Bauhinia kalantha (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Bauhinia kalantha Harms


Protologue: Bot. Jahrb. Syst. 28: 398 (1900).
Famille: Caesalpiniaceae (Leguminosae - Caesalpinioideae)

Noms vernaculaires

  • Mchekwa (Sw).

Origine et répartition géographique

Bauhinia kalantha est endémique de la Tanzanie, où il est limité aux régions de Dodoma, de Morogoro et d’Iringa.

Usages

Dans les environs de Dodoma (Tanzanie), on fait cuire à l’eau des tranches de racines de Bauhinia kalantha avec du poulet et on les consomme en traitement de la schistosomose. Les jeunes feuilles tendres se cuisent seules ou avec d’autres feuilles comme légume. Bauhinia kalantha produit un bois de feu de bonne qualité et un colorant utilisé en vannerie. On fait des cordes avec la fibre de l’écorce.

Propriétés

Aucun composé actif n’a été signalé chez Bauhinia kalantha, mais d’autres espèces de Bauhinia sont connues pour contenir des glucosides de flavones et de flavonols.

Description

Arbuste atteignant 3 m de haut, glabre, sauf ses étamines et son ovaire. Feuilles alternes, simples ; limbe de 1–4,5 cm × 1,5–4 cm, profondément 2-lobé sur un cinquième à partir de la base, lobes arrondis à l’apex. Fleurs solitaires, bisexuées, presque régulières, 5-mères ; hypanthium de 3–4 mm de long ; sépales étroitement ovales à lancéolés, de 13–17 mm de long ; pétales obovales, de 2,5–3,5 cm × 1–2 cm, jaunes ; étamines 10, toutes fertiles, poilues ; ovaire supère, poilu, stigmate d’environ 3 mm de diamètre. Fruit : gousse oblongue d’environ 1,5 cm de large, ligneuse, déhiscente, contenant peu de graines. Graines de 7–8 mm × 6–7 mm, brun foncé.

Autres données botaniques

Bauhinia est un genre tropical répandu comptant environ 250 espèces.

Bauhinia urbaniana

Bauhinia urbaniana Schinz est également utilisé en médecine traditionnelle. Il est limité aux sables du Kalahari en Zambie, Angola, Namibie et au Botswana, dans les savanes boisées à environ 1000 m d’altitude. En Namibie, on fait cuire les racines fraîches à l’eau et la décoction se prend comme tonique pour les adultes souffrant de maladies graves de toutes natures. Les racines séchées et réduites en poudre sont mélangées à de la vaseline et on frictionne les bébés de ce mélange pour les protéger de la maladie.

Ecologie

Bauhinia kalantha est présent dans la forêt claire et les fourrés décidus, souvent sur sols pierreux, à 600–1000 m d’altitude.

Gestion

Quels que soient les usages, la matière végétale ne se récolte que dans la nature. Les feuilles comestibles sont récoltées de novembre à avril.

Ressources génétiques

En dépit de sa répartition limitée, il semble que Bauhinia kalantha soit commun dans son aire.

Perspectives

Les propriétés chimiques et pharmacologiques de Bauhinia kalantha n’ont pas été analysées, et par conséquent il n’est pas possible de porter de jugement sur sa valeur comme plante médicinale ou comme légume.

Références principales

  • Brenan, J.P.M., 1967. Leguminosae, subfamily Caesalpinioideae. In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 230 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.

Autres références

  • Blomley, T. & Mbogo, N., 1992. Use and management of indigenous trees and plants by the people of Tharaka, Meru. ICRAF, Nairobi, Kenya. 33 pp.
  • Brummitt, R.K., Chikuni, A.C., Lock, J.M. & Polhill, R.M., 2007. Leguminosae, subfamily Caesalpinioideae. In: Timberlake, J.R., Pope, G.V., Polhill, R.M. & Martins, E.S. (Editors). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 2. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 218 pp.
  • Dale, I.R. & Greenway, P.J., 1961. Kenya trees and shrubs. Buchanan’s Kenya Estates Limited, Nairobi, Kenya. 654 pp.
  • Leger, S., 1997. The hidden gifts of nature: A description of today’s use of plants in West Bushmanland (Namibia). [Internet] DED, German Development Service, Windhoek, Namibia & Berlin, Germany. http://www.sigridleger.de/book/. April 2003.
  • Vihan, V.S., Kumar, A. & Arora, N., 2007. In vitro larvicidal activity of various ethnomedicinal plants extract on Haemonchus contortus. Indian Journal of Animal Sciences 77: 1219–1223

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2008. Bauhinia kalantha Harms. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 3 mars 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.