Antrocaryon micraster (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fruit Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fibre Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Sécurité alimentaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, ramille en fleurs ; 2, foliole ; 3, fruit ; 4, noyau. Source : Flore analytique du Bénin
fût
tranche
cîme
apex d'une feuille
feuilles
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois

Antrocaryon micraster A.Chev. & Guill.


Protologue: Bull. Soc. Bot. France 58, Mém. 8: 152 (1912).
Famille: Anacardiaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 24

Origine et répartition géographique

Antrocaryon micraster est répandu, étant présent depuis la Guinée et la Sierra Leone jusqu’à l’Ouganda, et vers le sud jusqu’au Gabon.

Usages

Le bois, vendu en Côte d’Ivoire sous le nom d’ “akoua”, au Ghana sous la dénomination d’ “aprokuma” et sur le marché international des bois d’œuvre sous celle d’ “onzabili”, est employé localement, surtout en menuiserie générale, pour la confection de madriers servant à la construction et de meubles. Il se prête à la menuiserie, aux boiseries intérieures, aux solives, aux huisseries, à la caisserie, aux palettes légères, aux cercueils, aux placages et au contreplaqué. On s’en sert également de bois de feu et pour la production de charbon de bois.

Localement, on mange la chair du fruit qu’on laisse parfois fermenter pour préparer une boisson alcoolisée. Les graines, riches en huile, sont comestibles et sont consommées sur place. En médecine traditionnelle, les fruits soulagent les douleurs thoraciques et d’estomac, ainsi que les maux de dents et la toux ; le jus de fruit est appliqué en externe contre les poux. On emploie l’écorce en lavement pour soigner l’impuissance, et dans des mélanges pour prévenir les risques d’avortement.

Production et commerce international

En général, le bois d’Antrocaryon micraster est utilisé localement et n’est vendu que rarement sur le marché international. Tant les renseignements concernant la production que les statistiques commerciales indiquent qu’il n’est exporté qu’à titre exceptionnel. En 1996, le Ghana exportait du contreplaqué à un prix moyen de US$ 400/m³.

Propriétés

Le bois de cœur rose grisâtre, vire au brun rougeâtre à l’air, et ne se distingue pas de l’aubier, verdâtre à blanc jaunâtre. Le fil est droit, le grain moyen. C’est un bois lustré, inodore et insipide une fois sec.

C’est un bois moyennement lourd, avec une densité d’environ 520 kg/m³ à 12% d’humidité. Il sèche à l’air vite et bien avec uniquement quelques déformations. Les taux de retrait sont assez élevés, de l’état vert à anhydre ils sont de 4,8–6,0% dans le sens radial et de 7,4–8,0% dans le sens tangentiel. Une fois sec, le bois est moyennement stable en service. A 12% d’humidité, le module de rupture est de 71–116 N/mm², le module d’élasticité de 10 580 N/mm², la compression axiale de 31–44 N/mm², le cisaillement de 8 N/mm², le fendage de 13 N/mm et la dureté de flanc Chalais-Meudon de 1,8.

Le bois se travaille et se scie bien tant à la main qu’à la machine, avec uniquement une légère usure des lames de coupe. Les caractéristiques de clouage et de vissage sont satisfaisantes, celles de collage sont bonnes et on obtient un joli poli. Sa durabilité est médiocre car il est sujet aux attaques fongiques, de Lyctus et de termites. Il se traite facilement avec des produits de conservation. Sa teneur en cellulose, pentosane et amidon est élevée alors que celle en lignine est faible.

La composition des graines par 100 g est la suivante : eau 3,7 g, protéines 10,8 g, lipides 70 g, glucides 14,6 g, fibres 2,5 g, cendres 0,9 g, Ca 67 mg et P 558 mg. Les graines contiennent environ 70% d’huile comestible qui se compose principalement d’acide linoléique (près de 40%), d’acide oléique (environ 30%) et d’acide stéarique (environ 18%). On a signalé une teneur en acide ascorbique exceptionnellement élevée dans les graines (327 mg par 100 g de partie comestible).

Falsifications et succédanés

Le bois d’Antrocaryon spp. ressemble à celui de l’okoumé (Aucoumea klaineana Pierre) et de l’ilomba (Pycnanthus angolensis (Welw.) Warb.), qui sont tous deux fréquemment utilisés pour le placage et le contreplaqué.

Description

  • Arbre caducifolié, dioïque, de taille moyenne à grande atteignant 45(–50) m de haut ; fût dépourvu de branches jusqu’à une hauteur de 30 m, rectiligne et cylindrique mais souvent tortueux dans la partie supérieure, jusqu’à 130 cm de diamètre, en général légèrement épaissi à la base ou avec de petits contreforts ; surface de l’écorce grise, fissurée et écailleuse, à lenticelles, écorce interne épaisse, fibreuse, rougeâtre avec des stries blanches, dégageant une odeur de térébenthine et exsudant une résine translucide ; cime étalée ; rameaux épais, légèrement anguleux.
  • Feuilles disposées en spirale, groupées près de l’extrémité des branches, composées imparipennées à (4–)5–10 paires de folioles ; stipules absentes ; pétiole et rachis mesurant ensemble 20–50 cm de long, poilus ; pétiolules de 1–5 mm de long, cannelés ; folioles opposées, étroitement ovales à oblongues-lancéolées ou oblongues-elliptiques, de 5–11 cm × 1,5–4 cm, arrondies et asymétriques à la base, acuminées à l’apex, papyracées, à pubescence courte sur les deux faces, pennatinervées à 20–30 paires de nervures latérales parallèles.
  • Inflorescence : panicule axillaire lâche atteignant 25 cm de long, à longues branches, pubescente.
  • Fleurs unisexuées, régulières, 5-mères ; pédicelle court, articulé ; calice à lobes d’environ 1 mm de long, légèrement soudés à la base, à poils courts ; pétales libres, oblongs-ovales, de 1,5–2 mm de long, réfléchis, à pubescence courte, blanc jaunâtre ou blanc verdâtre ; étamines 10, d’environ 1,5 mm de long ; disque épais et légèrement lobé ; ovaire supère, déprimé-globuleux, de 1–2 mm de diamètre, glabre, 5-loculaire, styles 5, courts ; fleurs mâles à ovaire rudimentaire, fleurs femelles légèrement plus grandes et à étamines rudimentaires.
  • Fruit : drupe déprimée-globuleuse d’environ 3,5 cm × 5 cm, jaune à maturité ; noyau déprimé-globuleux, légèrement 5-lobé, d’environ 2,5 cm × 4 cm, à 5 cavités apicales, contenant 3–4 graines.
  • Graines aplaties et cintrées.
  • Plantule à germination épigée ; hypocotyle de 7–12 cm de long, glabre, rosé, épicotyle de 10–20 cm de long, poilu, blanchâtre ; cotylédons linéaires-oblongs, épais et charnus ; 2 premières feuilles opposées, composées imparipennées.

Autres données botaniques

Le genre Antrocaryon comprend 3 espèces présentes depuis la Sierra Leone jusqu’en Ouganda.

Antrocaryon nannanii

Antrocaryon nannanii De Wild. ressemble énormément à Antrocaryon micraster et s’en distingue apparemment par son noyau obovoïde à globuleux. Il se rencontre dans l’est du Gabon, au Congo, en R.D. du Congo et à Cabinda (Angola). Son bois, dont la densité est de 510–695 kg/m³ à 12% d’humidité, est également similaire et utilisé en menuiserie, pour la confection de mobilier et de placage. Il convient pour les panneaux de fibres et de particules, ainsi que pour la production de papier. Les graines oléagineuses sont comestibles. On utilise les feuilles et l’écorce pour soigner les troubles du foie, de l’appareil digestif, et la toux. Les noyaux sont vendus sur les marchés locaux à des fins médicinales et magiques.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : 2 : limites de cernes indistinctes ou absentes.
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 13 : perforations simples ; 22 : ponctuations intervasculaires en quinconce ; 23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale ; 27 : ponctuations intervasculaires grandes ( 10 μm) ; 31 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles très réduites à apparemment simples : ponctuations rondes ou anguleuses ; 42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm ; 43 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 200 μm ; 47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 65 : présence de fibres cloisonnées ; (66 : présence de fibres non cloisonnées) ; 68 : fibres à parois très fines.
  • Parenchyme axial : 75 : parenchyme axial absent ou extrêmement rare ; 78 : parenchyme axial juxtavasculaire ; (92 : quatre (3–4) cellules par file verticale) ; 93 : huit (5–8) cellules par file verticale ; 94 : plus de huit cellules par file verticale.
  • Rayons : 97 : rayons 1–3-sériés (larges de 1–3 cellules) ; 106 : rayons composés de cellules couchées avec une rangée terminale de cellules dressées et/ou carrées ; 107 : rayons composés de cellules couchées avec 2 à 4 rangées terminales de cellules dressées et/ou carrées ; 115 : 4–12 rayons par mm.
  • Eléments sécrétoires et variantes cambiales : (130 : canaux radiaux).
  • Inclusions minérales : (136 : présence de cristaux prismatiques) ; (137 : cristaux prismatiques dans les cellules dressées et/ou carrées des rayons).
(N.P. Mollel, H. Beeckman & P. Baas)

Croissance et développement

Antrocaryon micraster est une espèce exigeante en lumière qui se caractérise par une croissance rapide des semis. En effet, ils peuvent atteindre 30 cm de haut en 6 semaines et 1,5 m en l’espace d’un an. L’arbre perd souvent ses feuilles dès la fin novembre jusqu’à la fin janvier, mais les vagues de nouvelles feuilles apparaissent peu à peu et régulièrement jusqu’au mois de mars. Les jeunes feuilles sont rougeâtres. La floraison des arbres a été signalée de novembre à juillet, mais en Côte d’Ivoire elle a lieu essentiellement en mars–avril. Au Ghana, la fructification a lieu habituellement d’avril à juin, au Nigeria de septembre à octobre, alors qu’en Côte d’Ivoire elle peut se faire pendant les deux périodes, semble-t-il. En général, l’arbre donne des fruits à profusion et la régénération naturelle a lieu à proximité de l’arbre-mère. On signale qu’en Guinée les fruits ne sont abondants que tous les 3 ans. Ce sont les mammifères tels que les singes et les éléphants qui les mangent, servant ainsi à en disséminer les noyaux. Il peut arriver que les chimpanzés cassent les noyaux à coup de pierre avant de manger les graines.

Ecologie

Antrocaryon micraster se rencontre la plupart du temps en forêt semi-décidue. En Ouganda, il est présent dans la forêt pluviale à 1000–1500 m d’altitude. Il est sensible aux feux de forêt.

Multiplication et plantation

Antrocaryon micraster se régénère bien dans les clairières et les trouées de la canopée. Toutefois, les semis souffrent de la concurrence des adventices. On compte environ 45 noyaux par kg. Il est très difficile d’extraire les graines des noyaux. Les graines peuvent commencer à germer 2 semaines après le semis, contrairement aux noyaux qui parfois ne commencent à germer qu’au bout de 3 ans. Le taux de germination est souvent bas ; en Côte d’Ivoire, il serait de 20–30%, mais aussi de 50–80%. Il n’est pas rare de trouver plus d’un plant par noyau. La multiplication peut se faire avec des gaules en stump. On a réussi à repiquer des sauvageons en pépinière. Ils atteignent près de 40 cm de haut au bout de 3–4 mois, après quoi ils peuvent être repiqués au champ en plein soleil.

Gestion

En général, les arbres d’Antrocaryon micraster sont disséminés dans la forêt. Dans les forêts du Ghana, on a signalé en 2001 une densité moyenne de 0,5 m³/ha de fûts ayant un diamètre supérieur à 30 cm. On a estimé le volume sur pied à 402 800 m³, dont 342 000 m³ correspondant au diamètre exploitable, supérieur à 50 cm ; le volume annuel de coupe autorisé était estimé à 8500 m³.

Récolte

Le diamètre minimum de fût pour l’abattage d’Antrocaryon micraster est de 50 cm au Ghana.

Rendement

Un fût sans défaut majeur peut produire de 12–18 m³ de bois utilisable.

Traitement après récolte

Les fûts fraîchement abattus coulent dans l’eau et ne peuvent donc pas être transportés par flottage. Les grumes doivent être débardées immédiatement après la coupe, ou traitées avec des produits de conservation, car elles sont sujettes au bleuissement.

Ressources génétiques

Bien qu’Antrocaryon micraster soit localement commun et que son exploitation semble raisonnable, il figure comme espèce vulnérable sur la Liste rouge des espèces menacées de l’UICN. Il conviendrait de réexaminer le statut de l’espèce.

Perspectives

Actuellement, Antrocaryon micraster n’est pas exploité sur une grande échelle, pourtant il pourrait avoir une valeur commerciale grâce à la taille relativement grande de son fût. Il convient d’approfondir les recherches sur les systèmes de gestion qu’il faudrait pour assurer une exploitation durable des forêts naturelles et pour définir son potentiel en tant qu’espèce de plantation. Une étude biosystématique s’impose pour confirmer les prétendues différences qui existent entre Antrocaryon micraster et Antrocaryon nannanii.

Références principales

  • Burkill, H.M., 1985. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 1, Families A–D. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 960 pp.
  • Hansen, C.P. & Treue, T., 2008. Assessing illegal logging in Ghana. International Forestry Review 10(4): 573–590.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Keay, R.W.J., 1989. Trees of Nigeria. A revised version of Nigerian trees (1960, 1964) by Keay, R.W.J., Onochie, C.F.A. & Stanfield, D.P. Clarendon Press, Oxford, United Kingdom. 476 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1986. Anacardiaceae. In: Polhill, R.M. (Editor), 1986. Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 59 pp.
  • Oteng-Amoako, A.A. (Editor), 2006. 100 tropical African timber trees from Ghana: tree description and wood identification with notes on distribution, ecology, silviculture, ethnobotany and wood uses. 304 pp.
  • Savill, P.S. & Fox, J.E.D., 1967. Trees of Sierra Leone. Forest Department, Freetown, Sierra Leone. 316 pp.
  • Taylor, C.J., 1960. Synecology and silviculture in Ghana. Thomas Nelson and Sons, Edinburgh, United Kingdom. 418 pp.

Autres références

  • Agyeman, V.K., Ayarkwa, J., Owusu, F.W., Boachie-Dapaah, A.S.K., Addae-Mensah, A., Appiah, S.K., Oteng Amoako, A., Adam, A.R. & Pattie, D., 2003. Technological and investment profiles of some lesser used timber species in Ghana. Publication of International Tropical Timber Organization and Forestry Research Institute of Ghana, Accra, Ghana. 85 pp.
  • Aké Assi, L., Abeye, J., Guinko, S., Riguet, R. & Bangavou, X., 1985. Médecine traditionnelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Centrafricaine. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 140 pp.
  • Asato, L., Takeda, J., Sato, H., Idani, G. & Kano, T., 1995. Vitamin C content of representative plant food used by horticulturalists in the Zaire basin and its evaluation. Humans and Nature 5: 13–24.
  • ATIBT (Association Technique Internationale des Bois Tropicaux), 1986. Tropical timber atlas: Part 1 – Africa. ATIBT, Paris, France. 208 pp.
  • Ayensu, E.S. & Bentum, A., 1974. Commercial timbers of West Africa. Smithsonian Contributions to Botany 14. Smithsonian Institution Press, Washington D.C., United States. 69 pp.
  • Busson, F., 1965. Plantes alimentaires de l’ouest Africain: étude botanique, biologique et chimique. Leconte, Marseille, France. 568 pp.
  • CIRAD Forestry Department, 2009. Onzabili. [Internet] Tropix 6.0. http://tropix.cirad.fr/ africa/onzabili.pdf. Februari 2010.
  • de Koning, J., 1983. La forêt de Banco. Part 2: La Flore. Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 83–1. Wageningen, Netherlands. 921 pp.
  • de la Mensbruge, G., 1966. La germination et les plantules des essences arborées de la forêt dense humide de la Côte d’Ivoire. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 389 pp.
  • Fernandes, R.B., 1975. Estudos nas Anacardiaceae africanas. VIII - O género Antrocaryon Pierre em Angola. Garcia de Orta, série de Botânica 2(2): 107–110.
  • Fouarge, J. & Gérard, G., 1964. Bois du Mayumbe. Institut National pour l’Etude Agronomique du Congo (INEAC), Brussels, Belgium. 579 pp.
  • Hall, J.B. & Swaine, M.D., 1981. Distribution and ecology of vascular plants in a tropical rain forest: forest vegetation of Ghana. W. Junk Publishers, the Hague, Netherlands. 383 pp.
  • Hawthorne, W., 1998. Antrocaryon micraster. In: IUCN. 2009 IUCN Red list of threatened species. [Internet] http://www.iucnredlist.org. February 2010.
  • Keay, R.W.J., 1958. Anacardiaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 726–739.
  • Leung, W.-T.W., Busson, F. & Jardin, C., 1968. Food composition table for use in Africa. FAO, Rome, Italy. 306 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Normand, D. & Paquis, J., 1976. Manuel d’identification des bois commerciaux. Tome 2. Afrique guinéo-congolaise. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 335 pp.
  • Widodo, S.H., 2001. Crescentia L. In: van Valkenburg, J.L.C.H. & Bunyapraphatsara, N. (Editors). Plant Resources of South-East Asia No 12(2): Medicinal and poisonous plants 2. Backhuys Publishers, Leiden, Netherlands. pp. 191–194.
  • UNEP-WCMC, 2006. Contribution to an evaluation of tree species using the new CITES Listing Criteria. UNEP World Conservation Monitoring Centre, Cambridge, United Kingdom. [Internet]. http://www.unep-wcmc.org/ species/tree_study/pdfs/ 1.pdf. February 2010.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 565 pp.

Sources de l'illustration

  • Aké Assi, L., Abeye, J., Guinko, S., Riguet, R. & Bangavou, X., 1985. Médecine traditionnelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Centrafricaine. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 140 pp.
  • Kokwaro, J.O., 1986. Anacardiaceae. In: Polhill, R.M. (Editor), 1986. Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 59 pp.

Auteur(s)

  • J. Ayarkwa, Department of Building Technology, University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana

Citation correcte de cet article

Ayarkwa, J., 2011. Antrocaryon micraster A.Chev. & Guill. In: Lemmens, R.H.M.J., Louppe, D. & Oteng-Amoako, A.A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 7 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.