Macrchen.
  • Ein Lappen auf dem andern, ohne einen Nadelstich. — Der Kohlkopf.
  • Lithnanien, Schleicher, Litauische Macrehen.
  • Ein einfussiges Frauchen tragt hundert Kleider.
  • Lithnanien, Schleicher. Lit. Maerchen.
  • Et as an asem gdrten, et hdt handjert minkl am. — Der Krautkopf.
  • AUemand de Transylvanie, Haltrich. Zur Volkskunde d. S. S. 1885, p. 403.
  • Ein Armer, hundert Mantel, ohne dass eine Nadel gestochen hatte. —
  • Ein Kohlkopf.
  • Estbonie, Wiedemann, Aus dem Leb. d. Ehxten, p. 291.

[36]

  • Flick auf Flick, Lappen auf Lappen, ohne rait der Nadel zu stechen. —
  • En Kohlkopf. Idem.. Idem, p. 275.
  • Ein aUes Mutterchen hat sich in hundert Tticher gewickelt. — Der
  • Kohlkopf.
  • Comt6 de Ruppin (Prusse), Haase (dans Zeitsch. d. Ver. f. Volksk., 1895, p. 406.)
  • 'S stSat eppes af'n Fuesz, und hat 's Herz im Kopf. — Kdbes oder Kopfkohl.
  • Tirolisches Etschland. Frommann, D. d. Mund. 1856, p. 517.
  • Wat staat er op eenen poot
  • En draagt zijn hert in zijn hoofd ?
  • (Qui est-ce qui n'a qu'une patte et porte son coeur dans sa tete ? — Le
  • chou.) Pays flam., Volkskunde, 1888, p. 207. [A. De C]
  • Hinder onsem Hus
  • Stet e Funkelfus (Variante : Mann)
  • Heft negen on negentig Polser an.
  • Der Kohlkopf. — Prusse, Treichel, Volksth.
  • Hinner unse Huse
  • Steit Krickl-krackl-kruse
  • Je m6r datt de Wind weit,
  • Je mfir datt Krickl-krackl-kruse geit. — Brauner Kohl.
  • Altmark, Danneil.
  • Krickel-krackel-krause,
  • Wohnt hinter dem Herrenhause.
  • Je sehrer dass der Wind geht
  • Je sehrer dass Krickel-krackel-Krause sich bewegt.
  • Der Blaukohl. — Thuringe, Zeitschr. d. Ver. f. Volksk., 1895, p. 182.
  • Wie bringt man eine Gais, einen Kohlkopf und einen Wolf ohne Schaden iiber ein Fluss ?
  • Zuerst Gais, dann Krautkopf und Gais zuriick, Wolf hinuber, zuletzt Gaisnach. Tyrol. Zeitschr. d. Ver. f. Volksk., 1895, p. 153.

119. — FORMULETTES D'ADIEU FACETIEUSES :

  • Leben sie wohl !
  • Essen sie Kohl ! Prusse, Treichel, Volksth.
  • Essen sie Kohl !
  • Trinken sie Bier !
  • Und vergessen Sie nicht von mir ! Idem, Idem.

[37]

120. — Pour demander si l'interlocuteur renonce a cherch

  • d'une devinette, on lui pose a Liege la question suivante :
  • del djot' asse ? « Avez-vous mange du chou assez ? ».
  • Pays wallon, Monseur, Folkl.

121. — oh vert e rav ! (Le zucche marine! Exclamazione d

  • viglia). Milanais, Cherubim.

122. — iiiib lanjen lit ham nian kual kiige. ( = Auf Lugen

  • Kohl kochen).
  • Amrum (Frise), Zeitschr. f. d. Alterth., Bd. VIII,

Brassica oleracea. (Var. capitata alba.)

  • chou pomme blanc, m., francais.
  • cappuccio bianco, cavolo bianco, Florence, Scina, p. 177.
  • caulu cappucciu riggitanu, Palerme, Scina, p. 177.
  • caulu cappucciu vrancu, sicilien, Cupani.
  • schpe&eche kdbes, Luxembourg, J. Weber.

Brassica oleracea. (Var. capitata alba praecox).

  • chou de Bonneuil, m., chou pomme blanc hdtif, m. t francai 1791.
  • chou hdtif de Bonneuil, m., francais, Tollard, 1805.
  • chou blanc de Bonneuil, m., francais, Journal de I'acad. d p. 276.

Brassica oleracea. (Var. capitata parva praecox).

  • chou d'Yorck, m., christolet, m., francais, Fillassier, 1791.
  • chou hdtif d' Yorck, m. francais. Tollard, 1805.
  • grand-pere, m., cnvir. de Saint-Pol (Pas de Cal.), c. par M. E
  • chou de Dieppe, m., Seine-Inferieure, Annuaire agricole de I 1822.

Brassica oleracea. (Var. capitata conica).

  • chou en pain de sucre, chou chicon, chou pointu d'Anglete Fillassier, 1791.

[38]

  • chou.hdtif en pain de sucre, m. francais, Tollard, 1805.
  • pain d'chuk, m., Saint-Pol (Pas de Cal.), c. par M. Ed. Edmont.
  • chou chucre, ra., Boulonnais, c. par M. B. de Kerherve.
  • cappuccio ovale, italien, Scina, p. 177.
  • caulu cappucciu ginuisi, sicilien, Scina, p. 177.

Brassica oleracea. (Var. capitata subacuta).

  • chou de Saint-Denis, chou oVAubervilliers, chou des Vertus, fran$., Fillassier, 1791.

Brassica oleracea. (Var. capitata compressa).

  • chou de Strasbourg, chou blanc dAlsace, francais, Fillassier, 1791.

Brassica oleracea. (Var. capitata maxima).

  • chou d'Allemagne, chou a grosse pomme, francais, Fillassier, 1791.
  • chou d' Alsace, chou quintal, franc., Journ. de Vacad. d^hortic, 1832, p. 276 et suiv.

Brassica oleracea. (Var. capitata rubra major vel purpurea). — LE CHOU ROUGE.

  • xoxxivoAayavov, grec mod., Somavera, Tesoro, 1709.
  • caulis rubeus, lat. du XV® s., De Bosco, Luminare, 1496, f e * 71, recto.
  • marucina brassica, nomencl. du XVI 8 s., Duchesne, De stirp., 1544.
  • brassica capitata rubra, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • gros chou-pomme rouge, chou rouge de Flandres, franc., Fillassier, 1791.
  • chou rouge, chou pomme rouge, francais.
  • rouge cholet, m., anc. fr., J. Camus, Receptaire.
  • rouge collet, rouge choullais, ancien franc, ou anc. wallon du XV e siecle, J. Camus, Manuscr.
  • caoulet rouxe, m., grelhous, m. pi. (les jeunes pousses), tanos, f. pi. (les sommites fleuries), Saint-Pons (Herault), Barthes.
  • col lombarda, espagnol.
  • col borratxona, Baleares, Figuera. ,
  • repolho roxo, portugais, Brotero.
  • rothkohl, rothkraut, brauner kohl, braunkohl, allemand.
  • spruVnkkot, Altmark, Danneil.

[39]

Brassica oleracea. (Var. capitata rubra minor).

  • petit chou rouge, knaper des Hollandois, m., francais, Fillassier, 1791.
  • chou noirdlre d'Utrecht , francais, Le Bon Jardinier pour 1827, p. 146.

Brassica oleracea. (Var. gemmifera). — LE CHOU DE BRUXELLES.

  • cliou de Bruxeltes d jets, chou rosette, f., francais, Le Bon jardinier pour 1827, p. 148.
  • chou de Bruxelles, chou de Brabant, chou a jets, chou a mille teles, chou a milles pommes, chou a rosettes, francais.
  • chou frise d'Allemagne, m., (rancais, L. Dubois, 1825.
  • chimettes, f. pi., Saint-Pol (Pas de Cal.), comm. par M. Ed. Edmont.
  • chouloutres, m. pi., Alencon, Rev. de philol. franc., 1893, p. 203.
  • sproet, spraut, Spa, Lezaack.
  • brokoli, m., Luxembourg, J. Weber.
  • cabbage sprout, anglais.
  • firenk lahanase, turc, Bar bier de Meynard.

Brassica oleracea. (Var. acephala). — LE CHOU VERT.

  • brassica viridis, nomenclature de Linne.
  • chou a grosse cote, francais, Fillassier, 1791.
  • chou vert, chou sans tete, chou-chevre, caulet, fr., Baillon, Dictionn. de Botanique.
  • chou a vache, Loiret, comm. par M. L. Malon.
  • caoulet bru, m. Gard, comm. par M. P. Fesquet.
  • caoulet vert, proven?, mod., Reguis.
  • coule vert, Aries, Laugier de Chartrouse.
  • broccoli neri, italien.
  • ver&e %uco\e, V6rone, Pollini.
  • vroccolo mum, Vesuve, Pasquale.
  • vruoccole nire. m , napolitain, Gusumpaur.
  • cauli a matta, Sardaigne, Moris.
  • berm rizada, espagnol, Colmeiro.
  • col gallega, asa de cantaro, espagnol.

[40]

  • winterkohl, griinkohl, staudenkohl, blattkohl, bardowicter kohl, dachskohl,
  • allemand.
  • blauer kohl, krauskohl, Autriche allem., Fr. Hofer et Kr.
  • schlappmos, wanterkool, Luxembourg, Koltz.
  • federkohl, Heidelberg, Pritzel.

Brassica oleracea. (Var. viridis crispa). — LE CHOU DE MILAN.

  • ovly, grec ancien, Nicander, Athen. 9, 2. Fee, cite par Forcellini.
  • o-tjlofuXkot;, grec ancien, Theophraste, 7, 4., Idem.
  • yspixavtxa Aayava, grec moderne d'Athenes, HeldREICH.
  • olus apiacum. latin, Caton et Pline.
  • apiaca brassica, lat., Pline (apiana brassica est une mauvaise lecture; voir Forcellini, sub verbo apiacus.)
  • caulis romanorum, latin du XV e siecle, Brunschwig.
  • chou romain, chou frise, anc. fran$,, Delices de la Camp ague, 1673, p. 95.
  • chou frise, m., chou pomme frise, fran$ais.
  • chou de Milan, m., anc. fran$., Thresor de sante, 1607, p. 413. — francais moderne.
  • milan, m., franc., Bon Jardinier, 1827, p. 47.
  • chou d'Italie y m. anc. fran$., Thresor de sante, 1607, p. 413.
  • caoulet milanes m., Saint-Pont (Herault), Barthes.
  • chouripouille, f., Bas-Gatinais (Poitou), Revue dephilol. franc., 1893, p. 175.
  • cavolo romano, cavolo verw, cavol verzotto, sverza, veru di M llano, italicn.
  • virw napolitain, Gusumpaur.
  • verwtt, ver%e cincuantine, verze d'istat, Frioul, Pirona.
  • versa, Engadine, Durheim.
  • cou verdotto, cbu lombardo, genois, Casaccia.
  • caolo bolognese, Rome, P. Castelli, Hortus messanensis, 1640.
  • cavole bulignise, Abruzzes, Finamore, Bot. pop.
  • caulu brasca, sicilien, Cupani, 1696.
  • cols crespes, Catalan, Povio, 1580.
  • berse enana> espagnol, Colmeiro.
  • repollo murciano, espagnol, Palmireno, 1575.
  • grumo, valencien, Palmireno, 1575.
  • col de pena, galicien, Cuveiro.
  • couve murciana, portugais, Brotero.
  • romischer kol, kruser kol, anc. all., Brunschwig.

[41]

  • walschkohl, wirsing, wirsingkohl, allemand.
  • krauser kohl, tvelscher kohl, a Hem., PoEfEviN.
  • tuirjekohh, Berlin, Trachsel, Gloss. , 1873.
  • versich, Silesie (docum. de 1601), Frommann, D. d. p. 189.
  • wirsig, Silesie moderne, Idem.
  • wirjen, m. (prononcez / comme en fran$.), Luxembourg
  • vir%a, f., verm, f., allemand des Alpes v^nitiennes, Schi
  • ketch, kalch, Autriche allemande, Fr. Hofer.
  • fodorkdpos%ta, magyar, Fusz.
  • On confond souvent ce chou avec le chou de Savoie
  • sabellica).

Brassica oleracea. (Var. capitata crispa praecox)

  • chou frise printanier, petit chou frise d % Alsace, fr., Fill
  • milan hdtif, m., franc., Le Bon jardinier pour 1827, p.

Brassica oleracea. (Var. capitata crispa maxima).

  • chou frisé d'Allemagne, gros chou frisé, fr., Fillassier,
  • gros chou de Milan, m., chou de Milan tardif, m., gros magne, m., francais, L. Dubois.
  • gros chou pomme-frise d'Allemagne, milan des Verth
  • Jardinier pour 1827, p. 147.

Brassica oleracea. (Var. capitata cripsa, ovata, flore albo.

  • chou de Milan a tete longue, chou frise pointu, fran$.,
  • milan a tete longue, m., frang., Le Bon Jardinier pour

Brassica oleracea. (Var. botrytis cauliflora). — LE CHOU-FLEUR.

  • xtovo7rt£ia, pi., grec moderne, Fraas, Syn.
  • xovvovrndt, grec mod., Germano, 1622; Somavera, 1709.
  • xapvajx7rtx£, gr. mod. de Smyrne, Heldreich.
  • hrassica pompejana^ (?), latin, Forcellim avec doutc.

[42]

  • caulis cumanus, caulis pompeianus, lat. du XV« 3., De Bosco, Luminare mqjus, 1496. f ■ 35, recto.
  • brassica cauli flora , brassica pompeiana , brassica florida , brassica cypria, anc. nomenclat., Bauhin, 1671.
  • cftow de Cypre, m., Guettard, >/em. «wr rft/f fc parties des sciences et des arts, 1783, t. V, p. 13.
  • ckoufleuri m , anc. fir., Hulsius, 1616 ; Duez, 1664.
  • chou-fleur, m., francais.
  • caoulet-flort, m., Marseille, Armana marsihes, 1894. — AuJe, Laffage.
  • caoulet-flouri, m. provenc. mod., Reguis.
  • caoulet- flour it, m., caoulet-fiou, m., Sud-Ouest du Languedoc, Duboul.
  • caoule flori, in., Aix en Provence, G a ridel.
  • coute /town, m., Aries. Laugier de Chartrouse.
  • caoure-fio, m., mentonais, Andrews.
  • tchooule- flour, m., Ardeche, rec. pers.
  • chouflur, m., Aude, Laffage.
  • joffes fleuries, f. pi., Padoux (Vosges), Haillant.
  • cau/a a /lore, Sardaigne, Spano.
  • cavolo fiore, cavolfiore, italien.
  • cavel flour, bolonais, Coronedi-Berti.
  • cavolisciore, napolitain, Gusumpaur.
  • cavulifiore, Citta SanfAngelo, Castagna.
  • criii/t di a'ltiri, sicilien, Copvni, 1696.
  • cauli de flori, Sardaigne, Porrv.
  • cdoi pur, Brescia, Zersi.
  • cou scio, g£nois, Gasaccia.
  • caulifior, brocul, Frioul, Pirona.
  • caula bastarda, Gatane, Gemmellaro, Storia fls. di Catania, 1848.
  • broccoli, ptemontais, Coll a.
  • broccol, milanais, Banfi.
  • col floridOy berca florida, espagnol, J. Victor, 1609.
  • coliflor, espagnol.
  • col flori, Baleares, FigcEra.
  • couve-flor, portugais.
  • conopida, roumain , Cihac.
  • blumenkoM, allemand.
  • kasckohl, allemand, Grimm.
  • carflol, kafiol, kauli, Autrichc allem., Fr. Hofer et Kr.
  • karviol, m., Silesie, Frommann, D. d. .*/.. 1857, IV, p. 173.
  • kanlifioK kardifioltl, kartafloL karifiohl, Suisse allem., Stalder.
  • kardiviolen, all. de Transylvanie, Fisz.

[43]

  • cole-flower, coley- flowers, cole-flourey, anc. anglais, Prior.
  • cole-flover, coley- /lovers, cole-flourey, anc. anglais, Prior.
  • cauliflower, anglais.
  • cat gruidhean, gaeiiquc ecossais, Cameron. [H. 0.].
  • caayl-vlaa, mannois, J. Kelly. [H. G.].
  • kalafior, polonais.
  • karfiol, tcheque.
  • virdgkapostta, magyar, Fusz.
  • aza lorethua, basque, Fabre.
  • qamabit, arabe egyptien, Ascherson. — arabe africain, Marcel.
  • qannabyt, karndbytt, qamabyeh, arabe du Nord de l'Afrique, Marcel.
  • garnabit, arabe du Nord de l'Afrique, Ascherson, Kufra. — ar. alger., Foureau.
  • kouliflor, arrabe alg., Florian-Pharaon.
  • qounnebit, qannebit, turc, Cihac.
  • tchitchek lahanase, turc, Barrier de Meynard.

Brassica oleracea. (Var. botrytis cymosa vel asparagoides). — LE BROCOLI.

  • 7rap«7rovAia, grec moderne, Heldreich.
  • chou brocoli, m., brocoli (quelquefois orthographic brocolis) , brocoli de Pdques, in., francais.
  • brocolis vert, m., brocolis commun, m., francais, Fillassier, 1791.
  • broeali, m., Liege, Forir.
  • brocques, f. pi., anc. fr., Delices de la Campagne, 1673, p. 95.
  • cavolo broccolo, italien, Re, 1837.
  • cavolo broccoluto, italien, Targioni.
  • brocol, Brescia, Melchiori.
  • broculu, Sardaigne, Moris.
  • cauli de brocculus, Sardaigne, Porru.
  • broccoloni, italien, Scina.
  • broccoli, Florence, Scina.
  • cavolo a broccolo, Naples, Scina.
  • sparaceddu, Palerme, Scina.
  • brocos, broculos, portugais, Brotero.
  • couve dos broccos, portugais, Nemnich.
  • spargelkohl, allemand.
  • brockel, brokal, brokarln, rbmische brocoli, Autriche ail., Hofer et Kr.
  • brokoli, m., Luxembourg, J. Weber.

[44]

Brassica oleracea. (Var. botrytis cymosa violacea).

  • brocolis de Malte, m., brocolis violet , m., brocolis romain, m., francais, Fillassier, 1791.
  • chou-brocoli violet nain hdtif, franc. , Le Bon Jardinier pour 1827, p, 155.
  • caoulet arpian, m., provengal moderne, Mistral.
  • arpian, m., pascalen, m., Aries, Laugier de Chartrouse.
  • tcko vdssu (= chou vesseux), Bournois (DoubsJ, Roussey.
  • vrocculu, Palerme, Scina.
  • vrocculu di lu ginuisatu, sicilien, Scina. — Palerme, Cupani.
  • broccoli romani, napolitain, Scina. — italien, Targioni.
  • brocol roman, milanais, Banfi.

Brassica oleracea. (Var. botrytis cymosa albida).

  • brocolis blanc, m., brocolis de Naples, m., francais, Fillassier, 1791.

Brassica oleracea. (Var. acephala sabellica).

  • brassica sabellica, olus sabellicum, latin. (Identification non sure).
  • caulis sabellicus, lat. du XY e siecle, De Bosco, Luminare majus, 1496, f° 35, r°.
  • brassica sabauda, brassica sabauda crispa, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • brassica oleracea simbriata vel sabellica, nomencl. lat., Fillassier, 1791.
  • chou bleu, chou sabellique, anc. fr., Duez, 1664.
  • chou [range, chou frise d'Allemagne, chou des Samnites, francais, Fillasier, 1791.
  • chou de Savoie, m., francais.
  • chou d'Espagne, m., francos, Dictionn. des plantes aliment., Paris, 1803.
  • chou de Hollande, m., pancalier, m., francais, L. Dubois, 1825.
  • brouto, f., brouteto, fr., Sud-Ouest du Languedoc, Duboul.
  • grand frise vert du Nord, m., chou frise d'Ecosse, francais, Bon Jardinier, 1827, p. 149.
  • chou a aigrettes, m. (la sous-variete cultivee pour Fornement), francais, Fillassier, 1791.
  • grand chou frtee rouge (une sous vartete), Bon Jardinier, 1827, p. 149.
  • chou panache, m., chou tricolore (sous variete cultivee pour Fornement), francais, Bon Jardinier, 1805.

[45]

  • couve saboia, portugais, Brotero.
  • savoy erkohl, allemand.
  • sawojerhel, Luxembourg, J. Weber.
  • schavoije, Aix-la-Chapelle, J. Muller, Aach. Mund.
  • savoy, savoy-cabbage, anglais.
  • On confond frequemment ce chou avec le cfwu de Milan (Br viridis crispa).

Brassica oleracea. (Var. acephala arborea).

  • brassica oleracea vaccina scu procerior, nomencl. lat., Don Ji p. 237.
  • chou cavalier, chou en arbre , grand chou vert , francais , Le pour Van XIII.
  • chou-chevre, m., chou-vache, m., francais, L. Dubois, 1825.
  • grand chou à vache, chou à vaches, francais, Bon Jardinier
  • vendee, Brescia, Zersi.

VARIETES.

  • chou vert branchu du Poitou ou chou branchu ou chou m
  • miere variete), francais, Bon Jardinier, 1827.
  • chou de Cholet, m. Maine-et-Loire, Primes d'honneur en 186 p. 154.
  • chou du Maine, m., francais, L. Dubois, 1825.
  • caulet, caulet de Flandre (Deuxieme variete), francais, Bon I
  • chou caulet, chou collet, chou de Flandre , depart, du Word,
  • neur en 1870, Paris, 1874, p. 74.
  • chou vert a larges feuilles, m., chou de Beauvais , m., fran< 1825.
  • chou moellier (Troisieme variete), francais, Bon Jardinier, 1
  • chou tendre, Maine-et-Loire, Primes d'honneur en 1869 p. 154.
  • chou blond a larges cotes, m., francais, L. Dubois, 1825.
  • chou palmier (Quatrieme variete), francais, Bon Jardinier, 18
  • chou a rejets, m., chou a pelitespommes, m., francais, L. Di
  • chou de Naples, m. (Cinquieme variete), francais, Bon Jardir

Brassica oleracea. (Var. caulorapa). — LE CHOU-RAVE.

  • yoyyjAra, pi., grec moderne, Heldreich.

[46]

  • youW, grec moderne, Fraas.
  • brassica gonyy lodes, caulorapa, anc. nomenclat., Bauhin, 1671.
  • brassica oleracea gongyloides viridis, anc. nomencl., Fillassier, 1791.
  • chou-rave, m., chou-rave commun, chou-rave vert, m., francais, Fillassier, 1791.
  • caoulet-rabo, provengal moderne, Reguis.
  • caoure-raba, mentonais, Andrews.
  • cavolo-rapa, italien.
  • ravacoUy gSnois, Ca$accia.
  • caula a truncu, Sardaigne, Spano.
  • caulu di trun%u, Palerme, Scina.
  • cavolo a tor&o, napolitain, Scina.
  • ravacoj, florentin, Scina.
  • cauli a conca y Sardaigne, Moris.
  • cavule tur%elle, Abruzzes, Fikamore.
  • cavolo torvuto, italien, Pisanelli, 1577, p. 51.
  • caolo torzuto, Rome, P. Castelli, Hortus messanensis, 1640.
  • torzelle, Vesuvc, Pasquale.
  • turw, napolitain, Gusumpaur.
  • vers rae, Brescia, Zersi.
  • berm colinaba, coltnaba, espagnol.
  • couve rabdo, portugais, Brotero.
  • kalaramba, caralamba, roumain, Gihac.
  • kohlriibe, rubenkohl, oberrube. kohlrabi, allcmand.
  • oberkohlrube, Silesie, Pritzel.
  • kaleraben, all. de Transylvanie, Fusz.
  • kalarabi, kdlarawi, kehlarawi, kehlerabi, Autriche, Fr. Hofer et Kr.
  • kolraw, Luxembourg, J. Werer.
  • kolerdm, Greiz (Thuringe), Hertel, Die greher Mundart, 1887.
  • turnip cabbage, anglais.
  • rotkdl, su^dois.
  • rodkal, danois.
  • kolrabi, russe.
  • kolarapa, polonais.
  • kolardb, magyar, Fusz.
  • abou-iougbah, arabe egyptien, Ascherson et Schw.
  • kourounb, arabe d'Alep, Russel, Hist. nat. of Aleppo,
  • kroump, arabe de Damas, Journal asiatique, 1883, p. 74.
  • anmn turup, Turkestan oriental, Shaw.
  • tschokundur, tatare crimeen, Pallas, Observat. stir un voyage, II, 346.

[47]

Brassica oleracea. (Var. caulorapa violacea)

  • foassica oleracea gongyloides violacea, nomencl. lat., Fillassier, 1791.
  • chou-rave violet, chou de Siam, francais, Fillassier, 1791.

Brassica oleracea. (Var. napobrassica).

  • chou-navet, navet-chou, francais, Fillassier, 1791.
  • chou turnep, chou de Laponie, francais, Le Bon Jardinier pour 1827, p. 150.
  • cavolonapo, italien, Nemnich.
  • knupekel, Luxembourg, J. Weber.
  • doarschn, m., Eger, Neubauer.

Brassica oleracea. (Var. rutabaga).

  • chou-rulabaga, navet de Suede, francais, Bon Jardinier, 1827.
  • tabaga, m., Saint-Pol (Pas-de-Cal.), c. par M. Ed. Edmont.
  • rutaba, breton de Treguier, c. par M. E. Ernault.

Brassica oleracea. L. (variétés en général).

  • 11 y a un grand nombre de varietes du chou ; nous n'avons donue que les plus importantes. Nous renvoyons pour le surplus aux ouvrages suivants :
  • Pour les noms des varietes du chou chez les anciens, voyez l'article Cibaria, par Eug. Fournier (Dans Diet, des antiq. de Saglio.)
  • Pour les noms siciliens, voyez : D. Scina, Topografia de Palermo, 1818, p. 175-177.
  • Pour l'histoire du chou chez les arabes, voyez Ibn Beithar, Traite des simples, Traduct. Leclerc, III, p. 155-159.

Brassica oleracea. (Linné) ( Var. esculenta napifera). LE NAVET.

1. NOMS.

  • jSovvta?, grec ancien.
  • ra you>ia, grec moderne, Heldreich.
  • nopus, latin.

[48]

  • nappis, lat. du moyen-&ge, J. Camus, L 'opera salernitana, p. 109.
  • napa, latin du XI e siecle, Mem. de la Soc. de linguist., VI, 365.
  • napus saliva, napum* sativum, napus bunias, anc. nomencl., Bauhin, 1671.
  • brasska napus, nomenclat. laiine moderne.
  • nap, m., Aude. — He>ault. — Card. — Haute-Garonnc. — Tarn. — Gironde. — Pyr6n6es orientales. — Hautes-Pyren6es.
  • napou, m., Argeles (Haute-Garonne) , c. par M. P. Tarissan.
  • naveou, m., Bouche-du-Rhdne. — Var.
  • naveau, m., anc. fran$. — Berry. — Loiret. — Depart, de la Vienne.
  • naviau, m., anc. franc — Environs de Paris. — Picardie. — Artois. — Haute-
  • Bretagne. — Depart, du Nord. — Loir-et-Cher.
  • navio, m., Eure-et-Loir, rec. pers. — Env. d'Alencon, Letacq.
  • navia, m., province de Namur, Feller. — Env. d'Alencon, Letacq.
  • navot, m., Lyon, Molard, 1810.
  • nave, province de Liege et Nord du Luxembourg, Feller.
  • navet, francais.
  • nave, m., Correze., c. par M. G. de Lepinay. — Luxembourg sud, Feller.
  • nabe, m., Gard, Pouzols. — Card, c. par M. P. Fesquet.
  • neve, m., Lorraine.
  • nobet, m., Aurillac (Cantal), Vermenouze, Flour de brousso, 1896.
  • rape, f., Lille, Desrousseaux, Chansons lilloises, 1865, IV, 265. — Saint-Pol (Pas-de-Calais), c. par M. Ed. Edmont.
  • rave, f., Lyon, rec. personn.
  • rabo f f., Forcalquier, c. par M. E. Plauchud.
  • arrabo, f., Gers, Cenac-Moncaut, Dictionn. gascon, 1863.
  • harbi, Bayonne, Lagravere.
  • robou, m., Correze, Beronie.
  • caoulet-nap, m., Aude, comm. par M. P. Calmet.
  • caourabo, f., Tarn-et-Garonne, Lagreze-Fossat.
  • chou-rave, m. Loiret, comm. par M. L. Malon.
  • caourado, f., nap carantilloun, m., Sud-Ouest du Languedoc, Duboul.
  • vera, m., jargon de Razey, pres Xertigny (Vosges), rec. pers.
  • napo, navone, italien.
  • navon, Mantoue, Cherubim.
  • naon, Padoue, Patriarchi.
  • naguni, sicilien, Lagusi, 1742; Mortillaro.
  • napu, Sardaigne, Moris, Flora sardoa. — sarde meridional, Spano.
  • napa, sarde septentrional, Spano.
  • ndpia, sarde meridional, Spano.
  • nau, raisu, Brescia, Melchiori.
  • ver%erave, Frioul, PiRONA.

[49]

  • rapa di Catalana, rapa di Spagna, sicilien, Lagusi, 1742.
  • rapa di Catalogna, Naples, Maranta, Delia Theriaca, 1572, p. 99.
  • nap, Catalan.
  • nabo, nabicol, colinabo, espagnol.
  • couve-nabo, portugais.
  • nap, tush, roumain, Cihac.
  • kohlriibe, steckrube, raps, kohlrapi, allemand.
  • stdckrbwe, bords de la Weser, Focke.
  • sjtockraba, onder-chollaraba, Saint-Gall (Suisse), Wartmann.
  • wrucke, Prusse, Treichel, Volksth.
  • druckensteckriiblin, beyrischrublin, anc. allem., Fuchsius, Opera, 1604, II, p. 132.
  • langt rube, bairische rube, Tyrol, Dalla Torre.
  • krautrilbe, graudruabn, Antriche allem., Fr. Hofer.
  • erdkloppel, Sil6sie, Pritzel et Jessen.
  • ertkolrau; m., Luxembourg, J. Weber.
  • klozriibe, Souabe, Pritzel et Jessen.
  • rips, Prusse, Frischbier.
  • erdkohlrabi, duschen, tuschen, Carinthie, Zwanziger.
  • levling, scheeling, schehling, argot allemand, Von Train, Woilerb. der Gauner und Diebs Jenischen Sprache, 1833.
  • tneipen yr yd, bresych yr yd (= chou du bl6), gallois, H. Davies. [H. G.]
  • iruinenn, au pluriel iruin, breton, Catholicon. [E. E.j.
  • hirvin, breton, Nomenclator. [E. E.].
  • hirvinen, irvinen, au pluriel irvin, breton, P. Gregoire. [E. E.].
  • iriiinen, au pluriel iruin, breton de Vannes, P. Gregoire. [E. E.].
  • irvinenn, au pluriel irvinennen ou irvin, breton de Vannes, L'A**\ [E. E.].
  • irvinen, au pluriel irvin, breton de Treguier. [E. E.].
  • brouscounen, breton, P. Gregoire. [E. E.].
  • brouscoun, breton, Nomenclator. [E. E.]. Brouscoun est employe au sens general de c racines fourrageres. » Nouvelles conversations en breton et en fran$., Saint-Brieuc, 1857, p. 91. (E. E.).
  • raps, danois.
  • rtepak, polonais.
  • brukiew, polonais de la Prusse, Kozlowski.
  • wreka, kryc%ka, kassoube, Kozlowski.
  • ripak, petit russien, c. par M. Th. Volkov.
  • dika'ia riepa, russe.
  • dumliky, turing, tcheque, A. Muller.
  • kolnjk, m., teheque, Palkowitsch.
  • goulia, albanais.

[50]

  • left, arabe Igyptien, Deule. — at. syrien, Berggren. — ar. alge>., Foureau.
  • sclgam, arabe egyptien, Ascberson et Schweinfurth.
  • tchomour, turc ancien, Barbier de Meynard.
  • chalgham, turc moderne, Barbier de Meynard.
  • shalgam, Turkestan, Gapus, Plantes cultiv.
  • shaghgam, guiradegh (= medicament qui engraisse), arm6nien, Alishan.
  • [Er. L.].
  • ikhchi kaki, Turkestan oriental, Shaw.

2. — La semence de navet est appelée :

  • navette, f., anc. fr., Tarif des droits sur Us merchandises du 13 juin 1671 ;
  • De Lespinasse, Metiers de Paris, 1886, t. I, p. 235.
  • navina, espagnol, Chantreau, Arte de hablar bien frances, Madrid, 1786, 2« partie, p. 207.
  • nabina, galicien, V all ad ares.
  • nabiza, asturien, Rato.

3. — Le champ où sont plantés les navets est appelé :

  • napina, latin, Columelle, 11, 2, 71.
  • navine, f., francais du XIV* siecle, Du Gange.
  • naviere, f., francais du XI V e siecle, Do Gange. — Bouilly (Loiret), comm. par M. J. Poquet.
  • nabiero, f., Lauraguais, c. par M. P. Fagot.
  • navetiere t f., anc. franc., Duchesne, De stirpibus, 1544.
  • trainee, breton, Catholicon. [E. E.].
  • hirvinecg, breton, P. Gregoire. [E. E.].
  • hirvinocg, en Bas Leon, P. Gregoire. [E. E.].
  • irvinecg, vannetais, P. Gregoire. [E. E.].

4. — Pâle comme un navet

  • Location francaise.
  • Fie comme in neve (c.-a-d. en colere, pale de colere, comme un navet).
  • Vosges, rec. personnell.
  • Blanc comme un navet pete deux fois. (Plus on Pepluche, plus blanche
  • apparait la pulpe du navet). Locution wallonne, J. Feller.
  • Vouloir tirer du sang d'un navet. (Vouloir entreprendre une chose
  • impossible). Locution francaise.

[51]

  • Blanc coumo de sang de nap ou ironiquement roug£ courao de sang de nap. Villefranche de Lauragnais, c. par If. P. Fagot.
  • Avoir du sang de navet dans les veines (n'avoir pas d'energie).
  • Locution franchise.
  • Asthmatique comme eune rape.
  • Saint-Pol (Pas-de-Calais), c. par M. Ed. Edmont.
  • Esser cultor d* navdn. (Esser di color pallido.)
  • Bologne, Goronedi-Berti, Vocab. bol.
  • Er ist roth wie eine abgeschalte Wrucke! (wird scherzweise erwiedert
  • auf die Frage eines bleichen Menschen, ob er roth aussehe.)
  • Prose, Treichel, Volksthtimliches.

5. — Qer moal evel un irvinen (= Aussi chauve qu'un navet).

  • De Goesbriand, Fables de La Fontaine trad, en breton,
  • Morlaix, 4836, p. 7. [E. E.].

6. — Ne pas valoir un naveau.

  • Locution franf. anc, Rec. de poisie franc. 1855, t. I, p. 37.

7. — Rascloun leis naveous. (lis r&clent les navets, ce sont des miserables,

  • faisant mauvaise chere.)
  • Marseille, Regis oe la Colombibre, Cris popul. de Marseille, 1868, p. 179.
  • Del soup* a naviaux,
  • Point de bure et bocop d'iau ,
  • Ch' est T potache des Carmes dechaux.
  • Valenciennes, H&cart.

8. — C'est ben d'autres naviaux (C'est une affaire autrement importante).

  • Locution de Loir-et-Cher, Thibault.

9. — Des navets! (Exclamation de refus; on dit dans le mSme sens : des

  • panais ou des nefles !) Locution franchise.
  • On trouve la locution suivante dans Bonaventure des Periers, Cymbalum
  • mundi:
  • « Combien en ay je veu qui devoyent fa ire merveilles! ouy dea, des
  • naveaulx ! »
  • Ch' est des navets. (Ge sont des contes bleus, des betises).
  • Picard, Gorblet, Gloss, picard.

[52]

10. — Quand on demande a quelqu'un ce que fait sa femme ou a cclle-ci ce que

  • fait son mari et qu'on trouve la question inopportune, on repond: Derrabo
  • de rabOy Elle (ouil) arrache des navets. C'est la consonnance qui a donne
  • lieu a ce jeu de mots. Forcalquier, comm. par M. E. Plauchud.

11. — Navone en italien signifie un sot> un niais.

  • Ingrossare come i naoni = devenir stupide.
  • Padoue, Patriarchi.
  • Tontu que napa = ignorante, ignorantone.
  • Sardaigne, Spano.
  • « Hypocrite de salon, tartufe a Peau de rose, il 6tait de ceux qu'on appelle
  • dans le vieux style un pedant, et dans notre belle langue un navet. »
  • A. de Pontmartin, cit6 par L. Larchey, Diet, d'argot.

12. — Pichou coumo un nap (Petit comme un navet).

  • Lauraguais, c. par M. P. Fagot.
  • Lorsqu'on parle d'un homme de petite taille, on dit : pas pus aout qu'uno
  • rabo (pas plus haut qu'un navet). Lorsque e'est d'un enfant qui n'a pas sa
  • croissance normale qu'on veut parler, on dit ordinairement : a coumo lei
  • rabO) creisse en bos (= II est comme les navets, il croit au rebours).
  • Forcalquier, c. par M. E. Plauchud.
  • Le mot francais nabot (= nain) est probablement une forme dialectale du
  • mot navet. (Voir plus bas, p. 64).

13. — II charge la canonniere. (II mange des navets ce qui cause des vents.)

  • Parnasse des muses cite par Leroux, Diet. com.

14. — Tu me demandes des navets a Rama! (Tu me demandes une chose

  • impossible. Rama est une ville du desert de Syrie.)
  • Prov. arabe, Kazimirski, Diet, arabe.

15. — Pour avoir des navets il faut becher. (On n'obtient rien sans peine).

  • Prov. du Bocage normand, Lecosur, Esqulsses, I, 178.

16. — Cada cosa en su tiempo

  • Y nabos en Adviento. Prov. espagnol.
  • Todas as cousas tern seu tempo
  • E os nabos no Advento.
  • Prov. portugais, Pereyra, Prosodia, 1723.

[53]

  • A la Saint-Jean
  • Seme les navets
  • Gar il est temps.
  • Haute Bretagne, £
  • E le Saint Bernebe
  • Soume tos neves;
  • Si te les vue pu grous
  • Soume los pu tout.
  • (A la Saint-Barnabe, seme tes navets ; si tu les i
  • plus tdt). Circoart sar Mouzoa (Lorraine), 1
  • Qui veut bon navet
  • Le seme en juillet.
  • A la Madeleine
  • La naviere pleine.
  • Bouilly (Loiret), c
  • Le semeur de navets qui a une grosse tUe en r
  • des citrouilles. Limousin, comm. i
  • Si Ton veut avoir des navels qui montent bien
  • transplanter la veille de Noel. Finisterc, con
  • A la Sainte-Anne (26 juillet), faut faire des nat
  • comme on les demande. Haute-Bre
  • Pour semer des navets il ne faut 6tre ni fier ni
  • avoir de tres gros, on doit, quand on seme, place
  • paumes des mains ou reunir bien fermes les de
  • Gerbamont (Vosges), Richard, Tradit. de la Lon
  • Gelui qui jette dans le fougeau (feu de Saint-Jea
  • recoltera les plus gros navets.
  • Arrondissement de Montmorillon (Vienne), Lal

17. Le jour de Saint-Michel on cetebrait encore, au s

  • une procession en Thonneur de ce saint. On y ]
  • la paroisse dediee sous son invocation jusqu'aux

[54]

  • chaque station on tournait l'image de lous les cdtes , et les assistants ,
  • presque tous paysans des environs, criaient a tue t£te : Saint Michel,
  • daignez jeter un regard favorable sur mes navets.
  • Schaybs, Essai sur les usages des Beiges (4834), I, 169.

18. — Tous les ans, le dimanche qui suit la Saint -Mathieu, il se fait a

  • Beuvry , pres Bethune , une procession dite : el procession a naviaux,
  • au retour de laquclle les membres de la Confrerie des Charitables
  • mangeaient autrefois, traditionnellement, un plat de navets.
  • Comm. par If. Ed. Edmokt.

19. — Devinette : Blanc coumo de neou, neou nou es, porto feilhos, mes

  • albre nou es. — Nap. ( Blanc comme neige, neige n'est pas , a des
  • feuilles , et arbre n'est pas. — Navet).
  • Hante-Garonne, P. Fagot, Folk-lore du LauraguaU.

Brassica napus. (Var. longa radice alba.)

  • navet commun long, fran$., L. B.***, Traite des jar dins, 1755, p. 257.
  • navet long blanc, navet de Vaugirard, fran$., Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. rotunda radice alba.)

  • navet rond commun, fran$., L. B.***, Traite des jardins, 1755, p. 258; Fillassier, 1791.
  • navet de Belleville, franc., Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. magna radice longiore ex albido flavescente.)

  • navet de Meaux, franc., L. B.***, Traite des jardins, 1775, p. 258; Fillassier, 1791.
  • gros navet de Brie, fran$., Fillassier, 1791.

Brassica napus. ( Var. oblonga radice minima alba.)

  • navet de Berlin, fran$., L. B.***, Traite des jardins, 1775, p. 259; Fillassier, 1791.

[55]

  • petit navet long hâtif, franç., Fillassier, 1791.
  • i navet de Leon, grot navet de Berlin, gros navel rond hdtif (une varied plus grosse), Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. rotunda radice punicea.)

  • navet rouge, (rang., L. B.**% Traite des jardins, 1755, p. 259; Fillassier, 1791.
  • navet d' Angletetre, franc., Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. oblonga radice cinerea.)

  • navel gris, franc., !•• B.**% Traite des jardins, 1755, p. 259; Fillassier, 1791.
  • navet de Lorraine, franc. , Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. parva radice rotunda, praecox.)

  • navel printanier, franc., k. B.**% Traite des jardins, 1755, p. 259; Fillassier, 1791.
  • navet d'Artois, franc., Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. rotunda lutea radice.)

  • navet jaune rond, navet de la Marche, franc., Fillassier, 1791.

Brassica napus. (Var. longa lutea radice).

  • navel jaune long, navet de Freneuse, franc., Fillassier, 1791.
  • navet freneuse, francais, Bon Jardinler, 1827, p. 183.
  • On trouvera les noms des autrcs varietes du navet dans les Annates de Flore et de Pomone, 1847, p. 235 a p. 239, at, dans le Bon Jardinier, 1.843, p. 278 et suiv., et p. 397 et suiv.

[56]

Brassica napus. (Var. sylvestris) — LA NAVETTE.

1. — NOMS.

  • i rapa sylvestris, nomenclat. latine mOderne.
  • , f., Bretagne. — Poitou. — Berry. — Normandie.
  • n., Normandie, Mem. de la Soc. d'agricult. de Rouen, 1763, p. 160.
  • , f., francais.
  • , f., Haute-Sadne, rec. p.
  • f., languedocien, Duboul.
  • , f.. navette dauphinoise, f., francais.
  • , f., Montbeliard, Contejean, Glossaire*
  • , m. pi., Vallorbes (Suisse), Vallotton, Esquisse, 1875.
  • >, f., Loiret, comm. par M. L. Malon.
  • )n, m., Ouville (Manche), rec. pers.
  • ne, ravhwne, rapaccione, rapaccio, napo salvatico, ital.
  • i, g&iois, Casaccia, Di%. genov.
  • m, milanais, Banfi, Vocab.
  • restiy Sardaigne, Porru, Dfa.
  • nabilla, espagnol, Colmeiro, Die.
  • iibsaty riibsamen, riibsen } allemand, Nemnich.
  • Itmark, Dajweil.
  • \apen, graveelzaad, flamand, De Gorter.
  • id, neerlandais. [A. de C. J
  • ibschj Suisse allemande, Stalder.
  • i, Luxembourg, Koltz, Flore.
  • , polonais, Erndtelius, Warsavia, 1730.
  • Pour que la navette vienne bien , il ne faut pas qu'ellc couche au
  • Franche-Comte, Perron, Prov., p. 45.

3. — Quand tu vois la fauvette

  • Sarcle la navette.
  • Idem, p. 46.
  • A leur arrivee au logis,on verse sur les nouveaux maries une veritable
  • i navette. Cette graine ronde symbolise les souhaits d'une nombreuse
  • & male par opposition a l'avoine ou au ble, graine longue, qui est
  • ision grivoise a la posterite femelle et qu'on y mele parfois.
  • Lozy (Nifcvre), Mem. de la Soc. academ. nivemaise, 1886, p. 101,

[57]

Brassica cretica. (Lamarck).

  • Vypea pifavoq , gr. anc, Theophr. (selon Fraas).
  • 'aypiaAayava , gr. m., Heldreich.
  • x/3«/x7royT<xava, gr. de Crete, Heldreich.
  • tmapokiyronov , gr. m., Sib thorp.
  • jxwpoAayavov , gr. m., FRAAS.
  • /xaxpoAayavov, gr. m., Tchihatcheff, i4ste mineure.
  • grabid, alfcanais, Heldreich.

Brassica napus. (L.) Var. oleifera. — LE COLZA.

  • coltat ( l ), m. (la semence), anc. fran$. de la Flandre, Tarif des droits sur les marchandises, juin 1671.
  • colsat, m., anc. fr., Arrit du Conseil d'Etat du roi, du 2 mat 1696, concernant la levee des dimes de colsats et autres grains en Flandres .
  • coItmI (prononcez colzatt), m., sud-ouest du Languedoc, Duboul.
  • cohac, m., Vosges, Haillant.
  • colza, rn., francais.
  • couIm, m., Montaigu-le-Blin (Allier), c. par M. Fr. Duchon de la Jarousse.
  • colota, m., Vosges, Haillant.
  • golza, m., Ardennes, c. par M. Goffart. — Chiny (Belgique), Feller,
  • gohd, m., wallon, Feller.
  • golzo, m., Spa, Lezaack.
  • conri%a y m., Doubs, Haillant.
  • corcia, m., Yonne, Jossier. — Loiret, c. par L. Malon.
  • croi%a (la varied non cultivee), m„ Forez, A. Legrand.
  • cossa, m., francais du XVI1I« siecle, Sayary, 1741. — normand, Delboulle.
  • coza, m., Manche, Joret.
  • cosso, m., Pas-de-Calais, c. par M. Ed. Edmont. — Warloy-Baillon (Sommc),
  • c. par M. H. Carnoy; (d'ou cossinet = paille de colza, dans la Somme,
  • suivant Jouancodx.)
  • cossar, m., normand, Joret. — Envir. de Bolbec (Seine-Inferieure), rec. p.
  • cozar, m., Calvados, Joret.
  • gouta, ra., Vermandois, Jouancoux.

(l) Du hollandais koolzaad, m. a m. semence de chou. Ainsi nommé, probablement à cause que la graine seule de ce chou est utile. Grandgagnage, sub verbo colza.

[58]

  • go%d, m., ltegeois, Forir.
  • coc%a, m., Bessin, Joret.
  • cossoun, m., (la var. non cult.), Oise, Graves, 1857.
  • grain, m., canton d'Isle-Jourdain (Vienne), Lalanne.
  • caoulet sa\batje> m., (la var. nnn cult.), Toulouse, Tournon.
  • rabette, f., normand, Joret.
  • rabe, m., Maillezais (Vendee), c. par M. Ph. Telot.
  • navelette, f., Charente-Inferieure, c. par M. £. Lemarie.
  • nev'lottes, f. pi., Vosges* Haillant.
  • recappe-malade ( 1 ), m., Dieppe, Feret, Notice sur Dieppe, p. 117.
  • rapa salvatica, italien, Targioni.
  • rapaccini, (la var. non cultivee), italien, Targioni.
  • ravizzioni, m. pi., ital., G. Trinci, L'aqricollore sperimentato, Venezia, 1805, t. II, p. 143.
  • raviscion % ravizwn, milanais, Banfi.
  • raviwn, Trevise, Saccardo.
  • rata%%m> Verone, Pollini.
  • raviizon, ravi%%e, utli y Frioul, Pirona.
  • colsat, Brescia, Melchiori ; Zersi. — Piemoat, Coll a.
  • coltdt, Trevise, Saccardo. — Piemontais, Colla.
  • coIm, Parme, Malaspina.
  • corner, Brescia, Zersi.
  • cauli arestiy napu areste (la varieté non cultivée), Sardaigne du Sud, Moris, Fl. sard,
  • nabina, espagnol.
  • rapitca, rachitca, roumain, Brandza, Limba botanica.
  • raps, reps, kohlreps, allemand,
  • kol, kolsa, kohom, fresche kol(= brass, nap. oleif. annua), sumer kol
  • (= brass, nap. oleif. biennis), Luxembourg, J. Weber.
  • ribsdm, Luxembourg, G angler.
  • repssoma, olsoma, canton de Saint-Gall, Wartmann.
  • kohUeiuat, Suisse allemande, Stalder.
  • koohaad, neerlandais. [A. de C.]
  • sloor ( 2 ), sloorplant (laplante), doorzaad (la graine), flamand, c. parM. A.
  • de Cock. [Le mot sloor en se retrouve dans Dodonaeus].

(1) Ce nom est donne plaisamment au colza par les cultivateurs, parce qu'il compense par la vente celle des M6smanqu6s).

(2) Sloor signifie aussi femme miserable, pauyre, ou encore une salope, une femme de mauvaise vie. De la la coutume populaire flamande de placer, la premiere nuit da mois de

[59]

  • averuische, havruische, flam and, De Bo, Idiot. [A. de C]
  • kolMy breton de Treguier. [E. E.]
  • fepka, tcheque.
  • raps, svyripa, souripyt%ia, petit russien. [Th. V.].
  • seldjcm, arabe et turc, Barbier de Meynard.

Brassica rapa. (L.) Var. rapifera. - LA RAVE

1. — NOMS DE LA PLANTE.

  • yoyyuAvj, grec ancien, Diosgoride.
  • yoyyuAe, grec mod., Portius, 1635.
  • yoTp^ec, grec mod., (Euvres posthumes de Cor at, publ.
  • 'poLjnjq, grec ancien, Theophraste.
  • 'piyvq, grec des bas temps.
  • e pe'6e?, grec mod., Fraas, Synopsis.
  • 'joai&as (^), grec mod., Heldreich, Nutzpfl.
  • ghonghylia, grec mod. de Gandie, Raulin, Descr. de Vile
  • rapa, latin.
  • napicium, rapia, latin du moyen age, Mow at, Alphita.
  • rappa, rapum, rapulum, napa, lat. du moyen age, Diefei
  • rabe, f., rave de Limosin, f., rave ronde de Limosi
  • Ch. Estienne, Diction. 1561.
  • naveau rond, m., anc. fr., Comenius, Janua linguarum,
  • rond naveau, m., anc. franc., Duez, Diet. fr. ital, 1678.
  • naveau blanc des jardins t m., anc. fr., Linocier, Hist, d
  • naveUy m., Thieulain (Hainaut), c. par M. Ed. Edmont.
  • rave, f , grosse rave y f., frangais.
  • raba, f., Champsaur ( Hautes-Alpes ) Soc. d' Etudes des 1 p. 230. — dauphinois, Moutier. — Limousin, Lai
  • rabo, f., provencal. — limousin. — languedocien.
  • rabe t f., Issoire (Puy-de-Dflme) c. par feu J. Barere.
  • robe, f., Libourne (Gironde), c. parM. L. Durand-Degra]
  • rabi, m., Limousin, UAnnada limousina. Annuari per 18
  • le mot rabi sert a designer sp6cialement les feu de la rave servant a engraisser les bestiaux.)
  • rape, f., navio, m., Saint-Pol (Pas-de-Calais), c. par M.
  • mai, une plante de colza devant la porte d'one jeune fille enceinte ou [A. de C]

[60]

  • rope, f., Plancher-les-Mines (Haute-Satme), Poulet, Voc.
  • raft, f., Valenciennes, Hecart.— Lacres(Pas-de-Cal.),c. par M.B. de Kerherve.
  • raffle, f., wallon du xv« siecle, J. Camus, Manuscr. namur.
  • rava, f., Aime (Savoie), c. par M. Marjollet. — Albertville (Savoie), Bracket*
  • rova, f., Coligny (Ain), Cledat, Pat. de Col., 1887.
  • rive, f., Ineuil (Cher), rec. pers. — Bourg (Haute-Marne), rec. pers. —
  • Clerval (Doubs), rec. pers.
  • caoUlet-rabe, m., Aude, c. par M. P. Calmet.
  • caoulet-rabo, m., Herault, Barthes, Gloss, hot.
  • rats, f., francais du xm e siecle, Etudes rorn. dediees a G. Paris, 1891, p. 266.
  • rdyie, f., rey'ie, f., roy'ie, f., Vosges, Haillant, Flore pop. des Vosges.
  • arraba, f., Arrens (Hautes-Pyr.), c. par M. M. Camelat.
  • arraboj., Gers, c. par M. H. Daignestous. — Barbaste (Lot-et-Gar.), c. par M. L. Dardy. — Argeles (Hautes-Pyr.), c. par M. P. Tarissan.
  • arrabe, f., bearnais, Lespy. — Landes, c. par M. F. Arnaudin.
  • ramuca, f., argot de Monlmorin (Hautes-Alpes), Societe d'etudes des Hautes-Alpes, 1883, p. 233.
  • remoulasse, f., Godarville (Hainaut), c. par M. Ed. Edmont.
  • djoutte, f. Mesvin (Hainaut), c. par M. Ed. Edmont.
  • vera, m., jargon de Xertigny (Vosges), rec. pers.
  • rapa, italien. — - napolitain, Gusumpaur.
  • rava, piemontais. — milanais. — genois. — Sardaigne, Moris.
  • reva, vallee de Bergell (Grisons), Zeitsch, f. rom. Philol., VIII, 63. — -
  • romagnol, Morri
  • rava, Forli, Pergoli, Canti pop. rom., 1894, p. 219.
  • ravo, m., Padoue, Patriarchi.
  • rav, Frioul, Pirona.
  • cato%>%a, napolitain, Gusumpaur.
  • raa, Brescia, Melchiori.
  • ref, m. Gardena (Tyrol italien), Vinathey, Groden, 1864.
  • forela, argot de Val Soana (Piemont), Nigra, Fonelica, 1874.
  • rabano, naba, nabo, nabo redondo, espagnol.
  • nabo gallego, esp., Mem. de la Acad, de ciencias de Madrid, 1850, p. 52.
  • brojba, broshba, roumain, Cihac, Diet, daco-roman.
  • napj, roumain de Transylvanie, Fusz, Trivialnamen, 1848.
  • rube, weisse rube, allemand.
  • rdbe, Suisse allem., Stalder.
  • raba, allem. des Alpes venitiennes, Schmeller.
  • rip, Luxembourg, J. Weber.
  • roiwe, Goettingue, Schambach.
  • rotv, rob'n au pluriel, Altmark, Danner.

[61

  • rane, f., Ebingen im Wt., Schmid.
  • roubm, Eger (Boheme), Nf.ubauer.
  • bruk, wrukes Prusse, Frischbier, Pr. W.
  • halmruabn, weiste ruabn, Basse- Autriche, Hofer, Volksnamen.
  • bassl, f., Passeir (Tyrol), Frommann, Die d. Mundart., Ill, p. 70.
  • suess rdba, fasa-raba , schieba-rdba , %apfa-raba, wasser-raba, canton de Saint-Gall, Wartmann, Beitr.
  • repen, allem. de Transylvanie, Fusz, Trivialn.
  • knollen, rapen, flamand.
  • knolles, turnip (= terrae napus), anglais.
  • neip, irlandais, Cameron. [H. G.]
  • neup, gaelique ecossais, Cameron. [H. G.]
  • erfinen, meipen, gallois, Hugh Da vies. [H. G.].
  • rabesen, breton, P. Gregoire. [E. E.]
  • rabezenn, f., breton, Troude. [E. E.]
  • rifortt, m., breton de Vannes, Dict. de PA. [E. E.].
  • ripa, petit russien, c. par M. Th. Volkov.
  • riepa, russe, Schmalh. [Th. V.]
  • r%epa, polonais.
  • riepa, tcheque, Palkowitsch.
  • hadrik, wende, Schulenburg.
  • arbi, basque.
  • repa y magyar.
  • selgam, arabe egypt., Ascherson.
  • salgam, persan du XIV e siecle, Klaproth, Voc. latin, person et coman.
  • salghan, samuc, turc coman du xiv e s., Klaproth, Idem,
  • lift, Alep, Russell, Nat. hist., — arabe egypt., Ascherson.
  • baisai, chamguhr, Turkestan oriental, Shaw, Voc.
  • shelem, guerrouci (dialecte kurde), Querry dans Mem. de la Soc. de Ling.• IX, 12).
  • shelim, persan de Nayin, Idem, Idem, p. 114.
  • scielem, kurde, Garzoni, 1787.
  • tagldme, georgien, Paolini, Dittionario, 1629.
  • detkhardel, berbere, Foureau.
  • rapdni, rapagni. tsigane, Liebich.
  • guenguegh, armenien, Alishan. [Er. L.].
  • grtigiziz, langue inconnue du XII e siecle, dans le pays de Wiesbade. Descemet.

2. — L'ensemble des feu i lies de raves destine aux bestiaux est appele :

  • rabissa, f., Champsaur (Hautes- Alpes) , Societe d'Et. des Hautes-Alpes, 1$83, p. 230.

[62]

3. — La semence de raves est appel£e :

  • rabat, m., rabota, f., Limousin, Laborde.
  • rabette, fr. anc, Tarif des droits sur les marchandises, juin 1671.
  • ravetta, milanais, Banfi.

4. — Un champ plants de raves est appele* :

  • rapina, lat., Columelle.
  • rabiero, f., Creuse, L. Ddval, Esquisses marchoises, p. 99.
  • ravi&re, f., francais, Duez, 1664.
  • revir\ f., Clerval (Doubs), rec. pers.
  • rabina> f., Limousin, Laborde.
  • arrabd, m. t Arrens (Hautes- Pyrenees), c. par M. M. Camelat.
  • rabesecg, breton, P. Gregoire. [E. E.]

5. — Chi magna rae (rape), pissa in lieto.

  • Venise, Pasqualigo, Raccolta.

6. — Chi xe uso a la rapa, no magna pastizzo.

  • (Di chi usa con gente bassa o viziosa, che sfugge la compagnia dei buoni.)
  • Idem.

7 . — Ce mot sent sa rave. (The word is clownish or savors of the clown.)

  • Prov. fir., Cotgrave, 1650.

8. — Essere una rapa. (Se dit d'un individu propre k rien.) Nord de

  • Tltalie, comm. par M. J. Camus.

9. — « Se poou pas tirar de sang d'uno rabo. ». — On ne peut tirer du

  • sang d'une rave. Se dit des mauvais payeurs qui ne possedent rien.
  • Provencal mod., La Tour-Keyrie, Rec. de prov.
  • a Tirar ie de sang d'uno rabo. » — II tirerait du sang d'une rave, se dit
  • d'un avare. Idem.
  • Bos tira sang d' ua rabo se* noun y a ?
  • Environs de Tarbes, c. par M. Ch. du Pouey.
  • « Da una raba non li liras de sane. »
  • Nice, Tosblli, Recuei.
  • Si caverebbe prima della rapa sangue.
  • Prov. ilal., Monosinius, i604, p. 268.

[63]

  • « Dalla rapa non si puo cavar sangue. »
  • Es blanc coumo uno rabo.
  • Villefranche de Lauraguais, comm
  • « E rosso come una rapa. » — Ironia.
  • Italien, P«
  • U sang d'arraba. (Un sang de rave, un anemique.)
  • Arrens (Hautes-Pyren^es), c. par
  • « Es palmouniste coumo uno rabo. » — 11 est poitrin
  • Castres, Couzimb
  • « Pari oena raa marsa. » — Essere macilente, smunl
  • Brescia
  • « Essar de culdr dla reva. » — Essere pall id o.
  • A degoust coumo uno rabo gelado.
  • (Cela a du gout corame une rave gelee).
  • Location da Qaercy, c. p;
  • Comparez la phrase suivante :
  • « Le docteur laissa retomber le bras inerte de Stanh
  • vaudrait-il saigner une feuille de chou. »
  • H. Castillb, Hist, d'u

10. — En flamand le mot knol est un terme de

  • 1° haridelle, rosse, 2° niais, nigaud. [A. de C]

11. — Se briser comme une rave, (c.-a-d. facilement.

  • « L*huis tombe a bas et ses entraves
  • Se brisent net comme des raves. >:
  • L. Richer, L'0\
  • On vous Fy coupaitle cou comme une rave...
  • Le Diseur de veritis

12. — Crescercome la rapa (croitre comme la rave, en

  • plus grand.) Loc. ital., Duez, Du
  • Robou = personne grosse et petite en meme temps.
  • Corrt

[64]

  • Rabot, m., rabotte, f. = homme, femme de petite taille. Suisse romande, Gallet, Glots. vaud.
  • Le mot franca is (probablement d'origine dialeclale) nabot (diminutif de napus = navet, rave) a le meme sens.
  • Rabou, m., = petite rave et aussi homme court et gros. — Rabounada, = femme courte et grosse. — Rabounar, se developper, crottre; se dit d'une jeune ft He dont la gorge se deWeloppe. Limousin, Laborde.
  • Comparez : -Ravanello venuto per Vasciuto, (radis pousse pendant la se'cheresse, se dit d'un avorton). Loc. ital., Duez, Di%. it. fr. 4678,
  • Comparez encore : « L'e on bel pezzo de donna, l'e dell* altezza dei cavoli fiori , de spargi , e simili. » Plaisanterie a propos d'une femme de petite taille. Generici brighelleschi, Milano. 1859, p. 16.
  • Voyez aussi ci-dessus, p. 52.

13. — C'est marche comme de raves. (Ou comme de la paille; c.-A-d. c'est

  • grand marche*.) Die. portatif des proverbes, (18* Steele).
  • Sempi come ona rava = niais, sot. — Vess ona rava, 6tre un sot.
  • Milanait, Banfi.

14. — rava ! (terme de refus ou de mepris.)

  • Albertville (Savoie), Brachbt^ Diet. sav.
  • (Comparez la locut. : des navets!)
  • Rave pour toi ! (interjection de mepris).
  • Canton de Vaud, Callet, Gloss, vaudois.
  • « N'avez-vous vu peter le loup, n'avez-vous vu la vogue, le dimanche des
  • brandons et cui-la des bugnes ? Voui ! Eh ben, tout ca c'est de raves a
  • flanc de ca que s'est manigance a Paris. »
  • Chignol et Gnafron (Journal), Lyon, 6 juillet 1878.
  • Nous faisons un singulier emploi du mot rave. Ex : Quelle montre de rave
  • on t'a donnee! quel beau chapeau de rave!... Tu trouves ce morceau
  • de pain trop petit? Eh bien, rave /... Tu voudrais mon canif? — Une
  • belle rave!.. » Canton de Vaud, Callet, Gloss. Vaudois.
  • dottor del rava = medicastro.
  • Milanais, Cherubim.

(1) C'est des « raves aeote*.... tout cela n'est rien en comparaison de

[65]

  • Oh verze e rav ! Esclamazione di maraviglia.
  • Milana

15. — Es damnat coumo uno rabo. (II est damne comm

  • ruption du mot arabe.) Gard, comm. par 1

16. — Mache-rave (on appelle ainsi un limousin.)

  • Gotgrave, Fren

17. — Rabun = odeur forte de la rave. Rabunar = sei

  • Limo

18. — Mettre ses rates a quelqu'un dans son panier. (Li

  • « Les prelres sont un parti politique qui crie tant qu'il
  • ons le droit de z'y repondre et de leur mettre leu
  • panier. » Humbert, LanUrne de Boquillon,

19. — Ddu konnt manRoubm-Sdmma (Riibensamen ) ew-

  • pourrait y semer des raves; se dit de quelqu'un qui
  • rieur des oreilles sale.) Eger (Bohem
  • En francais on dit dans le m6me sens : « On pourrait y

20. — Quando margo da de rabo, nem ovelha com choc

  • assamarrado. ( Se marco da de rebo , nem flea ovelha f
  • assamarrado.) Proverbe portugais, Archivio d. Trad, pap.,

21 . — A la floraison des raves, il faut aller se confesser. (C

  • est arrivee.) Corr^e, comm. par M. G

22. — En fevrie

  • Gietta li raba par 1'escalie.
  • Nice, Toselli, Recuei <

23. — la Saint-Barnabe

  • Ouagne des raivais, t'en e>6.
  • (A la Saint-Barnabe (11 juin) seme des raves, tu en aui
  • Les Fourgs (Doubs), Tissot, Les Mxurs
  • De Senta-Anna a Sen-Laur6ns
  • Arrabas en tout t£ns.
  • (De la Sainte-Anne a la Saint-Laurent, on peut semer
  • temps). Arrens (Hautes-Pyr6n6es), c. par M

[66]

  • Roundo ou loungo,
  • Caou semia l'arrabo
  • Per Sen to Regoundo.
  • Ronde ou longue, il faut semer la rave lejour de Sainte-Radegonde,c.-a-d.
  • le 13 aout).
  • Bar baste (Lot-et-Gar.) eomm. par M. 1'abbe" L. Dardt.

24. — Frauenrath und Riibensaat gerath nur alle sieben Jahre.

  • Harz, Lohrengel, Alt. Gold.
  • Frunsraot und Rowsaot
  • Gerott man alle saow'n Jaor.
  • (Conseil de femme et semence de rave, cela reussit unc fois tous les sept
  • ans.) Proverbe de l'Altmark, Danneil.

25. — Sent Jordi

  • Bota l'espija a l'ordi,
  • La flour al li,
  • La grana al rabi.
  • Limousin, L'Annada limousina, Annuari per 1895.

26. — Per Senta catarina

  • Cullis ta rabina ;
  • Si la culhisses pas
  • Te n'en repentiras.
  • (A la Sainte-Catherine, cueille ta recolte de raves ; si tu ne les cueilles
  • pas, tu t'en repentiras).
  • Bas-Limousin, J. Roux, Proverbes bas-limousins, 1883.
  • Se vuoi la rapa tonna
  • Mettela de giugno.
  • Fabriano, Marcoaldi, Guida, 1877.
  • Chi vuole il buon rapuglio
  • Lo semini di luglio.
  • (II s'agit de la rave). Prov. ittl., Monosini, 1604, p. 377.
  • Mieux vaudrait perdre sa femme que de ne pas semer de raves le jour de la
  • Saint-Jean-Baptiste.
  • Cruzy-le-Chatel (Yonne;, G. Moiset, Usages de VYonne, 1888, p. 128.

27. — Arbi erria abenduko, noc bere demborako.

  • (La rave cuite en decembre ; chaque chose en sa saison.)
  • Prov. basque, Fabre, Guide, ,1862.

[67]

  • Cado caouso 6n soun terns
  • Et la rabo 6n Aouent.
  • Env. de Tarbes (Hautes-Pyr.), c.

28. — Amara chidja rapa chi ad agustu non e r

  • che in agosto non e nata.) Calabre, La

29. — A San Simon

  • Se strappa la rava e el rav(
  • Prov. mil;

30. — Wie der Acker, so die Ruben,

  • Wie der Vater, so die Buben.

31 . — Ann6e de raves, annee de sant£.

  • Prov. de l'Ardeche,
  • Trist' a quella state
  • Che ha saggina e rape.
  • (Rapa et sagina pessimam aestatem indicant.) r
  • Prov. ital., M<
  • Haben die Ruben viel Laub, so gibt es viel Schc
  • Canton de Berne, Rothe

32. — Pour devenir bien grosses les raves d

  • quelqu'un qui a une grosse t&te. — On dit <
  • grosse t§te qu'il devrait semer des raves.
  • Bas-Qnercy, com
  • On jette des pierres dans les feux de Saint-Je
  • deviennent aussi grosses. D'ou Texpression pil
  • parce qu'on danse en meme temps autour du 1
  • Creuse, Rev. des langues
  • II seminare rape nei giorni che hanno la letters
  • un buon raccolto. Valsesia, Riv. d. trad. ;
  • 33. — Soldati del Papa
  • Otto a cavare una rapa

[68]

  • Soldati del Papa, non son buoni a paccare una rapa; ma quelli della
  • Rocca (Arcevia) ne spaccano 100 per volta.
  • Fabriano, Marcoaldi, Guida, 1877.
  • Ne l'e bon da cavare un ravo. (11 n'est pas raeme bon a arracher une
  • rave. 11 n'est bon a rien). Padone, Patriarchi.

34. — DEVINETTES.

  • Blan coum neou, neou n'6 pas ;
  • Porte houeilhe, boy n'6 pas. — Arrabe.
  • (Blanc comme neige, neige n'est pas ; porte feuilles, bois n'est pas. — La rave.)
  • Landes, comm. par U. J. de Laporterie.
  • Qu'ei petit couma iuna neira
  • Et dien treis meis
  • Go dunaiot iun co couma tuna peira.
  • (C'est petit comme une puce et dans trois mois ca donnerait un coup
  • comme une pierre. — La rave).
  • Basse Auvergne, P. Le Blanc, Devin. de la Basse Auv. § 21.
  • Bi-ra-ripfeL,
  • Ge] isch der zipfel,
  • Schwarz isch das loch,
  • Wo me der ripfel het usse broch,
  • Wo der ripfel isch dinne g'hockt,
  • Und wo mer der riraripfel chocht. — Ackerriibe.
  • Canton d'ArgOTie, Zeitschr. f. d. d. Myth. I, 145.

Brassica rapa. ( Var. rapifera rotunda radice candida compressa.)

  • navet turnep, turnep, turneps, rabioule, rave plate, grosse rave, francais.
  • rave ronde de Limosin, f., anc. fr., Morel, 1664.
  • rave du Limousin, francais, Bon jardinier, 1827, p. 146.
  • rabidouille, f., environsde Nemours (S.-et-M.), Rev. dephilol. franc, 1896, p. 28.
  • rava redonda, mil., Cherubim.
  • tellerriibe, may rube, fruhrube, allemand, Nemnich.
  • turnep, anglais.
  • knoUes, Kent, Nemnich.
  • turnup, irlandais, J. Keogh, 1735. [H. G.]

[69]

Brassica rapa. (Var. rapifera oblonga seu fœmina).

  • navet de senne, m., Bretagne, Memoires d agriculture , 1815, p. 2
  • guckelriibe, lange riiben, stoppelruben, allemand, Nemnich.

Brassica ceratophylla. (Desfontaines)

  • gherira, arabe de Biskra, Prax.

Brassica campestris. (Linné).

  • ravissun, Piemont, Coll a.
  • dill, dilkraut, Tyrol, Dalla Torre.
  • cefn, gallois, Morgan. [H. 6.].
  • selajem, arabe algerien, Foureau.

Brassica cheiranthus. (Villars).

  • hongersinef, Luxembourg allem., J. Weber.