Barleria opaca (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Barleria opaca (Vahl) Nees


Protologue: A.DC., Prodr. 11 : 230 (1847).
Famille: Acanthaceae

Synonymes

  • Justicia opaca Vahl (1805).

Noms vernaculaires

  • Child’s vegetable (En).

Origine et répartition géographique

Barleria opaca est présent en Afrique tropicale occidentale et centrale, de la Côte d’Ivoire au Gabon.

Usages

Les feuilles de Barleria opaca, récoltées dans la nature, sont consommées comme légume cuit, par ex. au Ghana et au Gabon. Les feuilles sont également utilisées pour soigner les hémorroïdes chez les enfants en les faisant s’accroupir dans une décoction chaude. Au Nigeria, la plante entière est utilisée pour soigner la jaunisse, le rhumatisme et la paralysie, et le jus de feuilles est appliqué contre le catarrhe.

Propriétés

La composition des feuilles fraîches de Barleria opaca est par 100 g : eau 81 g, énergie 230 kJ (55 kcal), protéines 3,6 g, lipides 0,5 g, glucides 11,7 g, fibres 2,7 g, Ca 874 mg , Mg 104 mg, P 38 mg et Zn 0,6 mg (Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968).

Description

  • Arbuste buissonnant à tiges poilues, s’enracinant parfois aux nœuds.
  • Feuilles opposées, simples ; pétiole atteignant 0,5 cm de long ; limbe elliptique, d’environ 7,5 cm × 3,5 cm, effilé aux deux extrémités, bord entier, à poils simples épars sur les deux faces.
  • Inflorescence : cyme à 1–3 fleurs, rassemblées à l’aisselle des feuilles supérieures, se terminant en une structure en épi dense à l’apex des rameaux.
  • Fleurs bisexuées, zygomorphes, atteignant 4 cm de long ; calice 4-lobé, les 2 lobes extérieurs lancéolés, de 13–17 mm de long, les 2 lobes intérieurs plus petits, courtement bifides à l’apex ; corolle campanulée, 2-labiée, blanche à bleu très pâle ; étamines 2, anthères bleues, staminodes 3 ; ovaire supère, 2-loculaire, glabre, style cylindrique, glabre, stigmates 2-lobés.
  • Fruit : capsule fuselée, comprimée, d’environ 1 cm de long, contenant 2 graines.
  • Graines discoïdes, densément couvertes de poils brunâtres hygroscopiques.

Barleria comprend environ 300 espèces réparties dans les tropiques de l’Ancien Monde, sauf une que l’on trouve en Amérique centrale. Les parties orientale et australe de l’Afrique sont les plus riches en espèces. Barleria opaca appartient à la section Fissimura.

Barleria brownii

Les feuilles de l’espèce proche Barleria brownii S.Moore sont utilisées de la même façon comme légume, par ex. au Gabon.

Ecologie

Barleria opaca est habituellement présent dans le sous-bois des forêts des basses terres.

Ressources génétiques

Barleria opaca est relativement répandu et il ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Barleria opaca restera un légume d’importance secondaire. Ses propriétés nutritionnelles et médicinales nécessitent davantage de recherche.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Busson, F., 1965. Plantes alimentaires de l’ouest Africain: étude botanique, biologique et chimique. Leconte, Marseille, France. 568 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Sillans, R., 1953. Plantes alimentaires spontanées d'Afrique centrale. Bulletin de l'Institut d'Etudes Centrafricains 5: 77–99.

Autres références

  • Aguilar, N.O., 2001. Barleria L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 98–101.
  • Balkwill, M.J. & Balkwill, K., 1996. Problems with generic delimitation and subdivision in a large genus, Barleria (Acanthaceae). In: van der Maesen, L.J.G., van der Burgt, X.M. & van Medenbach-de Rooy, J.M. (Editors). Proceedings 14th AETFAT congress, 22–27 August 1994, Wageningen, Netherlands. Kluwer Academic Publishers, Dordrecht,Netherlands. pp. 393–408.
  • Balkwill, M.-J. & Balkwill, K., 1997. Delimitation and infra-generic classification of Barleria (Acanthaceae). Kew Bulletin 52(3): 535–573.
  • Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968. Food composition table for use in Africa. FAO, Rome, Italy. 306 pp.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 22 février 2019.