Anthocleista vogelii (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Stimulant Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Colorant / tanin Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Auxiliaire Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Anthocleista vogelii Planch.


Protologue: Hook., Icon. pl. 8: t. 793 (1848).
Famille: Loganiaceae (APG: Gentianaceae)
Nombre de chromosomes: 2n = 60

Noms vernaculaires

  • Cabbage tree (En).

Origine et répartition géographique

Anthocleista vogelii est présent de la Sierra Leone jusqu’au Kenya, et vers le sud jusqu’en Zambie et en Angola.

Usages

Anthocleista vogelii est couramment utilisé en Afrique de l’Ouest pour ses puissantes vertus purgatives et diurétiques. La décoction de racine est généralement prise pour traiter la constipation et pour ses vertus emménagogues et abortives. Elle s’utilise en lotion, en bain ou en bain de vapeur pour traiter la lèpre, les maladies vénériennes, les œdèmes et l’éléphantiasis du scrotum. En Sierra Leone, la décoction de racine se prend avec du citron pour traiter l’hépatite, et la décoction de feuilles sèches tombées est un traitement de la jaunisse. Au Ghana, la décoction de racine d’Anthocleista vogelii et de Combretum mucronatum Schumach. & Thonn. se prend avec du poivre et des cendres pour traiter les douleurs à la poitrine. Au Nigeria, l’écorce et les graines s’utilisent comme antipyrétique et tonique. Les graines servent aussi de purgatif. Au Congo, l’écorce de rameau fraîche se consomme crue avec du manioc pour traiter l’aspermie. La décoction d’écorce de tige se prend pour traiter la hernie, et la décoction de racine sert à traiter les maux d’estomac chez les femmes, les affections ovariennes, les maladies vénériennes, la hernie, la bronchite et la fièvre ; elle se prend aussi comme purgatif et pour déclencher l’accouchement. Le jus des jeunes feuilles, la poudre de racine ou la pulpe d’écorce sont utilisés pour traiter les plaies, les abcès, comme hémostatique et pour la cicatrisation. Le jus est appliqué en topique pour traiter l’otite et l’ophtalmie. Un emplâtre de pulpe de bourgeons terminaux est utilisé pour faire sortir des épines ou des échardes ; il s’applique aussi sur les morsures de serpent.

Au Ghana, la cendre du bois est utilisée comme mordant pour fixer les colorants. Le bois sert à la fabrication de caisses. Au Nigeria, les tiges évidées servent à confectionner des carquois de flèche. En Zambie, on creuse les troncs pour en faire des pirogues. Au Ghana, la potasse du bois est utilisée pour fabriquer du savon. Au Congo, on intercale les feuilles avec des feuilles de tabac en cours de séchage pour renforcer le tabac.

Propriétés

Anthocleista vogelii contient de l’acide sécologanique, de la vogéloside et de la swéroside, hétérosides à sécoïridoïdes étroitement apparentés. L’écorce de tige contient un alcaloïde, la fagaramide ; l’écorce de tige et le bois renferment plusieurs xanthones. Le xanthone principal d’Anthocleista vogelii est la décussatine, et il contient des composés mineurs, le 1,7-dihydroxy-3,8-diméthoxy-xanthone et le 1,8-dihydroxy-3,7-diméthoxy-xanthone. Ce dernier a montré une activité antipaludique in vivo contre Plasmodium berghei. Des essais réalisés avec des extraits aqueux, à l’hexane, à l’acétone et au méthanol de l’écorce de tige sur des rats ont fait ressortir de puissantes propriétés anti-ulcère, qui pourraient expliquer l’usage traditionnel de la plante dans le traitement des maux d’estomac.

Le bois est blanchâtre, tendre et périssable.

Falsifications et succédanés

Plusieurs espèces d’Anthocleista ont des usages médicinaux similaires et peuvent se substituer les unes aux autres. Il est difficile de différencier l’écorce séchée des différentes espèces qu’on vend sur le marché.

Description

Arbre de taille petite à moyenne atteignant 20 m de haut ; fût jusqu’à 55 cm de diamètre, parfois à racines aériennes ; rameaux garnis de 2(–4) épines divergentes, confluentes à la base. Feuilles opposées, simples et entières, presque sessiles ; limbe oblong-ovale à oblancéolé, de 15–45 cm × 6–24 cm, faisant jusqu’à 150 cm × 45 cm chez les jeunes plantes, base cunéiforme, auriculée, apex arrondi, bord recourbé, papyracé ou coriace. Inflorescence : cyme dichasiale dressée, terminale, de 30–50 cm de long, à nombreuses fleurs ; pédoncule et rameaux vert jaunâtre ou orange, épaissis aux nœuds. Fleurs bisexuées, régulières ; sépales 4, libres, orbiculaires ou plus larges que longs, sépales externes de 4–12 mm de long, sépales internes environ deux fois plus longs ; corolle à tube cylindrique, de 12–18 mm de long, lobes 13–16, oblongs-lancéolés, de 12–19 mm de long, étalés, crème à jaune pâle ; étamines aussi nombreuses que les lobes de la corolle et alternant avec eux, exsertes, filets partiellement ou entièrement fusionnés, anthères vert blanchâtre ; ovaire supère, ovoïde-cylindrique à ovoïde-conique, de 5–7 mm × 3–6 mm, 4-loculaire, stigmate obovoïde-cylindrique, 2-lobé à l’apex. Fruit : baie ellipsoïde de 2,5–4,5 cm × 2–3,5 cm, arrondie à l’apex, à paroi épaisse, verte ou jaunâtre, contenant de nombreuses graines. Graines obliquement ovoïdes-globuleuses, de 2–2,5 mm × 1,5–2 mm, brun foncé.

Autres données botaniques

Le genre Anthocleista comprend 14 espèces et se rencontre en Afrique tropicale, y compris les Comores et Madagascar. Les 4 espèces ouest-africaines ont les mêmes noms vernaculaires et sont utilisées par les praticiens locaux pour les mêmes usages médicinaux.

Croissance et développement

Au Nigeria, Anthocleista vogelii fleurit d’octobre à février et de mars à mai ; il fructifie de novembre à mars.

Ecologie

Anthocleista vogelii est présent dans les endroits humides, les marécages, les bosquets de Raphia, au bord des rivières, dans les forêts pluviales primaires ou dans les forêts secondaires, depuis le niveau de la mer jusqu’à 1500 m d’altitude.

Récolte

Les feuilles se cueillent sur les jeunes arbres ou en grimpant dans les plus âgés. L’écorce s’obtient par tranchage ou arrachage au coutelas. On déterre les racines lorsque le sol peut se travailler.

Traitement après récolte

La récolte est séchée au soleil et conservée emballée, ou écrasée et mise en ballots. Le matériau végétal est parfois réduit en poudre une fois sec.

Ressources génétiques

Anthocleista vogelii n’est présent que clairsemé, mais il est largement réparti. Il n’est pas menacé d’érosion génétique.

Perspectives

Etant donné les usages médicinaux répertoriés, un approfondissement des recherches sur la composition chimique et les activités pharmacologiques d’Anthocleista vogelii est justifié.

Références principales

  • Abbiw, D.K., 1990. Useful plants of Ghana: West African uses of wild and cultivated plants. Intermediate Technology Publications, London and Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 337 pp.
  • Adjanohoun, E.J., Ahyi, A.M.R., Aké Assi, L., Baniakina, J., Chibon, P., Cusset, G., Doulou, V., Enzanza, A., Eymé, J., Goudoté, E., Keita, A., Mbemba, C., Mollet, J., Moutsamboté, J.-M., Mpati, J. & Sita, P. (Editors), 1988. Médecine traditionnelle et pharmacopée - Contribution aux études ethnobotaniques et floristiques en République Populaire du Congo. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 606 pp.
  • Ateufack, G., Nguelefack, T.B., Wabo, H.K., Watcho, P., Tane, P. & Kamanyi, A., 2006. Antiulcer effects of the aqueous and organic extracts of the stem bark of Anthocleista vogelii in rats. Pharmaceutical Biology 44(3): 166–171.
  • Jensen, S.R. & Schripsema, J., 2002. Chemotaxonomy and pharmacology of Gentianaceae. In: Struwe, L. & Albert, V. (Editors). Gentianaceae - Systematics and Natural History. Cambridge University Press, United Kingdom. pp. 573–631.
  • Leeuwenberg, A.J.M., 1961. The Loganiaceae of Africa. 1. Anthocleista. Acta Botanica Neerlandica 10: 1–53.
  • Leeuwenberg, A.J.M. (Editor), 1980. Angiospermae: Ordnung Gentiales. Fam. Loganiaceae. Die natürlichen Pflanzenfamilien. Second Edition. Band 28 b-1. Duncker & Humblot, Berlin, Germany. 255 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Okorie, D.A., 1976. A new phthalide and xanthones from Anthocleista djalonensis and Anthocleista vogelii. Phytochemistry 15: 1799–1800.
  • Olukoya, D.K., Idika, N. & Odugbemi, T., 1993. Antibacterial activity of some medicinal plants from Nigeria. Journal of Ethnopharmacology 39: 69–72.

Autres références

  • Abuh, F.Y., Wambebe, C., Rai, P.P. & Sokomba, E.N., 1990. Hypoglycaemic activity of Anthocleista vogelii (Planch) aqueous extract in rodents. Phytotherapy Research 4: 20–24.
  • Bouquet, A., 1969. Féticheurs et médecines traditionnelles du Congo (Brazzaville). Mémoires ORSTOM No 36. Office de la Recherche Scientifique et Technique Outre-Mer. Paris, France. 282 pp.
  • Chapelle, J.P., 1976. Vogeloside and secologanic acid, secoiridiod glucosides from Anthocleista vogelii. Planta Medica 29(2): 268–274.
  • Karan, M., Bhatnagar, S., Wangtak, P. & Vasisht, K., 2005. Phytochemical and antimalarial studies on Swertia alata Royle. Acta Horticulturae 675: 139–145.
  • Keay, R.W.J., 1989. Trees of Nigeria. A revised version of Nigerian trees (1960, 1964) by R.W.J. Keay, C.F.A. Onochie and D.P. Stanfield. Clarendon Press, Oxford, United Kingdom. 476 pp.
  • Rai, P.P., Wambebe, O.C. & Abuh, F.Y., 1989. Some pharmacological actions of Anthocleista vogelii. Planta Medica 55: 661.

Sources de l'illustration

  • Leeuwenberg, A.J.M., 1961. The Loganiaceae of Africa. 1. Anthocleista. Acta Botanica Neerlandica 10: 1–53.

Auteur(s)

  • A. de Ruijter, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

de Ruijter, A., 2007. Anthocleista vogelii Planch. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 22 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.