Aloe turkanensis (PROTA)

De PlantUse Français
Aller à : navigation, rechercher
Prota logo vert.gif
Ressources végétales de l'Afrique tropicale
Introduction
Liste des espèces


Importance générale Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition en Afrique Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Répartition mondiale Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Médicinal Fairytale bookmark gold.svgFairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg
Statut de conservation Fairytale bookmark gold.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svgGood article star.svg


Aloe turkanensis Christian


Protologue: Journ. S. African Bot. 8(2) : 173 (1942).
Famille: Asphodelaceae
Nombre de chromosomes: 2n = 14

Origine et répartition géographique

Aloe turkanensis est présent au nord-ouest du Kenya et dans le district de Karamoja en Ouganda.

Usages

Les Turkanas du Kenya appliquent le jus des feuilles d’Aloe turkanensis sur les plaies et s’en servent pour soigner les maladies oculaires. Le jus des racines cuites à l’eau s’ajoute à une boisson afin de provoquer des vomissements, qui soulageraient les maux de tête persistants. Les racines sont utilisées pour donner du goût à la bière.

Production et commerce international

Le commerce d’extrait d’Aloe provenant d’Afrique de l’Est est illégal. L’exsudat séché, commercialisé sous le nom d’ “aloès du Kenya” ou d’ “amers”, est généralement un mélange d’exsudats de plusieurs espèces. Au Kenya, Aloe turkanensis se récolte dans la nature à grande échelle.

Propriétés

Les principaux composants de l’exsudat des feuilles d’Aloe turkanensis sont l’aloïne A, l’aloïne B et l’aloésone. Sur environ 70 espèces d’Aloe étudiées, c’est chez Aloe turkanensis que la teneur en aloïne est la plus élevée, dans son exsudat ainsi que dans ses feuilles (31% et 6,6% du poids sec, respectivement). L’aloïne, qui est un mélange de deux stéréoïsomères, l’aloïne A (barbaloïne) et l’aloïne B (isobarbaloïne), est à l’origine des propriétés laxatives.

Description

Arbuste succulent rampant ; tige ascendante, puis décombante, atteignant 70 cm de long, ramifiée à partir de la base et formant de grosses touffes. Feuilles 14–18, en rosette dense, dressées à étalées ; stipules absentes ; pétiole absent ; limbe lancéolé, atteignant 70 cm × 9 cm, apex longuement acuminé, bord garni de dents deltoïdes pointues de 2 mm de long, blanchâtres à extrémité brune, distantes de 12–18 mm, limbe vert bleuâtre pâle à taches allongées blanches sur les deux faces ; exsudat jaune au séchage. Inflorescence constituée de grappes cylindriques de 15–26 cm de long ; pédoncule atteignant 1 m de long, présentant jusqu’à 8 ramifications ; bractées ovales, de 5–7 mm de long. Fleurs bisexuées, régulières, 3-mères ; pédicelle de 8–10 mm de long ; périanthe tubuleux, d’environ 2,5 cm de long, lobes 6, d’environ 12 mm de long, d’un rose corail vif, plus pâle à la gorge ; étamines 6, exsertes ; ovaire supère, 3-loculaire, style filiforme, stigmate capité, exsert. Fruit : capsule oblongue-ovoïde d’environ 2 cm × 1 cm, loculicide, brun jaunâtre, contenant de nombreuses graines. Graines noirâtres à ailes blanchâtres, légèrement mouchetées de noir.

Autres données botaniques

Le genre Aloe comprend environ 450 espèces en Afrique et en Arabie, dont environ 315 sur le continent africain, une centaine endémiques de Madagascar ou des îles de l’océan Indien (dont l’ancien genre Lomatophyllum) et une cinquantaine en Arabie. Aloe turkanensis appartient à un groupe d’espèces d’Afrique de l’Est qui forment de grosses touffes et dont les feuilles dépassent 2 cm de large. Plusieurs autres espèces de ce groupe ont des usages médicinaux et sont considérés comme menacées par la CITES à cause de leur surexploitation.

Aloe calidophila

Aloe calidophila Reynolds, originaire d’Ethiopie et du Kenya et récolté à des fins médicinales, s’est raréfié.

Aloe camperi

Aloe camperi Schweinf. (synonyme : Aloe eru A.Berger) est en Erythrée l’une des plus importantes plantes médicinales. En Egypte, il est couramment cultivé pour son exsudat, dont les composés principaux sont l’émodine et l’aloénine. L’exsudat a des propriétés antifongiques significatives.

Aloe elgonica

Aloe elgonica Bullock, originaire du Kenya, est devenu vulnérable suite aux récoltes. L’exsudat des feuilles contient de l’aloémodine, de l’aloénine, de l’aloésine, de l’aloérésine B et de l’homonataloïne.

Aloe microdonta

En Somalie, l’exsudat d’Aloe microdonta Chiov. dissout dans de l’eau se boit pour traiter la jaunisse. Le jus de feuilles s’applique localement pour soigner les maladies de peau. L’exsudat de feuilles contient de l’aloïne A et B, et de la microdontine A et B.

Ecologie

Aloe turkanensis pousse sur les sols pierreux ou sableux, ou sur la lave, habituellement à l’ombre des buissons dans les zones arides, à 600–1250 m d’altitude.

Gestion

La récolte de l’exsudat d’Aloe turkanensis et d’autres espèces d’Aloe se pratique à l’aide d’un trou creusé dans le sol dans lequel on place un récipient. Les feuilles coupées sont disposées autour du bord du trou, à un angle permettant à l’exsudat de s’écouler dans le récipient. On transvase l’exsudat dans des bouteilles ou des bidons pour le vendre à un négociant. Puis on le verse dans un grand baril et on le fait réduire par ébullition pour devenir noir rougeâtre et très visqueux. Il est ensuite transvasé dans des sacs dans lesquels on le laisse refroidir et durcir. Au bout de 24 heures, le matériau, solide et noir et portant le nom d’ “amers”, est prêt à être vendu à un intermédiaire, qui le revendra alors à un exportateur. La récolte sur des pieds sauvages entraîne généralement leur destruction. L’établissement de plantations correctement conduites débouchera sur la préservation des individus sauvages et donnera lieu à des rendements importants. Aloe turkanensis peut facilement être multiplié par rejets. Il est cultivé à petite échelle au Kenya pour la production d’exsudat, mais on ne dispose d’aucune information sur sa conduite.

Ressources génétiques

La récolte dans la nature à des fins ornementales et médicinales et la destruction de leurs milieux représentent des menaces très importantes pour de nombreuses espèces d’Aloe. Toutes les espèces d’Aloe figurent sur la liste de la CITES, à l’exception d’Aloe vera (L.) Burm.f. Aloe turkanensis continue à être récolté à grande échelle dans la nature et reste certainement menacé.

Perspectives

Les recherches sur la composition chimique des espèces d’Aloe et leurs affinités sont bien engagées. Mais il y a peu d’études sur les aspects ethnobotaniques d’espèces peu importantes. Créer des cultures commerciales avec des espèces d’Aloe pourrait soulager les peuplements naturels de la pression qui pèse sur eux, mais il est nécessaire d’approfondir les recherches pour déterminer les espèces les mieux adaptées à une domestication et définir leurs besoins en culture. Les espèces qui, comme Aloe turkanensis, rejettent beaucoup semblent de bons candidats. De par sa teneur élevée en aloïne, Aloe turkanensis offre encore plus d’intérêt comme culture potentielle.

Références principales

  • Carter, S., 1994. Aloaceae. In: Polhill, R.M. (Editor). Flora of Tropical East Africa. A.A. Balkema, Rotterdam, Netherlands. 60 pp.
  • CITES, 2003. Review of significant trade: East African Aloes. [Internet] http://www.cites.org/ eng/com/ PC/14/E-PC14-09-02-02-A4.pdf. May 2004.
  • Morgan, W.T.W., 1981. Ethnobotany of the Turkana: use of plants by a pastoral people and their livestock in Kenya. Economic Botany 35(1): 96–130.
  • Newton, L.E., 2001. Aloe In: Eggli, U. (Editor). Illustrated handbook of succulent plants: Monocotyledons. Springer-Verlag, Berlin, Germany. pp. 103–186.
  • Newton, L.E. & Lavranos, J.J., 1990. Two new aloes from Kenya, with notes on the identity of Aloe turkanensis. Cactus and Succulent Journal 62(5): 215–221.

Autres références

  • Ali, M.I.A., Shalaby, N.M.M., Elgamal, M.H.A. & Mousa, A.S.M., 1999. Antifungal effects of different plant extracts and their major components of selected Aloe species. Phytotherapy Research 13(5): 401–407.
  • Conner, J.M., Gray, A.I., Waterman, P.G. & Reynolds, T., 1990. Novel anthrone anthraquinone dimers from Aloe elgonica. Journal of Natural Products 53: 1362–1364.
  • Dagne, E., Abiy Yenesew, Senait Asmellash, Sebsebe Demissew & Stephen Mavi, 1994. Anthraquinones, pre-anthraquinones and isoeleutherol in the roots of Aloe species. Phytochemistry 35(2): 401–406.
  • Demissew Sebsebe & Gilbert, M.G., 1997. Aloaceae. In: Edwards, S., Mesfin Tadesse, Demissew Sebsebe & Hedberg, I. (Editors). Flora of Ethiopia and Eritrea. Volume 6. Hydrocharitaceae to Arecaceae. The National Herbarium, Addis Ababa University, Addis Ababa, Ethiopia and Department of Systematic Botany, Uppsala University, Uppsala, Sweden. pp. 117–135.
  • Farah, M.H., Andersson, R. & Samuelsson, G., 1992. Microdontin A and B: two new aloin derivatives from Aloe microdonta. Planta Medica 58: 88–93.
  • Groom, Q.J. & Reynolds, T., 1987. Barbaloin in Aloe species. Planta Medica 53: 345–348.
  • Neuwinger, H.D., 2000. African traditional medicine: a dictionary of plant use and applications. Medpharm Scientific, Stuttgart, Germany. 589 pp.
  • Reynolds, T., 1996. Chemotaxonomy of Aloe turkanensis and Aloe scabrifolia from Kenya. Biochemical Systematics and Ecology 24(4): 347–352.
  • Reynolds, T. & Nicholls, E., 1986. An examination of phytochemical variation in Aloe elgonica Bullock. Botanical Journal of the Linnean Society 92: 393–397.
  • Tawfik, K.M., Sheteawi, S.A. & El-Gawad, Z.A., 2001. Growth and aloin production of Aloe vera and Aloe eru under different ecological conditions. Egyptian Journal of Biology 3 (Botany): 149–159.

Auteur(s)

  • C.H. Bosch, PROTA Network Office Europe, Wageningen University, P.O. Box 341, 6700 AH Wageningen, Netherlands

Citation correcte de cet article

Bosch, C.H., 2006. Aloe turkanensis Christian. In: Schmelzer, G.H. & Gurib-Fakim, A. (Editors). PROTA (Plant Resources of Tropical Africa / Ressources végétales de l’Afrique tropicale), Wageningen, Netherlands. Consulté le 21 février 2019.


  • Voir cette page sur la base de données Prota4U.