Antizoma angustifolia (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Antizoma angustifolia (Burch.) Miers ex Harv.


Protologue: Fl. cap. 1: 11 (1860).
Famille: Menispermaceae

Synonymes

  • Cissampelos angustifolius Burch. (1822).

Origine et répartition géographique

Antizoma angustifolia est présent au Zimbabwe, en Namibie, au Botswana et au nord de l’Afrique du Sud.

Usages

L’infusion de racine se boit pour ses vertus émétiques et purgatives, pour purifier le sang lors du traitement des furoncles, ainsi que pour traiter les maux d’estomac, les ulcères gastriques, les coliques, la diarrhée et la dysenterie, les calculs rénaux, les affections du foie, de la vésicule biliaire et de la vessie, les douleurs en général et la toux. Les femmes boivent la décoction de racine pendant leur grossesse pour maintenir une mobilité chez le fœtus et faciliter l’accouchement ainsi que l’expulsion du placenta. Les feuilles ou les racines se prennent en décoction ou se mastiquent pour traiter les problèmes digestifs, contre les états de malaise et le Sida.

Propriétés

Antizoma angustifolia contient de grandes quantités d’alcaloïdes, qui représentent 4,7–10,5 mg/g du poids sec dans les feuilles. Leur diversité est remarquable. Les feuilles contiennent des proaporphines (la crotsparine, la pronuciférine et des traces de glaziovine) et des dioxines bisbenzyl-isoquinoliniques (la cissacapine et l’insularine). La tige contient de la crotsparine et de la glaziovine. La racine contient de la crotsparine, de la glaziovine, de la pronuciférine, une aporphine (la bulbocapnine) et une morphinane (la salutaridine). On a également trouvé des traces d’autres alcaloïdes, mais ils n’ont pas pu être identifiés. La crotsparine semble être le principal alcaloïde des feuilles, représentant 72% des alcaloïdes totaux. Des peuplements de provenances différentes présentent des variations considérables dans leur teneur en alcaloïdes ; la salutaridine n’a été trouvée que dans un seul échantillon végétal provenant de Pretoria (Afrique du Sud).

Description

Arbuste sempervirent dioïque atteignant 3 m de haut, parfois à longs rameaux coureurs ; jeunes tiges rayées longitudinalement, glabres à densément poilues. Feuilles alternes, simples et entières, gris-vert ; stipules absentes ; pétiole jusqu’à 5 mm de long, glabre ou poilu, à épine dorsale sur la tige juste en dessous du point d’insertion ; limbe oblong à obovale, atteignant 8 cm × 2 cm, base obtuse à tronquée, apex arrondi à légèrement émarginé, mucroné, coriace, poilu, palmatinervé chez les feuilles larges, pennatinervé chez les feuilles étroites. Inflorescence mâle : fascicule axillaire condensé, parfois fortement ramifié ; inflorescence femelle : fascicule axillaire à fleurs peu nombreuses sur de courts rameaux latéraux ou fleurs solitaires. Fleurs petites ; pédicelle jusqu’à 2,5 mm de long, articulé à la base ; fleurs mâles à ( 3–)4(–5) sépales soudés, largement obovales à spatulés, de 1–2,5 mm × 0,5–2 mm, vert pâle ou brun pâle, glabres ou légèrement et courtement poilus à l’extérieur, pétales 4, soudés en une coupe ou une soucoupe de 0,5–2 mm de diamètre, étamines (2–)4–5(–7), soudées en une colonne de 0,5–1 mm de long ; fleurs femelles à 2(–4) sépales, rhomboïdes à obovales, de 1–2 mm × 1–1,5 mm, légèrement poilus à l’extérieur, pétales 2(–4), largement oblancéolés à largement obovales, de 0,5–1,5 mm de long, staminodes parfois présents, ovaire supère, d’environ 1 mm de long, glabre ou poilu, transversalement cannelé, style court, stigmate lobé. Fruit : drupe ovoïde ; noyau en fer à cheval, contenant 1 graine. Graines en fer à cheval, cotylédons apprimés.

Antizoma angustifolia fleurit d’octobre à avril. Il craint le gel.

Autres données botaniques

Le genre Antizoma s’apparente étroitement à Cissampelos et comprend 3 espèces, toutes présentes en Afrique australe. Antizoma angolensis Exell & Mendonça est endémique de l’Angola. Antizoma miersiana Harv. est endémique du sud de la Namibie et de l’ouest de l’Afrique du Sud ; la décoction de racine se boit pour traiter les ulcères d’estomac. Antizoma miersiana ressemble à Antizoma angustifolia de par la grande diversité de ses alcaloïdes isoquinoliniques.

Ecologie

Antizoma angustifolia, présent dans les savanes arbustives arides, se rencontre généralement avec des espèces d’Acacia, à 750–1700 m d’altitude.

Gestion

Antizoma angustifolia ne se récolte que dans la nature.

Ressources génétiques

Antizoma angustifolia est assez largement réparti et ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

La diversité des usages traditionnels et des alcaloïdes présents chez Antizoma angustifolia justifie un approfondissement de la recherche pharmacologique.

Références principales

  • de Wet, H., 2005. An ethnobotanical and chemotaxonomic study of South African Menispermaceae. PhD thesis, Faculty of Science, University of Johannesburg, Johannesburg, South Africa. 450 pp.
  • de Wet, H., van Heerden, F.R. & van Wyk, B.E., 2004. Alkaloids of Antizoma angustifolia (Menispermaceae). Biochemical Systematics and Ecology 32: 1145–1152.
  • de Wet, H. & van Wyk, B.E., 2008. An ethnobotanical survey of southern African Menispermaceae. South African Journal of Botany 74(1): 2–9.
  • von Koenen, E., 2001. Medicinal, poisonous and edible plants in Namibia. Klaus Hess Verlag, Göttingen, Germany. 336 pp.
  • Watt, J.M. & Breyer-Brandwijk, M.G., 1962. The medicinal and poisonous plants of southern and eastern Africa. 2nd Edition. E. and S. Livingstone, London, United Kingdom. 1457 pp.

Autres références

  • Dekker, T.G., Fourie, T.G., Matthee, E. & Snyckers, F.O., 1988. A morphinan alkaloid from Antizoma angustifolia. Journal of Natural Products 51(3): 584.
  • de Wet, H., van Heerden, F.R. & van Wyk, B.E., 2005. Alkaloids of Antizoma miersiana (Menispermaceae). Biochemical Systematics and Ecology 33(8): 799–807.
  • Leistner, O.A., 2000. Seed plants of southern Africa: families and genera. National Botanical Institute, Pretoria, South Africa. 775 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • SEPASAL, 2008. Antizoma angustifolia. [Internet] Survey of Economic Plants for Arid and Semi-Arid Lands (SEPASAL) database. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. http://www.kew.org/ ceb/sepasal/. February 2008.

Auteur(s)

  • L.P.A. Oyen, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Oyen, L.P.A., 2008. Antizoma angustifolia (Burch.) Miers ex Harv. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 17 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.