Boerhavia erecta (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Boerhavia erecta L.


Protologue: Sp. pl. 1 : 3 (1753).
Famille: Nyctaginaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 52

Noms vernaculaires

  • Tar vine, erect spiderling (En).
  • Mkwakwara (Sw).

Origine et répartition géographique

Boerhavia erecta est originaire du Nouveau Monde mais a désormais une répartition pantropicale. On le trouve dans toutes les régions de l’Afrique tropicale avec une saison sèche marquée, de l’Afrique de l’Ouest jusqu’à la Somalie vers l’est et jusqu’à l’Afrique du Sud vers le sud. Il a récemment été introduit à la Réunion.

Usages

Boerhavia erecta a des propriétés semblables à celles de Boerhavia diffusa L., et la racine est utilisée en Inde surtout comme diurétique, mais aussi comme stomachique, cardiotonique, hépatoprotecteur, laxatif, anthelminthique, fébrifuge, expectorant et, à fortes doses, comme émétique et purgatif. En tant que diurétique, il est utile en cas de strangurie, de jaunisse, de splénomégalie, de gonorrhée et autres inflammations internes. A doses modérées, il combat avec succès l’asthme. Au Mali, on consomme une décoction de la plante entière pour soigner les problèmes gastro-intestinaux, hépatiques et de stérilité, tandis que l’on frictionne les abcès et les ulcères d’une pâte de racines pour les faire mûrir. Au Niger, on se frotte le cuir chevelu avec les cendres de la plante entière contre les infections mycosiques. Au Bénin, on consomme une décoction de la plante entière pour traiter les convulsions chez les enfants. Dans le sud du Soudan, les racines sont utilisées dans une préparation destinée à soigner le moignon du cordon ombilical récemment coupé. Le tétanos néonatal est relativement répandu dans cette région et on soupçonne la plante de véhiculer l’infection. Au Kenya, les feuilles sont écrasées dans de l’eau et l’extrait obtenu est consommé pour lutter contre la diarrhée. En Tanzanie, la cendre de la plante entière est mélangée à de l’huile et on s’en frictionne en cas de rhumatisme et de gale. Les racines séchées sont réduites en poudre et mélangées à la bière locale comme aphrodisiaque. On exprime le jus des feuilles et on l’instille dans l’œil pour soigner la conjonctivite.

En Afrique de l’Ouest et de l’Est, les feuilles sont parfois consommées comme légume ou employées dans la préparation de sauces. Au Sahel, le bétail pâture la plante avant que les inflorescences ne soient développées. A ce stade, on peut aussi en faire de l’ensilage. Au Bénin, on a trouvé que les lapins appréciaient énormément Boerhavia erecta.

Production et commerce international

Boerhavia erecta est employé au niveau local, sauf en Inde où les racines en particulier entrent dans la fabrication de produits médicinaux courants.

Propriétés

Bien que Boerhavia erecta ait des utilisations médicinales courantes dans toute son aire de répartition, les données sur ses propriétés sont rares. Passant pour avoir des usages médicinaux semblables à ceux de Boerhavia diffusa, il est probable qu’il contienne des composés similaires tels que la punarnavine (un alcaloïde). L’extrait à l’éthanol des parties aériennes a montré un effet larvicide puissant sur la tique Boophilus microplus.

Description

Plante herbacée annuelle à vivace de courte durée, atteignant 1 m de haut, parfois à racine pivotante épaisse ; tige ramifiée essentiellement à partir de la base, ascendante à érigée, charnue, verte, souvent lavée de rouge, parties inférieures finement poilues, parties supérieures glabres, nœuds renflés. Feuilles opposées, simples, plus ou moins égales ; stipules absentes ; pétiole de 1–3,5(–4) cm de long ; limbe largement lancéolé à ovale, de 2,5–4,5(–8) cm × 1,5–2,5 (–6,5) cm, base arrondie à tronquée, apex arrondi à aigu, bords sinués, vert clair à blanchâtre dessous, quelquefois à glandes marginales rouges. Inflorescence : ombelle axillaire, petite, souvent serrée, à (1–)4–5(–6) fleurs, plusieurs ombelles rassemblées en une panicule diffuse atteignant 30 cm × 20 cm, paraissant terminale par réduction des feuilles, s’allongeant après le début de la floraison ; bractées et bractéoles petites, caduques. Fleurs bisexuées, régulières ; pédicelle de 1–3 mm de long ; périanthe tubuleux-campanulé, se rétrécissant nettement au milieu, partie inférieure obconique, enserrant l’ovaire, à 5 côtes, verte, partie supérieure 5-lobée, de 1–1,5 mm × 2 mm, lobes émarginés, blancs à rose clair ou tachetés de rouge, tombant rapidement ; étamines 2(–3), légèrement exsertes ; ovaire supère, apparemment infère, 1-loculaire, style légèrement exsert, stigmate capité. Fruit : akène enserré par la partie inférieure épaissie du périanthe (l’ensemble étant appelé anthocarpe) ; anthocarpe obconique ou en massue, de 3–4 mm × 1,5–2 mm, apex tronqué, à 5 côtes nettes et glabres, à 1 graine. Graines obovoïdes, marron clair. Plantule à germination épigée ; hypocotyle bien développé, brièvement poilu ; cotylédons arrondis, à nervure médiane marquée ; premières feuilles alternes, brièvement poilues, violacées dessous.

Autres données botaniques

Le genre Boerhavia comprend 5–20 espèces suivant le concept d’espèce retenu, et inclut plusieurs adventices pantropicales variables dont l’histoire de la nomenclature est complexe. Boerhavia erecta est multiplié par graines. L’enveloppe muqueuse de l’anthocarpe laisse apparaître un net renflement visqueux à maturité, qui lui permet de s’accrocher aux mammifères et aux oiseaux et de se disperser au loin. On trouve Boerhavia erecta en fleurs et en fruits d’un bout à l’autre de l’année, lorsqu’il y a suffisamment d’eau. En conditions favorables, la floraison débute 2 semaines après la germination et les premières graines mûrissent 2 semaines plus tard. Une plante bien développée peut donner 20 000 – 30 000 graines par an.

Ecologie

On trouve Boerhavia erecta en brousse ouverte, sur des terrains vagues, sur des terres agricoles et en bordure de routes, jusqu’à 1500(–2500) m d’altitude, généralement sur des sols sablonneux ou rocailleux. Il préfère les endroits ensoleillés et un climat saisonnier avec une saison sèche marquée.

Gestion

Boerhavia erecta pousse bien sur des terres arables irriguées. C’est une adventice commune de plusieurs cultures annuelles et pérennes, mais qui cause peu de dégâts. On en vient aisément à bout grâce à des herbicides chimiques et à plusieurs passages au cultivateur mécanique. Les parties récoltées de Boerhavia erecta sont souvent utilisées fraîches, sauf les racines que l’on peut mettre à sécher au soleil en vue d’un usage ultérieur.

Ressources génétiques

Boerhavia erecta a une aire de répartition très étendue et on le rencontre en milieu perturbé, raison pour laquelle il n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Boerhavia erecta a une large palette d’usages médicinaux semblables à ceux de son parent mieux connu Boerhavia diffusa, mais il y a lieu de mener des recherches afin de mettre en lumière ses propriétés pharmacologiques de même que les composés responsables de ses activités.

Références principales

  • Adjanohoun, E.J., Aké Assi, L., Floret, J.J., Guinko, S., Koumaré, M., Ahyi, M.R.A. & Raynal, J., 1979. Médecine traditionelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Mali. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 291 pp.
  • Berhaut, J., 1979. Flore illustrée du Sénégal. Dicotylédones. Volume 6. Linacées à Nymphéacées. Gouvernement du Sénégal, Ministère du Développement Rural et de l’Hydraulique, Direction des Eaux et Forêts, Dakar, Senegal. 636 pp.
  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • Gilbert, M.G., 2000. Nyctaginaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 1. Magnoliaceae to Flacourtiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 264–273.
  • Slamet Sutanti Budi Rahayu, 2001. Boerhavia L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 111–116.

Autres références

  • Adehan, R., Kpodekon, M., Houenon, J., Ossenti, T.B. & Lebas, F., 1994. Comparative study of palatability of twenty three forages used in rabbit breeding: first results. Cahiers Options Méditerranéennes 8: 125–129.
  • Adjanohoun, E.J., Adjakidjè, V., Ahyi, M.R.A., Aké Assi, L., Akoègninou, A., d’Almeida, J., Apovo, F., Boukef, K., Chadare, M., Cusset, G., Dramane, K., Eyme, J., Gassita, J.N., Gbaguidi, N., Goudote, E., Guinko, S., Houngnon, P., Lo, I., Keita, A., Kiniffo, H.V., Kone-Bamba, D., Musampa Nseyya, A., Saadou, M., Sodogandji, T., De Souza, S., Tchabi, A., Zinsou Dossa, C. & Zohoun, T., 1989. Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Bénin. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 895 pp.
  • Adjanohoun, E.J., Ahyi, M.R.A., Aké Assi, L., Dan Dicko, L., Daouda, H., Delmas, M., de Souza, S., Garba, M., Guinko, S., Kayonga, A., N'Golo, D., Raynal, J. & Saadou, M., 1985. Médecine traditionnelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques au Niger. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 250 pp.
  • Edeoga, H.O. & Ikem, C.I., 2002. Tannins, saponins and calcium oxalate crystals from Nigerian species of Boerhavia L. (Nyctaginaceae). South African Journal of Botany 68: 386–388.
  • Geissler, P.W., Harris, S.A., Prince, R.J., Olsen, A., Achieng’ Odhiambo, R., Oketch-Rabah, H., Madiega, P.A., Andersen, A. & Mølgaard, P., 2002. Medicinal plants used by Luo mothers and children in Bondo district, Kenya. Journal of Ethnopharmacology 83: 39–54.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Noba, K. & Ba, A.T., 1992. Réexamen de la systématique de 3 espèces du genre Boerhavia L. (Nyctaginaceae). Webbia 46(2): 327–339.
  • Stintzing, F.C., Kammerer, D., Schieber, A., Adama, H., Nacoulma, O.G. & Carle, R., 2004. Betacyanins and phenolic compounds from Amaranthus spinosus L. and Boerhavia erecta L. Zeitschrift für Naturforschung - Section C, Biosciences 59(1–2): 1–8.
  • Thulin, M., 1993. Nyctaginaceae. In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 1. Pteridophyta; Gymnospermae; Angiospermae (Annonaceae-Fabaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 168–175.
  • Whitehouse, C., 1996. Nyctaginaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 20 pp.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2006. Boerhavia erecta L. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 19 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.