Anthostema senegalense (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Anthostema senegalense A.Juss.


Protologue: Euphorb. gen. : 117 (1824).
Famille: Euphorbiaceae

Origine et répartition géographique

Anthostema senegalense est présent du Sénégal au Bénin.

Usages

Le latex est toxique, âcre et vésicant, et peut provoquer la cécité. En dépit de sa toxicité, il est utilisé, avec les précautions qui s’imposent, comme purgatif puissant. Il sert à traiter la lèpre et les problèmes menstruels, et aide à expulser le placenta. Lorsqu’on veut obtenir ces effets, on ajoute de petites quantités de latex ou de racines broyées aux aliments. Le latex sert aussi d’antidote au poison : on l’avale dilué dans de l’eau, jusqu’à ce que les vomissements se produisent. La macération d’écorce se boit pour traiter les parasites intestinaux, les affections rénales, les œdèmes, l’impuissance et la maladie mentale. En Sierra Leone, les jeunes feuilles sont broyées avec de la farine et la pâte séchée se prend pour ses effets laxatifs. Au Sénégal, la plante entière hachée se jette dans les étangs comme poison de pêche pour attraper les petits poissons.

Le bois est blanc, léger et facile à travailler. On s’en sert pour les constructions locales, les poteaux destinés aux clôtures temporaires, la menuiserie légère et les cageots. En Sierra Leone, le latex poisseux sert de glu à oiseaux.

Propriétés

L’extrait brut à l’eau de l’écorce de tige d’Anthostema senegalense a montré une forte activité vermifuge contre les larves d’Haemonchus contortus in vitro. Un extrait brut d’écorce de tige a fait ressortir une importante activité contre Leishmania donovani avec une IC50 de 9,1 μg/ml, ainsi que des activités antibactérienne et antifongique modérées. Une autre espèce d’Anthostema, Anthostema aubryanum Baill., contient des esters de phorbol, et la présence de ces composés correspond bien aux usages et aux propriétés décrits plus haut.

Description

Arbuste ou arbre de taille petite à moyenne, monoïque, atteignant 25 m de haut ; fût droit, atteignant 65 cm de diamètre ; rameaux glabres, à latex abondant. Feuilles alternes, simples et entières ; stipules absentes ; pétiole de 7–10 mm de long ; limbe elliptique-oblong à lancéolé, de 7–13 cm × 3–4,5 cm, base cunéiforme, apex acuminé, glabre, pennatinervé à nombreuses paires de nervures latérales. Inflorescence : cyme axillaire sessile, dense et fortement ramifiée avec, à l’apex de chaque ramification de la cyme, un involucre commun composé de 4 petites bractées partiellement soudées à bords glanduleux, renfermant 4 involucres, chacun contenant environ 8 fleurs mâles et parfois 1 fleur femelle au centre. Fleurs unisexuées ; fleurs mâles à pédicelle court, à périanthe 3–4-denté et une seule étamine ; fleurs femelles à pédicelle court, à périanthe 3–4-lobé avec lobes d’environ 1,5 mm de long, ovaire supère, 3-loculaire, glabre, styles trapus, courts, étalés. Fruit : capsule profondément 3-lobée d’environ 2,5 cm de diamètre, contenant 3 graines. Graines ellipsoïdes à presque globuleuses, lisses.

Autres données botaniques

Le genre Anthostema comprend 3 espèces, 2 sur le continent africain et 1 à Madagascar. Il semble apparenté à Dichostemma, qui possède une structure similaire composée de cyathes (bractées involucrales renfermant les fleurs mâles réduites à une seule étamine et une fleur femelle), mais qui s’en distingue par la position terminale de l’inflorescence et par ses fruits 4-lobés.

Ecologie

Anthostema senegalense est présent dans les forêts sempervirentes, les savanes boisées et côtières, généralement dans les localités humides, marécageuses ou inondées.

Ressources génétiques

Anthostema senegalense est relativement répandu dans son aire de répartition et ne semble pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Anthostema senegalense a des activités vermifuges et antileishmaniennes in vitro, mais on ne sait pratiquement rien concernant ses composés actifs, bien que des esters de phorbol ayant des activités phytochimiques aient été identifiés chez Anthostema aubryanum. D’autres analyses chimiques et pharmacologiques sont par conséquent nécessaires pour évaluer son potentiel.

Références principales

  • Abreu, P.M., Martins, E.S., Kayser, O., Bindseil, K.-U., Siems, K., Seemann, A. & Frevert, J., 1999. Antimicrobial, antitumor and antileishmania screening of medicinal plants from Guinea-Bissau. Phytomedicine 6(3): 187–195.
  • Brown, N.E., Hutchinson, J. & Prain, D., 1909–1913. Euphorbiaceae. In: Thiselton-Dyer, W.T. (Editor). Flora of tropical Africa. Volume 6(1). Lovell Reeve & Co., London, United Kingdom. pp. 441–1020.
  • Burkill, H.M., 1994. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 2, Families E–I. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 636 pp.
  • Koné, W.M., Kamanzi, A.K., Traoré, D. & Bruno, B., 2005. Anthelmintic activity of medicinal plants used in northern Côte d’Ivoire against intestinal helminthiasis. Pharmaceutical Biology 43(1): 72–78.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.

Autres références

  • Beutler, J.A., Alvarado Lindner, A.B. & McCloud, T.G., 1996. Further studies on phorbol ester bioactivity in the Euphorbiaceae. Annals of the Missouri Botanical Garden 83(4): 530–533.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Keay, R.W.J., 1958. Euphorbiaceae. In: Keay, R.W.J. (Editor). Flora of West Tropical Africa. Volume 1, part 2. 2nd Edition. Crown Agents for Oversea Governments and Administrations, London, United Kingdom. pp. 364–423.

Auteur(s)

  • G.H. Schmelzer, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Schmelzer, G.H., 2008. Anthostema senegalense A.Juss. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 19 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.