Asystasia mysorensis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Asystasia mysorensis (Roth) T.Anderson


Protologue: Journ. Linn. Soc., Bot. 9 : 524 (1867).
Famille: Acanthaceae

Synonymes

  • Asystasia schimperi T.Anderson (1864),
  • Asystasia rostrata (Hochst. ex Nees) Solms (1867).

Origine et répartition géographique

Asystasia mysorensis est présent en Afrique centrale, orientale et australe, de l’Ethiopie et de l’Erythrée à la Namibie et à l’Afrique du Sud.

Usages

Les feuilles et les jeunes pousses d’Asystasia mysorensis, habituellement récoltées dans la nature au début de la saison des pluies, sont consommées comme légume en Tanzanie ; elles sont parfois disponibles sur les marchés locaux. Elles sont consommées cuites à l’eau, seules ou mélangées avec par ex. du niébé, des tomates, des oignons, du lait de coco, des graines pilées de telfairia (Telfairia pedata (Sm. ex Sims) Hook.) ou d’arachide, et servies en accompagnement d’un aliment de base. Asystasia mysorensis est également utile comme plante fourragère et potentiellement comme plante ornementale.

Description

  • Plante herbacée annuelle, érigée ou buissonnante, atteignant 45 cm de haut, à poils courts.
  • Feuilles opposées, simples, pétiolées ; limbe ovale à obovale, atteignant 6 cm × 2 cm, entier.
  • Inflorescence : épi terminal atteignant 5 cm de long ; bractées enfermant les fleurs, vertes, plus longues et plus larges que les sépales.
  • Fleurs bisexuées ; sépales 5, linéaires ; corolle tubulée, d’environ 1,5 cm de long, blanche avec une gorge à taches vertes, 2-lobée, lobe supérieur à son tour 2-lobé, lobe inférieur 3-lobé ; étamines 4, anthères finement mucronées à la base ; ovaire supère, 2-loculaire, poilu, style mince, stigmates 2.
  • Fruit : capsule pédonculée d’environ 2 cm de long, pubescente et portant de petites glandes, s’ouvrant à maturité par 2 valves, contenant 1–4 graines.
  • Graines anguleuses, reposant sur des rétinacles crochus.

Asystasia comprend environ 50 espèces, réparties dans les tropiques de l’Ancien Monde, la plupart en Afrique. Asystasia mysorensis est apparenté à Asystasia gangetica (L.) T.Anderson qui est plus connu, dont les feuilles sont également utilisées comme légume et comme fourrage et qui a de nombreuses propriétés médicinales.

Asystasia buettneri

Asystasia buettneri Lindau (synonymes : Asystasia calycina Benth., Asystasia dryadum S.Moore), réparti en Afrique de l’Ouest, de la Guinée au Gabon, est utilisé de la même façon comme légume au Gabon. Une décoction de ses feuilles est utilisée en médecine contre les maux de tête et les pians. Un cataplasme est appliqué contre les lésions de craw-craw (ulcères).

Ecologie

Asystasia mysorensis est présent en lisière de forêts, dans les fourrés et la végétation secondaire, ainsi que comme adventice dans les champs. Il est présent sur de nombreux types de sol jusqu’à des altitudes de 2200 m, et en Tanzanie dans des régions à pluviométrie annuelle de 1000–2100 mm.

Ressources génétiques

Asystasia mysorensis est commun dans son aire de répartition et n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Asystasia mysorensis restera un légume secondaire d’importance locale.

Références principales

  • Agnew, A.D.Q. & Agnew, S., 1994. Upland Kenya wild flowers: a flora of the ferns and herbaceous flowering plants of upland Kenya. 2nd Edition. East Africa Natural History Society, Nairobi, Kenya. 374 pp.
  • Ruffo, C.K., Birnie, A. & Tengnäs, B., 2002. Edible wild plants of Tanzania. Technical Handbook No 27. Regional Land Management Unit/ SIDA, Nairobi, Kenya. 766 pp.

Autres références

  • Meyer, P.G., 1968. Acanthaceae. Prodromus einer Flora von Südwestafrika. No 130. J. Cramer, Germany. 65 pp.
  • Sri Endreswari, 2003. Asystasia Blume. In: Lemmens, R.H.M.J. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(3). Medicinal and poisonous plants 3. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 86–88.

Auteur(s)

  • P.C.M. Jansen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 22 avril 2019.