Barringtonia racemosa (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Céréale / légume sec Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, ramille en fleurs; 2, jeune infrutescence; 3, ovaire et style; 4, fruit
Source PROSEA
port de l’arbre
inflorescence (Kazuo Yamasaki)
détail de l’arbre en fleurs (Kazuo Yamasaki)
corolles et anthères tombées par terre

Barringtonia racemosa (L.) Spreng.


Protologue: Syst. veg. 3 : 127 (1826).
Famille: Lecythidaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 52

Noms vernaculaires

  • Barringtonia, bonnet d’évêque, manondro (Fr).
  • Barringtonia, brack-water mangrove, freshwater mangrove, fish-poison tree, powder-puff tree (En).
  • Massinhana (Po).
  • Mtomondo (Sw).

Origine et répartition géographique

Barringtonia racemosa se rencontre dans les zones côtières d’Afrique orientale depuis la Somalie jusqu’à l’Afrique du Sud, et en passant par Madagascar et les autres îles de l’océan Indien, jusqu’à l’Asie tropicale, à la Micronésie, à la Polynésie et au nord de l’Australie.

Usages

L’écorce des tiges et des racines de Barringtonia racemosa a une teneur élevée en tanin et est utilisée localement pour le tannage. On n’a pas signalé son emploi comme teinture, mais le type de tanins présents dans l’écorce est largement utilisé dans le monde entier pour teindre les fibres végétales dans des tons de brun roux ainsi que de gris et de noir avec des mordants ferriques.

L’écorce est utilisée comme source de fibres, par ex. pour faire des liens. L’écorce réduite en poudre et toutes autres parties de la plante ont été largement employées comme poison pour la pêche, et des extraits se sont montrés efficaces comme insecticides, par ex. contre les pucerons des agrumes. Les jeunes feuilles, après trempage dans de l’eau de chaux pour éliminer l’amertume, sont consommées comme légume, et les graines pilées fournissent une farine alimentaire. Le bois fournit un bon combustible, mais on l’utilise également pour le placage et le contreplaqué, pour des constructions légères et temporaires, et comme bois à pâte. Des extraits ou des préparations des fruits sont employés comme médicament contre le paludisme, la toux, l’asthme, la jaunisse, les maux de tête, les inflammations oculaires, la diarrhée et les plaies, et on emploie une décoction d’écorce en application externe pour soigner les rhumatismes. En Afrique orientale, on emploie une décoction de racines comme fébrifuge. En Malaisie, les feuilles sont employées pour traiter l’hypertension artérielle et comme dépuratif. Barringtonia racemosa est un bel arbre ornemental, qui pousse aisément et rapidement.

Production et commerce international

L’écorce et le bois de Barringtonia racemosa ne sont utilisés que localement, et ne font pas l’objet d’un commerce international. Dans le commerce local, en revanche, le bois est vendu en lots mélangés de bois de feuillus légers ou mi-lourds, bien que la proportion de Barringtonia racemosa soit probablement faible. Dans le Sud-Est asiatique, “putat” est le nom commercial du bois des espèces de Barringtonia et de Planchonia.

Propriétés

On a très peu de données sur la teneur en tanin et sur les caractéristiques tannantes, mais on a estimé la teneur totale en tanins de l’écorce à 18%. Ces tanins appartiennent au groupe des proanthocyanidines condensées, donnant un cuir rougeâtre. A partir de ce type de tanins et dans une solution légèrement basique, il se forme des phlobatanins, qui sont une bonne source de teintures brun rougeâtre. Le rendement en saponines pures à partir des fruits mûrs séchés est d’environ 13%, et le rendement en sapogénine de 4%. Dans les racines de Barringtonia racemosa sont aussi présents des triterpènes tels que barrigénols, et des diterpénoïdes néo-clérodane (nasimaluns A, B). Des extraits à l’éthanol des feuilles ont montré une cytotoxicité contre des lignées de cellules cancéreuses cervicales humaines à une valeur CD50 de 10–30 μg/ml. L’administration intrapéritonéale journalière d’extrait méthanolique de graines à des souris a montré un effet cytotoxique contre des cellules ascitiques de lymphome de Dalton, sans toxicité jusqu’à une dose de 12 mg/kg ; une administration orale n’a montré qu’une activité marginale. Des extraits aqueux d’écorce ont montré des effets antinociceptifs chez des rats, sans produire d’effets secondaires ou de toxicité.

Description

  • Arbre de taille petite à moyenne atteignant 20(–27) m de hauteur ; fût atteignant 50 cm de diamètre, parfois pourvu de contreforts ; écorce lisse ou fissurée, grise ou jaune ; pneumatophores parfois présents.
  • Feuilles alternes, groupées à l’extrémité des rameaux, simples ; stipules très petites, caduques ; pétiole jusqu’à 1,5 cm de long, légèrement ailé ; limbe elliptique à obovale-oblong ou oblancéolé, de 5–42 cm × 2–16 cm, base cunéiforme, apex acuminé, bord entier à denté. Inflorescence : grappe axillaire, pendante, pouvant atteindre 70(–100) cm de long.
  • Fleurs bisexuées, presque régulières ; pédicelle jusqu’à 1,5(–2,5) cm de long ; calice tubulaire, fendu en (2–)3–4(–5) lobes jusqu’à 1,5 cm de long, vert, rose vif ou violet ; pétales 4, elliptiques, de 1–3 cm × 0,5–1,5 cm, adnés au tube staminal, blancs, souvent teintés de rose à l’extérieur ; étamines nombreuses, soudées à la base en un tube court, en plusieurs verticilles, de 2–5 cm de long, blanches à roses, verticille intérieur dépourvu d’anthères ; ovaire infère, globuleux, (2–)3–4(–6)-loculaire, style simple, mince, de 2–6 cm de long, stigmate petit, capité.
  • Fruit : drupe ovoïde-quadrangulaire, de 3–9 cm × 2–5,5 cm, conique à la base, tronquée à l’apex, indéhiscente, verte, souvent teintée de violet ou de rouge, généralement à une seule graine.
  • Graines ovoïdes-quadrangulaires, de 2–4 cm × 1–2,5 cm.
  • Plantule à germination hypogée ; hypocotyle restant à l’intérieur de la paroi du fruit et du tégument de la graine, massif ; cotylédons absents ou rudimentaires ; pousse portant plusieurs écailles à la base.

Autres données botaniques

Le genre Barringtonia comprend une quarantaine d’espèces. Le Sud-Est asiatique est son centre de diversité, avec 32 espèces. Deux espèces sont indigènes de l’Afrique orientale et des îles de l’océan Indien.

Barringtonia asiatica

Barringtonia asiatica (L.) Kurz (dont l’aire de répartition va de l’Afrique orientale à l’Asie tropicale, à l’Australie et aux îles du Pacifique) a des inflorescences terminales trapues, érigées, et des fruits largement pyramidaux, mesurant jusqu’à 12 cm de long et de large. Il est utilisé comme bois d’œuvre et en médecine traditionnelle.

Croissance et développement

Le mode de ramification prédominant de Barringtonia racemosa est sympodial. La floraison a lieu toute l’année, et se produit durant la nuit, la corolle s’ouvrant tôt dans la soirée et tombant le matin suivant. Environ la moitié des fleurs d’une même inflorescence éclosent simultanément. La pollinisation des fleurs odorantes se fait généralement par les chauves-souris et les insectes (surtout des papillons de nuit) qui sont également attirés par le nectar abondant. Après la chute des fleurs, les inflorescences sont souvent envahies par des fourmis attirées par le nectar. Les fruits sont flottants grâce à une épaisse couche de tissu spongieux et fibreux, et ils sont dispersés par les courants. La dispersion des graines se fait généralement par les animaux qui se nourrissent des fruits.

Ecologie

Barringtonia racemosa se rencontre dans les forêts primaires et secondaires, et est cantonné essentiellement dans les plaines inondables sur les berges de cours d’eau à marée, ou dans des stations marécageuses, parfois en arrière des mangroves ou dans leur partie amont. Le long des chenaux à marée ou dans la partie amont des mangroves, il peut former des peuplements presque purs. Il pousse bien dans des milieux légèrement salins ou sur les plages près du niveau maximum des eaux, avec une préférence pour les sols d’argile lourde, de limon ou les sols volcaniques riches, parfois jusqu’à 500(–900) m d’altitude.

Multiplication et plantation

Barringtonia racemosa peut être multiplié par graines et par boutures.

Récolte

L’écorce peut être récoltée chaque fois que nécessaire. On la récolte généralement dans la nature, et la récolte doit se faire avec grand soin afin de ne pas tuer les arbres (une partie du tronc doit être laissée intacte). Il faut laisser aux arbres récoltés un temps suffisant pour régénérer une écorce nouvelle.

Traitement après récolte

L’écorce est broyée avant d’en extraire le tanin. La méthode d’extraction la plus simple est de lessiver l’écorce broyée à plusieurs reprises avec de l’eau douce propre, chaude mais non bouillante, en veillant à ce qu’elle baigne complètement dans l’eau afin de prévenir l’oxydation. En répétant le processus de lessivage plusieurs fois avec de la nouvelle écorce, la concentration en tanin du liquide s’accroît.

Ressources génétiques

Du fait que les arbres de Barringtonia racemosa ne font pas l’objet d’une récolte commerciale de tanin ou de bois en Afrique, il y a peu de menaces sur la diversité génétique de l’espèce. On ne signale pas de Barringtonia dans les banques de semences ou de ressources génétiques.

Perspectives

En tant que source de tanin, Barringtonia racemosa ne gardera d’importance que très localement. L’écorce pourrait également servir de source de teintures solides brunes et noires pour les fibres végétales. En raison de la qualité médiocre du bois, il y a peu de chances que son importance comme bois d’œuvre s’accroisse, que ce soit par exploitation des peuplements naturels ou par plantation. Ses propriétés médicinales, insecticides et nutritives nécessitent des recherches plus poussées.

Références principales

  • Burkill, I.H., 1935. A dictionary of the economic products of the Malay Peninsula. 2 volumes. Crown Agents for the Colonies, London, United Kingdom. 2402 pp.
  • Coates Palgrave, K., 1983. Trees of southern Africa. 2nd Edition. Struik Publishers, Cape Town, South Africa. 959 pp.
  • Fernandes, A., 1978. Barringtoniaceae. In: Launert, E. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 4. Flora Zambesiaca Managing Committee, London, United Kingdom. pp. 216–219.
  • Lim, S.C., 1998. Barringtonia J.R. Forster & J.G. Forster. In: Sosef, M.S.M., Hong, L.T. & Prawirohatmodjo, S. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 5(3). Timber trees: Lesser-known timbers. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 98–102.
  • Mesfin Tadesse & Edwards, S., 1995. Lecythidaceae, incl. Barringtoniaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 2, part 2. Canellaceae to Euphorbiaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. p. 107.
  • Perrier de la Bâthie, H., 1954. Lécythidacées (Lecythidaceae). Flore de Madagascar et des Comores (plantes vasculaires), familles 147–151. Firmin-Didot et cie., Paris, France. Famille 149. 11 pp.
  • Sangai, G.R.W., 1971. Lecythidaceae. In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 6 pp.
  • Thulin, M. & Moggi, G., 1993. Lecythidaceae. In: Thulin, M. (Editor). Flora of Somalia. Volume 1. Pteridophyta; Gymnospermae; Angiospermae (Annonaceae-Fabaceae). Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 245–246.
  • Yaplito, M.A., 2001. Barringtonia J.R. Forster & J.G. Forster. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 101–107.

Autres références

  • Beentje, H.J., 1994. Kenya trees, shrubs and lianas. National Museums of Kenya, Nairobi, Kenya. 722 pp.
  • Decary, R., 1946. Plantes et animaux utiles de Madagascar. Annales du Musée Colonial de Marseille, 54e année, 6e série, 4e volume, 1er et dernier fascicule. 234 pp.
  • Deraniyagala, S.A., Ratnasooriya, W.D. & Goonasekara, C.L., 2003. Antinociceptive effect and toxocological study of the aqueous bark extract of Barringtonia racemosa on rats. Journal of Ethnopharmacology 86(1): 21–26.
  • FAO, 1984. Food and fruit-bearing forest species. 2: Examples from southeastern Asia. FAO Forestry Paper 44/2. FAO, Rome Italy. 167 pp.
  • Hasan, C.M., Khan, S., Jabbar, A. & Rashid, M.A., 2000. Nasimaluns A and B: neo-clerodane diterpenoids from Barringtonia racemosa. Journal of Natural Products 63(3): 410–411.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Palmer, E. & Pitman, N., 1972–1974. Trees of southern Africa, covering all known indigenous species in the Republic of South Africa, South-West Africa, Botswana, Lesotho and Swaziland. 3 volumes. Balkema, Cape Town, South Africa. 2235 pp.
  • Payens, J.P.D.W., 1967. A monograph of the genus Barringtonia (Lecythidaceae). Blumea 15(2): 157–263.
  • Thomas, T.J., Panikkar, B., Subramoniam, A., Nair M.K. & Panikkar, K.R., 2002. Antitumour property and toxicity of Barringtonia racemosa Roxb. seed extract in mice. Journal of Ethnopharmacology 82(2–3): 223–227.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.
  • Williams, R.O., 1949. The useful and ornamental plants in Zanzibar and Pemba. Zanzibar, Tanzania. 497 pp.

Sources de l'illustration

  • Lim, S.C., 1998. Barringtonia J.R. Forster & J.G. Forster. In: Sosef, M.S.M., Hong, L.T. & Prawirohatmodjo, S. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 5(3). Timber trees: Lesser-known timbers. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 98–102.

Auteur(s)

  • R.N. Kaume, P.O. Box 583, 90200 Kitui, Kenya

Citation correcte de cet article

Kaume, R.N., 2005. Barringtonia racemosa (L.) Spreng. In: Jansen, P.C.M. & Cardon, D. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 16 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.