Antidesma membranaceum (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Ornemental Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Fourrage Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Antidesma membranaceum Müll.Arg.


Protologue: Linnaea 34: 68 (1865).
Famille: Euphorbiaceae (APG: Phyllanthaceae)

Synonymes

  • Antidesma venosum E.Mey. ex Tul. subsp. membranaceum (Müll.Arg) Lye (1998).

Noms vernaculaires

  • Pink tassle-berry (En).
  • Mziwaziwa (Sw).

Origine et répartition géographique

Antidesma membranaceum est présent du Sénégal au Soudan et vers le sud jusqu’au nord de l’Afrique du Sud.

Usages

Au Liberia, la décoction de feuilles se prend en bain pour prévenir les fausses couches. En Côte d’Ivoire, l’extrait d’écorce se prend couramment comme aphrodisiaque. En R.D. du Congo, la décoction de racine sert à traiter les maux d’estomac, la colique, la toux et les morsures de serpent. En Tanzanie, les Digos boivent la décoction de racines pour traiter le kwashiorkor et la pneumonie. Des copeaux de racines se mastiquent pour traiter les ulcères buccaux infantiles. L’écorce de tige en poudre est appliquée sur les blessures. La poudre de graine se consomme pour expulser les ascaris. Au Zimbabwe, l’infusion de feuilles et de racines se boit en traitement de la toux et des douleurs à la poitrine.

Le bois, blanc et dur, sert en construction et pour fabriquer des manches d’outil, des étuis à couteau et des cuillers. Il est également utilisé comme bois de feu. L’arbre est planté dans les jardins familiaux pour donner de l’ombre. Des chenilles comestibles (Imbrasia petiveri) se nourrissent de ses feuilles.

Propriétés

A partir des divers extraits de racines, de feuilles et d’écorce de tige, plusieurs benzopyranones 2-alkylées, plusieurs dérivés amides de l’acide férulique (acide 4-hydroxy-3-méthoxy benzoïque), un diféruloyate et du syringarésinol ont été isolés. Des feuilles et de l’écorce, on a isolé de l’antidesmone, hydroquinolone atypique ou alcaloïde dérivé de glycine. Un extrait au butanol des feuilles et de l’écorce a aussi produit plusieurs glucosides à alcaloïdes, mégastigmanes et lignanes.

L’antidesmone a une puissante activité antitrypanosome, hautement sélective, contre Trypanosoma cruzi, l’agent pathogène de la maladie de Chagas.

Description

Arbuste ou petit arbre dioïque atteignant 8(–20) m de haut ; cime dense, rameaux tombants ; écorce lisse, brun jaunâtre pâle à gris foncé ; jeunes parties densément couvertes de poils courts. Feuilles alternes, simples et entières ; stipules lancéolées, de 2–8(–15) mm de long, relativement persistantes ; pétiole atteignant 1 cm de long ; limbe elliptique-oblong, de 2–12 (–20) cm × 1–7 cm, base arrondie à cunéiforme, apex acuminé, brillant et vert foncé sur le dessus, légèrement poilu et jaunâtre en dessous. Inflorescence : épi terminal sur une courte pousse latérale, de 4–10(–25) cm de long, à 1–4 épis latéraux à la base. Fleurs unisexuées, régulières, sessiles, pétales absents, à odeur déplaisante ; fleurs mâles à calice 4-lobé, lobes d’environ 1 mm de long, inégaux, arrondis, brièvement poilus, vert jaunâtre, disque irrégulier, étamines 4 le plus souvent, d’environ 2,5 mm de long ; fleurs femelles à calice en coupe, 3–4-lobé, lobes d’environ 1 mm de long, inégaux, arrondis, brièvement poilus, vert jaunâtre, disque en coupe, ovaire supère, comprimé-ellipsoïde, d’environ 1 mm de long, glabre, 1(–2)-loculaire, styles 2–4, courts, bifides, fortement recourbés. Fruit : drupe comprimée latéralement, ellipsoïde à ovoïde, atteignant 8 mm de long, verte devenant rose, violette ou noire, contenant 1 graine. Graines ellipsoïdes.

Le genre Antidesma comprend environ 155 espèces et est présent dans les tropiques de l’Ancien Monde, depuis l’Afrique tropicale et les îles de l’océan Indien en passant par l’Asie jusqu’en Australie et aux îles du Pacifique. En Afrique continentale, on en trouve 7 espèces, et 1 dans les îles de l’océan Indien.

Antidesma venosum

Antidesma membranaceum est souvent confondu avec Antidesma venosum E.Mey. ex Tul., également utilisé en médecine mais plus connu pour ses fruits comestibles au goût de mûrier. Comparées à Antidesma venosum, les feuilles d’Antidesma membranaceum sont plus étroitement elliptiques-oblongues et plus aiguës-acuminées, l’inflorescence femelle n’est jamais atteinte de galle.

Antidesma rufescens

En Namibie, un extrait des fruits, des feuilles et des rameaux écrasés d’Antidesma rufescens Tul. se prend pour traiter les douleurs abdominales. L’extrait de racine se verse dans le bain comme analgésique en cas de douleurs corporelles.

Antidesma vogeliana

Dans le sud du Nigeria, la décoction de racine d’Antidesma vogeliana Müll.Arg. avec ou sans les graines d’Aframomum melegueta K.Schum. se prend comme aphrodisiaque. En R.D. du Congo, la décoction de racine se boit pour traiter les infections dues aux vers et autres problèmes intestinaux, et on s’en gargarise en bains de bouche pour traiter les maux dentaires. La tige broyée sert de combustible dans les lampes.

Ecologie

Antidesma membranaceum se rencontre dans les savanes boisées mixtes, les savanes boisées humides et les forêts sempervirentes, également dans la végétation fluviale et les ravins, sur les berges de lacs et dans les forêts côtières, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1850 m d’altitude.

Ressources génétiques

Antidesma membranaceum est commun dans toute sa vaste aire de répartition ; il n’est donc pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Antidesma membranaceum est un remède local qui sert contre toutes sortes de maladies bactériennes. Les analyses chimiques ont mis en lumière plusieurs composants chimiques complexes dans les racines, les feuilles et l’écorce, le composé le plus important étant un alcaloïde inhabituel, l’antidesmone. Il présente une puissante activité antitrypanosome et mérite qu’on lui consacre d’autres essais. Un approfondissement des recherches est nécessaire pour élucider la pharmacologie des autres composés isolés afin d’évaluer le potentiel de la plante.

Références principales

  • Bringmann, G., Rischer, H., Wohlfarth, M. & Schlauer, J., 2000. Biosynthesis of antidesmone in cell cultures of Antidesma membranaceum (Euphorbiaceae): an unprecedented class of glycine-derived alkaloids. Journal of the American Chemical Society 122(41): 9905–9910.
  • Bringmann, G., Schlauer, S., Rischer, H., Wohlfahrt, M., Haller, R., Bar, S. & Brun, R., 2001. Antidesmone, a novel antitrypanosomal alkaloid. Pharmaceutical and Pharmacological Letters 11(2): 47–48.
  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Léonard, J., 1988. Révision du genre Antidesma L. (Euphorbiaceae) en Afrique centrale. Bulletin du Jardin Botanique National de Belgique 58: 3–46.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Autres références

  • Bringmann, G., Schlauer, S., Rischer, H., Wohlfahrt, M., Muehlbacher, J., Buske, A., Porzel, A., Schmidt, J. & Adam, G., 2000. Revised structure of antidesmone, an unusual alkaloid from tropical Antidesma plants (Euphorbiaceae). Tetrahedron 56(23): 3691–3695.
  • Buske, A., Busemann, S., Muehlbacher, J., Schmidt, J., Porzel, A., Bringmann, G. & Adam, G., 1999.. Antidesmone, a novel type isoquinoline alkaloid from Antidesma membranaceum (Euphorbiaceae). Tetrahedron 55(4): 1079–1086.
  • Buske, A., Schmidt, J., Porzel, A. & Adam, G., 1997. Benzopyranones and ferulic acid derivatives from Antidesma membranaceum. Phytochemistry 46(8): 1385–1388.
  • Buske, A., Schmidt, J., Porzel, A. & Adam, G., 2001. Alkaloidal, megastigmane and lignan glucosides from Antidesma membranaceum (Euphorbiaceae). European Journal of Organic Chemistry 18: 3537–3543.
  • Chhabra, S.C., Mahunnah, R.L.A. & Mshiu, E.N., 1993. Plants used in traditional medicine in eastern Tanzania. 6. Angiosperms (Sapotaceae to Zingiberaceae). Journal of Ethnopharmacology 39: 83–103.
  • Latham, P., 2004. Useful plants of Bas-Congo province, Democratic Republic of the Congo. DFID, London, United Kingdom. 320 pp.
  • Radcliffe-Smith, A., 1996. Euphorbiaceae, subfamilies Phyllantoideae, Oldfieldioideae, Acalyphoideae, Crotonoideae and Euphorbioideae, tribe Hippomaneae. In: Pope, G.V. (Editor). Flora Zambesiaca. Volume 9, part 4. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. pp. 1–337.
  • Lovett, J.C., Ruffo, C.K., Gereau, R.E. & Taplin, J.R.D., 2006. Field guide to the moist forest trees of Tanzania. [Internet] Centre for Ecology Law and Policy, Environment Department, University of York, York, United Kingdom. http://celp.org.uk/ projects/ tzforeco/. February 2007.
  • von Koenen, E., 2001. Medicinal, poisonous and edible plants in Namibia. Klaus Hess Verlag, Göttingen, Germany. 336 pp.
  • Wurdack, K.J., Hoffmann, P., Samuel, R., de Bruijn, A., van der Bank, M. & Chase, M.W., 2004. Molecular phylogenetic analysis of Phyllanthaceae (Phyllanthoideae pro parte, Euphorbiaceae sensu lato) using plastid rbcL DNA sequences. American Journal of Botany 91(11): 1882–1900.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2007. Antidesma membranaceum Müll.Arg. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 18 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.