Astragalus atropilosulus (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Légume Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Astragalus atropilosulus (Hochst.) Bunge


Protologue: Mem. Acad. Sci. St.-Petersb., Ser. 7, 15(1) : 4 (1869).
Famille: Papilionaceae (Leguminosae - Papilionoideae, Fabaceae)
Nombre de chromosomes:

Synonymes

  • Astragalus abyssinicus Steud. ex A.Rich. (1847).

Origine et répartition géographique

Astragalus atropilosulus se rencontre depuis le Soudan et l’Erythrée jusqu’au nord de l’Afrique du Sud et s’étend vers l’ouest jusqu’à l’extrême est de la R.D. du Congo. On le trouve également au Yémen et dans le sud-ouest de l’Arabie Saoudite.

Usages

Au Malawi, on consomme les feuilles cuites en légume d’accompagnement, parfois en mélange avec des feuilles de Solanum nigrum L. Au Kenya, on ajoute une décoction de racines à du lait chaud qu’on administre aux femmes souffrant de douleurs utérines après leur accouchement.

Propriétés

Une analyse phytochimique de la plante entière a révélé la présence d’alcaloïdes, de flavonoïdes, de tanins, d’huiles volatiles et de stérols/triterpènes. Un extrait à l’éthanol a provoqué une diminution des contractions du muscle cardiaque et une chute de la tension artérielle chez les lapins, une activité de blocage neuromusculaire chez les rats et les grenouilles, ainsi que de l’hypernatrémie chez les rats.

Description

  • Plante herbacée vivace, érigée.
  • Feuilles alternes, atteignant 25 cm de long, imparipennées à 11–51 folioles ; stipules larges, foliacées, entières, largement triangulaires -ovales ; rachis presque glabre, parfois pubescent ; folioles opposées, étroitement elliptiques ou lancéolées, jusqu’à 3 cm × 1,5 cm, apex obtus.
  • Inflorescence : grappe à nombreuses fleurs ; bractées linéaires, blanchâtres.
  • Fleurs bisexuées, papilionacées, 5-mères ; tube du calice de 1,5 mm de long, dents supérieures de 0,5 mm de long, dents inférieures jusqu’à 2 mm de long ; corolle violacée, blanche ou jaune, à étendard atteignant 1,3 mm de long.
  • Fruit : gousse lancéolée atteignant 4 cm × 7 mm.

Le genre Astragalus comprend environ 2000 espèces et sa répartition est principalement dans l’hémisphère nord tempéré, le plus grand nombre d’espèces se trouvant en Asie occidentale et centrale. On ne connaît qu’un petit nombre d’espèces en Afrique du Nord, dans les régions arides. Dans les hautes terres humides de l’Afrique, Astragalus est représenté par une seule espèce variable, Astragalus atropilosulus, dans laquelle ont été distinguées plusieurs sous-espèces et variétés.

Ecologie

Astragalus atropilosulus se rencontre entre 800–3800 m d’altitude, dans les savanes herbeuses d’altitude et en végétation buisonnante, le long des ruisseaux, aux lisières des forêts et dans les habitats perturbés.

Ressources génétiques

Un petit nombre d’entrées d’Astragalus astropilosulus provenant de l’Ethiopie, du Kenya et du Zimbabwe sont détenues dans des banques de gènes situées en Ethiopie, au Kenya, en Australie et en Colombie. Il est peu probable que la variabilité de l’espèce soit représentée dans ces collections. Quoi qu’il en soit, Astragalus atropilosulus étant une espèce commune et largement répartie, elle n’est pas menacée d’érosion génétique.

Perspectives

En tant que légume, Astragalus atropilosulus devrait se maintenir, mais uniquement à un niveau local.

Références principales

  • Gillett, J.B., 1964. Astragalus L. (Leguminosae) in the highlands of tropical Africa. Kew Bulletin 17(3): 413–423.
  • Gillett, J.B., Polhill, R.M., Verdcourt, B., Schubert, B.G., Milne-Redhead, E., & Brummitt, R.K., 1971. Leguminosae (Parts 3–4), subfamily Papilionoideae (1–2). In: Milne-Redhead, E. & Polhill, R.M. (Editors). Flora of Tropical East Africa. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. 1108 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1993. Medicinal plants of East Africa. 2nd Edition. Kenya Literature Bureau, Nairobi, Kenya. 401 pp.
  • Pope, G.V., Polhill, R.M. & Martins, E.S. (Editors), 2003. Leguminosae (Papilionoideae: Loteae, Galegeae, Vicieae, Cicereae, Trifolieae, Podalyrieae, Crotalarieae & Genisteae). Flora Zambesiaca. Volume 3, part 7. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 274 pp.
  • Williamson, J., 1955. Useful plants of Nyasaland. The Government Printer, Zomba, Nyasaland. 168 pp.

Autres références

  • Al-Yahya, M.A., Mossa, J.S., Al-Badr, A.A., Tariq, M. & Al-Meshai, I.A., 1987. Phytochemical and biological studies on Saudi medicinal plants: Part 12. A study on Saudi plants of family "Leguminosae". International Journal of Crude Drug Research 25(2): 65–71.
  • Thulin, M., 1989. Fabaceae (Leguminosae). In: Hedberg, I. & Edwards, S. (Editors). Flora of Ethiopia. Volume 3. Pittosporaceae to Araliaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 49–251.
  • Wenninger, J., 1991. Revision von Astragalus L. Sect. Chlorostachys Bunge, Sect. Phyllolobium Bunge und Sect. Skythropos Simpson (Leguminosae). Mitteilungen der Botanischen Staatssammlung München 30: 1–196.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Consulté le 19 février 2019.