Baissea multiflora (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Huile essentielle / exsudat Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Baissea multiflora A.DC.


Protologue: Prodr. 8 : 424 (1844).
Famille: Apocynaceae

Synonymes

  • Baissea laxiflora Stapf (1894).

Noms vernaculaires

  • Liane étoilée (Fr.).

Origine et répartition géographique

Baissea multiflora se rencontre depuis le Sénégal jusqu’à la Centrafrique, la R.D. du Congo et le nord de l’Angola.

Usages

Au Sénégal, les décoctions de racines et d’écorce sont largement utilisées pour traiter les coliques et les maux d’estomac sans déclencher de diarrhées, ainsi que pour traiter la stérilité féminine. La décoction de rameaux feuillés ou d’écorce est considérée comme diurétique et ingérée pour traiter les rhumatismes, l’arthrite, les problèmes de reins, les hémorroïdes, les lumbagos, les œdèmes dus à des carences, ainsi que comme stimulant contre l’état de fatigue générale. La décoction est également utilisée par voie externe en frictions ou en bains. Les racines, réduites en poudre, sont mélangées à l’eau et instillées dans les yeux pour traiter la conjonctivite ou la cataracte ou mélangées aux aliments et boissons pour traiter l’appendicite. Cette poudre de racine est également appliquée sur les morsures de serpent. Les Tendas du Sénégal administrent quelques gouttes de sève aux enfants atteints de fièvre. Les cendres sont frottées sur le dos des malades pour soulager le mal de dos. Les chasseurs tendas considèrent cette plante comme magique. En Gambie, les décoctions de rameaux feuillés sont ingérées pour traiter la diarrhée. Au nord de la Côte d’Ivoire, les racines sont prises en décoction pour traiter la toux sèche ou utilisées en lavement pour traiter la gonorrhée.

Les tiges solides sont utilisées en Sierra Leone comme matériau d’attache de toiture. En Gambie, l’écorce sert à confectionner des cordes. Cette plante contient du latex blanc, qui a été récolté par le passé au Ghana pour produire un caoutchouc de bonne qualité. Au Sénégal, le bétail en consomme les feuilles ; les tiges sont tirées au sol pour que les animaux puissent accéder aux feuilles. Baissea multiflora produit de grandes masses de petites fleurs parfumées, qui ont une valeur ornementale. Sur le site web d’un jardinier, elle est notée comme plante ornementale rare.

Propriétés

Aucune analyse chimique n’a été effectuée sur Baissea multiflora. Cette plante appartient à la sous-famille des Echitoideae, dont les représentants contiennent souvent des hétérosides cardiaques, particulièrement dans les graines et les racines. L’extrait de feuilles a montré un pouvoir molluscicide significatif contre Biomphalaria glabrata. L’extrait à l’éthanol de la racine ou de l’écorce n’a montré aucun pouvoir antibactérien, antitrypanosome ou antiplasmodique.

Description

Arbuste pouvant atteindre 6 m de haut ou liane pouvant atteindre 30 m de long, à latex blanc ; tige atteignant 12 cm de diamètre ; écorce portant de petits sillons, gris foncé ou brune ; branches lisses, brun-gris ou brun-rouge, ramilles poilues. Feuilles opposées, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole de 1–5 mm de long, poilu ; limbe ovale à oblong, de 1,5–9,5 cm × 1–4,5 cm, base cunéiforme à arrondie, apex aigu à acuminé, glabre sur les deux faces, pennatinervé à 5–10 paires de nervures latérales. Inflorescence : cyme axillaire ou terminale, lâche ou dense, pauciflore à multiflore ; pédoncule de 0,5–4,5 cm de long, poilu. Fleurs bisexuées, régulières, 5-mères, odorantes ; pédicelle de 2,5–30 mm de long ; sépales libres ou presque libres, largement ovales à oblongs, de 1–4 mm de long, apex obtus à aigu, brun-rouge ou verdâtres, portant de très petits poils ; tube de la corolle cylindrique ou en coupe, de 3–5,5 mm de long, portant de très petits poils ainsi que des touffes de poils et des écailles distinctes à l’intérieur, blanc, rose ou orange, lobes étroitement ovales ou ligulés, de 5–21 mm × 1–2 mm, apex acuminé, blancs ou jaunes, parfois rayés de rouge, variablement poilus à l’extérieur, glabres à l’intérieur ; étamines insérées près de la base du tube de la corolle, incluses, anthères presque sessiles, formant un cône au-dessus de la tête du pistil ; ovaire semi-infère, globuleux à cylindrique, constitué de 2 carpelles connés juste à la base, style de 0,5–1,5 mm de long, tête du pistil d’environ 1 mm de long. Fruit constitué de 2 follicules presque libres, étroitement cylindriques de 30–45 cm × 0,5–1 cm, pendants, poilus, contenant de nombreuses graines. Graines étroitement ellipsoïdes, comprimées latéralement, de 14–19 mm de long, noires, portant une touffe de poils de 35–50 mm de long à l’apex.

Autres données botaniques

Le genre Baissea ne se rencontre qu’en Afrique continentale et comprend 18 espèces. Chez la plupart des espèces, la pilosité des fleurs est extrêmement variable, ainsi que la taille des lobes de la corolle.

Baissea myrtifolia

Les utilisations de Baissea myrtifolia (Benth.) Pichon du Kenya et de la Tanzanie sont similaires à celles de Baissea multiflora. Au Kenya, une décoction de racines est ingérée pour traiter les maux d’estomac et les maladies des reins, la colique et la dysenterie.

Croissance et développement

En Afrique de l’Ouest, Baissea multiflora fleurit de juillet à mai et fructifie de septembre à juin. En Afrique centrale, il peut fleurir et fructifier tout au long de l’année.

Ecologie

Baissea multiflora se rencontre dans les forêts primaires et secondaires, ainsi que dans les ripisylves, à 150–1400 m d’altitude.

Récolte

L’écorce, les racines et les feuilles de Baissea multiflora sont récoltées dans la nature, en fonction des besoins.

Traitement après récolte

Les parties de la plante récoltées sont en général utilisées fraîches.

Ressources génétiques

Baissea multiflora n’étant utilisé qu’à l’échelle locale, il n’est pas susceptible d’être menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Malgré de nombreux usages en médecine locale, les propriétés chimiques et pharmacologiques de Baissea multiflora sont très peu connues. Plusieurs essais antibactériens se sont révélés négatifs, mais la plante a montré une activité molluscicide significative. De plus amples recherches seraient nécessaires pour évaluer les qualités de Baissea multiflora en tant que plante médicinale. La profusion de ses petites fleurs odorantes rend sa culture en tant que plante ornementale digne d’intérêt.

Références principales

  • Arbonnier, M., 2002. Arbres, arbustes et lianes des zones sèches d’Afrique de l’Ouest. CIRAD, MNHN, UICN. 573 pp.
  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • van Dilst, F.J.H., 1995. Baissea A.DC. Series of Revisions of Apocynaceae 39. Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique 64: 89–178.

Autres références

  • Atindehou, K.K., Schmid, C., Brun, R., Koné, M.W. & Traoré, D., 2004. Antitrypanosomal and antiplasmodial activity of medicinal plants from Côte d’Ivoire. Journal of Ethnopharmacology 90(2): 221–227.
  • Burkill, H.M., 2000. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 5, Families S–Z, Addenda. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 686 pp.
  • Duret, S. & Paris, R., 1972. Chimiotaxonomie des polyphenols des Apocynacées. Sur les flavonoides et les acides-phenols de quelques Echitoidées (appartenant aux genres Baissea, Echitella, Nerium, et Strophanthus). Plantes Médicinales et Phytothérapie 6(3): 210–215.
  • Kerharo, J. & Adam, J.G., 1974. La pharmacopée sénégalaise traditionnelle. Plantes médicinales et toxiques. Vigot & Frères, Paris, France. 1011 pp.
  • Koné, W.M., Atindehou, K.K., Terreaux, C., Hostettmann, K., Traoré, D. & Dosso, M., 2004. Traditional medicine in North Côte d'Ivoire: screening of 50 medicinal plants for antibacterial activity. Journal of Ethnopharmacology 93(1): 43–49.

Sources de l'illustration

  • van Dilst, F.J.H., 1995. Baissea A.DC. Series of Revisions of Apocynaceae 39. Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique 64: 89–178.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2006. Baissea multiflora A.DC. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 16 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.