Anopyxis klaineana (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois d'œuvre Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svg
Bois de feu Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


répartition en Afrique (sauvage)
1, base du fût ; 2, rameau en fleurs ; 3, rameau en fruits ; 4, graine. Redessiné et adapté par Achmad Satiri Nurhaman
base du fût
tranche
écorce
feuilles
feuilles
jeune plante
jeune plante
coupe transversale du bois
coupe tangentielle du bois
coupe radiale du bois

Anopyxis klaineana (Pierre) Engl.


Protologue: Engl. & Prantl, Nat. Pflanzenfam., II–IV Nachtr. 2: 49 (1900).
Famille: Rhizophoraceae
Nombre de chromosomes: 2n = 64

Noms vernaculaires

  • White oak (En).

Origine et répartition géographique

Anopyxis klaineana est répandu et réparti de la Sierra Leone jusqu’en Centrafrique, en R.D. du Congo et à Cabinda (Angola).

Usages

Le bois d’Anopyxis klaineana, vendu sous le nom de “bodioa”en Côte d’Ivoire et de “kokote” au Ghana, est employé pour la construction lourde, la parqueterie lourde, les menuiseries extérieures et intérieures, les lambris, le mobilier, le tournage et les placages tranchés. Il convient pour les boiseries intérieures, les étais de mines, les traverses de chemin de fer, les articles de sports, les jouets, les articles de fantaisie, les échelles, les manches d’outils, les outils agricoles, les caisses et les cageots. On s’en sert également de bois de feu.

L’écorce est utilisée en médecine traditionnelle. La macération d’écorce est employée pour soigner la gonorrhée, l’écorce écrasée est administrée en externe contre la bronchite, les affections pulmonaires et les douleurs rénales, sur les infections cutanées et sur les plaies, et une préparation à base d’écorce est prescrite en lavement contre les maux d’estomac.

Production et commerce international

Le bois d’Anopyxis klaineana n’a aucune importance sur le marché international des bois d’œuvre, mais il est couramment utilisé localement en Afrique de l’Ouest et centrale.

Propriétés

Le bois de cœur, brun pâle mat à brun jaunâtre ou brun rougeâtre, ne se distingue pas nettement de l’aubier légèrement plus pâle. Le fil est droit à faiblement ondé, le grain est plutôt grossier.

C’est un bois lourd, avec une densité de 840–980 kg/m³ à 12% d’humidité, et dur. Il sèche à l’air assez lentement, avec de sérieux risques de déformation et de gerces. Il convient d’empiler le bois correctement pour éviter un grave gauchissement. Les taux de retrait sont élevés, de l’état vert à anhydre ils sont de 6,0–7,2% dans le sens radial et de 10,0–13,1% dans le sens tangentiel. Des planches de 2,5 cm d’épaisseur peuvent être séchées jusqu’à 20% d’humidité en 6 semaines. Une fois sec, le bois est instable à moyennement stable en service.

A 12% d’humidité, le module de rupture est de 131–202 N/mm², le module d’élasticité de 14 300–22 740 N/mm², la compression axiale de 56–82 N/mm², le fendage de 18–40 N/mm, la dureté Janka de flanc de 11 800 N et la dureté de flanc Chalais-Meudon de 5,1–13,4.

Le bois est modérément facile à assez difficile à scier et à travailler ; il peut arriver qu’il faille énormément d’énergie pour cela. Il est recommandé d’employer des lames de scies stellitées et des outils tranchants au carbure de tungstène. Le boit se rabote bien, même s’il a tendance à la déchirure lorsque le fil est ondé. Il se polit et donne un joli fini si l’on utilise un enduit bouche-pores. Un préperçage est nécessaire pour le clouage et le vissage. Les caractéristiques de collage et de tranchage sont satisfaisantes, mais l’emploi du bois pour la fabrication de contreplaqué est limité par sa forte prédisposition aux fentes lors du séchage. Le bois se tourne bien. Il est cassant et ne résiste pas beaucoup aux chocs. Il est modérément durable, car il est sensible aux attaques fongiques, dont le bleuissement, et aux térébrants du bois sec, mais assez résistant aux termites. Il est moyennement rebelle aux traitements avec des produits de conservation.

Le bois contient environ 46% de cellulose, 30% de lignine, 15% de pentosanes, 0,9% de cendres et 0,02% de silice. La solubilité est de 1,3% dans l’alcool-benzène, de 1,8% dans l’eau chaude et de 15,2% dans une solution à 1% de NaOH. Certains échantillons étudiés ont montré une forte teneur en amidon (5–6%), qui pourrait expliquer la sensibilité du bois à l’égard de certains insectes.

Description

  • Arbre de taille moyenne à grande atteignant 50 m de haut, sempervirent ; fût dépourvu de branches sur 30 m, normalement droit et cylindrique, jusqu’à 120 cm de diamètre, sans contreforts ou à contreforts de faible hauteur ; surface de l’écorce fissurée longitudinalement, grise à brunâtre, écorce interne épaisse, granuleuse, orange-rose pâle, devenant rapidement brune, à bandes granuleuses ; cime en dôme, avec quelques branches lourdes et ascendantes ; rameaux cassants, à pubescence courte, devenant rapidement glabres, à nombreuses lenticelles.
  • Feuilles en verticilles de (2–)3(–4), simples et entières ; stipules aciculaires, de 3–7 mm de long, assez longuement persistantes ; pétiole de 0,5–2 cm de long, aplati au-dessus ; limbe oblong à elliptique ou obovale, de (5–)7–13 cm × (2–)3–5,5 cm, cunéiforme à obtus à la base, obtus à arrondi à l’apex, coriace, glabre, pennatinervé à 6–12 paires de nervures latérales. Inflorescence : cyme axillaire atteignant 5 cm de long, recouverte de courts poils verdâtres.
  • Fleurs bisexuées, régulières, habituellement 5-mères, blanc verdâtre ; pédicelle de 1–2 mm de long ; calice campanulé, à poils courts, avec un tube d’environ 4 mm de long et de large, lobes d’environ 6 mm de long, étalés, persistants dans le fruit ; pétales libres, en cuiller, jusqu’à 9 mm de long, à pubescence courte ; étamines habituellement 10, soudées en un tube atteignant 10 mm de long ; ovaire supère, ellipsoïde, d’environ 3 mm de long, à poils denses, normalement 5-loculaire, style sensiblement plus long que le tube staminal.
  • Fruit : capsule ovoïde à obovoïde de 3–4 cm × environ 2 cm, déhiscente par 5 valves ligneuses, contenant jusqu’à 10 graines.
  • Graines légèrement arquées, aplaties, d’environ 8 mm de long, brunâtres, avec une aile membraneuse d’environ 2 cm de long.
  • Plantule à germination épigée ; hypocotyle de 2,5–6 cm de long, épicotyle de 1–2 cm de long ; cotylédons foliacés, courtement stipités, largement ovales, atteignant 2 cm de long ; deux premières feuilles opposées, les subséquentes par 2–3.

Autres données botaniques

Le genre Anopyxis est monotypique. Il est apparenté au genre Macarisia originaire de Madagascar.

Anatomie

Description anatomique du bois (codes IAWA pour les bois feuillus) :

  • Cernes de croissance : 2 : limites de cernes indistinctes ou absentes.
  • Vaisseaux : 5 : bois à pores disséminés ; 9 : vaisseaux exclusivement solitaires (à 90% ou plus) ; 13 : perforations simples ; 23 : ponctuations alternes (en quinconce) de forme polygonale ; 31 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles très réduites à apparemment simples : ponctuations rondes ou anguleuses ; 32 : ponctuations radiovasculaires avec des aréoles très réduites à apparemment simples : ponctuations horizontales (scalariformes) à verticales (en balafres) ; 42 : diamètre tangentiel moyen du lumen des vaisseaux 100–200 μm ; 47 : 5–20 vaisseaux par millimètre carré.
  • Trachéides et fibres : 61 : fibres avec des ponctuations simples ou finement (étroitement) aréolées ; 62 : fibres à ponctuations distinctement aréolées ; 66 : présence de fibres non cloisonnées ; 70 : fibres à parois très épaisses.
  • Parenchyme axial : 76 : parenchyme axial en cellules isolées ; 78 : parenchyme axial juxtavasculaire ; 80 : parenchyme axial circumvasculaire étiré ; 81 : parenchyme axial en losange ; 93 : huit (5–8) cellules par file verticale ; 94 : plus de huit cellules par file verticale.
  • Rayons : 98 : rayons couramment 4–10-sériés ; (102 : hauteur des rayons > 1 mm) ; 106 : rayons composés de cellules couchées avec une rangée terminale de cellules dressées et/ou carrées ; 107 : rayons composés de cellules couchées avec 2 à 4 rangées terminales de cellules dressées et/ou carrées ; (110 : présence de cellules bordantes) ; 115 : 4–12 rayons par mm.
  • Inclusions minérales : 136 : présence de cristaux prismatiques ; 137 : cristaux prismatiques dans les cellules dressées et/ou carrées des rayons ; 138 : cristaux prismatiques dans les cellules couchées des rayons ; 141 : cristaux prismatiques dans les cellules non cloisonnées du parenchyme axial ; 142 : cristaux prismatiques dans les cellules cloisonnées du parenchyme axial.
(N.P. Mollel, P.E. Gasson & E.A. Wheeler)

Croissance et développement

Les semis ont une croissance lente ; ils atteignent entre 35–50 cm de haut 12 mois après le semis. Lorsque les conditions sont favorables, les plants peuvent atteindre 200 cm de haut au bout de 2,5 ans. Les feuilles qui sont à l’ombre peuvent être très différentes des feuilles normales ; elles sont papyracées et recouvertes de poils longs. On trouve des fleurs et des fruits tout au long de l’année, mais en Afrique de l’Ouest il est plus fréquent de rencontrer des arbres en fleurs d’août à octobre tandis que les fruits mûrissent généralement de novembre à avril. Le vent disperse les graines qui sont pourvues d’une aile de grande taille.

Ecologie

Anopyxis klaineana se rencontre de la forêt sempervirente humide à la forêt semi-décidue, mais il est plus fréquent lorsque les précipitations augmentent. Il est fréquent dans les vallées plutôt humides, mais également sur les versants rocailleux raides, jusqu’à 800 m d’altitude.

Multiplication et plantation

On dit qu’Anopyxis klaineana donne énormément de fruits tous les 2–3 ans. On compte environ 35 000 graines par kg. Les graines démarrent leur germination 1,5–3 semaines après le semis. Le taux de germination est variable, mais on a souvent remarqué qu’il était médiocre. Toutefois, si l’on trie les graines fraîches, le taux de germination peut atteindre jusqu’à 90%. Les semis se trouvent habituellement à découvert ou sous un léger ombrage, et Anopyxis klaineana est classé comme essence de lumière non pionnière. Le taux de survie des semis est plus élevé lorsque l’ombre est légère.

Gestion

Anopyxis klaineana est normalement disséminé dans la forêt ou en petits groupes. Au Liberia, on a constaté que la densité moyenne d’arbres dont le diamètre de fût dépassait les 60 cm était de 0,08–0,16 par ha, et le volume total d’arbres ayant un diamètre de fût supérieur à 70 cm était estimé à 4 millions de m³ au début des années 1980. Dans la forêt camerounaise, la densité moyenne d’individus ayant un diamètre de fût supérieur à 60 cm est de 0,06–0,15 par ha, avec un volume de bois moyen de 0,5–1,0 m³/ha. Au Gabon, le volume de bois moyen est d’à peine 0,12 m³/ha.

Récolte

Le diamètre minimal recommandé pour la coupe est de 70 cm au Ghana, en Centrafrique et au Gabon, et de 50 cm au Cameroun. La prudence doit être de mise lors de l’abattage car il peut arriver que les grumes se cassent.

Traitement après récolte

Les grumes fraîchement abattues doivent être traitées avec des produits de conservation ou rapidement débardées de la forêt et converties car le bois est très sensible au bleuissement et à certains insectes. Comme elles coulent dans l’eau, elles ne peuvent pas être transportées par flottage fluvial.

Ressources génétiques

Anopyxis klaineana est répandu et même s’il est normalement disséminé dans la forêt et se régénère assez mal, il ne semble pas menacé d’érosion génétique pour l’instant. Il subit pourtant des pressions en raison de la perte de son milieu et de l’exploitation dont il est l’objet, et a été classé comme vulnérable sur la Liste rouge de l’UICN des espèces menacées.

Perspectives

Anopyxis klaineana est probablement une essence à bois d’œuvre qui a toutes les qualités requises pour être exportée au niveau international, bien que son bois lourd soit sensible aux attaques cryptogamiques et d’insectes et souvent instable en service. Quoiqu’il en soit, on ne sait pour ainsi dire rien de ses taux de croissance ni de pratiques sylvicoles ou de modes de conduite judicieux ; des recherches sont nécessaires pour élaborer des recommandations permettant d’instaurer une production durable en forêt naturelle. Sa présence dispersée limite sa production, et les essais devraient également être axés sur les possibilités d’augmenter la densité d’Anopyxis klaineana dans la forêt.

Références principales

  • Bolza, E. & Keating, W.G., 1972. African timbers: the properties, uses and characteristics of 700 species. Division of Building Research, CSIRO, Melbourne, Australia. 710 pp.
  • Burkill, H.M., 1997. The useful plants of West Tropical Africa. 2nd Edition. Volume 4, Families M–R. Royal Botanic Gardens, Kew, Richmond, United Kingdom. 969 pp.
  • CIRAD Forestry Department, 2009. Bodioa. [Internet] Tropix 6.0. http://tropix.cirad.fr/ africa/ bodioa.pdf. April 2011.
  • de Koning, J., 1983. La forêt de Banco. Part 2: La Flore. Mededelingen Landbouwhogeschool Wageningen 83–1. Wageningen, Netherlands. 921 pp.
  • Dudek, S., Förster, B. & Klissenbauer, K., 1981. Lesser known Liberian timber species. Description of physical and mechanical properties, natural durability, treatability, workability and suggested uses. GTZ, Eschborn, Germany. 168 pp.
  • Keay, R.W.J., 1989. Trees of Nigeria. A revised version of Nigerian trees (1960, 1964) by Keay, R.W.J., Onochie, C.F.A. & Stanfield, D.P. Clarendon Press, Oxford, United Kingdom. 476 pp.
  • Oteng-Amoako, A.A. (Editor), 2006. 100 tropical African timber trees from Ghana: tree description and wood identification with notes on distribution, ecology, silviculture, ethnobotany and wood uses. 304 pp.
  • Siepel, A., Poorter, L. & Hawthorne, W.D., 2004. Ecological profiles of large timber species. In: Poorter, L., Bongers, F., Kouamé, F.N. & Hawthorne, W.D. (Editors). Biodiversity of West African forests. An ecological atlas of woody plant species. CABI Publishing, CAB International, Wallingford, United Kingdom. pp. 391–445.
  • Takahashi, A., 1978. Compilation of data on the mechanical properties of foreign woods (part 3) Africa. Shimane University, Matsue, Japan. 248 pp.
  • Voorhoeve, A.G., 1979. Liberian high forest trees. A systematic botanical study of the 75 most important or frequent high forest trees, with reference to numerous related species. Agricultural Research Reports 652, 2nd Impression. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 416 pp.

Autres références

  • Aubréville, A., 1959. La flore forestière de la Côte d’Ivoire. Deuxième édition révisée. Tome troisième. Publication No 15. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 334 pp.
  • de la Mensbruge, G., 1966. La germination et les plantules des essences arborées de la forêt dense humide de la Côte d’Ivoire. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 389 pp.
  • Durand, P.Y., 1978. Propriétés physiques et mécaniques des bois de Côte d’Ivoire: moyennes d’espèce et variabilité intraspécifique. Centre Technique Forestier Tropical, Abidjan, Côte d’Ivoire. 70 pp.
  • Hawthorne, W.D., 1995. Ecological profiles of Ghanaian forest trees. Tropical Forestry Papers 29. Oxford Forestry Institute, Department of Plant Sciences, University of Oxford, United Kingdom. 345 pp.
  • Hawthorne, W., 1998. Anopyxis klaineana. In: IUCN. 2010 IUCN Red list of threatened species. [Internet] http://www.iucnredlist.org. January 2011.
  • Hawthorne, W. & Jongkind, C., 2006. Woody plants of western African forests: a guide to the forest trees, shrubs and lianes from Senegal to Ghana. Kew Publishing, Royal Botanic Gardens, Kew, United Kingdom. 1023 pp.
  • Hubert, D., undated. Sylviculture des essences de forêts denses humides d’Afrique de l’Ouest. 187 pp.
  • Irvine, F.R., 1961. Woody plants of Ghana, with special reference to their uses. Oxford University Press, London, United Kingdom. 868 pp.
  • Kryn, J.M. & Fobes, E.W., 1959. The woods of Liberia. Report 2159. USDA Forest Service, Forest Products Laboratory, Madison, Wisconsin, United States. 147 pp.
  • Liben, L., 1987. Rhizophoraceae. In: Bamps, P. (Editor). Flore d’Afrique centrale. Spermatophytes. Jardin botanique national de Belgique, Brussels, Belgium. 36 pp.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Normand, D. & Paquis, J., 1976. Manuel d’identification des bois commerciaux. Tome 2. Afrique guinéo-congolaise. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 335 pp.
  • Raponda-Walker, A. & Sillans, R., 1961. Les plantes utiles du Gabon. Paul Lechevalier, Paris, France. 614 pp.
  • Sallenave, P., 1955. Propriétés physiques et mécaniques des bois tropicaux de l’Union française. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent sur Marne, France. 129 pp.
  • Sallenave, P., 1964. Propriétés physiques et mécaniques des bois tropicaux. Premier supplément. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 79 pp.
  • Sallenave, P., 1971. Propriétés physiques et mecaniques des bois tropicaux. Deuxième supplément. Centre Technique Forestier Tropical, Nogent-sur-Marne, France. 128 pp.
  • Tailfer, Y., 1989. La forêt dense d’Afrique centrale. Identification pratique des principaux arbres. Tome 2. CTA, Wageningen, Pays Bas. pp. 465–1271.
  • Taylor, C.J., 1960. Synecology and silviculture in Ghana. Thomas Nelson and Sons, Edinburgh, United Kingdom. 418 pp.
  • Vivien, J. & Faure, J.J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique Centrale. Agence de Coopération Culturelle et Technique, Paris, France. 565 pp.
  • Wilks, C. & Issembé, Y., 2000. Les arbres de la Guinée Equatoriale: Guide pratique d’identification: région continentale. Projet CUREF, Bata, Guinée Equatoriale. 546 pp.

Sources de l'illustration

  • Voorhoeve, A.G., 1979. Liberian high forest trees. A systematic botanical study of the 75 most important or frequent high forest trees, with reference to numerous related species. Agricultural Research Reports 652, 2nd Impression. Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Wageningen, Netherlands. 416 pp.
  • Wilks, C. & Issembé, Y., 2000. Les arbres de la Guinée Equatoriale: Guide pratique d’identification: région continentale. Projet CUREF, Bata, Guinée Equatoriale. 546 pp.

Auteur(s)

  • A.A. Oteng-Amoako, Forestry Research Institute of Ghana (FORIG), University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana
  • C. Essien, Forestry Research Institute of Ghana (FORIG), University P.O. Box 63, KNUST, Kumasi, Ghana

Citation correcte de cet article

Oteng-Amoako, A.A. & Essien, C., 2011. Anopyxis klaineana (Pierre) Engl. In: Lemmens, R.H.M.J., Louppe, D. & Oteng-Amoako, A.A. (Editeurs). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Pays Bas. Consulté le 14 avril 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.